Skip to main content

Full text of "Du mouvement religieux en Angleterre : ou, Les progrès du catholicisme et le retour de l'église anglicane à l'unité"

,-:. - . 
:." 
t"
. 
.
 
 
 
i f-J. ;;:
1f
 

 
,:;;-
 f';

'
t'; 
..:,,; 
.: . . ':::
' 
1
jlf




 
tk 


:.f.1


 
d:': " 


;rr; ): :i!i::;
 
. :,,::

''i.'
 ".:..1 p' ,..(. 

f,if,
":
i . : · 
..<r,.: !:.';.t;. .:.
.?- ../.. 

)I

;;
 

. 
. 'I.,ji . ... ..
..;.
.,
",,'} .....
. 
1.
::
.
;;
1::
 ;: I'f..?l
fr-
 
:;,f;;.
f

';::"'*' '--' 
:
'fJ
:,
,;;l;
 
;\.
 ....(
. 
'I:

:
":' !;.:-:.-{

f,!r:: 

.> 
.
'..."'
:':: N
 
 
 
 .::t.


 ;: 
.\\::'
?J
\
!

"'li:' . :' 
 . · 

:.::'
i
g> :

[ 
I
.



:
:
:\-...
. 
,
_ 't.t:. 
.'
. :. 
, 

a
':

 .,
.1 
!:. 
þ:.
,)f;t
 
, · .,... 
.

,. ", 
t,:

.;
:; 
:

i.3 .
?.:..). ;'
'.. 
:.

:: 

'''
''& !,

" 

j'




\\>r
. "
:f 
 

.
. 
t:'t



 

';

S:.}
."

'" 


I
i: ; 
:;:::,
.., f"':
"= 

l; .,
 :
., ... J:':;:';:\}'
 

..f 
 \' ;;.

;, ;. ,.;:' ...... 

...: 'C. ,r;
 '.1 .
".\.. *. 
:
:.
;"
!..' ....
. 
:.
'
' 
.
h't .f 
t.";t l ... .. ,4 

 ,
. &'.: ;;; 

::,
 .. 
1:iZ
:
 
tf"o..-; 


. 
..'t 





 

.;:.
 


''''.. 
,

t:. . .. 
.

'-'
4 . 

.,

:. . 
J - ,,
 
:
t
:

;k:
;
 "1;; 
,:=,
>.j,.", ..

\ ' 
t; 
;l .
 

.

, 
 :;.
 . 
.':
:;:.
 
 J..

!!,l"" .
.. : 
"ó,"S:.':" t). Jf:; .. .
 



.;;.
::
l
;

 1:;: 
:....\l:.W
1..." ;; :' ......:>,,:;. 
,.t:
 
,

t,
, ": ... :','i .t. 
\'\

..

.
 ,y. 
I 0; t;. 
;!f' N;
"";'::'" '.. .:;.. 
,.,
..
'':
'''.f; 1
' :

.
, 
"
:1t't.,"'::
' 
,t '.;1;11: 
.,\,..
.ø;'" 
 ... · 
_tj.
:.1
. ;
"l ," 
 " 
:-;,.'t 1.'........,:" .. r.,. 'i .: 

-:'
.'t.
;.\ :-1
 
_'f;, . )
 . 
.:t ... '" 
,.; .,:.... 
 ";'
. 
.':: 1.::-:= . 
!l'-, · .:
 . 
t. 



i." 


',. 

.".. 

.-:.
 
, 
,/...!..J 
4... 
.. 


. . 


"'1IJ.-. 


I
 


ì 


. 


., 


. 


, 


'.." 



 


,- 


,. 


t, 


%. 


.,. 
 


."'. 
-\ 


.6 


... 



 


.... 


\0- 


. 



J 


'\. 
.... 


\ . 


'. 
 


. 



,., ....... . ......:., f,
 _'. I. _.. . .i,"" ..', ;,4 

 r "ft 'Y' 
i r ' :( "'!,. '
,;';'t '_ 
 
....... 
'''' ':0 . - 
-;. . ,..... .... _:_.
j .' 
" .. "'" :t
'
." . '1 .- 4 ..\
: . a!" . .... . ' . ' 
ì 

:< ".,.., ;'. ,,- ., . '- 
i"
....!' . 'I .... .. _', '" _ t.
. _. _ 
".. 
. 4ft! .. ., -. 
Ìt. '.

.. . "-".
_ I 
 .. ...... 
t.. "'
, 'Iõ 
· .
::.
 ,,':. · '. 
 -.,-1.. "'<i <"";;".. , '. '., ',\. .'."" " . 0 . 
.. , ,. - :', ,. . 
. - :. .- · " ",,;. ..
., c,: · " . ' 
· " >. 
\. ., . ..... ...... ... -
ì"" 1'. \' _ 
,'- 'it .... j!",. .....< ,'" . .\." 
, 
o 4!Iiì' '\.-..,.-. 
 
 .. 
"\': Þ... ...9
...., _, . \. '; ., t_
!""", . 
· ."t:. . I" ''''''''Í' . "' -. 
 -"..
.. 

, O' 
'''''
'' .'" ':..;.,... ,,.; 
 .
..A.... i .". - ...i.,-.. '
 
'''I1'' 
-'r "". .. ........ '" '.' 
 . ,j,i.. _ i
. '"'\.. } ( .... oft> . 
;
 -;!> . '".. <<. , '. ,- '-.:.... ":- .ft, ...-.1 . " I'.' r _ 
. ,t.. .""...- .
"'. ,,;, "' 

.." ".... r, . . 
I' 
'. ..
" '- -. .. '" . . ., "', ". # . , " =. 
- . .... - è:':( F... ;-....., - 
':. \
 ._ I. f.. , 
4""'.:" i- "! '.... I ;\. ''' . ' 
-:,.. 
 \
"'\.

(illo . . 
...... .
 ..,,
, ", t., " ."': '.. '" .... 
'. .. . 't' '.. · '.... . '", , 
 _ 
,' . 
! ' > .. . 
.. ....\ J ... '. - { . · ", 
 ... .i. \ . H ... 
. " '" ..
............. , .. J!òo ,..... _ .' .. 
, _ ß .. \I
 ( 
 
..
 . ,-'. .
, _ ". . ....... . _ ....' '. .. 
. .. .. '''' " - . " . ". .. '.... 
'- ( .
, '"I .... .. ...: L' , 
. to _. . J "' , '." 

- '. ". · . ';:;oj 1\;..(11... .., '". " of, ''l: - . '...-t '", .' f '.,.-...;'" . 
"o
t '-.

:
 '';;0 \-. '.'.-- 
 ',- "'- -1,- ..... ,.' '_
 
. 
 .... .
. ,..v... ,.,... . 
 . t of:(Þ'"... -. ,... . .:;.- . ... 
.
 #.,'..., ".. · · ..- -;'" ...
. ì:., ." ". 0 -.,' 
....... y. " ,,}o 0 .,..-., :'''. '. _ .' . 
.. O,!" 
 
 ... " 
ii
; 
.
.: .
., - ". .- 
...... .
"fc.' "'..; 
:
. 

 '::
"
 . ..

 , :-. . .. . ..." 
_.
 
-' 
 .,- -t.. -<<. ,. , 
 Ii 

 ;.. ... ,. 
, ",' /
. 
.( '.
o',
 .. .._..... 
 ',i( ...', ..... 
 

, -' "' .".'" . ....,,- 
!,

 ,"' -;:\ ..,. .
.
-.. 
":;;"'
 .;;'>" r '. 
. ..
 . ....... ,. ò 
. i/' 
.. '. ".!\'! 
.' ".' .' 'of. " 

 Ò'. ., . 
.. "" 
.'. .'-., 'ò!........... 
.t' 
_. ... 
 ',. 
· '.'.""f(õIh.,. "'II ........
 .")" .. 
 411 .. .... .. 
 ..
_ 
· :..... 11_,. ". .... . if .. . . >, '. . \'4' 
. _ .. 
. '

 )!;'"ò\>> 
 'r'" ....... '. -.... .> -.' ..."!.
 ,,'; . J 
, , ' ,.. .1 -
 . ' -
 .
) ! _l .. , '''

' .-:...... 
"'"' . ....- .,..- " ..
':-. . . "' . . . . ',- 
;:,- . 
..,....,... ",..", .. -- 
' '\.'
 < 

. "I.) .!J.. þ 
 
.'" .- "', - ;. - .: ...... - · ...
 . l . .. _ 
 
.. . ('., · 
_\ , .,,
]- " , ... 
...',.:If. :. 
..

 . 
 0 -. . 
 --;. f! .. ...
 Co 
... ... .-..;.

 .. - _..'.; 
. ""'
i::!r -
,,
 
 

......
 I.
 ,; t. "'",., "- . .
Ao.c _ '")......: '. _...' '" .

, .". 
'
<' {I... 
.'o . _ '...., ._'. , ) ,: 


,'" "'.
 ,.., ) '. 
. -'.. · "'-'" ,> _'" . å'- . ,... " .... .' 
"., ' ..,) .:.,'. . a....... . -. . . ..
. 

"'i;!; -:< · """.f .. -10.". 
' : -'I. 
 1
 '. ". 
. .,.. 
 ,'. " 
''''. ,...p.
.",: 
 ...!., I, ..3 . :.t- o"j' >-:.. . 

.._'\ 
" :.
, 
 
. '" ... "'1'::' " 'j!-. þ 
.> "} '. - f'. . ..... "...." '" 

... ,. 


. '1!it 
,.! :.....
. .. ...._ .:.:t" 
 
..
.
. i. " f: 
- !;..
 .i..... .

 .. , .' 
 
 .... ........ _ .... ,4 
· '. ,'
:-o.".'.J"! 
 ,,:' : ' i.,..... 
 . 
 . . _ . 
" , ......:r..; . ..,..... .. . 1. . " . 
 -.. ,.
 _. ........ . ' ... 
Ati 
 ...ft
 '"'If. 
 .., ""...,... .; 
 .... ... \_ ":I 
 
i. .e,to".-..... 
; ,.:. .
 ,...... 
 
- , .'t .. } . .,. 
I " 
 .,v....... "'
 if. . _ 
 .,' '\ _ 
 . ..' . 
· . L .... > , _ ., .
 _ ,)'. 
'1 . " 

 ... ... ; . . , L .', .... Jo. 
. _. 
.." 
r . ," "';i.,. . , " ...

 , -b. . \1.'_ , '" ,... 
,
" - ...
':...... "., J__. 'Y. ":" r . 

 ,.
",\ 
. 
(.. '''t 
':. I .
 . '. 
\f 
_ j J >>....... 
· ..' 
 \ 
.
 " . .. 4 .' " . 9 "".1.,... 
.. 1t.:ñ.c.. ( t; 
 

.; , ,t:'- .'!\. L' , 
' , ... ' , '" '''' .. 1: 

 (
 .' 
' -..... '." ..... ) I ....... 
 "..... . . 
 -:0" . 
: . .1 .., .. . ."'.-.: ._ .Qo
 o.! . 

 ... "- 
\... 'i --. J.\ > 1/....... ..,.'
 _...



 _ -i....... 
II. 
.... 'r ,'l.....
. " · '. , <." "':I.
. 'f;" .' . .,;. t'. 
'. ... '.' " -., ...., .;.
..... .... · >..'ì. ....,. ,." " 1Ìio' "" . , . J. 
,,-
..... ,- ,. .....".,. . . - .'
 ...... ..
\ 
. .. 
. r, f$... . èii!" "., " ,,
 
"'. It+.>, ':.. 

 ; · '..., e}
,,: \ 
 .. .
...-\".....
 "'. 
,
. 
..
 -& ,O!I"-, .
 '
 ,

.. .. _\,,_. \ . '\ _t .
, 
. (. . ." 
 
"I ....
 < 
 · ... ..... ...... · . f' 
 r-, \ ... 
' 
, . ... '. -< - . ..... " .....,. . j "" 
::': -f . - '-
 ,. ;- -:- '. · 
 '. " . :-. 'n-.. . ';' .__ '
 . 
.(Þ' "',i ....
J .: 

 :

"."'-- 
 
. '" "'. '. 
 , \ " "
::"f '....... _ _ _. 
. ." '""'... 
- 1 Pi'i,., .II-..=<- -....., 
 . , 
... , _ . 
 ....& 
 
- 
 \. '{. " ... ." , " ,
. ... ",. ' 
· - " ....-..... ...,,:: · ",. ;.,'.:: {'f' I
..... - . . .
 ... 
- .. '--'i'". -
-
 ..... IJ" , , -. _ .'
" .,.._ .,_ ,''.' 
\ r.. ',10 . .
 . 
i Ii f . . ... _ .. '. 
..:: ""IS ....
.;. .' · ' 
 _II - ..(.."'=:t '''''h. " ; .
.
 
. . , " ", -: <.......
. . 
" "'1'-" 
 "'
. --.... .... . -s, .. 
 . , 
'''.' 0... -::.- " 
 .;, '.: ....;.:. ,"'\\", . 
 ." ": 
'"" 
 .:'. '1 ... ., . . .
.. 
. 
 '.:-. · 't\' ""', .. - -' .' 
 " . 
...." "'-, ..,..... ........ : 11;:. 
....... "'f"" . j .,
 ...... · '..- . Jr "',. '" > ..., 'J- .. - 
 .. 
· :

. ..., '.;., '.' -.:., 

 0\ ,,;....
 ..:..l' _, <: "'Y . , 
'! ;
.. --:, 
 f' 
...' ._. ".i 1. '
'. <!..'Lf 
, ..... 
- ., '. '" . . ..., -"" . . 
..,.........""..:._, 
:.: 
 ." · 
 '. . '. !h.", '''', ".-
. _ 3',".. 
. ..' ....:.. iJ!o.' · 
.

 · ." · 
.oo: .. ... -;-,. · .",',' 
 
. '.. \t; 
, 0"'.' 
 ...,
 -, -o{' ;;:. .... . . ....../... . . 
".Iff'J. '\, \ ,,0' ..
 "..:I>....
! 
 
 

." '.:' 
:. . 
:- 
- ,,
. 
 . - -
 . fr " '.:'SÞ
 - . " . _'.; ,." II.. 10 r .., 

; , , , - - . -
 ,.....,"' -A, . ..'" , '-e. . . 
. :.... .,

 . y 
" . . 'i 
' . ' . ''I),;. " 'i'!;.. ',...., . 
'. -, . . ..'- !Ii. . 
.. -'" 
 
 · 
 · 
., .,
.,.. L' . :'
 . . 
 

 " - ,., - "'"",
 ..- . ..... - .... . , "'. .- 
'- J . 
/ . .
.... .... ,--.. _ .'. . . _. _ -iI, ..... .
. 
 ..._, , 
-. . "'. 
 · '-'..:. · J.... . ,. ri _. . " -. _: _. .
.: 
)' .: -- -' ',\. 
 
" :.
 '

\'!'- Lr ;. " . 7:'" -"""')-4 .
.. . .f . '_ 
 1
-' ... 
... . - . ...,.
 .-.... " . . - - ". ..- , ,... 
· ", - . OJ!" '10..;0 ..... 
" ..' . ".. "'" 
 O. . 
,,' 
-- - 
 \)
 . + 
 .' , - . e o .... 

fPJ 
\fjS-'.1I! ...;.. _
.,.. .. o.t, J 

 

 . :! ,
,' . , ' ....,. · f ( ..' ".- .." c_
. ,.. ... ., ' 

: . ;' . 
 . ,'p. ,,-..-. '. _ .... iftW/JØÞ':a " 
. 
ß', ti.

' '....'-" t.... t. 110.... $-- . 
:- '1:"'-;.. 'I ...... . 
r#
. '...
.
. 
 to- 
:..._
.. .. .",. 
."'1 e,,I;,
..; .:
".._. 


V' , 


, 
" 
)0 


I 
... 


- 

. 
.. 
.,,
 


.. 

. 
, .
 "'-"" 

 " ..,..:, . 

 ! 

 :
-{ 


\IÞ' 
( 
f.' 


" .. 
.- · l......'
. '-.. .f.. 
, 1..-: :.-, . 
-' .' .. - ' 
...... ..... 


i
. 
.
 


.; 


, '. 
 
 


'''' ....!. 


"-.,. .... 


"...;. 
..' -,,
, 

.. 

 -: j. 
eo. . 
..- 


" 


. ..' 
.... 


...... I'" 
" 


\. 
 


] 



 
. f' 
,.... . 


. 
 
--. 
.
 


.t\. 


"' 


t:.' 


'" 
.
 
.. it'.... 
r-
 


.. 
....1;. 

1fj.;.. - 
. 
,.. 


(1. 


..'S _' 


j 
 .. 


.. 
.; 


0, 
". , 
4 
"" 



 .
, -- 
:tr '; _ : . '
 
'\ 


"\0 
" 

1\ 


.... 



)o 


; 



 


rrt.,y ;.., 
 


;
. . 



 
" 
....."' 
.. 


'"-
"! 


.I.;. 
,;
", 


't 


WO:--
 


I :.
 


't 
';f' 
", 


... 
... 
.,..... 



 


,
 


"'. 


..- 'j 


--.. 
". 


.: - 


.. . 


... '. 
\ 
'{ 



_. 


f 


': 1 f 



 
i \..
 ,. "W 
,
 
"V .. a 
$ .
" 
... 
 .
{' 


,
 .l 
, . 
 
. -r,' ..ee \ 
'hÎ_ _ i '1 .,_ -:
" . 

 i. · - 
... , "".:.' t -i 
. 1/"'\. _ & __ 
, ! ...." ," · lit ,.... 

,. , ,
. or.. . 

...... . 
 .:J\ 
.. .\.... 
'0 - 

 


-. 



.. 
\ 
, 
"( 
. " 6 


", 


I.i 
, t 

 
.l.. \
 
'. .
 
...,. 


! 't, 
 
 

 

. 


't 
'1 
" . 
'.
 


., 

 -...
,. 
. 


" 




:... ......... 01 
..;. 
"'''I! .,1. ...."' 
:.. · ...
... .. 
.
... ... ' .. .iI ...ç -;. 
'I, . ': ,
.. " ...J. "' 
 
Þ' ..-) 
 - :-. . 
 .. ..... 
-d C . I
.... ( \
...
 
.. .. ... '.. _ t. 
 -I .
 
:. . ;'j 
 - 
.. .. ,.. .... t'" A ,...;
.... 
'" i
.
 
 ..... 
 I,\. .. ) 
... . 

... ' J
 
 . ; ..:i.:


ç · ..' 

 ø ....,...,..\ I. 
 ..
.". 
 
/
....'r'; 
. ' I t' 'f.. 
\.\,' 
 . -01-' '\ 
_ , t:, /' _
!-; "'. # -- 
.....
 IC

 ff- ....,;\ .)"..... -,,
"<" ". ' . ...-. '\ 
1 ' t. ,,' _. _ 
 . :-... 
 . . .;. -;,. 
 ' ';f
 
., . '..... 
. 
1\ "1 . . :..l_; -f 
 
 - --:
 .' .
\. 
;:...... , \0 _ - . ....., . . >(', 'f.... ,60. 
_ 

 ".
 . . 
t .--...
... ""f . ... 
 
t"'" . . .. .
:. -'.
, 
. . -" 
__" I . _" 
 .,.... 
 "i$:.. . , 
. ,,"', . rJ. - .... , 
::"
...... - - '..- 
,; '\..:' 
if'" '..
.. ,. .. .'
 ' ,." , 
":.(
.' _' ". . .,.' 
't ^
:,.' 

 .
 lc" .':'. ;'y",... , :e 
.
 '.\' 4-. 


,"
-."r' 
..:
 I 

.:. : . '\..t . ", ;.t :i4IS" '" ....,.?' , . '\')". 
f.. 

- .' 
 t "ø;.... to '\ . Þ- , 
. " ...".....t. .:, -
.... . ,(.'>
" 

T."'" '.\._, -.r 
. . . 
 .;'.-!? ".
 1. "Jt
. 
.
"')t. "'
.... .!J4..... .- .
--
 " 
.. -"<<-' 
.....
 . . . ,,
_ . 
 .... , 
" .' '.. - 1" .- 
. ...' ....!
 .z.....'7- -(.t:.i 
- 
, . . 
 
'\ .)_ ,w _
 ( A :r.-- .
..1;
 ;
 ...8l...' , - ,. . 
.
 
t,.t,. . . " ..
 .
. - ,
.' . - '-t ....
" .':...... .
 
. \ ","' ...
_ .' 

 .... '. '" 
 1 .
 

 ...00;.., \: ....... 
, , :-
, ,
" \. \ . .' 
:< $ A. .t" 
.. , ' .. 

., -. - ......:!t. '
'l:i.7 · .þ" ,
.'.,.
-..._.O(.... .r.... .(10,..""", ... ( 
, ''á. ._..

_ t,
:
 ../ _. .,' 1 :_,fL

 ..:
..,\ \'!ê
' 4. 1.
" . 

..': 
. 
 . '_. -
 1 ''''' t 
 " .', ' 

 

.. \..0' 
." ,
,. - ).. · 
h . ,.. ..... . oJ ( . t. ,00\ .. : ..... <", \; 
i J " . \ 
 ."-.. . . - .' '" \:'. , " ".. .," 
1 t...... ... 
"':-, 
4 ,
 . .. "...... 
 .';\'. 
 (, -) ... ... :'If " 
..". 
.. . t ;:O
'., '... '. '....., .' '
..:: " \ .' .....
 ....... 
 ;;:>. 
 . 
 ". .. ';.... 
....; ., "X'i 
 ,.- . .. t
'J 
 ; ""..' f III ..
 
 
 ... -' .... 
.\--
 
...... r. .t, 'r-.... .. .. . ..""Ie 
, .' "
-.J 0; . !I/i..lt ,'
 
Y.. -.fJJ.;::.;-..... - -
, .' \. 

 '<
 .." 
 l 
.,.
 .) 
__ .... ')1' . ,. ,4I'
:a- "
.... 
 . . 
 .... 
:. ." ..;:....
oe;.':; 


. 
". . .... 


ø; 
 ",,,,. .. . ,. '" 
::...."-! 
 
.. :J/i!,. .....þ' '. : . 
' .f..') , \. . 

 .,?-..... ....Or 
:"''' . .. - .. ....... 
. .::.._'" \. " 
,. 1t \,,-- 
.. " .
 ,_
. .'t,,"'\
'!:i'

' ..'f '\ l......
 

: '.( 
."". ,..:-
 ,,
. l
' - ,. '.>.... ' "":'a-;:;':-- 
 
T . ."1:- .... \ " '\.õiI' r -'-:-
 ,; . I,: 
 .. 
 
"Ii 

. 
 -' ',..... .. t . ... . 'at.. -." .'t
 
 
.
; .J. .,. """ .: ',
. 
 
- ".J . ':. 
..... { . " " ....
.iJ,
, " 
 .... - · J . 
.. 
 ...."'.... 1'..." '\" ..".,.. - 
...
 

. C I 
: .-:::_:-... . 4:\ ,
 
 . 
':"
 ....
.1 ,--
'" ì
 , .,:."
<.., 
 
,_: J
 
... . .l
 Joo 
.{'..." . ... . þ .........\" _' 
 " ..' ...., i
.., 

 . ". . \ . 4." .A It 
 .. .J 
,", '. -,:! ! "I' ,4 " 
- !>-' J'
':'
 
 . .... 
'\" ' . :-.:..,'- ." .::,..
 "" . j" .. ' ""........ ... ;..... 
'" ': _ ,'. "" _..... !'4o 

... '<< 
. _.. 
.,. -e 
. C'. 

. 
 
 )o.....".
 

 --'..;.." \;."U"J
 "'r
 

. ... '.. .. ..... 
..,.. ,.. "
,.,,,
,. ':I. .

 .,.... . ;;;,.. ,.; 
. .. . ....
...:. -' -I . ' 
"..i :f
..
' . ""
\, 
...... . 
 _

..
 . . I 
401 /'.. 4,r, \\1,. ... 
:
 
 · ':.:. 
'
4 f"':':t)..' __ I"', "'
. ..:') .
...
.. "'. 

'. . .....4 
Q' 
 . '< AI, 'í · 
 ".,". '
'4.. . 
I .'. .... r. ... . '=
 ' ;: '. )' . 
..,... íió'",. ... 

,(.
 
. 
 ".1 *1 .:-1'f'
Jl""'fi;-' )i _,',,- t., 
 
 ., -.: ..
.\ 'l -r' '. .' 

', h J"
:
" '. 
 -
l 
\,' .
,' 
.
. .... -..;- ,V"'r ,"" ......'... .
 .. '.. 
 .......'. ':' ." . .' 
..... 
..
.
 . . 
 '\'!' .....' . . ;.
.t
. ". 1 J'
 . .,. 
. \It 
_..... :: L..r .. 
 
..
 · 
 · 
'6 1 .;
 - .. "'
. ..... 
-'r i' .
 
'. -' '.:' /tt<. .
 
. 4;111" ....... . ..,.... ''t:, .....-'" ,,
, .
, '. "':...."\ -. ' 
:, ..
. .)"
 -'L 'J 

.'
' -... I.õ.{!> ..... 
 .....
. 
.. ,", <r .(
, t . \.. - ("
-, "';:

1"',{
,''''' ....
):. " .. 
 ,.
 ,. - 

. .. ... . ':"!It \,. '\....
. r'-!!, ,....
,:-:"
. . .
 
.;;' 
 -.... 
.... '. (a _..... .:--\ '.' 
r'.."'. . 
. __\ 
þ . ,. . ,.. 
. · I';... .. ....... 
, e.....,. 
,
 "-""\ ,

 ...i...
} :"'I
:.. 
 .,
-

.... '. 
 ..-..... ' ,. 
" 
._ ,'C" J.. 
. ., __':' 
.... 
. )

. ø 
 t.;; 'Ai>' . ' 
........ J 
...' 
 . ' rl J "'" "'.:0.;. >>'. . "', i-: ' 
 .. ..... 
-i }t.., .... 
J:
..J ,..
 ,-\,
...... __
..f 

fI"
, -4'...J ..../::. k '1 '( 
.... '- . "
 
._ .,7", 
 7 .\l..:.)' \,\ ....
 I ..."t.'
.. 
 
. : 4 ........... J 
Þ . . .'.. . ' \ , ",-:r ..J 
 ......>>" . 
.. a::'

.._.. . '
.'''' ..' (\...:. 
 .. · 
". 'I.i(i"It!\ 
 oft' -.; ",.!. 
-, . 
 ........ ... . "!: 
"w"
.]"\t': ).;,. ,- r ; . '. .. ...l 

). .:. h _
"
 
 >- - .. ....
. .-.-- . t!- 
.\..."']. ..
 c ':: ..il " 
 .. ..,-\
' 
 . :....:..\ '.. 
,:}. .'''' ,'1t ,t
 . ' .. · ...... · 
'.. ...'" ",,' 
 

., ... _. ..... ....:.:". ---.'4 ... . - 
@ - .......",- . 
.'. , f'}" 
' ..... . I...... .. .. ' "'\\ ..I., \1 ..... 
, - 
 J.-t., !It ".,-._.. ..,,
... .....-\.' I.... \
.
......;. 
}. 
 ._ -.,Je_.. _II .. - ,. '-
 :....-.... 
:!" '
..,... '...- 
 l. f 
. ,.
. 

10 :.-.. :)-:- .... i . .... ';.- ... 

. r
:'
 
}. ..; 1 ,; ,

.
 
 -- 
 1i ",\\...:.
.. 
, ro . :;'
"\' . -I..... 
t ..... 
 :.
"" ' ........
;,,"'..,,;,,
' ...;,. 
 .,.. -.c- " 
.' 
'",;5 .. \..... ..
..'....'::.._. p."". .}.- 
.... :.....
, ".: I
.. 
.... " '.-:,..A"-. .. ... .;. "r- 
..... 
-'" It. .. . -.
r::c..! . 
 ... ' - 
 
).. .., '1
 .ð } ,' -'.- ,7'.. 'I..

 "". ..... ."" ;. 
_ 
 . r.. . r . _ . J. 
 
 · · 
 · 
 
... '"'
 h \\.;. .... . I 
.- :
..:....
 · 
.. .....
_.. 
 . ...... L' . .' 
 -.. .;. 
. ,..' ,
, 4-a: r. ' (""')..;. 
,-
.: ,
; , 
..) .

. :::: ' 
 " . 
.. - \; .. . .
 ...::;I'
 
 ,
'. 
. "--''''''' ,'. ......'
 !
,._, '.. _ .., "t _;, ,.. 
 
... ..
:._... ..\ _ <<-....
 ---. .... t"'- -- '. . .' (.... . ,. .... 
...,.;- ": 
 
 

" 
....... :\
.... . 6'.; .....r.' -' t'i" ,.' L .
.. !." \, 
1 ,. 
r 
5...' _ \,L 'r .. ;.
.... 
 
 . '. '. .,.. r; .. _ 
 ,... . " ,.. . 
 :' "ì:' .c , .. 
r ' · t . 
\
.' .; '. _",;"'t'!(.. · ;. ..... 
. ,".- 
 . · 
.,1 ...... ,_
 -..J ., 'i. \, .
.. .
.'
 J :...
,,'
' 1',
 
 . ._,'c> 
.. ....._ .
 ..' 
-;Jo'" ",. <. 
t(. .' , ," ."r . - · )
":- t '- , - . '

 ,-' f, 
'
 r ,\,.
 . ,. 'P
!
 - . " 4" .. i ,- '1:'. ...., . 
."" JI _ 
 .._
 ." .
1;þ
'" " ',\ - "';..... ' i ..r
' . ..c: 

 ...), ...,,..... 



 e. 
. ... . .. 1'7" 
Ii)'''" tI
 ..... 


,t 
., 
(. 
.k 
t. 


.;; 



- 


.
 . 

 


" 


,'- .C r ........ 
"
l'\ · 
...... ". 
.. 
. 


i, 
',. 


... 


. 
,;. .,- ").( . 


'",. 


..
 


'''. 
.f"
 
. . 


'It , 


.., .... 
.: 
 


... 
; '- 


,.. .... 
-. .. .
, . . 
 
(. ' .
 
-.' 

'"' 
. 

<<! 


f!o 


. 
...... 


, . 
 .' . 
oIIIIiIt:-. 
4." 

 t 
!i ..,....
: 


.:
 
..' 


.. 


-4 



. 
'f 
.. 
-... 


.... 


.
.
. 


i
 


(. 


- 
.. 


...
 ';:.'. f"'
 ..., ;. · 
..f'1.:,,' e 
) \
.. f" 
ri"" ' '.-' 
...( 
J
 ..' 
. ' 
.1... 


.... .. ' ;;C 

.." ,'\ . .
 
" · 4 \ .". 
.".....

=-
 



 
Ii' ,.- 
. .. ..
.. .. 
4- . 


..
 
\W - .
 


. 
. 
i:. 

. : 
 
 

, 


. " 


'.\ 
j. 
... .
,'" 
(, - r}'" t- . . . 
-. .... 


I. 
r" 
.. 


- 
 


, .. 
..... < 
\ 
....

'...... 
. !: ,-, '\ 
.'-.. . . }þ t 
a .-. -: <. 
. _.
 

. \. -. "lI\' 
. ,........,:-. .) , 
.. '-0 ,. 
 "- 
".,,,t =-- 

....
 
\...r 
)I'.
.- 


..'.':.. 
,
 
 
,. -'\

 
.*" 
:.
 
1". 



. "W 
, ..
. 
,''r " 
) 


"- 


f'i' 
"" , 
.,
,,,. 'l 1 

:.. :...
r . 
4 .. 
.
 ...' I" 


1""', 


;
 
.. 
t. 



 


'(, 


'-or ,,'.-... 



 
, 


 




' 


. 


 



 



 



, 


... 
. 
;j 


I, 


,
 
" 


.... . 


... 
 .. 
,.
 ,{ 
. ii' ,.. , 
, 
 
..
 


. \ .
:o: 
;f ... 

 
. , , 


..:. 


..... 


\!t 


- 
 

 J .,
:"4 - 
. .1 


:....:/'.. 


Ii 


... " 


J 


"\ 

.... 
..... . "- 
;......
 .'.."t 
- \.... 


... 


A_ 


 " 


'", 




z
 
"- 


,. 



nlPIUMERJE DE E. J, !;AIJ.LY. 
"la( C Snrbonn
. 2. 



ðV-
 


G-ONDON 


HII 


)IOU'E
IE
T ItELIGIE 
 I 


EN ANG-LETERRl
, 


oç 


, 
LES I) I\f)(
 R I
S D U C
.\l'rH 0 1...1 (
IS
114: 


I-:T 


).E lU:TOUR DE I:ÉGl.ISE .\l'GUCA:SE A I:U
l'rÉ ; 


p An U
 CATHOLl(jUE. 


Si I'émam:ipoltioll des ('dlhuliques e
t l'ro- 
1I0llcée cn AUGlelerre, ce qui cst possible Cl 
mème prob;Ible. t't clue 1,( reliGion calho- 
liclue parle, en Europe, français et anGlais . 
soun
nel-VOUS hicn de cc que je ,"om dis, il 
lI'ya rien que YOUS ne puissicz imaginer, riel! 
que VOIIS ue PlIis:,icz atlcudrc ; cl si 1'011 \'ou:- 
cti:-ait que dalls Ie couJ'alit tlll siède, 011 dll"a 
I.. lIIesse à Saint-Pierrc-de-Genhe el àSailllc- 
:'ophic tie Conslamilloplc I il faud, a;t din- ' 
POIIJ quoi ph? ll}f; :\f,U"TRE.) 


o 


P A 1\ IS. 


A:\CIEi\
b )L\ISO
 DEBl
cornT, 
...t

IE.fl! .
'r IIII"
 '-, LI BII_'IRE,....I
IÞITI
I.'i
r;.. 


111. nrE DES S,\DiT
-l'i..Hf
. 


IB4
 



PRÉFACE. 


Notre intention, en publianl CPS p3ges, n'est pas 
ùe remonter bien haut dans l'histoire re]jgieuse rle 
r Angleterre ; nOllS nous somilles borné à rappor- 
ter les événements qui s'accomplissent SOllS nos 
yeux, ceux dont nous avons été témoin depuis que 
J'élnancipation catholique a été, sinon réalisée, du 
nloins inscl'itc dans Ie code légisJalif de l'empire 
britannique, au revers des lois pénales votées sous 
l'inspiration et suivant les exigences de Ia ré- 
forn1e. 
Dans ces dernières années, Ie monde entier 
a retenti du bruit de ces événemenls, que l'on 
peut regarder conlm
 les premiers fruits d'unp 
réaction reJigieuse qui donne à l' .Angleterre une 
vie tonte nouvelle et lui prolllet un avenii' plus 
brillant et surtout plus prospère que son passð. Ces 
faits présentent, dans leur ensemble, une trans- 
formation sociale bien digne d'intpressel
 Ie philo- 
n 



VI 


sophe, Ie chrétien, et ù'exciter une curiosité que 
juslifie son inlportance. 
L'Allell1agne et 1'Italie suivent d'un reil attentif 
la contre-révolution religieuse qui s'opère; l'une 
et l'autre deo1andent avec inquiétude à l'avenir le- 
quel des principes catholique ou protestant aura 
la gloire du triomphe. 
C'est pour satisfaire en partie à la curiosité 
qu'excite en Europe ce mouvement que nous pu- 
blions ce volume. 
En cherchant à nous rendre compte de Ja si- 
tuation religieuse ùe l' Angleterre, nous avons fort 
souvent regrelté de manqueI' de guide pour y 
suivre les progrès récents du catholicisme, et nous 
avons dû créer Ie livre que nous avons vainement 
attendu d'ailleurs. 
Après avoil', pendant quatre années, recueilli 
des notes scrupuleuses, nous nous somlnes trouvé 
en possession de l' ouvrage que nous offrons au- 
jourd'hui au public. Quelql1e faible que soit son 
mérite, les circonstances Iui assurent au moins ce- 
lui de l'opportunité. 
Nous avons, dans notre introductioll, cherché à 
apprécier )'influence que la réfornle a exercée en 
Angleterre sur l'individu, la famille, la société, 
]a nation. 
Dans les sept prelniers chapitres de l'ouvrage , 
nous nous sommes 3ttaché à mesurer Ie vaste ter- 
rain que Ie catholicisn1e a gagné en Angleterre : 
nous sommes enlré dans les détails de tout ce qui 
se rallache à la posilion des cat.holiqucs anglais. 
NOl1s aVOIlS raconté, dans les sept derniers chapi- 



VII 


tres , la naissance et le développen1en t de l' écûle 
anglo-catholique (J) qui s'est récenlnlent formée 
au srin de l'Église protestante d' Angleterre sous Ie 
nom de Puseyisl11e. Nous 3vons fait conn:)Ître les 
principes de celte jrune Église et Ie caractère des 
hOInmes qui 111archent à sa tête. Nous avons suivi 
Ics progl'ès òe cc rejeton du protestanlisnle, grcffé 
sur Ie tI
onc tIu culte antique ùont les r
lIneaux 
servirent Ü conslruire et à consolidel" I'Église 
nationale. On Ie 'erra, cc troBC que l'on croyait 
épuisé a ret!
ouvé la séve de ses prcmières années ; 
]3 verdure dont il se pare a mis Ie protestantisnle 
en érnoi partout OÙ l'æuvre des réfol
lllatcurs du 
seizième siècle est quelque chose de plus qu'un 
vain nlOt. Nous avons été d'une très-grande ré- 
serve dans l'appréciation des faits qui, par leur 
nature, sout plutôt de la compétence d'un théolo- 
gien que de celIe d'un laïque. 
lais il nous a paru 
intéressant et utile à Ia fois de rapporler sur ces 
Inêmes questions l'opinion d'ecclésiastiques élevés 
en dignité et connus par leur science. 
Ainsi, nous avons donné snr Ie mouvemen t 
religieux de l' Angleterre, Ie jugement ùu doc- 
teur '.Visen1an, évèque coadjuteur du district 


(1) L'expl'ession Ullglo-calholif}lle dont nons usons fréquemment 
n'est point dans notre esprit s)'nonyme de c3lholique-anglais, sens 
qu'y 3ltache une portion des membres de I'Ég1be 3ng i icane. Pour 
no us , Ie mot anglo a une valeur privative, c'est.à-dire qu'il modi fie , 
restrcint la signification du mot catho1ique qui, dalls l'état ;icluel 
de l'Église angHcJuc, ue sauraitlui être appliqaé. Q :oiquc ces de:J
 
mots, p3r leur accoup1ement, impliqucnt nne cont I'adict:on, nous 
nous en seryons de préférence à loute autre expression, parce qu'i)s 
expriment parfailement \a posHio:1 an,wmale de I'Église d'Angle- 
terre, qui 
c croit catholiquc sans avoir Ie caraclèl'e d'nniversaJité. 



VII' 


de BirnJinghan1. Le savant ahbÖ (1(' I.Juca, tIp 
I-
onlP, que l'OIl peut regarder comn1e l'organe tlu 
senlinlent qu'inspire ùans la capitale du lllonde 
cltrélien )3 situation de l' Angleterre, nous a fourni 
:1ussi dflS observations mûries par ]a scipnce et la 
pipté. 
A ßlesure que nons 3vancions dans nos recher- 
ches, nons aYOHS comrnuniqué à la presse quoti- 
dienne fluclqnes-unes rlp ces pages; Inais ces pu- 
hlicaliolls faites à de longs intervalles ct confiées à 
(les feuilJps qui disparaissent ayec Ie ,jour qui les 
voit naÎtre, ne pouyaipl1t nons enlpêcher d'exécu- 
trr Ie IU"lojet òont ce volume f:\st la réalisation. 
Nons ayons r:lpporté de nOlnbrcux ténloignages 
rcndus par 13 presse de Londres en faveur des fails 
que nous 3vançons. lAP ,journalisme exerce une 
])uissance trop l'éelle quand il est l'organc fidèle 
des sentiments pO}Julaires 
 pour ne pas méritcr 
que1que attention. 

ous devons ajouter que, depuis 1838, nous 
:1yons fait trois voyages en Angleterre, qui nous 
out pprnlis de voir les homInes et les choses dont 
nOU8- parlons. Nous ayons en l'avanlage d'entrete- 
nir des rapports suiyis avec les calholiques les 
plus éminents. En 18í2, nons avons visité I'Uni- 
verHilé d'Oxfol"ld, et nous avons eu à nous flatter 
de I'accueil cordial et de la gracieuse hospilalité 
que nous.avons reçus de quelques-uns de ses 111em- 
bres, ('t entre 3utres, du célèbre rlocteur Pusey et 
<<If' son savant 
t pieux ami, Ic rév
rend 1\1. Ne,v- 
III all . 
Nos YOY3ges en Anglelerrr, nos relations avec 



IX 


)CS SOUJluilés caLholiques du pays et queltJues-uns 
ues Inelubres distillgués de l'Église allglicane, ouL 
singulièremellt facilité notl"e tàche. 
Si les événeluents clont nous nous faisons l'his- 
lorien peuvent éclairer quelques esprits et les dé- 
tern1inel' à éluJier plus à fond la hau te question 
ébauchée dans ees pages, Ie fruit (Ju'ils en retire- 
ront nons sera une dOilce et large l'éCOlllpellse 
pour ce faible tI'a vail (i). 


(t) .\ nolre granù regret, nons avons élé obligé, POUI' ètre 
cûmpris, d'adopter, en parlallt de la réaction c3lholique de l'É- 
g1ise anglicane, certaines dénominations qui manquellt (]'exac- 
titude. Mais les explications que nous avolls eu soin de dÛllner, 
les restrictions que nous aVOHS failes, sont , nous l'espérolls, plus 
(Iue sufiisantes pour nous juslifier aux yeux de nos fl'ères auglicalls 
de l'emploi des mots Puseyisme, école d'Ox{ord, les principes du 
docteur Pllsey, les llouvelles doctrines. Nous avolls eru pouyoir 
nous servir de ces expressions que l'usage général a consacrées ; 
mais nous ten ions à signaler leur inexaclilude, afin qu'on ne 
nous imputât pas les idées fausses qu'elles peuvent suggérer. 


.ear 




INTRODUCTION. 


Si la réforme, considérée au point de vue politi- 
que, parut un progrès à certains esprits, trois 
siècles d'expérience ont surabondamUlent démon- 
tré que sa formule négative l1'est rien moins qu'un 
obstacle à tout développement social. Loin de con- 
stater, comnle ront soutenu quelques enthou- 
siastes, un des grands faits de la civilisation roo.. 
derne, le protestantisnle a plongé la société clans 
Ie doute, a obscurci dans les intelligences la notion ; 
de l'autorité et a presque étouffé daus les cæurs Ie 
sentiment du devoir. 
Longtenlps avant Luther, ron avait pressenti 
]a lutte qui s'engagea entre Ie Saint-Siége et les 
souverains de l'Europe. Le privilége de l'investi- 
ture et les biens du clergé firent naître des colli- 
sions qui placèrent les p3pes et les rois dans nne 
l)osition nouvelle. En France, celte position donna 
lieu à des concorùats; en Allgleterre Ie roi prit 



XII 


toul. II S'CIUpal'a luêlUe UU clergé, qui se relldil 
sans trop dc l'ésistancc, et tIont il fit, après l'avoil' 
raltaché au lrône, un des. rouages du gouverne- 
11lent. 
l\Iais pendant que l'..t\ngleterre consonlnlait par 
son roi sa séparalion avec Ie Saint-Siége, pendant 
que Ie N'ord S'OUVl"aÌt la voie à toutes les hérésics , 
les peuples tlu 
lidi chez qui Ie bon sens fait justice 
des systèlnes ridicules ct inlpra ticables, repous- 
saient insLincLÏvenlent le pl'OleSlanlisIlJe, par aver- 
sion native pour lout ce qui ll'est pa
 ralsoullablc. 
Les peuples du 
ùrd, plus spéculatifs que pra- 
tiques, I'Allgletel're surtout oll Ie sentinlenl ùe la 
personnalité élait ùéjà fortclnent développé, ont 
gardé Ie protestantisnle, el ont fail l'cssai, à leur 
ùéLriluent, d'une doctrine qui exalte outre luesure 
l'ol"lgucil de l'hOIlllllC, Ie pousse it l'
Hnour exclusif 
tIe lui-nlêlue ct nnit par tlétruirc en lui tout senti- 
Inent posiLif de religion. ...\101'8 que Ie protestan.. 
tisme cherchail pal"tout les 1110yens de discréJiter 
Ja religion ronlaine en dénonçan t l'Église f
OmllJe 
l'ennenlie de )a liberté, ce genl"e ù"allaques servait 
le calholicisn1e, qui, pour se rei ever de ces incul- 
pations, n'avait qu'à ouvrir Ic
 pages <.Ie son his- 
toire. ,Aujourd'hui que les CalOll111ies ont passé et 
que la vérilé delueul'c, il reste Lien constaté que 
l1on-SeUleluent l'Église s'est toujuurs associée à 
l'indépendallce des nations et 
l J'éian des bardis 
pen'seurs, luais encore qu'elle cst la Inè1'e òe la Ii- 
})erlé cl ùe la nalionalité ues pcuplcs. La POIOgIlC, 



XIII 


la Helgique, "l'ldande pOUITaient être appelées ell 
téll1oignage. Il est des révolutions et des agitations 
qui ne sont que Ie développeinent de la doctrine 
de paix et d'union de l'auteur de notre foÏ. 
Le catholicisme n'a rien à perdre dans les dé- 
bats de la pensée hUluaine, quelles que soiellt les 
choses que ceUe pensée cherche à approfonJir ; il 
ne redoute que la denlÎ-science, la fausse liberté 
ou la licence. Ce qui se passe en Europe en est une 
preuve éclatante pour quiconque perce l'écorce du 
Inarasnle jntellectuel, ue l'indifférence en matière 
de foi et de conscience. L'hésitation des esprits 
touchant la vérilé I'eligieuse est un indice de l'ago- 
nie de l'erreur, qui, irnpuissante à éJifiel', cherche 
par des subterfuges à diriger }'esprit des hOlnlnes 
vel'S les nlatières politiques. :\Iais la politique eUe- 
lnêlne a beau prendre des allures de reine et tà- 
cher de se rassurer sur l'avenir ; eUe évite à chaque 
instant toute collision avec I'élément religieux 
qu'elle paraît dédaigner , luais qu'elle redoute en 
secret et qui seul peut, dans l'avenir, affirnler sa 
dOlnination et fixer ses incertitudes. Lc christia- 
nisme touche à nne des époques solennelles de son 
existence.- Saint Augustin a dit après saint Paul: 
<< II Caut qu'il y aiL ùes hél'ésies afÌn que la vérité se 
ùéveloppe. ]) -Jusqu'auseizièrlle siècle Ies conciles 
out eu nlÏs
ion J'aider ce développeluent en prému- 
Hissant les consciences coulre I' erreUl'. &\ U; ourd'hui 
J 
(Iue les révolutions politiques ont changé les condi- 
liulls extérieures Ju christiallislllc, I'Église procède 



XIV 


autrelnent. Ron1e s'est lajssé dépouiller, jour par 
jour, privilége à privilége, de t
ute sa puissance 
extérieure ; dans )a persécution générale exercée 
contre elle par l'opinion dans tous les États de rEu- 
rope, cUe s'est laissé dépouiller de ces signes exté- 
rieurs de la puissance pour rentrer dans Ie temple 
et ren1plir l'auguste ll1ission de réagir sur la so- 
., , ,. , 
clcte par ses vertus , son caractere et son UUI tee 
L'Église cathoJique se présente aujoul'd'hui dé- 
pouillée pour n' ofl'rir à l' esprit que les caractères 
tle l'unité religieuse et la couronne d'épines de son 
fondateur. Au seill de Ia fluctuation des iJées, 
seulc immuable, ellp domine les partis et les in- 
quiétudes qui les tourmentent. Cette Église que 
certains beaux esprits croient ll1orte, est encore, 
du fond de son ton1beau, la seule puissance à la- 
queUe 13 défaite n'ai t pas enlevé Ja couronne 
qu'elle porte depuis bientôt dix-neuf siècles. L'É- 
glise tient dans ses mains l'éniglne s3crée dont Ie 
protestantislne a perdu les paroles sym boliques. 
II a beau torturer )a Bible, cr"euser les traditions, 
presser la leLtre pour en faire jaillir l'esprit, Ie 
protestant est condamné à la stérilité et à l'erreur, 
jusqu'au jour où, secouant Ie protestantisme 
COlnme une æuvre d'Ìnlpuiss3nce, il sera forcé de 
se sauver dans I'Église catholique contre l' enva- 
hisselnent ùe toules les ruines qui vont fondre sur 
Iui. 
Ceci regarde surtout l' Angleterre où le protes- 
tantisme a pris toutes les formes possibles, ct oÙ, 


, 



xv 


malgré la protection de I'État pour Ie maintenir 
daDs la moralité de ]a loi et les conditions de la 
durée, il tOlnbe pièce à pièce, entraînant avec lui 
peut-être la nation dont il a faussé l'esprit et cor- 
rompu les voies. 
Pour peu qu' on réfléchisse sur la situàtion de l' An- 
gleterre, l' on ne peut s' en1pêcher de s'attrister pro- 
fondément à la pensée des calami tés qui pèsent sur 
elle et qui doivent amener une catastrophe. On y 
voit la puissance aHiée à la faiblesse la plus grande, 
l'orgueil du faste et de l'opulence à côté des souf- 
frances de Ia misère, Ie crédit leplusétendu avec la 
répulsion et souvent Ie Inépris des peuples, les Con- 
dations les plus nombreuses de charité et un pau- 
périsnle affreux qui, en dépit des mesures les plus 
grandes et des lois les plus sévères, pullule dans 
les basses régions de la soriété, et forme comme 
une nation dans la nation. Tels sont les contrastes 
effrayants qu'offre l' Angleterre. Pour en trouver la 
cause, il n'est pas besoin de fouiller dans l'histoire, 
l1i d'analyser Ie tempérament de ce peuple. Ii 
faut ren10nter un peu plus haut, creuser un pen 
plus bas. Au faÎte de l'édifice social, nous trou- 
vons la religion enchaînée au trône ; à sa b3se, la 
conscience pubJique privée de lien Dloral. 
Lorsque la raison rejette Ie frein imposé à l'in- 
quiétude de l'esprit humain, tout lui devient un 
motif de doute et de négation. Le senliment du 
beau et de l'honnête s'altère et se réduit aux pro- 
portions mesquines de l'intérêt privé qui justifie 



:\ VI 


tOl1S les éC3rls de la pensée, touLes les révolles 
de la raison, toutes les injustices ùu cæur par Ie 
succès et l'amour de soi. - De là, cet orgueil 
intraitable, ce ton altier, ces formes dédaigneu- 
ses, et ce moi souverain de l' Anglais qui jettc 
sa personnalité dans tout et au-dessus de tout. Lc 
protestant anglais, comnle résultat (]e l'estirnc 
profonde et ùe l'opinion démesurée qu'il a de lui- 
mêrne, professe pour les honlmes Ie plus grand 
mépris. Ce caractère individuel se retrouve exa- 
géré dans la nation elle-même qui, tout enlière, 
pent être regardée COlnme la personnification de 
l'égoïsme. La vanité et ramour du gain sont les 
deux IUO biles de tout ce que l' Angleterre réalise 
de grand. Le premier de ces caractères se re- 
trouve jusque ùans l'aulnône que Ie peuple anglais 
jette à ses pauvres. L'anglicanisme a fait de la 
charité une vertu d'clnprunt, une verlu de faste , 
une occasion de se montrer. C' est un acte in- 
sultant dont les fornles sont injurieuses et brutales 
el qui ont lout l' odieux de la Ioi qui décrète Ia 
charité COl111ne un in1pôt. 
Ainsi en est-il des peuples qui secouent Ie joug 
de l'autorité spirituelle; iIs cessent de marcher 
<<ans.la lUlllière qui vÌvifie ; ils se rctirent de la vie 
sociale et perdent toute moralité; car)a morale 
.... 
sans préceptes positifs, dit Portal is , laisse la rai- 
son sans règle; la morale sans dogmes religieux 
n
est qu'une justice sans tribunaux. Privés de re- 
ligion, les peuples s'aùressent au pouvuir et lui 



XVII 


dplnandent un symbole qui leur rsl octroyécolnnle 
unp charte. Vne tellc religion est bien ,tulnérable; 
car si un honlme, quel qu'il soit, n'a pas Ie droit 
de régler la conscience d'un autre homme, quel 
respect pent-on avoir pour une puissance reJigieuse 
qui ne lient sa vertu que du peuple , et qui par là 
1nême, privée de toute mission divine, ne saurai t 
invoquer qu
 la volonté qui I'a créée. 
Pour se soustraire à la puissance ternporellc des 
papes qui ne les gênaient guère, les Anglais firent 
de leur roi un pontife suprême, et i1s créèrent un 
despotisl11e religieux. qu'ils agrandirent de tons les 
caprices de 
'autorité temporelle. Ce ùespotisnle , 
qui depuis trois siècles pèsesi 10urdell1entsur Ie pays, 
a produit Ie double cancer de la luisère et du luxe 
qui dé"ore Ie peuple. C'cst pour se soustraire 3 ce 
despotisllle que I'i\ngleterre commence à faire re- 
tour à \'unité.L'individualisnle, celte lèpre sortie de 
1a réforme, 13 ronge. CeLte rnaladie a bien pu l'oc- 
cuper et la distrail'e de la vie lllorale, tant qu' elle 
a en à conquérir, à gagner; ßlais cette fièvre Ia 
quittera après l'avoir clouée quelque temps SU1" son 
île , en proie aux calamités que Ie protestantiSI11e 
111i a prodiguées. L'Angleterre a beau fonder des 
cornptoirs, agrandir son commerce à Inesure que 
l' or rnisselle dans Londres, )'amour dll gain et Ie 
besoin s'y pressent et :\ugnlentent dans d'effrayan- 
trs proportions. 
II est lie la nature tIes jouissances physiques 
d'accroÎtt'e I{\ ß1a1heur de ceux qui s'y vouent Ie 



XVIII 


plus. I...' Angleterl'e conlmence à comprendre que 
Ie cul te des intérêts matériels ne procure à l'homme 
que l'inquiétude de l'esprit eL Ie dessèchenlent du 
emuI'. Dans son progr'anlme de réforlne politico- 
religieuse, elle n'avait oublié qu'une chose: la 
conscience. Elle avait crn pouvoir se faire une rc- 
ligion à l'image de ses instincts: ses instincts I' ont 
trolnpée. Elle sent par suite Ie besoin de se ratta- 
cher à un principe fécondant qu'clle n'a pas et 
qu'elle n'apc,'çoit encore que d'une manière fort 
imparfaite. Ce principp est Ie principe catholique. 
L' Angleterre paraÎt devoir retonrner au catholi- 
cislne COllllne elle elnbrassa autrefois la réfornle, 
en corps de nation. ElJe avait cru fonder une église 
nationale; elle n'est arrivée qu'à scinder Ja nation 
en autant de partis religieux qu'il y a de textes 
dans 13 BiLle. La religion a presque complételnen t 
disparu dans la fusion impolitique et impie du pon- 
voir teluporel et de la puissance spirituelle. Elle 
est devenue la vassale de la royauté, qui a fait 
une nlêllle chose de la religion et de I'État, du 
culle et de l'adnlinistration, de 13 police et du rite. 
De cette confusion est résulté l'état précaire de la 
religion qui a cessé d'exercer 13 moindre iuflllence, 
dn lTIOment où elle est descendue du trônc pour 
prendre Ie nom ùe loi. La cause tlu protestantisme 
anglican est si pauvre aujourd'hni, si Hue Ina1gré 
ses grands tl'avaux sur l'exégèse, et en raison 
D1ême de ses efforts prodigieux, qu'elle est obligée 
de désavouer son passé, et qu'après s'être f1étrie 



XIX 


de ses propres mains dans les ouvrages de Cobbet, 
elle se renie elle"ln{
rne par l'orgalle de ses plus sa- 
vants docteuI's. Ne senLant plus la vie circuler dans 
ses Inembresdécrépits, elle en appelle :. Rome; ellc 
pleure sur la poussière des successeurs des apôtres, 
et ne proteste plus aujourd'hui que contre ses pro- 
teslations d'autrefois. C'est la dernière pulsation 
de vie de l'anglicanis111e , pulsation d'agonie, tra- 
vail de mort, Inais effort de géant qui secoue son 
suaire et cherche à sou lever la pierre tun1ulaire 
qui Ie sceBe au néant. 
l..e grand spectacle qu' ofI're au monde l'Église 
anglicane a été prédit, it y a plus d'un siècle , pal- 
Bossuet, quand, en parJant des anglicans, it 
dit dans I'Histoire des Variations (Iiv. Yll, -114.) : 
C[ Vne nation si savante ne dem
urera pas.... dans 
eet établissen1ent ; Ie respect qu'elle conserve pour 
les Pères, et ses curieuses et continuelles recher- 
ches sur ]'antiquité, ]a l'amèneront à la doctrine 
des premiers siècles. Je ne puis croire qu'elle per- 
siste dans la haine qu' elle a conçue conlre Ia chaire 
de saint Pierre, d'où elle a reçu Ie cht-.istianisme... 
Les telups de vengeance et d'illusÎol1 passeront, 
et Dieu écoutera les gémissements de ses saints! )) 
Celle prophélie du grand évêque touche à sa réa.. 
lisation; car I'Ëglise anglicane ne saurai
 luainte- 
nil' plus longtemps sa position sans s'unir à I'Église 
catholique. Cette réunion pernlettrait de consa- 
crer de nouveau les biens de I'ÉgIise aux usages 
pour lesquels ils avaient été donnés; celte réunion 



xx 


raffernlÎrait l'illuslre arislocratie bl'itanniqup, qui 
est destinéc à vivre ou à succonlbcr avec J'Église à 
laquelle elle se trouve si inlimelnent liée. Cette 
réunion raffermirait]a constitution et ferait cesser 
toutes les divisions, toutes les disputes avec 1'h'- 
Jande; car )a diITérencc de re1igion en est la prin. 
cipale source. Cel événenlent paralyserait les fac- 
tions dissidentes, ct en rétablissant l'ancienne 
subdivision des biens de I'Ég]ise , les propriétaires 
fonciers se tl'ouveraient allégés d'une partie ùe 
I'irnpôt pour les indigents; la classe ll10yenne et 
les pauvres n'auraient plus à payer les taxes d'é- 
glise, el l'on formerai t un fonds pour b:ttir les 
églises ct les chapelles. En un mot, I'Église ac- 
qucrrait ainsi la popularité qui lui est nécessairc 
et qn'eHe a depuis si longtemps perùue. Si ]a belle 
prophélie de l'évêque de l\Ieaux nc se réalisait 
pas, nous pourrions bien yoir, dans Ie COUI'S 
d'un delni-siècle, ]a gnerrc civile, Ie renversc- 
Inent de I'Église, l'oubli des granùs principes sur 
]esquels reposent les propriélés civile eL ecclésias- 
tique , enfin une confusion générale qui entraÎne- 
rait irifailliblement ]a ruine de ]a ll1ollarchie. 


"'_,0.- 



CHAPITRE I. 


SO
I
IAIR.:. 


" 
Coup d'æil sur la situation générale du Royaume-Uni, - Anarchie 
religieuse, poHtique et sociale. - Dépravation et misère du peu- 
pIe. - Crise de 184.2. - La charité officielle. - Les workhouses. 
- Les socialistes, les chartistes, les rebeccaistes. - Opinion de 
Cobbett sur les conséquences de la réforme. - La constitution 
de l' Angleterre est l'æuVI'e du catbolicisme et non celie des ré- 
formatenrs. 


8'H raUl en croire l
s apologiste
 rle Ja réforme, les 
fonrlatenrs de l'Ég1ise protestantc d'Angleterre fluent les 
instruments dont se ser\"it la Pro,'idence pour répandre 
ses bénédictions sur ce pays. Le Ciel, dans sa miséricorde, 
réser\"ait des grâces précieuses à l' empire britannique, et 
c'élait pour Ie rendre digne de les rece\oir que Henri '.111, 
Édouard VI et Élisabeth reçurent et accomplirenl Ja mis- 
sion d'établir un culte national. CrUe assertion est plus 
{ 



2 


facile à én1cttl'p qu'à s0utt'uir, car, si l'arhre duit être jngé 
par ses fruits, si 13 t.livinitr dn Christiaoisme peut être dé- 
nlontïéc parIes 31néliorations morales, religieuses, poli- 
tiques ct sociales qui ont suivi son élablissement dans Ie 
Dlonde, ponrqnoi n'anrons-nous pas Ie droit de rccherehcr 
quels bienfaits la réfornle a produits pour l' Angleterre, 
dans quelles proportions cl1e a augmenté Ie bonhenr du' 
peuple et ]a prospérité nationale? 
. 
Or, si DOUS nous livrons à eet exanlen avec quelque 
soin, si nons pénétrons au ereur nlême de la question, 
si DO us suivons les eonséquences de eelte réforme reli- 
gieuse à mesurc qu'el1es se développent et que Ie pa)'s est 
obligé de les suhir, nous arriverons à des conclusions dont 
les réformateurs de l'ancien culte n'auront guère à s'ap- 
plaudir. En renlontant à l'époque mênle OÙ lÏntérêl de la 
nouvelle Église demandait à ses partisans Ie plus de ré- 
serve, le vice et la corruption s'étalaient détà avec line 
audace inconnue aux époques alltérieurcs, et les histo- 
riens les plus prévenus contre les calholiques ne pou- 
vaient s'empêcher {Ie signaler et de flétdr la dépravation 
publique. 
Latimer, qui écrivait sons les règnes de IIenri VIII et 
de SOil successeur, nous dit: <<La débauche se pratique 
en Angleterre d'une n1anirre inconnue dans les autres 
parties du lTIonde, ct on en par1e comme (rune chose 
de Lon tOll, .runc de ces hag-ntcHes tJue personne ue 
songe à réforn1cr. . 
c Triste ptait alors (en 1 iOO) l' état de la religion, nons 
dit Ie pasteur anglican Strype. Le
 ecc1ésiastiques sgem- 
paraient de plusieurs bénéfìces, sans résidcr dans aucune 



5 


de leurs paroisses. La plupart aliénaient tenl.s biens, Cl 
exigeaient des ré\'crsions de rentes sur la têtc de leur 
fefi1file et de leurs enfants. Parmi les laïques, quelques- 
nns "ivaienl sans 3ssister à aucnn service divino Un gran d 
non1bre étaient tout-à-fait païens ou athécs. . 
Ainsi, pour être conséquents avec eI1X-mênles, les apo- 
)ogi
tes du protcstantisnle anglican dcvraient nous dire 
que Ie vice et l'impiété ont été engendrés par la yérité et la 
'"erlu. Pour nous, nOllS aimons llliel1
 voir Ie triomphe de 
l' erreur dans Ie succès de la réforme, car alo1's nous ne 
nons étonnerons plus de la corrnption des mæurs, de I' on- 
bli de la religion, du déchaînenlent de tonies les passions, 
des malheurs qui vinrent affiiger 1'indiviflu, la famille, la 
société, la nation. Si les vices sont fits de I' erreur, les 
calamilés sont fHles du vice. L'his!oire de l' Angleterre, 
depuis la réforme, est là ponr Ie dérnontrer au besoin à 
quicollque douterait de celte "éritê. 
Le savant évêque 'YaHoo DOllS apprend ce que devint 
la religion sons l' égiJe du protestantisrne. ( Chez DOUS, 
dit-il, tont Ie monde se croit docteur, tons reçoi\'cnt d' en 
haut leur enseignement... Le plus grand sot nous donne 
Bes rêves pour la parole de Dien ; des sect es innombrables 
ont renouvelé to utes les anciennes héréBies, et in,'cnté 
des opinions plus nlonstrueuscs que cel1cs élnises jusqufà 
nons. Les scclaires ont rempli nos "illes, nos ,"ilJages, nos 
églises et nos chaires, pl ils ont condnillc pau\'re peuplc 
snr Ie seun de la perdition. . 
J./ignorance, la corruption uu cæur cl ùe l'esprit ont 
eufanlé aussi des misèl'es ph
 siques qui ont élendu leurs 
ravages sur ce ro
"anme, et I'ont décin1é cn dépit des 



4 


efforts gigantesques du génie C0l1101el'cial el industl'ir1 
de ses habitants. Les imlllenSeS richesses dont s' enol'- 
gueillit I'al'ist,ocratie hl'ilannique, He SOl1t, en réalité, 
{ju'un manteau dont I' Angleterre Be 
el't ponr cachpr la 
Vh1S (1é
astreuse misèi'e; mais si le '
oyage\1r ahorde Spg 
rivagt's, i1 n
anra pas plus tõt mis Ie pied dans la métro.. 
pol(\, oil s'pnglontit ror du monde fntipr, qur Ip yoile Sp 
déchirpra. 
.. 
( Parcourez, disait Fielding, certains ql1artif'rs de Lon- 
cJres, pOl'lez la ,"ue dans la déplorablr chaumière du pan- 
\Te: Ie triste spectacle, Ie dégoûtant assemblage (le toute
 
les nlisèrps hunlaines "ous arrachera des laroles. 
(4 Est-it possible de ,'oil', sans la plus profonde com- 
passion, des falnilles entières ùépourvues de tout ce qui 
est néccssaire à la vie: transies de froid, à peine cou- 
\yertes de haillons, épuisées de besoin, succombant sons 
la plus affreuse indigence, dévorées cnfin de maladieg, 
conséquences inévitables d'une si 31fligeante situation? 
( Si ron ressenl si pen de compassion pour 1("8 pau\'res, 
c g est qne l'on ('raint plus Ie mal qu'ils font que relui qu'ils 
8ouffrent. 
a C9 est dans Ie fond de leurs cabanes que, plongés dans 
la range ct dans la misère, ils sont en proic à tous les 
tourmèDts de ]a faim, du froid et des maladies. 
Iais c'est 
au milieu de la société qu ïls "ont 1l1endier et assiéger Ie 
riche par leurs importunités; c'est au milieu du public 
qu'i 1 s exercent leurs rapines el leurs vols. II n'y a pas, 
dans tout l'arrondissement de 'Yestn)instcr, une paroi
"e 
qui nr paie chaqnf annéc une sOlnmr con
idérab]e pour 

C
 p3u\"res, et, ncnol1stant, on ne citerait pas nne seu1e 



'L' 
D 


rue qui ne fourIniUe, Ie jour, de nlenrlians; la unit, f}e 
"oleurs.... . 
Fielding, COIHnlC on sait, éCl'ivail en 1733; mais Ies 
3uteurs anglais (lui parurent à 13 nu du dix-huitiènlC 
sièele et au COIlllnenCement ùu dix-neu,'ième ne font ({UC 
COllstater l' accroisseluen t de ]a Inisèl'e ct de la dé(Jra \'3 tion. 
c Les nlaux que déplol'ait Fielding, nous dit John 
Hill, sc sont extrêulenlcn t Illultipliés et aggra,'és d{'puis. 
Les hesoins et les ca1alnités du pau\"l'e vertueux, la COIl- 
tluile dépl'avée ct l'indolence vicieuse dn pau\'re fl'ipon. 
l'accroisSClnent des uus et des autres, les dépenscs itn- 
Inellses pour les secourir, 
ont des maux qui ne fnreul 
jamais si géuéralemcnt sentis, déplorés a'"èC tant de force 
que dans l'époque actuelle. I 
John 
IUSSOll Good s'écrie : · C'e
t uue chose dél1lu- 
rabie, ßlais généralement reconnue, (JlIC
 quoifIu'aucun 
va
"s d' Europe ne soit assujetti à ]a IDoitié des taxes énor- 
lues qui pèsent sur la Grande-Bretagnc 1'our ]e sou]age- 
ment des pauvres, qu'aucun ne présente la Dloitié autant 
d'inslitutions de bienfaisance dont]e but est de leur porter 
secours; néanmoins il oJ est aucun pays Oil les pau\'res 
soient si nombreux et aussi malbeureux. ) 
Dans sa leure à révêque de Durhanl, Bernard nous dil: 
c La taxe des pau\'res est ]e baromèlre qui lllarque, au 
mépris de la plus brillante apparence tIe noire prospérilé, 
les progrès òe notre faiblesse intérieurc; cl plus notre 
jndu
trie el nos lnanufactures s'ételldcnt, p1us notre 
commerce se répand sur Ie globe, plus }' énormité de fa 
(axe devicllt colossale. Elle s'accroit avec nolre accrois- 
sen1ent, eHe grandit 3YCC notre force
 parce que ses I'ari.. 



6 


nes onllH
né(ré jusqlle dans Ia source \'itale de noll'c 
existence et de notl'e prospérité. ) 
Ces citations nous out paru instruclives, en même temps 
(jU' clles uons n1ettcnt à couvert du reproche ù f exagératiol1 
que plusieuJ's pourraieut êtl'e teulés de nous adresser. 
Du passé arrivons à l' époque aclucJle. Un coup d'æil 
rapide sur la situation générale ùu Royaume-Uni s'offre 
assez naturelleu1cnt con1me préarnhulc aux faits que nou
 
3vons à exposer. 
On dirait que l' Angteterre doit expier par le8 plus 
grands lualheurs les crÌInes des hommes qui I' ont arrachée 
à l'unité catholique, et qui, après avoir Inérité Ie titre 
glorieux de fidei defensor, n'ont pas rougi d'apostasier, 
de se faire les chalnpions de I' erreur et des ,-ices les plus 
hontenx. 
La corruption desPères de la réforme a gagné Ie cæur 
de la nation, ct la superbe Albion e
pie aujourd'hui leurs 
iniquités. Car, qu' on ne s'y trompe pas, I'Angleterre, 
COD1me nation, voitgrossir sa dette en dépit de l'accroisse- 
lllent de s
 prospérité conlmerciale; c' est un abîme qui 
engloutit toujours davantage à mesure qu'on cherche àle 
combJer( 1); absolument comme it arrive que, tandis qu'on 
emploie des nlilJions de livres sterlings pour soulager les 
pau,rres, des millions de pauvres se trou,'ent encore avoir 
bcsoin d'Ull plus grand soulagement que celui qu'ils reçoi- 
vent. J../bistoire contenlporaine nous fournit UD tableau 
assez élo(Juent de cette situation crilique. 


(i) La delle nationale s'e
t accrue de 498 millions de Jivl>es stet. 
Hngs dans Ie dix-huiLième siècle. 



"' 

 


Durant )a session législative de 1842, il a été officielle- 
ment constaté que la classc ouvrièrc n'avait jamais été 
)'éduite, à aucune époque, au dénuen1cnt qui faillit la pous- 
ser à des actes de désespoir dont l' aristocratic, 1 'Eglise et 
les riches propriétaires auraient été les pren1Ïères vie- 
times. Le parlernent retentit de suppliques adressées au 
gouvernen1ent, à la couronne et à l'aristocratie) en faveur 
d'un tiers de la nation réduit à l' élat de Juendicité. La 
reine intervint en personne, et prescrivit, dans une sorte 
de bulle papale, des quêtes au profit des indigents. 
Lord Iiinnaird fit un appel à la chanibre ùes lords, en 
faveur des classes on vrières, appet qui con tribua à ac- 
croîlre l'agitation populaire proùuite par la ß1isère géné- 
rale. L'in\'itation faite à ]a chal'ité publique au nOD1 de la 
reine ne contribua que faibleillent à calmer l'irritation 
des esprits, et, quoique sir Robert Peel déclarât à la 
chambre des conUl1unes que la patience avec laquelle Ie 
peuple souffrait sa détresse fût d'nne magnanimilé tou- 
chante, Ie peuple se montra fort peu touché de la solli- 
citude dfun gou"ernen1ent qui reculait devant l'adoption 
des mesures propres à soulager ses maux. L'indifférence 
du gouvernement se trahit d'ail1eurs par ces paroles du 
président du conseil des ministl'es : ( II sera toujours 
temps de s'occuper des mesures à prendre quand les 
fonds mis à la disposition du gouvernerncllt par la cha- 
rité publique scrollt épuisés! J 
I. Ferrand, un Illcmbre 
radical, paraissait 1l1oins rasslll'é que lord 'Vharnclitfe, 
car il proposa à la chambrc des COnHl1UneS de voter 
vingt-cintl Inillions pour Ie soulagenlcnt des ouvriers 
c]ui mourairnt de faiIH dans lcs districts Inallufactu- 



8 


riers. Conll'e l'attente générale, la chambre eut des 
objections à élever contre une proposition si Jégitime 
el une allocation si urgenle; eUe aurait pu, ce nons 
semble, )" acquiescer t en attendant que Ie gou'"erne- 
Inent con1prit que la plus belle aUlnône qu'il pût fairc 
au peuple serait de lui assurer òu travail. Au Inoment 
même où la chambre venait òe prendre cette déter- 
mination, ùes nouveHes chaque jour plus sinistres 
arrivaient au millistère de toutes les parties de l' Angle- 
terre. Dans une vine, c' étaien t 
O, 000 ou vriers qui se 
réunissaient et déclaraient publiquernent qu'avant de 
laisser périr d'inanition leurs femmes ct leurs enfants, il
 
cherchcraient partout les mo)"ens de les arracher à la 
mort. Dans ulle autre, )es chartistes s'asscmblaient et 
proclamaient radoption de la charte con1me Ie beul rc- 
Inède au
 l11aux du pays. )Iai
 que) mOJen a\'ons-nOU5 de 
faire accepter la charte, s'écriait ('un d'eu
 dans un mee- 
ting, après que la chanlbre des COlnmunes a rejetê notre 
pétition couverte de trois mil1ions de signatures? Ce 
mo)"en, Ie voici: c Je m'aperçois, disait-il, que plusieurs 
d'entre nons possèdent des arlnes; ceux qui n'en ont pas 
s'en procureront, et nous marcherolls ensuite sur Ie pa- 
lais de Buckinghan1. Si la reine nous accorde la chal'te, 
bien; sinon, nous saurons rnsage que nous ferons de nos 
armes! J Ces paroles paraÎlraient lllodérées à côté de plu- 
sieurs discoul's prononcés ùans ce Dlême meeting. Dans 
Ie Lancashire, les ouyriers donnaienl à entendre aux au- 
torités qu'ils ne mourraient pas sans résistance. << Dans 
cette afrreuse situation, òemandait un organe des inté- 
rêts populaires, nos oppresseurs cOlnprendront-ils qu'iI 



u 


faudl'a tôt on tard abolir Ie détestable ÏInpòl qui double 
pour Ie peuple Ie prix du pain? ) Un autre journal de 
tondres annonçait que la seule corporation des tisse- 
rands cOlllptait, dans la Inélropole, 25,000 oU\Tiers 
sans pain, sans asile, sans travail, et que Ie nord de 
l' 
\ngleterre présentait un état aussi alarnlant que Ie 
centre et Ie midi. 
En Écosse et en Irlande Ja Inisère sévissait avec tout 
autant de rigneu.'. Les habitants de Glasco\v virent 
avec effroi circuler ùans leur \'ille des gruuvc5 (]'ou- 
vriers aiTamés, au teiut b1afarJ et aux vêtements en 
guenilles, qui faisaient, scIon leur pro pre expression, 
une 11rocession de lnelldicilé, pour elcÍter la charité 
de leurs cOllcitoyeus. D'autre pal't, la population exté- 
Duée d 'Ennis, en Ir]andc , essnyait la fusillade des habits 
rouges pour 3\'oir tenlé ()e se procnrer par la force 
Ie pain qui lui luanquait! La lllisère de I'lrlande fut ra- 
rement aussi générale qu'en 1842; nlais, toutefois, la 
falnine n'était qu 'une de ses calalnités : l'administration 
du gouvel'nement tory y fomelltait et y entretenait bien 
d'autres maux. A l'a"éllement Ju cabinet préside par sir 
Robert Peel, la situation de rIl'lande olTrait à un gouver- 
nement qui eût été anilué de bonnes intentions, des 
moyens faciles de gagner ses synJpathies, de pacifier pour 
longlemps celie terre d'infortunes et de Ja ratlier sérieuse- 
ment à l.empire; mais il eût faUu que les représentanls du 
pou\"oir s'occupassent quelque peu de son bien..être. On 
a beaucoup parlé de la prudence de sir Robert Peel, et 
l' on attendai l des lller\'eilles de ce qu' 011 appelle la ß10.' 
t1ération de son caractèl'e; mais loutes ces espérances 



10 


se sont évanouies, et les amis du gouvernemcnt sont 
les premiers à ayouel' que rien n'a été fait pour I'h-. 
lande(1)! 
SOl1S 1'adlninistration des "higs, SOUS Ull régilne de 
ten)porisation et de concessions partielles, l'ile des Inar- 
lyrs était calme et entretcnait I' espoir d'un avenir meil- 
leur. Les ,,-higs promettaient facilement, réalisaient pen; 
mais its s'ahstenaient habileUlent de tout acte qui eût 
ressemblé à de l'hostilité. Il 11' en 3 pas été ainsi a"ec leurs 
successeurs : la conduite des tories a fait regretter à I'Ir- 
lande la politique modéréc des ,vhigs et l' a attachée déci- 
dén1ent à ce dernier pal'ti. Le gouvernementdesir Robert 
Pee], non content de ne rien cntreprendre dans l'intérêt 
matériel ou n10l'a1 d'un P3JS que les Anglais appellent , 
par ironie sallS doute, )a sæur de l'Angleterre (our sisler 
COll1ltry), a organisé un ,'éritable système de réactions 
qui ne respecte rien et devant lcquel tout doit fléchir. La 
liberté de Ja presse, chose sacrée en Angleterre, a été 
foulée aux þieds en Irlallde. Plusieurs procès y Curent in- 
tentés aux journaux défendant la cause nalionale. L'évé- 
nelnent parut si grave à l\1. O.Connell, qu'il crnt devoir 
{Juitter Ja pourpre de prerrlÏer magistrat de Dublin, pour 
s' en aller devant les assises plaider la cause de la liberlé 
Incnacéc ! 
La religion, (}ans ses mystères les plus sublimes, ne 
fut pas à I'abri de ,'iolences sacriléges. Un prêlre catho- 
Jique, de Leuerkeony, fut emprisonné pour n'avoir pas 


(t) 
ous ne parlons qu'incideutclleJJlt:;nt de l'lrlande, nous propo- 
sanl de puhHer plus lard un ouvra
e spécial bur eet infQrtuné p:\ys. 



it 


cousenti à violer Ie secret de la confession! Dans Ie nord 
s'organisaient des bandes d'orangistes, véritables troupes 
de brigands qui répandaient partout )a terrenr sur leur 
passage. Des assassinats étaient commis impunément en 
plein jour par ces bandes de forcenés; et Ie gouvernement 
n'avait pas la force de pré\enir de pareils attentats! 
Enfin, les tories n'ont pas trouvé d'autt'e satisfaction à 
donner à I'lrlande que de comprimer les généreux élans 
de ce peuple, en Ie traduisant à la barre d'une cour de 
justice, dans ]a personne de son libérateur. 
<:es faits caractérisent Ie systènle à )'aide duquell'ad- 
Ininistration de sir Robert Peel gouverne 1'lrlande. 
Iais si 
nous jetons les yeux sur les maux que la misère publique 
a ajoutés à ces rnalheurs, alors nous aurons vu tontes 
les calan1ités auxqueHes cette portion du royaume-uni est 
en prole. 
Observons d'abord qu'à certaine époque de I'année 
Ja falnine visite régulièrClnent l'ile jadis surnommée par 
les poëtes la verte Erin. Au moment où la pomme de 
terre, seu]e nourriture du paysall irlandais, vient à 
manquer, on voit sou vent une famille de six à huit 
personnes réduite à vivre de la portion qui, en temps d'a. 
JJondance, eÙt à peine sum à rune d' elles, et bien heu- 
reuse encore quand elle peut ainsi attendre la récoltc 
nouvelle en s'imposant de rudes privations : ce bonheur 
n'est pas celui du plus grand nombre. On vit, en 1842, 
se joindrc à la détresse de la population agricole celle de 
I'ouvrier. 
e travail manquait dans les villes, et la cherté 
des vivres y faisait éclater d'aflligeants désordres. Les 
marchés étaient désertés par les détenteurs qui crai. 



12 


gnaienl les \'Íolences de popu1ations qui ne prenaient 
conseil que de la fJim. 
Clcst en vain qu'on chercherait dans l'histoirc des 
telnps les plus barbares quelque chose d'an alogue à la 
situation faile par I'Anglelerrc à la patrie ù'O'Connel1. 
Si toutes les années la famine décilne la population de 
ses carnpagnes, ce n' est (Jas qne Ie sol 
e refuse à pro. 
duire de qnoi noun'a' ses habitants, Inais parce (IU'il lui 
faut exporter de riches ct abondantes nloissons pour fonr- 
nil' aux dépeuses et au luxe de quelques l'Î ches lords qui 
se pal'tagent la propriété de son te1'l'itoire. La population 
des canlp3gnes est ainsi condan1née à ,"oil' s'étoigner du 
rivage Ie pain 31'l'Osé de ses sueurs, alors mêlne qne )a 
fairn la presse, et, de leur côté, les habitanls ùes viBes 
sont dans )a nécessité ù' euroyer en .Angletcrrc les profits 
de leur COlunlel'ce, en retour des l'rotluils cl des mar- 
chanùjges òonl ceUe maråll'C s'est réser\"é Ie nlonopolc. 
En un mot, tOllS les rapports naturels el indusl1'iels de 
1'Irlande sonl contisqués par l' Angleterre , qui lui laisse 
sa Inisère et la paie de son orgueiHeux dédain. 
Parnli les scèncs de désordre, dunt nous fûmes té- 
Inoins, en 18-12, à Cork, la place ÙU Inarché fut pin- 
sieurs fois attaquée. On Y lit des hornnles, des femlnes, 
des enfanls, se précipiter commc des loups atfamés snr 
les pommes de terre que l'étévalion ùes prix ne leur per- 
meltait pas d'acheter. Les canons et les lJaïonnelte
 
protégèrent à Clare un débarquenlent (Ie farine; la Inoi- 
tié de la cargaison avait déjà été pilléc quand la force 
arnlée arriva. Dans toutes les paroisses du Counaught , 
Ie clergé faisait appel à )a charilé publique, et un ecclé- 



i3 


siaslique d'lslandeady écrivait qufà 
a connaissance, C;llq 
cents falnilles de cette ,'ille nf vivajent depnis qnintp 
jours que de feuilles de choux. Dans Ie comlé de 
Iayo , 
des troubles éclalèrent snr plnsienrs points, A ßa11ina , 
les hahilants de la cao1pagne, qui avaient acheté an del'- 
Hier lnarché d'asse7. largcs provisions, ne purent quitter 
, 
la ,'ille ponr retourner chez ellx qu 'en faÎsant cscortel' 
Ictus ch3rreltes par la police. 
Lc penple de 'Vexford arrêta pal' la force Ie d
part de 
deux paquebots chargés de pomn1es de terre qui se ren- 
daient en Angleterre ; Ie capitaine fut contraint lIe dé- 
barqueI' sa cargaison, qui fut achetée aussitõt par les 
habitants. 
Iais Ie COll1té de Clare eut à déplorer des dés- 
ordres d'un caraclère beancoup plus sérieux. A Ennis, 
des ID3gasins de gl'aills furent auaqués. L'intervention de 
)a police, loin de calmer les assaillal1(s, ne fit que les ir- 
riter davantage . ( Qu'on nons donne.. à manger, s'écl'iait 
13 fouIe, et nous nOllS retirons ! >> Ces cris cessèrent bien- 
tõt , et les assaiJlants prirentla fuite; mais deux morts et 
dix-huit blessés restaÍent étendns sur Ja place: la troupe 
avait fait feu! L'effusion dl1 sang produisit tIne agitation 
extrême. Le pcuple prétendail que la troupe avait tiré 
sans lire Ie 1'iol.act, ct iI parcourait les rues dans un 
tat 
d f exaspéralion difficile à décrire, en faisaot entendre ce 
cri lugubre : Le sallg denlal1dc ell{ sal1g ! >> 
Tel était l'aspect général de I'lrlande, cette tcrre de 
fidélité c\ d'hél'oïsme dont six sièc!es d.agonie n'ont pu 
:issouvir la haine de ses opprcssellrs! On Ie voit, les 
.elnbarras till gouvernement britanniqlle se nHIltipliaient 

H delà òu c:\na1 Sainl-Georges cnmme eo Angletrrrf1 et 



f4 


en Écossc. Le luiuistèrc était en proie à la cOnslèl'nalion, 
moins à cause de cc qui arrivait qu'à raison de ce qu'il 
pouvait rraindre. Quand on pèse les revers, naguère 
essuyés par l' Angleterre, dans sa politique extérieure J et 
qu'on contemple sa situation intérieure, on ne saurait 
se défendre de cette pensée : Que dans les décrets de la 
Providence, l'heure du déc1in de la puissance britanniqllc 
pourrait bien avoir sonné, si la nation se refusait à une 
réparation éclatante ! 
Durant toute la session de 1842, les discussions dll 
parlement furent fécondes en incidents qui ré"élaient la 
douloureuse e
trénlité à laquelle les classes ouvrières 
se trouvaient réduites. Les débats qui s' engagèrent sur 
)a Dlotion de 
I. Ferrand, dont nous avons parlé plus 
haut, nous apprirent que la \ iande de chien et les 
orties servaient de nourrilure à de malheureuses fanlilles 
qui cherchaient à prolonger leur triste existence à 
l'aide de ces aliments. 
1. Ferrand a raconté de queUe 
Dlanière un gl'and nombre d'ou\,riers luttaient contre Ja 
nlort : c' était, nOllS a-t-il dit, en D1angeant ùes orties 
houillies, en gardant Ie )it pour combattre )a fairn , et en 
buvant reau dans laque!le ils faisaient cuire ces ronces. 
La poule au pot donl Henri IV désirait voir son peuple 
se régater eut son affreux contraste en Angleterre. II 
est rlésormais acquis à l'histoire que, SOllS Ie règne de 
Victoria, dllrant l'aùnlillÌstraLÏon de Hir Roberl Peel, il a 
été prouvé en plein parlement que Ie peuple avait élé 
réduit à luanger de la ,'iande immonde, et qu'on 3\ ail 
trou\'é dans Ie pot-an-feu d'un lllalheurcux, non pas une 
ponle, mais un chicn! Ce fait dégoÙtant a étr Ie sujet 



..I'" 
-Ii) 


d'nn Jébat auquel sir Robert Peel, \1. Ferrand, 
I. Vil- 
Hers et autres memhres des communes prirent une part 
active. 
Nous avons dit que 
1. Ferrand demandait 2
 millions 
de francs à la cban1bre des communes pour être appliqués 
au soulagement des classes ou vrières. L'honorable men1- 
bre présenta sa motion, qui rut rejetée à une majorité 
de 106 voix contre 6. 
L Ferrand a rappelé à cette 
occasion que Ie parlernent avait voté 500 D1illions pour 
améliorer l'élat des esclaves dans les Indes.Occidentales , 
lorsque ceUe situation était bien moins malheurense que 
celle des ouvriers anglais. !\1. Duncombe appnya cette 
motion, tout en déclarant qu'il serait p1utôt disposé à 
yoter 125 minions que 23; mais, a-t-it ajouté, la chan1- 
bre, incrédule jusqu'au bout, ne croira à la détresse du 
peuple que 10rsqu'el1e yerra quatre ou cinq cent mille 
homn1es 1110uran1 de faim apporter dans Londres Ie hideux 
spectacle de leur nlisère. 
Sir Robert Peel s'opposa à une proposition qui, d'après 
lui, eût établi un précédcnt fàcheux, et, tout en admet- 
tant la détresse si grave du pays, il crut devoir cOll1battre 
la motion, qui fut rejetée. 
Voilà Ie douloureux état de la classe ouvrière cn An- 
gleterre; et, ce qui surtout afflige les 31nis de I'hu- 
ß1anité, c'esl qn'an milieu de cet affreux dénument, Ie 
pouvoir sen1ble nc pas songer à prenùre les n1e8nrc
 
qui pourraient apporler un soulagement radical à tant 
de maux. 
Ainsi nons étions ténloins des actes les pIns ,'iolents de 
désespoir. La classe ouvrièrc se dCluandait avec inquié.. 



in 


tude que1 scrait Ie t1énonenlpnt d'unc crise qui faisait peser 
1 la fois sur clle tons les Jnaux que pent engenrlrer la 
Inisèrc. Des t.1él
gnés des districts m3nnfarturiers, "rnu
 
à Londres ponr sollicitt'I' rln 
ol1\'rrnem(\nt qnplqtlc 
spcours, sc sout adressés, après avoir élé repoussés pal' 
l'indifférence des membres tin cahinet, aux minislres des 
cultPs dissidents. Ceux-ci sc réunirenl ct adoptèrent nne 
résolution où ils déclaraient : 
c L'asselllblée est ,.ivement élnue dn sombre tableau 
qui lui a élé tracé de la détresse des districts manufac- · 
turiers; eUe remercie les délégués qui onl bien ,.ouln 
\'isiler la 111étropole, en mission de bienfaisance, d'avoir 
communiqué d'alnples renseignenlents à la réunion; it 
ðevra être formé une commission provisoire dans Ie but de 
coopérer a,'ec les menlbrcs des 
:g1ises et corporations de 
]a métropole qui voudronl s'y réunir, à l'effet de con\'oqner 
une assemblée publiql1e pour étudier la question. La dépu- 
tation du Nord sera priée de se présenter, pour travailler 
cn con1mun, à lrOln'er quelque amélioration à soumellre 
à la législature, avanlla clôture de la présentc session, en 
fa priant d.adopter immédiatement une Inesure destinée à 
t
loigner les calamités dont est menacé Ie pays. ) 
Nons devons conslatcr que la presse catholique de 
l'Angleterre et de I'lrlande a parfailement compris, dans 
ccs circonstances douloureuses, les dcvoirs qne lui impo- 
sait sa mission. EHe nc s' est pas contentée de déplorer 
]es souffl'ances qu'clle signalail à l'auention du gou\'er- 
nement, cUe en a rccherché les canses et n'a pas rraint 
d' en signaler les ren1èdes. 
I Rien 
\\'euglcs, s' érriait un.:' feuille catholique de I on. 



17 


dres, doivcnt êtr'e les champions de rÉglise angHcane, 
s'irs n'aperçoi\'ent pas que leur établisselllent a compléte- 
lllent échoué en tant qu'inslilution, pour propager la 
religion chrétienne! Ses fruits se manifestenl par rélat 
. 
d'iITIlUOralilé où nons nons tronvons plongés. L'Église 
anglicane n'a ni ouction spirituelle, ni ferveut" f{
clle, ui 
puissance eflìcace, ni énergie pour tirer nOire population 
des abîolrs dn vice dans lesql1cIs la tient I'ignorance. t 
Le 111ên1C Journal dépeignait en ces teflne" la Inisère 
du pays : 
<< Les annale
 de I'Angleterre n'olfrent riCH, pour ce 
qui regarde sa situation générale, qui ail la llloinrlre simi- 
litude a"ec l'aspect qu' elle présente aujourd'hui à nos 
yeux. Nos regards sont frappés, non par des milliers, 
n1ais par des millions d'hahitants qui, dans les trois 
l'oyaumes, sont accablés sous Ie poids d'une détresse qui 
sévit conlre eux ayec la plus cruel1e rigueur. En Irlande, 
la famine ravage les "HIes et les campagnes 3\'eC une 
,'iolence sans exenlple, même (Ians ce pays accoulun1é à 
ces sortes de calanlités, et ce f1éau pousse scs YÍclin1cs 
aux actes du plus sau'"age désespoir. ) 
I./appel officiel fait, de par la reine, à Ja charité puhJi- 
que, a\'ait principalemcul pour objet de calmer l' cxaspé- 
ration des districts Jl1anufaCluriers, Inais eet expédient 
{'choua 'ct ne servit qu'à faire ressortir Ie paroxysDle d'un 
mat qu'on ne pou\'ait plus déguiser. Les leUres épisco- 
pales ne satisfirellt pas tous les esprits. Dans les ,'illes oil 
la nIisère sé\"issait ayec Ie plus d'horrenr, la popula- 
tion apvartient surtout aux comnlunions dissidentes, et 
I'appel de la reine, qui senJbtait attrilJuer à I'Eglise an- 
2 



1
 


gliranc lc illOnOpole tic la chJl'ilé, en He s\ulressant qn'
t 
ses minislrcs, rut regarJé par ccs populations exténuées, 
que la fao1ine moissonnait au 111ilien des plus cruel1es an- 
goisses, cOnltTIe un ontr3ge Cait à leur culle. 
11 résulte tIes faits présenlés par lortl I\innairJ, que 
depuis dix ans, Ina1gré l'accroisselncnt consiùérahle de 
la population, la cons0I111Ualion des cOIlH'stibles a din1inué 
dans une progre
si{)n eIT1'ayante, en luême .Lenlps que fa 
taxe des pau\'res a presquc doublé depuis ciuq ans. Dans 
la soule ville de 
Ianchester, dont la population est de 
192,000 ânles, la somnle dépcnsée cn 183ü, ponr Ie SOl1- 
Jageolcnt des pauyl'cs, avail été de 6:50,000 fl'.; cne s' cst 
éle"ée, en 1811, 
l 970,000 fl'. 
,Iais ce qui est pirc en- 
core, c' est que 2,000 indigclllS de cetlc \'ille n' on 1 pas 
InêuIC de l:;l paille pour so reposer la unit, et que 8,966 
pCl'sonnes ne rctirent chacune, ponr fruit de leur travail 
de la senlaine, que f fl'. 50 cent. Dans plusieur
 aull'es 
vines 1113nufacturières, un grand nonlurc d'ouyriers n'ont 
que 1 fr. 2:> cen 1. par semaine pour se noun'ir, se "êtir et 
se logeI'. En général, Ie nOlnbre des ou\'riers qui reçoÍvent. 
des secours de Ja charilé puh1i'luC a augn1enté depuis cioq 
ans de 200 p. 100. La mauvaise nourriture a cngendré des 
maladies el cnconlbré les hôpil311X, en mêlne lelnps que 
les crin1es se sont accrus d'une manièrc a 1 armante; la 
. prison de 
Ianchester, qui re{'ut, en 18!iO, 539 Inalfaiteurs 
el criminels, s "cst ouverle à 723 en 1841. A Burnley, les 
administrateurs des secours publics ont déclaré au Sou" 
verncment que 12,000 fJcrsonnes sont inscrilcs sur leurs 
rcgislres conln1C 1l10llfant òe faÏln, et qu'ils sont dans 
1 'impossilJililé de leul" [ll'ocnrcr luèlllC ÙU p3in. Tels son t 



19 


qucl(llIc,;-uns tIcs t'aîts hideux qn' o {J.'e au\{ rcgards du 
monùe ci\'ili
é l'élat intél'ieur òe l'AnglelCl'l'C, élat qui 
inquièle a\"
c raison son gOl1VCrnClllcnt cl son opu1enlc 
aristocratic, nla!S qnc run ct l'anlre, pal' lClu' inacliulJ , 
sc reconnai
sent inlpuissanls à anléliorcr. 
En voilà assez sur 11 nlisér(.llJle condition à làCJuellc Ie 
pcuple se t1'ou\"e réduit. La situ1lion qui non,; a élé révé- 
léc en 18 
2 subsiste loujOl1rs, ct ne saul'ail êlrc an1éliorée 
tle longtcnlpS encore; seulen1cnt la faitH presse moins 
crUeHei11ent Ie paU\ï'C 
 dc H\ son silence cl I'oubli Oil Ie 
Iaisse Ie gOHyernenlcnt. 
Si nons étlldions la 1l1ora1Ïlé tin pays, nons lrOl1\"ons 
quc la plaie n' cst ni luoins profnndc ni n10ins hitlcnsc que 
cellc de la misèl'c publique. C'cst encore la session légis- 
lali\"c de 18-1,2 qui nons fournit les dOCUll1ents propl'cs à 
éc1airer cc côlé de la question. 
Des faits de nalUl'C à exciter l'horreur, nons ne dil'ons 
pas (rune nation ci\'ilisée, luais ùu penple Ie plus barbare, 
y ont été révélés dans un rapport quc (01'<1 Ashle
 a pré- 
senté au parlenlent SUI' la condition df\5 onvricrs em- 
ployés au lravail des 111ines en Angleterre, en Irlande el 
en Écosse. C'est cependant dans Ie royanmc-ul1i que se 
passcnt ces scènes de barharie rt d'imn1oralilé; c'c
t ell 
Ang1eterre, Ie grand bouleval't de la réforn1e! A la vue 
des plaies hideuses qu'étalc à nos regards la société an- 
glaise, telle que l'ont rl
fonnée Henri Ylil ct 1
lisabeth , 
on se demande si l'anglicanisnle poul'ra sUl'\'ivre lol1gtemps 
aux ruines qll'il a arnoncc!écs autonr ùe Illi. 11 serait dif- 
ficile de cons tater d'une Inanièl'e pius pérempluil'e que ne 
le fait Ie rapport de lord .\shley, 1 'impuissance du protes- 



20 


tanli8me à t"\XerCêr 
ur une société une action protectrice 
qnrlconquc. 1./ Angleterre, avec ces milliers d.associa.. 
tions philanthropiques et zoophiles, 13isse périr chez eUe, 
.Ian
 (l'infects cachols que creuse I'a\-aricc, de frêles et 
inllocf'ulCS crpatures 'I que tips chaines de fer altaehent. 

Hl Ira ,"ail ! 
Cc rapport dc lord Ashle)' lnél'itcl'ait d'êl1'e l'eproduit 
t'\)1 cntier. I1l1nns ré\'t'le l' existence ù.une classe onvrièrp 
plongre dans Ull rtat (rahl'ntisgènu
nt {fu'On l1'eût ja. 
lnais osr sonpC;onncr. Qui aUl'ail pn croire flu'il y 
 au 
srin df\ l' .\ngleteJ'I'c nnr classc nOlnbrensc d' êtres sans. 
aUCUllf notion 
I(' Bieu, flui n 'ont jamais enlendn 11arlrr 
fI," .I(

ns-CI1l'ist, et qui ignorent ,iusqll'an non1 de la I'eine 

Ini occnpc Ie tl'ûnc? Ccs êtrcs, qui n'onl de l'hon1ffic que 
Ir non1, \"i\'rnt el 11H'nrent sans connaill'e aucune dc
 
Job; gra\"écs au fond des cænrs par la nature pour la pro- 
h'ctio(] d
 la fainilll". Leur débile existence s'use et s.é- 
teint COtn01e f'ellc des bêtes de son1me, compagnes de leurs 
tl'l
"aux. 
II est renlarquaLle (Iu'en Irlande on ne ,'oit pas les 
désortli'es qui se produisent en Ang1etel're. Qui, cette 
òifférence est digne d'aUen\iol1, ct clio n'a pas échappé 
;t lord Ashley. l\lais cell1i-ci u'a pas en Ie courage d' en 
rechercheI' la cause. En Irlande, la Inisè
e est pour- 
tant plus ß'I'ande qu 'en Anglelerre; conlment done Ie 
journaticr ir]andais, père de famille, recule-t-il de\'ant 
les extl'én1ités 
l1xf}uelles Ie hrsoÍn , dil-on, pous
c I' on- 
'Tier 3uglais? La réponse est facile; nons laissons à 
une fl'uillc catholique de Loudres Ie soin de la donner. 
,r ojri les rél1exions dont cc journal fail suivre )' cxposé 



21 


des faits révélés dans Ie rapport pré
enté an parlelnent : 
<< Notre plume se refuse tl tl'acel' plus 10Hguelnent cet 
horrible tableau de dégradation IUlInaine. 
Iais iI 110U8 
sera pel'n1is de den1ander ce qu'a fail I'Église élablie pour 
aUil'cr à elle ces pauvres créatures. Qui a jan1ais enlendu 
parler d'Ull prélat on d'un 111inislrc de 1'Eglise anglicanc 
tlUÍ ait \'isilé la tlen1eUre de ces êtrcs rnalheu..eux pOUlt 
s'infornlcr ùe leur état 
piriluel, y porter relnèdc, on I,our 
signaler au Dlonde celte atfrfuse situation '! Poul'ra-t.oH 
cl'ûire {Jue ces h
.rriblcs soulh-3llCcS Illnuaines cl la gru
- 
siè.-c in1n1ora1ité qu \
Hcs oul nécessairclnenl cnlanléc , 
out élé jusqu't\ ce jour à peine 
 connues au delà de la 
sphère qui en était téll10in '? Qu' out fail Holl'e gOtH-erne.. 
nleut et uotre elergé depuis cinquante ans? Car les maux 
que nons 
ignalons onl existé dans toule leur \'iglleur 
durant celtc période et peut-être pIns longtell1ps encore.. 
Les calholiqnes liront avec une légitÍIue satisfaction Ie 
passage tIu rapporl de 
l. Ashley relalif à I'IrJaude, oil 
se trollve cOllstatée la ùifférence qui existe entre cite et 
I' Angletefre, dans la manière dont les travaux dcs Inines 

ont cxécutés : 
c En lrlande, dil Ie rapport, les cnfanls ne sont pas 
employés. Tous les lravaux souterrains tlui, (Jans les 
mines de charbon ùe l' Angleterre, de l'Écosse et flu pays 
de Galles, sont faits par des enfants en has âge, sont 
exécutés en Irlande par des jeunes gens ùe tl'eize à dix . 
huil ans. Dans Ie cOluté de Tipperary, si l' on ctnploic 
quelquefois de jeunes enfauts, c'est seulen1cnl COlun1e 
portier's pOUl' ou\'rir et fermer les u31'J'ières dans les roules 
80nterraines de la Dlinc, à nlcsurc {PH:"\ pa,:sent IC8 tra1nF, 




,) 
- .... 


Dans allClllle des lHincs de clun"bon de l'lrlllllde, 
1l011S ll"llVOllS Iroul'é d f Cx(,111Jile de jeullc fiLle lli 
fllPlìlC de fèuolle lL'llllClilt âye clIzplo!Jt!es dans les 
tra
'allX sOlltcrraills, (Jllels qu'ils sOiCllt. J 
Si Ie noble lord ayait rccherché 13 cause de cettc dif. 
fél'ence entre les o\1\'l'iel's cnlployés dans leb nlÎnes de 
I' Angletel're cl de I'Ir1anùe, it n' aurail pas Inanqué de 
découyril' que Ce qu'ill'apporte uniquemenl h la générosité 
. 
du earaclère irlandais, doil surlout êlre attrilJué h la sur- 
\"eillance t1u clel'gé catholitJue, 
Ces nlinistrc3 de Dien n'auraienl jan13is pern1is qU'UI1 
nlclnbre de ICllr Églisc. en\'oyåt sa femnle on sa fil1e au 
1l1ilieu de bcènes oÌl leur ,"crtn court de si grands dan- 
gers. Voilà done Ics deux Egliscs en présence l'une de 
I'autre; iI n'est pas possible d'éch3pper an résultat de ]a 
comparaison. Yoyez, d 'Ull côté, la puissance irrésistible de 
I'Eglise catholiqne, produisant parloHt ]e bien, sympa- 
tllisant avec toules les plus belles énlotions dll cæur hu- 
Inain, et faisant observer les préceptes de la religion. De 
I'autre, au contrairc, l'influence ùe I'Eglise anglicaue 
apparait COlnll1e un lain nlo1; elle est impuissante à 
arrêler, ùans l'a,'arice qui Ie pousse, ee pèl'c qui ]ong- 
. 
temps avanll'auLe, el au e(eur de J'hi\'er, arrache au 
5011uneil son enfant de <jua(l'e ans pour Ie porter daus un 
souterrajn lual
ain 011 à force de coups on Ie lient à l' OU- 
"rage. Archc\"êques, évêques, lllcmbres du clergé angli- 
can, Jisez ce rapport ct reconnaissez que ce {lue vous 
appelez une église n'est ni plus ni nloins qu'un obstacle 
aux progrès de la verlu et une sorte dïnstitution qui, par 
son indolence, patronne lous les ,'ices, lorsqu' eHe dc- 



{).., 
_'J 


,.rait cn recherchei' les causes, atÌn de les cOlubattrc plus 
facilelnclll! 
L' Angleterre, ce pays si ,'anlé conlme la tel're de la 
\'el'tu , de la 1110ralc ct de la n
!jgioll, e
l en réalité Ie plus 
infeeté de lons par l'inl111oralilé; aucunc conlrée en 
Europe ne présente un spectacle aussi aHligcant de dé- 
pravation. 
_\ Londres, liBe de Ù
llX nJiliions tl'haLitau(s cllliron, 
ct s'étendant sur une surfacc de tren lc Inil1es en cil'confé- 
rence, il n'y a pas l1!oins de õO,OOO de ces êtres dégl'adés li- 
\'rés à la prostitution, dans lesquels se trnnyent co nfondues 
des victilnes de tontcs les conditions, et de la plus élevéc, 
la plupart n'a)'ant pas encorc alleillt râge ùe seize années. 
Nous ne CGlllprenons ùans ce chilfre ni les fcnunes entrc.. 
tenues , ui les courtisanes du bon ton. Un nOfi1bre con- 
sidérablc dïnùividus, hOfilIneS et felnmcs, sont constanl- 
ment occupés, par 111étier, à enlercr à leur famiJle et à 
ponsser dans Ie chen1in du vice ccs créatures dignes de 
pitié. Le rapporteur d'une société établie pour combattre 
ce fléall a cité entre au(res faits une fenl1ne poursuiyie 
sur la dénonciation de l'associalion, ct qui a cherché un 
refuge en F!'ance avec uue fortune de 7?>O,OOO fr. acquisc 
dans cet infànlc COIll1nercc. 
Deux cent luilliuns de frJocs \ ont cha(lue anuéc s.cn- 
g1uulir dans les Inaisol1s consacrécs 
t la pl'opagatiolJ ou 
à l'eutrctien ùe ceUc hon(eusc dépra\"
tion. Telle cst ceUe 
monstruosité socia Ie; on ÙOllllC plus à ccs 
O,OOO fenHlIe
 
dégradées qu'h tous les pauyres lÌe la Granùe.Brcta3nc, 
sans ponrtant les sauvcr de la n1isère. 
f:onlment nons étollnel' de crt état chez nn peuplc flui 




t 


a lai8sé s'éteindre Ie 
entiment de la véritable charité et 
qui lui a substitué une soi-disant verlu appelée philan- 
thropic ? 
II existe en Angleterre, en Écos:;e ct en lrlallde, gl'âce 
à la sollicitude du gOllvernenlent britannique, une espèce 
de charité iuconnue parlout ailleul's que dans ces trois 
P3)'S. C'cst une verlu tlout la source énlallc de r OlllUipo- 
tence parlernentaire, et qui se pratiquc 3\'ec l'assistal1cc 
de la force 31'1Uée. De par la loi, les cOlltribuables paiellt 
chaqllc annéc uue somn1e ronde de livres stel'lings ùesti.. 
uées aux pauvres; ulah; ces derniers, pour a\'oir part aux 
bienfaÍls ùe ccUe tharité otHcielle, doivent à priori 
e 
coudamnel' à la prison. En Il'lanùe , gurtout, la loi des 
pau\"rcs se présente sons un aspect vrairnenl hidclIx. CcHe 
He offrant plus de lllisère que l' Angleterre ct I 'Écosse, 
Ie nlinistère de lorù 
Ie!bourne a eru devoir, lout en lui 
faisant cadeau des 'll'Ol'liholiSes J corriger les ùouccurs 
de ce s)"stènlC par des restrictions lJui de\'aient pré\'enil' 
1'en\'ahissement de ccs Inaisolls, COllune si la population 
tout entière eÙl été disposée à en solliciter l'entréc. C' est 
lord John Russell qui, en 18
i, eut Ie luéril
 tie faire 
décréter au parlement la manière dont Ja rharité se fel'ait 
en Irlande et Ics circonslances dans lesquelles un in(li- 
gent y aurait droit. 1\1. O'Connell protesta avec énergie 
au nOlll de la population catholiquc contre I' élablissen1cnt 
de ce nouveau genre de l11aisons de tlétention. L'Il'1ande 
vit introLluire cette l(
gistalion avcc cl'aiule, Elle a s0111c\'é 
lIepuis la répl'obalioll géuéralc, à nle
lll'C tJue l'expérientc 
est lCDUC l'é\'élcr 
cs ei1'ets désa
trcux. 'oici COlnn1ent 
se pratitJ uc ht charité de:; lfOl'kltolises. 



2
 


Une taxe en faveur d
s paU\TeS a d'abord frappé Ie 
pays; mais ses revenus, avant ù'être cmployés à sou lager 
l'indigence, ont été consacrés à Lålir sur tous les points 
des asiles pour recevoir les malheureux. II. a falln pour- 
voir eusuite 3UX frais ù'une alhuinistration llolllbreuse, 
payer des inspecteul's, òes cOlllnlissaires, dèS surveillants 
de tous les grades. Puis, lorsqu' on a songé à ouvril' les 
1l.'orkhollses, l'indigent s' est trou\"é en face d'une légis- 
lalion e',; igeant de I ui qn 'il rClJon

àt à j 310ais à sa COIIl- 
pag-ne, à sa f:.llnillc et à sa libcrlé. Pour rece\"uil' les 
biellfails de cctte cl1
l'ité publi(f\lC, it faut' ,'i, I'C òaIls Ie 
'll'orldLollse, aucun soulagelnen t 11' étant dislribué au de- 
hors; Ie pau\'re se trOl1\"e, à la tcure, condamné à la pri- 
son ou à la luort. De fréquents exenlp]cs conslatcnt que 
les horreui'S de la plus affreuse 111isère el la ßIOl't sont 
pl'éférées à une \'ie qui ne peut êlre rachetée qu'an sac.ri- 
fice des plus donces et des plus chères affections. Lcs 
dissidences re1igieuses sont dans ces maisons la cause 
de tl'acasseries continuelles. Nous pourrions parler òe la 
puissance arbitrairc accordée aux cOlnlnissaires ; du trai- 
tenlent que reçoi,'ent de la part d'en)plo
'és mercenaires 
les créalul'cs malhenrenses qui, pal' leul' position Inême, 
ont. des dl'oits aux égards les plus délicats. ['n fait, d'où 
ressort un autre genre d'abus, était signalé llaguère par 
Ie curé d'une paroisse de campagnc en Il')anùc. Sa pa- 
roisse est inlposéc pour la taxc des paU\TeS seulcmcnl à 
18,000 fr., lorsque ses habitants ne cOlnplent qne qU3tre 
cJ'entre cux dans la ll1aison dc refuge; c'est.à.dire que 
chaque pauvre coûte à la pal'oisse 4,500 fr. ! 
De la prof'Jndenr du rnalla Providence 8aura 1,ien tireI' 




6 


Ie rCluèùe qui cxlirpera la lèpre sociatc ùont la Gl'allde.. 
nl'ctagnc cst dé\'orée; Inais la crise sera lerrible, si Ie 
gouyernCnlcnt ne recherche pas tes moyens d'en aùoucir 
la yiolencc. La misèrc des classes oU'Tières et Ie ùéfìcit 
croissant tIu budgel sont un cancer qui ronge el épuisc 
rAngleterre. 
A la vue de cc luguhre tableau se pl'ésente à nolrc es- 
prit la description fJue Ie lord chaHcelicr Forle"cue fai- 
. . 
sait de l' élat ùes classes oU\Tières de J'Angletcrl'c au 
quinziènlc sièc1e, qlland il écrivail à son fils: 
c Le peuple possèùe de r or, ùe 1'argent ct toulcs les 
choses nécessaires et agréablcs de la \'ie. II ne boit pas 
de 1'eau, si ce u'esl à certain temps par un sentiment re- 
ligieus, et ponr faire pénitcncc. II se noun'it, avec la plus 
grande profusion, de\'i
llldcs et de poissons, que l'on trouvc 
partont en ahondance; it cst ,'êlu de bonnes éloffes de 
]aine. Les lits ellcs fournitures des maisons sont égale- 
Jneut de laine. Le peuple possèdc en outre tontcs sortes de 
provisions ct uSlcnsiles de ménagc. Chacun, selon son 
rang, a tout ce qui pent rcndre la vie henreuse. ) 
Le célèbre Cobbeu, tlans son Histoire de la réfonue, 
s'écrie, après avoir reproduit ce tableau: c Tcl était )' é- 
tat des catholiques, nos ancêtrcs, qui \'Í\'3ient sous un 
ré
inle qu' on a aujouru'hui l'inlpudence d' appeler I!/- 
1'(lllnic ct superstition papiste, dans des lelnps qne 
nons a\"On8 raudace (1"appeler siècles dc barbaric! Quo 
dirait Ie \'ieux chanccliel', continue CoLùett , s'il culeu- 
dait déclarer, conunc nons l'ayons cntendl1 l1aguère daBs 
celie con)' Oil il présiùa pendant \'ingt ans, qn'aujoul'- 
d 'hni la prinril'alc nourritnrc des oHyriers de noIre ray
 



C)- 
-. 


est du pain et de rcau? (,lu'aurait-il répondu , si on lui 
avail dit: une réforme aura licu qui sera sui vie de la dé.. 
,'astation, de la ruine de l'Ég1ise et des propriétés du 
panvre; qui créera une delle nationale énorme, et néccs- 
sitera Ie prélè\'eluent d'impôts considérables? 8i on lui 
avait dit ees choses, il eût prévu notre situation actnclle 
et eiÎt plcnré sur son pa)"s. 
Iais si l' on ayait ajouté 
qu'au ulilieu de nos souffranccs, nons anrions encore 
l'iugratitude et )a uassesse de crier: l1]ort au papisllle! 
que nous aurions l'injuslice et )a cruauté de persécuter 
les Anglais et les Irlandais restés Hdèles à la foi ùe leurs 
pères, 011! alol's, Ie vieux chancelier n' eiÌt pas manqué 
ùe répondre: c Que la ,'olonté de Dieu soit faitc : ils 
méritent de souffrir! J 
Cobbett était protestant; il est ll10rt 111Cn1bre de l'É- 
glise anglicane. Depuis que Cobbett a écrit son Histoire, la 
Inisère publique a fait de raIJides progrès ; nous les ayons 
constaÚ
s, Durant la vie de l'illustre historien, il rcstait 
encore du pain et de reau au pau'Tc; nlais aujourJ'hui 
Ie pain est une nourriturc dout it lui est interdit de 
goûter. 
A-t-on Ie droit de Sf étouner, en f3CC ùe la situation 
que la réfol'me a faile à I' Angleterrc, qu'it se produise 
3U sein de ceUe sociélé des ùoctrincs qui l11ettent en 
danger Ie goUYerllelnent, la fanlÏlle ct ]c pays? Après les 
(lueretles théologiques ella fornlation des sectcs qu'elles 
ont enfantées, des discussions d'un ordl'e moins élcyé 
ont pris naissance; et dans la lulle d' esprits qui n'avaient 
Vlus la vérité pour boussole, des associations politico- 
re1igieuses se sont organisées, prêchanl et propagcant 



'-1 8 
.' 


tous le8 désordl'e
. Dan:; ces del'uières années, l' Angle. 
terre a été pll1sieurs fois alarmée par rapparition de ces 
scctes Inonstrucuses. 
L'évêque anglican dfExetercrut devoir, en fé\'rier 18.-11, 
appeler I'altet\tion de la chambre des lords sur I'existence 
et la propagation du socialisme, secte religieuse, po1itique 
ct sociale, dont Ie fontlateur est 
1. O,,'en. 
La chanlbre des lQ1ds, sur les observations tlu tIoctenr 
})hilipputs, òécida qu'une adresse serait présentée à Sa 

13jesté pour la Pl'ier de daigner donneI' llcs ordl'c
, ati[) 
qu 'une C1Hluète fût faÍlc sur la vropagatioll ùe brochures 
ilnlJ10rales ct hlasphématoires, contenant les articles de 
foi et les plans lJue doit suivre une société étahlie sons Ie 
n0111 de Socialisn}c, société reprrsentée, dans plusicurs 
pélitions adressécs à la chambrc, cornine une association 
dont I'objet, en répandant scs ùoclrines, était de détru;re 
les lois existantes et la constitution dll pays. En effel, 
r exh'a'"agance ùes doctrines socialistes n. a vas de Ii. 
Plit
s. Leur objet est de llJelh'e fin à toutcs les an- 
ciennes institutions du pays, 'rl'abord, puis du moude 
entier, pour établir cn leur place un nouveau systèn}e 
d'illstitutions morales h l'exclusion de toute religion. ElIes 
reconnaissent une puissancc inùéternlinée qui dirige tout 
ce qui est sur 13 terre; Inais ses s
ctaires ne croient rien 
lOl1chant l'état iUlITIorteI des êtrc
. 
Cette nouvelle société, cl'éée, nous dit-on, pour la régé- 
nération dll genre hun}ain, ne reconnaÎt ni la pl'opriétl
 pri- 
,'ée, Hi Ie nlariage. Le principe sur lequel elte s' étab]it cst 
]a non-responsahi1ité ùe l'holllole. Elle adluet, en principe, 
que les se,nlin1cnts elles affections ùe rhOllHne sont fonnés 




9 


pour lui, et que ses actions sont détern1inécs parson or- 
ganisation physique ou les circonslances extérieures. Lcs 
socialistcs ont ùe là liré la conséqucnce, que I' honune n' est 
p3S un êll'e responsahle et ne pent pas pIns {'tre l'objel 
de lonange on de hlârne, que de réconlpcnse on de châli- 
)1Jent. Pour nlonlrCl' qu'ils n'adlneUcnl pas ccci pnl'rnlent 
en théoric, it suffit de dire qu 'un assassin ayanl été con.. 
\'aincu d'avoil' c0J11mis nn 111etutrc, nn Oralenl' sorialistr 
nlaintinl à Liverpool quïl nc dcvaÎl pas êtl'c pnni pal'ce 
(pI'H n'avail pas dépendu de Ini (ragir aulL'eluenl. )[a1s ce 
langage n' cst pas seulement celui de leurs nlissionnail'cs 
cxaltés, on Ie l1'OU\'C dans un oll\"rage pnblié par )f. 0" en. 
Hans une discussion li\Tée an public par les socialisLes 
eu
-mêmes (entre 
1. O\ven et Ie révérend 
1. TIorlJuck), 
1\1. Owen dit : (( J' ai l'intention de prou ,-el' que la société ne 
pent lirer que des avanlages superficiels et lenlporaires de 
la prétention que l'holl1me est formé tel, {{n'il doit êlre rc.. 

3rdé con1ß1C un êtrc. responsable; de pIns, qu'il y a des 
désa\"antages in1n1enses à eutrelenir un hOffilne dans la 
cro
'ance, qu fjJ est responsablr dn caractère qne Dieu et 
)a société lui ont donné. I 
I..es socialistes déc1ar3ut Ie rnaria
e nni' institution sala.,. 

 
nique, une chose mauJite, une adroHe fable inventée par 
)cs prêlres, et qu' on de\Tait aholir en principe et rn pra.. 
tique; car la natnre seule doit, d'3près eux, diriger l'asso- 
ciation des sexes dans I'hoil1me con1me dans Ics anilnaux. 
Le lllariage est, à leur point de vue, la source dr plus 
de démoralisation, de crlnH

 et de l11isère qu'aucune 
3utre cause isotée, à l' exception. cependant, de la religion 
et de la propriété priyéc . Quanti Ilons aurons expliqué , 



:50 


rontinucntleur.s doctcnrs,les eifel:, atrl'CUX pour la nature 
hun1aine de ces deux auh'es {;l'andcs sources de cl'irncs el 
de misèrcs, c' csl-å-dire J a propriélé pri vée et ce que les 
prêtres ont appelé re1ìgion, 
lors nons scrOllS prêls tt 
jeteI' les fonde01ents ét à élcler I' éùifice du non "eau 
n10ndc socia1. Un passage de l' ouyragc de 
1. Owen éta- 
blil que ( les vérités de la révélalion sont ùes lllcnsonges 
diaboliqnes, qu'il n') a ni Dieu, ni dialJle, ni paradis, ni 
eufer, el que celte terre est Ie cicl unique ùont I'hOllJlllC 
ail à jouir. >> 
J)'après ecs réformalcnrs, la chréticnté n'a fait que (le 
lrès-faibles progrès, si on les coulpal'c à ceux des secles 
païennes. Il dc"ait, disent-ils, en ètre ainsi, parce que Ie 
christianisn1e n' csl qu'une singcr'ie. 
Quelques-unes des idées socialisles sonl adoptécs par 
les chal'tistes, autre association qui "cut que la grande 
chal'tc dc\-jenne la base des réfoflnes politiqucs et socia- 
les ùe I' 1nglcterre. Les charlistes laissenl (Ie côté les doc- 
trines religienses, afin ùe pouvoil' recruter leurs adeptcs 
dans toulCs les secles, parmi les fidèlcs de tons les cul- 
tes. Leur nornhre cst cOllsidérable; et tanòis que Ics 80- 
ciali5tes sonl allés en An1érique tenter la forlunr qui lenr 
souriait pen gracieuseluenl en Angleterre, les chartistcs 
òe,'iennent cha(lue jonr plus forts. lIs ont pu recruter 
trois n1ÏlIions de signatures pour appuyer leurs préten- 
lions devant Ie parlel11ent. Lc suffrage universel Cðt la 
prcnlière des réfornles que poursuit l'association. 
Panni les aulres cl'éations anorn1ales produiles par 
Ie malaise de l' .1nglelerre, figure une société des droits 
lie la femme, qui désirerait voir cnlrer an pl)rlelnent Ie 



31 


scxe 
l qui la nalure a conlìé les soins intérieurs tie la 
famille. Les feti1I11ÛS ont, d'après ces réfol'rnaleul'S, de
 
titres à partager avec les homilIes les charges de I'État. 
Nous n'en finÏl'ions pas si nons vou)jous énlunérer tous 
les genres de folies auxquels I' Angleterre cst en proie. Le 
gouvernement s' en Îl1tJuièle fort peu, tant que les folies 
restent h l'état de théorie. Mai8 les charlisles et les re- 
bcccaïstes, plus récenln1ent encore, lui onl prou\'é qutil 
s' enùort sur un yolcan. 
l.e pays de Gal1es a élé, dans ces derniers nlois, et so 
trouve, au mon1enl où nous écrivons, en proie à une fer- 
mentation causée par les dévastations ct les hrigandages 
d'une partie de la population qui vent l'abolition clcs 
droits d'accise et de péage pCl'ÇUS par l'autorité ou SOliS 
sa sauvègarde. Les chefs de cesh andes terroristes portent 
des \'êlenlenlS de fenlole et sc font appeler Reuecca, (rOÙ 
leurs sateHitcs ont été appelés rébeccaÏstc3. Ceux-ci tléso- 
lent Ie pays de Galles par leurs criu1ès; ce sont des 
hoolmes qui, les armes à la main, conln1eltenl des vio- 
lences conll.'c les pcrsonnes et les propriétés; qui appcl- 
lent à leur aide l'incendie ell' effusion du sang, qui l'épan.. 
dent parlout la terreur sur leur passage. 
Voilà uue bien faihle csqnisse de l'anarchie o1orale qui 
dé\'ore l'Angleterre. II scrait ditucile qu 'on pÙt y cnfantcr 
de nouvelles folies sociales, de nouvclles extravagances 
religieuses, y fOIDcntpr des òésordres plus redoulables, y 
, 
créeI' une n1i
ère plus profonde et plus générale. 
Sans prétendre que la sûnlbrc peiuture, placéc ici 
SOliS les ycux Oll lecteul', sa it directcn1ent el uniquc- 
lllcnt l'æl1vre de la réfOl'l11e, on ne saurait sérieuselnent 


. 



;:):! 


donler, apJ'ès ayoir sui\"i raction de l'angiicêJnisn1e, sur 
la société brilanni
nc, que la révolution religíeusc du 
X VIe siècle ne soil la priocipale source de tous ces l11al- 
heut's. 
Personne n'oserait sontellir quc l'Angleterrc cst deve- 
nile plus forle par ce proteslantisllle, qui a partagé Ie 
pcnp1c anglais rn J11il1e sprtes religipuses, fjui a affaih1i 
aulant que possiull"\ lc seuti[ncnl de la foi, qui a :cOHt]uit 
la ßlasse d II pcuplc h l'ahrnlissemcnl? Qui oscrait (lire 
Clnf\ l'_\nglclcrre est pIns forIe, parcc que chaqnc paroisse 
compte cinq Oll 
ix sertes prêlcs h se dé\'orer rune l'al1- 
tre, et qui regardcnt con1n1C un deroir de conscience de 
sc ha'ir et d
 se calo1nnicr? Que les .\nglais aient cOß- 
ser\"é quelqne sentilnent rcligieux malgré toul cela , c'est 
un phénonlène qufon exp1iqnèra difiicilenlenl. II y aurait 
de l'ineptie à prétendre que I'Angleterre est derenue pIns 
fiche à cause du nlariage des prêlres qui impose chaque 
année d'innomhrahles orphelins à la charité de la nation, 
qui exploite pour les fan1Ïlles c1éricales les fonds qne nos 
ancêtres avairnt laissés pour les paU"l'èS de Jésus-Christ, 
pour ces pauvres qui sont 3ujonrd'hui cnsevelis dans des 
prisons el séparés de leurs fenlmes et de leurs enfanls 
au nom ùe la charit(
 prolcstanle! Pent-on croire , en 
yérité, qne l' .\ng1etcrre est plus pnissante parce flu' elle 
suit un antre sysll
n1e rrHgienx que r IrlanJc si dé,'ouée 
h la Foi ancienne; Oll parce qu'à tontcs les anlipalhies 
nationalcs est venu sc joindrc I' anlagonisnle encore plus 
profond des haines rcligiensf's? 
Lorsqu' on se permct de loner, d'exprinler son ad:ni- 
ration ponr la constitution hritanniqnc, on a quelqnefois 



53 


Jp tort d'attf'ibueJ' 
u proh

tantisme la mer\'(\illcns(\ har- 
monic qu' clip a su étah1ir entre les droit3 ÙU peuple et Jc!o\ 
pr
rogatjves du souverain, la prééminence dr I'aristo- 
cratie ct les garanties rle Iiberté donnéps au prl1ple. II est 
certainemrnt permis d'adluirer l' ensemble de eel ingé.. 
nieux mécanisme, qui a su conciliel' Jes institutions po- 
pu'aires a\'ec les intérêls de l'aristocratie; mais ce serait 
commeUre un anachronismc que d'en fdire honneur à la 
réforme. 
La constitution anglaise est essentieHement catholique; 
elle rut 1'æuvre des rois que la sainte Église a solennel- 
]ement canonisés, el dout l' Angleterre catholique célè- 
bre chaque année les fêtes. Le nom de saint Édouard Ie 
COllfesseur n'est-il pas identifié avec celui de celte con- 
stitution? L'Angletel'l'c n'a pas oublié sou grand !'oi 
Alfred, ði hun1blement chréticn. Ces grands hommes 
furent les fondateurs de cette glorieuse constitution; 
et qU3nù, plus tard, la violence d'un sonver
in inlpie, 
tlu misérable roi Jean, chercha à ]a détruire, ce ful un 
archevêquc de CantorLéry, Ie grand Lanfranc, qni, à 
1a tête des barons du ro
'aunle, parnli Jesquels 8C ran- 

eait lord Lis1e (1), sauva la constitution, et nlt-mp lui 


(I) 
ous ne s3urions ]aisser passel' Ie nom de lord Lisle, fians fe- 
Ji('iter If'S c3lho1iques an
lais de compter 3ujourd'hui dans leurH 
l'i.
nß
 un hommc digne de porler el de pf'rpétuer c(' 110m illnstre; 
no us ,'oulons parh'r df' Lisle-Amùroise-Phillipps t Esq., de Grace- 
Dif'u-
I:mor, d3n
 If' L('ic(,sler
hire. Les vcrlUS de lord Lisle, son 
7.t\le pour la défense <lu c3tholicisme, reVlvent dans son descendant. 
NUlls p3rlous dans Ie COUI'S de l'ouyrage des Iarges donations de 
11. Lislf'-Ambroise-Phillipps) des bien fails qu'it répand a,'ec taut 


;) 



34 


donna sa derllièl'è perfection. Tout Ie moude cOllnaÎt 
I'histoire de la i11agna Charla. C'est done chose ridi. 
cule que de confondre ccUe belle constitution, avec 
]es taches dont 1'a souilléc Ie protestantisme! La consti- 
tution anglaise est une constitution cssentiellement chl'é- 
tiellne et cat.holique, et si, malheureusement, dans le
 
trois derniers sièc1es, quelque élénlent protestant y est 
entré, ce n' cst qn'une chose purement aecidenteUe, qui 
n'a pas changé son caractère essenticl. 
II est très-vrai que l' .A.ngleterre doit toute sa grandeur 
à sa constitution; Inais cUe la doit à ce qui forme comme 
l'essence de eeUe constitution, essence profondémcnt 
calholique; quan t à ceUe partie accidentelle qu' elle a 
reçue du protest3nlisme, I'A.ngleterre ne 111i ùoit que ses 
malheurs : consultez I'histoirc. Pendant que l'Église 
d' Angletrrre restait unie avec IfÉglise catholi
ue, pendant 
qu' clle conser,.ait son indépcudallce de l'Etat, quoilluC 
fEtat lui fût a10rs {'Iroilement nni , I'action de la consti- 
tution était admirabIc; personne ne contestait en ce 
temps-là les justes prérogatives de la couronne; celles de 
la noblesse étaient connues et respectées 3insi que cellcFt 
de la bourgeoisie. Tons les Anglais suivaient nne senlc 
religion, et eeHe religion, la gal'antic et la sanction de )a 
constitution, était la religion catholique. 


générosilé ct de moJesLie. Nous lenons de l'obligeanle 3IHitie de 
M. Phillipps plusicurs rcnseignemenls dont nuns 3vons fJit tls(jge, 
et pour lesqurls nons Ir prions d'agrécr Ie lribut de notre sincère 
gratiludC'. 



CH
\PITRI
 II. 


SOJIJI.\IRE. 


L'emancipalion des calhûliqu?s de la Grande-Brcl3gne en 1829. 
- Luttes 
Hl se:n du parlement. - Influence de l'a3itation il'lan- 
daise. - Réveil de la Cui rc1igieusc. - Scs progrès. -- Accro:s- 
sement considérable des calhol;ques.-Étab1issement de nouveau
 
vicarials apo,tolique3.- Le nombre des évêques est augmcnté.- 
Sollicitude J.
 cc:; nouveaux p2stenrs. - Association de 
)f'ières 
pour b. conversion de \' Anglclerre, fondéc par l'abbé Georges 
Sprncer. - Les yæux dp l'assoriation commruccnt à ètre 
pxaucé.;. 


Les ]ois pénales tlérrétées après la réfol'l11C contre les 
catholiques (1), fll rent g1'3ÙUeUemPHt ré\'oqnées depuis 
1780. La gnrl're contre h1 révolution fl
an\,aise relarda 
un instautles répal'ations que Ie parleaHcnt avail COlllfficn.. 


(I) Ann de douner au lecteur une idée d(' ee qa'a été en Angle- 
h'rre la tolél'anre protc.
tante, nous puLlioßs dan
 l' ...\pPclldicc de 
ce volume un abrégé des 3c:es du parlenlenL pls
,é
 contre :es Ca- 
tholiques drpni
 1':.mnér 1 
:)8 jusqu'à l';mnpe t ";:0\0. 



36 


cécs en fa\'eur d.une portion dfS snjfts rp
lé
 lìrl
lr
 
 
1a foi tIe leurs pères. Ce lle fut (ju'au rétablissenlent de 
)a paix qUE' I'opinion publique s.empara de nouveau de 
ces questions, flui, rle 181 {) à 1829, furent annuellfment 
3Aitées au scin du parlemf'nt. Les fait8 sui\'anls indiqupnt 
r affaihlissen1cnt pl'ogressif des prrjngés qui s' opposprf\ßt 
Hi Jongtrmps à la révocation de ces lois h
H'hares. 
En 181 ü, Ja chalnhre des comn1unes déhattit la qnf'
" 
tion (lc sa,'oir s'il <,tait prndent d'aholir Ie test (1) et Irs 
incapacilés prononcées contre les catholiqnes. La nloLÏon 
rut r
ponssP(\ à deux .yoix tic luajorité, Plus lard, en 1821, 
un hill snr If' olèmr snjp.t obtint line Inajorité fa\"ol'3blp 
tie six ,'oi
. L '.' conHnunes adoptèrent, J'annép suiyant(1, 
nn hill rt
glant I"at.llllission ùes pail's catholiques dans la 
chaluhre des lords, Ces deu\ résotulions échouèrent dan
 
rautre chamhrr, qui les repoussa h nne grande m3jorité, 
1ualgrr Ics efforts dt"S 1l1cluhrcs influcnts dn ministèrr. 
En I R2
), sons IÏnßuence de I'agilation irlandaise, la 
('h
unhre des ronlmune8 adopta de nouveau une résolu- 
tion fa\'orahle aux cathoJiqnf's, à une 111ajorité de yjn
t. 
sept yoix. 
En 18
7, la n1êu1c chan1bre rcjeta la mcsnrr. 
En 1828, six \'oix de 11lajorité décidèrent Ie qu'il élait 
llrg
nt rle relever les catholiques romains des incapacités 
tlui pesaienl sur eux, en vue d'nn arrangement concilia.. 
tflll' Cl drfinitif pour Ja p3ix et la force du royannlc-nni , 


<I) On 3ppelle sermcnl du lest on srrment de 8uprématie un :H'h\ 
qui n'e
t rÎrn moins que l'abjuratiün du catho1icismr. Celui qui Ie 
þrète nip Ja suprém:Hif' du pape, Ie dosm(\ df' la transsubstantiatiolJ, 
h' C1.lItf' Ù{\ 1a Vierg
 {'t des Saints, N jllr<, d'ahhorrer Ie p:-.pismp. 



... - 
d' 


la staLilité òe l'Église étaùli
, la concol'tlc cl la saLisfac- 
Lion ÒC toule
 Ics cla:sses des sujets de Sa 
Iajesté. ) La 
chaoJbre des lords n. était pas aninH!e de Jispositions bi 
cOllciliautes. M ais on vit , tOlltefois, en 182U, sir Rohert 
Peel ct Ie due de 'Vellinglun , Jes deux hOIHmes qui, en 
i


, avaient si vivement combattl1 dans Ie pal'lellu'ul 
l"én13ucipation dcs calholiques, préseulcl' Ie bill qui COH- 
cédait cette srande fueSUI'C ; ct gagnel l 
t celte cause uue 
Iuajorilé tie cent :.,oixantc-dix-huit voix tlans la eh311lhrc 
rlcs comn1unes, et de deux cent cinq dans relle tll'
 lortlt
. 
L' explicatiun de cc rc\ ircmeut tI' opinion et de cuuduilC , 
c.est que rassociaLÎoll catholiqlie de 1'Iriandc ayail 
élevé dans ce pays un gouvcrnenlent plus fUl'o1iòaLlc {pJC 
celui tJe I'..\ngleterre. Les circonstances étaient h pcu 
près itIentÎques à celles l)ui se prodnisent cu ce ruoment 
a,'cc l' association du rappel. Lc bill d'éluancivation 
renfennait cepenùant des c1auses ('eslricti \"es. Ainsi, 
il interdit aux catholiqnes romains de ùc\'en
r régent 
du royaulne, lord chancelier, lord ùu graud-sceau, loni 
lieutenant d'Irlanùe; d'user du droit de présentation 
aux bénétices ecclésiastiques J soit comine propl'iétaircs, 
soit COU1me luelubres de corporalions 111unici{Jales; de 
faire partie d'une conI' de justice où il y aurait appel des 
sentence:; rendues par les tl'ibunaux ecclésiastiques; 
d'occuper aucun crnploi, chaire ou oflìce dans les univer- 
Silés; enfin, certaines restrictio
s et liolitations pour le
 
congrégations l'eligieuses dépendantes de l'Ég1i
e ro- 
maine. - 
.Ces restt'ictiollS illlportaieul peu; Ie point essenticl 
étaill' admission du principe; or J cc principe, Ie parle- 



3:4 


U1eut venait tIe Ie prOc1anlèl' : on confia à ravenir lè 
soin d' cn déduil'e les cOH5équenccs. Les catholiques su- 
jets de la Grande-Brelagnc éti}iellt affranchis, el c'est à 
)']rlande, à l"association calholique, h I'agitalion tonni- 
dable (IU' elle avait soulevée , à O'Connell, qu'ils devaielll 
ce bienfait. L' éleclion de Clare 
 ce coup hal'di tCllté par 
O'Connel avec tant d(\ con fiance et de succès, avait 
trionlphé de tontes ks résisLances : la couronne, les D1i- 
nistres, Ie parJement, cOlllprirent Ie danger, et ßéchi- 
reul devant O'Connell! Le 15 luai 1829, Ie grand agita- 
leur fit 
on entrée au parlelnent, el rerusa de prêter Ie 
sennent de la suprélnatie protestanle. II était jnste que 
celui qui a, ail pris la princivale part, et avaitle plus puis- 
sanlßlent contl'ibué à l' élnancipatioll de ses co-religion- 
naires, eÙl Ie IJl'emier l'honneur tIe refJrésenter, au seill 
du pal'lelueul, Ie principe de la liberté religieusc que 
vCllait d'adlneure Ja loi ùo pays. 
. L'élnancipation 1'ut Ie signal de la ren3i

allce reli- 
gieuse ùont nous avons été lémoins depuis 1830. 
L' oppression, sous laquelle les catholiques anglais 
géll1i
saient depuis trois siècles, leur avait imprimé une 
physionomie toute parliculière de réscrve et de tin1Ïdité. 
Crailllifs ct défiants, iIs avaient contracté l'habitude de 
s' en,-elopper de myslère, évitant avec 80in tonte sorte 
d'éclat; car ils avaient appris qu'attirer les regards et 
l'attention publique, c'était aussi attirerla persécution. 
Aussi , tout ce qui concernait leul l (oi elles pratiques de 
la religion, ils Ie dissin1ulaient avec tout Ie soil1 possible. 
Les chapeHes, outt'e qu' eUes étaient bien l'ares encore, 
ils les cacllaicul daus Ie fond des calnpagnes ou daus 



ðO 


quelquc rue ignol'ée des faubourgs, leur ùonnanll'appa- 
rence, ou d'UD hâtiment de fernle, 011 d'une habitation 
ordinail'e. Pour se relldre à )'assen-1Llée sainte, on pre- 
nail des ,'oies détournées; ainsi Ie malfaiteur cherche à 
ùouner Ie change et à dissÍInuler Ie but de ses démarches. 
Lc prètre avait-il à remplir au dehors quelques fonctions 
ùe son Ininislère, ce n' était que déguisé sous Ie costunlC 
de l'bomme du monde qu'il pou\7ait se hasarùer à de:)- 
cenùre dans la fue et à traverser la place publique. En- 
touré d'ennemis ou du moins de terreurs, Ie catholique, 
plein de défiance, renfel'lnait sa foi dans son eæui', 
allS 
oser s'en ouvrir même à ses plus intioles amis protes- 
tants, au point qu'j} arri\ ait quelquefoid que l' époux 
ignorait la religion de sa femlue et de ses fiUes, et que 
]'épouse ne sa\'ait pas à queUe société religieuse appar(e- 
naient son ll13l'i et 
es fils. Bien tIes fails sont là qui 
prou\'eraient au be
oill celte situation eXh'aordinaire, 
mais 110US llOUS contenterons de citeI' ceUe réponse d'Ull 
vice.roi d'Irlaude, à qui un seigneur e
primait Ie soupçon 
que la vice-reine ne fùt catholique : c Je n'en sais rien , 
milord; el1e ne nle l'a pas dit; et je n'ai jalnais eu l'indis- 
crélion ùe Ie lui den1ander. ) 
Or) depuis tes ten1pS, les ChOSE5 ont bien changé. Le 
catbolique, à qui'la loi a ellfin rendu son titre et ses 
droits de sujet hritannique, a senti naÎlre ]a con fiance 
dans son cæur, et Ie sentinlent de la ôécurité que l'éman... 
cipation de 1820 lui assure, fi' a Vas tardé à se manifes... 
ler au dehors par une conduile pleine de dignité. N'a
'allt 
plus rien à craindre pour sa foi, il 3, Veu à reu, écarté 
les voiles suus ICbf}uclt$ une lOll{;UC t
 rannie ra\'ait forcé 



.10 


d'ahl'it(
r S3. rcli
ion el son culte. II a quiUé ,l'oluure, it a 
,'ouln \'i\'I'c au 
o1eil, marcher sans crainte et la téle 
])autc au Initiell de ses concitoyens, cornn1e leur égal. 
Loin de fuir les regards, if s'cst présenté 3UX assen1b1ées 
publilJues, it a sollicité, et SOl1vent oLtel1u de la con- 
fiance de ses concitoycns protestants, l'honorable luission 
de défendre, de protéger leurs intérêts , soit dans Ie par- 
]elncnt national, soit dans les conseils nlunicipaux. 
C' élait déjà beancoup que Ie c3lholique anglais, réh1- 
bilité par la loi, pût faire contìf1ller cette réhabilitation 
par l'opinion pnblique; mais it restait une æuvre plus 
grallrle, plus dillicilc et bien plus impol'tantc, celie de 
réhauiliter la reJigion dans l'estÏtne d'un pcuple abusé et 
ÎInbu des lJlns eStranges préjugés. 11 fallait à tout prix tirer 
la foÌ catholi(IUC de eet état d'abj
ctioll où l'opinion pu- 
blique s'obstinait à 1a tnaintenir. POUl" obtenir ce but si 
désirable, il fallait a \ aut tout en\'ironner la religion et Ie 
cuJte catholique d'une ccrtaine pon)pe, d'un certain éc)af, 
l1écessaires en tous lieux, Inais en cc pays plus qu'ailJeurs 
pour quiconque ùésire se concilier Ie respect des ß}asse
. 
)./on nc tarda pas à se meltre à I'æuvre, et, ùe tous cô- 
tés, on érigea de nouvelles chapeHcs, non plus cachécs 
et déguisées, cOlnme par Ie passé , sons les dehors de Ja 
demeure de l'honlnle, Illais au grand jour, et en les t1é... 
corant à I'intérieur ùe croix, de statues saintes et ùes 
synlbo]es ordinaires du culte catholique. On les pourvut 
d' ornenlents sacrés, sinon magnifi'lues, toujOUl'S au 
moiDs propres et décents : on y établil des orgues, on y 
forma des chænrs de chauleurs, de borle que ßlaiutenanl 
les tli\'ins offices )' 
ont célébrés a\'ec la 80lcnnité cornc- 



--it 


llable, et dans quelques endl'oilS, avec une pOlni'e el un 
3pparcil qui rappeHent les égliscs du continent. Les céré- 
ßlonies sacrées HC resteut pas Inêule toujours renferrJ1ée
 
dans l'enceinte des Inaisolls tie prièl'es. Plusieul's fois, en 
. ùes circonstances soleunelles, on a fait des proces:.;ions 
avec croi
 et bannièrcs déployées; Ie plus souvcnt à l'oc- 
casion ùe la consécratioll de quelqlle llou,-elle chapelle, 
ou pour relldre les derniel's honneurs à quelques anciens 
du sacel'ùoce, ou à un IllCmbl'e pieux tie tluelque cDnfrérie 
caLho1ique. 
Cc rut une chose Lien élrange pour les prot
stant
 que 
cclte apparition presque subite des calholitjues au milieu 
d'eux; ct, à la vue de ce cul1c inconnu el oubtié depuis si 
longtelnps, ils durenl se deluallder a \'ec une curiosité 
lIJêlée tlïnquiétuùc : que signific cette religion 110nveUc (! 
Or, les répon
es HC luanquèl'eul pas. Sans vader eL des 
ju
trucLÌons presque innolubrables qui se fonl publique- 
luent chaque dirnanche dans les chapelles, el de
 confé- 
rences publiques on privées pour lesqnelles les prêtrcs 
calholiques sout toujours prêls, on eul recours à la 
presse. On pubHa une fou1c de sernlons, de petites bro- 
chures, ùe traités populaires, ann d'éc1airer l'opinion. 
I>e plus, des écrits pél'ioùiques furent fondés avec mis- 
sion spéciale ùe combattre el de réfllter, sans paix ui 
trêve, les erreurs de tout genre que I'ignorance ou la 
mauvaise foi opposent chaque jour à la vérilé. Enfin une 
vaste société sOest organisée t composée de tout ce que 
)a Grande-llretagne renfcrme ùe calholiljues dislingués à 
(Iucique titre que ce puissc ètre, dans Ie but de Ira\'ail- 
IeI', par tuns Ie::; nlo
'cns que la chaJ'ilé et la religion 



í2 


8,'ouent, à la tléfense el à la propagation de la vérité ca. 
tholique. Nous aUons parler en détail de tonles ces crea- 
tions. 
Ce u'est pas la huuière qui Inanque aux prolestants; 
ce ne sont pas les moyens d'illstruction qui leur fonl 
défaut. Les calholiqlles ont élé prodigues à cet égard t et 
it ne resle pas une objection, lIne diflìculté, un doulc 
qui ne soit résoln , clail'é, dissipé. 
lais à quoi sert que 
)' esprit soit convaincu, si Ie creur n'est pas touché, ct 
tjui peut toucher Ie cæur, sinon celui qui Ie lient en ses 
lnains? Qui pent délcrminer la volonté, sinon cetui dont la 
grâce forte el douce à )3 fois, ploie sans les rompre, les vo- 
lontés les plus J'ebelles? :\1. l'abbé Spencer avait l'ân1e 
occupée de ces pensées sans doute, quand il conçut les des- 
seins de cette belle associalion tie prières pour la COllyer.. 
sion de SOIl pays, qu'il a la joie lie ,'oi.. aujourd'hui l'é- 
pandue dans toutc l'Églisc., ct hauten1ent approuvéc do 
souverain pontife, qui I'a enrichie des indulgences et des 
grâces les plus précieuses. Qui, la cause des catholiques 
est bene, leur triomphe détinitif est assuré ; il est ilnpos.. 
sible que tant de travaux, tant de dévoûnlent, tant de 
prières entin n'obliennent pas de la bonté de Dieu la 
grâce du retour à I'unité catholique pour celte puissante 
Angleterre, dont la conversion semble manquer à sa 
gloire comlne au repos du Inonde. 
Nons DC craignons pas de Ie dire) beau coup de protes- 
tants COllilnencent à voir qu'Oll les a tron)pés, et qu'on 
\'oudrait prolonger leur erl'enr. Que l' on cherche hien . 
ell' on en It'ou''cra peu, qui cro:ent encore aux biènfait
 
ù.c la réfonne et (lui aicut 
érieu
eHlcnl qnclque h'3) cur 



.13 


ùe ce qu'ils appelaienlla tyralJnie du papisme. La grantle 
ll1ajorité du peuple témoigne un profond .respect pour 
les cérén10nies et pour les s)"llJboles du cu1te catho1ique , 
llaguèl'c si odieux. COlllbien de faits ne pourrait-on pas 
citer qui prouvent que ce respect s' étend luême à ]a per- 

onne des prêlres! Or, cette disposition des protes- 
tanh; tend chaque jour à dirnjnuer Ja distance qui les 
sép
re cle leurs frères. II est certains catho1iques qui ne 
,'oiellt pas ces choses , mais leurs adversaires les voient; 
iIs ,"oient chaque jour la nlasse du peuple faire un non.. 
leall pas vel'S la religion ancienne qu'ils croyaient abolic 
pour jan1ais. lis voient surtout avec un vrai désespoir que 
rien ne peut arrêlel" ceLte ßlarche du peüple anglais vel's 
la vérité. Le peuple ne préte plus aux prédicateurs pro- 
testants tln'une oreille déHall(e; et lorque Ie Ininistre, 
dans sa chaire, a cru devoir traiter quelqu'un des points 
controversés, it n'est pas sans exemple de ,'oil' aussitôt 
unc députation des princjpaux membl'es de la congréga- 
lion protestanle se rendre auprès du missionnaire catho- 
1ique Ie plus voisin, et Ie prier de ,"ouloir bien exposer, 
pour I'instruction des protestants, quel est sur ce Inême 
poinlla doctrine de I'Église calholique. 
Ainsi , entre autres faits de ce genre, un journal anglais 
citait celui-ci : 
c Unc pélÍtion, dont tous les signataires sont protes- 
tants, a été présentée au révérend 'Villiam 'Vright, prêtre 
catholique de Hal'tlepool, pour le prier de ,'ouloir bien 
faire celte année, CODUlle les années précédentes, des 
insta'uctions sur les doctl'incs et les principes de la l'eli- 
ßion catholiquc. 



.t4 


c Les pétilionnaÍ1'es allèguenl pour raison de leur de.. 
luanùe Ie dégoût (Iue leul" ont inspil'é les exposés, _évi- 
òennllcnt eX3gérés, (llI'ils ont enlendlls des ministres 
proteslants òans leurs égli
eb sur les doctrines cl lcs fJra... 
tiques ùe leurs frères catholiques. 
. II \"a sans dire qne 
I. ''''right s'est rendu aycc plaisi.' 
à la ùenlande des pétilionllaires, et qu'il va COlUUlenccr 
tine suite de conférences religieuses. J 
Le journal anglican qui 1'apIJortc CèS fails s'écrie: 
I COlllmcnt s'étonntr que I'Ég1isc soil cn danger, l]uanù 4 
Ie tfoupeau est ainsi ùispcrsé par les pasteul's qui de- 
vraient s'efforcer d'y Inaintcnir ("union! . 
(;ne dizaillc dfalluées sußìl'cut pour rCllùre luanife5lc 
à lOlls le
 yeux ce lravail du catholici
lne. 
.\,u COlnnlencernent ùu règue de Georges Ill, soixautc 
luille calholiques étaicnt tout Ce Cjue )'011 conlptait en 
Angletcrre et en Ecosse de sujets re
lés fidèles au cultc 
de leurs pères. Leur nOluLre en J 821 , tl'après Ie recen- 
sement officiel, s' éleyait à cinq cen t ßlille. II était en 184.2, 
de deux n1Ïlliulls à deux lllillions cinq cent mille. 
En 1828, les Cjualre ,.icaires apostoliques de l' Anglc- 
terre, NN. SSe P. A. Baines, T. 'Yalsh, J. Driggs ct 
T. Griffilhs, adre
saient coUectivement une Ieure aux ti- 
dèles pour recolDlnandcr leurs séminaires à la charilé. 
Dans celie leUre, les vicaires apostoliques parlaieul en 
ces tern1es du mouvement re1igieux qui déjà commen- 
çait : 
I CousiJérez avec fJuelle rapidité notre sainte religion 
étend ses ralneaux sur ce royaume, la tJuantité de per- 
sonnes qu i sont l'éCenlf11cut retoul'l1ées au seiu de I'Eglisc 



.I!S 


calholiqu(\ , con1hien de nouvelles missions oul élé 
ta.. 
blies, Dans un grand nomhrc des anciennes, Ie ta'on.. 
pean s'cst aCCl'lI de manièrc à rendrc l'augmrntation 
des pastel1rs nécessail'e. Considérez au
si Ie nombre de 
calholiques qui, SU1'tont (tans !e distl'if't occidental, soot 
laissés sans prêtres, parce qu'ils sont on II'Op pau\'res 
ponr fonrnir à ses hesoìns, on ta'op éloignés d'une mission 
pour être visités par un prêtre voisin. De là le
 enfant
 
sonl laissés nOD-seulen1cnt sans instruction, Inais its n'ont 
pas de prêtres pour leur administrcr Ie sacren1ent de 
baptên1e et apporter les consolations de fa religion aux 
nlOUl'ants. ) 
Rome, qui snivait 3\ ec I'atf
c(ion d' une tnèrc Ie retoul' 
t. la vér'ilé de ces enfants que l'errenr avail si longtemps 
égarés, comprjt )e POif15 dn fardean imposé aux vicaires 
3postoliqucs, lïnlpossibilité Oil ils se trollvaient de parer 
à tant de néct'ssités, de scconrir tant de besoins. Ellp sc 
décida à 3ugnlenter Ie nombre des évêques et à changer 
J'ancienne division ecc1ésiastiqlle. Jusqu.cn 1840, )a jnri- 
diction de l' Angleterre se partageait en quatre districts : 
relni de Londres, celni on Centre (
Iirlland ), celui du 
Nord, ct cclui de I'Oucst. La Congl'égalion ,Ie la propa- 
gande allgnlenta, Ie 11 rnai 1840, Ie Hombre des ,'icaire
 
aposto1iques et fixa les lirrlites de lenrs diocèscs, cn mêrne 
tenlps qu'ellc arrêta leur nomination. 
V oici les noms des évêques rhoisis à ceHe époqilC , 
:Üns; qne les diyisions au-xquelles its sont auachrs : 
I. District du Nord. - Vicaire apostoliqne, 
Igr 
Ioslln, 
(
vèqne d'Ahydos; comprend les comtés de Northnmhrl'. 
land, Durham, Cumberland, \V pstmore1anrl. 



6 


II. Celui de Lancastre.- Vicaire aposlolique, 
Igr Geor.. 
ges Bro"'D, évêque de Bugia; cODlprend les comtes de 
Cheshire, Lancashire et l'He de 
Ian. 
III. Celui de York. - Vicaire apostolique, 
(gr Briggs, 
évêque de Trachis; cOlnprend Ie comté de York. 
IV. Celui du Centre. - Vicaire apostoliquc, 
Jgl' 'Valsh, 
évêque de Cambysopolis; coadjuteur l\Igr \Yiseulan, au- 
ti efois recteur du cQJJége des Anglais à ROlue; cOßlpren Û 
les comtés de DerbJ , Nouinghaul , Stafford, ,y ol'cesler, 
'Var,,'ick, Salop, Leicester, Oxford. 
V. Celui de rEst. - Vicairc apostolique, 
Igr 'V arcing , 
évêque ùe .\riopolis; comprend les cOlntés ùe Lincoln, 
Rutland, Norlhanlpton, IIuntingdon, Caolbriùge, Norfolk, 
Suffolk, Buckinghalu, Bedford. 
VI. Celui de l'Ouest. - Vicaire apostoliqne, ltJgI' Dai- 
nes (I); compl'end les cOJntés de Glocesler, 'Vilts, 
Cornwall, Devon, Sonlerscl, Dorset. 
VII. Celui du pays de Galles. - Vicaire apostoliquc , 

Igr Bro"11, béuédictin, évêque de Appûlollia; COD1- 
pi'end Ie pays ùe Galles (ùouze comtcs), el )Jonmoulh cl 
IIereford en Angleterre. 
VIII. Lc district de Londres. - 'iicaire avosloliqnc, 

lgrGrißÌlhs; cOlnprcnd les con1lésùe Berkshire, IIerlford, 
llampshire, Surrey, 
l1ssex, Ji.ent, Essey, ltIidtllesex, et 
les iles de 'Vight, Guernesey et Jersey. 
Les nouveaux \ icaires apostoliques étaiel1l tl peine arri- 
vés dans leurs diocèses re
peclifs ; its avaient à peine en 


(I) )Igr Baines, 11lort it y a quelqups Inois, n'a pas encore été 
remplacé. 



47 


Ie telnps de jete!' un con p d'reil I'apide sur )' état de la re- 
ligion dans les vastes districts soumis à leur juridiction 
spirituelle, que déjà se luallifestaient les sJmptôlnes d'ul1 
mouvementqni pron1eUait à notre sainte religion de non- 
,'cUes et précieuses conquêtcs. Les catholiques répandus 
dans ces vastes conlrées ont senti renaître leur courage 
et leurs espérances, en voyant paraîlre au milieu d'eux 
les nouveaux pontifes auxquels Ie père commun a confié 
Ie satut de leurs â01es. Ces phuvres cathotiqnes, si long- 
telIlps comnle perdus au milieu des populations protes- 
tantes, ne recevant qu'à de 6très-rares intervalles la visite 
ou les conseils des vénérables prélats qui, jusqu'à ces 
derniers temps, ont gouverné I'Église d'Angleterre, et 
qui succombaient sons Ie fartleau sans cesse croissant dr 
leurs travaux et de ]eurs sollicitudes, étaient tcntés de Be 
croire oubliés et exc1us par Ie Inalheur de leur posilion, 
de la participation aux choses saintes el du hienfait ùe 
l'instruction reljgieusc. Car dans les Ganes et dans l'Oucst 
de I'Angleterre, dans les comtés du Nord et dans ceu"{ de 
rEst, iI n f y a qu 'un fort petil no rnbre de chapclles, sépa- 
rées par d'immenses distances, et souyent Ie yoyageur 
parcourt plus de trente mines sans rencontrer aucnn signe 
de catholicité. CepenJant, même au milieu de ces con- 
trées désolées, on trou\!e encore çà et là rles catholiques ; 
dans les ('ampagnes, de pieuses faInilles de fern1iers res- 
tés fidèles à la foi ancienne, et dans les vi1les, de pauvres 
1rlandais, que 1a tyrannie de quelque lord tory a con- 
darnnés à )' exil et à la ßlisère. Or, les calholiques, jus- 
qu'ici, placés en dehors du cercle (Ie l'actiyité et (!e rin:- 
Hnence des premicl's pastrurs, sourent mème incol1nu, 



48 


à leur charilé, s3\'enl qu'ils on! maintcllant plus près 
(renx des :lpÙtres tonjonl's prÍ'ts à entcndre Ipnl's réc1a- 
ßlations; ils sayellt qu .en faisant connaître leurs besoins 
et leurs nécessités spiritllrlles, i1s tronveront, dans Ips 
nouveaux prélats, non pas pins ùfintérêt et tJe tendressc , 
Inais des consolations et tJes encouragen1ents; ils savellt 
que des distances moins énormes , que de
 travaux moin
 
mu1tipliés, pern1eUront désonuai5 
1 lelu's vénérables 
é\'rques, rle les ,'isiler qiIelqupfois, et de consacrcr à 
eurs intérêts spirituels un tenlps et des soins qne les 
anciens évêqnes se "o
 aient si SOllvent dans la dure ne- 
cessité de leur refuser. 
C.élait pour ces hOI1UIlCS apostoliques une douleui' que 
)es mots ne peu\'ent dire, d'être 3insi forcés, par Ie 
lualheur des circonstances, à laisser dans une sorte 
d'ahandon une portion du troupeau confié à leut' ,'igi- 
1ance; ct les grandes choses qu'ils ont failes, les mer- 
veilles qu'ils opéraient sur tant dfautres points dn pays 
ne pouvaicnt mêl11c les consoler de lïmpuissance à la- 
queUe ils étaient réduits. Ce fut done pour eux une grandc 
.1oie en même temps qu'un grand soulagen1ent, quand Ie 
Saint-Siége conselltil enfin à établir Ie nouvel ordre de 
choses dont r Angleterre recucille déjà les fruits. 
Pour seconder cette renaissance, delnander au cicllcs 
ßl'àces nécessaires pour 1a féconder, un yénérable eec1é- 

iasliqlle, mcrnhre d'une des plus anciennes et des pIns 
,\lustres maisons (Ie I'Angletcrre, ronçnt Ie pienx dessein 
dont nons parlonF- plus haul., de former une agsociation de 
IJrières pour den1andcr au riel la conversion de son 
pays. L'honorahle ahhé Grol'gps SpenceI', (l'unc fanlille 



.i9 


ang1icane, et lui-même ministre de cptte Eglise, devait sa 
conversion à la prièrr; iI ,'otdut érlairfr l'Angleterr
 it 
l'aide dn t1amhean qui avait dissipé les ténèbres de son 
psprit. 'oici conlment Ini-mêlne nons racontc J'origine 
de son assoriation : 
( En 1838, me trouvant 
\ Pari!">, et ne \'ol11ant pas qu'un 
Beul monlent de ma \'ie s'écoulât dans l'oubli de la grande 
cnlreprise à laquelle je l' ai depuis si longtemps consacrée 
(Ie retour de ma patrie à l'unité catholiql1e), je résolus 
d'employer dans ce bUlles JOUI'S que je devais passer en 
France. Grâce à Dieu ! cl grâce aussi à la charité de 
ceUe grande nation, roes yæux Curent exaucés; nles fai. 
bles paroles sumrent pour allumer dans tout ce beau 
royaume un zèle presque sans exen1ple. Dès Ie premier 
appel, tous les cæurs catholiques se mirent à r æU\Te, et 
leurs prières n10ntèrent vel's Ie trône de Dieu pour Ie sa- 
Jut de ma patrie. En nation vrain1ent fidèle, mettant de 
(
ôté Ie souvenir des anciennes querelles et de tout ce qui 
pouvail faire naître de haineux ressentiments, la France 
chrétienne ne regarda I'Anglelerre que comme une sæul' 
en Jésus-Chl'ist, sæUl' égarée, il est vrai, ß1ais par ccla 
n1ême plus digne de comroisération et d'amour. Et ce pre.. 
111ier ITIOUVCß1ent de zèle ne fut ni puremenl local, ni 
passager. De fréquentcs informations n)'assurent que cette 
arrlelH' au lien de s' éteindre nc fait que sfaccroître, el qUf' 
I'exeluple donné par les tunes religieuses de l;rance a pro. 
l)uit des fruits a(hnirahles dans (outes les parties du n10nde 
catholique, à commenccr par ROine, qui soupire après ]e 
nì0I11ent oil elle pourra de nouveau serrer dans 8CS hras 
cettf' contréf' jadis rorncment ct la gloil'{\ de I'Églisf'. >> 



 



;)0 


La France, cl à 
Oll excluple les calholíflue
 de tow
 Irs 
þa) s, prièrent Ie TOul-Puissanl de reganler d'UIl u
il 
de misériconle les églises tlésolées de saint Thomas d(
 
Cantorhéry ct de tant d f aul1'es saint!,o, pontifes qui reru- 
plissellt encore loule I'Églisc ùu varfulIl de leur belle ct 
sainle vie. Leul S }11'ières furent exaucées, elle fondateur 
de l'associaLion cul la consolation d
 nous raconter les 
Inerveilles de la gl'åce divine. Laissons-le parler: 
( Quand Jésus s'apvrocha de la 11laison du chef dont 
la fiUe unique venait lie nlourir, parn1Ï les anlis du père 
désolé réunis ponr Ie conso!er, il s'en lrouvail pent êtrc 
l]uelques-uns dont la foi au Sau,"eur élail assez vi\'c pour 
espérer de sa \ cnue quclql1c consolation. Ils se seraicnt 
étonnés ct gralldenlcnl réjouis pour Ie VaU\T{-' père, d'êlre 
3ssurés de la bOl1chc ùu Seigneur que Dieu lui donnerait 
une autrc enfant pour cOlllb!er Ie \ iùe que la HjOrt "euait 
de ere user Jans son Cæl1l'. )Iais quanl) Jésus leur (lit, la 
jel1nc fille nfesl pas Inorlc, clle e
t seulcmrllt enòol'mÍc, 
je viens r éveillel'; bienlôt ,'ous la ven'cz l'ajcul)ic, pleinc 
de force el d'nnc santé nou,"elle après ce somnleil, ils se 
moquèrenl de ses di"ines paroles ct ne purenl y ajouter 
foi. Et poul'tant, peu aprè,:;, ils en \Îrenl l'accoIl1p1isse- 
Inenl. Cf est ainsi fIne Notre-Seigneur \'a réponùl'e à nos 
væux, à nos prièrcs pour l' _\nglelerl'e ; pour ceUe Église, 
que Ic reste de la chrétienté avait ern ßlortc, qne les 
saintes âmes out pleul'ée depuis trois siècles. Nous den13Il- 
rlions à Di
n l1e nons donner à sa place une nou,"ellc Eglise 
qui, apI'ès les funérailles de la pl'cn1ière, nous consolerait 
de sa perle par des fruits de sainteté pareils h ceu>: (lU' elle 
ayaH antrt'fois prod'lits. Voilà ce qne nons deruantlions, (At 



.., I 
al 


it nOliS seluhlait que ceue grâce filt la plus grande que Dieu 
pût accordCl' à noire patrie. Oh ! réjouissons nons. Dien, 
riche en bontés, conlmcnce h nOllS inonlrer qu'i1 songp à 
nons exaucer d'une Inanière tout autrement 3(hlliraLle. 
La chaleur ùe la ,'ic ranime déjh ce cæur que nons avions 
ern à janlais glacé; ce cæur recommCì1ce à LaUre. Déjt\ 
ses ycux s'ou\'rent; déjà, yoyanl que nons avions trop tðt 
désespéré d' elle, ,"oyant, pour ainsi dire, que nous nons 
disposons à ses funérail!es, cUe s' écrie, ûu plutôt Nolre- 
Seigneur s'écrie pal' sa Louche et nous dit : EHe n'esl 
pas 1110rle; clle élait sculement cndorlDie, Dèjà it a n1is 
dans son scin un nouveau souflle de 'Tic; bientõt illui 
'-rcndra sa prenlière jeunesse, son ancienne beanlé; ellc 
ya de nouveau se parer de ses anciens ornen1cnts, après 
les 3\"oir rendus plus parfaits, plus richrs fJue jamais. ) 



.. 



CHAPITRE Ill. 



tHOI ,uU-:.. 


Pro
..ès de la tui. - AClivité des calholiqucs. -- Leur Homhre ct 
1cur intluence. - Ég\ises, chapeHcs et cuuvents I'CCenllHfut con. 
struits. - Généreu
 sacrifices des families riches. - I\enaissance 
de I'art chrétièn. - Les tra\'aux du cétèbre architeclc ,\-. Pugi1l 
cncour3ßés par Ie Sou,'cl'ain-PontiCe. - Lcs lrappiHes tlu Leic
- 
tershire. - Sl3tistique religieuse des buit \'icarials aposlolique
. 
- Le nombre de leurs missionnaires, tic IcUl's monuments reli- 
ßieux, de leurs colléges et établisscments tJc charitc. - L'Ordre 
des Pa!SSionni
tð ct rOrdre fondé par Ie doctcur Hosmini. 


L.émancipation avait ou"ert une ère llou\'eHe : lcs jours 
d'intolérance brutale a,'aient passé. 
rais Ie catholicisll1e, 
à qui quelques années de liberté avaient sutlì pour prendre 
un développement considérable, devait encore êlre luena- 
ce par Ie fanatisme protestant. Quand, iJix années Jprès 
rémallcipation,les réformés firent un .'elour sur Ie passé, 
its s'apeJ"í,,'nrent (Jue les catholiques, qui, il 
' avait quatre- 



..' 1.. 
.) 1 


"ingls ans, cornptaient panni les hahitants du P3)'S d3n
 
13 proportion d'un sur cent quarante, cntraicnt déjà pour 
un huilirnle dans 13 population. eclto progression fit je- 
tCI' un cd tJ'alannc auX' protestants, ct ron entenùit lenr 
principal oJ'gaue dans la prcssc demander Ie rétaLlisse. 
111ent des lois pénatcs. 
( Le fait est, disait Ie rÜncs. en lS39, que les lois 
I péna'es n'étaient ni irrénéchies ni vindicatives; e1les 
<< présentaient dans Ie sens rigoureux du mot des statuts 
. défensifs et protecteurs; clles étaicnt cOlume autant de 
. barrières éle\'ées contrc Ie relour de eette peste qui 
<< avail été écartéc 3"ec tant de dif1ìcultés, c'esl-à-dire 
t la perfidic sauvage et la désolante suprémalie de prê- 
( tres papistes placés avec terrel1r sur un OU dcnx mil- 
f lions de harbarcs pour Irs tcnir dans l'esclavage. ) 
La conduite des cnnemis òu catholicisme ré\'éla aux 
enfanls de I'Ég1ise cc qu'ils avaient à espérer. Ceux-ci 
c0111prirent l'int1uence qu'ils allaient acqnél'Ïl'l. lis conti- 
nuèl'ent leur æn\'re en silence, laissant leurs ad,'ersaireg 
disposer leurs légions contre l'envahissement du ]Ja- 
piSJ1le. Les réforméß reçurcut pour mot d'ordre : Tout 
1)1'oteS[llut doit êtl'e prêt à {aire son devoir l . 
tes années qui suivirent l' élnancipation s'étaient pas- 
sées dans une sorte d'étourdissement. Pcrsonne n'osait 
se prononcer sur les conséqnences de cclle grande me.. 
sure. 
Iais dès qu
elle cut porté ses prelniers ft"uits, les 
1'écrinlinations et les criailleries cOlnnlencèl'ent. Au nli.. 
lieu du bruit confus de quelques-uns et de la slupéfaction 
des autres , les catholiques onl opéré leur réorganisation 
religiense 
 ils ont grossi leurs rangs; i1s oot couvert 



" ," 
.) ) 


l'Anglctcrfc d'églises et de chapelles; ils ont rétabli les 
couvents d'homlnes et de fenlmes, fonùé des confréries 
picnses , des asi1es pour soulager lcs infortunes; ils ont 
puisé dans la religion des inspirations ponr régéllérer les 
3r1s; ils ont renou\'elé les prodiges que Ie n10yen âge 
a légués à notl
e admiration et à celie des générations 
futures. 
Iais nous 3vons besotn d' en trer ici dans quel- 
ques détails et de préciser les faits. 
L'AngJeterre et Ie pays de Ganes qui, en 1792, comp- 
taient 55 chapelles, en possèdent aujourd'hui t;OO, parmi 
lesquelles des églises d'nne riche et vaste construction, 
qui ont été élevées dans ces dcrnières années. Les plus 
remarquables sont la cathédrale ùe Birrnillgham ct l'é- 
g1ise de Saint-Georges à Londres. La Vose de ]a prelnière 
pierre de la cathédrale du district cenlral eut lien en 
183Ç) ; ce fut un événelnent auquelles prolestants n'assis- 
tèrent pas 
ans énlotion. Ce district a ,'u s' oU\Tir de nOffi- 
hl'eux établisselllents religieux et s'opérer des prodiges de 
Ja gl
âce, qui sont conUl1e une Inanifestation évidente des 
bénédictions extraordinail'cs que Ie Seigneur a répandues 
sur les travaux incessants du vénérable prélat à qui e
t 
confìé Ie soin de cettc portion de I' Angleterrc. En 1838, Ie 
vénérable é\'êqne ùe ce \'irarial 
 ß}onseigneur 'Yalsh, 
reçut ü9! abjurations. Dans presque toutes les parties de 
eet ilDportant di
t)'ict, de nOH\-eaUX temples ont été bitlis, 
des congrégations de fer\ cuts adoraLeufs se sonl for.. 
nH
es Jà où Ie \Tai cl11te dt"l la l1ivinilé était oublié, de.. 
puis (Ju'une lllaiu passionnée l't orgueilleuse avail enlcyé 
au peuplr Ie dépôt de cctte foi qui, pendant Oille cents 
ans, a,'ait été rohjel de son ol'plJcil ct de sa gloirc. On a 




(j 


aussi érigé dcs COl1\"ents el des luuuastèl'cs, UÙ, selou fa 
pratique des anciens temps, la soif ct la Cairn sont rassa... 
s
ées, uti la lIudité trouvc des \'ètelnents, et Ie pauvre 
délaissé un a1H'i; là, Ie bauBle de la consolation est ré- 
pandu dans lcs ålnes a111igées; là, ùes prièl'es et ùes sa- 
crifices sonl san
 interruption offerls au Dieu ,'ivant. De 
magnitiljUeS maisons d' éduc3tion et des écoles élémen... 
tail'cs, autrefois l'orgueil de l' Angleterre, S') élè\'ent òe 
toutes parts. 
Le calhulicislue a fail des progrès rapitles sous la con- 
t.luite du digne successeUl' du Dr rtlilner, ce chalHpion de 
Ja foj, dont Ie nom sera toujOUl'S cher au chl'élien ct au 
savant. II y avait cependanl une portion du diocèsc 
. 
l1u Dr'Valsh flui, dans Ja proportion de son influence, 
n'a\'ait pas vlciuelucnl parli
ipé à ces bienfaits. Binniu- 
ghaln avait vu tripleI' son ilnporlancc; des nlilliers tle 
ealholiques 
'avaient Hl'andi, et, nonobslant tout ce qui 
tn"ait été fait par les pl'êlreS chargés dc celte mission, on 
regl'etlait qufil n 'y cxiståt pas un tenlple digne de la 10.. 
calité Cl pl'uporlionné au nombre ùes fidèles. Pour ob- 
vier à eet incoll\'énieut, et ann de rendre, autant qu'j[ 
ëtait possible, Ie centre de l'Angleterl-c Ull centre d'atlrac- 
(ion catholique, Ie Dr 'Valsh conçut Ie projet d' él'iger à 
Bil'n1Ïnghanl nue égtise qui sUl'passât en splendeur toutcs 
ceHes de I'Anglelel're. Ce projet , comllluniqué aux. ca- 
thoJiques de la vine, it y a environ sept ans, rut pris en 
considéraLion, mais n'eut pas d 9 autre suite. En J 838, des 
circonslances favorables s'élant présentées, 011 reprit Ie 
projct, et un comité fut llésigné pour secondel l les pie1l
es 
intentions du pasteur. 



i>7 


lJll architecte, aujounl'hui cétèbre, COll\"erli lui-même 
à la foi de ses ancêtrcs, 
L A. 'Y. PUgill, dont nous au. 
rOBS occasion de parler plus Join, fut chargé de dresser 
]cs plans tIe \a uouyeHe cathcdrale. Son projet excÎla l'ad- 
miration des calholiques. On vil naHrc au luilieu d'eu}.. 
une pieuse érnulalion, digne ùes prenliel's temps du chris- 
tianislne. Le saint évêlluC souscridt ell tête 1e ]a liste pour 
la SOU1me de 2,000 I. (
O,OOO fr.), el bienlõt les géllé- 
reuses donations du cornle de Shre,,'
hury et d'un grand 
nonlbrc d'autres vinrent ùonnel' I'excluple ct encourager 
la souscription . On HI ensuite panni les pauyres tIes col- 
Jectes hehdoIllaùaires, qui, Inalgl'é l' état lnalheul'eux du 
conHnerce, He lardèreut pas à élonner et à éùiHer, tant 
leur lnontant excéda ce qu' on en auendait. Les fonds reçu::; 
perluirent bienlôl de ß1cUrc à exécution ce grand projel; 
on difl'éra cependant la pose t1e la p.'cmière pierre de 
celte IDagnitiqnc église jusqu'au 
9 Ocloul'e 1839, jour 
Oil BirnlÏngham rut télnoin de la cél'émonie la plus grande 
et la plus solennelle qui y ait été célébréc depuis bien des 
siècleso 
U ne Pl'occssion Ll'illallte, fOloluée des di\"erscs asso- 
ciations pieuses et (]e tons 1e:; catholiqnes de la vine, 
se rendit dans une salle spacieuse, aUenanle à la 
chapeHe de Saint-Pierre, sur Ie terrain oÌl devait a"oir 
lieu la cérémonie. Dne Coule iß1mense y attendait son 
arrivée. Les fenêlres des maisons en\'ironnanles étaient 
gal'nies de spectateurs, et les toits, d'où 1'0n pouvait 
apercevoir la proce

ion, étaient cou\-erls de ßlonde. Les 
f
nêtl.es avai
nl été louées plusieurs jours aupara\'ant. Le 



58 


révérenù docteur 'Yalsh , re\'êtu de riches ornements et 
entouré du c1ergé, fit, dans la plus grandc pompe, les 
cérénlonics prescrites par Ie rituel romaine 
Le réyérenù docteur 'Viselnan assistait à ceUe solen- 
nité; it prit la parole et capti\'a, par un éloquent iJiscours, 
I'irnmense auditoire cOßlposé de pcrsonnes de divcrses 
croyances re1igienses. 
Le révérend prélat tira son tcxte du 29
 chapitre du 
pl'enlier livrr des Rois, dans Jeqnel David engage les 
Israélites à offrir ayec joie au Seigneur pour la construc- 
tion de son tcnlplc. Après avoir rappelé Ie noble exemple 
du saint roi, Ie 7è1e avec lequcl eet exemple rut suivi par 
leg gouverneurs et Ie peuplr-, ct J'al1égresse avec laque1lc 
Ie chef d'Israël bénit Ie Seigneur de ce que Ie silnple 
présentait ses oß'I
andcs de si bon cænr, l'éloquent 
orateur ajouta q u'il était bien juste de se réjouir, 
cn voyant les préparalifs faits en ce lieu pour I'érec- 
{ion d'Ull tenlple au Très-Haut; car, quoiqlle ce templc 
nc dût pas être constrnit comme celui de David, avec de 
l'or, de l'argent el des pierres précieuses, il resp1endi- 
rait cerendant dfune plus grallde gloire , consacré qu'it 
serait à des usages plus pUI'S, à des sacritìces plus saints, 
h des Inystèrcs plus snblin}cs, c Ce sanctuaire, dil-il daDs 
nne autre parlie de SOD discours, sera la luaison ùe 
prières flu juste et du pécheul', la grande salle d'auùience 
dan
 L:HlueHc Ie roi dc
 rois prêtera l'oI'cille à Icur
 de- 
ruandes. La gl\\nde cour nil tou:; paraHront ùc\'anllui, Ie 
riche et Ie paU\TC, I'honlnlc librè ct l'esclale ) Ie sa,ant 
et I ïgnol'ant , Ie n13Ître el Ie 
el'\'itcur, Ie roi et Ie suj 



'-'0 
t) J 


Ce sera la salle du conseil où to us seront admis à parla.. 
gel' les grâces de sa Providence, suivant qu'iI daigoera 
pl'cndfe "leurs "æus en considération, suivant la nature 
(Ie leurs supplications t pour des calanlités à écarter ou 
des bénéùictioos à répandre. ) 
Les tl'avaux du ten1ple commencèrent, et deux anllées 
suffu'ent à son achèvement : ce rut la prelnière cathé- 
drale éJevée depuis la réforole. 
Avant l'émancipation, l'exlérieur ùes églises catho- 
Jiques ne devait porter aUCUll signe in diquan t que c' était 
une place consacrée à un autre culle que celui de I'État. 
Mais anjounl'hui les cloches appellent comme autrefois 
les fidè1es à la prière, et les églises sont sur(nontées de 
tlèches légères qui s'élancent comme pour faire violence 
au ciel. 
On reo1arqne dans la cathédrale de Birluinghan1 I'an- 
tcl de Ia chapelle de la sainte Vierge, qui est extrême- 
1nent riche et dans Ie style gOLhiqne du temps de saint 
Louis; il porte un tabernacle précieux, en forme de tour 
ornée de pierreries et des quatre érangéljstes en 
maiJ. 
Cet autel est tout couvert de bas-reliefs dorés et peints 
dans Ie stJle chrétien; de chaque côté soot suspendus 
des riùeau
 rjchen1ent bl'odés. Les autels des égliscs 
d' Angleterre ont des rideaux, comme on en voit dans les 
lableaux anciens et dans les J}}iniatures. On J "oil des 
lriptyques, avec des portes con vertcs de peintures, pJacés 
dans les chapelles au-dessus des aute1s. 

1. Pugin a publié, snr la cathédrale tIe Dinuin- 
gham, un article fort renlarquable dans lequeJ iI expose 
ses idées SUI' la construction des ég1ises catholiques. Nous 



60 


3\0115 al1al
-sé ce travail, qui fail Lien connaltrc l'étal de 
) 'architecturc en 
\nglelerre (I). 
Le telnps, nous ùit-il, est \'enu, (Jollr les calholiques, de 
reprendre les traiJitions architecturales ùe leurs pères. Ces 
ch31)clles de Londres, cliles {ashionahles, avec leur éclai- 
rage au gaz, leurs planches de Lois, leurs calorifères, leurs 
façades senlblables à cel1es de granges, leurs nnnailles ptl1
 
)lues que les pal'ois de nos vestibules, sOllt-ellcs digne
 
de Ja majesté de Bieu? Les églises rUI'ales d' Angleterre 
fOllrnissent d'excetlents moùèles à qui les veul étudier ; 
elles gardeot pres(luc toutes òes trace
 encore ,'ivantcs 
(]e calholicisllle, Le peuple des calnpagnes professait pour 
sa foi un attachelnenl exlrèllle. 
\ussi ]es ministres du 
n0l1Ve3U culte jugèrenl-ils prudent òe Ie conduire sans 
secoussc à l'hérésie, ellllaÎn(illrent-ils longlemps rappa- 
reil extérieur de la religion proscrite. Lorsque Cronl\\'ell 
prille fastueux titre de protecleul- de la Grancle-Bretagl1c, 
les églises pal'oissiales ùe la calupagne n'a\'aient encore 
subi presque aucun changernent ùans leurs décoratiol1s. 
Ðans les villes, au coulraire, les mOnUll1ents religieu\. 
virent s'allérer rapiùement leul' ph}sionolnie premièrc. 
I)uis, à chaqne restaul'ation nouvelle, ils pcrdirent quel- 
que portion essentiellc à leur ornelnentation. Le fumiste 
chal'gé du soiD de procurer une tiède telnpéraillre au 
préùicateur ct nux fidèJes, entail1ait les plus précieuses 
sculptures pour fr3yer un passage à ses horribles tuyaux 
de fonte; Ie LharpenLier, plus fin connaisseur que Ie prê- 
tre, enlevait à son profit les bas-re1iefs des stalles et les 


(t) Dublin Ret';tw. 



fa 


panneanx peints des voûtes; Ie rou,.reur ð' ernparait des 
crêtes de plolnh, .Iéconppr
 (\0 arêtcs, des comhles; lè 
peintre, en trois coups de 80n maßÎf]llû pincr:!u, Inéta.. 
morphosait PH marbre de Paros ou de Sienne Ie chênc 
Jloirci par les Si4
c1cs; 1c \'itl'ier substiluait adroil,eJl1ent 
I'économiquc "erre dépoli aux riches yerrières colorjée
; 
Ie pJâtrier venait tt son lOUI' elllpåler de stuc el de n10rtier 
les feuilles òes chapiteaux, les festons des nerVUl'es et les 
bases des colonnes. C' est done loin des ('ités qu'il faut, en 
Angletcl'rc, a\lel' réunir les élémentro. constitutifs d'unc 

glise paroissiale calholiqne. 
L'église ùoit lourner son chevet vel's l'Orient. Le InoJen 
ãge taxe dfhérésie I'infl'action à ceUe loi constante. II y a 
bien deux siècJes q\1e les architectes français ne se préoc- 
cupent plus dp I'orientation. Cependant l'histoire du comté 
d'Évrenx, pat' Lebrassenr, nous apprend que, dans les 
rlernières années do dix-septième siècle, "ers 1696, I' é- 
,'êque Jean Potier de Novion fit lie longucs difficu1tés 
a,.ant de se décidcr h bénir I' église des Capucins de )a 
vine d'Évreux, parre que, contrairement à l'usage cano- 
nique, les religieux a\'aient placé leur autel à rOccident. 
La règle de r orientation est, de nos jours, tellement tom- 
bée en désuétnde, que 1e lecleur lira sans rloute avec 

urjosité I'cxposé des motif8 qui l'ayaient fait établir. IJs 
sont an nomIne de huit; 
I. Pl1gin les a extraits du RatÏo- 
n(ll de l'évêque de )Iendc, {
uillanme-Ic-Spéculatenr, et 
de quelques autres écrivains mystiques. 
T .,'Orient a toujours élé !e théâlre pri\ ilégié des pro- 
tliges, I..'étoilc qui arparut aux 
Iages ponr les guider à la 
cri'rhf d(\ Hrthlprnl, comn1cnça il briBer dan
 h:ls rég-ion
 



ü
 


de rEst. .Nou
 devons reporter avec alHour HOS regards 
et no::; cwurs vel'S la rrcrrc-Saintc, oil Ie V cruc s'est fail 
chair pour hab!ter parmi nous. Le Sauveur est la IUln
ère 
du monde; l'Orient est la figure de celle lunlière incrééc. 
Sur la croix, Jésus regardait I'Occident; la c.'oi\, placéc 
sur I'autel elu côté de l'Est, fait face au peuple chrétien 
rangé dans la nef occidentale, et lui rappelle ainsi la 
mystérieuse disposition du Calyaire. Au jour ùe la Pente- 
côte, les f1ammes de IIEsprit-Saint des,cendirent de l'Orient 
sur Ie cénacle. Les Apõtres se tournaient "crs 1'Est pOllr 
prier. En priant de la Inêmè ll13nière, Ie fidèlc se distin- 
gue de I'hérétique et de l'inHdèle qui prienl indifférenl- 
ßlcnt tournés vel's tous les points du ciel. Enfin, suivant 
nne imInénloriale traùition, c'est de I'Orient que Ie Chri
t 
viendra juger les "iyants et les n1orls. 
D'après l'ancien usage, les sépultures catho1iques se 
pI'cssaient en ]jgne
 serrées autonI' tIe la Inai
on de prière. 
L'ÉgJise ,"on1ait par là faire conlprendre à ses enfants <Inc 
la prière est un lien de comnlunion entre les Viyallts et 
leurs f('ères tl'épassés. Plus elélicals que leurs ancètres, les 
limiùes chrétiens de nos jours rcdoutenlla pensée de leur 
fin dernière, et s' efforcent d' étoignel' de leurs yeux tOllS 
les signes qui pourraient leur rappeler, d'l1ne Dlanièl'c 
tfOp frappante, la sOlubre image de la mort. Les cime- 
tières ont été rejetés loin des églises; ils sont de\'enus lie 
vrais jardins où chaque cu1te a son parterre. La dép10rahle 
lnanie d'elnpl'Ullter au paganislue ses elnblèn1es vermon- 
Ius, peuple le
 nou,'eaux cÏlnetières d'urnes, de casso- 
lettes flllllantes, de colonnes tl'onquées, d'iuvocations aux 
månes, de lau1entables adieux, comme en adressent à 



U3 


ICl1rs coo1pagnons dfaflUeS les hél'oS 
l'lIoluèl'e ou de 
Virgilc. Sur nne (on-Ibe que Ie \"icux calholicisnle aurait 
emhellie des attributs consolatcul's de la joyeuse l'ésl1r- 
rection, Ie puritanisll1c Inoderne érige 1IIle choueue 
criarde ou un noir hiùou, perché aux Lranchcs d'Ull 
cyprès. Le cin1etière s'annonçait jadis au loin par une 
haute croix de pierre, construite au sud-ouest de réglisc ; 
iI reste encore quelques vestiges de semb]ables croix, qui 
datent du temps de l'heptarchie saxonne, 
Le signe I
 plus caracléristique de tout éòifice chréticn 
cst Ie clocheI'. L'architeclure saxonne avail fail de la tour 
des clochers un de ses élén1ents essentiels) et la religion 
augticane n'a jamais renoncé à ceUe imposante décora- 
tion, qu' el1e trouva, con1iue tanl d' aulres nobles dépouil.. 
les, dans l'héritage du catholicislue. Dne haute f1èche 
élevée sur la plateforn1e doit 1110nter hardÌlnent vcrs Ie 
ciel; eUe dit de loin au ,'oyageur q u ïl approche de la 
luaisou ùe Diet1. Les tours des épo
Jues modernes, cons... 
truites au ten1ps de la décadcnce de I'art gothique, 
e 
ternlillent senles par ùes terrasses gal'nies ùe balustrades. 
Dans les églises paroissia1cs, la tour se place d' ordinaire 
à l'extrén1Ïté occidentale de la nef; eUe fornle un édifice 
conlplet, en avant de l' ég\ise à laqueHe cepelldant elle se 
rattache_ On construit en ce nloment, d'après ce syslènle, 
de grands clochers gothiques à St-GiIJes, à Cheadle, à Saint.. 
George-ill-the-Fic1ds de Londres, et à Saint-OswalJ près 
ùe Li\'erpoo1. Quanti l'églisc paroissialc est 3ssez impor- 
lante pour présenter un plan cruciforme, it arrive quel.. 
(Iuefois que la tOU1' asseoil S3 base au-dcs
us du transept, 
all point d'interscclioll de
 quatl'e hranchrs dc la ('roix. 



t.1 


\tais cette disposition, tl'ès-rOI1Ul1Une en KOl'n1andie, étail 
rare en Angtetcrre, fit n'a point élé relni
e (\n nS3p:e. II y 
:1 aussi quelques cxeo1plcs de clochcl'S constl'uits h rnnf1 
des extréßlilés du transept. Lc hetrroi en charpentc, élc\'é 
sur Ie comble de l'absicle dans la pll1part des églises, étail 
destiné seulenlent à renfcrmcr la cloche du sallctliS. Ces 
ui \'ersités dans Irs places assignées anx lours, nons dé- 
ß10ntrcnt avec quell
 facilité nos delancicrs s3\'aient 8(' 
plier aux circonstances.lls IUllaient corps à corps avec les 
difficuhés, et sot1\'ent les irrégularités les plus gl'
n'es {le. 
venaient pour cux I'occasion de prodnire des chefs-d'æu- 
\TC inattendus. Les pallialifs, les demi-lnesures leur inspi- 
raient nnc insurmontable répugnance. Jan1ais des art isles 
de ceue portée n'auraient imaginé ù'élever un fiUI' pour 
masquer un toit, ni de déguiser une chen1iuée en un -Vase 
(le fleurs. Chez eux tout élait nettement accusé, ct les 
drtails les plus ,'ulgaires en apparence ,'enaient contri- 
buer, par leur originale décoration, à I'etfet pittnresqlle 
de r enseßlbJe. 
Un porche S'OU\TC au sud de l'églh
e, h la hauteur ùe 
)a scconde travée de la neL Ce pOl'che se renconlre quel- 
(]uefois, ll1ais par exception, au nord; il n'en existe qu'un 
trè
-pelit nonlhre qui r('gartlent l'onesL. La nécessité de 
les abriter de 13 p1uie et du v(lnl a ))larqué leur place au 
midi; quane1 ils en occnpenl nIle autre, il raut chercher 
1:1 cause de celie singularilé dans quelque disposition 
particulière du terrain qui porte r église. Les porches, 
situés à l' occident, ont tons en heaucoup à sonffrir dc 
l'inc1étnence des sai
ons. SOUycut Ie [-orchc se cOlnpose 
de deux rt

(\s (1(\ \,oÚles snperposèes; .laos r(\ ra
, ]a 



{j
 


partie supérieure sert d'école, de bibliothèqlle, de maga- 
sin on de logement pour les gardiens de I'édifice sacré. 
La partie basse du porche était affectée à diverses céré- 
Inonies, que certaines idées d'impnretés légales sern- 
blaient défendre de célébrer dans ],intérieur du telnple. 
C' cst là que se faisaient les exorcismes du baptême et les 
relevailJes des femlnes nouvellement accouchées, L'en- 
fant ne pouvait entrer dans l'église qu'après av01r été 
dé1i\'ré de I'esprit du mal; la fenlme, dcvenue mère, n'y 
était point adluise 3yant dfavoir snbi la puritìcation reli- 
gieuse. La prernière partie de la cérémonie du mariage 
avait aussi lieu sons Ie porche, et les pénitents s'y plaçaient 
pour entendre la n1esse pendant Ie carême. te porche 
contenait les bénitiers. D'après I'nsage primitif, Ie chrétien 
devait prendre l'eau sainte au mornent de son entrée ùans 
I'église, afin d'y arrÏ\'er pur; mais on regardait comme une 
pratique abusive l'habilude de prendre encore I'eau bénitc 
avant de sortir pOtU' relOllrner à la vie cOlnmune. Le por- 
che était en mên1e temps un lieu de sépulture. 
os pères 
oot YU des personnages, appartenant 3UX rangs les plus 
élevés, denlander humblement à être inhun1és au senil de 
I'église. C'est ainsi qne Ie grand Talbot ,'oulut être en- 
terl'é sous le porche de l'église de 'Yhitechurch. Les fidèles 
sont donc tenus de porter Ie plus re1igieux respect au 
porche de I'église. II y a nne grave profanation à trans- 
ronnel' ce lieu vénérable en boutique" dïmages, de 1'0- 
saires on de chapelets. Le célèbre écrivain ecclésiastiqne 
Thiel's rapporte à ce sujet des fails très-intéressants; 
il parvint, à force de récJamations, à ('onvaincre les cha- 
noines de Notre-Dame de Chartres, qu'il fallait pUl'ger 
:; 



ð6 


les portiques de leur cathédrale des Dlarchands qui en('om- 
braientles avenues de l'ég1ise. Quele prêtre calholique se 
remeUe done en nlémoire l'expulsion des marchands du 
temple de Jérl1salem. Le fils de Dieu chasse des porliques 
les vendeurs dfoffrandes tout aussi bien que les changenrs. 
Bannis des porches, les comploirs iront se réfugier entre 
les contreforts de réglise; c'est pour Ie prêtre un devoir 
de les y poursuivrü encore. Les rUðes du tr3.fie et les in- 
famies de l'usure ne doivent point salir lès murs de la 
maison de celui qui a dit : c 1\la nlaison est une maison de 
prière, . 
En pénétrant dans I' église par Ie porche mél'idional , 
Ie premier objet qu' on renconlre est la ClIve destinée 
u
 
baptêmes. Elle est ainsi placée, presque sur Ie senil , 
parce qu'il faut avoir élé régénéré par r ean et rEsprit 
pour entreI' dans l'assenlblée des fidèles. Les anciens fonts 
baptismaux sont en pierre ou en plonlb, el presque lOllS 
dOune grandeur 8uffisante pour servir au baptême par 
Îlnmersion. Un couvercle en bois, souvent décoré d'un 
dais et ùe pinacl,es très-élevés, garantit l'eau sainte des 
inseetes et de la poussière. En France, l'église de Saint- 
Romain, à Rouen, possède en ce genre un très-jo1i mo- 
nument scnlpté au seizième siècle. Les fonts baplisn1aux 
les plus 111agnifiques de toute I'Angleterre se voient à 
Saint-Pierre de Nor,yich. Dans la nouvelle église calho- 
Jique òe Saint-Gilles, les fonts seront placés dans un 
baplistère tout spécial, coropléten1ent fernlé, et construit 
à 1iOccident du bas-côté méridional , à peu de distance 
du porche. 
La nefet ses collatéraux étaient réservés au peuple chré- 



8'7 


tien. Tant que se conservèrent les traditions prinlili\'es de 
I'Église latine, encore obse..,.ées de nos jours dans l'Église 
grecque, les ::,exes fureut séparés. Les honlmes occu- 
pèrent d'abord Ie haul ùe la nef, tandis que les femmes 
se tenaienl dans la partie la plus rapprochée de la porte. 
Plus tard on plaça le
 hon1mes du côté de l'E\'angile, et 
les felnnles du eôlé de I 'EpHre. CeHe pratique si con- 
forlne à la décence qu' exige Ie lieu saint, est tombée en 
désuétnJc. Il paraît qn'au treizièine sièc1e, il existait en 
Angleterre de grayes abus dans la distribution des places 
pendant les eérén10nies sacrées. Le moindre possesseur 
de fief prétendait avoir droit à une p1aee réservée, et Ie 
peuple se trouvait con1me évineé de l'ég1ise. Ainsi, en 
1228, un décret du synode ù'E,eter défendit indistincte.. 
ment aux fidèles de réclan1er aueune place pl'ivilégiée 
dans les égHses : Ie pren1ie
 arl'ivé devait ehoisir ]a place 
qui lui semblait Ie plus con\'cnable. Il ne fut fait d'excep- 
tion que pour les patrons, les fondateurs et les seigneurs 
des paroisses. 
L'usage des chaises n'a point été admis dans I'Eglise 
anglaise. Des banes sont rangés symétriquelnent dans 
toute la longueur de la nef, II arrive quelqucfois que 1'01'- 
l1eluentation de ces banes Ie eède à peine en riehesse aux 
stalles du chæur. Ainsi, à 'Varksworth-Chnrch les paroles 
<Ill Credo se découpent à jour sur les dossiers des siégcs ; 
1a représentation des llJyslères chrétiens et ]es effigies 
3genouii1écs des donateurs sont sculptées sur les cIû.. 
lures qui fern1ent les différentes rangées de banes. Ce 
s
'slème de déeoralion n'existe en France que dans nn 
très-pclit nnmbre d'églis
s rurales; et encore est-il fort 



tj
 


rarc qne Ips banes soient rehaussés de sculptures ren1ar... 
quablcs. 
Les nouvelles églises construites en style golhiqne 
possèdent de vastcs ncfs. Celie de Saint-Georges, de 
Londrcs, pal
 cxemple , se dé\"eloppc Rur uoe longueur 
t]p huit tra"{
es, el celie de St-Gilles, à Cheadle, n .est guèrc 
n10ins étendnel Un pupilre en bois on en viel'l
e, destiné 
it la récitation de cerlaines prières, est plaré dans nn 
lieu émincnt de la nef contrc nn pilier. Quelquefois il est 
adossé au pl'en1Ïel' pilier dn chænr, et dans ce cas Ie 
IH't\tre y par\'icnt par l'cscalier du jllbé. Dans la ptnpart 
d(1
 ég1ises anglaises, la nef dépassc Ie chæur Cll éléva- 
tinn. Oes peintnres couvrent alol's la portion de mnr rcstp 
lihl'e au-dessus clu grand arc de 1'cntrée du chæur. Le 
snjel ordinail
ement choisi était la rcdoutable scène dll 
jngclllclJt universel, que les Hdèles 3\'aienl ainsi sans 
crsse dcvanl les 
.el1x. La nef, iU1age de la vie humainc, 
sc terlniuail, conlme finiront toutes choses, par fa figure 
tIn so1enncl ùénoûment des m
'stères de l'hulnanité. Les 
protrstants eITacèrent Ie plus gl'antl nombre de ces pein- 
tures, SOliS Ie l'ègne d'Edouard VI. Ccpenùant on vient 
dfen découvrir un très-Cllrieux exemple dans l'église de 
Coventry. Uoe croûte épaissc de hadigeon a l'réservé pen- 
dant trois siècles cet ouyrage grossier de travail, mais 
dfune con1position pleine d'intérêt pour lïconographie 
cluétiennc. 
AUI extrélllités des collatéraux s'élc\'aiènt de pct;ts 
:1ntels. Crlni do Nord était souvent dédié au patron de 
J'ég1isc, ct celui du 
Iidi presque toujours à la Vierge. 
L'
utel tip la ß1èrc du Christ n"arait-il pas cn eifel sa 



n9 


place luarquée dans la parlie de l' église allci
uuenlent 
réser\'ée aux felllllles. Quelques vieilles églises (131'ois- 
siales, aujourJ'hui afrectées au culte de I'Eglisc étah1ie, 
conscrvcnt encore de charlnants nlodèles des clôturcs à 
jour qui en\'il'onnaicnt autrefois lcs autcls laléranx ; ßlais 
les alltcls eux-mêmes n'ont trou\"é gråce nulle part dc\"anl 
Je fanalislne des sectaires. 
I./usage d'une séparation entre Ie prêlrc el Ie peuVlc 
ùate Jcs pren1iers leHIps du christianisn1e. Dans Ie len1plc 
de Jérnsalenl, un voile in1pénétrable ne peflueuail h 
aucun regard profane de pénéll'Cr dans 1c Saint des Saints. 
L'Église chréLienne jugea prudent aussi de ne pas ex poser 
à des )'eux charnels la céléhration du di\'Ín sacrifice. l)e 
Jà J'origine des \'oiles d'abord, et plus tard des jubés. Lcs 
jub2s anglais sont généralen1ent construits en hois, avec 
dcs panncaux pleins jusqufh une hauteur d' en viron lroi
 
picùs, et percés à jour dans leur partie supél'icurc. L 'en- 
Irée el la Loisel'ie ùes porles sont égalelnent à claire 
,"oie. La hauleur des jubés \'arie entre hnit et quinlr 
pieds; leur épaisseur est égale à celIe du grand arc qui 
forn1e l'entrée du chæul'. Quelques égliscs pos9èdent des 
jubés travaillés avec un luxe extraordinaire; les ornelnenls 
scuJptés en relief sont enrichis de peintures et de do- 
rures; des figures de saints et de nlartyrs enlailléès dans 
Ic bois des panneaux cOlnplètent la décoration. Que) cn- 
semble aùtnirable ne de\'aient pas offrir les églises, (Iuand 
ces éclalants jubés s'éleyaient sous un cicl ù'azur Cl ùfor, 
au milieu d'incl'ustations en tefl'e cuile des plus \"ives 
coulenJ's, des Inurailles couvcrtes de frcsqucs, dc \'oÙles 
charl{écs d'cIllblèrncð héraldiqucs, d'auleb rchau
sés dø 



70 


riches tapisseries, de verrières éblouissjntes tontes se- 
mées de merveilleuses légendes! NOh'C siècle POsilif et 
froid a peine à comprendre Ie zèle des yieux chrétiens du 
moyen âgc pour la maison de Dieu. 
A datel' du di
-septièlne sièclc , les arehiteetes français 
commeneèrent une guerre à nlort contre les juhés, pl'é- 
tcndant que ces clôtures privaieulle peuple de la vue des 
cérémonies et cou
aient ù'une nl
nlière fàchcuse la per- 
specti ve des grandes nefs. Ainsi sont tomhés les jubés de 
l\Jeaux, de Sen1is, de 
oyon, de Laon, celui de Notre- 
Dame t1e Paris et eelui de Saínl-Germain-l' Auxerrois, que 
n
 ont pt) san vel' ni Ie nom de Pierre Lescot ni Ie souvenir 
de Jean Goujon. Ailleurs, COlnme dans les Notre-Dame 
de Chartres ct d' Amieus, de lourdes murail1es sont venues 
masqueI' c0l11plétenlent Ie ehænr, dont ],cs fidèles aper- 
cevaient du moil1s jadis les splendeurs à travers les ogives 
des jubés gothiques. L' églisc de Saint.Éticnnc- du-
Iont 
est la seule à Pal'is qui n'ait pas laissé périr son jubé. La 
.. . . , 
proscrIptIon qUI pes31t sur ces monuments nest cepen- 
daDt pas levée encore. Un architecte a bien osé proposer 
la démolilion de l'adn1irable jubé de Sainte-Cécile d' Alhy, 
l'un des plus rares joyaux de la France n1éridionale. 
Dans les éf)lises anglaises, une galerie. couronne Ie 
jnhé; deux esealiers en spirale y condl1isent. Le diacre y 
nlonte pour chanter l'Évangile. Le Vendredi Saint on y 
chante toute ]a Passion. C. est aussi là qu' on chantc Ie 
graduel et quelques autres portions de la messe. Lcs 
leçons s'y lisent aussi quelquefois, et les époques des 
fêtes solennelles y sont proclanlées devant Ie peuple. Aux 
grands jours de fêtes, on couvre les galeries de flambeaux 



71 


aUumés. A Noël et à la Pentecôle on les orne de branches 
de houx et de guirlandes. 
Dans la plupal't des églisescatholiques changées en teln- 
pIes protestants, à -'V estminster, par exemple , un buffet 
d' orgues sunnonte Ie jubé. L' édifice se trouve alor5 réel- 
lemellt coupé en deux parts, puisque les orgues monlent 
souvent jusqu'aux yoûtes. 
Iais <lans les églises catho- 
liques fidèles à leur consécration primitive, Ie jubé porte 
con1me une radieuse couronne I'image de Jésus crucifié, 
accompagnée des statues de la Vierge et de saint Jean. La 
victorieuse croix est presque toujours fleuronnée et dé- 
corée de quatre feuilles que remplissent les emblèmes des 
évangélistes ; les docteurs et les pères de I'Eglise, su- 
bUmes interprètes des prophéties et desÉvaogiles, figurent 
souvent sur Ie revers de Ja croix. Le Christ a toujours les 
bras étendus, pour monlrer qu'il assume les péchés du 
monde eotier, et qu'il appelle tous les hommes, Ie J uif 
comme Ie Gentil, au bien fait de la Rédemption. Les 
images de Notre-Dame et de saint Jean sont de moindre 
proportion que celie du Sauveur; l'artiste s'efforçait 
d' exprimer par 
e symbole la Inajeslé divine et l'infériorité 
de la créature n1ême la plus saiute. C'est 3insi que les 
æuvres de ces siècles- pl'étendus barbares s'adressaient en 
même temps aux yenx et à I'intelligence. Aussi la vieillc 
croix saxonne, avec ses en1blèmes émaillés, ofire-t-elle 
encore au peuple un bien autre sUJet d'étlification que 
tous les crncifienlents anato1l1iqnes des tenlpS 111oderues. 
Au-delà dll jubé, s'étenll Ie chæur. Là s'accolnplit Ie 
sacrifice de propitiation. Ce lieu était autrefois I' objet 



72 


d'une vénération teUe, que les laïques n'y devaient poin 1 
entrer, surtou t pendant la célébration des saints nlystèl'cs. 
Aujol1l'd'hui , il en est tout antrelnent. L'Église, COlnmc 
Ie théâtre, se conslruil d'après ce principe que Ie pro.. 
blèlne ùont l'architecte doit d'abord chercher la solution, 
consisle à faire contenir Ie plus de monde possible dans Ie 
plus petit espacc donné. 11 en résulte que Ie célébrant 
est à chaquc instant "coudo)'é parIes fidèles, et qu'il peut 
à peine cxécuter les prescriptions liturgiques du nlÏsseJ. 
En avant tle I'autel , tlu CÔlé de I'épilre, trois siéges, 
})lacés SOlIS un pareil nonlbre t!'arccaux, doivent êtl'e 
disposés pour Ie prêtrc, Ie diacl'e ct Ie sous..diacre qui 
s'y "Ìennenl asseoir pendant Ie chant du Gloria et du 
Credo. Autrefois, dans les nlesscs solcnnelles, l'oOìciallt 
s'asscyait aussi pendant l'épHre. Quelquefois, COIIHne à 
l'ttùbaye de 'YcstnlÌnstcI" les siéges son I au Hombre de 
l}uatre, Ie dernicr cst alors résel'\'é à un prêlre assistant. 
SCl1)ptés puur la pluparl en pien'c, quelquefois cn bois t 
ces siéges déploient en général un singulier luxe de figu- 
res cl de fcuillages. L' AngletelTe en possède un grand 
nombre de modèles magl!itiques. lis se rencontrenl plus 
raren1ent en }i"rance. On en connaît cependant un lrès- 
hel excl11ple dans la vieille cathédrale de Saint-Bertrand 
tic CUllllninges; les trois siéges conservés dans eettc 
église sout des chcf:;-d'æu\'re de la renaissance. Les pro- 
testants, détl'acteurs ignorants des usages catholiques, 
IH'étendent que ces siéges ont dû servir de confession.. 
naux. La seule difficulté que soulè\'e ce syslème, c'est 
(IU'il n'e
istail pas de confessionnaux llans les anciennes 



,..- 
itJ 


ég1ises anglaises. Le prêtrc, assis sur un bane, dans quel- 
que chapelle de t' église, entendait Ie pénitent agenouillé 
de\'ant lui, COffilue on Ie pent \oir dans une foule de 
Ininiatures dn n10yen åge. 
, Le sacraire él
it une petite niche placée entre les sié- 
gcs des célébrants et Ie mur oriental de l'église, II se com- 
po
ait d'une tablette <lestinée aux burettes, et d'un bas- 
sin percé d'un conduit qui a1lait sc perdre sous terre. Les 
plus anciens sacraires, comme à Lincoln et à Salisbury, 
présentcnt un douùle b3ssin, qui recevait d.nn CÔlé I'ahlu- 
tion dn Lavabo, cl de l'autre les ablutions du ca]icc que 
lcs prêtres ne buvaient pas alors, COlnme i:s sont obligés 
de Ie faire aujourcrhui. La vieille fubriqlJe \'oulait qne Ie 
prêtre allã t se laver les nlains au sacraire, et non pas à 
I 'angle de l'autel: (( Eat ad piscillQ,n sacerdos dicens, 
lavabo; reVCl'SliS dical, in spil'ilU Illl1nililalis, etc. ) 
Depuis que s'cst introduit l'usage de consumer Ics ablu- 
tions du ca1ice, un des deux 1Ja
sins, <levenu inutile, a 
été fernlé, et les sacraires plus récents n' ont qu'une seule 
plsclne. 
T eUes sont les règles suivies par 
f. Pugin dans la 
construction et la disposition intérieurc des ég\ises dont 
il a déjà enrichi l' Ang]eterre. 
Le district du centre, qui possède la cathéùrale de Hie- 
Iningham , est fieI' des productions de cettc architecture 
rcnaissantc. Les con1tés qui Ie conJposcnt semblent favo- 
risés par-dessus tous les autres. Il est \"rai que, placés 
au cæur du pa)'s, ils sont peut-être destinés à porter 
ensuite la régénération dans les con1lés voisins. C. cst 



7-1 


dans cctle partie de l' Angleterre que les conversions 
ont élé plus nombreuses; c'est là que sont venus s'établir 
l'ordre des reli!!ieux Passionllistes et l'ordre de Cha- 

 
,.;té; ce sont les en\'irons de Birminghanl qui s'cnor- 
gueillissent du beau eoHége et séminaire de Sainte-1laric 
(Oscott); c f est de ce même centre qu'Oxford imprinle 
Ie mou\'cment intellectuel c.}ui ébranle les plus fernles 
relnparts de I'anglicanisme ; c' est là encore que hrine, dans 
la personne ùe 
Igr 'Visenlan, la science catholique, que 
Ie manoir de Gl'åce-Dieu répand les continuels bi
nfaits qui 
. 
font bénir par toute
 les populations de ses environs Ie 
nom de L. A. Phinipps; entìn, c'est aussi dans les lnonta- 
gnes ùe Leiccstershire que les trappistes ont fixé leur 
prenlière résiùcnee, que s' cst élevé Ie prcnlÏer monastère 
des vertucux enfants de saint Bernard. 
,A quelque distance de Lougborough ( Lcicestershire) , 
sur Ie 
Iont-Saint-Bernard que couronnent d' énormes 1'0- 
chers d'lln magnifique granit et qu'entoure un vallon 
profond, apparait un n10nastère oil de fervents religieux 
consacrent tous Ie" instants de leur vic à bénir Dieu , à Ie 
prier pour Ie saInt et Ie bonheur de leurs frères, et à 
soulager une multitude de malheureux, qui, sans eux, 
n'auraient ni pain oi vêten1ents. C'est ce i\1ont-Saint- 
Bernard que t1e saints re1igieux , forcés en 1831 de quit- 
ter la célèbre abbaye de i\IeilleraJe, clloisirent pour y 
,'ivre loin ùn 11londe, s.y Ji\Ter à un travail de lOllS les 
jûurs, et pour donne.. à I' Angleterre les beaux exeu1ples 
des vertu8 sublimes qu'inspire la religion. 1\1. Phillipps, 
eet homlne si recolnmandable par ses vertus, et si 



7S 


connu par son zèle pour la propagation lie la foi catho- 
lique, donna à cette communauté naissante Ie terrain 
qu'elle possède, et, avec les dons réunis des fidèles de 
l' Angleterre, on bâtit un superbe monastère qui u'est 
point encore entièren1ent achevé. Placés au milieu de p3)"S 
protestants, au centre de la Grande-llretagne, ces fervents 
trappistes, qu'une foi pure anime et quOembrase une cha- 
rité généreuse pour ]a couyersion, Ie s31ut et Ie bonbenr 
de tous, De cessent de rendre d'importants services à ces 
belles contrées, autrefois si heureuses sous Ie doux em- 
pire de la foi catholique. 
Le monastère du l\lont-Saint-Bernard a été fondé en 
t83
 ; depuis cette époque, les protestants eux.mêmes 
vienncnt en grand nombre admirer les yertus des pieux 
enfants de l'illustre de Rancé. On sait avec que] zèle ces 
hommes pieux reolplissent les fonctions du saint D1inistère. 
cl répandent sur les populations les consolations et les 
bien faits de la religion. COI1}bien de fois ne les 3-t-on pas 
vus adresser aux mourants les paroles de vie, raninler 
leur confiance expirante et ouvrir les cieux à ceux qui, 
sans la charité tendre et généreuse des bons religieux dl1 

Iont-Saint-Berllard, seraient morts sans consolation ct 
. , 
sans espou' .... 
De toutes parts on vient visiter cet asile de la pénitencc 
et de )a prière. Les enncmis ùu catholicisn1e et ùes ordres 
religieux ne peu\"ent se défendrc d'cxprimer leur étonne- 
ment ct leur adn1Ïration en vo)'ant l'ardeur avec laquelle 
ces pieux trappistes se livrent au travail. Frappés et édi- 
fiés par tant de vertus, iJs reviennent de leurs préjugés, 



76 


ct l'Cl1ùen l gl'åces à .Dieu d' a\'oil' illspiré à ccs fel'\'cnts 
céllobites de vcoil' se fixèr au ßlilieu d' eux. 
Qu'it est beau de voir ces hOß1ffiCS, qui ne "culenl que 
la gloire de Dieu et Ie bonheur de leurs frères, desccn- 
dre dll 
Iont-Sainl-llernard, chargés de pain ponr 1'01'- 
phclin et ùe soulagenlenls pour les malades, aileI' réunir 
)es enfants lJour les instruire ellcs bénir, à l'exenlple de 
l'IIomme-Dieu! Oh -! avec quelle bonlé, avec queUe 
sollicitudc ccs hons rcligicux inspirelll à ('cnfance les 
cnseignclllcnts si doux, si pUl'S et si sublirnes de la reli- 
gion ! 
A yant l'ar
'i\'éc des trappistes, Ie l\Iont-Saiut-Bernard 
était stérile, couvert de ronces et d'épines; ]a main de 
I'hon1nlc n'avait point encore défriché cc lieu solitaire: 
it était réservé anx ]aborienx cl fer\'ents trappisles de fé- 
conder par leurs sueurs uue lcrreju
qu'alors al'idc, cl de 
couvrir de bcllc
 n1aisHus ccUe Inoutagne, jUS(lU'alor
 
inhabitée. 
Trop longtelHps on a calon1nié les ordres religieux, en 
disant qu'ils étaient inutiles à la sociélé. Aujourd'hui 
D1ême, bien des personncs regardent les trappistes 
com me des hOfilmes oisifs, passanl leur vie dans Ie si- 
lence, uniquement occupés de la prière. 11 sumt de visiter 
les ß1aisons des trappistes pour revenir de ces préjugés. 
Qui ll'admircrait rardeur infatigable avec laquelle ces 
pieux religieux se livrellt aux trayaux les plus péniblcs 
 
Non-seulemcnt ils se nourrissent de leur travail, mais 
encore ils soutieullcnt et nourrissenl cette luultitude de 
I)au\'l'cs qui vicnnent tous les jours sol1icitcr des sccours 



77 


(rune charilé ingénieuse et ardente, qui jan1ais nc ie111
 
a fail défaut. 
Assurément si Ie 
Iont-Saint-Rcrnard) arjde depuis tant 
ùe sièc1es, est anjonrd'hui couvert de production:; di- 
,'erses el de riches Illoissons, c' est bien grâcc au travail 
opiniâtre et aux suenrs abondantes des bons tI'appistes. 
Le district de BiflllinghaB1 u'était pas Ie senl oÜ If's 
catholiques opéraienl des prodiges de désintél'esselllent 
et de piété. L' état (lu yiC31'ia l de Londrcs, les hen renx. 
changements qui s'y sont opérés, surtout rlepl1is 1855, 
rnérilent ù' êlre Illcntionnés. 
Dans Ie court eS(Jace de quelques années, six anciennes 
chapí'Hes ont été agrandies par la construction d'ailes 
:.1djacentes on de galeries; ce sonl les chapelles de Jlaln- 
lllerSDlith, de I\ensington, de Chelsea, de Gosport, de 
Portsea et de Southampton. 
Quatre vastes églises ont été bâties, en relnp1acement 
des petites chapelles de Bermondsey, Brighton, Reading 
et Jersey. 
IIuit Illissions ont été définilivement étahlies, et huit 
cl13pelles on églises nouvelles ont été élevées à Saint- 
John's-'Yood, Cotchester, Brentwood, Islington, Tun- 
briùge- 'VeIls, Dover, Croydon el Crayford. 
Dix autres n}issions out été commcncées, et sont 
temporairen1ent desser\"ies à 'Vimbledon, 'Yands- 
"'orih, Parson's-Green, Saint-Léonanl, Saffron-Hill, 
Deptford, Gravesend, Hacliney, Saint-Alban, Deal et 
Chehnfonl. Dans plusieurs anlres de ces localités, des 
terrains sont Ùéjt1 achetés pour la construction òe cha- 
pelles. 



78 


Nons devons signaler aussi la vaste et luagnifique 
ég1ise de Saint-Georges, maintenant en conslruction à 
Londres. Ce sera Ie plus beau monun1enl religieu" qui, 
avec 1a calbedl'ale de Birn1inghalll, ail été bâli en Angle- 
terrc. Une nouvelle église (Saint-Pierre) a été consacrée 
à 'V oohyich. Des ég1ises vonl ètre cOlllmencées dans 
la partie Est de Londres (commercial roaù) el à Guel'- 
nesey. Les terrains pour ces conslructions sont ùéjà 
achetés. 
En 1836, Ie nombre des prêtres dans Ie district de 
Londres élait de 91; il est aujourù'hui de tãä, ce qui 
donne une augnlentation de 4t missionnaires. 
Quant aux écoles où sont admis les cnfants des catho- 
liques pauvres, depuis quatrc ans, de vastes élablisse- 
ments ont été forn1és dans LOllurcs, qui reçoivent 1,400 
enfants. II existe, en outre, des écoles à Saint.John's- 
'Vood, lslington, et à BC1'mondsey. En 1842, Ie nOlllbre 
ùes enfants calho)jques instruits gratuitemenl dans Lon- 
dres el ses environs a été de 7,409. Nous ne comprenons 
ici ni les écoles ùu dimanche , ni les écolcs parLiculières, 
qui renùenl des services nombreux et signalés. 
Depuis quatre ans, quatl'e con11llunautés de religienses 
ont été fond.ées dans Londres ou ses environs. A Rer- 
mondsey se trouve un COllyenl des sæurs de la 
Iiséri- 
cortlc; à IIamn1ersmith, une maison des sællrs du 
BOll-Pasteur; à Acton, les danles du Sacl'é-Cæur; et à 
Isle\vorth, nne m3ison des sænrs de Charité. Lc diocèse 
ùe LOlldres est Ie prelnier de l' Anglcterre oit ccs di ,-ers 
ordres se soient établis. 

 
La vine de Londres compte 500,000 catboliques; Jcs 



79 


conversions, qui s'y opèrent sont annuellement de quatl'e 
à cinq mille. 
Si nous passons en suite au district dont 
rgr \V. 'Va- 
rcing est évêque, nous \'oyons , parnli ses diverses pro- 
vinces, que Ie cOlnté de Calnbridge est l'un tIes plus in1- 
portants et en Inême ten1ps run des plus destitués de 
tout secours re]igieux. II n'y avait dans tout Ie cOlnté 
qu'une seule chapelle et un seul prêlre, à trois Henes 
environ de ]a ville capita]e. 
Vers Ie commencement de décembre 1841, les pau- 
"res eatholiques de Cambridge, ou plutôt quelques-llns 
d'entre eux, se réunirent pour former une société pieuse : 
ils louèrent une salle pour y tenir leurs assemb]ées; ils 
déeorèrent cette salle comme une sorte de chapelle , et y 
élevèrent un autel surillonté d'Ull crucifix. Car ils avaienl 
senti que leur société ne ponrrait réussir, que leur hut 
ne serait point alteint s'ils ne se plaçaient sous les aus- 
pices de la religion. Cepcndant, Ie nombre des associés 
, , ,. 
s augu1enla pen a pen, et apres un InOIS, quaranle 
homines s'étaient enrôlés dans cetle société naissante. 
Vel's Ie nlêlne temps, Ie présiùenl écrivit à 
Igr 'Vareing, 
pour faire connaître à Sa Grandeur eel henreux eon1- 
Inencement, et irnplorer, avec Bes eonseils, Ie bien fait 
de sa bénédiction. Oh! Dieu a entendn la yoix de ees 
pieux catboliques, ct ratifié la bénédiction ùe son mi- 
nislre ! 
Chaque dimanchc, ùone, la société tenail nne séancc ; 
nlais comn1e la plus grande partie des melnbres, comme 
toutes les femmes et tous les enfants se tt'ouvaient dans 
l'Ïlnpossibilité de faire Ie vo)'age de Saw8ton pour assis- 



RO 


fer aux l1iyins Dlystères, it rut résolu ue suppléer autant 
que possible à cette privation si affiigeante: la salle ùes 
séances delint une nlaison de prières, un des membres 
lisant chaque dilnanche, matin ct soil', les diverses 
pl'ières usilées dans les chapelles avant et après la sainte 
messe, et les divers psaumes oJarqllés ponr les exercice5 
dn soil'. De pins, pour rcmp1accr I 'ahsence (]es instruc- 
tions et des catéchisn1Ps, on achcta des livres p,enx, el 
. 
des COUI'S de sermons fan1Íliers, approuvés des évêqucs; 
tine lecture éditlante ct instructive lerminaitles exercices 
de ces Lons et fidèlcs catholiques. 
Les choses en élaient là quand Ie président écrivit une 
seconde fois à 
Igr Ie vicaire apostolique ponr lui con1- 
muniquer ces consolants détails, et Ie snpplier de leur 
cnvoyel' un prêtre, dont Ie rninislère pou\'ait senl, avec 
la grâce d'en haut, affermir Ie bien commencé, et en 
étendre les résultats. Connaissant la grande diselte d' ou- 
vriers évangéliqnes dans ce district, ils se bornaient à 
demander la visile mensuelle d'un missionnaire : mais 
"oil!! qne la bonté de Dieu leur a donné bien pIns qll'ils 
n'osaient cspérer; cal' au Inon1ent nl(
rrle oil 
Igr ,rareing 
déplorait avec amertnnv
 l'impossibi1ilé oil il se lrouyait de 
leur accordcr cetle fa\'eur, un prêlre, recommandé par 
les sllpérienrs dn collége calholique d'OscoLt, se n1euait à 
sadisposilion.1l est depuis cetle époque étabJi à Cambridge, 
et tout prouve que Ie hon Dien bénit Ie zèle elles efforts 
de ce nouvel apôrre, à qui senJble réser\'é l'honncur de 
rét:\blir Ie culle catho]ique dans erUe vjjJe, et d"y relerel' 
les anLets ahaUus et délruits depuis pl'ès de trois siècles. 
Les catholiqnes de 'Vishcach , dans Ie nord du mênJc 


. 




I 


COß1lé, ont ùonné à leurs fl'ères un Lei exemple de foi et 
fIe piété. :\Ialgré leur petit nombre et leur extl'ême pau- 
vreté, ils Ol1t trouvé, en sfin1posant une roule de prh"a. 
tions ct de sacrifices, Ie mOJcn d' élever une chapellc 
déccnte cl de la fournir de tOllS les ohjets nécessaires an 
cu1te divin. i\Ialheureusement) il uta pas encore été au 
pouvoir de 
Igr Ie Vicaire Apost
lique d'assurer à celte 
I)ieuse et intéressante congrégation la visile régu1ière 
d\lll missionnaire. 
Un mou,'ement scn1blable se manifeste aussi dans Ie 
comté de Buckingham, ct les catho1iques d' Ailesbnry, 
surtout, l)araissent résolus à imiter leurs frères de 'Vis- 
beach et de Cambridge. 
La presque tota1ité rles constructions reJigicuses s' exé- 
cute sons la direction de 
1. Pngin. Le sou\'crain pontife 
a daigné encourager ses efforts en lui adressant une lettre 
de félicitation. 
1. Pugin débuta par une production pi- 
Quante connne sons Ie non1 de Contrasts. II y mellait en 
présence les gl'åces du ßloyen âge elles diffornlité3 moder- 
Iles. Une porte clupruntée au quatorziènlc siècIe faisait 
rcssorlir tonte la laideur des en\rées orùinaires ùe nos 
Inaisons; un bahut tout de sculptures, dessiné dans quel- 
qne réduit obscnr d.UIl trésor de cathédrale, rendait sen- 
sible à tons lcs yeux la choquante simplicité (]c 110S 
cóffres carrés, rc\"êtus, en Inanière d'ornemrnts, d
 
minccs planchcttes de bois des iles. L'ingénieux an(ctu
 
òévc10ppait Ie mênlC sJstèmc pour tous les Inonuments 
de 1'art, depuis la colossale basilique jusqu'au plus frêle 
bijou. Cel OllVl'age , presque tout COlllposé de dessins, 
obtint nn $nrrè
 Îmmrnsp. M. Pngin est un jeune bomnlC 
6 




2 


encore, plein de foi dans l' a\'enir de son art, religieux 
jusqu 'à r enlhousiasn1c ; it fait de l'architecture ecclésias- 
tique un 111inislère sacré) el non pas une marchandise. 
Il s' occupe nún-seuleUlent de la construction des édifices 
religieux, luaid it \"
ille 
\ ce que les objcts qui entrent 
dans leur anleublell1eul soient en harluonie avec la sain... 
teté du lieu et les traditions de J'Èglise. ,r oici COlnment 
il nons parle lui-nlêule de ses efforls à ce snjel : 
c 
Ies travaux lle se hornent pas aux DIOllUments; je 
m'auache encore à la restauralion des llloindres acces- 
soires; ct je m'occupe même des élotfes POUl' les chapcs 
et les chasubles. Je n'ai pas hesoin de dire que riell n'est 
plus choquant à l'esprit d'un véritahle cOllnaissel1r de 
rart chrétirn, que de voir une églisc magnifiqne avec des 
antels, des chandeliers ct ùes ornements dans Ie stJle 
tnoùerne, COlnme ccux qn'on lrou, e ùans les plus helles 
cathédrales de France Bt de Belgique. J'ai élahli des 
fabriques ùc tons )es objets qui peuvent conlribner à 
)a décoration rt à )a richesse des monuments ccclé- 
siastiques. 
c Dans ces fahriqnes on confeelionne des ohjels en 01', 
en argenl et en cuivre, leIs que les bu
'elles, calices, ci- 
boires, ostensoirs, chandeliers, lanlpcs, couronncs ar- 
dentes, tabernacles en forme de tour, croix procession- 
nel1es, rcliquaircs, châsses, et cutin tont ce qui 3ppal'lient 
au culte catholitjue. J'3i fait copier ces objels ù'après des 
Inodèles anciens, ayec la plus grande exactitude, et je 
suis parvenu à former des ouvricrs qui travaillent loul à 
fait dans Ie styie ancien. 
( Les c.alices, 1arges à la coupe, sont portrs sur des 




3 


pieds émaillés, même enrichis de picrreries et dessinés 
dans des fOI'mes géonlélriqucs. Les chandcliers sont de 
tonte grandeul', mais Inoins élevés que ceux qui s' exé.. 
cutènt à présent; je n'ai pas lrouvé dans les autorités 
anciennes que les chandeliers fl1ssenl très-élcvés autre.. 
fois. Je dois dire que ccs objets sont exécutés dans ran- 
cienne manière : ils sont ciselés, gravés, éOlaillés, bat- 
tus, ct non pas conlés en Conle conune on a I'habilude 
de Ie fail'e aujounl'huj. Le procé.Jé de la fonte rend tOllS 
ccs onvrages lourds, tandis que les anciens ornements en 
Inétal sont légers, travaillés avec art el sentiment. Pour 
]es oslensoirs elles reliql1aires, j'ai imilé les plus ùeaux 
qu'on l1'ouve en Belgique. 
( J'ai faiL faire pour les cicrges une couronne ardente 
qui a lrentc-six pieds de circonférence; el1c cst chargée 
(l'écussons converts dJl1scriptions et suspcndus avec des 
chaines ornées. Lorsqu f elle est alltlluée pour les gl'audcs 
fètes, ce1a produit nn effet n1
gnitìqne. 
( .1' cspèrc que Ie lCJnps n' est pas éloigné oÜ tons Irs 
rnauvais lustres, qui pl'oviennent des salles de hal et qu 'on 
"oil aujourd'hui dans les églises t seront l'eu1pIacés par 
des COlU0t111eS de cUl\'fc doré, qui sont d'Ull caractèl'c 
tout à fait ccclésiaslique. 
rai déjà envo
'é en A01érique 
plusieurs ornelTIcnls de ce gcnre, et toutes les églises que 
j" ai båties sonl décorées (}' oùjets <IlIi portent Ie 111ême ca- 
J'3clère et sont dans Ie style de I'époque reproduile par Ie 
1110numenL 
c Jfai parfaiteluenl réus
i à faire des pa\"és iucrustés ; 
l' églisc de Nottingham sera pa\'ée avec ccshrique
énlaillée
 
de diffél'entcs couleurs, tharßées ù'inscrjptiol1
 et (Ie fii- 



k.i 


Y('I'
 orlieUH
nt
 cül(trés t.ln b't 1 (J, rOtlgr., .i
ttH1t'\ (it ,"crt. 
ee
 pa\ f
'; produisent nn ctf(')l Illagnitiqne rt rappr\t('lll fa 
)'ich
sse des \'itraux peint
. 
( Les ,'ilraux de couleur, si es:;entiels anx égli
ps, soul 
hien faits chez nons, Un ß10rcean de verre épa1s, altaché 
par Ie rtomb, ne porte qn'ul1c senle cou1eul'. Jc ne Chl}l'- 
rhe pas à raire d
s tahlp3u x sur VCrt'C, nlais à SlIÌ\TC la 
st
\'érilé f1f
 3nricns ycrriers (I'li acrordaient Icnr style 
aver rarchitecture des fenêfrcs. ,Je suis birn sÙr que les 
alHi(lt1ai,'
s Itlg pins cxigeants seraient fort contents drs 
yitraux que j'3i p1acðs dans Irs f)g1isrs tIne j'ai f;\jt COI1- 

tl'nirr, 'ronl ce que je ehrrrhc, c'cst de restanrer rc 
'In'on fti
ait allcÎrnncmenl el non pas d'invenler (Ic non- 
"calix pro(,t
tlés qni ne rénssi
sent prc
quc .inn1:1is. 
f Quanl aux dt''tìpS trOr ct de soie, qnant aux galons , 
je le
 ai cop!és 
Ui' d'anricns tOlnheanx (\' é\"êqurs et 
d'aull'es ecc\é
iastiqnr
, el j'f\n ,Ii fait fail'è l1ne 3ssrz 
gr311(le qnan\lh
. ) 
.\ r époque ùe notl.c dernicl' "O
'3gc rn Anglctefl'c, 
en ,I g,\2, 
1. Pngin \'enait (l'ache\'cr la construction lJc 
f)natol'zr églises; il snrreillait I'achèvenlcnt de seizc on 
dix-þuit ct se disposait à.ieter les fondcnlcnts de nouveaux 
n10ntnnents rc1igieux. 11 a bâti huil couycnts, des écoles 
des frères h Shetehley ct à Binningham, Ie palais épi- 

cop31 de Birminghan1 ('( l'ahhayc òes hpn(
dirljns à 
Downside. 
'rons ees hâtinlcnts soul cor.strnits (1aus Ie \'él'ilahle 

t
'le chréticn; ils sont plus on 1110ins richrs dans Ics (Ié. 
taitR; plusienrs ont des mU\'ailles el des p1afonds chargp.
 
dt' peinh1l'
s {\l de rlnl'nr(l
. I.rs 3utf
ls, 1es fonts haptis- 



C .0 
0.) 


n)au
, et surloul les juiJés (lui sépal'enllc chæur, et qui 
portent Ie gl'3nd crucifìx, les images de la saintc Vicrge 
ct de saint Jean, 80tH tons dans Ie mêlllc sl)'le. 
Tandis que de paU\'1'èS catholiques, pour la plupart 
l'éCenllnent con\"cl'ti
, s'imposent de lourth; sacritices pour 
roufl1il' aux fl'ais d'él'ection des égliscs ct chapclles donI 
se COU\TC Ie pals, l'aristocratic donne l'exeulple dn lèh
 
ct Pl'OU\"C quicHe cOluprend l'elnploi que les riches de la 
terre ùOÍycnt fairc de leul' fortune. 
Nons vo
'ons des h01l11nes éminents p.u' leuI' ranb ct 
leurs ycrlus, Hgurcl' en tête de toute
 les 
ùuscl'iptions 
faitcs ùans un intérêt religieux. Non contents de cela, ils 
yeulent encore concourir, chacun en parliculier, à doter 
leur patrie de luonUlllents dignes dl1 Dieu qu'ils adorcnt. 

\insi, parnli les églises del'nièrenlent bâties on en con- 
struction dans cc nlOluent, un grand nOlnbrc ont été 
éle,'ées 3UX fl'ais de nobles et riches propriétaircs. Nou
 
nons faibons un ÒCYOil' de signaler à la rcconaissaucc 
till ruonJe rcligicux IC8 nonu; òe ces cufanls tlu catholi- 
CISHle. 
Les chapelles de '\V orksop et de Closðop ont été bàtics 
par Ie due de Norfolk; ccHes d' Alton et de Cheadle (Jar 
]e con1le de Shre\vsbury; cene òe Cossey par lord Staf
 
ford; celie de Brcnt,,"ood par lord Petre; celle ù'E\"erin- 
ghan1 par 
J. t;Iax\\-ell ; celie de Valley pal' 
I. Felel"; celie 
de Scarisbrik-HaU pal'l\L Scarisbrik; celle de Rainhill par 
}L Brelhertoll; celie de Sliipton par 1\1. TenJpest; celie 
de Saint-John's 'Y ood (Londrcs) par 111isses Galini; celie do 
Hcnnouùscy ( Londrcs ) pal' Ja bal'OIJllC de l\lonlcsql1icli 
 
tC,lIc ùe \,- cyhriùgc par 
I. Ta
"tord; ceHc:5 de Gràcc.l'Ïcu, 



3() 


de'Vhih\'ick et du 
Iont-Saint- Hel'nard par 
I. Phillippb; 
celie de r,[artinscroft par f\I. Statham; ccl!e de Osbaldes- 
ton par 
1. HaetJcy; cel1e de Poole par 
L Doughty; 
celle de Douvrcs par 
1. I\obinson; celie de Brough par 

f. La',"80n; celIe de Tixal par sir C. Constable; celie de 
Grantham par Ie révérend T. Ten1pest; celie du cbâteau 
de Eden par ]e révérend Slater; celie de Ne".port par 

 

1. Jones. 
En Ecosse
, Ie collége de Blait's, près d' Aberdeen, 1110- 
nument magnifique, a été élevé par la générosité de John 

Ienziers, Esq. de Pitfodeh. 
Ce zèle, qui tend à relever avec éclat les monu- 
ments religieux, s' ételld aussi aux séminaires et aux an- 
tres établissemcllts. Presque tons les grands sénlinail'cs 
ont élé ou 110UVellenlent bâtis sur une écheHe de gran- 
deur sans pareille dans les autres pays catholiques, on 
l'eçoivent en ce monlent de grandes amélioralions exlé- 
rieures et intérieures. 
Le Dlagnifique établisselucnt de Stollyhurst ( c01lége 
des jésuítes) a été , ùepuis pen d'années , augmenté d'une 
maisoll et d'une grande et belle ég1ise; de nouveaux 
bâtiments ont été ajou Lés à 1a bibliothèque, et nn excel- 
lent observatoire y a al1ssi été construit. 
La maison des bénéùiclins à DO\VDSide sera bienlôt 
acbevée, dans un \'rai st)"le monastiqne, grâce à Ja di- 
rection habile de 
I. Pugin à itui l' on ùoit Ie beau convent 
des sæurs de la 
Iiséricorde à Bermondsey. A l\lanches- 
ter, un nou\'eau convent de la Présentation et une école 
viennent (1' être bâtis par Ja munificence pri\'ée. Princel- 
horp dans Ie W 31'".jckshire, 
fount-Parilion dans Ie Staf. 



87 


fordshire, Carmel-lIouse d
ns Ie Durham, Sainte-t\far.. 
gucrite à EJÏ111burgh, sonL des couvents récemnlcnt 
bâtis ou nouvellenlent achetés. Preston possède déjà, et 
Birmingham est sur Ie point d'cntreprel1dre une Inaison 
pour des 
ames religieuses, qui se vouent au soin .Jes 
lualadcs ou à I' éducation des pauvres. A II aSlings, un 
autre établissenlent de ce genre a aussi été fondé. 
Le Pape a encouragé ces généreux sacrifices. II a fait 
remettre à 
I. IIardman, un des calholiques les plus riches 
et les plus zélés de Birmingham, un superhe crucifix et 
un bref accordant des indulgences, comlne témoignage 
de la reconnaissance du Saint-Père pour les æuvres cha- 
ritables et les générosilés qui ont placé si haut Ie nOfil de 
ce chrétien dans ]' estime des catholiques an
lais. Nous 
aurions dû dire, en parlant de la magnifique calhédrale de 
Birmingham, que 
1. Hardman avail contribué pour plus 
de 50,000 fr. à sa construction. Les catho1iques de ceUe 
\'ille lui doivent aussi Ie beau convent qui a été Lâti dans les 
environs, et dont 
1. Hardnlan a fait généreuselnent tOllS 
1es fraise Dans cet asile de la prière, une de ses tHIes, héri- 
tière des \'ertus paternelles, s'est naguère consacrée à 
Dieu. Le souverain pontife, en donnant à 
I. Hardman un 
gage de sa sollicitude, a voulu aussi récompenser et en.. 
courager l'artiste qui restanre en Angleterre l'orfévrerie 
re1igieuse du moyen âge, tandis que Ie cé1éhre Pugin lui 
rend ses Inajestueuses églises el ses austères couvents. 
1\1. Hardman appartient à la classe des artisans. II dirige, 
aidé d'un fils digne de lui, uue manufacture dfoù 'sortent 
tous les ohjets de bronze, dc cuivrc, d'or et d'argenl filii 



X8 


servcnt en Anglclcl'l'c i1 ..ehausse!' réctal du cuhe catho- 
Iique. Atni l11time ùe Pugin, 
1. II3rdman s.ctrorcc avec 
Ini d'aidcr à la renaissance religicusc de I' AnglctclTe par 
la re
tauration de rart chréticn. 11 He s'élè\'c pas une 
èglise, une chapclle, un cou,'eut; it lie sc fait pas une 
boune æuYI'C, que rO{JuJ.ent orfévrc de llifluingham 11C 
contribue pour sa parl aux charges. Ccux (Iui ont 
vi
ité ies IllonUluenls catholiq ucs de l' Angletcl're, ses 
co1léges e
 ses Inonaslères, :savelll, en outrc, (Iue les actcs 
de générosilé qui font Léni.. Ie nOll1 de 1\1. llarùruan ue 
l'ell1pêchent pas de cacheI' à l'æil du public de nom- 
brcuses el de riches donations privées. 
Le crucifix rcmis à 
1. Hardnlan de la part du SOUVè- 
rain-pontifc, était accompagné d f ul1 Lref qui conslate 
authellliqueluent les pl'iviléges spiriluels accortlés à cct 
honlmc lIe hien et à 5å famille. V oie; ceUe piècc : 
I Lc soussigné, secrétaire du saint conseil pOUt' la pliO.. 
vagation du noni chrélien, ayant en occasion, ùans lIUC 
autliencc qui Iui a été donnée Ie 
8 août dernier, d'exposcl' 
à Sa Sainteté Grégoire XVI les nombreuses ct généreuses 
donations par lesquellcs 
1. J. Hardlnan a enrichi I' église 
calholique dans Ie district central de I'.Angleterre, notre 
Saint-Père lui a graciellsen1ent accordé, à lui, à ses parents 
ct alliés, une indulgencc plénière à l'heure tie la ß1ort, 
(}uÌ sera gagnée en invoquaut dévotelnent Ie trè6-saint nom 
de Jésus d'une Inanièrc mentate, s'il n' est pas possible de 
l'invoquer oralement. 
II n cst, en outre, a
cordé à 
1. Hardman une indul- 
gence p1énière chaque fois qn'il recc\"ra picusemcnt et 



8Ð 


dé\ otelnent les 
acremellts de la lJénitence :et de l'Eu- 
charistic. 
c Sa Saintelé a, en outre, ordonné que Ie doculuenl qui 
confèrc à 
1. IIa1'lhuan ce pri\ilége, fûl cuvoyé en Auglc- 
lerre cOlnme un ténloignage puhlic de la Ùiell\'eillantc 
gratitude dll Saint-Siége pour une personne d'uu Dlérite 
aU8si ùj8liugut.
. 


t Donné à ROlllC, à l' uflicc de la sacrée cougrégation 
de la 'Propagande. >> 


l)ou1' qne Ie lecleur puis
e se forn1èf une idée exaclc 
ùe l'a"anCCUlenl òu calholicisnlc dans les huit districts de 
I' Anglelerre, nons réduisons à des chit1'res les faits que 
nous vcnons d' exposer. 
I. Le òistrict de l.ondres cOlnple, en 1843 : 
Cent trentc-cinq prêtres, 
QlIatrc-\'ingl-quatrc églises ct (;hapelle
, 
Un collége calholique, 
Dix couvents, 
. 
Cinquante-six écolcs de charité, sans parler dc
 écoles 
du dimanche. 
II. Le district du centre comptc) au monlcnt où nons 
écrivoDs : 
Cent vingl et un prètres, 
Cent six églises et chapelles, 
Deux coHéges, 
Trois monaslères, 
Six convents, 

euf établiss"
'nents de charité. 



Ho 


III. NOlls avons dans 1e district occidcn tal: 
Soixan te-trois pl'êtres, 
Quarante et une églises et chapelles, 
Trois colléges, 
Quatre COll vents. 
IV. On trouve dans Ie district oriental: 
Trente-trois prêtres, 
Trentc-quatre chapelles. 
V. Le district de Lancashire compte: 
Cent cinquante..huit prêtres, 
Cent neuf églises et chapelles, 
Un collégc, 
Un convent. 
VI. Le district du '\ orkshire possède : 
Soixanle-quatre prêtres, 
Cinqnante-huit églises et chapelles, 
Un co1lége, 
Deux couvents. 
VII. II Y a dans Ie {]istricl du nord: 
Cinquante-quatre prêtres, 
Quarante-sept églises et chapelJes, 
Un coBége, 
Un convent. 
VIII. Le district du pa)'s de Galles renferme seulement 
vingt églises el chapelJes desservies par vingt mis- 
sionnaires. 


En réunissant ers chiffres, nOliS tro1H'ons, pour toute 
I'Angleterre, 648 missionnaires, 499 égliscs et chapel1es, 
Ü collégcs, 27 Inonastères el convents, sans entre.r dans 



HI 


l'énU)Jlération des écoles gratuites et ùes jn
tilutions de 
charité (t). 
Des sociétés pieuses, 3ussi nlu1tipliées qn'il y a d'in- 
fortunes à soulager et de bonnes æuvres à acconlpJir, 
viennent, ùans toutes les viJles, en aide au zèle des mis- 
sionnaires. Les habitants de ceUe terre, objet de prédi- 
Jections particnlières d'en haut, s'occupent non-seule- 
ment des granùes entreprises qui ont pour but inlmédiat 
d'avancer Ie calho1icisme, mais encore ils ne dédaignent 
point de s'imposer de nouveaux sacrifices, de nouvelles 
charges, de nouvelles obligations quand il s'agit de la 
gloire de Dieu. Pour ne pal'ler que d'une senle de ces 
sociétés, it existe à Londres, sous Ie nom de Société des 
Dames catholiques (the Society of catholic Ladies), 
. 
une association établie dans Ie but spécial de pourvoir 
aux besoins des chapelles pauvres. Cel objet bien nlQ- 
deste a excité cependant la sollicitude la plus vÎ\'e des 
personnes du plus haut rang, qui, con\'aincllcs, d3ns leur 
piété tendre, que rien n' est petit quand les efforts tendent 
,'ers de nobles fins, se sont empressées de prenùre rang 
parmi les sociétaires. 
La marquise de 'Vellesley, la duchesse de Leeds, )a 
comtesse Stafford sont nlembres de la société. Lc but vers 
Jequel tendent les efforts de ses membres sont : t. de 
pourvoir les chapclles les plus pallvres ùe la Grande- 
Bretagne et de l'IrJande de linges d'autel, des ornements 
sacerdotaux et autres objets nécessaires pour la céJébra- 
tion du cuIte; ce qui s' effectue par des donations 
n 


(t) Ca/hqlic Directory for 1845. 




t2 


argent ou objets en ualure; 
o Ie spirituel a\'ancelllent 
de ses n1embres. QU
Hlt à ce SCCOIHI objct, i1 cst consalant 
d' observcl' quc les diffél'ents mo)"cns olferts à eel cffel 
aux sociétaires ont, dans Ie temps bien courl flui s' cst 
écoulé depuis la fOl'lnation de la société, pl'oduit les ré- 
sultats les plus salisfaisanls. 
L' objct el les l'è,.glcs de I' association on l élé souluis 
3 rcxamcn (Ie l'évêqnc de Londrcs, qui a bien ,.oull1 les 
3pprouver. 
Quoit} uc Ie -!lolubl'Ü tIcs calholiqucs 3Ilgl11cnlc, lcs res- 
sources, dans bien des provinces, sont loin de snffil'c au\ 
plus prcssantes cxigences. Les fìdèlcs appartienllcnt, dans 
l)lusieurs localités, presque tous aux classes ouvrières; 
ils sonl ob1igés de salisfairc aux taxes lourdes et ré\"ol.. 
tanles que Ie clergé anglican leur hnpose; i1s ont souvellt 
une fan1ille nOlubreuse ; illcul' faut ellfin se coliser pour 
enlrelenil' Ie pasteur qui guide les pfclniers pas Jc leurs 
enfants dans les senlicrs du Sejgncur, Ie prètl'c dont la 
'"ue seulble leur faire ouLlicr leurs Illisères, et qui, par 
ba présencc ct quelques paroles tIc consolation, din1Ïul1c 
leurs peines ou les aide ÙU Ð10ins à les supporter. Ces 
åmes génércu
es ,'ouJraicut pouvoir orner 1a maison du 
Seigneur avec ßlunificence ou au 1110ins avec modestic , 
quand i1s n' ont antre chose à offl'Ü' au Très-Ilaul qu'un 
cæur pur et ailnant. La société ùe Lonùres va, dans ces 
cÏl'constanccs, au dc,' ant de leurs désirs. 
Panni les 648 nlissionnaires qui évangélisent l'Angle- 
terre, nons COITlprenOns CCl1X apparlenanl aux congré- 
g3lions ct aux orJl'cs religicux (]ui secondcnt Ie clergé 
séculier. Pal'lHi te
 d
rujcrs figurcill Ics Pas
iuui
lCS ct 



n;; 


les Frt'res (Ic Ja Charit(t Crs (leTx ordl'
s sernhlent 
drslinés à j()ner un grand rôle dans rhistoirc du ca- 
tholicislue en Angletrrre. Les Pa<;sionistes furcnt fon- 
d(;s, 11 y a à pen près cinquantc ans, par Ie ,'énél'able 
scr\'ilenr de Dieu, P
HII d
 1a Croix. Ce saint homlne 
IH'ia ponl' la conversion (Ie I' Angleterre pendant l'espac
 
(Ie tl'f'nte ans. II Ie tìl tou
 les jOl1rs. En instÎluaut son 
ordl'(', il prescri\'il, pal' nnc des r;
gles, (Itle tons SfS 
I'eligieux prieraient Ie Lon Dieu POUI' la conyersion des 
nations dn Nord, qui, ffi31heul'ensenlent, 
ont sorlies de 
l'nnité calhoIiqnc an seizièn1e sièr1c'l ct surtout pOllr 
l' Angletcrrc. 
On raconle qn'l1n jour, alol's que Panl de la Cl'oix fai- 

ait sa rcil'aite spÎl'ilnelle dans nil c]e ses con\'cnts, an 
Ulon1cnl Ct'. il Inontail à J'atlte) POllt' offriJ'l'adorah1e sacri- 
!ice de i'Eucharislie, tout à coup scs disciples reluar- 
C}uèrenl uue Inmière sUl'natnrellc qui il1un1inait SOil 
visage 
 Ie saint honlmc yerf"ait des torrents iJe ]al'mes, 
et au ßlomenl de la cOIllffiunion it tOlllha cn cxlasc. Sa 
Incsse finie, ayant fait son action dr grâces, scs disci
 
pIes, qui 3\'aient ren13rqué ccs chosrs rxtl'3ordinaircs, 
lni ùenlandèrent quplles grâcès il avail reçucs dn Sei- 
gneur. Le vénérahlc l)èrc Paul leur répondit: Oh ! files 
.enfants, j'ai YU ce fllalin de si belles choses en .\ngle- 
terre! Oui! oui! de si belles choscs ! J'ai vu mes cnfants 
ten Ang1elcl're! ct en prononçant ccs JTIots il tOInha unc 
:;;cconde fois en ext3se. 
Tout Ie monùc sail que Ie calhoIiciRlne étail alors per- 
sécu1é de la nlanière Ia pins sanglante. POUl' avoir dit la 
InesSf\., Ja loi pl'ononçail ('outre lr prt
trc la peine de Inort. 



9
 


Et, cepeudant aujourd'hui les enfants du ,'énérable père 
Paul de la Croix sont établis dans ce pays. Leur Inaison 
a élé fOlldée à Aston-Ilall, dans Ie cOlnté de Staft'(jrd, 
en 18-1.2. Les religienx de cot ordre sont vêlus d'uu haùit 
Dlonastique tout noir; ils ont Ics pieJs nus, leur chapc1ct 
à la ceinlure, et un creu!' blanc sur la poitrine, a vcr. les 
paroles: Jesu Christi [Jassio. Le supéricur esl un lLa- 
. 
lien, né près de Rome: iI s'appelle Ie père Dominique de 
la 
Ière de Dien. C'esl un très-saint honlmc. It a été long.. 
temps à ßome, dans Ie couvent de Saint-Jcan et Saint- 
Panl. Oh! il Y a quclquc chose de frappanl dans l'accoDl- 
plissemcllt de celie prophétie et dans ccUe jel10e colonie 
de saints. Quelle D10deslie (lans leurs regards! quel re- 
rucil1eulclll ! quel esprit de prière! queUe hlunilité! Au- 
tour d'eux tont respire Ie Cie1; tout rappel1e les temps 
anliques de la prinlili,'e Itglise, lout exhale I'esprit des 
saints el des nlart
Ts. Ces bons religicl1x chantent jour Cl 
nuit les louanges de Oieu. lis se dévouent à la prédica- 
lion de la parole saintc. Depuis I'élé de 18i2, Ic hon père 
Ðonlinique a f'onùé une nou\'clle nlÏssion à ÙCUX luilles de 
son con "cnt, dans la \'ille de Stone, et il a déjà cOH,'erti 
plus de soixante-ùix protestants. 
L'ordre des Frères de la Charilé a élé fOlldé par Ie I'é\'é- 
l'end abbé Roslnini, aulrefois corole fiosH1ini. 
I. l'aLbé 
Rosmini, qui a élé nOlnnlé, par Ie pape actuel, général 
de son ordre, est déjà connu de rEurope par ses savanLs 
écrits. Quelques Inembres de son institut soul entrés 
en Ang)eterre il y a environ six années. A Icur arri\"ée , 
its ont rempli une mission dans Ie collégc de l' évêque 
ratholiqne dn distl'ict de rouest. 'D
puis, ils se sont 



9
 


fixés dans Ie diocèse tIu centref Trois des professeul's du 
collége de Sainte-
Iarie (OSCOlt) sont membres de l'ordre; 
trois aut res prêlres, et trois frères convers, sont placés 
à Loughboro, dfoì. ils servent deux aulres nlissions, celle 
de Barro\v et celie de SheapesheJ. En servant ces n1issions, 
iis ont nlontré un zèle bien peu COlnmun. 
I. rabLé Gen- 
tili, qui est supériellr de la maison de Loughboro, est né 
à Rome, d'une fanlille dis[inguée dans la capitale du 
monde chrétien; mais il a abandonné sa patrie et ses 
souvenirs pOlll' se dévouel' à l'æuvre de la conversion de 
l' Angleterre. C. cst un hon1111e tout à fait apost01 ique, et it 
a déjà re
u une preuve abondantc des bénéJictions dll 
Seignear; it a converti en trois ans un Hombre considéra- 
ble de protestants. Ces conversions out eu lieu dans les 
villages de Belton, de O
galhorpe et de Sheapeshed. En 
1843, it a convel'li, à Sheapeshed, soixante-quinze pi'otes- 
tanis, et à Loughboro soixante et un. Dans ses travaux. 
apostoliques, 
I. l'abbé Rivolfi lui sert de coadjuteul' zélé; 
iI partage ses fatigues el en recueille les fruits. Les Frères 
de la Charité se dévoucl1t aussi à l' éduc3lion des enfants 
pauvres. lIs ont déjà deux écoles : nne à Loughboro, 
l'autre à Sheapeshed; là ils élè\'ent plusicl1rs ccnlaiues 
d'enfants, et d'une manière admirable. 
Les Frères de )a Charité sont les premiers qui ont porté 
pub1iquement, par toule l' Ang1eterre, l'habit eccIésiasti- 
que; ils Ie portent dehors comme chez eux, et partout 
i1s rcnconlrent en voyage Ie plus grand respect. 
Jls ont déjà établi un convent de religieuses de leur 
ordre à Loughboro. 
a pieuse baronne d'ArunJell, sæur 
dll dernier due de Bucliingham , ct fille du due de Buc- 



f;{j 


kiußha01, qui se l!istinguait par son hospitatité envrt's la 
famine roya1e de France pendant son pren1ier exil en 
Ang1eterre, a contrihué, pal' des SOlnmes considérables, 
3UX fl'ais de eet établissement. 
Ces religieux ont encore une autre æu\'re en n1ain, c\'\
t 
)a fondatiou d'l1ll collt
ge et (rUn nOliciat de l'or(lre à 
Silehy, près de LoughLol'o. C'est grâce à la pieuse nltlnifi- 
cence du con1te 
leUcriû, qui Jen1cnre à 
Ii'fln, en Italie, 
{lu'jls eonlmcncent rrUe (ì
U ,"reo l\lais ponr la termincr 
ils auronl bcsoin de rccourir aux 3umÔncs des fiùèles. Ce 
collégc sera dans Ie pur style du treiziènlc siècIe, avec 
une bene (
g1isc. te pèrc IH'o\"incial de eet ordrc est 

I. rabbé P3gani, prêtrc flu diocèse de Novara) dans Ie 
nord de rltalie, oil il était supérieur dn séIl1inail'e; ("est 
nn théotogien profond. Ce bon el savant prt'tre, au- 
teur òe plusieurs cxcellents oU'T3gcs éCI'its en ilalien, a 
renoncé à sa patrie pour se déyouer à l' æuyre de la régé- 
nération spirituelle de I' Ang1eterre. 
les événements si nlcl'\'cillcux qui se 
ont accol11plis 
depuist 829, font naître de douees espérances. Le Ciel 
avait des vncs de Inisél'icorde sUI')a lera'e , arrosée du sang 
de saint Thomas, quand it a permis h nos fl'ères de con- 
quérir les libcrtés de rEg1ise. C. esl à l'aide de ces lihertés 
que les catholiques anglais préparcnt les yoics dn Sei- 
gneur. Les granùs centr-es d' action, Londrcs et Birmin- 
gham, ot1"renl les )'eux à la lun1Ïèrc. Pnissc leut- in. 
fluence salutaire se répandre hientõt jusqu'aux dernières 
litnites du ro
'aunlc, en attendant Ie jour où ce peuple 
[lortera, avec son génie" co1onisatenr et son commerce, 
}e
 gernles de la ,'raie foi jusqu .anx rxtrémité
 les plus re- 



\17 


en Ires rln ßlonde. Cc pl'cs::;entjn1enll
c sera point regarrlé 
comme un l'êve dïmagination par ceux qui connaissent 
Ie caractère entreprenant el persé\'érant .In peuple an- 
glais. L' Angleterre (1'aujourd'hui promet au catholicisme 
t1
s conqnêtes que cclte nation n'aurait pu réaIiscr il y a 
trois siècles. Quiconque connaît l' Angleterre ne 8aurait en 
donter nn instant; el I'honorable Georges Spencer expri.. 
Inail ce sentiment aycc une conviction bien ,'ive, quand, 
l'endant compte aux calholiques de la Grandc-Brctagne 
de son dernier ,royage sur Ie continent, il finissait son 
discours par ces mots rcmarquabJes : <<Notre Angleterre 
protestante, bien que déchirée par mine secles ennemies, 
est possédée d'un tel zèJe de prosélytisme, qu'elJe con- 
sacre annuellement à la propagation de ses cro
'ances une 
somnle qui ne va pas à moins de 25 millions de francs; 
Of, si I' Anglcterre s'impose un tel sacrifice pour un fan- 
tôme, pour une ombre de foi re1igieuse, que ne fera- 
t-elle pas pour Ie culte calholique, eet a,'ant. goût de 
l'
ternel1e "érité? n 


7 




CHAPITRE I\r. 


SO.JI:\I..\IRE. 


Propagande cat.holique.- InstiLut de la G.'antle-ßrelagne.- Histoire 
de 
a formalion.- Ses développemenls, son action en Angleterre 
et dans toules les possessi\ms briLanniques. - Le pape reconnaît 
I'institut et I'er.coul'age,- Dref de sa sainteté Grégoire XVI à lord 
Shrf;w
lHJry. - Les jOUl'n
lUX, revues et publications calholiques. 
- Influence politique des calboliques dans Ie parlement et Ie pays. 
- Premiers effets de l'action régénératrice du catholicismc sur 
h\
 ma
ses. - Pl'oj
L d'envoyrr un ambassadeur anglais pri'.ts b 
('our de Rome 
t de renouer avrc Ie S:\Ïnt-Siége les relations 
dip)omatiqurs. 


Les calho\i,]ues ang1ais, une fois InaÎl.'P3 tlt
 1a position · 
que nous lenr a\'ons ,on conqnérir, devaicnt son gel' aux. 
moyens de résislcr aux aUaqnes incessanles (l'advcrsaires 
jaloux, qui He reclllaient devant aucun Inoycn de leur 
nuire. Leur premier soin fut done d'organiser une asso- 
ciation chargée de propagcr les vérilés tIe la foi catho- 
li,}lIc, de les défendl'e con
re Ir3 calomnics des hétéro- 
tloxes, tonl en s' OCCnj1ant de protégrl' les pauvres que 



iOO 


ponvaienl in\iIUidcl', dans la pratique dc leut'.'f'\igion, tle
 
lu
itre8 protestants, (Ies snpérieurs hosti!ps::\u ratho)Î- 
cisme. On ,'oit que la tâchc de cctte association c)t'\'ait êtJ't' 
des plus ditficiles et des plus délicates; c' était une raison 
de plus pour 8C hâter dc la constituer. Voici en pen de 
mols I'histoirc de rlustitut de fa Gl'ande-Bretafillc, à 
q ni fut coufiée celie in){)orlante mission. 
II avait cxisté à Londres, (IUelques années avant 1837, 
une société connne sons Ie nom de ;Ucl,'opolitan catho- 
lic tracl society, ùonl l'objet était, ainsi qlle son titre 
rindique, de n1ettre en circulation des trailés expliquant 
pt yrngeant la roi catholiqlle. 
Cetlc société dut son originc à feu '\1. ""illial)} Eusebius 
Andre\\s, aidé de quelques aOlis zéJrs, et elle fit sans 

Hlcun doule un très-grand hien par 1a publication d'un 
nombre cousidérable de brochures; n}ais n'a
'ant pas 
rté reconnue par les autorités ecclésiastiqucs, it dcvint 
dOlJtcux. qn' elle pÙl suhsis ter longtemps. Ðans eel état 
tie choses, quelques uns de ses nlen1brcs s'adress(\- 
rent à un ré\'érenù ecclésiastiqne, pour I ni demander 
consei1, afin ùe sanver Ja Société de l'anéantissemenl 
(Iui )a menaçait. Ce digne prêtre entra chaudement 
dans les vues du cOß1ité el prépara une rénnion de la 
Société pour )' prendre en considération son état pré- 
sent et ses espérances. Le l'évérenù docteur Cox, au- 
.iourd'hui vice- président òn collégc de Saint-Edmond, 
consentit à se rendrc à rassen1bléc, Ce del'oier et Ie ré... 
,'él'cnd 
1. Sisk prièrent 
I. Sn1ilh, actuellement sccré- 
taire de I'institut catho1iqne, de les a
8istcr dans leurs 
(
l'l i b(
..a1 i on
. 



iOl 


Ccs 
lessieurs convoquèrenl un rneetifl.!/ , qui èutlìcu 
Ie 13 decculbre 1857, dans lequel, après ùe longues dis- 
cussions, on résolut de former un cornité pour modcler 
la société sur de nouvelles hases. Des mCluurcs furcnt 
désignés pour en remp1ir les charges lJro lernpore, et 

I. Smith fut invilé à rClnplir les fonctions de 8CCl'e- 
laÏ1'c. 
COl1l1ne Ie plan d' organisation 
oulcvait ùcs fJueslion
 
in1porlantes, les nlembres. ci-tlessus Inenlionllés ju- 
gèrcnt cOH\'elJaLle ùe consulter Ie clergé, ct pll1sicl1r
 
laÏllues int1uents <Jue l' on pou vait 
uPlJoser favol'ables 
à ce plan. On ne prit ùone aucune luesure tl
fìnitive 
avant la réunion du parJemenl, en févricl' 1838. Vue 
assen1blée prélilninairc fut arrêtée alors avec \1. O'Con- 
nell et (,honoraule Charles Langdale, Inen
bres du par- 
lenIent, auxquels se joignirent plusieurs aulres persooHes 
intlucnleg dn corps catholique. Le secl'étaire adJ'cssa en 
conséquencc une circulaire au clergé de Londrcs el des 
environs, ainsi qu'à un grand non1bre de laïllucs, pour 
les ilH'iler à se rendl'e au Ineetillg qui dc\'ait 8C tenil
 à 
l'hôlel Sablollière, Ie 26 tëvrier -1838, ann de réorga- 
nis
r la 'lnell'opolitan catholic ll'uct society. L'honu.. 
..ablc 
1. Langdale fut appelé à présider rasselublée; 
plusieurs résolutions, proposées par Ie secrélaire pour 
celte réol'ganisation, furent adoptées à rnnanimité. 

f. O'Connell cependant avait des vues plus étenrlues ; 
ct, après un discours britlant et animé, iI proposa qu'un 
conlité fût non1fllé pOUI' prendre en cOllsidération les 
moyens les plus pl'opres à faire concourir Ie clergé et les 
laïques catholiques de ]a Grande-Bretagne à la formation 



f02 


d'uu institut protecteur, destiné à encourager Ie pel1ple 
calholiquc. Ceue proposition rut adoptée à runaninlilé. 
On fornla alors un conlité COlllposé de dix-neuf personnes 
chargées d'ex3miner Ie projet, ùe prendre ùes résolu- 
tions et d'en faire innnédiatement Ie rapport. 
Les nlenlbres du conlilé et les autres catho1iques (JU'iIl- 
téressait ce plan se réunirent de nouveau à l'hôtel Sablù- 
nière, Ie t er mars, sons la présidence de 
I. Langdale. 
A cette assenlhlée, 1\1. O.Connell, porlant la parole au 
non} du comité, dit que son opinion était qu'un institut 
composé du clergé et des laïques catholiques de la Grande- 
Bretaglle deyait être organisé afÌn de protéger les droits de 
conscience des classes pauvres, ct de travailler POlU I Ie 
plus grand intérêt de la religion. C
tte Inolion rut una- 
ninlement a
loplée, ainsi que la proposition, faite aussi 
par f\1. O'Connell, tJ'adresser une comlnunication res.. 
pectueuse aux prélats catholiques, pour leur faire con- 
naître les résoIutions ci - dessus, en demandant leur 
opinion et leur coopération. L'honorable C. Langdale, 

1. OIConnell, Ie révérend Picquot, Ie révérend 
1. Sish. 
et 
1. J. Quin furent chargés d'adre
scr un Dlélnoire aut 
évêques. Le mé,noire fut en eITet rédigé, et une copie 
signée par 
l. Langllalc, en sa qnalité de secrétaire, rut 
adressée à chacun des ,'icail'cs apostoliqucs de la Grande- 
Bretagnc. 
Lc rapport ùe r adl'e
se fut fait à )a rénnioll lIue Lint 
1e comité, Ie 6 avril, sons la présidcnce du comte dc 
Shre"shury. 
A un autre Dleeting, teull Ie 51 mai, et présidé par Ie 
noble conlte, 
1. O.Connell émit Ie '\Tæu de voir se former 



103 


un second comité qui dresserait un projet d f organisation 
pour I'Inslitut calholique. On ajoul'na au 7 juin suivant la 
réunion où Ie rapport de ce second comité devait être en.. 
tendu. 
Les comités se réunirent les 7 et 13 JUJU, et décidèrent 
que Ie mélnoire adressé aux évêques catholiques, suivi de 
la réponse qu 'on cn avait reçue, serait imprimé et mis en 
circuJation panni les catholiques auxquels on communi- 
querait aussi Ie projet d' organisation, afin de connaître 
leur opinion et les prier de faire les observations qui leur 
paraîtraient convenabJes. 
Au 11lOis de juillet 1838, on tint deux réunions dans 
Jesquelles on prit ces résolutions : 
1. Un Institut cathoJique sera formé, pour les fins ci- 
après, sanctionnées par les vicaires aposfoliques. 
2. TOlls les prélats cathoJiques de 1a Grande-Bretagne 
et des colonies serout membres de l'Il1stitut, sans aucune 
contribution que celIe qu'it leur plaira de donner. 
3. Tous les prêtres catho1iques, exerçant leur ministère 
dans la Grande-Bretagne et les colonies, seroot melnbres 
aux mêmes conditions. 
4. Tout catholique laïque qui paiera au nloins six shel- 
lings par an on six pences par mois, sera Inen1bre aussi 
longtemps que cette contribution sera p3yée. 
5. L'objet de I'lllstitut cst nniquement ù'exposcr Ics 
fau
setés et Ies calo1uoies avancées contre la re1igion, de 
défendrc les yraies doctrines du catho1icisme, de IneUre 
en circulation tic courts fI'ailés .ùe toutes Ics connais- 
sauces utites sur les sujets nlcnlionnés ci-dessu.s, de pro- 



to
 


téger les c1asses pau\"res et de dérendre leur liberté de 
croyances et de pratiques retigieuses. 
6. L'Institut sera sons la direction d 9 Ull président , d'ull 
vice-président et d'un trésorier, élus d'après les formes 
ci-après, et enfin d'un comité. 
7. Le très-honorable comte de Shl'e',"sbuI'Y sera pl'ési- 
dent de l'lnstitut. 
8 et 9. Règlent la nomination aux charges, la formation 
du comité, etc. 
10 et 11. Fixent l' époque du meeting annuel, la 01a- 
nière d'appliqucr les fonùs de rlnstitut aux objCls dési.. 
gnés, elc. . . . . 
12. Le conlité entt'eprendra aussi, dans toute occa.. 
sion, I'examen des cas d'oppression religieuse on de 
violation des dl'oits de conscience des catholitjues pau,rres 
et sans protectiou. 
13. Le comilé est aUlorisé à organiser dfautres comités 
locaux et à solliciler la coopéralion des catboliques 
dans les dißérentes parties de la Gl'ande-Bretagne et des 
co1onies. 
14, 15, t6 et 17. Ces 31'ticles désignent le trésorier, 
Ie secrétaire et fixent les droits des membres du comité. 
On voit que Ie principal objet de },Institut est compris 
dans la cinquième résolution, c'est-à-dire quïl embrasse 
r exposition des Inensonges et la réfutation des caloffinies 
conlre la religion, la défense des vraies croyances du 
catholicislne, la cil'culation d'impl'imés SUl" .ces ßlênles 
sujets, et entin la protection des ùroits ùe conscience des 
pauvre3 qu
 leur misère et leur timidité avaient t jusqu'à 



-105 


ce jour, rendus victimcs de l'inlolérance qui a toujoul's 
été Ie caractère distinctif du protestantisme. Les Lro- 
chures, imprinlés, palnphlets, mis en circulation pour 
réfl1ter les calonlnies dil'igées contrc l'f:glise ou expliquer 
ses enseignements, doivent préalabtement être soumis it 
l'exanlen de l'antorité ecclésiastique. 
Ces iInprimés SOllt aujourJ'hl1i dislribués gratuite- 
lnent, autant que les fonùs ùe l' Institu t Ie pernlettent, 
par l' entremise des ecc1ésiastiques ou tIes Inelnbres du 
comité. 
Un autre objet ùe I'lnstitut, c0111pris ùans la cinquiènÚ
 
l'ésolution , est ùe meltre entre les mains des calholiquc8 
pauvl'es, au plus bas prix possible, tOllS les livres prop res 
à nourrir et entrelenir leur piété et de les leur distribuer 
même gratuitement quand ils ne peuvent les acheler. 
Procurer aux soldats et aux marins catholiques, à ceux 
qui sont dans les hôpitaux ou dans les prisons, la liberté 
plcille et entière du eulte el Ie bienfait d'instructions 
religieuses dODliées par dfS prètl'es, est encore un des 
Luts que se propose i'lnstitut. 
It n'est pas nécessail'e de citer les noms des patrons, 
des vices-présidents et des men1bres dl1 coolité de 1'Institut 
pour Dlontrcr Ie hauL patronage sons lequcl il a pris nais- 
sanee. It suffit de Jire que les ,'icaircs apostoliques, 
cl les prêtres de la Grande-Bretagne, la noblesse catho- 
lique ellous les hommes infll1cnts qui 3ppartiennent à ce 
corps en sont les 111cmbres les plus aerifs. 
Depuis la forolation de ceUe institution admirahle, ses 
rao1itìcatiofls se sout peu à pen éteudues du centre aux 
cltrélnités de l'cnlpire, partont sc sonl formés des comités 



i06 



econdaires qui tra\'ai\lent avec zèle sons l'impulsion 
qui leur est donnée par Ie cOlnilé central. 
Le résultat de 1a penséc qui a donné naissance à cet 
In
litut est done d'unir en corps tout ce que la Grande.. 
ßretagne renferme de catholiques, et de ll1etlre à la 
disposition de la Sociélé des sonlnles suffisantes pour 
faire face à tonles les dépenses en recevanl une légère 
offranrle de chaque indiviùu. 011 conçoit que les résul- 
tats d'une telle comhinaison sont ,"raiment incalculables. 
Dès que l'lnstitut cst organisé, nOllS Ie ,"oyons se nlettre 
à l'ænvre. C'est par son organe que les ouvriers catha- 
liques demandent au parlenlent la liberté de conscience 
que les habitudes protestantes violent si souvent. Dans 
une réunion de I'Inslitut, il fut décidé que la pétitiou sui.. 
vante serait adressée aux chambres : 


Hurnble l}élili
n des calholiques 1'ésidant dans fa 
capitate Oll aux environs, à l'honoraúle c!lalnÚ,.e 
descOlnlnU1lesdu parlCnle1l1 de La Grande-Bretagne. 


<< Dans l' opinion de vos hU111bles pétitionnaires, les ca- 
tho]iques de ce rOJ3uu1e ont un aussi grand droit nature1, 
moral et constitutiol1nel ùe servir Dieu se10n leur con- 
science, que les autres snjets de Sa 
Iajesté. 
c I1s ne {Jerdenl pas ce ùroit par Ie Ina
hcur accidell(cl 
Clleulporaire fjui oblige les pau'Tcs t parn1Ï les catholi- 
(lues, de cherchcr du soulagclllcnt ùans la loi pour Ics 
pau\'rcs (the poor tau'), cl de résider pour ccla t!:Jns les 
ateliers publics. 
. Les pélilionnaircs sont) ainsi que to us Irs autrcs ca- 



107 


tholiques, slrÌc(ement obligés, sous peine de péché, 
ù' entendre la messe tous )es dirnanches et fêtes d' obliga- 
tion. 
. Ces fêtes, où il y a ob1igation dfentendre la messe, 
sont au nombre de hl1it, sa,.oir : la Circoncision, 1 e r jan- 
vier; I'Épiphanie, 6 janvier; fa Fête-Dieu (col'pusClll'isti); 
Ja I
'ète de saint Pierre et de saint Paul, 29 juin; l' Assonlp- 
lion de la sainte Vierge 
farie, lð août; la Toussaint, 
1 e r no,'enlbre, et Noël, 2ä décenlbre. 
( Les catholiques se croient non-seuleOlent obligés en 
conscience d'assister au saint sacrifice de la nlesse les 
dinlanches et les susdits jOUfS de fête, nlais ils croient 
aussi qu' en renlplissant dévotenlent ce devoir, i1s reçoi- 
vent de grandes consolations el autres avantages spiri- 
tuels. 
( Or, l' exécution actuelle de la loi ne fournit pas à ceux 
des habitants (i1unates) des ateliers, qui professent Ja 
religion catbolique, Ie moyen d'accomplir ces devoirs 
religieux, qui, dans l'état d'atllictioll où iIs se trouvent, 
Jeur deviennent encore plus chers. 
. Dans I'intérêt des habitants des ateliers appartellant à 
J'Ég1ise anglicane, il y a généralen1cnt un chapelain pour 
Ie service religieux, tandis que ceux qui professent la 
religion catholique ne possèdent pas Ie même avantage. 
( Les catholiques ne peuvent, en conscience, se join- 
d.'c au servicc religieux de I'Église anglicane, el il cst, 
par conséquent, nécessaire que les haùitants calholiqucs 
des ateliers aient)a permission de se rendre aux lieux 
spécia1emellt affectés à leur culte. 



iOB 


. Eu cou
équcnce, les pétitionnaires ùelnalldeul hUll1- 
blement que, dans Ie bill actuellement porté devant votre 
honorable chanlbre pour ramendement ùe la loi des 
pauvres, on pourvoic à ce <]ue les calholiqucs, habi- 
tant daus les ateliers publics, aieut la pernlission de se 
rendre aux chapellcs de leur cultc, les plus \"oisincs de 
leur atelier, pour entendre la messe les dinlanches et 
fètes d'obligation. 
(( Et ,'os pétilionnail"es prjeront toujours pOlll' \'OUS.. 
1)lus tal'J, l'lnslitut ohten3it dn parlcnlent une loi qui 
tlispense les calholiqucs du sel'vice fUllèbre de I'Eglisc 
anglicane, à )'enterreUlent des catholiques, ct qui perlnet 
aux prètres de célébrer puhliquenlcnt Ie service pour les 
mOl'ts, conformément aux prescriptions de IfÉglise pour 
les funérailles des catholi(Jues décédés. 
1'out en s' occupant de faire redresser les griefs des 
catho1iques en Anglelerre, I'lnstitut De perd pas de vue 
)a propagande qni entre 3ussi dans sa mission. Un rap- 
port de son sccrétaire nous apprend que, trois annécs 
après sa fondation, des comités correspondants ou bran- 
ches de I'association existaient, non-seulement dans toules 
les parties de I' Angleterre, mais. en Écosse, à Gibraltar, 
au cap de ßonne-Espérauce, à Calcutta, dans l' Auslralie, 
à la terre de ,r an-Dién1en, à la Nouvelle.Écosse, à l'ile du 
Prince-Édouard, etc., etc. Dans ces diyel'S pays, on ne 
comptait pas moins de cent treizé branches de la Société. 
Dans Ie Haut-Canada, I'Institut est florissant. Le secré- 
laire annonçait, en lerminanl son rapport, ((ue des leures 
reçucs ùu cardinal Acton et:d'autl'es versonnes ne lui per- 



to!) 


n1eUaicnt pas de òouter quc des indulgences et faYPl1l's 
spirilnelles DC fl1sscnt hientÙt accordées p31' Ie Saint- 
Siége à cette inslitl1lion. 
En 1841, l'Inslitut catholique prit (Ie nouveaux déve.. 
loppenlcnts. 
f. O'Connell proposa nn plan qui devait 
aUl{lllenter les ressources de la Société. Cc plan consistait . 
à 3t]nlettre, h titt'e d'àssociés, les personnes de tontcs les 
conditions qui consentiraient à payer deux sons par se.. 
Inaine. Cctle proposition, admise à I'Ul1aninlité, ouvrit la 
porte de l'Institlit à tous les cathoJiqnes de la Grande- 
ßl'etagne, et mil t\ sa disposilion des ressonrces plus con- 
si rlél'ables. 

1. J. SnlÍth, secrétairc.génél>al de I'association, annon... 

ail aux catholiqnes, en 18.1-2, que Ie cOlnité de I'lnstitut 
s'était Inis en rapport avec plusicurs Illembres du cabinet, 
ct que Ie résultat de ces entre\'ues avait rté d'obtenir, an 
profit des catho1iques, la modification de plusieurs clauses 
de la loi des u'ol'klzouses. Leur situation ùans les colo- 
nies, dans les prisons cl dans les hôpitanx, doit aussi, par 
suite de ces rapport
, snhir prochainelnent de sérieuses 
améliol'3tions. 
Un fait intéressant, rapporté par Ie sccrélail>e de la 
Société, c'est qu'il a reçu de Ma1te uue lettre qui lui donne 
les noms de cinquallte personnes qui, en 1842, ont em.. 
brassé la foi catholiqne, et qui ont été amenécs à étudier 
noire religion par la lecture des tracts (traités) que pu- 
blic 1'Instilut. 
Itoßle avail sui,"j avec intérêt Ie développement de 
l'association et Ie succès de ses efforts. En 1840, Ie 
souverain pontife, von'ant lui donn(1r un encouragemrnt 



t 10 


olnciel, adressa à 101'd Shl'e\,"sbury, son président, Ie brei 
apostolique que nous reproduisons ici : 


Lel11'e apostolique de sa sainlelé Grégoire r r I, a II 
contle de Shl'euJsbury, présidclll dc tIIlS/itllt 
clltlzolique de La Grande-Bretague. 


cc A notre fils Lien-ainlé , Ie con) te, etc...., saint et IJé- 
nédiClion apostolique, 
c Tandis que nous SODlmes abreuvé
 de chagrins par les 
calanlités toujours cl'oissantes de l'Église de Jésus-Christ, 
iI nons a été donné une source de bonheur teHen1ent 
abondallte, qu'elle nous a rele\'é non-seulement de noire 
t1ouleur, Inais qu' elle a encore excité en nous une joie 
plus qn'ordinaire. Nons avons été informé qne, par vos 
soins et ccux d'autres nobles el pieux chrétiens, ['1 ns Li- 
ll/ t callzoliqllc a rlé, i1 y a deux ans, établi dans la 
Grande-13rclagne, daHs Ie but spécial de protégel' cen \: 
qui suivent notre divine foi, et de venger, par la publi- 
cation d'ouvrages clu'étiens, l'épousc de l'agneau inlma- 
cnlé, des calolnnies des hétél'odoxes. Ce projet , lcndant 
au plus haut degré à I'avantage de la nation anglaise, 
vous pouvez facilen1enl Ï111agin
r, HIs bicn-aimé, quell e "} 
joie nous avons éPI'ouvéc, nons qui avons élé, par la vo- 
lonlé du Tont- Puissant, constitué l'héritier du nOl11 et de 
la chaire de ce GI'égoire-le-Grand, qui, Ie premier, 
éc1ail'a la ßl'ctagne dn flalllbeau de la foÎ catholique, alors 
qu' eUe était enveloppéc des lénèbres de l'idolâtric. Nons 
sommes encouragé h cnl1'elenir la ùouce espérance que 
la hllnièl'e de la foi brillcl'a de nouveau sur ce pcnplc 



ill 


avec la nlême clarté qll'autrefois. Sous ne désirons rien 
avec plus d'ardeur que d'embrasspr, dans un tressaille- - 
ment patel'oe), la nation anglaise , ornée ùe tant d'excel- 
Jentes qua1ités, et de recevoir de nouveau dans la bergerie 
du Christ, ce troupeau si longlemps perdu. C'est pour- 
quoi, fils bien-aio1é, Hons ne pouvons nons absteuil' d
 
"ous exhol'ter yiVelnent , VOltS et tous les luembres d
 
I'association pieuse que ,"ous présidez, à offrir avec nons 
vos prières au Père des miséricordes, afin qu'il daigne 
dissiper les ténèbres qui aveuglant encore l' esprit d'l1ß 
grand nombrc, les reliennenl malheureusement dans 
l' el'reur, et afin que, dans sa clémence, il tlaigne rameuer 
ces enfants de I'Égtise au sein de la 
Ière qu'ils ont 
abandonnée. 
( En même temps, nons ùonnon3, avec la plus grande 
affection, à ,"ous et à lous vos compalrioles qui appar- 
tiennent en quelque Inanière à l'Instilut calholiquc, 
notre bénédiction apostolique. 
( Donné à Saint-Pierre de Rome Ie dh:-ncuvième jour 
de ft
vrier )IDCCCXL, Ie dixièmc de notre pontificat. 
( GRf:
OlRE P. P. XVI. . 


Le con1le de Shrewsbury disait, en adressanl au secré- 
t3ire de rInstitnt la leltre ci-dessus : . J'cspère que sa 
(.H1Llication sef\"ira Hon-seuleolenl à augmenter Ie zèle 
des Incrnbrcs actuels de l'InslÏtut, ll1ais qu'eHe engagera 
d 'âutres personnes, qui jusqu'ici s' étaient tenues é!oignées 
de la Société, à se joiotjre à nous. C'est seulenlent par 
l'union de nos efforts que nons par,'iendrous à opérer un 
grand bien. tes succès qn'ont déjà obtenus nos tra"3UX 



-11'2 


sont, je )' r
pbrr, une g3)'3nf ic de cc que nons f
rons à 
l'a\'enir. ) 
Chaquc année, I'lnstitut ticnt une séance so]ennellc h 
laquellc assistent dfordinaire les sornnlitrs calholiqucs, 
lord Shrc,,"sbury, lord Clifford, Ion} Stourton, lord Ca- 
mo

s, lord Loyat, Daniel et John O'Connell, 1\1. Langdale, 
les vieaires apostoliques et nne partie dll clergé. Dans la 
séance de 18.\2, Ie secrétaire nous appl'it que I'Inslitu t 
avait distribué, dans l'annéc, cent soixante deux Inille 
traités reJigiclIx dans les diverscs parties du monde. 
Le leeteur a VlI la part active prise par 1\1. O'Connell à 
la fOflnation de I'Institl1t catholique. Aussi ne sera-t-il 
pas !'urpris d'apprendre que, dans]a solcnnité annuelle de 
rassociation, e'est pOllr Ie glorieux a
itatel1r de I'Il'Iande 
que sont presque tous les honneurs. Ceux qui éeriront 
I'histoire de 11 nstitut aurOlll à décrire l' cnthol1siaslne 
qu'y fait naitre sa présence; ils diront les ,'i\,cs s
'n1pathies 
, {Ju'évcille son éloqllcncc, tJuand il parle des ùc\"oirs ct 
des espérances des catholiqncs. On cst malhcureu8c- 
UJcnl fo}'cé dc rccollHaÎtrc (lliC r arjslocralie catholique 
de I'Anglelcl're n fa POUI' O'Conncll ui la haute estime, ni 
la reconnaissance fin' clle lui dc\'rait, si elle pesait clans sa 
conscience les scr\'Íces éclalauls qn 'O'Connell lui a l'endus 
en retour dc ses déòains. Le seul torL (lu héros de J'élnan... 
ripation catholiq lIC, c' cst de HC s'êlrc jl101ais préoccupé 
du mérile on ùu dénJérite dc ccux à {Jui dc\"ail protHer 
le bien qu'il ,'oulail réa1iscr. O'ConncH a toujours placé 
)es intérêls de la religion et dc I'huß1anité au-ùessus des 
mesqnines préoccupations de personnes, ct il aurait Ie 
droit de dirt1 à ccrtain5 nobles 8('i
ncurs de I'An
letcr)'e : 



i 1:J 


c Si vons yO us montrez indignes des droifs (lue je \'OllS 
ai conquis , sur vons en retolnbc la houte ! J 1\Iais ajoutons 
que l\1. O'Connell est bien dédoJnmagé des dédai()
 aristo- 
cratiques par l'estime etl'affcction des aulrcs c1assc
 de 
la sociélé calholiquc qui ont su Ie cOlnprendre et ) 'ahner. 
l.es catl10Jiques anglais l1'ont pas perdu de "ne Irs 
llloycns d'inßl1encè que pouvait leur donneI' la presse ; 
Jnais,nous remarquons avcc regret que les tentatives faites 
pour créer des organes périodiques et quotidiens de la 
pcnsée et du sentin1cnt catho1ique dans I'atnlosphère 
protestanle de I' Anglelerre ont, sinon conlplrtement 
t
choué, du n10ins fort médiocren1ent réussi.. 
Vne dizaine d'années avant )' émal1cipation, 011 fie 
connaissail à Londres qu "une seule publication catJlo- 
lique, e
clusivelnent consacrée à des controverses lhéo- 
logiques. Ce recueil, qui paraissail dans un fOl'lnal in-So, 
sons Ie titre de Catholic illtelliycllcer, avait élé princi- 
I l alenlent encouragé par 
Igr 
Iilner, ,'icaire 3po8tolique 
dn district Centra) avant Ie docteur 'V'alsh. Cette feuillc 
rendit à celte époque d'éu1inenls services à la religion; 
eUe servit à combaHre I' erreur, à éclairer bien des intelli- 
gences et à convertir bien des cæurs. A mesure que de 
nouveaux joul'naux ont été publiés, Ie Catholic intelli- 
genccl' a perdu sa pren1ière Ï1nportance; mais it ne con- 
tinue pas moins à paraître Ie samedi de chaque semaine. 
La médiocrilé òe son prix (4 
ous par livraison) Ie met 
à la porlée des bourses les plus modestes. L' on s"en sert 
cornme d'un véhicule pour porter la ,-érité à de pauvrfs 
ou vritrs (lni cherchent dans sa lectnre quelqllc délassc- 
ment" Chaque Ih'raison donne les nouveHes religieuses 
8 



11-i 


tlc 1;1 scnJaÎlIc ponr l'Angh\(el're f'( \'t
tl'anger , cl rüHlieut 
p\n
icnrs at'tides snr la religion, l'histoirc, l'arl on la 
}illéralnre. Son ancien titrc cst al1jonrdhni précédé de 
cclui-ci : 'fhe London alld Dub/in orthodox journal 
01' use{ulllllo11'ledye (.Journal orlhol]oXC de Lonùrcs et 
de Duhlin pour les connaissanccs uliles). Si nous He nons 
lrolupons, cc changelllcnt eut lien à la suite d'une polé- 
mique fort ,'ive dans laquelle l'orlhodoxie du Catholic 
inlelLigence}' fut conlestee. L'autorité ecclésiasti(lue s'é- 
tant pronollcéc en fa\;el1l' tlu journal, il prit Ic tih't
 
d' Orlhodoa:, 
En 1836 J les catholiques cOlnprirent 13 néccssité ùe 
se crécr un organe (Iui pût acql1érir quelque iUlpOl'lance. 
C'est pour répondre à ce ,'æu que parut, h Londres, la 
revue de Duhlin (Dublin llcvieu'). Le doctcur 'Viseman, 

L O'Connel1 ct anlres catho1iques dé\'ollés s'imposèrent 
dans ce but de généreux sacl'ifires. La revue de Duh1in, 
rOllnnc toutcs Irs gl'3Hdp
 rc\"ues d' Anglcterrc, cst unr 
pub1icalion trimeslrieHc, à la collaboration de laqucHc 
concourenllcs écrivains catholiqucs leg plus dislingués. 
Ces sortes de revues donnenl to us les trois mois à lcurs 
ahonnés nn voluBle in-8 o . Cl esl Ie genre de publication 
{Iui exerce en Angleterre Ie plus dïoJluence, et tandis 
que les écri\'ains de la pre sse quotidienne, hebdon}adaiI'c 
('I n1ensnellc n'y jouissent quc d'nne lrès-Iuaigl'c part 
tic consiùéralioD, les hOHUllCS politiques les plus én1Íncnls 
ue ùédaignenl pas de cOllfirr 311
 rc\'ues tl'in1cslrielles Ie 
fruit de leur ùélas
enlellt. 
La flevuc de hub/in pal'aissail ðons Uil p.tll'onage qui 
dr\'ail 3ssu.'cr :0;011 SHeCt's. Elle fh:a, til's son dt
hur, la 



t I
 


Eèl'icuse allcnlioll des prolcstants. SonR Ie rapport liué- 
raire, ce recueil ne Ie cèdc à aurune aulrr puhlication 
anglaise. 11 avail une bcne nlission II renlplir dans les 
conlroverses lhéologiques qui occupenll' Angleterre , et it 
s' est acquiué de celle tâche délicate a,-ec un rare talent. 
Le savant docleur 'Visenlan y traite la pll1parl des ques- 
tions rc1igieuses; nOlnlnCl' rauteur de ses articles théo.. 
logiques, c'est dire 1('111' valcur. La RCl'UC n'ahorde que 
rarenlcnt les déhats pnrenlent poliliques. Après la religion, 
I'hisloire, 1a hantp critiqne liUéraire, la biographie fornlc 
Ie fond de ses articles. Les questions que soulève la 
situation anorlnale de l'Irlalldc, y sout traitécs avec nnc 
incontestable supériorilé. 
Vne publication, oloins grave que la Revuc de Dublin, 
et plus sérieuse que l' Orthodox journal, parut en 1857, 
sons Ie titre de Catholic rnagazille. C' étail COll1111P un 
n1Ïlien entre les deux prenlit'>res. Le lJlagasin catholique, 
pu\)\ié une fois par rno1s seu\enlent, pent traiter plus 
longucment que l' Or/hoc/v.re ùes 3ffaires religieuses du 
jour, lont en laissanL à la Bel'lle dc Dublin Ie soin d'ap- 
profon<lir ce que )ni-IIH.;me ne fait qu'eHleurer. Le Ca- 
tholic 111agazine a renlpli un rôle phIs utile qu'impOr!::ull; 
ct, ll1algré 1a lllédiocrité de la presque lotalité ùe ses 
articles, c'est encore Ic rccncil que ron parcourra 3"ec 
Ie plus de fruit, en rll1dianL la renaissance c3lholique de 
l' Anglclcrl'c. 
Ðans ces t1ernièrcs allnées, plusipors Lcntatives ont élé 
faites pour donner au corps ralho1iqne {!es organes heh- 
domadaire ct quolidiell; nue scule a réussi. 
An moi" de mai 18-iO, parnt 
, LOIHlres Ie premier 



1it> 


journal cathoJi(lne et politique qu 'ail en I' Angletel'fc de- 
})uis la réfonne : c' était Ie journal hebt1önladaire The 
7'nblel. CcUe feuiJle a fait un certain tOll lllatérici aux 
IH'crnièrcs publications, l' Orthodox jOll1'tnal ct Ie Ca- 
tholic nla[Ja
illc, Inais elles Il'en continuel1t pas moins 
tonles trois à relnplir, chacunr dans sa spécialité, la tfiche 
(lu't e lles sc sont Ílllposée. 
Lc Tablet avait, èon1me organe catholique, un Lien bean 
rôle à prendre dans la presse. Ce rôle a malhenreusernent 
t\lé
 compromis dans plus d'une circonstance par l'incxpé- 
I'ÎflìCC de scs rédacteurs (jui, n1a)gré la gnpériorité tic leur 
lalent, n 'out pas parfaitenlent compris la neutralité qu'nn(\ 
1eniJlc catholiqne duit g3rdcr au n1ilieu tIes mesquin,cs que- 
J'elles de p3rlis. Ainsi, lors de son apparition, Ie Tablet 
arhOl'a Ie drapcau ,,-hig avpc heaucoup 1I'Op d'éc1al, et it 

outjnt, pendalll un certain ten]ps, la politique du dernicil 
'o'abinrt 'lelhnnrne J :n-pc lIne passion, un acharnelucut qui 

jed loujours 1n31 
l c..Ics cathoH'.JUC8, donl ]es inlérêts doi- 
\'f 1 nlloujours tloJuincr les pl'éoccl1palious étroites dc na- 

 iona1ité, tJUê:UIt) ces préoccupation'\ bJesseut les intért.ts 
tIe la religion cl de I 'Iuunanité. 
l..e J'(fl}let s'est oublié aussi ell donnant ttop 
ou\"cnt 

\ tIes quel'elle
 personnc])es Ips proportions d'affair{\
 
tl'J::tat; Ic
 personna1ités sont nnc tIes faiblesses ùc ccU<- 
fpuilte. t.:c tl'ilyerS lui est conllHUß avec les aulrcs jonrnallx 
(lAngletcl'l'e, chaque fois lJtle, dCl'rièl'e uue t]uestion dr 
pel'SOtlne, 
c (rouyc un intél'èl d'argeut. Ccs torls 3\"aient 
1]n instant con11J1'omis l'existence dn 1'ablet, (Iui fut dés- 
3\'oué par uue partie <Je l'arjstocralic catholiqur; n!ais 
rage donne de l'expérience; ct la fcuillc de Londres nc 



it7 


craint pas aujoul'll'hui de faire amencJe honorabJe putU' 
son passé, jusqu'à suivre, dans plusieurs questions poli- 
t\qucs, la ligne qn'ellc avait combattue autrefois. C' e
t 
pcut-être pousser h"op loin Ie repentir. 
Lc 1
ltblet ajoul3 un instanl à son !lOIn l'épilhèlC de 
True Tablet, pendant qu'un de ses propriélail'es sc rcli- 
rait en clnpOl'lallt Ie Vl'clnier lÌlrc, 'lu'jl tlnnnait à UII 
journal hcLtloluadairc paraig
ant COHClllTenHH(\nl a\'t:4' Ie 
j""uc Tablet. 
Lc TaúLet se plaça sous Ie patronage du noble 101'0 
Slu"e\,"shury, d 11 tlocteul' 'Visenlan et de l'ill'istocratic 
calholique; tandis tIue Ie Truc Tablet conlptait, panni 
ses aluis les plus dévoués, Ie libérateur de I'lrlande et 
une grande partie des membres du elergé. 
Le Taúlet ne put soulenir 1a lulle que quelques se- 
maines; il succomba; et Ie Tl'ue Tablet, victorieux, 
reprit Ie titre de Tablet, qn'il a conservé depuis. 
Nous conlprenons difficilement l'indifférence des calhu- 
liques anglais à soutenir leurs ol'ganes daus la presse; ils 
seInblent n'apprécier qu'à demi l'influence sociale qU'l1ll 
journal bien fait leur donnerait. Le Tablet, leur seule 
feuillc po1itique, a eu bien de la peine à se maintenir, 
et une souscription à son profit a élé nécessaire pour 
assurer son existence. 
Nous avons vu paraître, en 184.2, quelque
 llUlnél'os 
d'une publication eonnue sous Ie nOD1 de Lucas's IJenny 
Libl'a1
Y, destinée à l'instruction des pau Vl'es. II n 'a pas 
été donné suite à eet essai. Un autre journal, tlte Catho- 
lic, fut eréé à la mêlue époque; il devait être envové 
'" 
gl'aluitement à tOllS les n1elnhre
 du c1ergé C3lholiquc en 



1,18 


Anglclerrc, dans Ie pll
 s de Calles cl en )::cossc. TOllS les 
l)l'êlres atlachés aux paroisses ò'lrlanòe devaicnt 311ssi 
rccc\'oir gratuilClncnt ce journal purculcnl ecclésiasti(lUC 
ct JiuéraiJ'c. 
Lc plan ùes pl'opl'iélaircs élait (Inc lc
 catholiquc
, CIl 
dehors du clergé, leur \'ieudraicnl ell aide, ct que la 
grande publicité du joul nalleur fournirait, par les annon- 
ces, un moyen de continuer le
Jl' æu\'rc. rtfais ce genrc ùe 
propagandc, qui réussit avec les protestants, n' eut aucun 
succès chez les catholiques; it faBut renoncer à pub\ier 
cette feuille, après avoir faiL des sacrifices assez consi.. 
dérables. On tenta d'étahlir nn organe catholique en 
Écossc, Inais Ie Plllenix (nOtH de cc journal) ne \'écut 
que quelt,Jues mois. On a fondé depuis, à Étlilnbourg, 
une feuille qui pal'ait SOliS Ie titre ù' Edirnbolll'Y COllr- 
'J'iel f ; mais il serait difficile lie dire si eUe a des chances 
de succès. 
Quand les anglicans, les méthodistes clles autrcs seclcs 
protestalltes disposent, par la prcsse, de nloycns si nODl- 
breux de propagande, it est douloureu
 (Ie voir les catho- 
]iques si pauvres en publications pour 'enger leur foÌ 
des attaques que des luilliers de journaux lancent in- 
ccssamn1ent contre elle. 
En 1841, les calbo1iques songèrcnl à acquérir un or.. 
gane dans la prcsse quotidienne. Le Cou1'1'ier, une des 
plus anciennes feuilles de Lûndres, était en vente. Les 
propriélaires òu Tablet fircnt des propositions, mais tout 
se borna à des pourparlers. II elÎt fallu, pour soutel1ir un 
journal quotidieo, s'imposer de trop lourds sacrit1ces. 
Les écrivains catholiques rivalisent de zèle. Nous les 



liD 


vo.yons dans plusicurs journaux hebdolllaùaircs ct ß1CI1- 
sue1s, dans ulle .'evue tt'imeslrieHc, s' etTorcer d'at'rêtcr 
les ra,'ages de ce tOl rent de publicalions protestanles qui 
inonde l' Angleterre, ct ralentit les pt'ogrès de sa régéné- 
ration. 
Iais leurs écrits, malgré leur incontestable uti.. 
littS, ne sauraient suffire aux c
igences ÙU Ulonlenl. Lcs 
esprits se préoccupeul de questions plus graves que celles 
que défraient la polémique couran le; les ll1ystères de la 
religion deviennent nn sujet général tI' études et de ßlédi- 
lations. Le malaise qui travaille les intelligences en pré- 
scnce des ruj
es que Ie protestantisme a faites autonr de 
lui, les pOttle à s' enquérir des dogmes de la foi catholi- 
que, et ]a société hritannique, saÙs se rendre cOlnpte 
})cut-êtrc de l'ilnpulsion à laqllclle elle obéit., apparaît 
errante et cherchallt par un instinct pl'o\'iùcnliclles sen- 
tiers (It1Ï pourl'ont la conduire à la vél'ité qu'elle ignore. 
Dans ces cirCollstances, un bcsoin se faisait sentir; 
c'était tie pouvoir nlettre à It! portée tle tous les e
prits 
t;éricux les OllYl'ages des théologicllS calholiques qui ont 
traité et approfontli d 'nnc 111311ière slJéciale les questions 
aujoul'd'hui con tro\'crsécs entre Ics catholiques Cl les 
protestants anglais. Un ét1iteur de Lonòres, tlonl Ie nOIH 
s'associe loujours aUÅ (CU'TCS qui ont pour bul Ja cause 
ùe ]a religion, a enlrepris de conlbler ceUe ]acune: IJ 
élaiL d"autant plus impérieux de se hâ(er, qn'à cette 
heure, une association protestante (Pol'ttel' society) 
réio1pl'ime les ou\"rages de Frith, de Tindal, de Cran.. 
mer, de Latimer, de Ridley, de Jc,,"cl, de Hainolùs, do 
rarkcl', de F ulke, de Fo
 ct aulres hérésial'(IUes ct bee- 
taircs d' Auglelcrrc. t:cUc as
uci;HioH con] plC tlrj
\ sept 



i '-)0 


111ille souscriptcurs, qui sc sont aLounés h. tous cos livres. 
A r exemple des protestants, 
I. Chad(1s Do
nlan a eu la 
généfl
use pensée de réirJ1}Jrinler cL de pubtier, SOllS Ie 
titre de lllllLIOTHEQUE C \THOLIQUE, les écrits des évêques 
et théologiens d' Anglcterre qui, pendant les seizièole et 
(lix-sepliènlc siècles, ont conlbaltn pour la défense de la 
fui, et qui out réfuté Ics éCI'ivains protestants de leur 
.. 
époql1e. Au llolubrc de ces otl\'rages, figul'elll ell prc- 
luière Hgne ceux de sir ThoHlas 'Ioore, ties éyêques 
:Fisher, Gardiner, du carJinal Allen, de T. Jlarding , ùe 
T. Slapletoll, de N. Sandcl's, de ßristow, de Persons, de 
'Valshinghanl, etc., etc. 
Depuis longtetnps, ccs livres sont tlCrellus ùfune ra- 
reté extl'êll1C, ct les quelques copies que ron en trou,'e 
se vendent à des prix exorbitanls. Tandis que les presses 
protestantes reproduisellt les calolnnies de Jewell et au.. 
tl'e
 ennen1is du catholicisme, les tìdè1cs ne pouvaicnt 
dpn1cnrer inactifs en présence de Cf
Ue propag3lH.1e infèr- 
nale. II cÍ1t élé crinlinel que leul' iuJitrércnce lals
åt dans 
J'ouLIi Ics réfutations òe Stap1et.on et les contrQrerses de 
IIarding. lIs ont dÙ chercher à lueUre les écrils si admi. 
rabies lIe Fisher, de Smitz , de 'Valshingham, à ]a por- 
tée de ccux qui les recberchent. Ces OU\Tages sont, dans 
les circonstances où se lrouve l' ...-\ugleterre, les plu& pro- 
pres à répondre et à satisfaire aux besoins qui se mani. 
festellt; ils semb1ent avoir été écrits dans ces dernières 
3nnées, tant ils ont d'actualilé ct d'à-propos. 
Les persolllles qui suivent Ie nl0uvemellt religieux de 
l' Angletrrrc, el qui s'intéresscnt à sa régénération, 
;jpplandiront au projet dc fa ire reyÏ\rc ces écrÌ\ains qui 



t21 


fUl'ent de si généreux athlètes de la foi ùans les tI'ois ùer- 
Hiers siècles; leurs écrits '"ont dcvenir les al'lnes dont la 
nlilice sacl'ée usera aujourd'hui pour terrasser ces enne- 
mis, contre lesquels elles élaient destinées; et cux- 
luêmes, après des siècles, viendront ainsi recucillir leur 
part de gloirc dans les triolnphes de I 'Église. 
Lc plan de 
I. Dolruan u'est pas sculenlent à l'état de 
projet; il a rc
u Ull COffilncuceluènt d'eÁéculion. Déjà J. 
paru Ie premier volulne de la Bibliothèquc calholiquc. 
C'est un ouvrage intitulé : Recherches en llzatiètc de 
1Ieli!Jion, par François \Valsinghaln. La Bibliothèquc 
catholique se composera de '
olunles petit in-8 0 , inlpri- 
rnés avec toutle soin qui distingue les éditions anglaises. 
NOlls \'oyons ayec plaisir, par l'ouvrage de 'Valsingham , 
fIue l' orthogravhe moderne a été substituée à rancienne : 
la typographie de ce premier volume ne laisse rien à dé.. 
sirer. 
Les Reche1 9 ches en rnatiè1 g e de l'eligion nous disent 
les COIIlbats d'une âme qui s'est d'abord ouverte au doute, 
et qui cherche ensuite la ,'érité. C'est un récit d'unc ins- 
truction profonde, nous n10ntrant l'opération admirable 
de la grâce. L'auteur est d'autant n1ieux placé pour expo- 
ser les luttes du cæur et de I'esprit, qu'il raconte sa pro- 
pre histoire. François 'Valsingham naquit dans Ie Nor.. 
tbumberland, en 1äi6; il fut élevé dans la religion 
réformée, et obtint , par la protection d'un de ses parents, 
secrélaire d'État de la reine Élisabeth, rl' être reçu à 
l'École de Saint-Paul à Londres, puis à I'Université de 
CanllJI'idge, où il fut ordonné tliacre. L'ouvrage d'un 
}). Jésuite lui tQrnba sous fa Inain 
 iI fe Jut. C'6taÎt Ie 



122 


prcl11icI" pas dans Ie sentier (1 ui dcvait Ie raluener à 
r Eglise. A près a voir clnbl'assé la foi ùc scs pèl'es, il par- 
tit pour llon1c, Olt il étudia la théologic. En 160D, if 
enlra dans la COlllpagnie de Jésl1s, ct retourna en 16i5 
cn ..\nglcterre, en qualité de Inissionnaire. II y travailla 
avec un zèle adlnirable, en bon oU'Tier èvangéliquc, 
pcndant trentc-deux. anl1ées, et mourut à l'âge de 71 ans. 
Ces quelques lignes SUI' l'auteur des Recherches fc- 
ront cOlnpfendre l'intérêt qui s'attache à ce livre. Lc 
second volume de la Bibliothèque catholiqlle sera I'ou- 
,'rage d'Ull bénédictin anglais, Ie savant llichal'd II uddlcs- 
ton, iutitl1lé : llolile facile el COllrte de l' Église (Short 
and plain 'lta!! to the Church). 
tonl Slu'c\rsbul'Y, Ie comle Arundel, lortI Can}oys, 
lord Stourtou, 
Igr 'Viseman et les autl'es vicaires apo- 
stoliques, I'
lfchcvêque de TuarD et ptusieurs é\'êques 
ò'lrlande, Ollt pris en quelque sOfte sous leur patro- 
lJage r lCU\TC de 
l. Uohnan, en se fai
ant inscrirc 
ùcs preilliers parmi ]es souscripteurs. Des témoignages 
non)hreux de sympalhic arrivellt à l' éJiteur, dc Honle, 
()c l'Italie, de rAllclllagnc ; ]es catholiques de toutes Ics 
parties ÙU luollde semblcnl ,'ouloir conlribuel' 
t assurc!' 
à celle lCuvre ùc propagandc l'cligicusc, Ie succès ]e pIus 
complet. 
CeUe enlreprise de réimpressions n. est pas restée iso- 
]ée. Pendant que 1111stilut ùe ]a Grande-Bretagne répand 
avec profusion des traités religieux, destinés à dissiper 
lcs onlbres de l'crrenr, une société d'ecclésiasliqncs 
réilnpl'inlC cllivrc à till prix exccssi\'elllcnt luodiquc tOllS 
Ics Oll\ l'aëes de l'iélé proprcs h en lrctcllir Ics bonncs dis- 



j (.)- 
-
 


posilions des fiùèles. Les calholiques onl cncore accon}pli 
tl'aulres tt'a\'aux. Sans éntllTIérer les impol'tants ouvrages 
sort is de leurs plumes, it nous sera pCfluis de InenlÌonner 
ici Ie vaste travail de 1\1. l\enchn Digby, illlitulé : lJI ures 
calhulici 01' ay'es of {aiih. 
A mesure que la vérité gagne les intclligences el régé- 
nère les cæurs, les cathoJiques marquent leur place dans 
la presse, la lillérature, les sciences, les arts. Grâce à 
1'lrlande, ils comptent une quarantaine de représentants 
dans la chambre des communes, et une quinzaine dans 
la chambre de
 lords. Les églises et les couvents qui Sf é- 
lèvent, constatent partont leur présence et leur accrois- 
sement; et its cherchent à user de l'influence qu'ils 
3cquièrent pour briser les cutra\'cs que rcncontre encore 
leut' liberté religieuse. Ainsi, pour la première fois, de- 
puis I'époque de la réforme, ils Ol1t exercé, lors des élec- 
tions générales de 1St,'l, une influence politique. 
II rUl, h ceUc époque, fail appel à tous les élccteul's ca- 
tholiques. On leur repl'éSellta quc, "U Ie} division des partis, 
leurs votes acquéraient 'lIne haute hnportance; qu' en bien 
des cas it dépendait d 9 eux, et de l'usage qu'ils feraient de 
leur droit, (fassurer Ie triomphe ou ]a défaite de l'un on 
l'autre parti ; que la crise poJilique était poureux d'un inté- 
rêt décisif el absoll1 ; qu'ít ne s'agit pas sen1ement d' obtenir 
l'abolition on )a diminution de certaines taxes, on d'as- 
surer l'adoplion de certaines mesures, d'un mérite plus ou 
Inoins contestable; 111ais qu'il s'agissait des droi.s les plus 

acres et les plus chers au cæur tJc I'h0111n}e, des droits 
de )a conscience; qu'ils seraienl grandement coupables 
ùc\"anl llicu cl devant les honlmcs, s'ils négligcaiclll 



i
i 


} t · Ù ' , " ' 1 f: à 
occasion assurer a eUX-lllcrllCS, a eurs en ants, et < 
tons leurs concitoyens calholitjnes en général, les ùroits 
et les liberlés qui leur manqncnt encore sons Ie rapport 
rcligieu x. 
Cet appet rut entendu à Londres, à 
ouinghaln et Cll 
hcaucoup ù.aull'es villes; Its élccteurs catho1ique
 
c 
réullirent; ùet> coulilés furenl orgaui
és, cl on ttl'rêta en 
principe génél'(li qllè tOllS lcs catho1iqucs lotcl'aicut on 
s.abstiendraicut ensenlble et d'Ull COHlffiun accortl, sui.. 
,-ant l'e
igence des circonstances, et que'J dans tOllS les 
cas, ils rcfuscraient l'appui t1e leut's votes à tout candillat 
qui ne s.cngagcrait pas, sur l'honncur, à user de Loute 
son influence dans Ie parlen1ent aux fins de faire décréter 
comme lois du pays les propositions suivantes : 1 0 I'Il'lande 
sera, sous tous les rapporls religieux et poliliques, mise 
sur le pied d'une égalilé cOlnplète avec l' Angleterre et 
l'Écosse ; 
o tous les catholiques des colonies recevfont, 
sur les fonds pubJics , des scconfS pour leurs besoins re- 
ligieux, dans une proportion égale à ceux accordés au
 
autres colons; 50 les catholiques habitant les '1l'01'ldzoltse s 
auront la ]iberté d'assister au culle divin dans lenr église 
ou cbapelle to utes les fois que l'f
glise en impose .r obli- 
gation; 4 0 les prêlres catholiques sefonl autorisés à adn1i- 
llistrer, à des époques convenabes, les sacrements de 
leur Eglise aux prisonniers de leur comnlunion. 
Cette démarche des catholiques ne manqua pas de 
produire des résultats imporlants pour Ie Lien ct l'avan... 
cement de la foi. D' abord cUe fit connaître leur nombre 
ct leur force à beaucoup ùe protestants qui étaient à eel 
égard dan:; une ignorance presque ab
olue et luêmc à 



1
5 


beanconp de calholiques qui n '(;taienl gnère plus instruits; 
puis elle unit les catho1iques entre eux par de nouveaux 
liúns et tendit à leur inspirer, même pour les nlatières po- 
]jtiques, une unité de yues, dont l'abscncc, jusqu'ici, a été 
regrettable. Enfin cUe leur fit connaìtre leurs amis, ceux 
qui sont disposés h défendre If'urs lihcrtés ct. leurs droits. 
Grand nonlLre de mClnbres des C0111mUneS n. ont dû fort 
souvent leur élection qu 'aux votes des catholiques réunis 
aux libéraux. Ces suffrages, ils les avaicnt ohtenus par 
des protestations Y3gucs de soutenir les droits et les inté.. 
1 èts <In pcnple, ùe faYori
cr )a libel'té religieuse ct l' éga- 
lité des droits pour tontcs les sectcs chrétiennes; nlais 
désoflnais, les. volcs des catholiqnes ne pOnl'font pIns 
:;. obtenir à pal'cil prix; ]e candidat qui vondra s' assurer 
ICllt' appni , devra prendre l' engagement solennel de sou- 
tenir, d'appuyer, de proposer des ll1esurcs dont l'objet 
est précis elc.lélermÎné; ùe se faire en tonte cil'constance 
Je rléfen
eu.' ct l'a\'ocat des droits et (les intél'êts religieux 
des calhoHques dans toute I'étendne de rempiI'e soumis au 
seeptl'c brilanniql1c. On 'Vit aux dernières élections plus 
(]' nn candidat libéral, ,,"hig un radical, 8' clnpresser, POUl' 
assurer sa non1Ïuation, d'accepter les propositions des 
c3lholiqueR, et engager son honneur cie gentleman à 
les faire laloir ; Ie 1l1enlbre ainsi élu, après 3,'oir accepté 
ces conditions, dc,'ient nécessairemfnt un alni zélé de Ja 
ranse calholique, tandis qu"en d'anlfcs cirfonstances iI 
se ftit contenté ùe lie lui Ôtre point hostile. 
l/iInporlance 3cqnise par les catho1iqucs fut nile des pre- 
tnières questions dont se préoccnpèrenllcs hOlnlncs d'Etat 
qu
 les élection
 de ;1841 alaient appelés aux affaires. 



12t, 


An bruit des convcrsions nOl1ìlH'euscs (jui s' opCraH.'nf 
. ùan$ les rangs inféricl1l's tJe la société; en \'0) aut s'orga- 
niseI' partout des confréries pieuses d'homn1es et de 
fenlnles, Ie gouvernell1ent voulut connaître Ie véritahle 
objet de ces associations et s'assurer que cet accroissc.. 
ment considérahle des enfants de l'(
glise rornaine ne pré- 
sentait aueno daogcl
 pour l'avenir de la société LrÎlan- 
nique. Voe enqnêle secrète fut faitc par Irs ordres dn 
gouvernement, et te ministère apprit qne, partont , dans 
les n1anufactl1res et ùans les chaolps, les calholiques for. 
nlaient nne société d' élitc, se distingllant par son instruc- 
tion, sa 11lora1ité, son aUl01U' ùe l'ordt'c. D'après les 
rapports des Inannfacturicrs, les call101iqnes sontles ou- 
vriers les plus laborieux et l
s nlieux disciplinés; on lcs 
voit toujours à r éC3.'t ùes mencurs qui fonlentent les dis- 
sensions et cherchent Ie désordl'e. II n'en fallut pas da- 
vantage pour que Ie gouvernenlenl laissât les choses 
snivre leul' cours, sans chercher à entravrr en ancunc 
manièrc I'élan général qui se manifeste pour un 
LJltè 
cJuc les lois de I'État oul jadis condanull í . Ainsi cOln- 
rncncc à se faire sentir, au point (Ic VHe social, I'actioll 
régénératrice du ca\holicismc. 
L'aristocratic, cUe - même, témoignc de l'affaihliss{\- 
lì1cnt de ses préjugés contrc ROlue. Ainsi, des réclama- 
tions sc soul élc\'ées au sein du par]enlcnt pour dcrnan. 
ocr l'aLrogation dr ccrtaines lois qui déshonorcllt Ie rode 
3nglais, et qui n'apparticnnent plus ni aux 1110'U1'8 ni au 
sièc1e oil nons livons, entre autres, celie qui intcrdit 
tonIc comtuunication diVlol1)Jtiqnc entre Ronle ct l' An- 
glr,c"rrr. Les honlmrs (rttat anglais srntrnt flc'IHlis long- 



t27 


lrlups les inconvénicnls qu'cnlraÎnc pOllio leur .pays rah- 
sellce ..run 
llnbassadeur près du SJint-Siége. 
A l'avénemenl de la reine Victoria, it fallut Lien, en 
dépit des dispositions ùn statute bon/i, que l'Angleterre 
cntl>åt en relation avec la conI' de ROIl1C, IOI.>sque la cou. 
ronne de IIanò\Tc et celie de la Gl>andc-Brelagne se (ron- 
\'èrcnt séparées. 
L'aristocratie anglaise se plaint d'aillellrs hautenlcnt 
de n'avoir pas à TIon1e un l>eprésentant officiel, dans 
ceUe ville qufelle visite si sonvcnt, et oil , plus que par- 
tont aiHeurs, eUe aurait besoin de ses services. 
Lorù A van ley , mcnlbre de la chau}bre haute, a déjà cx.. 
primé combien l' état actuel ùes choses élait impo!iliqlle. 
Le b
>uit s'est répandu un instant qne sir Rohert Peel son.. 
geait sél'ieusen1ent à négocicl> un concoreJat avec Ie rapc 
ponr Ie gouvernelnent de I 'Église calholique en Angle- 
tcrre et en Irlande. L'on pent donc s'altendre que les 
relations officielles, depuis si longlenlps inlcrrompues 
cnlrc Londres cl la capila!e ùe la chnSlienlé, scront 1'1'0- 
chaillcnlent renouées. Espérons que ce rappl>ochclnent lie 
sera (lue Ie Pl>éludc d'ulle uuion plus désira1Jle cl p1us 
iluportantc. 




CHAPITRE V. 


SO)DL\I UE. 


De la part. faite aux calholiqu
s dans rjH
truetion puLlicIuc. - Lt's 
Universitt;s. - Les col1rgrs. - L'cnseignemcnt primaire et S(l- 
cOßllairc. - Libertê t.1u cJergé catbolique et des Onlrcs l'eligieux. 
- Tentative faile pour cl'éer un monopole au profit de I'ÉgliEe 
anglicane. - Résistances au sein du parlement. - Coalition de 
tous les intérêts rnenacés. - Exercice du droit de pélition. - Les 
ratholiques lléfenseurs de )a liberté d'cuspignement. 


l.a question {le l'instruction publique doit trouvel' place 
ùans notre cadre ; car, snr ce terrain, les catholiques 
aog1ais oot vu s'abaisser des barrières, et ils oot cOtlquis 
certains droits. En Angleterre, COOIßle partout, l' ensei- 
gnement public est cne affaire de trop haute importance t 
, . - , A , 
pour qu on n apprenne pas avec Intel'el son etat actuel, 
ce que lui promet l'avenir. NOllS allons passer en revue 
les trois degrés d' enseigoemelJt, en disant Ja part de li- 
9 



1
() 


1.f'I\L{
 I'ailè llatB Ch.1C'Ul tt'cnx, an clc)'gt
 cl aux cath()1Î- 
tpiCS. Lcs Iuis anglaiscs sur cello luaLièrc, comparécs 
à Ct"'Hcs de la FI'ancc, offrcnl un conll'Jsle qui est pen 11 
nolre avanlage. Sïl cst lJean de '"Oil', dalJs un pays (>.'0- 
tcslanl, un gou vcrncn1cut légalc.nent conslilué l' cnnCl1tÌ 
dll calholicislne, pousscr Ie rcspect de la liLerlé d'en- 
seignemcnl jusqu'h en laisser jouil' les sujels calho- 
liques, que) seutÎlncnt doit inspirer J'opiniâlre résislancc 
alcc la(Inclle Ie gou\'crnen1cnt rrançais refusc aux ca- 
tholiqucs I'cxcrcicc (rUn tJroit que leur garanlit la consli- 
tution ? 
Tandis que les lois ùe l' Angleterre poscnl encore dcs 
restrictions à la libcrté polililJuC des catholiques , cllnal- 
gré les préventions naturcllcs d'un gouvcrnen1enL hél'é.. 
ticluC, Ie principe de la lihcrté d f cnseigneu1cnt cst admis 
cL pratiqné sans enlra\'es. C'esl ce qui rcssorL de I'CIl- 
s{'nlhIe des faits (Iue nons 3vons recueillis. 
Les nni\'cl'sités ct les .colléges ..1' 
\nglcterrc sont lIes 
inslitutions lout à fail dislillcles. Nécessité ùonc ùe sc 
dépouiller tont d'ahord de I'idéc qur ré\'eille nalurcHe- 
Inent chez nons I'Université constill1ée lcne que nOliS 
1'3\'on8 en France. 
J...'origine dcs uni\"ersités anglaises esf de dalr fort rc- 
cu\ée. Elles furenl, dans Ie principe, insliluécs pour r en- 
seÎguelncnt de lUllS, sans tJislinclion de classes. f.,' ol'i- 
gine des coltéges est uien ùifférenlc. Ces établissements 
Ront dus h des fondaleurs qui les onl .1otés tic propriétés 
foncièl'es, donl la possession cl la tt'ansll1ission se font 
en ,'prlu ùe charles de corporalion donn
es à ces élaLlis- 
Sen1(
nls. àlais les fOll(iateurs les out institnés a\'4.'r une 



i :)1 


destination délcrnlÎnée, un ahandonnée au choix Je ce- 
lni (jnÎ était 3ppelé à Irs dil'iger. DàllS ccs collégeb, les 
étudiauls se préparaient 11 rcceyoir plus tal'd Ie haut en- 
seiancment clfS univcrsités. l\lais 011 vil ces derniers éta.. 

 
blisscITIents êlre pcn à peu ahanùonnés, et les colléges 
reccvoir prcsqne exc1usi\'enlent Ie soin d'instrllirc la jen.. 
neSSf. Sous Henri VIII, it fut déciJé que pour êlre 
adnlis ùans les univcrsiLés, il fallait a\'oir d'alJord été 
re
l1 òans run dcs colléges étahlis près d'plies. Or, les 
colléges élant des institutions pl'ivées, où ulle rertainr 
classe, un certain nomIne de personnes pou\'aient senles 
êtrc admiscs, les universités elles-Inêlnes , d'institutions 
publiques, devinrent ùes institutions priviIégiées. 
On vit plus tard, sous la reine ,Élisabeth , Ie grant! sé- 
néchal de I'llni\'ersité d' Ox-ford clécrétel' qn ïl fauJl'ait, 
pour être aùolis dans les colléges, jureI' les trente-neuf 
articles qui constituent les dognles du CllltC anglican. 
Le hirnfait òe l'insh'l1ction élait déjà rle,'enn Ie privilége 
des nohles et dcs l'iehes; il dc\'int alors celui d'unc 
secle, et eel élat de choses s'est conlinné iusqu'à nos 
JOUl's. 
Les universités ont consel'vé leurs professeurs titu- 
laircs, qui jOllissent d'énormes rC\'Cl1US; ll1ais ces nles- 
sieurs, laiss3nt aux colléges Ie soin de faire les cours, 
possèdent à pcu près des sinécures. Cc sont, aujourd'hui, 
les collégcs qui enseigncnt; les universilés cOllslatcnt 
seulenlent la science, en faisanl subir les exanlens et 
conférant les diITérenls graòes. Ces élablissements sont 
tout à fait indéi>cntlallls du gOll\'rrllcment, {iui n' cxerce 
pas même 
ur enx un droit de surveillance. 



t 
 .., 
.J.- 


1,.,'nuÌ\'crsit 
 de Londres, ftJllc.lée it ) a Veu d'anné(\
, 
p
l f!lahlie SUI' ùes hases plu
 lib
ral{\s. Ene diffèrc de 
l't
Hes d'Oxford et (Ie Cambridg-e, en cc ([u'el1e n'est pas 
fXc]usjven1cnt auglicane: (\Ue esl ot1\'erte :\ tout

 Jes 
rroyances. 
L 'université fondéc à Dublin, par Ittisaheth, quoiquc 
ha
ée sur ]es principes protestants des uni\'crsités d'ûx- 
. 
ford et de Calubridgc, est cependal1t moins intolé..ante que 
relles-ci, car c1lc admet )es étudiants ratholiques aussi bien 
(loe Ie's dissidents à yeni.. rece\'oir 1 'instruction cbe7 cUe. 
l\iais 011 s'imagine aiS(
nlcnt aycc que11e répugnance des 
parents catholicIues, en Il'lanùe surtout, so tlécident, h 
confier l'é<lncatiùll dc leurs enfanls 
\ des 11laHres angli- 
cans. Les catho1iqnes peuvent, non-seu)en1enl y receyoÍ1' 
J'instfl1Clion, nlais ils sont autorisés à hahitel' ]'lIniversité 
cl h y prendre ùes grades. foulefoÎs'l ils nc penvrnt rlr.. 
,(.nir ni fell()lI's, ni scholars (I ). 
.\ Calnhridge, l
s catholiques peuv,
nl habiter les co}.. 
1t.ges ct suilre les cours., Juais on ne leur donne pas de 
gra4lcs. ..\. O
lord., l'inlolérance est ahsolue : les ('atho- 
1iques nc pen ,"eot, lli y êlre in
truits, ni y hahitcr. 
Voin, les troip, syslèmes aujourd'hlli en vigueur dans 
lr
 nniver
ités anglaises. 11 serait difHcite de donneI' Hue 
t'\ plication satisfaigantc t
t rai
onnahle de Cf-S diff
J'pnces. 


l \) Un 31.P Plle t
llolV8 les propriétaires des revenu
 dr,s cúlJeg::.'S 
0\1 f]e ccrtaÌrh"s dutations dont ils jouissent. Le mode rt Ips condi- 
tÌtì!)S d'élection sont réglés par les fonc1ateurs. Les schela" sunt d('
 
jf>un(ls ßens auxqueIs If's colléges font certains 3vantages qui leur 
pprmellf'Bt de parcourir tom; )es degrès univcrsit3ires 1or
qu(' 13 
)nédin
Tih
 tIp lent' fortune Jes en tienrlrait éJojflO/oc. 



J -- 
.)
) 


On nc f'Ol1Jprentl pas llue la pl'ésencc tIes calhuli'-Iues 
I'olnains puisse étt'e dangel'cuse à Oxford, tandis qn'cHe 
nc rest pas à Cambridge; et con1nlcnl on leuI' ÙOIHIC 
l)lu8 de liberté à Dublin t{l1'Cll Angletcrrc, lorstJuc, lU 
leur nOJubre cl IClII' inflnence en Ir]anùc, on de\'raít sc 
Juéfiel' d' cn
 bien da\'anlagc qu'à Calnbritlgc on Ox ford. 

Jais en dchollS ùes universités, confisquécs par l'an- 
glicallislllc, los catholiques jouissenl d'une eHlièrc !i- 
Lel'lé. 
Pelldanllongleulps, il cst vl'ai, pentlant deux sièdcs 
ct ùerni , ils ne purent avoir, ui écoles , Hi colléges sur Ie 
sol brilanniqne; ct la loi puniSBait comn1e traÌlre It ]a pa- 
trie tout calholique cOll\'aincu d'avoir enseigné à un on 
plusieurs enfants de sa cornmunion les prclniers élémellls 
tics belles-leltres, ou 111ên1e l'alphabet. Dc
 colléges fu
 
rent établis et fondés sur Ie continent; Inais ceux (!ui 
aHaient t\ l'étranger dCl1131Hler l'éducation l'eligiense qui 
leur était refuséc dans leur pays, la loi le
 punissait en 
les frappanl {rune interdiction ]égale, à pen près COl1lIUC 
sont punis les élèves de petits séminaires de France, quc 
l'Université J'efu
e d'adlneUl'e aux exaluens du baccalau- 
réat. C' était de la tyrannie, sans doutc , mais, du lTIoin:;, 
avail-eUe Ie ß)érite d'être franche, a,ouée, et de ne 
point chercher à faire illusion en se each ant sous Ie luan.. 
teau de la liberlé. Les tenlps changèrent; et quantI Ie 
gouvernen1ent se tlécida à révoquer les lois opprc
::;ive8 
(Iui pesaient sur les calho1il{ues, c' est nue justice tic dil'e 
que, s'il a\'ait été cruel et extrême dans 1(\ t
 l'annic, it 
fUljuslC el génércl1
 dans Ia libelté. En t1isant. au'i catho- 
liqnes qu'i1
 é
taient lihre
 r]' on\'fÌr ..I
s é'
oh'
 e( dc fon.. 



13-t 


dcl' des collégcs, on ne sOJlgca point h fixer Ie nOlnbl'c 
des élè\'cs, ui à détermincr Ie p1an des éludcs, ni à i(Il- 
poser (Ies reglemcnts de discipline; on He leur donna 
point une libcl'té lnentcuse, rCSfCl'rant dOune main lcs 
chaines (lue de I'autrc 011 fciguait tlc Lrisclt, luais 011 
accorda une liberlé Yl'aie, entière ct sans enlravcs, du 
Juoins quant à ('instructioll. 
Et ponrtant il senlhlerait tout naturel tllle Ie gouvernc- 
Dlent, en faisant ces concessions, rÍ1t pris ùes précaulions 
et exigé des garanties; i1 était naturrl que Ie gouvernc- 
Incnt nourrît des défiances contrc les principes et l' es- 
prit que les évêques et les 8upérieurs inspil'craient à leurs 
élèves. Ces évêques, en eITet, ue sont-i1s pas .nommés et 
choisis par Ie pape , sans la moindre intervention de 
l'État? N'est-ce pas du pape sen} tluïb reçoivent leur 
I)Ouvoir et Jeur autorité? Ne lui prêtent-ils pas serment, 
avant leur consécration, sans prentlre envers rÉtat au- 
CUll engagelnent parliculier? N' est-ce pas vis..à-,ris ùu 
pape, et du pape seu1, qu'Ï1s sont responsables de l'exer.. 
cice ùe Jeur autorité? Ne sOllt-i1s pas les apôtres d'une 
religion l'ivale de Ja religion de l'Ét3.t? 
Malgré toutcs ccs raisons et bien d'antl'es, n1algré les 
préjugés et les hail1es si profondément enracinés encore 
à ceUe époque, dans presque tOllS les esprits et tous les 
cæurs, Ie gouvernement eut la sagesse de montrer de la 
confiance dans les c3lholiques, et les dernières années 
(Jisent assez si cette confiance a élé trompée. Que} a été, 
cl quel est Ie résu1tat fie ceUe conduite généreuse? Les 
col1éges catholiques n'ont pas seu1ement formé des prê- 
Ires, mais ils ont produit ct produiscnt encore unc foule 



J ;j
) 


ù 'hOllllUeS disLingués, qui, dans tou{es les carrièrcs et 
tons les emplois }Jublics, rendcnt 
1 rÉtal des services 
dont nue politiquc moills génércu
e aurait pri\'é Ja pa- 
trie. 
ta Grande-Bl'elagnc cornptc ncuf tolléges exc]usive- 
ulcnl catholiques; quelques-uns, conlIne les petits sétni.. 
naires de l
rance, entièrenlent soun1is aux évêques des 
districts où ils se tJ'ouvenl, sonl gou,'crnés par des prê- 
{res séculiers; les autres 3ppartiennent à des congréga- 
lions re1igieuses, et sont dirigés par des bénédictins, des 
dominicains et des jésuites. 
Iais quel que soit Ie régime 
de ces coHéges, qu'ils soieut la propriété des vícaires 
apostoliques on Ie domaine de quelque congrégation re.. 
]igieuse, I'État ni I'Université n'exercent aucune autorité 
dans l'intérieur de ces maisons, L'État ne demandc 
(IU'Une chose, I' ohéissance aux lois; et l'Université, pour 
conférer aux élèves les grades scientifiques ou liltéraires, 
n'exige rien des aspirants) sinon qu'ils satisfassent aux 
conditions (.1'un c\amcn tlout Ie progl'anll11e est publié 
une année !t l'avaHce. Tout cst laissé à fa sages
e ct à It\ 
l'e1igion des évêques on des supél'icurs ; point de vi
itcs, 
ni dïnspection, ni d' cxanlen ùes éludes. Les calb.oli4. ucs 
anglais n 'onl pas à craindre que)' on refine leurs établis- 
scnlents pour quelquc vice dans Ie plan ou la construe.. 
lion des édifices, on parce que quelqu'un des maîtres 
n' est pas pourvu tJ'uu brevet de capacité ou ù'un grade 
Jiuérairc. Les agents du fisc ne cOInptent pas leurs élèves 
et ne font pas payer tant par tèle au profit dOnne institu- 
lion I'ivale. 
(
ualld HUitt) l1isUl1::i IplC 1'lJni, t'rtité cuufère dcs b"
\Ùe& 



J3ü 


au 
 élè\'es , HOllS parlous de l'uuÎ\'cl'sité de LÛl1dl'es, à 
laquelle les colléges catholiques ont élé incorporés. 
C'est tlepuis t8
O que ees établisscments jouissent de 
eet avantage. Le collége de Sainte-
Iaric (OSCOll) a élé 
Ie pren1ier à ob!eni-' une rh
H'te ,Ic eorpol'ation. 
L'aulori
alion accorflé (1 I collégc d'Oseott hrisa Ie 
jOl1g qui pesait sur les cJthuli,)lIes, en les obtigeant, 
lJour pou \ oir obtenir d
s gra(les uni versilaires, à se sou- 
Inettre à un enseignement protestant. lis peuvent aujoul''' 
d'hui , non-seulelnent recevoir "instruction hors de I'U- 
niversilé, nlais des prètres catlJoliques sont autorisés à 
)a leur donner. Cette prernière Inesure prépare leb esprits 
à voir plus larù les étnùiants calholiqlles adIllis dans les 
uniycrsilés exclusiyement anglicanes d'Oxford et de 
Calubriuge. L'aulorisation donnée au co\1ége ùe Sainte- 

lal'Ïe offre assez d'inlérè(. pour qu' 011 lise )a reproùuction 
lextuelle de ceUe charle avec plaisir. La voici : 
· Victoria, par la gt'åce de Dieu , reinc de )a {;randë. 
Bretagne et ù'lr1ande, défenseur de )a foi, elc., à nos 
tidè)es et hien-aimés président, vice-président, et pro. 
fesseurs du collége de Sainte..
larie, à Oseott, dans Ie 
comté de 'Var"ich, saIut. 
e \T U que nous avons, par nos lettres patenles, SOllS 
Ie grand seeau de notre royaume uni de la Grande-Bre- 
tagne et d'lrlande, datées de 'VeStl11inster, les cinquièmc 
et vingt-sixième jours de décembre, première année de 
llotre règue, accordé et déclaré les personnes qui y sont 
ùenommées, fOrtuer, sons Ie non1 d'univtrsité de tondres, 
une corporation potilique; "U que nons y aVOllS ol'donné 
et 'lou1u, enlre autre
 cht.
es 1 qne tontc pfr;')l)Ul1e fit! 



107 


aJlllÎsc COllill1C èandidal aUx grades de bachelier ès-lel- 
tre
 , licencié, bachelier en droit, docteur en droit, etc., 
couférés par ladite universilé, sur la préscntation faite au 
chancclier, vice-chancelier et leurs coHègucs, d'un certi- 
ficat, aUestant ({u'on a ache\'é Ie cours d'éludes cxigées, 
d
1ivré par Ie collégc appelé Univcl'siLy college ou ce- 
lui appelé King's college, ou par tonte autre institution 
formant ou non Hue corporation, mainlenant on plus 
tard élablie dans un but ù'éducalion, soit dans la luétro. 
pole uu ailleurs dans notre dil royaume nni, se]on que 
DOUS, nos héritiers et successeurs, sous leur seing privé, 
autoriscront ce
 institutions à ùélivrer de tels certificats. 
c 
Iaintenant, sachez que nons, ayant une enlière 
confiance en votre babilcté, science et discrétion, vous 
3ntorisons par )a présente à délivrer aux personnes qui 
pen vent ùésirer de deveuir calldidats aux grades ùe ba- 
chelier, etc., accorùés par ladite nnivcrsité de Londres, 
les cerlificats attestant que les candidats ont ac.hevé Ie 
cours d'instruction que Ie chanceliel', vice-chancetier et 
leurs collègues de ladite université de Londl'es, aurollt 
détern1iné par règlernent sur ce sujet. J 
Cetle nlesure prouve indubitablenlent un immense 
progrès; elle n' cst cependant qu'nne prell1ière conquête 
des 31néliorations qui doivent nécessail'elnent acconlpa- 
goer Ie triomphe des idées lihérales sur les préjngés reU- 
gieux des sièc1es derniers. 
Le collége catholique de Saint..Cuthbel't, Durban), 
l'eçut ensuite une charte semblable à celie accordée au 
coHége de Sainle-'Iarie. Ses élève8 sont adluis à rr
lldrc 
leurs gt'adcs à ruui, el'
ité de Londre
. 



1
8 


Ainsi qu'on viellt dc Ie "oil', la reine protestante d'Ull 
pays protestan t , ùit à des prêtres ca tholiqucs : ( V olre 
science, votrc habilcté, ,'otre ùiscrétioll, n1 'inspireul 
Loute con fiance. Y OtiS pou\"cz instl'uirc la jeuncsse; J 
tandis qu' en France, Ie gOl1\'crnclncut calholiquc d'Ull 
pays catholiqllc refuse au prêlre Ie ilroit ù'cllseigner ! 
Depuis 1840, de numbreuses tentatiyes out été failes 
pour ohtellir r extension de ccs principes de liherlé. 
L'Il'lande s' est remllée pour obtenir que des profcsseul's 
catholiques ct dissidents soíent avpe!és à parlagcr avec 
teg anglicans Ie soin d'inslruire la jeunessc à l'universilé 
de Dublin, Des pétitions out été signées dans ce but, ct 
Ie lord licutenant a rcçn plusicurs adresses, dans les- 
quclles on Ie prie d'user lie son inJIucnce dans un sens 
favorable au). catholiques. 
L' Augleterrc retarùera autant que possible Ie InOluellt 
d' accon]er ce pri\ ilégc, dans la crainte clue Ie contrc- 
coup nc porle sur ses uni,'cl'sités; Inais cl!e ne poul'l'a pas 
toujoUl'S refuser ceUe justice aux calholiques tJ'lrlande. 
La Crai!1lc lui arl'achcra, conuuc pal' Ie passé, ce qu'eHe 
ne "eut pas accordel' de hon gré, et les catho1iques d' Au- 
glctcrre sauront (Jl'ofiler ùe eel encouragelncllt. 
Entre aulres fails in1porlanls ;) enregislrer, pour Ulon- 
lrer r atfaihlisselllcn t tIes passions anti-catholiques, DOUS 
ùevons placer la proposition faite à la chalnbre des com.. 
munes, par t\1. Christie, dans la session de 1843, tendant 
à obtcnil' l'adnlission des jel1ues gens catholiques dan
 
les univcrsités d'Üxford et <.Ie Calnhl'idge. Cel honorahle 
incn1hre, c)l1oiq ue protestant, a tlétl'i, COlnn1C un état tic 
chose::> odiclIX, rè
cltision (lui frappc Ics It\lholiclucs) cux 



l:JÛ 


(jui out si puiSSarrnl1cnt conlriLué à la fondation cl à la 
dotalion de ccs deux universités. Le serment du test, 
(lui pent seul oU'Til' les portes des collégcs d'Oxford. 7 
a élé signalé avec raison comme contrairc aux prin- 
ciV cs qui ont tl'iomphé en 1
29 avec Ie hin ù' émanci.. 
pation. 
II est assez cUl'ieu
 que les tils du pren)ier pair d' An- 
gleterre ne pubsent pas recevoir l'éducation universi- 
taire d'Üxford ou Cambridge, parce qu'ils sont catholi- 
flues; illeur faut aller chercher à r élrangel' les grades 
(Iue leur refuscnt les lois de leur pays, en attendant 
qu'its prennent place dans Ie parlement. Comprend-on 
qu'i! soit pet'mis aux cathoJiques de siéger dans les 
chambres, de faire des lois conjointement avec leurs 
co1lègues protestants, rnais qu'ils ne puissent étudier ni 
les 
ciences, Hi les belles-lettres dans les universités! 
C' est là une anonla\ie qui ne saurait subsister longlelllps 
encore, ct nous savons de bonne source que les IDem- 
bres de I'universilé d'Oxforù, qui ne sont pas dominés 
par des préjugés d'une autre époque, loin t1'ètre hostiles 
à cette inovation, seraient disposés à l'accueillir avec 
ù'autant plus d' empressement, qll'ils y trouvcraient 
l'occasion de témoigner leur bon vouloir et les sentinlents 
fraternels qui les anilnent pour les lllembres de rÉglise 
calholique. Doe majorité de 70 voix a rejeré fa proposi- 
tion de 
1. Christie. l\Iais 1 O
 voix ont protesté conlre la 
loi actuel1c, et nons garantissent Ie succès de la prochaine 
tentative qui sera faite au scin dn parlement. Lord John 
}{ussel1, qui a appuyé par des considérations élevées la 
D1otion de 
1. Christie, a rcconnu que c' élait Ul1C justice 



i-to 


QUè allx tathoJiques ct au\ dissidcuts. Un Ie \'uil, lèS ca- 
thoJiques ne t3l'det'ont pas à recon(luérir la pusition que 
la réfornle leur avait fait pen]l'e; ils 3yancenl à Illesurc 
que I'Église de Jé
l1s-Chrisl \'oit rcntrer dans l' unité un 
peuple que les prières du mOH(h
 y cunviclll depnis si 
longtelups. 
Eu attendant I'heul'c ùe rCl1yerscr les enlravcs (Jui 
gênent encore leur liherté relali\'emenl à l'illstruction 
ulli\'ersitaire , les catholilJucs anglais jouissellt de tonic 
libeJ'té dans l' euseignenlcnt secondaire (celui des col. 
léges) ct I'cl1scignement I)fÏIuaire. Vne tentative a été 
faite en J 84.3, pOUf leur ravir ce ùernier avantage: 
ils y ont résisté avec ::;uccès; voici dans queUes circon- 
btances. 
On sait que depuis vingl-cinq ans les divers lJ1inistère'j 
qui sc 80nt snccédé en AngleLerre oul été préoccupés 
tJe la penséc d'établil" un syslèule national d'éducalioll 
pour les cnfants pauvres, et que depuis la tenLatÏ\'e faitc 
l)ar lord Brougham en 1820, tous les projets ùe loi pré- 
sel1tés ùans ce but aux chambres se soot successivement 
brisés contra les telnpêtes qu'ils avaient soulevécs, ell 
djsloquant les Ininistères et les parlÏs. Sir Jaules Graham 
avait ùéjà fait une tentative malheureuse : Ie 27 février 
1843, il présenla à la chambre des conln1unes un BOU- 
veau bill, qui c01l1plait i lä clauses, et qui pent être 
regardé comnle une Inodification de son pren1ier projet. 
II nJe
iste pas en Angletel're, comlne en France, de 
D1inistère de l'instruction publique , el rEtat n'a aucune 
espèce de cüutl'ôle 
ur r enseignculent. Les unh'el'hité
, 
les coJ1éges, les institutions pri\"ées jouissf'nt f1'l1oe li- 



,I .i I 


hël'lé qui s'eXCl'Cê san
 cntra\e
. Lé'\ v3t'ois8CS boul cen- 
sérs s' occuper dr 1 'instruction des pall\TeS (i1 en étail 
ainsi dans les ternps catholiques); de leur côté, les sectes 
dissidentes ont fondé des écoles à mCSl1re qne Ie non1bre 
de leurs adeptes grossissait, qu'il devenait nécessaire de 
travailler à ('instruction des classes ouvrières. Des so- 
ciétés se sont aussi organisées dans Ie but spécial de 
pourvoir à I' édncation òes masses dans la mesnre des 
moyrns mis 
l leur disposition par 13 charité publiquc, et 
il cxiste aujourd'hui deux grandes associations qui Be 
partagent. en quelquc sorlc Ie soin d'étah1Íl
 et d' entre- 
Lenir des écoles gratuites : ce sont la Société des Êcoles 
luztionales et la sociélé des .Écoles anglaisc et ét1
an- 
gèl'e. La preJnière est placée SOllS Ie patronage de l'église 
anglicane; la seconde vient exc1usivement en aide aux dis- 
sidents. Ces établisseulents sont défrayés à l'aiJe de cot.i- 

ations annuelies payées par les patrol1
, fondatenrs et 
ll){\Olhrcs de ces sociélés; la somnlC ÒC ces cotisations Sf' 

l
ossit des sonscriptions et quêtes produites par des n1ee. 
tiogs el des senllons de charité. L'État contribue pour la 
sonlnle de 7t>O,OOO fr. par an aux dépenscs de ces deux 
associations; ceUe faihle indelnnité fornlc tout Ie burlget 
de J'Anglelerre pour l'instrurt.ion pnbliqur. Ob
ervons en 
passanl {lue, Jorsque nons disons les secles dissidentes, 
nons ne parlons pas des calhoJiques: 
jnsi ]a société de 
British llnd l'oreign-ðchool, qui distribue entre Jes 
écoles dissitlentes la sonlll1e qui lui est allollée par Ie gou.. 
,'erncment, n'a jalnais adlnis les maisons catho1iques 
d' édncation à scs largesses. ]I ,-a san
 dire que la 50- 
ciété des écoles l1Cllionnles se montre aussi généff'ns
 



li2 


{Iue sa scent', en sorlc que les cathulicIues, oh)jgés d'ac- 
quiuer l'impõt cl lcs ta'\cs COlume les aulrcs snjcts, gont 
auandonnés à leurs propres ressources s'ils ,'eutenl dou- 
Der une éducation convenable aux cnfanls pauvres de 
Jeul' communion. Un gou\'ernenlenl qui pousse Ie bcru- 
pule et Ie respect ponr la constitution jusqu'à cxclure, 
dans certaines circonslances, les catholi(jucs du droit 
.. 
COlumun, dcvrail bien avoir la logique de les nleUre 
hors de la loi , quanti il s'agit des charges que I'É13l int- 
I)OSC aux ciloyens. Si ,"ous soutencz lie pouvoir pI'otégcr 
ce que \'ous croyez être l' crreur, COl1llncut pOll vez- ,'ous 
logiqnenlent forcei"' les catholiques à entretcnir avcc leUl' 
argent, ,otre J
glisc clui, <lans leur COu\'iclion, est héré- 
ti(lue? 
Pour revenir an hill en qnc5tion , nous dirons qu'il se 
proposait Ie double objet de réglcr Ie travail des cnfanls 
crnployés dans les lnanufactures ct tIe poul'\'oi.' à IcuI' 
étlucatiol1. 
La prcmière partie <Ill hiB a élé dégagée de la sccol1(lC' 
pour fonner une lùi spéciale. Les partis poliliqucs el re- 
ligieux s'enlendircnt facilement sur la manière de fixer 
Ic travail <les cnfanls. 
Iais en revanche les clauses (Jui 
réglaicnt l'étahlissclnent òes écolcs el posaicnl les prin- 
cipes sur lesquels lïnstruction devait êlrc donnée, out 
soulcvé des réclalnations éncrgi(Jues, clles réserves faites 
par plusieurs melnhres des COn]nlUneS, à la seconde lec- 
hIre du bill, anllonçaient des déhats ol'agenx. 
tes écoles nationalrs dont sir James Graham propOgail 
I'élahlissclncnt devaieut être ou\'erles à t)cu
 classes d'eu- 
fanis: les inl1igents (parnlå Icsqnels ou compte le
 enfants 



1i3 


iHégitilnes, l
s orphclius, les cnfallts auanJonnés), et le
 
cllfants qne les pal.'ents y en\'erraienllilÞrcnacnl. Les pa- 
roisscs, ù.après Ie Lill, se di\'iseraienl en Ji::;trÏcts, et une 
école serait établie dans cbaque district de quinze nlil1es 
de dialnèlre; les districts seraicllt seulen1ent de dix Inillc5 
pOùr Londres et les environs. Des contriuulionS" volon- 
taires paieraicnt un tiers des frais de ccs n1aisons; pour 
les deux tiers restant, on lè\-erail un nouvel in1pôl d'après 
Ie systènle ùe la taxe des pauvres (p001' rates); l'inlpôt 
frapperait indifférclnulcnl tous les habitants ùe la pa- 
ro
sse, bien qu'i1s soicnt 1l1éthoùistes, calholiques, et 
t.]u.ils aient à fournir aux bcsuins des pau\'res leurs co- 
re1igionnaires, à entrctcnir leur c1ergé, Ietus églises ou 
chapcllcs, etc. II sen1hle que tous les citoyens auraient 
dû pal'liciper, dans nne égale proportion, aux avantages 
orrerts aux families indigentes pal' Ie projet de loi n1inis- 
tériel; Inais il n\
n était ricll. Sir Jan1cs Grahaln enlcntl 
les (]roits et la libcrté des citoycns à la façon ùe 
1. Ie 
granù-maÎtre de I'Université de France; Ie lTIonopole qur 
cclui-ci n1aintient enlre les mains de l'Université, Ie n1i- 
nistère anglais \'oulait l'établir au profit de I'Église angli- 
cane. Sir Jan1es Graham réservait ses faveurs aux cnfants 
(Jui vienùraient sÏnstruil'e de la religion de l'Ittat, de 
nlême que notre 111inistre dc I'instruction put,lique intcl'dil 
l'entrée ùes carrières libérales aux jeunes gens (lui u.ont 
pas élé initiés à la rcligion uni\'crsitairc. Les écoles de 
sir James Graham flè\'aient êtrc surveillées par un conlité 
COHlposé de sept pcrsonnes, dont un nliuislre auglican, 
den
 fahriciens et qnatre autrcs gentlemen nomln(
s pl!r 
Ie luagish'at du district; cc fin i rqui van l à dire tlue les 



J 1.1 


lnenll.)l'es lin conÜ(p appaJ'liendraif'nt lons à 1'


lise na. 
tionalc. 
Ce con1ité étail chargé du soin de choisir Ie maÎlre d'é.. 
cole, qui de,ait êlre anglican. Un chapclain était donor 
I 
la maison par l' évêquc anglican dll diocèse, pour diriger 
l'instruction religieuse des enfants. Tont maître d'école 
était tenu d'cnseigner I'Écriture sainte sur la version flxée 
par la 10i et en usage dans les égIises anglicancs. Les en- 
rants nc pouvairot être reçus comme ouvriers, dans les 
Jnannfacturcs, que sur la préscntation dfuu ccrlificat d'a
.. 
sidnité dûmcnt délivré par Ie nlaÎlre d'écolc, cl quoique 
le magister ftit autorisé à donneI' ces cerlificats anx en- 
fants catho1iqnes, Ie projct de Joi s'opposait 
l ce que ùes 
cnfants protestants fussent rcçl1S dans une luanufacturr, 

ur la foi d'un certitìcat déli\'ré par un instilutenr catho- 
lique. C'est..à-dire que, 8'j) p1aisait à qucIque ftme chré- 
tienne de se ,rouer à l'instruction des panvres, illui serait 
perlnis d'établir, h ses risques et périls, sans rccevoir ni 
encouragement ni seeours de la paroisse, unc école où 
1es protestants ne ponrraient envoJer leurs enrants. Tous 
les livrcs en usage dans ces étab1isscments dcvaient êll'e 
ang1icans et approuvés par l'antoritr. De sorle qu'un en- 
fant catholique aurait été obJigé d'apprenflre un abrég(
 
d'histoire où )' on aÙlnil'c les sages Incsures prises par 
IIenri VIII et Elisabeth contre ccs idolâlres appclés pa- 
pistes, qui ont Inassacré des nlilJiers de protestants et 
brûlé tant d'héroÏques défenseurs (le la vérité ! 
te projet de loi de sir James Graham détruisait Ie pri- 
,'i1ége des deux sociétés dont nous avons parlé. Celie 
p1acée 8011S Ie;' patronage de I'Église se laissait facilement 



1 r; 


ch
pouiHl\r, pnisqn't'1!c clcyail frcncillir I ht
ril
gr <It" sa 
rivale à nlesure que l'cnscignenlcnt deviendraiL cntre les 
111aÌns de J 'Église un Inonopole sacré; mais les scctes dis- 
sidentcs ne consentirent qne leur corps défendant à voir 
1 'Église, conlre ]aquelle elles nonrrissent uue hainc tradi.. 
tiollnelle, devenir la grande institutrice d'une nation 
dont la 1110itié seu)cment de la population reste altachée 
au cu1te officieL EUes organisèrent uoe forrnidable ligue 
de résistance; et lord John Russell parut accepter Ie 
comn1andement en chef de l'opposition dans la Julle 
qui s'engagca à ]a chan1bre ùes commUDCS. Lord .John 
TInsseH n'avait pas ouhlié l'acharnement avec leque1 sir 
James Grahan1 etles hon101cs qui sont au pou\'oir atta- 
(luèrent, en 1838, Ie projet de loi qu'il avait présenté sur 
ceHe question. Les tories c0l11batlaient alors au nom de 
I'Eglise nationale un bill qu'ils accusaient de pallthéislne. 
I..es rôles étaient chaugés; nlais les parlis sunt rcstés 
altachés à leurs principcs; ;;eu)elnent, les ,,-higs et Ics 
c]issidents'l an lien d'être SUi' la défeusi\'e, portaient I'at- 
ta'lue dans Ie C
Ul1p cles tories. Lonl John Bussell proposa 
au hill de Sil" James Crahan1 un anlcndemcnt qui était 
presque un contre-projet de loi. Nous croyons ùcvoir 
Ie rrpro
uil'e, parce qu'il fail non-seulen1ent connaîtrc 
les points sur lesquels a porté la discussion, mais encore 
l'esprit qui avait inspiré Ie bill de John Russell alors qn'il 
était à la têfe des affaires. 
,r oici cet amellùcment : 
'1 0 Tontes les fois qu' un hill conccrnan l I' édncal ion 
auforiscra unc conuuissiûn h pcrcc\'oir des (axes pour 
l' é(ahliss
lnent d' écoles, Ie hiB (lcvra adlllCltre dans la 
lu 



110 


ronHnission I1n cerlain nOlnhrc de pCl'sonnes SOUHliscs rl 
.Ies taxes pOUI' eel ohjCI; 

' Le présidcnt ùc la eonHuis
ion sera nOl1Hué par le
 
llH'mhrcs qui la con1poseroul ; 
:)' Lcs saillics ECI'itnl'cs, dans la \'crsion anloris(
(\, 
St'rHul ell
êigHét'::; dans tontt'=-, It\
 t:('o1t'S que' b conllHi
- 
sinn rt'oira .Ic\'oir Ölahlil'; 
-1" On dc\'ra JH'
\'oil' Ie cas oìl tlûs parents calholitjtH'S 
rOlnains s' opposcraicH l à ce t]nc leurs cnfanls fusscll L 
insLruils dans IC5 saiulcs Ecrilurcs par ]es InaÎlrcs de ccs 
écoles; 

o Les li\'res <I'instruction rc\igieuse Clllployés dans 
ces éeolcs dCYI'onl êll'c rcvêtns de la sanction des ar('hc- 
"l'ques tIe Cantorhél'Y c( d'Y 01'1\ 1 avec ](' concours tin 
rOluilé tIn cOllseil privé pour l'éducaLlon; 
H Ponr l'\"ilcr les iucol1vénicnls qui poul'raient résnl- 
1 fir de 1 'ignorance des instÎluleurs en u13lièrc religicusc , 
les livrcs de rc1if!ion, anlres lontefois que la sainte Bihle, 
so.'ont exp1iqués par Ie pasteur de ]a paroisse, ou par une 
personne désignée pal' lui, aux enfanls dont lcs parents 
apparlienncnt 3 I'Eg1ise élaLlic, ou tj ui désircraicnt fluC 
leurs cnfants reçusscnt une instruction òe ce genre; 
7 0 Les en fants qui recevront r cnseignerncnt clans rcs 
écoles scront libres dc se rendre à une école des dilllan- 
rhcs, ou clans lotH lieu destiné au culle, avec rapproha.. 
lion de leurs parcnts; 
8 11 Toute écolc sc rallachallt à la société òes écoles 
nation ales, à la sociélé des écoles britanniquc ct étran- 
gère, toutc écolc ùe ùissillenls prolcsl1nls, toutc écolc 
catholit!l1C ({ui, après inspeclion, aura élé recOJlntlc 



147 


hien dirigée, oLliendl'3. du conscil priré ]'autorisation dt} 
délirrer des cel'tifìcals d'assiduité aux cnfants pour qu'ils 
pnissent obtenir du trav3il dans les nlanufactures; 
go La chambre pense que Ie con1Ïté du conseil privé 
pOUl
 l"éducalion devrait obtcnir une allocatioa de fonùs 
snffi8-ante pour entrclcnir un certain nonlurc <.1' écolcs 
nonnales en Ang1ctcl'rc ; 
'J 0) Ce con1ÏLé de\'rail aussi lwuvoir alloner des gratifi- 
cations à des iOSlitutcurs bien Inérilanls, et donncr des 
seconrs aux écolcs étahlies par sonscriptions volonlaircs, 
à l' effct de con1p!élcr leurs 1110yens d'instruction. 
Cel aIllcndenlcnt est évillernmcnt conçu ùans un esprit 
heaucoup plus libéral que Ie bill n1inistériel. Les sectes 
ùissidentes furent plus salisfaitcs de la liberlé que lord 
John nusscH Icur prouleUait; mais les calholiques ne 
trol1rèrent pas ùans ce contrc-projel des garanlies suJ1i- 
santes pour pOll\'oir cn conscience lui donner leur con- 
conI's. lll'épondait cn eITet d f l1ne Inanii.'re lrès-peu satis- 
faÎsanle aux reprochcs qu'ils adressaienl au projel de lui 
du 11l1nistrc òe l'inlérieul
. 
Le nlÏnislère anglais ne sc dissilnula pas les dangers de 
la tnUe qu'il engagcail ; luais illni élail ilnpossihle de res- 
ter les bras croisés en présence des ùésorùrcs qlIi 3.yaicnt 
tt'ouhlé naguère les dislric
s 111anufacluriers, ct ùes solli- 
cilalions prcssanlcs de lord Ashley cn faveur ùcs popu- 
lations ouvrièl'cs donl if a révélé ('ignorance clla prûfond(\ 
dénlor31isalion. II resl3it 
clllcn}ent à saruir si Ie oloycn 
pl
oposé par Ie olinislrè de I'intéritur, pour faire geru}cr 
des idées ù' orJrc et de n1ora
iL0 ùans l'espriL ùe ces classes 
abrnties, étail (1e nalarc h nHcinrlrc ce ft.-\suItnl; c'est ce 



1iN 


qui UolI
 J)
tr3il tort prol)lématìquc. L'Anglt\terre a fail. 
d'assel l10luhrcuscs expél'icHCl
S en lualièl'e ùe tharilé 
oflicieHe, de IJhilanthropie de par 1a loi et l'Église na- 
tionale; cne dcvrait connaître l'impuissance radicale de 

cs institutions, et s'épargner de llcuyclles leçoIls. C'est 
en \'ain flue l'Anglelcrre a opposr ses 1vor/fholiSCS au
 
Hots cnval1issants du paupél'isme, cl nons craignons 
hien quP ses écofcs naliDJllllcs ne réussissent pas da- 
"anlage à t1issipcl' 1'ignorancc cl à 3rrêlcr les ravages 
,1e la con'nption qui gangrène ]cs classes ouvrières. Le 
printipe sur Jequel repose la prelnièrc institution ser- 
\'irail aussi de base à la secondc : cc sCl'ait la donîi.. 
nation de ranglicanisnlc au 1l1épris des droits de lons 
les citoycns profcssant un autre cuIte quc celui de I'f:tat, 
principr rncore écrit dans )a constitution hritallnique , 
..nai
 ÙOHI Ic tClnps a fail justice el qur Irs l
\'(
)H'nlents 
h
.1 ,rnt (\1) h,'èchc tons les jonrs. 
J .f'S clisposilions dn hill cfur nons 3\'ons l'é
nn}é ùisrll( 
c1,
j3 (juo Ips calhü1iql1rs 114" ponyairul prt.tcr leu1' con.. 
cours !\ eeHc Ulcsure tlespolique, nlalgré )cs concession
 
(Jue prélCJHlait leur fail'c sir J:Hnes CI'ahanl. te n)jl1istJ'c 
cl'oyait caJnleI' toules lcs suscepliLilès, en accordant 
anx cnfanls catholiques aòn1is dans ces établissen1euts 
la facuhé de I1C pas assislcr aux offices anglicans, au:\ 
jnstructions religieuses l10nnécs par Ie ß)aÎll'c d'écoJ
, 
d
HlS Ie cas où leurs parents s'y ol'poseraient. Le projet 
tIc loi He t3i

il pas COnlmen\ If'S él(
\"(
s catholiqnès, nlé. 
thodislCS, h:1ptì
tcs, presh) téricns, ponrraieul êlrc \'isi.. 
1és el insln,its pal' un ministre òc leur cullc; Blais loules 
c(\nrrgs.ion
 
\ re f\nj(
t flclpnairnt il111
ojr('s clcnult )cs en- 



líO 


tra\'cs llu'cHcs l'encolltl'aie
t tlans la pralique, elllOUS HC 
\"0)'0118 pas qu'un IUOluent de répit accorJé à ces cnfanls 
l)fa( les 111eHre h l'abri des dangers qui auraicut luenacé 
sallS cc
se leur foi tlans l' altnosphère P(\st itcH licllc lilt its 
aUl'Jient été condamnés à vÎ\Te. 
Lcs catholiques anglais ont parfaitcmcnt C0111Pl'jb tlue 
Ie pl'ojet de loi tIe sit' James Grahau1 aliait dC\'en;1 1 1111 
instnlIl1cnt de propagande religieusc à I'aide dnqucl 011 
chcrcherait peut-êtrc à enll'aver les progrès dn catholi- 
CiSIllC, eL its 1'ont COlllbattu en s'arnlant des principcs Jc 
liherté e1 d'égalité qu'ils ont conql1is en 18
O. Toutes les 
secies dissjdcnlc
, ùonlles dl"oilS étaient génél'alenleul 
méconnus , organisèl'ent une opposition devant laf{ncltc 
rccula Ie D1inistère, Ie jour Oil la discussion s' engagea au 
sein <In parlcll1ent. 
Vue véritable gl'êle de pétiLions signaJa l' OUyel'lul'e ùc:s 
ùébats de la chambre des communes; c' élaiellt ùes pro- 
lC8tations plus ou nloins motivées COlltre Ie bill. II n 'e
t 
vas de pays oÙ Ie peuple use plus largement du droit de 
lJélition qu' en Angletcl're; Inais disol1s aussi à l'IJonnclIl' 
de son gouverllemenl que ce droit n' cst pas illusoil'c, Cl 
(Iue les chan1bres n'y escan10tent pas les pétitions avec 
celie habile dextérité dont les représenlants de la France 
font tfOp sou vent preure. Ce (Iui s' est passé en Ang1e- 
terre. dans ceUc circolls1ancc poul'ra ser\'ir d' exenl1.Jle 
cl de stimulant aux amis de la lilJerté en Fl 1 ance; c' est 
I)Ourquoi nous racontons avec détaill'agitatioll qu'a SOll- 
levée chez nos voisins la prétention d'y établil' un mono- 
pole jusqu'alors sans précédcnt. Le corps senl dfS mt
tho- 
distes préscnta h la chambre de hui1 à dix luiHe pélitious, 



150 


cl à cc nonlbrc \rinrcnl s'ajonler relics signées par les ca- 
thotiqucs eL loulcs les scctcs dissidentcs. 
Ucpuis 1811, les nléthodistcs 3nghtis n'avaicut pas dé- 
ploJé une activité parcille h celie dont nons a\'ons é té té- 
moins durant la session de 181.0. I1s conlbattaient, !t celie 
prenlière époque , nn projct de loi de lord Sidmouth qui 
voulail soun1eUr
 lous les nlÏnistrcs ùes seclcs dissidenlcs 
h suhir certains exalnens ct h recc\'oir un diplôme pour 
pou\'oir c
crcer lcur nljnisLèrc. (:'est h l'aide du syslèmc 
ùe pétitions clue les dissiùenls lrionlphèrcnt alors du ca- 
Lincl. Les pélitions out aidé aussi Ie succès du Lill de 
I'éfonne; c' esl en in\'cqllant leur autorilé qu'Ü'Connell a 
oLlenu l'énlallcipation de 182U. 
Que lcs caLholiqucs .Je la Frallce c:-)saient de Cè h)"S- 
tèlue, qu'ils l'efoulent Ie 111onopole uniycrsitail'c dans scs 
derniers retranchcments h raide de quelques millions 
ùe signatures, et ce jour-Ià ils auront conquis leur 
Jiberté! 
Dans la discussion (luÎ s' élcva à ]a seconùc lecture <.1u 
hiB de sir James Grahalll, lord Surrey l)résenta au nom 
dcs catholiques des considérations fort 
ages, fluoiquc 
clans un Jangage h'op tinlide pcut-être , ct l'Institut de la 
Crandc-Urclagnc, cette institution qui ,"cille avec tant cJc 
"igilance 3UX intérêts de Ja cause rcligicusc 
 exprima sa 
reconnaissance à lord Surrey en lui ,"olan t des rcmerci- 
Incuts dans un meeting fCHn Ie 27 mars. Nous ne repro.. 
duirons pas les paroles de lorù Surrey; I'Institut catho- 
liC]ue les a respectueusclnenl rccueillies, et cUes ont 
scr\'i de cadre aux pélitions signées par les calholiques, 
cl qui furcnt pl't:sculécs à la thanlhrc ùès que Ie projct 



101 


de loi J rut discUlé. Ces pétitions élaicut uniforrncs; ellcs 
a\'aicnl élé adrcssécs à (outes les paroisses par les soins 
de I'Instilut, pour être rcvêlucs de la signature des InÜlll- 
bres du clcrgé et dcs Jidèles. 
Nos frères d' Angleterrc oul donllé dans celle CiI'COll- 
stance un bel exenlple aux calholiqucs de la France! 
Q113ud saurons-nous, comme cux, agir avec ceUe har- 
monie de sentitnents et celle sinluHanéité qui assurent Ic 
succès de toute enlreprise? quand verrOl1s-nous Ie clergé 
ct les fidèles de toutes les paroisses de la France adresser 
3insi des pétitions au parlClnent, faire retentir nos en- 
ceintes légÎslatives de leurs griefs contre un ll1onopole 
défendl1 aujourd'hui par la soUe prétention que les coups 
dont on Ie fl"appe portent sur Ie gouvernement du pays? 
L'Institut avait formulé dans sa pélition les principales 
raisons qui mettaient les catho1iqucs dans la nécessité de 
combatlrc Ie projet du gouVCl'nClllent. Ainsi, Ie bill Iné- 
cUHuaissait Ie priI.tcipe dc I'égalité des ul'oits civils POtul 
lOlls les citoyens, proc1an1ée dans l'acle d' émancipation 
de 182û. Les pétitionnaires, tout cn applaudissañt an but 
louahie que se proposait Ie gouyernement cn cherchant 
les moyens de faire donneI' une éducation cOl1venable aux 
enfants des c1asses pauvres, ne pouvaient ,"oil' sans 
a)armes un plan qui excluait les catho1iques de tout con- 
trôle sur l'édllcation des enfallts professant la religion 
catholique I'0111aÎne. Les pétitionnail'es protestèrent a.ussi 
contre l'exclusion des calhoJiqnes òe la direction des 
écoles, contre la prescription pour lons les cnfants de 
Caire la prière en COlnml1n cl c]'assislcr 
l Ja leclure tic la 
UilJtc, coutre rU
\lgc de li\'rc
 (I'IÏ ('oUYl,iClIt êtrc hles- 



1 .....) 
,)- 


sauls pour leurs croyanccs , contre !'ahantlon où Ie projct 
tie loi laissait Ics écoles catholiques cxislant alljoul
- 
(]'hui, etc., etc.... 
CeUe pétition se tertuinait en uenlandanl au gou\"crne- 
Incnt que des écoles séparées fusscnt établies dans les 
districts man ufacturiers pour les enfan ls de3 ou vfiers ca.. 
tholiques, et que ces maisons fnssent adn1ises à rccevoir 
de l'Élalles n1êmes secours elles 11lêll1es encouragements 
que les écoles placées SOllS Ie patronage ùn c1crgé angli.. 
can. Ce systèmc nous paraÎt êtrc en eITel Ie pIns rationncl 
et Ie scnllH
aticahlc. Nous ne sa\'ons si, à la l'jgUCUl
, dans 
un enseignen1ent slJpérieur, it sf1l'ait possible de trail(ll' 
cxclusi\'e[ucnt de lillératurc ct ùe SCIence, en éC31'lanl la 
{Juestion retigieuse, ou Cll la réscrv3ut pour dcs hcnl
c5 
tlétern1inécs; fHats counnent suivre cettc Inéthode a\"cc de 
jeuncs enfants qui l'eçoiycnt nne instruction éléotCulaire? 
Est-ce que les croyanccs et les praliljues lie la religion 
DC 
ont pas Ie fond ùe eel cnseigncmenl, en ÀuglclclTe 
surtout, oil Ja Bible cst Ie prenlicl' livre que ron place 
eutre les 'Hains de l'cnfance, oÍl la Bible cst lue, cxV1i.. 
qnéc, traùuitc, récitéc comine chez nOlls les Fahles ùe 
La Fontaine ou celles ùe Florian? 
L'étahlissement d f écoles distinetes pour chaque ùéno- 
mination rcligicuse , placées, pour les calholiques, SOllS 
Ic patronage ùes vicaires apostoJiqucs, ct, ponr les an- 
ß1icans, sous cclui ùe leurs évêques, tel est, à noIre 
avis, Ie seul mOlen de 
atisfaire à toutcs les exigences , 
ùe calmer toulCb léS busccptibilités. 1\Jais un parcil vrojct 
uc pent êlre proposé Hi pal' sir Jalues Gl'ahalu, ni par 
aucun ties hon}m
s aujoul'ù'hui t. 1a têtc l1u gouycrnc- 



1 "- 
, dd 


InCllt. Les lories ne veuvent pa6 être plus libéranx (ItlC les 
,vhigs et faire aux dissidents, en 18 t3, des concessions 
plus larges (Iue celles quïls ont conlbaUues et repol1ssées 
il y a cinq années à peine. 
L' opposition religieuse, organisée pal
 la ùéfellse de la 
Jiberlé d'enseigneolent, obtint tout d'abord un pren1ier 
succès. Sir Jamcs Grahaln Ht un pas en arrière; Ie Chall}'" 
pion du monopole demanda à la chalnbre des conI.. 
munes un ajourllen1cnt. C' était la seconde fois que )1. 10 
111inislre faisait défaut à rappel au 1110Iuent oÌ1 allait s'en- 
gager la bataillc. Son bill devait êlre pOI'té Ie 4 avril 
en con1Ïlé; nlais )a discussior1 fut rellyoyée au 22 111ai , 
SUI' la proposition de 
i.. JanJes GrahaIn, afin que Ie gou- 
ycrnelnenl eÙt Ie lenl])S de l1l0di fieI' certaines dispo- 
sitions du bill. Le projet ùe loi fut done revu et corrigé. 
En deuJanùant Ie reuyoi, ]e lninisll'e répondit à quel- 
ques objections des aU1is ùe la libcrté , cl il essay a ùe les 
ra
surer, Cll 3nn0l1(;ant une reroute du projet qui avail 
òéjà suui une IU'cIlIière nlotlificalion. I.: opposition craigl1it 
ccpendant que celle laclique nìinislérielle HC COU\TÎl uu 
piégc, et cUe n'en prépara pas avec moins d'activité scs 
mOJcns de résistance. 
Nous avons pal'lé des pétiLions présenlées à ]a chal11bre 
ùes COllImunes, ll1ais nous n'avons donné au lecteur 
qu'une idée imparfaite de leur nombre el de leur impor- 
tancc. 
11 n' est peut-êtl'e pas de Inenlhre
 tles CO:
1n}UneS à qui 
des pétiliollS n'aient élé aÙl'essées; ,,-higs, tories, radi- 
caux cl cbartistes, tous les nlemures arrivèrcnt au\: 
séônces de la chambrc, les 29 3'Til ct 1 el' mai , chargés 



I "
 
a1 


des prO[t)slatious des ennen1Ìs till monopole. Quanti nons 
disons chargés, nous n'usons pas (rune figure, car la 
grande rnajorilé des rcprésentants tlu pays out été lIalls 
la nécessité de se rendre aux séances en faisant \'oilurer 
Jes pétilions fJui cntraicnt !1 la chamhre sons leurs aus- 
pices. 
<< Nous (}'3\"ons janlais assislé, disait un journal de 
Lonùres , à un spectacle semh]ahle à celui dont l)'OtlS 
avons élé témoins Ie 29 a \'ril. Le vestihule de ]a chanlhre 
était cnconlbré de ballots de pétitions attendant les rc- 
présentants des villes et cO:l1lés d' où elles avaient été ex. 
péJiées, tandis que d'autres IHcoILres arrivaienf accorrl- 
pagnés Jc porteurs qui charriaient. dans l' enceinte 
législati\'e les pétitions flue leurs COl1HneUanls leur 
avaient adressécs ùirectelnent. A rnesure que Ie présiùent 
faisaill'appel des 110nlS, les lnclnhres Ee levaient, annon- 

allt (Ju'i!s avaiclll 20, :50, 100 pétitions h présent(\(' 
contl'C Ie projcl de loi (Jlli \ ouJl'ail étahlir Ie IHonopulc 
de I'enseignelucnt. " 
)1. AIdan) préscllta à la chanlbre une pétition de Ja 
\'ille ùe Lceds, rc\"êlne de 22,000 signatures. Lord 
,V orsley avait reçu :>6D pétitions signées par '132,000 
personncs. 
1. E,vart en a préEenté une l1es catholiCItIes 
de Liverpool qui porfait 2lJ,OOO noms. !:SOD pélitions 
3\'aient été confiées à 
f. Ila\Ycs. Les pétitions présen- 
tées dans 13 séance du 29 avril comptaient plus d'un fnil- 
lion Cillq cent 1nillc signatures. Ce spectacle se rc.. 
nouvela dans 13 séancc du I er nlai , oil cinq Inille 
pélilions, COU\'Cl'tcs cnsenlhle ùe tlell:\ 1l1illions fIe signa. 
rures, oul élé pl'éscJltées h la ChaIlJhrcl Un tJcs illCidl'l1t
 



A ,-,,,, 
]û
 


les plus ùivcrtissanls de cette séance rut de ,"oil' la triste 
figure ùe )I
I. I )ltnntre eL 11. Inglis, quand ils dl1rcnt dé- 
poser sur Ie bureau ùe la chambre les pétitions qu'iIs 
avaient rcçues contre un projet de loi qu'ils défcndaient 
aussi éncrgiquement que Ie millistre dont il énlanail. 

1. Plumtre n'avait pas moins de 89 pélilions à déposer, 
ct sir R. Inglis s'est dédolnmagé de la ,-iolence qu'il 
s'était faile, en présentant une pétition du cIergé anglican 
de llipon, pour supplier ]a chan1bre de DC pas laisser mo- 
difier les clauses du biU ministériel. Un journal anglais 
observait, en rendant conlpte de Ja séance, que les 
membres de ]a chamùre, du côlé oil siége l'opposition, 
étaient à la lettre enterrés au milieu ùes pélilions. 
Sir JaHlcs Grahau} l'ecuJa dc\'alll rautorité de ces 
protcstations, qui \'inrent rellverser les fondements sur 
lesquels il se disposait 
t élablil' son n10nopole. Le jour 
Oil la France youdra user ùes moyens que la constitution 
lui fournil pour faire redresser Sf'S griefs, cUe apprentll'a 
qu'il n'est pas de monopole si solidcmcnt étaùli qui 
puisse résister aux yæux deplusieurs millions de 
citoyens. 
Un incident soulevé à la chamhl'c des COlllnlUIlCS, dans 
]a séanee du 1 Cl' nlaÌ, a montré Ie respect des représen. 
1ants ùe I' Angleterre pour le droit ùe pétition. Quelques 
ll1cn1bres qui commençaient à se ]asser se permirent de 
)))urmurer, lorsque le colonel Sibthorp erut devoir don- 
neI' quelques explications touchaut une pétitioll qu'il 
était chargé de présenter. Le colonel. usant du droit ac.. 
corùé par les règ leulenls de la chan1bre, s' cst lcngé de 
res llllU'ffiurrs en condanlnallt Ics irupaticnts à suhir )a 



t
u 


lecture ellLière tie la péliLion, ct la pelltion a élé luc. 
Nons nous horllons, on Ie voil, à cnregistrer des fails. 
L' espace que nous aVOllS déjà consacré !.t l' C\an1eU ùe la 
(lucstioll qui agita si profontléluenL I'Angleterre, en 18 
3, 
ne nous pernlct pas de DOUS étclldre davanlagc, Ajou- 
tons, cependallt, qne lord Surrey forn1111a au nom des 
ratholiques un an1cndelnenL très-déreloppé (Jui nons pa- 
rut salislàire aux exigences de notrc foj, Les yicaire
 
3postoli'lues signèrent en con1mnn une protestation 
contrc Ie projet luillistériel. 
Aux nOlnbrcuses objectiulls soulevécs cOHlI'e ce bill 
cX31niné au point de vue religieu\:, vint s'cn joindre 
une autre {Jui e
erça une grande iuJluence parmi lc
 
dissidents. Nous avons tléjà ùit que les deux tiel'S des 
fonùs nécessaircs pour r éLaLlisscll}enl ct l'instruclion des 
écoles seraient prélc\'és par une nou\'clie taxc. Le 
pcnple dlAllgleterrc vil là une Inanière détouruée de Ie 
frappeI' tI'un autre inlpôt, el conuue il trouve l'iIlCOl1ZC- 
lax, les ]Juor-ratcs, cl les autrcs taxes assez lourdcs 
ùans les circonslanees rort pelt prospèl'cs oil soul les 
afTaircs, jl se l1élernlina à résistcr à tontes les lenlativcs 
faites pour augnlenter Ie poiùs des charges qui pèsent 
sur I ui. 
En préscnce de ccs dén1onstralions, la tentative de 
sir Janles Graham sc 11'0ll\'a aussi infructueuse que 
cclles ùe ses préùécesscurs dcpuis 1820. D'ajourne- 
Inents en ajournements, Ie tninistre recu1a devant les 
protestations ùes catholiques et des dissidents de toutes 
les sectes. Des modifications avaient successivenlent été 
introduites dans Ie projet primiLif pour satisfairc anx 



, :)7 


jnslcs rérlatnations tics rnasscs; luais ancnnc dc ces con- 
cessions n' était de nature h cahncr Irs inqlliéludes el )es 
crainles qu'inspirait un projet de loi qui allait Ii vrer à 
]'Í
g'ise anglicane l' éducalion de )a classe ouyrière. Le 

 tuai, 13,000 pétilions cOlllptant 2,01ð,607 signatures 
3 \ 3ient été préscnlées à la chambre des comn1unes conlre 
]c projet dans sa forme prin1ilive. en nombre tout aussi 
considérable alJail bienlõl être envoJé aux représentants 
tIll P3JS contre Ie bill, tel que sir James Graham l'avait 
a01endl\. C'cst devant ces fails que Ie n1inistre décJara h la 
tribul
e : 
( L'opposilion contre ce projet de loi étail si grallde 
dans ]e pays, qne je crus nécessaire d'cn ll10difier les 
disposilions, dans l'cspoir que ces changements feraient 
é\'anouir tontcs Ies ohjections. l\Iais je dois déc1arer que 
j'ai été rntièren1cnt désappointé dans roes espérances. 
La résisLance élanl anssi forte qne jal11ais , Ie gouverne.. 
nH)ul a pcnsé qu'il était de son drvolr (Ie UP pas insister 
da\'3nta
c ct de relirer Ie hill. ) 
v 
Cl'S paroles deyaienl êtl'e I'cproduitcs ponr montl'cr 
qu'en Ang1clt>rre on ne se jone pas de J'opinion puhlÎque, 
COll1mc certains ministres croient pon \ oi," Ie faire en 
Ffànce, Bien cependant n'était plus facile à sit" James 
Grahan} que d'Ïlnposer à I'Angleterre Ie projct de Ioi en 
question. On sait que Ie minisLèrc (lisposait à ccHo épo- 
que ùans Ie parlement <rune rnajol'ité ùe plus de cent voix ; 
nlais Ie pays 3\'è..it (:,'Olcsté; i! a\'ait éurrgi(juUnelll Cxpt>Üné 
les n10tifs de sa résistance ,hins les pétiliüns adrrssées au\: 
rhau1hres. Ccs nlanifestatiolls (rune partie lìolahIe tlè b. 
population furent pri
es cu ('on
idt
ralion par It' gOl1vcrnc- 



-t t.8 


ß1cnt; illcUl' fut fail j nsticc. Cel c
clnplc ne dc\'raÍL pas 
êll'c pcrJu pOlU' la France. 
Lc jour OÙ les catholiqucs Voudl'ont sérieuscmcnlla Ii- 
hcrlé d'ensei3ncinenl, Ie nlonopole uni\'crsitaire, SOliS un 
gOH\'crnclncnt constilutÌonne}, ne saura résistcr aux 
\'æux dc la grandc rnajorilé de la 'nation. Quc1 que SOil Ie 
JHan\'ai
 vOllloir tlu gOl1\'crnclncnl on d'un 111Înislèl'c, les 
cat holilJncs son t assurés dc 13 \' iCloirc, car la conslitution 
dll pays csl pour cux , el un 1l1inislrc fie la viùlcrail pas 
Ï1npunérncnl. 
Iais it faut que les calho1iques, à r exclnple 
des Anglais, sachcnt apprcnùrc aux hOlnmcs qui nons 
gou\'crncnt ql1'ils Olll ulle volonlé el qu'ils sont Jélerrni- 
nés à voursuivre la conquête de leurs drùils. Les dissi- 
denls anghÜs He se sonl laissés séJuire ni par les pro- 
lUCSSCS tIe sir Janlcs Grahaln, ni pal; lcs concessions 
tronlpenSf'S que leur faisait cc nlinistrc. Lcnr pcrsévé- 
ranee cl lcur feflucLé onl triolnphé; Icur liherté a él(S 
nlise h rabri de loulc aUeinte. 
Sir Ja1l1cs Cnthaln paraîL entendrc la liherlé ct lès dl'oils 
des citoyens à la façon (le 
I. Ie grand-InaÎll'r ùe l'Uni\'cl'sité 
ùe France; mais ce rappl'OChell1cnt ,jusle en tanl que les 
deux Ininislres sc sonl faits les charnpions flu rnonopole, 
ulJ.llque d' exactitude, si nous nOllS dcn!andDns au profit 
de qui ils "eulent Ie conservcr ou l' établir. En France, 
)c ulinislre de l'instruction publique reyendique all non1 
de rÍ
tat Ie d.'oil d'instruire, ..J'élever la jcuncsse, dc la 
façollHcr scion son bOll p!aisil' el son caprice; en Anglc- 
tern" an contraire, c' cst au profil dc r Eg1íse étaLlic qne 
sir J allIes Gl'ahanl \'ouJail con fJsqncr r éùucalion de la 
génération naissanle. Son projel de loi proc1anlait r]
glise 



1:JU 


I'inslilnlrice légilin1c de la nalion ; il rendait en ecla ho01" 
Inage 11 la religion, dont il fais3illa hase de tonIc éùnca.. 
tion 1110rale. Le Lill du ulinislrc anglais renfcl'maiL sons 
ce rapport unc haute leçon dout HOllS in\"ilolls Ic grancl- 
n1ailrc dc rCtú\"CrSilé de France h profiler. Sir Jamcs 
(
r,tlI3nl , lnalgré les consétlucnce.s ahsurdes auxt]Hclles il 
al'ri\'ait dans son projcl, rcconnaissait irnplicÎlclllcnl cc 
pl'incipe : quc si 11
1 at pelll cxiger ccrtaines gat'al1lics 
tJ'un inslilulcur, s'il pcut, par ùes inspcctions, s'assurcl' 
de la lllanièr
 dont les nlaÎll'CS de ]a jeunessc rcnlp1isscnt 
les de,'oirs de leur chaJ'ge, H\ aussi s'arrêlent les lin1Ïles 
de son droil el qu'il ne sanc1Ït les franchir SJ.I1S fairc 
violence h la libcrlé que tont citoyen an3Jais tient de la 
conslilution ue son pays. 
Ainsi done, toul en approll\"alll la conduile des catho- 
li'jHCS J'oulre-Manchc, qui ont repoussé Ie bill préscnté 
3UX chamhres, nons òc\'ons applJ llllil
 aux scnlinleu{s re- 
ligieu
 ÙU gOl1\'crncment anglais. Ce n'esl pas d'aillcurs 
la pren1ière fois qne les 111inish'es protcstants ù'AnglelcITc 
donncnl à certains gouverncments calholiques des 
exeinplcs dont cenx-ci dc\'raicnt hien in1itel' Ia 111ordilt? 
II élait fâchcux flu"un projeL ÙC loi empreiul au fontl 
ù'une penséc si èn)inennncnt reJigieuse, porlåt en nlênlC 
tCil1pS atleinte à la liberlé de conscience; anssi les calho- 
liqllcs anglais rcponssèrent Ie hill de sir Jalncs Grahau), 
non parce qu'illcur élail seulcn1(
nt hostile, 111ais p3rce 
qnïl cherchait à étahlir un monopolc dans l'inlérèl d'une 
ég1ise hérélique , ct qu'ils reùouLent Ie n1onopo
c, qurllc 
quc soit d'aillcurs la forn1c sons laquclle on Ie dégnise, 
cluel (llIC soit le parli poliliqne (In rctigieux an profit du- 



1 fîf ) 


{I\lcl on désil'{\ I' c'\p\üilrr. .:\insi leg calhuli4}l1(,s fr
HH:
is 
cOlnbaUcullc luouopolc uni\'cl'silail'c au 1l01n òe la lihcl'té 
c1 de l' égalité qne reven(]iquent les catholiques d' Anglc.. 
terre, au nom des principes que l'aclivc intelligcnce des 
calholiques belges a su faire trionlpher ! 
En vain sir Jan1es Graham chercha-t-il à rnéconnaÎlrc 
l' existence légale 
es catholiques, ceux-ci ne se laissè- 
rent pas frapper sans se faire entendre, ct leur résistancc 
prouva qn'ils ne sont pas nne pure fiction. II est tcl dis- 
trict rural ùe l' Angletcrre Oll les fcrnlicrs cathoJiqncs 
paicnt en impositions ct taxcs de 11
:glise on de I'I
tat unc 

OIHme snpérieure à ceJle payée par les fcrmicl's protes.. 
tants du l11ême district. Or, C01l1ll1cnt cçs Lons calholi- 
ques auraicnt-ils supporté la majeure partie des frais pOBI' 
la construction (}'une écolc, r cntrctien d'un maître, les 
émolunlents d'un chapclain, quand, en retour de ces 
sacrificcs, ils ne pourraient faire élcycr leurs enfants dans 
ces établisscrllents sans les exposer à y pcrdrc la foi? Cc 
tlue nons disons dcs c3tholiqucs s'npp1i'luC également 
anx scctcs di
sidenlcs ; ccllcs-ci C0l11ptent dans presque 
tonics les ,'illes des adeplcs plus nOIJ1brcl1x que 1'Itg1isc 
établic. A South Lancaster, par cxelnplc, on trou\'c en cc 
D10nlent cinq écoles du òÍnlanchc appartcDant :lUX angli- 
cans ct instnlisant 3,100 enfanls, tandis quc Jes dissi
 
dents y possèdclll \'ingt-trois étaLlisselllellts dc ce genre, 
oil sonl reçus 7,023 éiè,'cs. Les c3lholiqucs ont dans la 
JnênlC 
illc ll'ois ue res écoles fréquel1lées par 385 en.. 
fants. Dans Ie Lancashirc, S11r ():> nlannfacturcs, ;)ß :1p- 
pal'tieunrnt à (]rs propriétaires anglicans, et 27 à des fa- 
hricants profess:1ut divcrs autres cultcs. Href, SUI' une 



itH 


popu1ation de 14,000,UOu clhahitanls qne COlTIptent l' An- 
gleterre et 1(' pays de Galles, les òi

idents figurenl pour 
3,000,000 au llloins , et les catholiql1es pour 2,000,000. 
Or, en s'appuyant SUI' I'autorité de ces chiffl'es, on con.. 
viClldra que 
1. Ha\yes, n1embre de la chambre des COffi- 
ßlunes, ail pu manifesler l'intention de s'opposer au pro- 
jet de loi ministériel , parce qu'iI ne ,'oulait pas que l' édu- 
cation du peuple fÚt aban donnée à la merci de I'Eglise 
anglicane. ?\I. Hume fut plus sé\'ère encore, quand il 
s' écria que I'Eglise n' était à ses 
-eux que la secte domi- 
nante et qu'il tremblait de voir passer l'éducation de la 
nation au"t mains d'un clergé qui s'est jusqu'à ce jour 
IJeaucoup plus occupé de liv'l'es sterlings, de shellings 
ct de pences que des âmes doni il a la charge. 
l\J. flindley combatLit trente clauses du bill ministériel 
contre lesquelles it protesta au nom des sectes dissi. 
dentes, et 
1. E\vart s' éleva avec raison conlre l'u
age 
de Caire de la sainte Bible un livre el' école, de placer les 
pages sacrées entre les luains des enfants, COllnne on leur 
donne un rudiInent de grammaire ou de géographie. 
Nous devons faire ressortil' une des circonstances de 
130 lutte entre Ie rninistère anglais et la population qui 
nc prof esse pas Ie cu1te national: c'est que parront Ie 
clergé donna Ie signal de la résistance; l'opposition s' 01"- 
ganisa SOllS sa direction. C'est sur l'il1,'itation de leurs 
Illinistres que les sectes dissidentcs se soulevèl'ent contre 
1es prétentions du gouycrnerrJent. 
Ol1S alons 'TlJ les mi. 
nistres, les 110ffilnes revêtus d'UD caractère religieux , 
chargés de ,'ciller au saInt des 
tnles, COD,'oquer des 
réuniolls, préparer Ie peuple à la Intte, signer les prp... 

 II 



'iô
 


)Uièl'
 lcs péli li.ons ron h'C 1(' projct 1ilH,"I'licide de sir J 31ues 
C I'ahanl, 
I..e
 prêll'es catholiqucs ne rUI'cnt ni 1110ins aclif
 ni 
Hloins ardents : les yicaircs aposto1iqnes leur en donnèrent 
r c\clnple. Nous avons déjà par1é de la protestation Siglléc 
pal'les évêqucs d' Anglcterr(\, Cl nons a,jouLcrons que 
Igr 
'Viseman, consulté en parliculier par Ie olinistre, lui rc- 
ulit un mémoire dans 1cquel étaicnt cxposées les raisons 
qui faisaient un drvoir aux ralholiques de s'oppo:;er à rc 
(Iu'on leur l'a;\'Ît la lihcrlé d'enseignenlcnt. 
II est aussi en FI'ance des 111inistres qui consullenl Ics 
é\"ècplcs: I'expérience nous a appris Ie cas que 1'011 faisaiL 
de leut's opinions el de lcurs conseils. En France, les 
honuues du gouvernement ont cependant la prétention 
.i't".tre catholiques, Landis (ju'en Angleterre les rninistres 
sonl protestants, et la constilution ne leur pennet pas de 
J'econnailre I'autorité épiscopale de nos prélats! En An- 
glclerre, les 111cnlbres de la comnluuion catholi(lue sonf 
;t peine au HOlnbre de deux m illiolls. Si ùans eet état d (' 
nlinol'ilC, nos fi'èl'CS s3\'Pol ccpendant , parla loyaulé de 
leul' COlldllite, lajustice de leuI's réclan13tions, 13 fermcté 
(1e leur attitude, forcer Ie gOllyernCruenl à conJptel' avec 
CtlX, quc nc pourraient pas les calholiqlles de France, 
les hommcs sincèrement religieux, eux qui sonl en 
i 
grande Inajorité d31lS toulcs les pro' inees de notre belle 
patrie? 
Dans Ie déLal soulevé en Anglctcrrc en 1813, de quoi 
s'agissail-il? 
on pas d'clnpêcher, COIDlue cela se pratique 
f'n FI':1nr(', leR calholiql1es et les anlrcs dissidf'nts de 
r.'ét'l. 
, leur g.'é ties écoles pOUI' y reclIeiHir leurs propl'es 



1ü::; 


cnfants, mais seul
nlent de conner à 1'ltglise étaLlic ceux 
dfentre les cnfants pau\"l'es qui ne seraient pas autre- 
lnent poufrus (1). La queslion ainsi posée courrait grand 
ris(IUC de He pas exci leI' chez nons un hicn "if intért-t. 
L' on pent en juger par la coupahlc apalhie des catholiqnes 
dans la tulle contre rUniycrsité. 


(I) Nons pmprnntons ceUe tlernièrc considération à 13 ht'ochur
 
pult\it
C par Ie comle de 
Ionlalrmh(\rl : [)!J. de'vAr d
.
 catlwliqllPs 
dans In qUNaion de fa librrlr d'rnsrigllfmfltt. 



.. 


CH
\PITRE VIs 


SO:U:U .\lR.t.. 


J erteurs cau
ce
 par lcs progrès du C31holiciswe. - Ré\'cÍl du lana.. 
tisrue protestant. - Agitation anti-papíste. - La reiue est accuséc 
d'ètre favorable aux catholiques. - Les enfanlS de l'Égli
e sout 
calomniés sur la place publiquc, dans Ie parlerneD t, daDs Ja 
pressc. - Le calme se rétablit. - Meetin
s d.

 a
sociations pru- 
IcSlantc
 de Londrcs. - Leur propagande. - P(\
itiQn dt-'s eathu- 
)i(IUeS -vis-à-vis des anglicitDs et. de l'lrlandc. 


VallS les années 19;)
 el 18 íO, la polilique ,'oulut 
exploiter à son profit Ie mouvcment re1igieu
. Les tories, 
ambitieux d'arriver au pouvoir, se lircnt une arrue de la 
tolérancc du gouvernenlent pour hattre en brèche Ie lllÌ. 
nistère 
Ie)bournc. lis s'associèrent la partie du c1ergé 
qui se ùistingue par l'exaltation de scs idées et qui ue 
"oit dans l'Église que I'hußl1Jle ser\'anlc de l'État. Le parli 
cléric(ll , admirateur du systèmc de Cllurch Clnd 
l(lle , 



JGB 


cmhoucha la trolupettc ct souna ralarrne. Après dix 311- 
ures t1e caJnle, Ie f
Hlatismc cut son retour; et tandis 
(IUC Ie 1ï nIcs rcgrettait I'ahrogation dcs lois pénalcs , la 
tontl'oycrsc rcligieusc soulc\'ail nnc agitation qui nc 
J'c
pecta pas luêrue Irs H13rches du trônc. 
Les torics \'oulaicnt l'endl'c Ie Ininistèrc whig inlpopu- 
lairc; ils lui fireJlt un crime dc son Ïlnpartialité pour 
),Jrlant1e, de l'indifTérence 3vec laquet1e iJ yoyait grandir 
Ie papisme. De révérends agitatcurs se mirent en cam- 
pagne; ils parcouraient les provinces en con\'oquant des 
lllectings ct en excitant les plus 1l1auyaises passions. 
On voulait cifrayel' Ie peuple, en exagérant )es pro- 
grès ùu catholicisme. On lui rcprésentait I'Angleterre 
comme à la yeilJe d'être étouffée sons ]e granù éteignoir 
de ROlne; on sou1enait, dans des 3ssenlblées publiques , 
(IIIC les 111inistrcs et la reiue s'étaienl enteutlus avee Ie 
papc pour consommeI' cette noire trahison. 
Lc Jllinistère 
Iclbourne a pu pcrdre, à la suite dc 
cclte comédie, quelques Jalnbeaux de sa popnJarité ùéjà 
COll1}H'Olnise; nlais ce qui cst certain, c.est tIne ces extra- 
'"agances ont puissamment ser\"i ]a cause de la yérité. 
Un organe des tories dépeignait cn ces ternlCS la sÏll1a- 
lion : 
. Tous les jours, des faits nouveaux conlÌl'ment la 
fayeur dont jouit Ie papislne auprès de ]a royauté ct de 
notre gouverncnlcnt. Les chapelles catholiques sont 
l)àties SOlIS Ie patronage rO
Tal; les Jésuiles sont encou- 
ragés; DOS collégcs sont en\"ahis et souillés par les pa- 
pistes, qu'un décret y introduit. Les serviteurs de nome 
cnvahissent les postes éminents de I'Etat et de )'arnlée ; 



t ß7 


ùes aUD1ôniers sOl'lis de 
laynoolh sout cnvo
'és, avcc dçs 
énlo]umenls, dans nos garuisons; cufin, Ie serpent tic 
]'erreur, après ayoir séduit la COllf'onne et Ie gouverne.. 
ment, cnhardi par les cal'esses dont il est I' ohjet, cherclJe 
à se glisser dans notre église. Oxford cst rctombé dans 
l'idulàtl'ic tIc GOlne : ceUe uni,'crsilé élèvc dcs aulels à la 
Vie..gc, adresse des prièrc5 aux saints, 
Hlorc de la Loue. 
Ccs doctrines sataniqucs se propagenl, el nous ayons 
cnlendll dans une église nationalc, un Dlinislrc exhorter 
avec éloqucnce et chaleur I{\ peuple à p1'Ícr pour les 
nlorts! )J 
Le Quarterly revielo DOUS disait : 
<< Des divisions se sont opérées au sein de notre Ég1isc, 
et ces divisions se sont lournées coutre elle. Le blâme en 
doit retolnher sur ceu:\ qui les ont fonlenlées. 
Iais à 
travers nos dissensions, Ie papisme s'1vancc à grands 
pas. J 
La Revue l1 l Înzesll';clle de /' Eglise an[lli<:ane e
pri- 
l11ait la même opinion. 
. L'Église rOlllaine, disait culle feuillc') :;c rCluel de 
scs blessures; et à peine lèvc-l-clle Ja lêle, qu'cHe fait 
déjà lous scs efforts pour nons ramcner sous sa puis- 
sance. . 
Enfin, un auteur qui cherchait à impuler au clcrgé 
ang1ican l'ét3t des choscs, s'écriait : 
<< Ton te la gloirc de la réfornlc cst ,Iésol'luais prnilic ! 
A notl'e grand scandalc ct 

 la 
alisraction de ROJuc, Ie 
l)apÌsß1e reprend au lllilieu de nous 
OlJ 31lciennc \'igucul'. 
II faut bien avouer qne Ie nornbre des catholiqucs aug- 
mcnte et par suite nos dangers; lnais iI est pénible de 



.168 


\ oÍr Ie clergé de J'Eglise ang1ícanè aggl'aver encore Ie 
péril de notre situation. Serait-cc parce qu'il craint pour 
sa pâture qu'il agit ainsi? >> 
On entendit relentir de tontcs parts: 
<< Les calho!iqlles romains doivent êll'e exclus du par- 
lenIent! la reine doit êlre délrônée! la religion papiste 
doit devenir un objet de mOlluerie et d'exécration!>> Et 
tous ees faits héroïques devaient être accon1plis au DOlfi de 
la liberté religieuse ! 
En 1829, la raison publique abo1it des lois frappées au 
coin du plus cruel dC5potisn1e. 
Iais depuis ce mOlnenl, 
l'édifice re1igieux que proté3eait
nt Cpg dispositions légis- 
lath'es s'cst ébranlé , à nlesure qne la liherlé favorisait Ie 
progrès des connaissances dans les rangs divcl'S de la 
sociélé. Aussi avons-nous ,'u une partie tie ceUI à qui la 
garlJe ct la conservation de eet éditice était confiée , g'a.. 
Jal'mer de ceUe liberté. Le peuple, éclairé par son expé.. 
l'ience, ne s'csl point laissé prendre aux piéges dl'essés 
cuntrc lui. On Jui a dit : Le protcstantisluc vous a délivrés 
uu joug tJrannique du vontife romain; it rous a 31-rachés 
au'\ ténèl>res de celtc ignorance dans laquelle un saccl'- 
ùoce alIlbitieux a vait D1issioll de vous tenir. On lui illSi- 
nuait, quand DOUS vous disons : Lisez, examinez et déci.. 
dez; I'Ég1ise de ROHIC pose dogmatiquemcnt la règle : Ne 
Jisez pas, n'exa[ninez pas; Inais Jaissez à la yolonté d'au.. 
Ires hommes de t.Iéterrniner volre croyance. · 
Le peuple nfa point admis aveuglément ccs paroles; on 
l'invitait à lit'e, ct j) a lu, à exalniner, ct it a exalniné ; 
cl cela assez 
él'ieusement pour décou\rir les caloInnies 
dc& prét
nt.lu
 t'pò{res de la vérité dont it a al'rach{' Ie 



1üv 


ma
que bypucl'ilC. Pour sau \ er l'Églisc anglicane, à en 
cl'oire les fan3tiques, i1 ne restait qu'à lui rendl'e ìes lois 
pénales et les bùchers. C'est vers ce but qu'ont semblé 
tendre un instant tous les efforts du parti; mais heureu- 
selncnt que ces h0111me-; n'avaient point Ie pouvoir de 
réalisel' leurs désirs. L' Augleterl'e a mép1'Ïsé leurs discours; 
cUe a été assez sage pour s'opposer avec énergie à cellI. 
qui \"oulaient réorganiser un systèlue d'oppl'essiou. 


coutons les paroles du révérend Gregg. 
Dans un lueeting tenn à 
Ianchester, il exhortait se
 
aut.liteurs à luareher vel'S Ie progl'ès; il leur exprimait sa 
joie de ec quï!s avaicnt rejeté Ie nom de conservateurs, 
\'f-& qUf; I dans la situatiou, leut' disail-il, illl' y a rien ùe bon 
à conserver. << Est-il possible, avec les catholiques dans Ie 
parlclnent, s. écriait-il , de faire ee que je propose? Non: 
done il raut les chasserdu parlement; Lant qu'ils seronl dans 
les chamùl'es, ricn ne pourra êlrc Cx.éculé. Les expulser 
òn parlemelll est ùone Ie pren1Ïer pas à faire; c'esl par là 
seuleOlent que I' Angleterre pourra êlre grande, glorieu5c 
et librc. 
Iais eOlunlent arriver à celtc fin? - Par l' opi- 
nion publiquc. AYOllS un gl'alHI nOlnbre ùe meetings 
connne celui.ci; que vous et vos alnis lisent la Bible. 
Tout Ie monde sait que l' on rit ò' abord quand Hunt pal'la 
en faveur de la réfot'me parlementaire, lllais il était en- 
thousiaste, et la réforme a été obtenuc depuis. >> 
L'orateur exhorta cnsuite Ie peuple à envoyer au par- 
lement de bons protestants , march
ult non sur les traces 
de Silo Robert Peel et du duc de \YeJlington, mais 
s' appnyant sur )3 Bible. << V ous devriez, ajouta-l.il , voter 
ponr Jes cantlitlats qui se Illcltrollt ell ayant pOll I' rcndre 



170 


à rEglisc anglicane SOil abtcndaut el (Iétruire nos auta- 
gonistes <]ur l'on vcrra a!ors succomber, cl sur la tOlnbc 
tJCS(1 uels licnùrolJ t danscr to us les aßljs de la liLerté rcli.. 
glcuse. 
( JI faul encore soulc\'cr les In asses , alÎn lIe chasseI' 
]C
 cathüliques du parlcnlent cl d'avóir un royaußlc chré- 
ticn, car les catholiqucs sont idoJâtres. On ßl'accusc 
tJfuser d'un Jangagt} rude; Blais je ne puis me contenir, 
cn "oyan t l'illtluence dégradante qu' exerce sur les lllas
 es 
de I'lrlande tct abominahle papisme, fils de renrer, c1 
qui attire sur ce peuplc la nlalédiction célestc. Les prêtrcs 
ne cornmettraienl pas un pins grand crime, en égorgeant 
chaquc tIirnanche un enfiH1l SUI' I' ante) , fjl1' en adorant ce 
qui cst sorti ùe la ulain ties hOlnmcs. Les gouycrncurs tIu 
paY8 s'appuient ù'nue luain sur les lois et déc1arenl la 
religion rOlnainc idolâtrc, qualld, Cll D1êmc telups, ils 
soutircnl r or des trésors d C I'Etat pour aider e1 perpétuer 
cc systèlne iufàlue. Pent-on s'étonnel' de voir COJumettre 
òes critnes alJ'oces, au n:ilieu d'Ull pcuple dont Ie gou- 
'crnelnent cst ainsi prostitué. Si nous avions un gou\'eruc.. 
D1cnl chréticll, He \'crrait-oll pas les Ininisll'eS eu\"oyer 
òans loules ]es parties de l'Irlandc des missionnaires pOtU' 
prêchcr Ie (H'otcstantisnlc? Le service religieux serait pro- 
tégé par ]a force armée; une proclamation de )a reinc 
on!onncrait h lous les calholiques dfy assistcr. 
. Lc gou\'crncmCllt òC\'l'ail e
poscl' à la risée-du puhlic 
]es I'c1iflues c1 "Ollcr h l'cxécration les iùoles de HOlne. 
11 dcvrait faire donneI' au pcuplc une éùucalion puLliquc, 
ct si les prêtres cnlpêcbaient les calho1if]11eS tl'envoJcr 
)curs cnfants à ces écolcs, Ie gouvcrncnlcnt dcvrait les 



171 


C1coninluuicr et puh1ier dans ùe Jargcs vlacarùs leurs 
noms avec ces mots: ]JrêI1'cs blasplté1n ate llrs . " 
T 
 lies élaient les paroles d'un ß1inistre protestant, (]'un 
a pôtrc qui engage 1e penple à lire et à méditer les livfcs 
saints. 
I ais une surprise à JaqueHc on ue s'attend pas, 
après la lectnre trUn pareil discours, c' cst que plusieurs 
n)eulbres du clergé de 
fanchester accolnpagnaienl Ie 
révérend Gregg en grande solennité sur la plate-forme Oil 
iI 3 fait entendre ces extravagances, et que 10 clergé s'cst 
l1ni au peuple pour Ie couvrir d'applaudissenlents. Eni\'ré 
de ses succès, Ie révérend Gregg s'annonça, dans ce Inec- 
ting même, comme un instrument dontDieu al1ait se servir 
pour un grand triomphe sur l'Eglisc romaine; il se posa 
en grand réformateur, destiné à renverser Ie catho1icisme. 
Est-it nécessairc, 3 près de pal'eilles scènes, répétées 
chaque jour et sur tOllte l' étendue d'un pays, de dirc 
flue la cause con Ire laqueJle Ie fanatisme enlploie de tels 
arglunents, a, parses progrès, reHdu prohIérnatiquc 
l' e
istencc du pl'otestantiS111e? Nc voit-on pas la pru.. 
deuce hUlnaine confondue par ceUe sagesse qui fait servir 
à ses desscins ceux-nlêmes qui se déc1arcnt Ie plus hau- 
lenIcnt contrc eUe? N'est-ÏI pas é\'idcnl qu.un langage 
aussi disparate avec les idées et les mællrs tIe notre sièclc 
est aussi préjudiciable à ]a cause de ceux qui l'emploient 
que profitabJe à leurs adversaircs? Enfin, les éloges du 
journa1islue elles applauùissemcnts u'uu certaiu clergé , 
prodigués à des homlues dout les discours incendiaires 
devraient soulcver l'indignation , et dont Ie délire devrait 
exciter la pilié, ne démontrent-ils pas qu'une puissance 
surhunlaine a jelé Ie trouble dans les esprits, pour faire 



172 


bervir leur fo1ie a l'accol))p1i

etl1enl des 3ranlls de

eins 
JH'oyidentiels 
 
Les fanatique
 chel'chaienl pal' lUlls les lllo)'ens à 
rendre les catholi(ll1eS odirux au reste de la llaLÌon. L'as- 

ociation protestante pour lcs Dlissions déployait ses 
forces sur les diffél'ents points du royaume; eUe abusait 
de l'ignorance crédulc du peuple, en lui peignant la re- 
ligion catholique s ns les phis noires coulcnrs. J)ans un 
lneeting tenu à ÉdiIuuourg , Ie Inissionnaire 
I'Neil cntl'e- 
prit de prol1vel', par un livre de théologie catho1ique, 
41u'il était impos
ible de lier un c3tho1ique romain par I
 
scrment. Ce révél'end soutint (Jue Ie papisme el la COIl- 
sritution anglai
c bont inconciliahles. It L'ultÏlnlllul1l" 
disail-il, ùe la constitution auglaise est un Sel'nlênt ; or, 
... il c
t impossible de liei' un calholique par Ie 8erment; 
done les catholiques ne doivCllt pas jOUil' des bienfails 
de la constitut.ion anglaise. D' oil il suit, continuait-il, 
(Iu'un calholj(lue ue peut lli venùrc, ni achetel', ni êtl'C 
entendu COD}ffiC téruoin dc\ant un tribunal; flu'ilne pent 
êtl'c ui époux , ni propl'iélairc, ni citoyen ; (jn'il cst iU1.. 
possible (r elltretcnil' avec Jui lcs relaLÏons ordillail'es ùe 
Ja vie, car depuis Ie bonbeur domestique jusqu'à la 
pl'opriété et la vie mêmc, tout, dans notre glorieuse 
constitution, basée sur les Ecriturcs, repose sur la 
sainteté du serment; en un mot, tout hOlllme (Iui pro- 
fesse la religion de Fénelon et de sir Thomas 
Iool'e, 
est ipso {acto un monstrc qui doit être chassé de la so- 
ciété hnnlainc. J 
La prenIière Pl'oposilioll (Iue Ie zélé Inissionllairû lJl'é.. 
tenùit pl'QUVel' par l'aulorité ,dcs lhéologiens catholiques 



J j:) 


fit flue tdle spnsation dans Ie puhlic f)ue, n1a)gré I'J
 Tf- 
datnations qui 
; élaicnt à lïuslaut élcvées eL lès réfuta- 
tions qu"clle avait provoquées, Ie révérend dorteur GiUh., 
coadjutcur de l'évêque calholj(IUe d'ÉdÎJnbourg, ern! 
devoil' publier l1nf\ Jeltre ponr rep0118Ser ceUe odieuse 
calonulÏe. 

f. 
fNeil tcrnlina son lliscours con(re les cathu)jql1es 
par cette bouffonne péroraison : 
( La malédiction de Dieu est tombée SUI' cette teJ're , 
parce que I'adoralion ùes iInages, la pl'o
ternation de- 
"ant les idoles et toutes les abominations papistes sont 
dans Ie pays. CrUe vitJe si éclairée en est nn repaire; 
fHe est appelèc l'Athènes Inoderne; eHe se ùistinguc 
pal' son éJégancc, sa liuérature; ses revues tiennenl uu 
}laul rang' dans Ie J1}onde liltéraire; Inais il 
' a sur elle 
nne tache pestilentieHe, un rOH\"enL {inr nonerie ilans 
J
dimhourg ! 0 boute ! hontc! ) 
Le ministère fut sonvent interpe1Jé dans les D1eetings 
elle parlement par les peureux qu'eßrayait 
e tapage. Lc 
due de N e".c3stle présenta plusieul's motions à la chambre 
des lords, afin d'obtenir des l'enseignenlents précis sur 
les progrès dll catholicisme; it désirait que Ie gouyerne- 
nlcnt puhliftt un rapport officip} sur Ie nomIne des catho- 
liqucs, leurs chapelles récenlment bâties on en construc- 
tion , leurs colléges, Inonaslères, etc. Enfln, la Sociét{a 
de la réforme anglaise (British 1'c{ornlalion Society), 
qui s'inquiétait sans doutc de8 lenteurs du gouvernc- 
J}lcnt, se mit elle-mên1c à l'æuvre, et puhlia une carte 
e\.clusi\'ernent tlestinée h montrer les envahissements 
du papi
me. C'rtalt unc reinlure fidèle (]es loralités Oil 



" 


17l 


s'élaicnL élc\'és des COnsh'l\Clions et des étahliðscn1cnts 
calholiques. 
Le Ininistère 
Iclbourlle, accusé de sc ll10nlrcr fa \,0" 
rahlc à la cause catholiqnc, rul tléroré de I'épithète (h
 
'll'hiy..popish 1ninisll'Y, On aUa plus loin: après avoi.' 
vu des pa;)istes dans l
s menlures ,lu cabincl, 011 crai- 
guit pour r orlhodoxic ùu tròoe, ct "opinion sc préoc- 
cupa tie la con\'crsion de raimablc ct grarieuse ..eine 
Yictoria. 
La rèinc Ù' ..\nglelCl'rC l'cdcvcnir papisle! I::coalons les 
organes tIc cclle Église qui par cc fail seul se il'ouvcraiL 
décapilée. ((s pal
aissaicnt ne pas avuil' :1 ('c sujCl Ie 
nloiutll'è dontc; ils se préparaient à ccllc catastrophe. 
n
jà ils se dCluandaicnt., pâles Cl tl'cmùlants , queUcs rJl 
sCl'aientles cou
é Il1cnces; queUe conduite Ie peuplc au.. 
g1ai
 devrait tcnir en ceHe occasion. l\Iais, pour donller 
unc l'éponse, Lien loin {riuterrogcl' les sYlnpathies <lu 
pays, dans l'intérêt dl1quel ils prétcndaient posc!' la 
question, Cl de j.'tcr un coal' d'(cill'étrospcctif SUI' l'élal 
des populal ions (HI tcmps oil Ilol'issait Ie CàlholicislllC , 
ann lie Ie cOßlparcr à l'élat dc rnisèl'c où se sont ti'ouyécs 
inscnsiblement rédnitcs les classes pauvres, iis consu]- 
t.aient les 
senlin1ents de la partie la Jooins éclairée dn 
clel'gé anglican, dc cc petit llolubre ù'hommes d'é1itc 
ponr lesque1s les richesses des anciens temples cathoJi- 
tilles, les domaines el les revenus des COlI vents ont été 
confi
f)n(Ss, et qui, depnis lors, loin l!'clnploycr les 
rirhesses ct l('s rercnns lie ces propriétés à lenr anciennc 
destination, c .cst-à..dire à la rðparalion des égliscs, à 
l'f'utrrtirn drg in(li
pnt
 et an soulag(\tnenl d(1
 mi
èr('
 



17

 


lUHnaines, out délonrné Ie tonl h IClII' ('l'ofil, ann dc vi\'I'c 
et cl'cnll'etenir letll's families dans ropulcnce, ùen}Cnranl 
opiniâtrélnent sourds à la voix dll pauvre qui leuI' de- 
manùe du pain. 
l\Iais sur f}l1oi se fondaicnllcs cl'ainlcs de I'I
glisc 3;}- 
glicanc? qui put soulevcr L1 quc:;tiun de la conversion 
de la reine d' Angleterre à la foÏ catholi({ue? Les angJicans 
cxallés savaient quels scntilneals leu.' conduitc avait fail 
naÎtre dans Ie cæur générenx et lihél'al de Icnr sOllverainc; 
ils n fignoraient point I'h:)l'reUI' que leul' intt)lér'ance, Icur' 
higoterie et, depnis peu, leurs déclamations avaient inspi- 
rée à Sa 
Iajeslé, et de là ils concluaiet1t son altachel11enl 
inviolahle à leurs ant::!gonistes el aux pl'incipes de tolé. 
ranee dont il5 étaient les représenlants. A cette preo1ière 
cl'ainte s'en joignait une autl'c : Sa 
Iajesté avait fait au 
pJrlen1ent la déclaration de son mari age sans parler ue la 
religion de I'Élat.. Pouvail-on Ini pardonnel' de n'avoil' pa" 
n1ême fait aHusion à sa qualité de chef de l'Église ? de n 'a- 
\'oir pas dil un IìlOt de la religion de son époux "? Le prince 
Alherl a élé élevé dans la foi protestantc , ùisaient le
 lo- 
ries; mais qui nous répond (Iue son intention n'esL pas 
de devenir papiste? COlnn1enl ellsuite notre reine, déj;t 
si favorahle à la cause catholiflue , ne suivrail-elle pas la 
foi de son mari ? Tels étaient les doules cruels qui LOtH'- 
nlentaient les lories anglicans. Us ressucilèrenL des loi
 
qui prévoyaient ce cas; ils nOllllnèrent un Sllccessenr t\ 
)a rcine; ils dégagèrenlle pcnple de sQl] allégcancc; en 
un Dlot, Lout était prêt, Ie cas échéalll. 11 cst bien évidcnl 
(]u'un édilìce religieux qui J1'était cinlcnté qne par la 
,riolence de\'ait nrcesgairrn1ènt IOillhl'r l1() ..nines dès que 



17
 


ta \'inlenc{\ élait nsée. Sadler disait en p:u'lant tlu gou\yel'- 
llelnent de la reilJ(
. ]
lj8aheth : ( 11 n')' a pas t.llX gentils- 
c homines dans tOUl Ie pa)s clui fa,'orisent et adoptcnt 
. la con(]uile de Sa 
Iajeslé en Jualière de religion; ) el, 
en eIfet, beancoup d' entre eux suh'aient Ie culte éta])li 
pour échapper au
 terriblcs pénalilés dont la loi les Ine- 
naçait; mais cctlc adhésion nlême, arrachéc à leurs 
rraintes, en opvosilion à leur conscience, eX3spérait leur 
.. . 
lllécontenlenlcnt. Le. retour à la religion antique c.1oit 
done suivrc naturellen}ent l'abrogation des lois dont )a 
tel'reur a\'ait etIrayé les populalions. Quant anI senti.. 
ßlents drs t1iverses classes lIe la société, iis étaient appré- 
cié
 en ces termes par un journal protestant: 
f Daus Ullè queslion COlume celie de déposer un sou- 
"erain, les qua1ités du monarque doivent être examinées ; 
les considérations personnelles ne sauraient êlre rejetées. 
La substitution de Guillaume III à ,Tacques II plaça Ie 
fJlus gl'and hél'oS de la liberté cÏ\'ile et religieuse, alors 
J'égnant en Europe, 
ur Ie tl'ônc d'un pau''fe bigot, Ie 
pensiounail'c ct rallié dcs plus grands eunemis de I' An.. 
g)eterre. 
Iab la 
uhstitl1tion du prince Ernest à la reine 
Yicloria p]acel'
it un ,'ieux pécheur, Ie despote Ie pIns 
rruel d'Europe, tlUoique sur Ull petit théålre, et I'espl'lt 
Ie plus higot assis aujourd'hui sur un trône, à la place 
d'uue jeunc reine (Jui , autant que Ie ltn1ps a pu dé,.ctop- 
11er son caractère, est I)Ieine de sentiments gélléreux el 
liLéraux, d'aHections tcndres ct ,"crlucuses. D'nilleurs, 
})our opérer un changelnent aussi granù, la nation de.. 
mandcrait, en supposant nlêmc que cela dût se faire san
 
trouhler la pai
, rles r3i
ons plus fortes qne l'infraction 



177 


aH'X dauscs (fnn(' a111it.luaiUe de loi qui n'a janlais été 111h:C 

l clécution depuis qu.elle a été proc1amée et que ron 
peut dire lOlllbée en désuétuùe, à n1oil1s que les tories ne 
Ja fassen t re\'ivre puur fayoriser leurs désirs factieux. Alais 
pourrait-on opérer un l)areil ehangcment sallS (roubleI' la 
tranquillilé publique, en supposant que 1a reine ,rieloria 
devienne papistc? D'abord eel acte ne l'avilirait pas aux 
Jeux de scs sujClS catho1iques qui forment Ie tiers de son 
peupJe. Certainement iIs se réuniraient anlour d' eHe pour 
défendre ses droits contre le prince Ernest et les tories; 
ensuite tontcs les personnes qui sout indifférentes on 
hostiles à la réunion de I'Eg1ise avec l'Etat, et dont Ie 
nombre n 'est pas petit aujourd'hui, n' abandonneraient 
janlais la rcine pour soutenir Ie prince Ernest. Les protes- 
tants dissidents peuycnt ne pas almer une reine catholique, 
nlais ils ainlcraient encore nloins un roi despote : enlfC 
les deux its pencheraient probablen1ent en faycur de 
Sa 1\lajesté. Les ,,-higs sacrifier3lcnt évidemment leur 
Eglise pour 1a défense de I'Elat et se meltraient dn côté 
de Ja )'eine. Enfin I'Eglise anglicane, '"it la favenr (lout 
elle jouit, aurait tout au plus ses prêtres pour eUe, ct 
encore Ie plus grand nOß1bre embrasserait 3isénlent le 
cathoticisme.. . 
(t Les pénalités infligées par la loi dans Ie cas de retour 
au papismc, DC pourr3ient pas être DJises en vignpur contre 
Sa 
13jesté; une Joi de cette nature, dans une pareil1e 
circonstanee , deviendrail aussi \"ainr que les foudrcs du 
Tin1es; cUe pourrait faire éclater des désordrp
, mais ne 
:;ef,'irait jamais de guide à la nation. 
t Si Ie sacerdoce- anglican n'a ricn de mienx pour 
t2 



17R 


{'lahlir 
cs p",
lenlion:::-J scs Iuclnhrcs IH
u\'cnl sc pl'épat'er 

l dire un pl'ochain adieu å leur snprétllãlic. 
<< Nons punvon
 3joulcr pour l'élliHcalÎon du TÏJncs 
qne Ic r31Henx hill ill\'oqll(
 contre la rcine ne I'révoil p

s 
nil cas tl'ès.prohahlc : ccllli tIc I:. convcrsioll an eaLholi- 
cislne de l'époux l1e nol.,c sou\'craillc. Lc prince ..\lJ.ert, 
(Iui est Inaintenaut prolestant, pou'Tait, par exeu1ple, cle- 
\'cnir papistr, six Inois après son n131'iage, san
 qnc crla 
uuis1t aux tilres de Sa 
Iajeslé h la COlll'Onnc. . 
Tclles 80nt le
 consitlél'ations éclairées ct imparliale
 
flue faisait Ie Sun SUI' cellc (Iueslion, ann d'arl'acher Jc
 
lories aux il1usions qui paraissaient flatter Icurs espéran- 
ccs. 'oici Ie texte de la loi, prévoyant I'(
véncment de 
la con, ersion de la rcine. On jugera fIe l' esprit ùans le- 
tjuct cUr a élé proclalnée. Lc nCllvièlne arlir1r du bill of 
'J'Î!lItIS s'eXpl'ilUC aill
i : ( Vu qu'il a été prou,'é par I'ex- 
péricnce qu'il cst inconJpatible avcc la sécurilé ct la' 
IH'ospérilé de ce royaunlc prolestanl d'être gouveJ'né par 
un prince papisle , par nn roi uU nne reine n1ariée à un 
papistc, les IOl'us spirituels ct temporels cl les conlmnnes 
de ce royauIne ordonuent que toules les persounes qui 
soul on seront réconciliées ayec Ie Siége ou Église de 
ROlne, ou professeront la religion papiste, ou encore 
qui se marieront à des papistes, seront exclues et pour 
loujonrs incapahles ù'hériler, posséder et jouir de la cou- 
ronne et gouvernemcnt de ce royanmc, de cclui d'(r- 
Jande, el des ùOluinalions q ni en ùépendent, 3iusi (Iue 
ù'une partie quelconqnc de ces États. Elles He pourl'ont 
J excrcer ancnn dl'oil, allcnl) pou\"oil' royal, aucune au- 
ol'ilé on jnridiction. Dans tOllS cas sClnhlah!es à c{')ui 



179 


préyu, Ie peu pIe de ce royaume est et sera par la Pl'é- 
scnte délié de son obéissance et fidélité. Les dits gou\"er- 
nelnent el conronne dcscendront el seront aCtluis par 1a 
IWfsonnc protest ante qui en cftt hérité el joui dans 1(:\ 
cas oil cclui réconcilié à Ia COlli' de UOIl1C, professanlla 
religion papisle, tenant C011101Union avec cUe, on se ma.. 
rianl à un papistc, con101C nons raYOnS dit ci-dessus, sc- 
l'ailillorte nalurellen1cnl (1). 
f..'absllrdité de ccs dispo3itions csl remarquahle. On 
"Oil é\'idclnmcul qu'unc parcille Ioi ne prnt l
tre invoquée 
aujounl'hui, on plutôt qu'elle conduil'ait à des consé- 
qnences conlraires à celles pour lesqnelles eHe a élé dé- 
créléc. II résu1te en effet de la prenlière consiJération 
sur l'incolllpatihililé (Illi est censée cxisler entre un pen- 
pIc protcslant ct un souverain calholique, ({n'un peuple 
calhoIique ne pent et ne doit pas êlre gouvcl'né par un 
sOllvei'ain protestant. 01', aujourd 'hui , la pop :llalion ,ie 
l' Anglelerl'è cst de non1 allachée à I'Église auglicane; 
Jnais de fait elle Be rest pas; car un liei's òe la popnla- 
liun cst calhoJi(lue el un liers cst ûissidenl. En adlnettaut 
Ie principe ùe ccUe pren1ièrc considération de la }oi, la 
conséquence logiquc à. en dédnire, c'est t.lne la rcine I1l 1 
pourrait pas dcvenir catho\iqne en ce mon1ent, puisqne 
celie religion n' cst que celle (\'un tiers de ses sujels, 
Inais (Inc non-seulemenl elle Ie pourra, Inais qu.clle tlc- 
vra Ie cJc\'cnir dès que la Inajorilé de ses 5ujcls sera ca- 
lho!iíluC. En attendant, elle ne peul ccrlaincrnenl pas 


(I) On lrou\'cra t.Jans l'AplwuJice qllel'lues aulres parties non 
nlOin" ('uril'usrs tlf" }'
tclr fix IHt 1:\ sHcce,
ion :. la cmu onnt'. 



J.so 


llpn1cUl't}f anglicaue, ct surtout rUe )1e' pent pas l'tI è. 
\p chef t1e l'Ég1ise étahlie, puisquc retle l
gli
e nr rr.. 
Pl'èsente (ll(ulle 111inorité de ses sujels. POUl' assurer Ie 
honheul' de r..\ngleterre, it fant done, snivant les lois de 
ce pa
's, tlue la ..eine chanQe de re1igion. l.aquel1e enl- 
h)'assera-t-el1e? 
La reine Victoria, d
puis Ie jour Oil cUe a ß10nté les 
ùegrés dn trône a exercé une action bien Dlarquée par- 
tout oil son influence a pu se faire directement scntir. 
An n1ilieu des splendeurs de son rang, ma]gré les pres- 
tigeg de )a jeunesse et de
 hOllneurs , eUe n'a jamais per- 
mis que )a COUl' de Saint-James donnât rcxemple de la 
dissipation el ties fêtes insensées. On pent même dire que 
'Yiclol'ia a opéré dans rarisloCl'atie 311g1aise une réforme 
JHol'àle; son activité ct SOIl goût ponr Ie calnlc intérietu' 
unl rté inlilf
s par toutrs Irs n(Jh1e
 {lanlC
 elr r \ngle- 
leJ're, (\t l"1s habituùes tIcs gl'antles faluillps '3' en soul 
tJ'ou\'ées sensihlelnel1t anH
1iorées. Victoria a "oulu ('tre 
Ie Inodèle des épouses et des mères avant de devenir ce- 
Jui des reines. Sa l\Iajesté cuhivc les arls avec goût ct 
distinction. 11 est connn de tout Ie monde que ses 
ídées rcligieuses sont fort libérales. Depuis que Ie sceptre 
tle la puissance spirituelle a été uni à celui de la puissance 
ten1pore11c 
ntre les luains òu souvcrain de 13 Grande- 
HI'p.tagnc) Ie trône n'a pas rté occupé par un rspril p1us 
î,nparlial eL uue intelligence plus ùroite dans l'appréeia- 
tion des 3ffail'es religieuses. Cerh)S, dans )a situation 
plcine d'inté..êt Oil sc trou\'e SOlIS ce \'3pporl l' Ang1e- 
tere, l
 règne de 'Victoria cst un véritab1e bienfait. i\"ous 
forrnons de
 '-CP11X pOI\r f}l1 P 1
 Provirl
ncp 1
 pJ'o1ongr , 



181 


dau
 la cOlltiance Oil nons SOlnn)eS qu'il \'erl'a se l'éa1iscr 
l
:; espérances qu'il donne à la religion. 
Le 1'imes, qui dcpuis a c0111plételnenl changé d'o- 
})inion, se distinguait, en 18 to, parn1Ï les plus fougucu\ 
alhcr
ail'es òe rÉglise. On pou,ait croire, ellli
anL ccltc 
feuille, (lHe les calholiquc8 allaient fOl'uJcr Ie siégc .1e 
tOlldres pour S'ellJparer des rênes du gouvernemcnl, el 
réduire les protestanls à l'escla\'age. QueUe élait dune 1.1 
cau
c de ('eUe recrudescence de haine el de colère
! Dans 
unc circonslance, c' était parce que l' évêque catholique 
tIc la mélfopole avait publié un Inandclnent pour 1c 
carême, où il recommandait aux fidèlcs de prier pour 
leur reine. 
Ce luandelnent fourni
salt au Times Ie sujet d' un ar- 
ticle qui sc l'éduisait à ceci : 
. 
otre 'It'hig popish D1inistère fait tout pour ren'"cl''' 

èr l' établissement de notre Église nationale au profit du 
IJapismc; it donne à ses sectateurs les bauts clnplois 
dans les di,'el's ordres politique, judicÎ3ire el c.uhuil1i... 
stralif, ct eel a sous prétexte de se confornler úourÎ fide 
à l' acte d' élnancipation. ) 
Après Ulle longue énumeratioll de crimes, Ie TÙlte

 
terminait ainsi : 
f Ajoutez à tout ceci l'annonce pon1peuse ct con1plai- 
sante par laquelle la Gazette 1uillistérielle doune une 
fastueuse préénlinence aux décrets du papisll1e, COll1lUe 
s'ils étaient les fornUl1es accré<litées du culle national; c('lle 
fcuille a bien mérité Ie titre de Gazelte des J ésuÌles. ) 
On cût dit que Ie T Ünes scntait illslÍIlctiveD1enl la 
puissance de la prièl'c catholiquc, Cttr it en paraissaì t forl 



18
 


eni l 3yé. II sigllalail snrtoulle passage sui"alll ùe ce man. 
flerncnt à J'inllignation de scs Icclenrs : 
<< Nons ne pou,'ons onlcltre, en nons 3dressanl à 
'"OtiS, N. T. C. F., pour la prenlièl'e fois dcpuis Ie:; 
ßltCeS solennrlles dc notl'l' hicn.aiméc souvcrainc, tic 
'ous rappc1cl' ies devoirs qnr ce joyeux événenJClll 
'OllS ilupose, ()uoique nons sachioJls que "otre loyaulé 
I)our Sa 
13jesté ct '"olre tlévonement pour "otre pa- 
trie ont prévenu nolre parole. 'TOllS avez déjà, tIu fond 
de "os Ctcurs, aùressé vos sincèrcs 3ctions de grâces 
au distributeur de lout Licn pour rheureux rnariagc 
de Sa I\Iajesté avec Son A1tessc royale Ie prince Al- 
bert; yons avez prié aYéC fer, eUI. pOUl1 que lellr union 
soit longue ct hcureuse, pour l]u'ils puissent voir leurs 
descendants jnsqu'à la troisièn}e ct (JuatrièIne généra- 
tioB; et pour (Jue uotre gracieuse reine, après a\"oir 
fail Ie honhcur tcnlporcl de ses sujets, jouisse un jour 
3YCC son époux du bonheur éternel dans Ie royaume 
de Dicu. Conlinuez à conformer vos affcctions aux rè.. 
glcs flue Ie Très-lIaut ,ous iUlpose par la houche de 
saint Paul. Afin que ces supplications soient incessantes, 
nons avons fait connaÎlre à noire bicn-aimé clergé qu'il 
devra ajol1ter Ie non1 de SOil Altesse royalc Ie prince 
AH)crL à la prière qui se récite tous Jes jours à la fin 
de radorable sacriHce, pour Sa 
13jeslé el la famille 
royale. I 
Après avoir rapporlé ccs paroles, Ie l'Ùnes s'écriait : 
. NOlls avons pcu de choses à dire sur ce précieux 
écl1an\illon d'h) pocrisic papisle auqucllc jonrnallninis- 
téricl a donné son approbation..... La pl'ièrc ci...dcssu::;, 



183 


que la rcillC ct Ie (Jl'incc AlLert puissfnl lOlls òeux arri- 
,cr an bonhcur élcrneJ dcs cieu
 , est suLstan tiellement 
nne coHecte, afin ù'obtenir du Très-Haut leur con,-ersion 
au papislne, fin pour laquelle Ie Père Spencer et ses frè- 
res font si ùévotemcnt ùes signes ùc croix. Et pourlantle 
journal Ininisléricl nc craint pas d'ot1'rir cc laugagc apo- 
:;to1iquc à radn1iralion des protcstants (p('il outrage! ! ! J 
Des fcuilles qui apportaient plus de lilJéralité dans 
celle polénliquc signalaient r esprit de l"Églisc anglicanc 
cl les terreurs dont ellc était saisie à la vue ùu dévelop- 
l)enlent rapide du catholicisole. V oici, pal' exenlple, un 
article d'un journal de Londres (I) qui renfe.rrne des COll- 
sidérations géuél'ales 
1I1' Ie (lrote
lanlislue et des 3VCU\ 
dfautant plus pI'écieux à rceLlcillir qu'its découlent d'nne 
I)lume protestante. Ccs citations fonl connailre Ja dis
 
vosition des esprits. 
(( LC8 machines tt vapeur out été décou,'crles tJepuis 
la naissance du protestantislne, rnais l'art de J'in1primeric 
était connn avant ce tenlps. Un grand nombre de décou- 
"crtes ct fl'jnventions ont été failes avant )a réformc 
3ussi bien qu'après; pal' exelnp1e , la poudre à canon 
était découverte; r Amérique était connue; Ie systèmc 
rcprésentatif était en fonctions; les associations el les 
corporations des viBes, ces nourrices de 1a liberté civile, 
sc répaudaient à travers I'Eul'ope, avant mêlne que Ie 
mol protestanlisme cût été cntendu. Depuis la réfoflne, 
]e système représentatif a été ételldu ct anlélioré. Les 
continents du Sud ont été découYCrls, ct Ie g3z a cnrichi 


(I) Tire SUIl. 



Jgt 


la 
ciencc. L'Eul'ùVe avail vu t a\'aulla l'éfùrn1c, tJispa- 
raitre l'csc1a\'agc domestique, qui, ù(}pnis, a été in- 
trodnit en .Arnéri'lllc. Il a faUu dernièrement l'abolir 
par ]a loi, nécessité qui, croyons-nons, ne fut jamais inl- 
poséc à J'Eul'ope. La justice se rendait d'nne I1lanièl'e 
éclail'ée; la consoli .lalion du POU\'Oil' sou,-erain, dégagée 
ÙP la jl1ridiction de la noblesse, faisait des progrès avant 
h
 tenlps cl'HcilrÍ VII [, et ce 010U\'t'luent a continué. Les 
connais
a:
ces dans tons les genres s'étendaient, ]a mora. 
lilé s'auléliorait, Ie cOlnmerce allail croissant gradl1elle.. 
n1ent , avant tIne 1101lS eussions un clcr3é protestant ou 
une église pl'otestante. 
( Nous rappelons ces faits bien counus an Iccteur, et 
r on pourrait en citeI' une multitude d'autres, pour prou- 
"er lIue la ci\'i1isation progressc depllis plusieufs ccntaiues 
ct DlêIlle ùepni
 vlusienrs 111il1iers (l'année
, si ce Il'est 
dcpuis Ie COllln1encenlenl des telnps; ce InOUyenlcnt BC 
fail que c.ontilluer aujonrtl'hui d'unc Jl1àuière plus un 
nloins rapitle. 
c QueUe part dans ce pl'ogl'ès nloJel'Ue est dù à l'Ég\isc 
}Jl'otestante, on à que\ degré peul-elte l'a\'oil' retardé ? 
C' est.]à une question (Iue nons ne résoudrons pas. 
Cornme les améliorations marchaient à pen près lJal'i 
passu dans toute I 'Europe, à mesurc que les nations se 
les elnpruntaient l'une à l'autre, et COIDlue la Toscanc 
catholique a élé 1a prelnière à adoucir Ie Code pénal qui a 
été, ùans les temps modernes, Ie plus brillant attribut de 
l' Angleterre pl'otestanle, nous somrnes en droit de con- 
clure que Ie protcslantislue a en peu Otl point de part 
\ 
cc }>l'ogrès. 



185 


( La relation qui pent exister entre Ie protestanlÏsluc 
et l'invention du gaz Oll des luachilles à \'apeur n'a ja- 
111318 été ùémontrée, et il serait ridicule de soutenir que 
ces derl1ières iu\"cnlÏons sont des conséqnences ùe la l'é- 
Cornle religicuse. On pent Inê111C a\"ancel' avec certitude 
(Ju'elJe n'a pas eu la lnoindre part à ces perfectionne- 
iueUrS iouombrables introduits dans les connaissances 
hunlaines, la oloralité, les arts et les sciences, enfÌn tout 
ce lIu'emlJrasse Ie tern1C général : cÏ\ ilisalion. 
( Pouvait-il en être autren1ent? Le protestantisll1e dé. 
llaigne les 31'Ls COlllme inutiles; il enchaîne la science 
par ses dogmes et cherche à renfernler l'intelligence 
dans Ie cercle des connaissances qu"cHe possèdc depuis 
deux Inille ans. Cepelldant quoique I'Église anglicaue n'ait 
aucune part dans la Inarche des améliorations, elle s'est 
nlÌ
e en devoir ùe les fairc lourner à SOH proHL Elle a 
lrou\'é par là Ie Il10yen ù'außlTICnler ses revenus, bien 
au deli! de co que lui permeltaicnt ses devoirs. L'hislOil'c 
de sa mOl'alilé, ne ren10ntant pas, il est vrai, au deJà ùe 
deux siècles, pent briller pcut-êtt'e avec éclat, compara- 
tivement à la n10ralité de l'Église romaine, qui existait 
depuis une période plus longue et dans des tenlps plus 
reculés. L'anlbilion de l'Église anglicane peut, par COll- 
traste avec celie de }lome , varaitre n1oùérée, car depuis 
son existence Ie pou\'oir a toujours été concentré entre 
les mains du soUVera!ll , au lieu d'êh"e ùi\'isé entre des 
généraux, des chefs et des nobles. Si l'Église anglicane 
n'a point, COlume sa mère, foulé aux pi
tb les rois, ce 
u'esl poiut, (Ill' eUe ail été plus sage) Iuais seulcluent parce 
(lU'ellc U'Cll a pas en Ie pou\'uir. 



I
U 


( L'Églisc protcstantc d'.\nglclCI'I'C a élé crrée pal' 
1"1::tat, et clle u'cxiste que par sa sanction ct son souticn. 
Elle n'a Jll3uqué ni d'amhition, ni tl'aslllce; elle n'a fait 
qu'agir ùiUéren1n1cul. L'Ég1isc de ßonlc se sCl'vait des 
pcnples contrc les rois; ene soulneltait ]cs sou,'crains 
par Ic POU\'Oil' (IU'cHc avail obtenu sur IC8 nlasses. Ll
- 
glisc anglicanc, 3U contrairc, se scrt des souverains pour 
sul)jugucr Ie peuplc; c1le appelle à son aide le pOUYOÍl' 
séculier, afin de nlainlclIir une domination que ses \'cl'tns 
ct sa foi ne POuIT3icnt Ini assurcr; el1c est forte par la 
Joi, tal1dis que l'f:glise dc Rome plane au-dessus des lois. 
L'Ég1ise anglicanc a été pcndant longtemps soutcnuc par 
les lois pénalrs, ct nOlls \ 0) OilS anjollrd'hni tUtlS scs 
IHclllln'es, depuis )'arcbe\'êqne de Cantorbéry jusqu'au 
dernier hcdean de sa cathédrale, elfrayés ct trelnblants, 
parce {JlIe ]a législatllre refuse d'ovprilllcr plus long- 
teolps Jes sujets catho1iqnes au hénéfice des ang1Îcans. 
Notre l
glisc u'cst pas rnoins anlLitieu
c que ne l'était 
celIe ùe non1c, mais el1e a affaire à un peup1e plus intel- 
]igent, 3 Ult gOtlvcrncment civil pIns fort. Une autre con- 
sidération puissante, c' cst que )a pressc, en tenant en 
rcspect Ie pou\'oir temporel, a aussi liulité Ie pouvoir 
des ccclésiastiques. On n '3 pas vu, dans les temps 1110- 
dernes, Ie n1agistrat civil un Ie prPtre exercer ecl 
empire al'bitraire dont tous ùeux abusaient avant la ré- 
forme. 
( Tonles les circonstances tendraient cependant à in- 
,'estir rÉglise anglicanc d'un caractèl'e supérieur à celui 
de rEglise de HonIc, ç' cst..à..dirc h la faire regardcr, cc 
qui u'cst pas, conHnc rautcur de la civilisation Inodcruc 
 



187 


aussi, prenaul il\"anl3gc de celie supériorÎlé apparcnlc, 
Ie clergé anglican dcnlande aujourd'hui que I'Élal con- 
tinue à opprilTIcl' les calholiques. 
( Pour jngcr sainerncnt rÉglise anglicanc, toutes lè
 
circonstanccs qne nous avons énurnérécs doi,'cnt êlrc 
prises en consitlél'ation. On doit se rappeler qu'elle cst 
Ie produit ùes temps modernes ct d'une civi
isation IJlus 
avancée, (ju f el1e existe depuis moins de tenlps que 
I'Église romaine, et qu' elle n' est point souillée des yices 
ct des crimes qui ont distingué cette dernière avant Ja 
réforlllc, à I'exception de ceu\: cependant dont eUe a 
hérité, ct dont elle ne s' est pas encore purifiée. 
c Nous rerOllS ces observations afin d'abaUl'e, antanl (PiC 
possible, rarrogance l'é\"ollante dfune certaine partie du 
clergé anglican, qui voudrait priver tous les citoyens, e
 
('epté ceux de leur congrégation, d'avoir part aux avanta. 
gCg de l'éùucalion donnéc aux frais de I'État, de jouir des 
droits civils et de remplir des chal'ges sous la couronnc. 
I Nous SOU1mes cependant amenés à penser (lue cette 
arrogance a reçu dernièrement tant ð' échecs, que ]es 
prélentions dcs- Gregg et des 
I'Neil ne scront plus tloré- 
navant si hautaines. 
f Espérons qne les disputes cnvenimées ct les discortles 
que les higots furieux du clergé anglican, et leurs 01''' 
ganes dans la presse, se meltaient en devoir d' exciter, 
touchent à leur ternle, et s' évanouiront bientôt. Hurrah! 
La tentative des tories ponr exciter tine luKe re1igieuse 
est une IDlstificalion. ) 
Les attaqllcs que eel article rcnfcrmc contre I'I
glisc 
fÚlnaiue en .\nglclcrre avanl I'époquc de Ja réfonuc, 



J88 


pourraient êll'C Yiclorieusenlenl réfutées pal' les fairs 
hisloriques que nous présentent les rapports spéciaux 
des conunissions nOlumées par Ilcnri VIII, afin d'exa- 
Jniner )' état des couvents et des différenls orùres rc- 
Jigicux. 
Iais les préjugés tIc I'écrivaill 
e dessinent 
d'unc Inanière tellen1cnt évidentc à tOllS Ie:; 
-eux, (IU'il 
ll'esl pas nécessaire d'en ,-enir là. Pour tout Iccteur at. 
tenlif, la réfutalion de ces allégations DOUS paraît renfer- 
lllée dan
 rarticle mêlue, par suite des contradiction
 
dans lesque11es tOlllbe l'auteul', quanù, après a\'oir ac- 
cordé au clergé catho1ique des \"ertus <<Iu'il refuse au 
clergé anglican, it reconnait dans Ie second moins de 
,!ces et plus tIe lnoralité que dans Ie prenJier. 
Les chalnpions tIu fanatisme protestant dans la chaol" 
bre des lords et dans celle ùes COIDlnuues sortirent aussi 
de leurs relranchclnellls : la triùune retentit de leurs ha- 
rangues. Leurs paroles conslatcut ranÍ1uosÍlé qu'cxcitail 
chez eux Ie mOllVell1Cnt calholique. 
On choisissait d' ol'dinaire punt' ces attaques Ie luowent 
où Ie parlemcl1t ðè\'ait voleI' sur ]a dotalion annuelle ùe 
8,000 Ii Vl'CS sterlings accordéc par Ie gOll\"ernement ån- 
glais au collége catholique ùe l\IaYllooth, en Irlallde. 
8,000 livres en rètour des confiscations et ùu pillage dont 
les richesses ùu clel'gé de ce malheureux P3)'S ont élé 
l' objet de la part des IH'otestants! Eh bien! cetle faihle ré. 
triLution fournissait à chaque session aux R. Inglis, Col- 
quhoun et autres l' occasion de crier au sacl'ilége, de 
représenter so us les cOl1leurs les plus odieuses Ie clergé 
irlandais; SOll crÏ1nc est d'être catholique. Donncr de 
l'argent à un collégc cathuliquc ct irlantlais, c' est en- 



Ig9 
courage}' Ie 1)
H'jurc et l'idolfttrie! La conscience d{' no- 
hrart Inglis 1u1 fait un dc\'oir de protester contre une pa- 
rejlle iniquité. Des pétjtions sont pl'ésentées pour réprhner 
eet abus; on 3 obtenu quelques signatures sur la place 
IH1blique on au milieu des déclamations furjbondes d'Exe- 
1er-IIall; c'est assez pour que la chambre prenne la de.. 
mande en ronsidération. 
Pl'ouver que les cathoJiques sont parjures et idolâtres 
a élé, pendant plusieurs années, Ie lhên1e de discours qui 
occupaient la chambre des communes pendant une on 
plusieurs séances! 
1. Colquhoun est celui des orateurs 
anglicans les plus écoutés daDs ces grandes circoDslances. 
L'étentlue de ses connaissances théologiques lui per- 
mcttent de rajeunir les ,'ieil1es calomnies jetées à la face 
de I'Irlanue; il va mêlne plus loin: it a tl'ouvé dans 
Iay- 
nnOlh, ce fo)'cr dïdo)âlrie, deux partis cathoJiljues qui 
y ,;ont (tn tulte : Ics nltraolonlains ct ]cs gal1icans. CC3 
ltel'uÎeJ's, en lrès-petit nonlbrc, sont, dit 
L Colquhoun, 
des hommes assez sages; mais, quant 3UX u1tramon- 
tains, f c' est nne Jigue qui a des lois et des canons par- 
ticuliers, des sernlents qui Jient scs é\'êques, des règle- 
rnenls par Icsqucls scs l11eulbres s'engagent à imposer 
1curs lois dans les pays dont ils sont citoycns, et ces lois 
sont de nature it ébranler les bases de lOl1tf\ 
ocirt{. rl à 
COU\Til' rle sang nos rues cl nos campagnes. ) 
Lc soin rle répondrc à ces cxtra"3gJnCeS cst d'ordinaire 
laissé à 
I. O'ConneH qui, COlIlme on Ie comprend, n'a 
pas grand'peine à faire justice de parcils arguments. 
En 1841, cette agitation re1igicuse comnlençait à 
e 
calmer; anjonrdOhui il n'en reste plus que Ie souvenir. 



1ÐU 


Les tories, principaux instigateul's ùe ce n10U ven1cn t , 
nne fois arrivés au pou voir, se sont occupés ties moycns 
de s'y luainlenir; ils onl bissé s'éleinrlre des passions qui 
u'avaienl ét(
 excilées (lUC pour IH'éciljilCr la chute (rUn 
pal'li qui les lenail ,lepuis longlclnp-' éloignés drs anàir..s. 
C'CSl à peinc aujourJ'hui si la tlotalion de )Iaynoolh tirc 
f\1. Plunllree de son engoul'disseluent, el si la \'oÍx de sit' 
llouel'l Inglis se fai l en tenl1re pour renou ,"clef' sa pro- 
IC
lation annllcllc conlrc lïùolâlrie de l'Église rOlllaiHc. 
L'éloquencc ùe ces Illessieurs a fail son (ClllpS. 
Plusieurs tIe
 hOf1Ul1CS et dC3 jouruaux dUlllllous avons 
Cilé les parGles out tOlalen)enl changé de langage. Celui 
on TÎ1ncs, pal' excluple, a suLi une allération que nons 
ferons ressortir pins loin. 
l.es préjugés anli-catholitJucs se sonl aft'aihlis dans lons 
les cSIJrit
 {lont iis l1'ont pas entièremeul disparu. Le cri 
ùe 110 l'opcry ne l'etenlil plus guère qu'à certaine époqnr 
tIc l'année dans Ic Y3sle anlphilhéfllre du Strand, appelé 
ExClCl'-IIall. C'esllà que sc tiennCul les 111Crlings 3nnllcl
 
(les associations proleSlantes. Au luois de nlai, ces solcn- 
nilés meltent Ja ,'ille ùe Londres en 1110u\'cment. 
Ses habitants s'elltreliennenl des meetings, de )a roule 
qui S') presse, des nobles lorùs ct honorables genth
lncn 
qui figurenl sur l'eslrade on p1atc-forme réservéc anx 
sOlnmités qui honorent de leur lH'ésence ccs assenlblées 
populaires. Chatlue association rcligicllse, incol'poréc!l 
I'J
glisc nalionalc Oil placée sous Ie patronage òcs dissi- 
ùents , convie à celle époque tIe I'année ses adeplcs 311X 
réunions d'Exeler-J-Iall, Ol1 se donnenl tOUI
 à tour d(
s 
("011("('1'18 f\t lcs l'(,pl't-sentations dt....s sociétés (1l'oteslantrs. 



1Dl 


En Anglclerl'C, un Hlcetiug tIe quelque in1portance né- 
ccssite tOUjOUl'S la pl'ésence ù'un nlell1bre dn parlement, 
pont' occnper Ie fautcuil de la présiJence. On se contento 
(rUn repl'ésrnt::lut fles conlOlnnes , quantI il u'est pas pos- 
sit.le fie se IWOCtH'Cr nn IÛl'll. 
lais nn nH'\eting fJui llè tlt)it 
êLre pl'ésiòé ui pal' un lord, ni par nn honorable de lil 
chanlhre bassè, est, aux yen x du public anglais, qucl- 
que chose de si Inesquin qu'il ne \'ienl pas à la pensée 
Inèlne des plus peliles gens de s'y rcndrr; aussi ne lil-on 
jamais òaus un journal on sur line affichc I'annonce d'un 
lllceting sans y voir en caraclèL'cS saillanls : LE F,\UTErlI.. 
SEn.\ oeCl:pÉ P.\ß I.ORfJ 
... ou PAR J.'1I0
ORAP.lE 
I..., 


l\rE
lBnE DU P ARLE;\IE
T. 


II arrive assez fréquenunenl que Ie président fait dé- 
raUl à l'in\':lalion; nlais peu inlporlc ; Ie lOlli' est joué; 13 
fuule l'emplit la salle, et, Ina1gré les mUl'mnres, on suhit 
13 présidel1ce pro\'isoire d f ul1 l'é\'érend, en attendant I'ar- 
ri\'éc òu présidcnt titulaire, qui fort sou\'cnt se fait at- 
tCIH1rc ainsi jusqu'à la fÌO. Lc
 chartistes nOllS ont 1l1ontré 
récemmentjusqu'où pou\'ait al!cr ceLLe passion du peuple 
pour les honorables. Car, pour satisfail'e au\: exigences 
òe Icur public, et se trouvant pris au dépourvu, iis se 
sont décidés à arrêter, au sortir de chez 111i , un men1hrc 
(]cs COlllnlunes, qu'its ont conduit, la Inain au collet, 
jusqu'au fauteuil réSCl'\'é au présiùent de leur meeting. 
L'honorable accepla son sOl'l avec un esprit de résignatiun 
parfaiLe. A ùéfaul d'Ull lord on d'UIl Inen1bl'c òes COln.. 
luunes, on sc conte d'ull nÉvÉRE
D; les associations reli.. 
gienses dissidentes, dont quelques-nnes 011t des idées (lui 
fl'isenl Ie radicalisnl{'\, sonl sou\'cnt l'éduitcs
! tIes pn c 



-192 


sidcnt
 dr rrU
 tI'Oigj
n1e classc. La prt
sidrncû tIt'S F
" 
QrIRES n' cst gnère plus goÚtée que cel1c des révél'rndc; ; 
ce sont pcrsonnages trop ordinail'es. 
Les 
rands nleetings du nlois de mai sont ponr Lontll'c:s 
de ,'éritaLles fêtes rcligieuses; cllacun se procure Ie pro- 
gramme de res réunions, et ron s'y rend suivant l'aurait 
plus on Dloins vir du spectacle. On sait, par exenlple, que, 
c haque annl
c , Ie -révérend G... réscryc quelqne granùe 
surprise pour Ie Inreting 311ql1cl il doil pal'1er. Non-senle- 
ment les secrétaires de chaquc association lisent périodi- 
quement un rapport {{ui contient toujours les nlerveillenx 
succès oblenns par la société dans sos tentatives de pro- 
pagande religieuse, mais des historieues forgées ad hoc 
arrivent toujours à propos pour exciter I'hilarité de I'au.. 
ùitoire, qui tour à tour rit, plenre , applaudit, sill1e; les 
grogneJnents sont réservés pour Ja deuxièlTIe scrne; c'est 
d
ns celle partie tle la rcprésenlatÎon que l' on e'lhilJc dr 
prétendues bulles pontificalrs, de soi..disanl lcttres en- 
cycliqucs, des correspondances secrètes de Ron1c; pièces 
qui tontes prouvenl, démontrent jusqu'à l'évidence l'irlo- 
lâlrie des pápistes et la politique usurpatrice des Papes ! 
J..a confusion arrive alors à son comble ; les grognements 
couvrent la yoix des orateurs; on se sépare au Inilieu 
de cellc agitation, et, cn 
orlant, les hourses s'olHTent 
d'aulant plus largcmcnt que les têtes SOllt pIlls échanfTécs. 
'.oilà, cn général, Ie récit tidèle des Ineetings protestants 
(11
xetrr-llall. Les conlptes-rcndlls particuliers offrcnt d(\ 
légères yariantcs, suiyantl'association re1igicnsc qui les 
ronvoque ct les orateurs {Jui y parlent. 

Iais , 3près ayoir reconrn à de pareiJs J110yens pour en- 



IU;:; 


tretenir Ie zèle dn public et exciter sa générosité, les so- 
ciélrs poursui\"cnt leur propagande et utilisent leurs res... 
sources dans toutes les parties du globe. 
ons puisons à 
ce sujet des faits curieux dans les rapports annuets que 
chaque société a fait publier en 1843 sur )a situation de 
ses affaircs. Voici ce que nous révèle Ie rapport de la 
Société allglaise el élrangère de la Bible. 
Dans I'année 1842, la société a reç!1 en souscriplions , 
donations, legs, etc., la SOffiITIe de 39,821 Ii vres 
sterlings, trè8-près d'un million de francs. De plus, la 
"ente des Bib1es a produit 52,287 livres sterlings, 
plus {\'un miltion 300,000 f1'. Le Hombre des Bibles 
]nises en circulation par la société, en Ang1eterrc, a 
élé de 727,850, et, en pays étrangers, de 254,230 ; 
en tout, 982,060. Le nOI1}bre total, depuis la ron- 
dation ùe la sociélé, en 1814, 3 été de 1
 Jnilliol1S 
20,994. 
L'agent de la société en France a écrit qu'il renconlrait 
toujours une résistance bien déterminée à )a distribu.. 
tion des Bibles, mais que les membres de la sociélé 
avaient redouLlé de 7.èle, et que dans la dernière année 
it avail élé dislribué 135,84.1 versions proleslanles. En 
23 ans, 1 minion 600,000 Bibles ont élé répandues pal" 
toute la France. 
De semblables efforts ont élé fails en Allemagne. 
En 1842, it a été placé dans Ie \VurtemLerg plus 
d'exemplaires que dans toutes les années precéden- 
les ; dans Ie Hanovre, 20,000. II Y en a ell ä7,000 en 
Halie. En Belgique, la propagande de la société a en 
1110ins de 
uccès, seulernent 12,546 exelnp)aires y 
is 



t Ð,
 


ont étr distribués; néannlOins cc rhiffre nlême pré- 
sente une augmentation ùe :3,000 SUi' celui de I 'année 
précédente. 
A Stocldlolnl , il a été placé 19,9:5;) excmplaires en sué- 
<lois, en français et en d' antres langues; un très-grand non1- 
bre a été introduil en Rusgie tJans les différents dialectc:;. 
En Finlande, 40,000 fan1illcsontrcçuùesßibles,En Grècc, 
8,828 exemplaires'ont été distribués ; à 
Iytilène, 4,470; 
à Calcutta, 60,000. La société a reçu la som01e de 280 li\'. 
sterl. (7,000 fr.) en souscriptions de TaÏti. II pal'ail que Ie 
public ò'Exeler-Ilal1 a beau coup applaudi en entendant an. 
nonceI' cette souscription. Trois ét1itions <1e la Bih1e ont 
été imprimées à 
Iexico depuis 1837. C'esl ]a catholique 
Espagne qui a été Ie moins enlanléc. Nous ue savons pas 
]e nOlllbre des lliblcs qui J oot été répandnes; mais la so- 
ciété confesse e\le-nlê31c qn'eHe y a en pen de bonhellr. 
Pour dernier trait, nons .lirons que, dans rann
e del''' 
nière seulempnt, il s' est élabli cent nouvelles sociétés 

uccursalcs de la société de l..ondres. 
le meeting où ce rapport a été co)un1uniqné au puhlic, 
était présidé par lord ßexle)' , assisté des évêques tIe 'Yin- 
cl1esteret de Chichester. LortJ 
Iorpeth, lord Teignmouth, 
1\1. PIUDlptre, membres du parlcment, étaient préseu(s, 
ainsi qU'lln grand nombre d' ecclésiastiqucs. Avec une 
estrade décorée de si hauls personnages, on étouffait dans 
l'amphilhéâtre, tant la Coule y était grande, et l' on hoxait 
à la porte afin d'être adrnis à I'honnel1l' de voir leurs nobles 


. . 
selgneurles. 
Les receHes de la société des lJlissionnaires angli 
cans pendant l'année 1842-1843, se sont élevées à 



19r1 


2,873,000 fr. L
 roi de P.'usse a envoyé à la société 
2,500 fl'., et il a promis de verser, chaqne année, 625 fI-. 
entre les Inains du trésorier. 
Les recettes de l'association des missionnaires ,ves- 
leyiens étaient, poul.la mêule année, de 2,45Z),600 fl'. Un 
I
ropriétajre du ,.. orkshire , 
1. Isaac Cro,vlher, a fait à la 
société un don de 57,500 fl'. 
Les missionnaires baptistes ont reçu 1 ,542,4
O fl'. 
A la réunion lenuc par l' association p1'1otestante , 

L Pll1mptre, après avoir félicité l'assemblée, lui a signalé 
Ie grand nombre de chapelles catho1iques que l' on érigeait 
de toules parts. 11 a ajouté que Ie papisme s'était introduit 
parmi les protestants eux-mêmes, et que, dans ces cir- 
constances, non-seu1ement les efforts faits par I'asso- 
ciation dans l'intérêt du protestantisll1e se trouvaient 
pleinement justitiés, mais qu'il fallait encore redoubler 
d'énergic. Le secrétaire a donné cnsuite lecture d'un vo.. 
lumineux rapport sur les travaux de l'association pendant 
I'année. II est dit dans ce rapport que Ie catholicisme lè\'e 
inso1en1ment la tête, et qu'un membre catholique de Ia 
chan1bre des communes a osé annoncer uoe motion ayant 
pour but de supprimer le sernlent de suprémalie. En con- 
séquence la réso1ution suivante 3 été adoptée à l'unanimité: 
(I Les dOCUlnents soulnis à l'assemb1ée ayanl fourni la 
preu,'e des elnpiétenlenls du Pape el des ten dances de l'a- 
postasie papiste à étendre son influence tea1p()relle et spi- 
riluelle dans Ie P3YS, it est du devoir de tout vrai chrétien et 
sujct loyal, ami de la libel'té civile et religieuse, de faire 
ous les efforts en son pou\'oir pour arracher ses conci.. 



196 


to)'ens au joug <<.iu catholiciSll1C et Inaintcuir la Iib
l'lé 
civile et religieuse qui a été établic par Ja réforme.)) 
En\'iron cinquante sociétés se présentent à tour de rôle 
pour e-xciter It:" zè1c du public protestant de Londres. 
Nous avons ern devoir enregistrer ces résultats pour 
montrer ce qui reste encore de vie au protestantisn1e 
:tnglais, et faire apprécier l' énergie avec Jaquelle illutte 
contrc les dangel's'qni Ie menacenl. 
Le mer\'eilleux concours que se prêtcnt les 
ociété
 
protcstantes, fait regretter de ne pas toujours trouycr 
chez les c3thoJiques ceUc conformilé de vues qui, daus 
les m0l11cnts de lune, décide souvent lIu snccès. Les 
opinions poJitiqnes entretiennent parmi eux de regret- 
tables ùivisions. L'allcienne alliance ues cathoJiques avec 
]es libéraux t alliance que les circonstances ont souvent 
justifiée et ff\ndue nécessaire, a soulevé contrc eu
 Je
 
prévenlions du parti conservateur, aujourd'hlli Je plus 
favorablement disposé pour Ie ealholicism,e. Les ang1irans 
les ont cOllsidérés pendant long-temps COmme aninlés con- 
tre lenr Eg1ise des sentiments peu bien, eillants des dissi- 
dents avec Icsquels ils confondaient leur cause. L'auillldp 
tIc certains catholiques vis-à-vis des membresde l'établisse- 
)l1ent a peut-êlre justifié trop souvent la luéfiance de ce
 
tlerniers. A rheure Oil nous écri\"OÐS, quoique ces craintcs 
réciproques s.affaiblissent, cUes l1'ont cependant pas ces
é 
ll'exister. On doit regretter d'autant plus aluèreluent ce 
man4ue {l'harmonie, qu'il partage les enfants de deu't 
Eglises qui, par leurs doctrines, Icur hiérarchie et leur 
discipline, ont des points si nonlbrcu:\ de contact. Cet élat 



{ü7 


de choses est d'autaut plus déplorable ell ce monlent , que 
la Inoitié des anglic3ns tendent vers Honle des lìlains 

uppliantes et la prient de les regarder COffilue ScS til
. 

Iais taudis qU'l1ne portion des calholiques, loiu de cher- 
cher à dissipel- les préventions de leurs frères égarés, lcs 
I'epoussent avec peu de bienveiHance et de charité, 
d'autres pl'enoent Ie parti opposé, extrêmc, et selnblenL 
confolldre les intérêts de I'Eglise avec ceux d'un parti. 
Ainsi, alors que bir Robert Peel arrivait aux a(faÏl'es, 
les divisions qui existent dans les rangs catholiques se 
manifestèrent d'une luanière bien triste. Le travail reli. 
gieu
 était d'un heureux augure pour l'avenir, surtout 
depuis que les théologiens de l'Eglise ang1icane viennent 
demander au catholicisnle pour leur Eglise les conditions 
ù' e
istence qu'Jls reconnaissent manquer à leuI' établis... 
sen1ent. .Mais ce rut une grande Ünprudence, dans l' es- 
poir peut-être de flatter les anglicans, tI'insinuer que 
la vérité avait quelque chose à altendre des hommes qui 
arl'ivaient au pouvoir. Lord 
hre"'sbury fit dans ce des- 
sein un appel à ses co-religionnaires, dans lequel il pro. 
testaircontre l'alliance des catholiques avec les Jibéral1x : 
il blåmait sévèrement l'agitation irlandaise et O'ConneH. 
Ceue démarche u'a eu d'autre résultat que d'éveiller de 
fâcheuses susceptiLilités el de faire éclater des Inésinlel. 
ligences plus prof,)ndes que jamais entre les calholiques 
anglais et leurs fl'ères d'lrlande. 
II est à craindre que Ie noble comte de Shre\vsbury, 
habitué à yivre avec la haute noblesse, la puissante aris- 
tocratie anglaise et anglicane, n' en ait , à son insu, subi 
I'influence. II e8t facile, sans parlagpr les 
entilnents d'un 



198 


monde dans Ie cerclc duquel on se Ineut, de se laisser 
insensihlen1ent aller aux irnpressions ql1'on en a rcçues , 
alors qu'on croit Ie Inieux s' en défendre. Aussi la publi- 
cation de lorù Shre,,"sbury attirera-t-elle à I'aristocratic 
catholique d' Angleterre un reproche qu' eIle est-loin, 
nous Ie croyons, de n1ériter aujourd'hui : Ie reproche de 
se mOlltrer pusillanime devant les euneluis de l'Église, el 
facile à }'oppositlon contre I'lrlande. Dans l'intérêt des 
catholiques d' Angleterre, nOllS aimons à croire que lord 
Shre,,'sbury s' est laissé entraîner beaucoup plus loin 
qu'il ne pensait. 
Chercher à n1eUre les calholiques dans la dépendance 
d'ull parti polilique quel qu'il SOil, est, selon nous, une 
prelnière et une grande fante; Inais chercher à aUeillùre 
ce hut en jetallt Ie blâlne et I'injure à O'Connell nous 
sen1hle inexcusable. Conlment! VOllS, catholiques d'An- 
gleterre, YOUS répudiez Ie chan1pion ùe vos libertés! 

Iais sans Ie n1erveiHeu
 talent, Ia prodigieuse activité, 
l'inébranlable aHachenlent à ]a foi de celui que huil Dlí)- 
lions d'homlues saluent du non1 de libérateur, où en se- 
riez-vous aujourù'hui? Auriez-vous seulen1cnt Ie droit 
d'élever puòliquenlellt la ,'oix pour faire un appel à \'OS 
frères? C'est par trop méconnaître ce que vous devez au 
glorieux agitateur de I'I.'Jande, à ce géllie tutélaire de 
I' Angleterre, qui a p1us fait dans quelques années pour 
votre élnancipation que vous ct "OS ancêtl'es dans I' es- 
l)ace de trois siècles! C'est 
1. O'Connell que YOUS aHa- 
quez, après être entré en jouissancc des droits qu'iI \'OUS 
a conquis, des droits que, dans ,'otre isolement, vous 
n'osâtes jamais réclamer! 



f99 


Et qu'on ne sty trompe pas, attaquer Ie grand agita- 
teur, c' est attaquer l' Irlande. 
Ia'gré Ie génie, les ta- 
lents, les I'ares qualités qui dislinguent O'Connell, c' est 
Ja position anol'male, exceptionncUe de Ia vieille Il'lande 
qui Ie fait grand; c'est l'oppression contl'e laquelle it pro- 
teste, au nOln de sa patrie, qui ùonne à ses paroles assez 
de force pour les faire relentil' d'une extrén1ité du mouùe 
à l'autre, excitant parlout une religieuse adrniration. 
Vue partie des catholiques anglais paraît ignorer ces 
choses; ils ne voient pas que la cause de 1 'lrlande est 
leur propl'e cause, ni quel danger it y a pour eux à se 
séparer d' eIle. 
La démarche ùe lord Shre,,'sDury est d'autant plus 
regreuable qu'll s'est acquis sons tant de rapports de si 
beaux titres à la reconnaissance ùes calholiques du 
Inonde enlier par la générosité avec laquelle il vient Cll 
aide à tous les établissen1ents utiles à la religion. 
Les catholiques d' Angleterre ) forls ùe leur magnifique 
position) ont cerles quclque chose ùe mieux à Caire que 
de se jeteI' ainsi dans les bras (fun ruinistère qui, après 
lout, lle leur a encore donllé aucune garantie de ses 
bonnes dispositions. 
On comprend jusqu'à un certain point que 1'Iriande 
puisse s'élever comme une barrière qui retardera de 
queIque temps encore Ie rapprochenlent politiqne des 
catho1iques et des anglicans; mais lIne la justice à ren- 
dre à la patrie d'Ü'Connell puisse diviser les catholiques, 
c'est ce que n'admettront jamais des cæurs droits et sin- 
cèrement chrétiells. 



CHAPITRE VII. 


SO':U:UAIRt... 


Renovation sociale par Ja tempéraßce. - La foi catho1iql1e féconde 
les telltati\"es F.térilrs des association;; protestantrs. - Les calho- 
Jiqucs ct le
 protestants se prêlent un mutuel appui. - Croisade 
du I'évérenti père T. Mathe". - Les prodiges d
 teetotaJisme en 
Irhmde et 
n _\ngleterre. - Éloges et encouragements donnés 
au capucin irlandais par l'é,'êque ang1ican de Norwich et l'aristo- 
cratie protestante. - Le père Mathew reçoit les témoignages de 
la satisfaction du souverain pontife. 


Panni les æu\'res que Ie catholicislne renaissant a 
fécondées dans la Grande-Bretagne, figurent en première 
]jgne Jes associations clites de tempérance on d'abstinence. 
Ces sociétés, encouragées à la fois par les catho1iques et les 
protestants, ont exercé sur les classes infél'itures une 
influence l'égénéralrice bien digne de tixer l'attelltion. 
LeUt' iOlportance, qui s' est progressÍvernent accrue dans 
les Citlq dernières antH
e8, est devenue si considérable de- 



202 


puis que r Irlande seule compte cilul millions de teetotal- 
lers, que nous croyons devoir COllSaCrel' un chapitre spé- 
cial à l'histoire de Icur développement. 
Quand les lois, au lieu de ßlaintenir l'équilibl'e entre 
les divcrscs parties de l'édifice social, au lieu de se 
trouver en rapport avec la religion, Ie caractère elles 
lllæurs du peuple auquel elles sout destinées, ne sonl, 
au contraire, qúe )' expression de passions haineuses, et 
n'ont ù'autrc but que de froisser son caractère, d'insul.. 
tel' à sa religion et de combattre ses mæurs, elles finis- 
sent toujours par Inodifier, effacer, anéalltil' même la 
nalionalité la plus fortement constituée. Tel a élé sur 
I Irlande l'etfet de la législation auglaise. Nons trouvons 
dans cette législation la cause qui a réduit l'Irlanùe à 
I' état où on la voyait ßaguère, ct dont cIle commence à 
se rele,Ter avec tant de peine et après tant de généreux 
efforts. La cl'uelle t)Tanuic exercée sur elle pal' l'Anglc- 
tCITC l'a réduile à la ß1isère et aux "ices qui en sont la 
suite. Si les grandcs richesses, en faisant naître ropu- 
lence, engendrent la corruption, l' excès de la J11isère ne 
produit pas ùes effets moins funestes ; à la longue, eUe 
abrutit Ie peuple dont eUe a fait sa proie. 
A ce raisonnclnent, un Anglais n'hésilerait pas à ré- 
pondre : Les Dlaux de I'lrlande lui \"iennent de ses ,ices; 
c' est à sa paresse, à son intern pérance qu' eUe floit les 
aUribuer. II ira mênle jusqu'à imputcr à l'int'ériorité de 
)a race irlandaise leg 111alheur8 dont lui seul esll'auleur. 
Qui, des "ices viennellt s'ajoutel' à la ßlisèl'e de ce 
peuple iufortuné; lllais on DC dit vas que sur lui out pesé 
5ix si
clcs d' opprc&5ion cl'ucllc. Six siècles 
 ä'il c
t per- 



205 


mis de s'élonner de quelque chose, c'est qu'après une si 
longue période sa dégradalion ne soit plus grande. Sous 
les haillons qui couvrent Ie paysan irlandais, bat un cæur 
généreux; et l'IrJande, plongée dans les ma1heurs que 
l' 011 dit êtrc son propre ouvrage, loin ùe proyoquer Ie 
ßlépris, ne peut excitcr que l'adlniration! Ene est dé- 
chue, il est vrai, de son premier état, mais cUe est pleine 
d'énergie. Qu'un souffle de vie passe sur eUe, et on la 
\'erra se relever pour reconquérir sa puissance. D'ail- 
leurs, n' est-i1 pas grand et glorieux pour l'Irlallde d'avoir 
préféré la misère à l'abandon de sa foi? QueUe nation, 
après une oppression si longue et si violente, eût con- 
servé autaut d'élémenls d'avenir? 
On conçoít qu'un peuple, condamné à la n1isère, sans 
espoir de jamais améliorer son sort, se livre au découra- 
genlent, t\ la paresse, et pui
se chercher dans Ie vice un 
oubli passager à. ses manx, sans songer qu'il se pl'éparc 
par là de nouvelles soufirances. Telle est l'histoire du pau- 
v re irlandais, lui à qui illl' est pas permis de posséder 
Ie coin ue terre qu'iI culLive, et dont les sueurs doivent 
servir à enrichir son seigneur, sans apporler Ie moindre 
soulagement aux doulcurs de sa famille. De là l'intempé- 
ranee; rusage abusif de la boisson est deyenu la plus 
grande plaie de I'IrJande. 
Un voyageur ang1ais qui ,.jsitait Ie pa}s au commen- 
cement de ce sièc1e, et qui ne s'est pas toujours dépouHlé 
de ses préjugés nationaux, nous dil dans ses ménloÏI'es : 
C j\ Dublin to utes les nlCSlll'eS qu' on a prises contre 
i'usage des spiritucux ont élé infructueuses, ct les prê- 



204 


tres ont plus fait qne la législation; leurs IJl'ohibitions 
des liqueurs fortes pour un, deux ou trois Inois, ont 
manqué ral'emelll leur elfet. J 
Rappeler cet homlnage rendu, it y a trcnte-cinq ans, 
au clergé d'Irlandc, n' est pas sans opportunité dans un 
Inoment Oil UIl de ses lnembres voit lcs populations 
e 
l'elc\'er, à sa voix, de I'abl'utissement oìlles tcnait l'ivro- 
gnerie. On dirait que la perfide tyrannie dll gou\"erne- 
ßlent anglais, après avoir vu échouer toutcs ses persécu- 
tions contre I'Irlande, ail cherché jadis à I'anéantir en lui 
ouvrant la yoic des vices, car on ]e ,'it tout occupé 
d'accordcr des prinlcs à la consommalion ùcs liqueurs 
fortes. Grâce à ces conpables encouragements, J'usage 
tIe ces boissons devint bienlôt considérable, et surtout 
celui du ,,-isky (i). Un rapport présenté au gou"crne- 
ment anglais constate que, daus une senle rue de DllbJill, 
conlposée de cent quatre-villgt-dix maisons, il y avail 
cinquantc boutiques où se débitait cette liqueur malfai- 
sante. Quand Ie mal de,-int tel que son excès dut forcer 
]e gouvernell1ellt à adopter quelques meSUl'es répara- 
trices, ces mesures furent presque toujours rendues in- 
fruclucuses par la conuÏ\'ence des oßìciers de r accise, 
qui, pour accroÎlre leurs faibles appointements, sc Ii- 
guaient avec les parliculiers pour pern1cllre chez eux les 
dislillations frauùuleuses. Ainsi favorisé, Ie vice déplo- 
rable de l'ivrognerie étendait ses ravages en Irlande, et 


(I) Ceue liqueur cst une distillation d'a\'oinc à Jaquelle on mêlc 
df"\ l'eau*fOl'le 011 du vitl'io1. 



20;) 


"cnait accl'oitrc les calanlités déjå si gl'ândes oi1la tni- 
Stlre plongcait ses habitants (l). L'i\TCSSe était devcnut' 
pour les pauvres une ressource contre Ie décourage- 
lllCIH; dans lïnlpuissance de trou,-er un remède efficace 
à sa détrcsse, Ie paysan il'landais cherchait à oublier ses 
peines en noyallt sa raison dans quelques ,'erres de 
,Yisky. 
L'AngIererre et J'Écosse nous offraicnt alo1's un tableau 
aussi atlligeant, et elles sout loin " aujollrù 'hui , de mar- 
cher aussi rapidement qne I'lrlande dans la ,"oie de la 
régénéralion. 
A la vue de cellc calan1ité publique, 1a philanthropie 
s'émut : de nonlbreuses sociétés, dites de telnpérance t 
furent établirs dans Ie but d'arracher Ie peup!e à un vice 
qni enfantait pour la société des maux: incalculables. 
Comment t1élivrer r empire de eet esclavage moral? 
Tel était Ie problèine que les hOlnmes chcrchaient à 
résoHdre, quantI, après bien des efforts infructueux, la 
Providence a voulu donneI' au 1110nde nn nou\"ean spec- 
tacle qui ténloignât de la puissance de la foj. 
Les tentatives impuissanles faites paries protestants 
détenninèrent l]ll.el(IUCS quakers h s'adl'(
sser à un reli- 

ieux qui \"i\'ait à Cork dans une retraite absolue. Cet 
homole Inodeste hésita 10ngtcnlpS à sui\ire Ie conscil 
qu 'on lui donnait de se mettrc à ]a tête d'ul1c suciété 
d'abstinence; it sty décirla enfin, sans prévoir certaine- 
ßlcnt les merveilles dont iJ aHait de\"enir I'instrument. 


(1) II )' a dix ans, on dépensait Ch3qUC année dans Ie royaume-uni 
i,2ðO millions 
n Loissons fortes; la pauvl'e Irlande figurait dan
 
c.N
e 8'ìmmp pour t50 
\ {i5 millions. 



2t)(; 


C'est en t838 qu' eut lieu Ie pren1ier meeting pub1ic ùe 
tcmpérance, convoqué par Ie père 
[athe"'. L'assoeiation 
comptait alors quelques centaines de personnes. 
Iai
 
bientôt on yil arriveI' à Cor]i, de toutes les parties de 
),Irlande, des milliers d'homlnes .]ui yenaient prendre la 
pledge, c'est-à.dire I'cngagemenl (]e pratiquer]a tempé- 
ranee. Les prodi..ges qui s' opél'aient à Cork retentirent 
hientôt dans tout Ie pays, ct il fallut se décider à con}- 
mencer des tournées de tempérance. 
Le paU\Te père capllcin parut alors dans les campagnes 
de I'lrlande, armé de ses \'ertus et du glaive qui conquit 
fa terre à I'Évangile. II parcourut Ie pays el renouyela 
de nos jours les nlerveitles prodnites au Inoyen âge par 
saint Donlinique, saint Antoine de Padoue et saint Fran- 
çois d'Assise. A. sa voix des mil1iers d'homnles se rele- 
,'aient de leur abrutissement pour "cnir se ranger sons 
la bannière ùu nonycl apôtre. Dès les premiers mois de 
sa prédication, Ie révérend père 
Iathe'v excita en It'- 
lande, en favenr de la lempérance, une agitation non 
ll10ing ,'ivc que celie de O'Connell pour la liherté, CODHl1e 
ce dernier, )Iathe,,' cst aussi un sauvcur envoyé à sa 
patrie; }'entendre est une favelli" dont tons ,'eulent 
jouir; Ie ,'oir, un bienfail après lequel chacun aspire. 
L'lrlande, au dix-neu\'ième sièele, donne Ie touchant 
spectacle des scènes des preluiers temps de l'Église. On 

r ,'oit les femllles, les cnfi.1nts, les \'ieillards accourir sur 
Irs pas d'un moine pour recucillil' ses saintes paroles. 
Pal'tont où it sc ß1ontre, I 'air retentit des pieuses accla- 
Inations de la foule qui I'accompagne. Sa réputation de 
sainteté fait qu'on Ini apporte des malades et des infirn1es 



2t)7 


(ItÜ soHicilenl rhonneur de toucher Ie pan de sa robe. On 
a entendu des moribonds, gisant sur leur lit de douleur, 
supplier en grâce qu'on les transportât sur sa route, afin 
que leurs yeux, avant tie se fern1er à ]a lumière, pussent 
contenlpler les traits de ce lllessager des cieux. 
Le révérend T . 
Iathe'v a fondé une grande association 
qui doit compteI' cinq 11lil1ions de Inemhres. II enrôle, 
dans les localités où il passe, les personnes qui se pré- 
sentent à lui, et qui sont refinement résolues à vi\Te dans 
la sobriété, engagenlent qu'il fait prendre à chacun dans 
les tern1es suivanls : 
. 
( Je promels, avec l'assistance divine, qne, aussi long- 
f temps que je serai nlemhre ùe la société (le tenlpé- 
<< rance, je m 'abstiendrai de toute liqueur enivrante, 
c excepté dans les cas prescl'its par un médecin, el 
<< j'enlpècherai, autant que possible, par mes avis et 111011 
c exemplc, les autres de s'enivrcr. ) Après ces paroles, 
Ie père 
Iathe'" , ilnposant les nlains sur chacun d' eu\. , 
s'écrie : << Que Dietl yons hénisse et ,'ous accorde 1:1 
. ßl'âce de tenir volre prolnesse. ) II leur distl'ihuc aussi 
une petite luédaille dont I' ohjet est de rappcler sans cessp 
celte prOlllesse. 
Ce n'rst point à I'éloquence de 1110lnme que l'on })eut 
auribuer les merveilleux effets qu'opèrent ses paroles; 
el1es sout silnples, I)}ais elles sont inspirées par 13 fo;. 
c 
Ies chers amis, ) disait un jour l'apôtre en s'adressallt 
3 la foule, ( j'éprouye un gl'and p1aisir à vous rcncontrer 
aujourd'hui ici. J' espère que \'OU8 nletlrez autant de zèle 
à reIllpJir ,'otre engagenlent que vous en mettez à Ie 
prendl'e. II n' est point nécessaire que j' énumère les non1- 



20}'; 


lJreux a \'ant3grs tlue 'OilS trou \'crèZ à \"ous abstenir 
de liqueurs fortes; el!es sont la cause ùes lllaux, des 
('rÎlnes, des outrages (
ui ont dégradé ce pays. L'ivrognc 
commet des crilnes dont it aurait horreur dans ses mo- 
ments de sohriété. En devenant nlemhres de la sociélé, 
j'espère que '"ous deviendrez respeclueux envcrs les lois 
de Dieu et des hOQ1nlcs. Je snis sÎlr que dcpui
 r origine 
rle cette æu\'re pas un nlemLre ùans Corl{, Limerick, 
"1"alerford, Clare et I\crry, n'a comnlis un crime qui rail 
conduit devant un juge, un greffier ou un avoué. En vous 
abstenant du péché d fi\'rognerie, "ous ùevrez fecouer 
. 
aussi tontes les aulres habitudes vicieuses : prolnenades 
nocturnes, outrages, insul lese '.ous ne Je,'ez appartenir 
à aucune société secrète, ni noun'ir (raninlosilé religieuse 
on politique contre '"OS frères. J 
II faudrait raconter tout ce que les journaux de },Irlande 
nons apprennent tlepuis trois ans, pour donneI' nne iùée 
e,acte de l' enlhousiasme que Ie révérend T. 
Iathew a 
cxcité dans Ie pays. Son arri\'ée dans une ville est toujours 
nil véritable lriomphe. Les prodigcs qui suivirent ses prc- 
Juières prédications sont vraiment incroya1Jles. Le chan.. 
genlent opéré daus les habitudes de la population est lei, 
])our certaines localités, q ne des brasseries ont élé mises en 
,-ente, les fabricallts ne trou,'alll pas à écouler Icut's pro- 
duils. Un bon nombre de cab3rets, véritablcs cloafJucs où 
)es pau vres Irla
}dais sc liyraienl à ]' orgie , sc sonl ferroés 
fante de chalantls (I). Jtien ne prouve n1ieux les progrès de 


(I) Le chef de la police à Cork a dl'cl<cirè, en t8iO, que Ie nomlH'c 
ß)O)'cn des hoounes ivrrs raJtìas
és dans Irs rUt'S par 13 polk(', m"aut 



20fJ 


]a tenlpérance, dans la basse c1asse, que la ruine des bras- 
series et des cabareliers. Les journaux il'landais nous 
rapportent tons les jours quelques nouveaux faits de c{' 
genre. 
La première visite que Ie père capucin fit à la capitale 
de 1'lrlande rut 1'0cassion d'une fête nationale. On fit une 
procession solenneHe, à laquelle on vo
.ait les diverses so- 
ciétés de tempérance, déjà forn1êes h Dublin etdans ses en- 
virons. On relnarquait à celte solennité des milliers d'indi- 
vidns, renolnmés par leurs débauches et leur ivrogneri(' , 
qui marchaient à la procession avec un ralme, tIne Iran- 
quillité et nn ordre qui ténloignaient de leur changement. 
Ce spectacle était vraiment fait pour consoler les alTIis de 
l'humanité, et surtout Ie clergé qui avait travaillé avpc 
un zèle infatigabJe pour arracher Ie peuple à sa passion 
la plus dégradante. Les rues. étaient ornées de draperies; 
de riches étoffes tapissaient la façade des maisons ; tout 
témoignait de la joie dont cette fête remplissait les habi- 
tants. Quatorze mille personnes, appartenant à diverses 
sociétés de telnpérance , faisaient partie de la procession. 
Chaque société portait son étendal'd et sa bannière, sur 
lesquels étaient inscrites différentes devises. On lisait sur 
rune: Soyez fidèLesjusqu'à la mOl-t; l'autre représen- 
tait Ie tableau d'un ivrogne entouré de sa femn1e et de ses 
enfants, tons p10ngés dans Ia plus affreuse misère et Ie 
plus horrible désespoir, avec l'inscription: Effets de 
J'iVl'ogne1-ie. Un 'étendard portait. L'ho1Z1Zêtelé est la 


1'étabJissemeni des sociétés de ten1perance, était de qU3J'ante, tandis 
que d
puis il n'yen a jamais eu plus de deux. 


'4 



:!IO 


,'ichcsse du pauvl'e ; un aulre : Les iVJ'ognes u'enl1le- 
ront point dans Ie 1
oyalllne des CiCllX. 
Un heureux conconrs de circonstances fit se rencon.. 
trel', POUi' la pl'ctuièrc fois, O'Connell et Ie révérend 
'fathp\" daH
 la "illp de Galway. .\ la \11e I'un de l'autre, 
qllcls sentilnenls tlllrent naÎl1'e dans I'âlne de ces deux 
grands homn1es, occupés à régénérer Ie pays 'qui leur 3 
donné Ie jour! I..'un h'availle depuis trente ans à lireI' sa 
patrie de son assoupissement pour la conduire à la con- 
(juête de ses librrtés; rautre c0l11nlrn-:ait à peine son 
agitation 
ainte, et (léjà sa foi lui a,-ait gagné tous les 
cæurs. L'Irlande a ron1pris que les révolulions morales 
doivent précéùer les révolutions politiques, et que Ie seul 
n10yen d'assurer son indépendance poliliqne est de com- 
mencer par assurer son inùépcndance morale. 
Le peu de libertés que O'Connell a déjà procurées à ses 
frères paraît avoir préparé les esprits pour la mission du 
l'évérend ltIathe,v, qui, à SOlllOn1', ouvre une voie large et 
sûre aux améliorations auxquelles I'lrlande est appelée. 
Le doigl de la Pro,'idence, qui conduit ces événements, 
semhle les ménager dans de grands desseins; mais ll'an- 
ticjpol1s pas sur I' aveniI' ! Contentons...nons de rendre aux 
deux héros de 1'Irlande l'hommage qui leur est dlÎ. O'Con... 
nen a délivré son pays de l'esclavage politique, Ie révé- 
rend 
Iathe"T Ie délivre de l' esclavage bien plus dégradanl 
de l'inlempérance et des vices: ('un et l'autre peuvent 
done être salués du titre de libérateurs ! 
La gloire de régénérer la Grande-Bretagne était réser- 
\'éc an catholicisme, qu' eUe a si longtemps persécu lé et 
calonn1Ïé. L'homlnage rendu aux prêtres irJandais et que 



211 


nons rappelons plus haut, est adressé aujourd'hui d'une 
DIanière spéciale à un enfant de l' ég1ise, à un pauvre 
capucin irlandais, par une des sommités de I'Angleterre 
protestante , l'évêque anglican de Nor,,,ich. Ce prélat J1P 
s' est point Lorné à donneI' au I'évérend père 
Iathe'" les 
éIogcs que lous les alnÎs de rhUDlanité lui prodiguent ; 
nlais il a plaidé sa cause dans un rnceting, contre cenx 
'Ini cherchent à ternir par la calolllnie une aussi belle rc- 
nOllImée. Celte apologie du capucin irlandais s. est ternlinée 
par ceUe énergique apostrophe : c A vous, roes aluis, 
qui adressez des reproches au père 
Iathe\v, je n'ai que 
ceci à dire: allez et faites comme lui! >> 
Dans une autre circonstance, Ie même prélat s'expri- 
Jnait ainsi : 
<<Je regarde les sociétés de tempérance conlDle de 
puissants instruments de moralisation appelés à régénérer 
J'humanité. On a dit que c' était une religion nouvelle 
ou une superstition; mais sur quoi repose celle opinion? 
J'ai été heureux de voir les nohles et les riches s'unir aux 
pauvres pour leur donner, par leur exemple, un encou- 
ragement. On a fait un calcul fort curieux sur la ql1antité 
d'esprit de vin consommée chaque année dans Ie pa
's. II 
paraît qu'il suffirail pour remplir Ie bassin d'une rivière 
de cent pieds de longueur, trente de profondeur et cinq 
de Jargeur. Perlneltez-moi d'appeler une pareille rivière 
une rivière de mort, conduisant aux enrers. 
c Un fait remarquable, c'est que la somme annuelle 
dépensée en boissons s'élè'e à 44,000,000 de 1iv. t tandis 
que celie enlptoyée à l'achat du pain ne monte qu'å 
2tS,OOO,OOO de liv.! J Après quelques autres observations, 




t2 



a seignellric a exprilné cOD1bien elle regreUaitque I'Eglise 
protestante n'eílt point produit pour la cause de la tem- 
pérance un champion aussi puissant que Ie père 
Iathe,,'. 
f On a dit, ajoutait-il, que Ie ré\"érend 
Iathe" travaille 
sur des esprits superstitieux, en leur déclarant ql1'il était 
l)lus qU'ull mortel, et qu'il avait Ie don des ll1iracles. Ceci 
est faux, car Ie révérend gentleman a toujours protesté 
contre la puissance qu'on Illi 3uribuait. .Ie dois dire avec 
sincérit
 ma conviction, c'est que Ie père 
Iathe'v a fait 
plus pour la pais et Ie bonheur de I'lrlande qu' aucune 
:nItre personne depuis cent ans ; et je termine en lui sou- 
haitant Ie Seigneur. >> 
Des rapports officiels prouvent, en eifel, que les crime& 
ont. diminué en Irlande à mesure que les sociétés de tempé- 
ranee étendaient sur eUe son influence; la vil1e de Dublin 
et1e-même en offre un exemple concillant. Ainsi, une des 
maisons de détention qui renfermait, en 1839, cent 
t1
ellte-six prisonniers, n'en a reçu, en 1840, que villgt- 
l1
ois. Une autre prison s'est onverte, en 1839, à 3,202 
prévenus; elle n'en a compté que 2,018 en 1840, c'est-à- 
dire -1184 ùe moins. Dublin a \'U dans Ie cours de 1840 
fermer la maisoll de détention de SmiufieId, et cent 
cellu1es vides dans )a seule prison qui restait ouverte, 
attestaient l'amélioration introduite dans les Dlæurs, et 
qu'il faut aUribuer aux sociétés de tcmpérance(t). 


(I) En t842, 6555 crimes 00 délits ont élé commis en IrJande. 
L'lrlande a 8 n1illions d'habitanls; c'est done t criminel sur 12,242 
habitants. En Ang1eterre, Ie nombre des crimes et délits a été de 
52,000. L'^n
lelerre a iû llliUjnns d'habit3nts; c'est done un eri- 
ßlincJ sur tOO IJabital.tse J 



2t
 


Lcs Inaisons OÙ SC conçoivent toujours les prernlère
 
pensées du crime, les cabarets, dinlinuent dans unc 
progession rapide , par suite de ce relour dll peuple à ties 
habitudes d'ol'dre. II résulte des rapports de la police de 
Dublin que depuis Ie ll10is ùe janvier 1840, pIns ùe troi
 
cents marchands de liqueurs forles ont donné à leurs bou- 
tiques une aulre destination, et se livrent en ce ll10ßlenf 
à un autre genre d'industrie. Nous pourrions préselller 
r élat de )a province, qui correspond parfaiteluent à celui 
que nons o(fre la capitate. Le lord présidenl de la justice 
a signalé publiquenlent eet état salisfai
ant de la moralité 
publique; les assises se sont ouvertes plusieurs fois sans 
qu'aucnne cause gl'ave fût soulnise à la justice, dans 
une ,'ille qui compte quatre cent mille âmes. 
Y oici ell quels terlues Ie père jlathe,'. expl'ilnait dans 
une réunion Ie peu de confiance qu'il place ùans la pro- 
tection des hommes pour Ie succès de son enlrepl'ise : 
<< Un ßlembre de la Sociêté des Antis m'a écrit d'Au- 
gleterre pour file prier d'accepter 25,000 fl'. qu'il mettait 
à IDa disposition pour l'avancelnent de la cause de la leUI- 
pérance; je les ai refusés. 23,000 fr. ß1' ont été on
rts 
\ 
Dub1in; je ne les ai poinl acceptés. Un gcntleman de 
Londres n1'a fait par\'enir 12,500 fro pour les frais de mon 
voyage en Angleterre, je les ai renvoyés en Ie remerciant, 
et en lui faisant observer que Ie succès de cette missioH 
De devait êlre dû qu'à la Providence. J'ai aussi ren\'oJé 
625 fr. que lord l\Iorpeth m'avait fait tenir, pour aider )a 
cause à laquelle je consacre lna vie. La senle somme d'ar- 
gent dont j'ai ùisposé parmi celles qui rn' ont été ofIertes t 
cst celie que Ie marquis de Lansdowne a luj
e à JJJ3 dj,- 



211 


position. II avait laissé pour Jnoi 2,500 fr. à Cork, me 
prianl de les enlploJer en æuvres de charité. Sur ces eu- 
trefaites, plusieurs chefs d'ateJier voulurent forcer leurs 
ouvriers à violer leur serment de tempérance, et, sur Ie 
rerus de ccs derniers, ils les renvoyèrenl sans emploi. 
J' éCl'ivis alors au n1arquis de Lansdowne pour Ie pré, enir 
que je gardais son argent atÎn d'en llisposer ell raveur de 
ces malheul'cux qUI, par tidélité à leur engagement, sc 
trouvaient dans Ie besoin. ) 
Les tentati,-es faites en Angleterre el dans les autres 
parties ùu royaume-uni pour régénérer les lnasses étaient 
presque sans succès. La Inisère do peuple ne Ie rendait pas 
plus docile aux leçons qu'il recevait des sociétés protes- 
lantes, et l'intempérance étendait partout ses funestes ra- 
vages.l\lais ùepuis que I'lrlande s' est placée à la tête de ce 
mouveU1ent, depuis que Ie signal d'une régénération n10- 
rale a été donné par les fils d'Erin, l' Angleterre, l'Ecosse, 
l' A01érique les ont pris pour lnodèles, etjusqu'au souverain 
des îles Ila\vaÏ qui a décrété que. toule personne qui, pre- 
llant des pOlumes de terre, ùes cannes à sucre, des me- 
Ions, on tout aulre objet, les transformel'ait en liqueurs 
enivralltes et les boirait , serait punie (rUne amende d'ul1 
dollar; la récidive entraÎnel'a double amende, et elle sera 
ensuite doublée indéfinilueut à chaque offense. ) 
Le gouvernen1ent de la principauté de WaldecJi a fait 
de l'inten)pérance une cause de prohibition au mariage, 

e fondant sur ce lIU'i) est impossible à un ivrogne de 
soutenir une femme et des cnfan(s. L' ordonnance rendue 
à eet eß'et porte: 
c 1 0 Dorénavant la permission ùe se Inarier ne sera ac- 



2t:i 


conlée à aucune personne qui 
e livrera à l'ivrognerie, 
qu'après qu'il aura été prouvé qu' eUe s' est noloirement 
corrigée de ce vice. 
c 2 0 Que dans les rapports que Ie::; autorités ecclésias.. 
tiques aurolll à faire sur les ùelnandes tendant à obtenir 
I'autorisation ùe contl'acter ß1ariage, elles doivent expres- 
sélncnt indiqner si les futurs époux sont ou non sujets à 
, . 
s enIvrer. >> 
Le cOlnte de Stanhope présidait un jour à LOlldres un 
nombrenx meeting de la société protestante de tempé- 
rance, où il proclamait les qualités du révérend père 
l\Ialbe,v et Ie succès de sa u11ssion. Le rapport présenté 
par Ie secrétaire de la société dans cette réunion, nous 
apprit que cinquante associations auxi1iaires forrnées dans 
Ie but de convertir les ivrognes à la tempérance, ont été 
établies dans Londres et ses environs, et que sur 20,000 
membres qu' cUes comptent, 3,000 étaient autrefois dans 
un élat habituel d'ivresse. Quatre-vingt..c1ix associations de 
Inême nature existent déjà dans les cOlntés d' Ang1eterre; 
elles ont arraché à l'babitudc dl1 vice 4,000 perSODl1es. La 
société enll'etient en outre, et à ses frais, mille prédicateul's 
. 
qui sont chargés de parcourir Ie pays et de propager les 
principes de tenlpérance. I1 résulte dn Inême rapport que 
I'Ecosse a 150,000 habitants faisant partie des associations 
ct que 1'Irlande doit au père 
fathe'" d' en compteI' plus de 
Cillq Inil1ions.l\Iais ces derniers ont toujol1rs pris l'engage- 
Inenl de ne janlais boire que de l'eau, tandis que les 
autres ont seulelnenl (JfOIUis de vi\'re sobrelncnt ; les Ull& 

unL te qu'un 3ppeHe teetotallers, tallùÍs que les autl'CS 
80nt tClnpél'allls sans adopter les prillcipes du teetotali
lne. 




t6 


Vue t::irculaire adrcðsée par fa société anglaise à tous 
les ivrognes du royaume-uni, étabJit que leur nombre ne 
s'élève pas à moins de 600,000, dont 57,000 meurent 
chaque année; ce qui donne une moyenne proportion- 
nelle de 1 
7 par jour. 
. Ell présence des etl'orts faits par les vrotestants ù'An- 
gleterre, pour marcher sur les traces du capuciu irlan- 
dais, les calholiques ne sont pas restés inactifs. 
Parmi les associations cathoJiques de tempérance, il eu 
cst une qui se distingue des aulrcs par les résu1tats salis- 
faisants qu' onl obtenus ses fondateurs; nous ,'ouions par- 
ler de ['association catholique rornaine de lempérance 
établie à Londres. 
John Giles, fondateur de cette société, appartient à la 
secte des quakers. Frappé, d'une part, des prodigieux 
effets obtenus en Irlande par Ie révérend T. 
Ialhe"'; de 
)'autre, de la stérilité des efforts faits par les protestants 
pour Ja même cause, iI a youlu distinguer sa sociélé des 
autres, en lui donnant les règlements de Ja gran de asso- 
ciation irlandaise , et en confiant la direction de chacune 
deses branches à un prêtlle catho1ique. Londres con1pte 
déjà douze sociétés auxiliaires qui se rattachent à ce centre 
d'associatioll , ct qui ont chacune à leur tête un des ec- 
clésiastiques les plus recomn1andables de 1a D1étropole. 
Dans la société de telnpérance de John Giles, comme 
dans celie du pèr
 
Jathe'v, les membres prètellt serment 
de s'abstenir ùe toute boisson enivrantc, à moins qU'l1n 
ßlédecin IJ' ol'tlonne Ie contraire. Quelque austèrc que 
l)aJ'ai
sc ceUe }Jronle
se , r expérience faite en Irlanùc par 



217 
)e père l\lathe\\' ne pel'met plus de douter de la possibilité 
de sa réalisation. 
Le père 
Iathe'v a aussi (rOll \'é des imitateurs en AIle- 
D1agne. 
Le gouVel'neluent de 
lecklembourg-Schwerin a rendu 
lie sages orùonnances qui pourraient servir de l'ègle dans 
bien d'autres pays. En voici à peu près Ie texte : 
N e sont pas reconnues COll11ne dettes légales celles qui 
pro\'iennent de la vente détaillée de l' eau-de.'Tie; les dé- 
taillants sont tenus de dénoncer tout acte illégal commis 
dans l'i\'resse,. sous peine de 5 rixd. d'an1ende. L'indi- 
vidl1 j\Te qui aurait con1mis un scandale public ou un dés- 
ordre quelconque, sera puni, ]es deux premières fois, 
d'un clDprisonnenlcnt de trois à buit jours, et, en cas de 
récidive, la détention pourra alter jusqu'à quatre semaines, 
et, selon les circonstances, eUe pent être aggravée et 
changée en une peine corporellc. Les autorités sont te- 
nues d'interdire aux indi\'idus adonnés à la boisson l'en- 
trée des cabarets et boutiques ùe marchands de vin , et 
d'en infornler, dans tons les cas, les propriélaires, el ceux.. 
ci deviennent alol's responsables et paieront une amende 
de 5 à to rixd. en cas de contravention. L'amende et, en 
certains cas, la prison s'appliquent aussi à ccux qui chef'- 
chellt des liqueurs spiritueuses pour les inùividus adonnés 
à J'ivresse. Les cabareliers, marchantis de "in et aulres 
détaillants ne peuvent plus donneI' à boire aux gens qui 
eutl'ent ivres dans leurs boutiques, SOlIS peine de 5 à 10 
rixJ. d'alnende. 
Vue seconde ordonnance linlite Ie nOlnbre des t1é.. 
t t,ì\lants. 




t8 


, 


Les succès obtcnus en Irlande par Ie père 
Iathew 
ins}Jirèrent à quelques anlÍs de l'humanité Ie désir de lui 
voir faire en Augleterre des tournées semblables à cclles 
(Jui, dans sa patrie, avaient 3nlené de si hcureux résul- 
tals. De pressanles sollicitations lui furenl adressées de 
Londres par l'évèquc de Norwich et plusieurs memùrcs 
(}e l'aristocratic, au non1 des sociétés protestantes de tern.. 
pérance. Le Inodeste Inissiounaire hésita longtemps avant 
de se rendre à ces invitations. II savail que I'Angleterre 
ne lui offrait pas les nlêlnes éléments de succès que 111'- 
lande. Le peuple anglais, froid et raisollneur, a laissé s'é- 
teilllll'e chez lui I'enthousiasme que la foi inspire el en- 
trctient chez l'Irlandais. L'oll s'explique I'influence d'nn 
prêtre sur lies populatiolls catholiques; Inais queUe au- 
torité pouvail avoir sur des protestants la parole d'un n1i.. 
nistre calho1ique, ù'un I'cligieux, J'un llloine? Ces ré.. 
ne
ions ont dÚ arrêter longternps Ie père 
Iathe'\", qui 
s' est cnfiu décidé, au mois d' août 1843, à aIleI' en An.. 
gleterrc et à adluinistrcr la pledge de ten1pérance à ses 
eufanls. 
II \'isita quelques lilIes du nor(} 3' ant de se relldrc à 
Londl'es, rece\'allt partout sur son passage les térßoignages 
d'un profonu respect et d'une vÎ\'e adn1iration. Dans Ie 
parlelnent, les minislres faisaient l'éloge de son caractère 
el applaudissaieut à sa luission. Lc lord-n1aire de Londres 
cHcourageail en public res prédications. Les IncmlJrcsdc 
I'aristocralie se disputaient l'honncul' de I'a\'oir à leur 
tahle. J I étail accon)pagné dans les Incelings pal' loru 
Stanhope ct aulres nobles qui étaient fiefs de sc poser 
COlllmc ses patrons. L'accncil fait t\ un )llunblc prêlrc, à 



2t9 


un paU\Te religieu
 ir]andais par l'aristocratie anglaisc 
s'explique peut-être par d'autres raisons que celIe de fa 
mission sociale que Ie père 
Iatlle'v remplissait. Les 
feuilles de Londres avaient eu soin de )ui préparer les 
,'oies en étudiant sa généalogie qui remonte, assure-t-on, 
à (a plus haute antiquité. Les }Iathe\v, du château de 
To\vß , dans Ie cOlnté lIe Tipperary, 80nt originaires du 
pays de Galles, et ont fait remonter leur pedigt"ee jusqu'à 
G,va)'thvoed, roi de Cardiga, duquel était issu sir David 
)Iathew, porte-étel1dard du roi Édouard IV, et dont Ie 
tornbeau est encore dans la cathédrale de Llandatf. Sans 
dcscendre de branche en branche tout Ie long de 1'arbre 
généalogique de celle maison, nous arrivons à François 

Iathe'v, qui fut créé comte de Llandaff, et qui mourut 
en 1806, laissant en Irlande plus d'un million de revenu 
à ßon HIs. CeUe grande fortune, considérablement di.. 
lninuée par les extravagances tlu second comte , passa en 
1855 à sa sreur, lady Elisha l\Ialhe,v, qui est D101'te en 
1842, laissant, lIil-on, ses biens à un Français, aHié à 
rune des plus grandes families d'lrlande. 
La presse p1'otestante de toute l' Angleterre rut à peu 
pI'ès ul1anime pour louer la gran de entreprise à Iaquelle 
Ie capucin irlandais vouait son existence; les journaux de 
Londres engageaient )e peuple à laisser de côté toute 
dissidence religieuse et à se ranger sous l' étendard de 
l'abstinence. Les hommages de l'aristocratie ct les éloges 
de la presse furent un puissant auxiliaiI'e pour Ie zélé 
nlÏssÌol1uaire que l' on entendit plusieurs fois sur les 
hustings remerciel. les journaux de leur bienveillant ap- 



220 


pui et demander en )eur bonneur des salves d'applaudis- 
semellts. · 
Des rneeliugs de telnpérance furent tenus dan& les di- 
,ers quartiers de J.Jondres. Ces réunions se passaient avec 
une certaine solennité. Les sociétés de teetotallers 
e 
l'elldaient au lieu tlu rendez-vous en procession avec ban.. 
nières déplo)'ées. La foule yenait en suite ; chacllo mar- 
. 
chait avec ordre et recueilleluent. Le père 
Iathe\\. arri- 
"ail d'ordinaire dans la yoiturede quelque grand seigneur; 
tout autonr de r enceinte destinée au 1l1eeling, on remar- 
t}uait des équip:1ges de I'aristocratie : nobles et rOluriers 
voulaient êlre ténloins de ces inlércssantes réunions. 
Tout se passait à Lontlres comnle en lrlande. Le père 
l\lalhc\\ comruençait par adresser à la foule une courte 
allocution : 
. '
enez, Illes a01is, leur disait..il, venCl, \llglais, Ir- 
lalJùais, Ecossais; prometlez tIe renoncer à ce qui a été 
]a cause ùe taut de crimes dans ce bien-aimé pays; age- 
nouillez..vous et ne rougissez pas de Ie faire en public; 
des dames et des gentlemen ront fait comme vous; 
snivez I'exemple de cet (1.xceUent lord Stanhope qui :1 pris 
la pledge entre roes D1ains. . 
Alors, les personnes disposées à s' eurôlcr parmi les 
tectotaHers s'avançaient ct s'agenouillaiellt devant Ie père 
!tlathe\v, qui les bél1issait, recevaitleur engageolent et 
leur donnait la médaille destinée à rappeler celle céré- 
Inonie. Ql1and Ie l1011lbrc des postulants étail considérable, 
on les divisait par groupes, et avec ('aiùe des constables 
tout 
e passait tlans l'ordl'c Ie plus pal'fait. C'était un tou.. 



!!2t 
chant spectacle, que celui de voir agenouillés aux l'iet.ls 
d'un prêtre c31holique, sans ancune distinction de classe 
on de religion, Ie noble, Ie fiche) à cÔlé de 1'ou,'rier et 
sou vent de l'indigent. Celte admirable fusion, tableau 
s)'ll1bolique de I'unité religiense à laquelle marche l' Au, 
gleterre, était d'autant plus relnarquable qu'eHe est sans 
précédents sur cette terre où les préjugés de la naissance 
et dn rang sont encore si fortement enracinés. Le père 
Mathe\v n'a quiUé Londres qu'après y avoir fait environ 
cent mille teetotallers; iI a parcouru ensuite une partie du 
midi tIe l'Angleterre, el il a visité, en s
en retournanl en 
Irlande, les villes manufacturières dll nord. 
Son voyage a en pour résultat de consolider et d'étendre 
r æuvre commencée par les sociétés protestantes et Ie 
clergé catholique; mais il n'a triomphé qu'à demi des 
obstacles que présentaient (rune part Ie caractère anglais; 
dp l'autre, l'abîme re1igieux qui Ie séparait des popula- 
tions auxquel1es il s'adressait. C'est déjà un immense 
progrès qu'un prêtre catho1iqne irlandais ail pu parcourir 
I'AngIeterre entouré de la popu1arité et des honneurs qui 
partout ont accompagné Ie capucin de Cor
. Peu de 
temps avant son voyage en .\ngleterre, Ie père 
Iathe'v 
avait reçu du souverain pontife un témoignage de sa sa.. 
tisfaction. Grégoire XVI I'avait élevé à la dignité de com.. 
missaire apostolique. J nsqu'aIors Ie père 
Iathe,v avait 
été provincial de l' ordrc des capncins. 
Les rapports qui se sont établis entre les catholiques et 
les protestan ts à I' occasion des sociétés de tenlpérance, ne 
pen vcnt manquer de prépal'er d' au lres rapprochements. La 



C)e)'> 
-......... 


puissance de la foi calhoJique a frappé l'esprit des masses 
par les prorliges qu'elle seute a en ta vertu d'opérer; espé.. 
rons que bienti)t elle gagnera ct ronvertira les cæurs. 



CIIAPITRE 'TIll. 


SOJUIAIRE. 


Df' I'Église anglicane et de ses divisions intestines. - Le parti 
evangélique, Ie parti de I'Eglise et de I'État et Ie parti anglo- 
catholique. - Naissance et développement du puseyism
. - Ð(1s 
circonstances qui ont favorisé Ie mouvrmpnt d'Oxford. - L
s 
ang
icans du di
-seplième siècle. - Héfutation du reproche d'in- 
novation adressé au, puseyist
s. 


L'État acluel de I'Eg\ise d' Angleterl'e n'est pas seule- 
ment un sujet d'examen poor les écoles théologiques; 
la crise dans laquelle elle est plongée attire l'attention 
des partis religieux et politiques, qui tous se préoccupenL 
de son dénoûment. Pour arriver à bien connaÎtl'e les 
chances de dissolution on de conservation qu'il l'este en- 
core à l'Eg1ise anglicane, il faut IlOUS rendre compte des 
élénlents qui la constituent, des parties qui concourent k 



22' 


former ce qu'on apprlle l'étahlissenlent national. Quoique 
I'Eglise anglicane ail '"U se srparcr d' elle Ie nombre intini 
de sectes qui se parlagent ]' Angleterre, elle a conservé 
des éléulents hétérogènes dans son propre sein, et ses 
partisans s'excomrnunient les nns les autres, en se pré- 
tendant exclusiveJnellt gardiens de la yérité. Ces divisions 
peu\'ent se résumer en trois principales : Ie parti évangé- 
lique ou Eglise basse, Ie parti de I'Eglise el de r Etat 
(/he church and state) ou Eg1ise haute, ct enfin 1(' parti 
anglo-catholique ou puseyiste. 
On entend par Ie parti évangélique, aussi appelé pnritain 
on lou' church, celui qui De voit dans I'Eglise anglicane 
qu 'unc manifestation ùe la foi chrétienne, une institution 
qui veille à la célébration des offices publics, et faci1ite 
l' exercice des pratiqucs religieuses. II n' acccpte I' établis- 
sement national que parcc qu'il craindl'ait, en Ie ren- 
versant, de voir s' élever sur ses débris quelque nouvelle 
forme de hiérarchie ecc1ési3stique dont r autorité vien- 
drait troubleI' sa quiélude et faire violence à l'indépen- 
dance dont it failla Lase de son système théologique. Les 
puritains rejettent entièrenlent la tradition et ne \'oient 
dans les Pères de l'Eg1ise, les autorités du moyen âge, fa 
réforme anglicane même, que ùes institutions sociales, 
variant selon les lenlps, mais qui n'ont aucune espècc 
fi'autorité. La Bible, livrée à l'interprétation de chacun , 
est leur senle ri
gle de foi, et, d'après eux, la foi senle 
suffit pour Ie salut. ta foi spécl11ative sunit pour laver 
l'ân1P de ses souillures, lui ohten.ir grâce devant Dieu. 
C'est là un culle hieD f()cile, et qui, quoique de tons points 
en contrarliction avec les enseignements de l'Eg1ise augli- 



2
;; 


cane, u' cn cst pas n10ins professé par la 1110itié des per.. 
sonnes qui se disent melnbl'es de cet établissenlent. 
Le parti de la haute Eg1ise se compose de deux élé.. 
meuls distincts : I' élément pulilique et l' élén1ent religieux. 
Le pren1ier consiste à faire de I'Eglise l' escJave de I'Etat, 
une espèce de haute police, établie par )'autorité et 01'- 
ganisée par )a loi (i), dans ]e but spécial de satisfairc aux 
désirs et nux besoins reli!!ieux des masses. L'holllme 
(,..0 
politique de la haute Eglise ne croit pas qu'iI y ait à 
élever la moindre objection contre ce s)'slème. L'Etat, 
qu'il soit représenté par Ie roi on Ie parlement, est la 
senle source de l'autorité; toute résistance de la part 
de I'Eglise est signalée par lui comlne une usurpation 
cJéricale. La réforme anglaise est à ses yeux Ie triomphe 
des justes droits que l'Eglise a\'ait l1surpés sur rEtat. Le 
parlenlenl pent, dans ce s)'stènle, détruire aujourd'hui ce 
qu'il a créé hier; il pent, avec la Inême autorité, altérer, 
muliler et luême annihiler I'Eglise qui est son ouvrage. 
L'étab1issement angljcal1 est, comparativement aux autres 
communaulés chrétiennes, Ia ConDe la plus pure du chri
.. 
tianisille, et les doctrines exposées dans ses articles sont la 
plus fiJèle expression de la foi chrétienne. Les partisans de 
church and slate admirent Elisabeth pour avoil' brûlé les 
catholiques qui refusaient de reconnaître sa suprématiesur 
l'Eglise, absolument comme les empereurs rOll1ains fai- 
saient brûler les chrétiens qui refusaient de brùler de I' en- 
cens <levant leurs statues. Ce sont, dans les deux cas, des 
sujels qui se soumettent à I'aut.orité telnporelle, en reCusant 


(t) One tract more, by a layman. 


!5 



226 


de reronnaÎlrc la Snpl'é013lie spirituelle. Dans ce syslèn1e, 
on cOlnprentl assez difficilenlent queHes sout les conditions 
auxquelles on pent être melnhre de l' Eglise angiicanc. II 
devient au moins nécessairc ..I' êlre natura1isé sujet britan- 
nique, ùe payer les taxes à rEtat, d'a\"oir pour la personne 
royale la même dévotion qu' envers I 'Eglise ? 
Iais que de- 
vient,a\'ec une Eglise ainsi nationaliséc et resserréedans les 
Jimites qui nlarqu<!llt jusqu' OÙ s' étend la puissance tenlpo- 
relle, que deyient, disous-nous, Ie caractère d'universa- 
lité, de catholicité qui distingue l'Eglise de Jésus-Christ? 

ous ne nous étendrons pas sur les conséquences tIe 
eeHe théoric et les contraùictions qu' elle implique, noire 
but étant seulement de Inentionncr son existence ct de 
dire quels sont ses caractèrcs principaux. 
l\ous parlcrons plus longncnlcnt du troisiè)ue pal'li qui 
divisc l'Eglise anglicanc, Ie parti allglo-catholitIUe, ré.. 
cen1ment désigné par Ie n0l11 de puseyiste. 
Les vues des anglo-calholiques diffèrent essentiellC111ent 
ùe celles quenous venonsd'exposer.I1s pensent que I'Eglise 
est une iustitution spéciale, établie par Jésus-Chl'ist et ses 
disciples et transmise pal' certaines ordonnances d'une 
gél1ération à l'autre (1). Ceue institution est inùépendantc 
des temps et des lieux; eUe ne pent qn' acciuentellement 
et par hasard se tronver liée avec un gouvernement poli- 
tique ou identifiée avec des intérêts nationaux. A ceUe 
Eglise est confiée la conservation de la vérité religieuse , 
Ie soin de tout ce qui regarde l' élat spirituel des homInes 
baptisés dans I'Eglise tlu Christ. 
Le parti anglo-catholique regarde to ute intervention de 


(l) One tJ'act more. 



227 


rEtat dans les affaires de juridiction ecclésiastiquc COlluue 
une usurpation contre laqllelle I'Ég1ise doit prole
ler el 
t 
laquellc cUe doil résister par tous les moyens qui ne sont 
pas incoßlpatibles avec la nature spiritueHe de l'autorité 
qui lui appartient. Pour le
 anglo-catholiques, l'Eglise an- 
glicane ne date pas tlïlenri VIII, mais eIle est une partie, 
nne branche de rEglise de Jésus-Christ, sous l'autorité du 
patriarcat romain ou sous celIe de quelque autre constitu- 
tion indépendante et antérieure; ]a réforme, à leur avis, 
est seulement une phase de son histoire. Le parLi anglo- 
calholique prétend que l'Eg1ise anglicane n' est jarnais 
ton1bée dans les erreurs qui furent la conséquence de la 
l'éfornle religieuse sur Ie continent. lIs soutiennent que 
tandis que Ie nlonde catholique yoyait avec satisfaction Ie 
protestantisnlC s'abînlant sons les ruines qu'j} avait faites, 
les réformateurs anglais tirèrent leur église du danger, et 
]a firent passer à travers la réformation sans qu' cUe perdîl 
rien des vieux joyaux de sa couronne. Elle se trouya, 
après la rude épreuve qu'elle subit, debout avec ses doc- 
trines catho1iques, ses ordonnances , ses anciens formu- 
]aires et ses droits Jégilimes à entreI' dans l'universalité 
de l'Eg1ise de Jésus-Christ. Aussi, toul en prenant en 
considération les motifs bons et mauvais qui historique- 
ment sont entrés dans l'accomplissell1ent de la réforlllc 
religieuse, ils regardent la plupal't des réfðrmateurs an- 
glais comIne des Pères et des défenseurs de la foi calho- 
lique. lis ne voient dans l'æuvre d'Henri VIII que ]a ré- 
forule d'abus qui appelaient un remède. Nous ne discu- 
tons pas ces opinions; nous les exposons seulement, afin 
de faire connaître Ie parti puseyiste dont nous arous à 
nous occuper longuement. 



228 


Ces vrinciVes anglo-catho1iques ont toujoUl'S ell, au ::,ciu 
de l'Eglise anglicane, depuis la réforn1e, un non1bre plus 
ou ll10ins restreint d'adhérents, qui ont su les maintenir et 
Jes défendrc au lllilicu des débordements du puritanisme. 

Iais l'influence du protestantisll1e continental se fit sentir 
aussi en Angleterre. Ses principes d'indiflérence, D1asqués 
du nom de toléraQce, son culte facile, ses exigences 81 
commodes pour les passions s'jntronisèrellt gl
aducllcment 
llans l' établissement anglican et y régnèrent. La lettl'e 
Jnorte de la Bible de,;int Hue ,.éritable idolâtrie; les pra- 
tiqucs religieuses furent abandonnées; l'office de\'inl une 
pure formalité bonne à ùistraire les ennuis du dimanche ; 
Ie relâchement s'introduisit dans la discipline ecclésias- 
tiqne et fit bientõt place à une effroyable dissolution de 
n1æurs. L'Eglisc, dans eel état de décrépitude, n'étail 
V1us entre les mains de l'Etat qu'un instrument docile 
l 
toutcs ses volontés. Ces désordres amellèrent la réaction 

vangélique dont 'V esley, 'Vhitfield, lady Huntingdon et 
quelques 3utres donnèrent Ie signal, réaction qui fit 
perdre à l'Eglise anglicane la moitié de la population de 
l' Angleterre. Les ministres qui restaient attachés au cu1te 
angliean étaienl trop énervés pour chercher à arrêter la dp- 
sertion ; ils laissèrent les populations confiées à leurs soins 
suÏ\'re Ie schisme , se cOlltentant dans les pratiques exté- 
rieures de rivaliser de zèle avec Ie millistre méthodiste qui 
avail élevé un autel eontre Ie leur. Les choses con- 
tinuaient en eet état, Jorsque, à la vue des calanIités 
que eette situation anormale faisait peser sur I' Angle- 
terre, et pour pré\'enir celles qu' eUe devait entraîner 
encore, des hommes li\'rés dans la retraile aux éludes 



229 


Ie:' p1u
 sérienses, conçurent la pensée de sau ler I'Eglise 
dont ils sont les minislres et les docteurs. Pl'éser\'cr 
I'Eglise ang1icane de la ruine dont ils la voyaient lnenacée, 
tel rut Ie but ùans leql1el se mirent à r æuvre les hOlnrnes 
aujourd'hui célèbres, qui ont fOrll1é }'écolc comlllunénlent 
nppelée des puse)'istes, du nom d'un de scs fondateurs. 
C'est dans la vine dlOxford, au sein de ceUe Univcrsité 
ðaYante, que fut conçue )a pensée de réfor.ner I'æuvre de 
I'anglicanisme. Les écrils de ses docteurs nous ré\'élèrenl 
bienlõt que la nouvelle réforme n' était qu'une restaura- 
tion des anciennes doctrines de l'Eglise dfAng]eterre, et 
qu'Oxford, dernier bouleyard du catholicisnle en Angle- 
tel're, a1lait pcut-être devenir Ie berceau de sa régéné- 
ration. 
V oici les COllllnencellleuts du puseyisn1e : 
De 1820 tl 1830 quelques ouvrages furellt introduits 
dans les colléges de I'Université d'Oxford , qui tendirent 
à donneI' un nouvel élan aux études. Les ouvrages de 
'Yhately sur la rhétorique et la logique excitèrent I'acti. 
vité des esprits, fatigués de la morale d' Aristote' et pen 
salisfaits (Ie l' enseignement religieux puisé dans les th Í- 
dences et les serlnons de Butler. 
L' essai de Jebb sur Ie caractère particulier de I'Eglise 
d' Angleterre poussa bientôt les études vers les théologiens 
(1U seizième siècle, en même temps que la théosophie de 
Coleridge dirigeait les recherches dans les profondeurs 
de ]a métaphysique. L' agitation pour la réforme parle- 
mentaire exerça aussi ses influences. On parlait de re- 
fuser la dÎlne et les taxes d'Eglise. Des réformes sérieuse
 ,Þ 
étaient proposées pour modifier la liturgie et ]a COI1I"t..tu- 



230 


tion de l'Eglise. En 18321e Bl'1itish magazine fut fOlldé 
})our discuter toutes ces questions et établir un lien de 
communication entre les membres du clergé. Pen de 
telnps après, en décembre 1833, parut Ie premier nu- 
méro des T1'QCtS {or the Tin1es, série de publications 
traitant des questions de doctrine et de discipline ecclé- 
siastiques. Vel's la;nême époque, Ie révérend 
1. Ne\vman 
puhlia Ie premier YOIUnIe de ses sermons, qui produisi- 
rent une si vive impression dans Ie clergé, et qui four- 
nirent un nouvel aliment à la controverse. 
En 1836, I'école anglo-catholiql1e eut occasion de re- 
vendiquer les droils de I'Eg1ise contre l'Etat, à l'occasion 
de la nomination du docteur I-Ian1pden à une chaire de 
théologie de l'Univcrsité d'Oxford , en opposition à I' opi- 
nion de ses membres. Vue nouvelle impulsion fut donnée 
à ce mouvelnentdes intelligences,lorsqu'un corps politique 
nonlbreux demanda que l' on fÍlt dispensé de souscrire aux 
trente-neuf articles de I'Eglise anglicane. Telles sont le
 
circonstances qui ont fait naître el se développor r école 
qui a entrepris la défense ùe I'Eg1ise anglicane, assaillic 
!lla fois par tant d' ennenlis. 
Les premiers fruits des études théologiques auxquelles 
sc livra Ie cJergé ang1ican, furent Ie travail de I\.eble sur 
la tradition prin1itive et celui du docteur Pusey sur Ie bap- 
têmc (Scriptural vie1vs o{baplism). Ce dernier onvrage 
souleva une forte opposition et fit naître une poléll1ique 
des plus vives. C' est dans la controverse sur eet ouvragc 
que les partisans des principes du docteur Pusey furent, 
r11r Ja première fois, désignés du nom de puseyistes. 
Dt... hommes éminents par leur savoir et leur piété 



9- 1 
_ð 


tl'a\'aillèrent à dégager de des::;ous les ruines qui les 
cachaient les fondemen ts de )a théologie aug1icane. 
ftl. Ne,vrnan se mit couragcusemcnt à l'æuvre dans ses 
instructions sur le Ronlanismc ct tulll'a-protestan- 
tis1ne.1\1. Fronde lui vint en aide dans l'ouvrage impor- 
tant qu'il puh1ia aJors. 

1. Newnlan entreprit ensuite la I'éùaction du Briiislz- 
Critic, et ceUe revue ne tanla pas à devenir la publica- 
tion trimestrielle qui, sons Ie rapport de l' esprit, de la 
sagesse. de r élévation des vues et de la science, \' em- 
porte sur tontes les antres revues de l' Angleterre. Les 
articles sur l'histoire ecclésiastique, la psychologie re.. 
ligieuse, I'art chrétien, J'application de Ja reJigion aux 
atfaires sociales et politiques lui donnèrent accès auprès 
de tous les lecteurs sérienx. 
l\Iais les doetrines de l'école d'Oxford faisaient plus 
que trouver d'habìles avocats dans la presse ct ùe sayan(s 
partisans dans Ie monde littéraire et théologiquc : eUes 
gagnaient aussi Jes cæurs, et la jeunesse studieuse 
d'Üxforò lui était tonte dévouée. 
Dès lors, pour en travel' cette æuvre de rénovation, 
les ennemis de l'Eglise anglicane, d'accord avec les par- 
tisans de I 'Eglise basse et les prôneurs du système de 
Church and state, ont en recours à un premier stra- 
tagème, celui de désigner par les non
s de deux on trois 
personnages ce IlIOUyement régénérateur, dans Ie but 
de déguiscr son universalité et de lui Òter son véritable 
earactèrc pOUI' Ie l'éduire aux proportions mesquines 
d'une doctrine inòividuelle. La eonséquence de eeHe 
tactiquc a élé de répaudrc Cll AIIglctcrrc ct tiltl' Ie conti- 




3
 


JJenl fopinion que Ie docteur Pusey, 
f. Ne\vman et quel- 
(lues autres célébrités de l'université d'Oxford, sont des 
bommes qui devancent leur Eglise et qui cherchcnt à 
]' entraÎner t1ans )a ,'oie où eux-Iuênlcs so sonl engagés 
de leur propre lllouvemenL CeHe idée qu'un grand nom- 
bre de catholiquès paraissent par!ager est cOInplétenlent 
erronée. 
IM. Pusey et Nc"'man sont loin d'avoir de pa- 
reilles prétcntions, et c' est fort gratuitenlent que leurs 
aùvcl'saires les rcprésentcnt comme des chefs de secte. 
Ces messieurs ne resscnt de protester contre I'abus que 
r on fail de leur non1 , et ù'ailleurs, pour quiconque est 
témoin de l'æuyre divine qui s'accolllplit en Ang1eterre, 
il est inlpossiLle, dans ce siècJe d'indifférence, d'aUribuer 
à la seule influence de quelques hOlnIllcs, des proùiges 
qu'une puissance surhumaine a seule pn opérer. 
I. New- 
luan et Ie docteur Pusey luarchent avec leur Eglisc, luais 
ils ne la devancent pas; ils se borneut à fécond.er par leur 
génie elieur talent Ie Dlerveillcux 1ravail de renaissance 
dont Ox ford cst aujourd'hui Ie cæur. 
En désignant faussemeut par Ie nonI de puseyisIne 
l'infusioll, si 110US pouvons aiusi parler, de r esprit catho- 
Jique dans l'Eg1ise anglicane , on a donné au respectable 
savant de ce nom un rôle de sectaire qu'iI n'a jan1ais 
joué, et I'on a jusqu'à un certain point )'éussi à créer 
contre lui ceUe prévention, qu'il cherche à imposer ses 
IH'opres opinions à I'Eglise clont it est au contraire l' enfant 
soumis et hUlnble, tout en étant une de 8es plus belles 
hlnlières. De là des récrirninations contres les llolll'ellc8 
doctrines d'Ûxford, quand ccs doctrines n'onl de nou- 
,'cau ()UC J c n0l11 tIont on les pare. C' cst 3iusi (Inc rOil 



2ð.j 


rcprésentc fausselnent conllne une innovation, cc qui 
n'est qu'une rcstauralion, restauration dont I'objet est de 
rendre gradl1ellclnent à I'Eglise ù'Angteterrc ses doctrines 
el ses traditions longtclnps oubliées, ses pratiques laissées 
à l'aballdon. Les parLisans de celte renaissance sont telle- 
11len
 opposés à tonic idée ù'innovation, qu'ils tra,-aiIJent 
acli vement à rendre à lcnr Eglisc sa pureté prÏ1nitive, 
en la purgeant de ce que les réforn1ateurs de ces del'- 
lliers siècles y ont successi vement introduit. C' est en 
appe1ant l'Evangile et la tradition à son aide que I'Eglise 
anglic3ne travaille à réparer les brèches ùu passé, et ['011 
peutdirequ'el1e se déproleslanlÏse par chaque pasqu'elle 
fait en avant. CeUe réforme diíTère de la première en 
cc ql1'elIe se réalise par la persuasion. Un des écrivains 
du Bl'itish-Cri lic nous a dit : (Ce grand changen1ent 
s'opércl'a de la Inanièt'e dont s'opèrent lons les change- 
Jnenls moraux, c' est-à-dire graduellement, peut-être 
d'une manière insensible. La persuasion, les arguments, 
]' exemple de vies saintes agiront simultanément, et l'in- 
f1uence dll temps viendra à noire aide, pour adoucir les 
pl'éjugés et accoutun1er les oreilles à entendre certaines 
vérités... I 
Ce ll1011venlent ne fut pas longtemps limité à Oxford; iI 
s'élendit à mesnre que I'Universilé disséminaJ sur tous les 
points ùe I' Angleterre etjusque dans les possessions les plus 
lointaines de l' en) pire britannique, les jeunes ecclésias- 
liques qui y avaient Pllisé la science SOliS des luaÎlres tcls 
([ue Pusey et 
cw(nan. Quelques années suffirellt pour 
ré1jaudre univcrsellement les germes de l'enseignenlen l 
aH ó lo-c3tholiquc. 11 raut, pour s'en convaincrc, sui\"rc 



,,-I 
_
'l' 


avec quelque attention la prcsse anglaisc. lJepuis les 
grandes feuilles de Londres jusqu'à la plus oLscure des 
publications de pro,'ince, hostiles ou favorables au 
l!louvement, toutcs constatcnt des faits qui, dans leur 
cnsenlble, ùénlontrent I'universalité ùe ce rnOUVell1Cnl. 
t:lergé el fidèles semblent rivaliser ùe zèle pour secon- 
der ccUe æuvre 
e rénovation dont l' Angleterre, cs- 
pérons-Ie, recueillera bienlôl les fruits. L' Angletel'l'e , 
1'lrlande, l'Écosse, I' Amérique, I'lnde, les colonies 
sont en proie à un travail moral, dont les résullats 
frappcnt partout Ie voyageur. Le (
atholique rencontre 
ùéjà de nOlubreux sujets tI' édification en visitant ses 
frères de I'Eglise ang1icane. Le clergé revient en général 
à des habitudes plus cléricales. La vie laborieuse et 
évangé1ique des ecclésiastiques devient un louable sujet 
d'érnulation pour les fidèles. Le langage de.... Ja chairc 
est lnesuré, prudent 
 très-souvent orthodoxe. Les pré- 
dicatcun
 insinucnt dans leurs discours ce que les pré- 
jugés encore non1breux et ),illstruction actuelle de son 
auditoire ne lui permettent pas de dire ouvertemcnt. 
En un Dlot, I' esprit catholique se rallume graduellelnen t 
dans J'Eglise anglicane : la charité, l'humilité du catho- 
]icisme y remplaceront bientôt les fauEses vertus que Ie 
protestantisme avail enfanlées. 
Nons devons ajouter que ces manifestations de la grâce 
divine t.cnrlent à attacher plus fortelnent que jamais les 
angticans à leur Eglisc. (COlnlnel1t, nous disent-ils, 
irjons-nons chcrrhcr ailleurs la \'érité, qnand Dieu nons 
(lonne des prcuvcs si éelatantes de sa nliséricorde '? 
rourqnoi ahaudonucrions-nous unc Eglise qne sa gråcc 



23D 


régénèl'e et qui est ell ce momenti' objet de si abondantes 
bénédictions? >> Cette disposition est confirmée par 
un ministre anglican qui a embrassé ]a foi catho.. 
liquc. 
I. Sibthorp remarque, dans l' e
posé des motifs de 
sa conversion, que s'il eût été une circonstance capable 
de I' empêcher d' embrasser la foi de 1 'Eg1ise catho1ique 1'0" 
maine, c' eût certainement élé ]a renaissance des doctrines 
catholiques dans l'Église dont il était un des pasteurs. 
II est une autre considéralion qui empêehera toujours 
Je clergé anglican, même Ie plus avancé, de se séparer de 
son Église : e'est que si, au lieu de travailler à régénérer 
I'Angleterre, à instruire les populations, il abandonnait 
cette mission pour se joindre, dans ]es cireonstances 
aclueHes, 3UX catholiques rOlnains, il livrerait au parti 
protestant de l'Église les magnifiques monuments du 
passé que Ie catholicisme leur a légués: ces abbayes, ces 
cathédrales, ces colléges oil tant de souvenirs catholiqucs 
semblent n'être éehappés au marteau purÍ(ain que pour 
raider à déprotestantiser l' Angleterre. Ainsi done, nons 
assistons, d'une part, au retour vel'S des doctrines ct des 
pratiques dont tout cæur catholique doit se réjouir, land is 
que de l' autre cette régénération rend à I'Église anglicane 
uoe vie qui allait s'éteindre en elle et relient dans son 
sein les cnfants qui étaient à )a veille de l'abaodonner. 
)Iais DC pel'dons pas de vue que si )a régénération de 
I'Église anglicane tenll (Ie fait est évident) à éloigner les 
individus d'ernbrasser notre foi, cette régénération rap.. 
proche de nous, cntraîne vel'S Ie centre de runité catha- 
lique I'Église anglicane tout entière ; car, à n1esure que 
la restauration de l' esprit calholique augn1ente l' allache.. 



",,,\_ ( " 

\J ) 


Inellt du clergé anglicall pour son Église, it accroît aussi 
dans son cæur Ie ùésir de la voir, con1me corps, ne 
pas rester plus longtenlps isolée, séparée de RODle et 
des autres églises qui sont en communion avec eUe. 
Plusieurs publications qui ont de l'imporlance, et enlre 
autres Ie Bl'itish- Crit ie, se soul exprilnécs sur ceUc 
(Illeslion de l11anièrc à dissiper tOllS les doutes. Telle 
senlùle ùeyoir êlre" la marche de ce grand mouvclnenl 
(Jue Ie Illon<.Je catholique a ]a puissance de seconder 
par ses prièrcs et par ses Lons exemples. Ce scrait 
péchcr cOlltrc la sagesse que de chercher à résoudre 
un problème clout Dien seul a la solution, celui du 
résultat Jinal du travail religieux auquel I'Angleterre 
est en proie. Que chacun dans Ie secret de son cæur 
angure de I'a\enir d'après les règles de la pru<.Jence 
humaine. Le temps pOllrra no us fournir bientõt ùes élé- 
Inents qui aujourd'hui nous manquent pour éclairer et 
résoudre certaines difficultés. 
Le nOlubre des ecclésiastiques qui, en Angleterre, en 
II'lande, en Ecosse, dans les colonies, ont, en dehors des 
universités, embrassé les doctrines d'Oxford, est déj
\ 
considérable. Nous disons à dessein les uni\'ersilés, parcc 
que nons ,"oulons constater que Carnbrfdge sen1ble von- 
loir revendiquer anssi sa part d'influence dans celte ré.. 
novation religieusc. II est ,'rai que Canlbridge a reçu 
l'inlpulsion d'Oxford , sa sæur dans la science; nlais si 
Cambridge veut seconder, favoriser ce mouveluent , elle 
peut jouer un rôle très-important dans l'æuvre qui reste 
encore à acconlplir. 
Les succès du puseyiSrllC ne doh-cnt pas BOllS sUl'pren- 



237 


\ 
tJrc. Les circonstances fa\'orisaient singulièrement son 
dévcloppement. L'enseignement llJéologique de I'Eglise 
anglicane se traînaillanguissant dans la sphère étroite où 
l'avaiel1t circonscrit les auteurs de la réfornlc. Les esprits 
étaient depuis longtemps fatigués des vieiJles calomnies 
jetées du haul d'une chaire, soi-disant chrétienne, pour 
insulter aux croyal1ces des âmes restées fiùèles à la foÎ 
dcs disciples d'Auguslin. Un cnseignement nouveau, 
puissant par la logique et la force de la ,'érité, qui ex.. 
prinlc les ten dresses de la charité et respire ]a poésie de 
]a piété, eet enseignement ùevait nécessairement gagner 
à lui les esprits actifs, les cæurs honnêtes, tOllS leg _ 
hon1111es qui, dans la religion, les arts et ]a ;littéralure, 
u"ont pas perdu Ie sentin1cnt du vrai et du beau. Aussi 
nous avons vu les ouvrages des puseyistes être accueillis 
avec empressement, être ]ns avec enthousiasule, être 
goûtés avec bonheur. 
L'allg1icanislue élait, de toules les prétendncs Eg1íses 
qui se partagent I'Angleterre , la senle qui consprvât les 
élélnents nécessaires pour ceUe régénération. 
Elle est, en efTet, la senle communion protestante qui 
3it conservé l'ancienne forme de la hiérarchie catholique. 
Sans exanlinel' la question, si ,rivement discutée, de la 
validité de ses ol
d1'es, il faut avouer que cette Eglise 
}}ossède, en nom au llloins, des archevêques, des évê- 
ques') des prêtres, des diacres, des archidiacres, des cha- 
noincs, des doyens, des enfants de ehænr, en un mot 
tonle la fornle extérieure d'l1ne Eglise. - Elle rcconnait 
. qu'une tcUe hiérarchie cst ahsolument nécessaire ponr 
conslituer lIne Eg1ise; par conséquent elle regarJc tous 




38 


les autres protestants cOllune hérétiques; elle l'cgardc 
les huguenots de France, les luthél'iens d'Aliemagne, 
les calvinistes de la Suisse, et les autres sectcs pro- 
testantes, cOßune absohllnent dépour'.ucs de tout ca- 
ractère qui distingue une Eglise. En même tClnps, 
elle reconnaît les Eglises catholiques du continent, 
et ses plus savants docteurs n' ont pas de difficullé 
à adnleUre que )e pape est Ie premier des érêqucs, Ie 
patriarche de I'Occident, celui qui do it présider tous lès 
concilcs æcuméniques. CeHe Eglise, selon les docteurs 
de l' école d'Oxford 4 , reconnaît les quatre premiers con- 
ciles æcuméniques; elle professc ne rien enseigner qui 
ne soit conforme au sentiment des Pères de I'Eglise pri- 
mitive. Brer, d'après Ie langage de cette école, il seo1ble 
que cette Eglise soit plutôt schismatique qu'hérétique; 
qu'(11lc t10it être rangée plutôt avec I'Eglise grecque 
(lu'a\,cc les comn1unions pl'otestantes. Le notu de protes- 
tant u'est plus en honneur à OXfOl'd. 
Iais en même temps 
que ces homInes professent des principes qui sont presque 
ceux de l'Eg1ise, d'un autre côté, par égard pour leur 
posilion et certains préjugés, ils oublient ces principes 
catholiques. Par excmple, ils par]ent beaucoup de 1'aulo- 
rité de I'Eglise, mais ils ont souvent ùes raisons plus fortes 
encore pour se débarrasser des décisions ùe cette aulorilé. 
lis partent beauconp des Pères de l'Eglise, et de leur vo- 
lonté de se soumeltre à leur sentiment; mais en réalité, 
its se constituent les juges de ce sentiment, et selon eux, 
ce sentilnent n'enseigne pas ce que l'Eglise nous déclare 
qu'il enseigne. Pour écras
r les nombreux dissidents 
d' ADgleterre, qui menacent de ruiner leurs riches béné- 



23!) 


fiees, its cOlnbattcnl Ie jugcn1Cl1t privé COOUlle l'ègle ùe 
foi. 
Iais si , par hasal'd, ils rencontrent un catholique, 
aussitõt on les entcnd réclamer tous les droits de leur 
proprejugement. Au point oìl ils sont arrivés, leur systènle 
contient beaucoup de choses catholiques o1êlées de hean.. 
coup de contradictions. 
Quant aux reproches d'innoyation que l'on adresse aux 
puseyistes, illeur est facile de répondre et de prouver 
que les IJrincipes de I'Université d'Oxford ont tou. 
jours été admis par une cl3sse plus ou Jnoins nOlubreuse 
des melnbres de ceUe églisc. Ainsi, sons Ie règne de 
Charles let', ils forent professés par Ie célèbre arche- 
vêquc de Cantol'béry Laud, par l' évêque Jerelny Taylor, 
h0111nle d'une éruùition vrain1cnt profondc, par une roule 
ò'aulres é\'êques qui, dans ces ll1alheureux jours, voyant 
les mal1Y3is cfre(s du pl'Ïncipe protestant dans Ie fana- 
thane òes puritains ct Ie boulcversen]cnt du royal1n)c, 
jetaicnt un regél.rd plein de regret sur la paisible barque 
de saint Pierre, dont its 
taient 111alheureusement tOI1I- 
lJés. Depuis ceUe époque jusqu'à nos jours, ces prin- 
cipes sont reslés au sein de I'Eglise anglicane; et" de 
temps en temps, on a vu des personlles dislinguées par 
leurs talents et leur naissance les 
ettre en pratique jus. 
(Ju'à ce qu'elles soient rcntrées dans l'unité cathoJique. 
De ce non1bre sont: Ie célèlJre Digby, 111arquis de Bristol, 
au règne de Charles Ier; SOl11erset, marquis de \V orees. 
tel', au même règne; Ie chevalier si renommé, I{enelo1 
Dighy, au règne de Charles II ; sir Thomas Bro,yne, au 
même règne ; Ie poëte Dryden, au temps de Jacques II; 
et cet il1ustre grand trésorier tI' Angletel're, Ie très-pienx 




10 


lord l:lifl'ord , prelnier n1inistre tIll l'oi Charles II, el Ie 
roi .facques Illui-même avec sa Lonne rcinc. Tons ces 
bommes illuslres, ainsi qu'une foule d'alltres tIu' on 
pourrait citer, embrassèl'ent la foi calholit)ue, après 
3voir élé 1l1e01Vres de l'Eglisc anglicane. l\lais ils 
3yaient lous profcssé avant leur conversion les priu"- 
cipes de rUni\'ersilé ù'Oxford, et 1'0n peut atlriLuer à 
ces principes leur retour dans la seule véritable Eglise de 
Jésus-Christ. 
Ce sont là des raisons historiques suffisantes pour que 
nous nous fclicilions de voir ces doctrines, qui touchent 
de si près à celles de I'Eglise calholique elle-même, pro- 
fessées aujourd'hui si haillcinent par un si granù Hombre 
de membres du c}ergé et de laïques lie l'ßglise d'Anglc- 
tcrre. Certes l'église anglicane du XVIle siècle resselllLlait 
pen à r élaulisseu1ent qui a conser\'é ce non1 jusqu'à UOg 
J 0 u rs . 
Ainsi, en 1631-, lorsque Ie pape Urbain VIII en,'oyait 
en Angleterre Ie Père Leander, illloine bénédictin, avrc 
ordre de faire au Saint-Siége un rapport exact sur rétal 
de 1'
:glise anglicane, yoici en quels tcrrnes ce savant 
délégué du siége apostolique parlait de cette Église : 
cElie conserve la forme extérieure de la hiérarchie 
rcclésiastique, telle qu' elle exislait an tClnps de la reli- 
gion catholique : elle a des arche\'êques, des é,"êques, (les 
do
'ens, des archidiacrcs ct ùes chapilres de chanoines 
dans les cathéùra1es des siéges anciens, avec de très- 
grands revenns. Ellc conserve ses anciens édifices, les 
non1S de scs anciennes paroisses, ses vrêtres et ses dia- 
cres ; sa manière de conférer les ordres s' accorde presque 





I 


('0 (out avcc la fÚI'ITiê prcserite par Ie ponlitical dt" 
}'f:glise romaine'. Ene conser\ e aussi les ,'êtementg ec- 
clésiastiques, la Cl'osse des évêqucs, les chapes, les an- 
riens temples, Ja division des paroisses, les é
1ises et 
ro11éges qui sont d'unc structure Inagnifique. J) 
Dans une autre partie du mên1e rapport au pape VI''' 
hain, Ie savant religieux ajoute que les anglicans, ( dans 
]a plupart de leurs articles de croyance, sont yraitnent 
orthodoxes; par exelnple, sur les sublimes mystères 
de la Sainte-Trinité et de I'lncarnation , sur la réùeulp- 
tion de l'homme et ]a satisfaction; dans presque toules 
les controvcrses sur la prédestination , la grâce et Ie Ii. 
bre arbitre; sur )a nécessité et Ie rnérite des bonnes 
æuvres , et sur les autres al,ticles exprimés dans les syn1- 
holes des Apôtres, de Nicéc el de saint Athanase (ces trois 
syulboles sont identiqlleluent dans leurs livres COllln1r 
dans )a 1iturgie catholique), ainsi que dans les quatre pre.. 
n1iers conciles æcnnléniql1es. J Ces paroles du P. Leander 
sont citées dans )'ou \'rage célèbl'e intitnlé: ela7'elldnn's 
State Papers (\"01. I, p. t07). 
I....'Eglise anglicane ordonne à ses enfants de jeÙnel' et 
de faire 1113igt'e pré(
isément aux jours qui sont mar- 
t}ués pour cette æuvre de pénitence dans 1108 rituels 
calhoJiques. Elle a consacré des joul's solenlle)s pour ,'é- 
nérer les principaux In)"stères de la vie de la glorieuse 
\ ierge !\Iarie, à laquelJe, dans son calendricr, elle donu(\ 
Ie titre de lV DIre- Dan1c; ellc en consacre aussi eu 
J'honneur des apõlres, des n}3rt
 rs et d'aulres 
;ajnts 
de l'

glise de Dieu. Ene met ses telnples sous 1'invoca- 
tion des saints ca\holiqucs et bien 80uvent rlrs saints du 
16 



242 


n10yen âge. Les rubl'i(lueS òu riluel 3nglican prescri\'cnt 
que les chæul's (les égliscs seront conservés conunc 
dans les temps anciens, de même que Ics vêtements et 
les Ol'nements du clcrgé. 
Les canons de l'Eglise anglicane ordonnent que deux 
grands lun1Ïnaires au moins seront placés sur l' autel 
lors de la cél
bralion du sacrifice eucharistique. 
lis disent que Ie prêtrc devra l' offrir revêtu d'une 
soutane, d'une aube et d'un ornemenl con,'enable, 
et avec l'assistance d'nn diacre et d'un sous..diacre, en 
chapes on en tuniques , qui chanteront I'Epître et I'Evan- 
gile. On ,'oit aussi dans Ie rituel angliean pour la récep.. 
Lion (rUn nouveau chevalier dans l' ordre célèbre de fa 
J al'relièrc, ùonl saint Georges est Ie patron, quP 
leg anglicans appliquent, dans la ruhrique de cet oJfice , 
Ie 110m de yrand'nlcsse (high 'lilUSS) à la célébration 
du sacritice eucharisljque; ceUe Inên1e cérémonie pres- 
cl'it heanconp de génuOexions et auh'es pratiques an- 
ciennes. On lrouve ùans une autre céréolouie de I'Eglise 
anglicane, ceHe pour Ie sacre des rois et des reines, 
I}resque toules les cérémonies du pontificat romaine 
l/arche,'êque de Canlorbéry doit bénir solennellement Ie 
saint chrême, avec Icquel il oint Ie roi ou la rcine sur 
la têle, les épaules et Ie dos en forme de croix; après 
quni, la couronne est solennellen1ent placée sur la têle 
du roi par les mains du 11létropolitain. 
Sur Ia doctrine des saCl'ements , il 11' existe presque au- 
cune tlifférence entre les véritahlcs anglicans et les ca.. 
tholiques. Leur liturgic pour Ie baptême est prise mol 
l}our mot de nos liYfCS. II en est de mên1C de Irur liturgic 



2
5 


pour la confirlnation , pour l' adlninistration tlu sacremen l 
de l'ordre, pouI'le ll1ariage et la pénitencc. V oici la for... 
mule de leur absolution (on la t!'ouve dans l' office pour la 
visite des malades) : ( Notre Seignenr Jésus-Christ, qui 
. a légué à son Eglise la l)uissance d'absoudl'e tout pécheur 
( qui fait pénitence et qui croit en lui, par un effet de sa 
(( grande miséricorde, pardonne vos offenses, et par son 
" autorité, remise à moi, je vous absous de tons vos pé.. 
(( chés au nom dll Père et du Fils et du Saint-Esprit. 
(( Amen. J Dans Ie rituel pub\ié au temps d'Édouard '1"1, 
nous trouvons Ie rit pour l'administration de l' extrême... 
onction, rarement pratiquée par les ang1icans de nos 
Jours. 
Ii est vrai que, sur la plupart de ces points, la pratique 
des anglicans est bien loin d'être conforme aux rubriques 
ùe leurs livres et aux prescriptions de leurs canons; 
mais c' est toujours un fait consolant pour nous que 
de trollver ces germes de catholicisme dans leurs livres 
et dans les principes de leur Eglise. C'est en rappelant 
J'attention publique sur ces vérités, que les savants théolo- 
giens d'Üxford travaillent à l'emeUre leur Eglise en pos... 
session de celle bienheureuse unilé avec Ie Saint...Siégf 
et toute J'Eglise catholique, unité à laquelle , il Y a trois 
siècles, Ie malheureux despotisme d'un roi prévaricateur 
fa si cruel1enlent arrachée. Les puseyistes sont loin d'avoil' 
acconlpli encore leur labol'ieuse et pénible tâche; mais 
nons espérons pouvoir démontrer qu'ils sont en bonne 
,'oie pour y arriver. 



CHAPITRE IX. 


ílO]f
IAlRE. 


Le doèteur ru
ey. - Délails bio
raphiques. - Son influence à 
I't'uiversilé d'üxford. - Ses doctrines. - Comment son nom a 
élé choisi pour désißner Ie parti anglo-catholique. - Son dcrnier 
F;ermon. - Croyance de l'Église anglicalle sur Ie dogmc de la 
préscncc réelle. - De Ja communion chez les an
1icalls tle 1l0
 
jours. - Curieux procès intenlé au docteur 1}U5t
? - La Cour do 
vice-cbaucelier de I'Uniyersité. - Prétcndue condamnatiou uu 
pro(e58cur d'hébreu. - Protestations des puseJisle
. 


Le docteur Pusey eSl prufesgeur d'hébreu à I'unive}'
itê 
(rOxford, et il joint à ce titre ce1ui de chanoine de l'é
lise 
du Christ. C'pst lui qui a donné son nonì au parti anglo.. 
catholique , 00, pour parler plus exactenlrnt, {lont Ie 
nOD1 a élé donné à ce parli; car Ie docteur Pusey luÎ- 
n}ême ne s'cxp1ique pas comnlent son non1 a été choisi 
pour désigner la jcunc Eglise ang1icane, celte portion 
,recclésia
tiqne
 et rle 13i((lH

 professant 'e cntte T}a,jnJt
', 



246 


et qui tl'aVail1ellt à l'éfol'mcr (daus Ie !ton sens du 111ol) 
les abus qui se sont illtroduits dans cette Eglisc.. 
II )T a à Oxford quatre et 111êlne cinq théologiens clui, 
autanl peut-être que Ic docteur Pusey, ont contribué à fa- 
\'oriser ce retour des esprits; aussi nc sait-on trop à queUe 
circonstance est IJrécisémenl duc la pl'éférence dont Ie 
nom tIn docteur P.usey a été l'objct. Ce choix tient, sans 
dOllte, à ce que les ennelnis du Inou,eUlent régénérateur 
(car ce sont eux qui oulle nlérite de la dénomination) out 
trou\"é qu 'il était plus facile t1e dire puseJisme et puseyiste 
que nc'\"mallisnle, ou IooliÏSlllè. Le Inot est plus facile à 
pl'ononcer; il sonne Inicux à )' oreillc, et c' était là un 
grand point pour ceux. qui voulaicnt Ie lueUre dans toutcs 
les bouches, Ie faire retentir de toutes parts. 
Le savant pl'ofesseur d'hébreu, aujoul'd'hui soulnis à ,de 
8i !'udes épreu\'es par les persécutions des enllenlÏs du pro- 
grès religieu'X, est né en ,1800. II est Ie second fils de 
l"honorable Philip Bouverie, qui ajouta à son nom celui de 
Puscy. Sa mère était )a tille aînée de Robert, conlte de 
lIarborough, et vcuvc du jUl'isconsulte sir T. Cave. 
La fan1ÌlIe du célèbre théologien est fort ancÍenne; 
cUe était établie dans Ie comté de Berk ]ors de ]a COll- 
(Iuête de Guillaume, ct ses tr3ditiol1s ren10ntent à une 
époque antérieure à celle-]à. 
l..e doctcl1r PUSC) s'est marié en 1828; son épousc est 
luorte en 183ü, ct Ini a laissé une fiUe unique. 
C'esten 1818 qu'jl estentré à l'église du Christ (Christ 
ChU1'C!z). Après avoir pris son prcll1ier grade in littel'is 
IUllnalliol'ivus, en 1822, il fut élu tel/oIu du collége 
d'OrieJ. C'est en 1828, I'année de son mariage, qu'il fut 



2,
'7 


nomnlê professeu!' royal d'hébreu ùans I'université; son 
canonicat est attacl1é à celte première charge. En 1824, 
it remporta Ie prix du chancelier, pour la composition 
en prose latine. 
La docteur Pusey est un homme d'un extéricur 010- 
ùcsle. II a Ie front bant, Ie regard. scrutateur; sa tête 
por
e I'empl'einte du génie. Quoiqu'il n'ait que qual'ante- 
quatre ans, il paraît usé par Ie travail et la llléditatioll. 
Ses manières sont polies et élégantes; it reçoit avec alIa- 
bi1ité, et aime beau coup à s' entretenir avec les élrangel's 
de ce que l'on pense en France, en lIalie et en Allema- 
gne du mouvenlent religieux de l' Angleterre, et, en par- 
ticulier, de ]a réaction qui s' opère dans l'Eglise anglicane. 
Son influence est très-grande à Oxford; sa parole y 
fait autorité; on recueille avec empresserr1ent et vélléra- 
tion jusqu'à ses con seils les plus fntiles. II 111ène une vic 
active et laborieuse. Son temps se partage entre la prière, 
les étuùes théologiques, I' enseignement et Ie chant de
 
otlices. Les bénéHces dont il jouit sont considérables ; 
mais sa charité ne connaît pas de bOl'nes 
 il donne beau- 
coup, et cache ses bonnes æuvres avec Ulle rare 1110- 
dcstie (I). 
La vie du docleur Pusey 1110ntre que Ics anglicans de 


(I) Le dOClt\Ur Posey fait couslruire en c(' moment à Lceds tine 
l
ßli
e gothiclue tlui scra, 
ous Ie rappoi'l de l'art, un vrai thcf- 
tl\euvre. II )' aura trentc-qll1tre vilrau
 peinls, ù'un coloris el d'un 
dcssin rcmal'quables, représenlant les principaux sujels du Nouveau.. 
Testamcnt. Notre-Seigneur figurera sur Ie grand \'itrail , derrière Ie 
lIlaÌtre-aulel. Lt'3 Apõlres et Irs Saints seront représentés d'apl't:
 
les emblèmes tirës des éCl'its des Pères de l'Église. L'édifice est 
.
rigé SniY31ll Irs e
jgenccs de la tradition ('a iholiqu0. 




48 


nos jOllrs, les IJUsè)"iste.; tlu luoins, ue l'eSSCHlblent guère 
à tes hOl1l1nes indolents, ul'gueilleux et a\"ares qui, de. 
puis la réforlne, ont, à de J'31'eS exceptions près, rempli 
les r30gs tin clergé (]'Anglclerre. Les jeunes ceclésiasti- 
4lues, tl'tÏ sortent (Ie I'Uni\"ersité pour 31\(\1' cxercer lenr 
luinistèl'e dans les lilIes ou à la c31upagne, sout presque 
tons ardents P:1l'tis1ns du pl1Seyj
Hle , ct, h l'exemple de 
leur 01 aÎtre, i Is 
'i rnposent. pour prenlÎer devoir, d" édifier 
par leur conduite Ies àmes dont Ie soin leul' est contìé. 
{Toe des circonslances qui ont Ie plus contribué à ßlettre 
Ie docteur Pusey en é\'iùence, c'est qu'en 1836, il se 
plaça h la têle ùes lneluùres de l'Cni\'ersité, 4ui, dans la 
COIl\"ocation lenue 101's de la nomination dn doctcur 
llampden, firent censurer Ie choix du gou\'ernement. A 
)a mêlne époquc, i1 publia un écrit très-relnarquable pour 
c.léfendrc les doctrines anglo-eatholiques ; eet écrit avait 
surtout pour objet de réfuler une lettre anonyule qui a\ ait 
Varu sons Ie titre de Lell1"e pastorale adressée pa1' S. S. 
Ie Pape å certains 11emhres de l' Univcrsité rl' O:r{o1'd. 
Nous nous aLstcllons de parler des nOlllbreux ouvrages 
qui out placé Ie docteur Pusey au premier rang de
 
théologiens 3nglicans; lllais nons signalerons un fait, à 
notre 3,is, très-rernarqu3blc: c.est que, de tous Jes 
homInes de son parti, Ie docleur Pusey élait celni qui 
avait les préjugés les plus enracinés conlre ROlne et les 
catholiques. II voulait bien ..léprotestantiser I'Eglise an- 
glicane; mais il fallait, sui\'anlluí, Ie faire sans Ie secours 
t.1u catholicistne romaine 
II y a quall'e ans, trois ans Hlèlne, flue les contt'overscs 
du doc' enr Pusey étaient en ('ore cnlpreintes de ec senti. 



2UJ 


Inent, et il ne laissait jalnais, dans ses êcrits, échapper 
r occasion de lancer quelque trait clcpré contre Ie ,'icaire 
de Jésus-Christ, les doctrines tIe I'Eglise, les prali<Jues 
pi
uses de ses enfallls. 
Le célèbre docteur est evideuunent celui des lJuseyistes 
qui a llOUl'l'Í les préjugés les plus opiniåtres contrc nous, 
ct {]ui les a expl'imés ayec Ie Tnoins de n1én3geu1cnt. 

Jais, depuis deux ans. ses idées se sout pl>ogressivement 
Illodifiées; et, par suite, son Jangage et ses écrits ont subi 
un changelnent notahle. Celui (]ui u"a pas suivi les phases 
successives pal' lesquelles it 3 passé, serait dans l'impos- 
sibilité de reconnaitre aujourdfhui, aux paroles conei-. 
Hantes qu'i1 fait entendre, Ie fougueux contro,'el ' siste de 
ces dernières années. La conversion (Jui s'est faite chez 
Ie docteur Pusey s.opère chaqne jour dans une fOllle 
ù'esprits, tant la vérité a de puissance quand on la cher.. 
che de bonne foi> 
II est juste ùe reconnailre que Ie Haillbeau de la trat1i- 
tion peut préserver de beaucoup d'erreurs ceux lJui 
l' étudient avec un désir sincère de connaitl'e ce lIu' eUe 
enseigne, dans Ie dessein de l'éfonner leurs croyances 
ct leur vie d'après ses enseigllelnenls. C' est ce qui arriv
 
aux pl1seyistes. 
Uuelllue puisse être Ie l'ésultat final lIe ce grand tHOU- 
,ement; soit qu.1 aboutisse, comnle nous )' espérons , à 
un retour effeclif de rÉglise anglicane à ruuité catho. 
)itlue, soit qll'il avortc el laissc ses auteurs dans les 
liens de rerreur, ce que Bien veuillc ne pas permeUre! 
leurs 3\'eux rcstenl ùès à pl'égent acqnis anx c3lho1iques, 
tl (ertes cc n"est p
s nile prcuve médincre CII ra\'eur de 



2
;0 


1lotre foi, que ces lémoiguages (jui lui sout donnés, du 
sein Inênle d'nne Eglise ennemie, par des homules dont 
l)ersonne ne conlesle d'aillellrs ni les bril1antes qualités , 
ni les lunlières. 
Ce qui rend ces lélfioigllages plus remal'lJuables encore, 
c' est qu'nne étude pl'ofonde de rantiquité chrétieune a 
pl1 seule les arracl cr à ceux qui les rendent, car ils ont 
été éle\'és et l10urris clans d' al1lres sentinlcnts, et ce qu'ih; 
aflìrment aujourd'hui, ils Ie niaient hier. 
Pour ne prendl'e ici qu'un senl point, la croyance à la 
1Jl'ésence l'éelle, voici comment s'exprimaient, en 1834, 
les docteurs d'Oxforù : I Le sacrifice de la messe est une 
pure corruption, sans fondeUlent dans I'Ecriture on daus 
I'antiquité, hlasphématrice et pleine de périls. . Ces pa- 
roles se trOllyent dans une sorte de table des doctrines ro- 
luajnes que les puseyisles rejettent, imprimée à la fin du 
uUlnéro 38 des 'p raités pOlll
 les lelnps 1Jl'éscll1S. Or, 
dans Ie nUlnéro dJavril 184.3 ùu British-Critic, journal 
des puscyistes , nons lisons : ( On doit tTIu1tiplier au lieu 
(Ie diminuer les occasions de la sainte COID1TInnion , afìn 
quc Ie sacrifice qllolidien que /'es])l'Ïl de l'alllechl'ist 
a aboli elu sallcluaire soit l'établi de nouveau Slll' IOllt 
((lllel ch.1'élien. (Page 500.)) 
Seull>lahleUlcnt, dans Ie Traité (le 1834, 011 lit: La 
doctrine de la tl'anssubsla1l1iatiolt cst profane cl Ùu- 
J)ic. On sait qllC les anglicans confondent volonlicl's fa 
Il'ansSlLbslClllliationayccla ]Jrésencc.Or, Ie 14nlai 1813, 
Ie docteur Pusey a pl'êché dans l'éylise dite du Christ, 
en présencc de rUni\'crsíté d'Oxford, uu Sel'lHOIl Oil if 
cnscignc clairClllcnt la doctl'ine dc la présencè l'écll(' 
 et 



2:>1 


emploie, pour parler de ce gt'alH] mystère, les sublimes 
)ocuiions consacrées par les saints Pères de rÉg1ise. Le 
retcntissemellt qu'a en ce sermon 110US engage à CIl 
donne!' ici une analyse et de longs fragments. 
Le texte de ce discours, prêché Ie qualrième tlilnauclJe 
après Pàql1es, est tiré du seizième chapitrc de saint 

Iatthieu, v. 28: · ('eci est 1non sallg dll Nouveau 
7'estalnent qui est versé IJOll1'f pLusieu)'s p01l1' La ?"'é- 
,nission des péchés (-t). ) 
Le docteur Pusey COlnn1ence par quetques considéra- 
tions sur les sacrements, 01'] iJ nous montre l'nnité de 
Dieu COfi1me cause secrète, puissance de toutes cboses, 
et Ie n10yen à I'aide duquella cause unique de tout ce qui 
est se n1anifeste à nous sons des formes variées et pal' 
des modes divers. 
Lf orateur étab1it ensuite un parallèle entre les sacrc- 
ments du baptême et de I'Eucharistie, qu'il appelle les 
deux gt'ands saCl'e1nenls, et il continue ainsi : 
· Après avoir traité précédemnlent de la rédem(JtiolJ , 
du sacritìce de N'olre-Seigneur et de 
on intercession 
auprès de son Père, sujet de tant de consolations POlll" 
l'ànle pénitente, il me paraît convenab1e, dans ce mo- 
nlent de joie et d'al1égresse (la fête de Pâques), de YOllS 
entretenir de ceUe fontaine de grâces qui, s'échappalll 
du trône de r agneau Ìlnnlo1é, est pour Ie péchenr péni- 
tent la source de sa plus gl'ande joie : je veux parler des 
saints myslères. Le pécheul' sent en yérité qu'il devrait 


(t) Tile holy Eucharist a comfort to the penitent. - A sermOll 
preached befol'e the UlIiverÜty, in the cathedral c/lureh of Ch,"ist, in 
Oxford, 01l/he first sunday after EaMer. - t8i.3. 



2
2 


ell êl1'c éloigné COllllUe du Paradis, ct qUe, suivant la 
sainte discipline tie l'allcienne f:g1ise, il eu serait peut- 
être éloigné pour un certain temps; ßláis iI comprend 
aussi (Iue ces saints Inystères sont Ie plus précieu't don 
pour son åme, pl1isqu ïls sont Ie corps et Ie sang de son 


rétleilipteur . . . . . . . , . . . . . . . . . . . . . . . . , . . . . . . . . . . . 


- 
.................... ....... I... ......,... .... 


f 11 serait à désirel' (Ioe dans la joie de cette fête pas- 
cale, gage de nolre pal'don et garant de notre vie éte..... 
nelle en Diell, it 
erait, dis-je, à désircr que 110llS )ais. 

assions de côlé nos fatigants débats, et que parler des 
Inystè.'es dn divin amour, ne devint pas l' occasion de 
disputes irrévérencieuses, contraires à la charité. 
f l)hit à Dien qu'au 1110ins dans ce lieu sacré, nOltS 
pus::;ions unit' cnsenlblc DOS pensées SUI' )a condescell- 
dance infinie et I'a,nonr de notre Sauvêur, 
ans peser 
dans nus prop"t
s halances des ß10ls qui ne peuyenl 
qu ïn1parfaitement exprilner I'idée des divins mystères! 
Adorons enselnble eet an10ur inintel1igible à notre nature, 
V1Ulôt que de !lons étudier, COnll11e beaucoup Ie font 
aujourd'hui, à tlécon,...il- si ron a parlé en tern1es parfai- 
lemellt exacts de ce qui est indicihle ct ilupénétrahle pour 
UOllS. Quaud nous nOlls cntretenons de choses spiri.. 
tueltes ( c' est saint Chrysosto1l1e qui donne eet 3,'is ell 
abordant Ie même sujet), ( qu'il n'y ait rieo de cette vie, 
. rien ùe terl'csh'e dans nos pensécs; que tout ce qui 
c tient d'ici-bas en soit chassé ann de n'ètl'e allentifs qu'å 
. la parole divine. Quand l' esprit de Dieu nOl1S parte, 
( nons devons l' éconter avec cat me et n1êlnc avec cCfroi. 
f Car cc tJont nou
 nons Ocenpl)ns r.njonrõ'hui e
t fait pour 





 


<< jn
pjrer de )a cl'aiule : J nloin
, è8t-íl dil, IIUé l'Ull!oì 
c IlC tnall[Jiez let chair ell( Fils de l'honzrne el fie 
4 bU'l'iez son. sang, l'OIl,
 It' UU)'C"': pas La t'ie en l'OIlS. \) 
f La joie d u pénitent, continue Ie dOl
tcur Pusey, n' ('ß 
t
!'l pa
 moins profonde, quoitple Ie parùon des péchés n
 
soit pas ùans la sainte eucharistie, COl1une dans Ie bap- 
lènJe, l'effet direct du SaCrelllent. Lcs deux grands sa- 
crements, ain
i que leurs sigues Ie 1110n trent, ne se pro- 
posent pas Ie mêlne but : ]e baptême donne la vie, 13 
sainte eucharistic la conserve et l'accroît; Ie baptême 
gretfe sur la ,'éritable vigne, la sainte eucharistie en ré- 
pand la richesse et la plénitude dans tontes les branches 
ainsi greffées..... C' est par l'eucharistie que Jésus-Chrj
1 
nons vivifie avec sa propre "ie. Ce sacrenlent n' est pa
 
donné à ceux qui sont morts , mais à ceu
 qui vivent. II 
augmente en nous la vie 00 la mort, en donnant l'immor- 
talité aux ànles en élat de gràce el )a lnOl't à celles qui 
I'ont pprdll ; c'e
t un gage de vie ou de mort que nous rc.. 
revons pour notre salut ou nOlre damnation. C'est pour- 
quoi la prin1itive Eglise refusait la COn1111Uniol1 à cel1X qui 

vaient péché, non-seulement pour r exemple des fidèles, 
Inais encore par tendresse ponl' les péchenrs ft dans la 
,"raintf' qu'ils ne "Ínssenl t\ périr. . Profane7, rlit saint 
t: Cyprien, Ie saint corps du Seigneul', et \'OtlS ne serez 
, pas sanctifiés; vous t0111berez au cpu(raire pI us bas rt 
c vons ne serez pas relevés; vos blessul'es devirndront 
c plus graves et vons ne serez pas guéris, car il est dit t 

 ajoute-t-il, celui qui Inange Ie pain et qui boit à la coupe 
f du Seigneur indignerncnt e"t coupaIJ1e du corps et du 

 sang du SeieneUl". ) 



2t>4 


I.e .loctcur Pusey passe en revue les elnblèmes de r au- 
gnste sacreluent qui se trouvent dans l'ancienl1c loi ; il 
acculnule ensuite les citations en ravenr de la présencc 
réelle dans I'Eucharistie :<< Et Ie pain que je ùonnel'ai est 
'tna c"aÏ1
, que je donnerai pour la vie du Jnonde...A moins 
que vous ne mangiez la chair du Fils de I'hon1me et que 
vous ne bllviez son sang, vous n'aurez point la vie en 
yous... Celui qui mange ma chair et boit n10n sang habite 
en n10i et moi en lui ; de même que Ie Père n1'a envoyé 
et que je lis dans Ie Père, de lnêlne eelui qui me mange 
,'it en moi... Celui qui mangera ee pain vivra à jamais. J 
L' oratellr, après quelques réf1exions , ponrsuil en ces 
termes : 
( II est impossible d'observcr eombien tontes les pa- 
roles tic Jésus-Christ ont ici pour objet ee don de lie, et 
a vec queUe infatigable persévérance Notre-Seigneur nous 
rrprésentc celle vérilé, sans reconnaÎll'e qu'il veut nons 
convaincre que la vie en Ini est son don principal dans ce 
sacrement, {Iu'on no pent Ie désirer sans éprouver une 
foi plus vive..., et eependant, quoique la vie en LUI SOil 
la suùstance de tout son enseignement, eel enseigne- 
ment ne se borne pas Ih. Notre-Seigneur ne se borne pas 
à inculquer une yérité SOllS ùes formes diverses, mais il 
veut nous en faire apprécier tonte la portée. H ne répon.. 
dit pas aux insinuations des Juifs qualld ils disaient : 
<< Comment eel h0111me pent-it nons donner sa chair à 
111anger? Con1n1ent ces choses sont-elles possibJes? J 
Notre-Seigneur gardait Ie silence; et nons, si nous SOID- 
ß1es prudents, DOUS ne demanderons jamais comlnent 
ùrs élén1cnls de ce monde peuvent être en même temp" 


,. 



2t)
; 



on corps et son sang. Nous voyons au contrairc quïl 
satisfait la curiosité de ceux qui désirent savoir comment 
son corps ct son sang peuvent donneI' la vie, et malgré 
I'apparenle uniformité de son enseignement, nous trou- 
vons dans chacune de ses phrases une partie de cette ré- 
ponse. II résulte' de r ensemble de ses leçons, autant 
toutefois qu'il est possible à nos intelligences de Ie saisir, 
qu'il est ]e pain vivant parce quïl est venn des cieux, et 
{]u'étant Dieu avec son Père, il vit dans Ie Père comme 
Ie Père vit en lui. La vie qui est dans Ie Christ, ill'a commu- 
niquée à celte chair qu'il a prise t qu'il a prise si com- 
plétement , que l'Ecriture sainte dít qu'il l' est devcllu : 
Ie Vel'be s'est fait chair, et ceHe chair est aînsi une 
partie de Iui-même. . Qui mange llla chair et boit mon 
sang (il òit lui..nlême ces paroles) 1ìle nUlnge, 0 et reçoit 
ainsi d'une manière ineffable son propre Seigneur. I Ce- 
Ini-Ià habite en moi et moi en lui , )) et ayal1t en lui Ie 
Christ; non-seulelnent il aura, mais il a déjà la vie éter- 
nelle, el Ie Christ l'élèvera au dernier jour parce qu'il a sa 
,'ie en lui. I Le recevanl dans Jeu!' corps, ceux qui soul 
siens, reçoivel1t la vie qui se con1ffiuniquera même à 
notre chair mortelle. Ceux qui ont en eux, pour absorber 
)a Jl10rl et la corruption de notre nature, ce]ui qui est la 
"ie, rincorruptibililé, ceux-là vivront à janlais, parce 
qu'ils se sont unis à celui qui a la vie éternelle... . Le 
docteur Pusey s'appuie aussi sur les Pères de I'Église. 
. Je citerai encore, dit-il , les paroles d'un Père de I'É- 
g1ise d'Occident, honoré en considération de ses souf- 
frances pour ]a foi, de la s3gesse et ùe l' élévation de ses 
écrilS. Saint Ililaire a fait valoir contre les Ariel1s la réa- 



2 "' { " 
;, ) 


lité de I'UUiOH ÙU Y crhe avec sa chait', Cûl1HUe prt"\ll\ 
 qnè 
rnnité du Pt're et tin Fils n\
tait pa
 de ,'olonlr , n13i
 lie 
n3ture; parcc que nolre union ayec Ie Fils est pal' unité 
de natnre el non pa
 sculen1ellt par haflllonie de vo- 
lonlé, c C3r, .lil saint II ilaire . si Ie V prhe a "rainH
nl éh
 
fait chair, et si, dans la cène du Seigneur, nons rèCC- 
"on8 \'éritablenlent}e ,. erbe tail rhair, comment ne pas 
aùlneUre qu'il cst en nous, pal' un lien naturel , celui 
qui, élant né homme, a pris la nature tie no(re chait' 
Inainlenant inséparahle de lui-n1êllle, ct qui, dans Ie 
sacrement dr 
a chair, qui nous cst dcstiné, a rapproché 
la nature de sa propre chair de son éternelle nature. 
Ainsi , tous nons ne raisons qU'llU , pal'ce (lue Ie Père est 
dans Ie Christ, et Ie Christ en nous.;. Si done Ie Christ a 
,'raiment pris la nature de Ilotre corps, et si eel hOlnln(' , 
qui est né de 
farie, est 'TaÌInent Ie Christ, et si fl
elle- 
ß1ent, sous les yoiles (rUn mystère, DOUS receVOllS la chair 
(le son corps (et si , pal' là , nons ne raisons qn 'un, pal'(,
 
qur Ie Père est en lui eL )ui en nous), C0l11nlCnl peut-on 

outenir que runité est de ,'olonté seulel11ent, puisqne la 
propriélé naturelle de ce sacremenl est d'être Ie sacre. 
Jnent de l'unité pal'faite? . Et un pen après saint IIilair(\ 
cite CPS paroles lJe nuh'(O divin San, CUI': . 
Ia chair cst 
,-raiment \'iande, Olon sang est, rainlcnt bl'euvagc; t ct 
Ie saint ajoutc : (( De cette vél'Îté de la chair et tin sang, 
il n'y a pas ß)oycn de douter. Car Inailltenant, d'après la 
déclaration òu Seigneur et nolre foi , if s'agit YrajnH:.
nl de 
rhail' eL de sang. El lorsqne nons les recevons'I nons 
"omJnes rlans 1e Christ, et Ie Christ est en nons. :\f esL-re 
point là la léritp? 11 e'O' donr. en none; par Ja rhair, ct 



<.):'- 
-...") J 


UlJUS S(Julllll\
 PH lui, pui
tjllc t.t.' qUe nOt1S "Olufilt\s c
1 
:n'ec lui pn Dietl. ) 
Après cette citation Ie ùoctcur Pusey continue: 
c Au lieu de nons 1ivrer à de vaines et profanes dis- 
pntes, nous devrions recueillir l' écho de ces paroles 
sainles, et oublier nos discordes lerrestres) pour vÏ\Te 
dans celie harmonie el celte llnité du ciel par les- 
que1les nons ne sommes dans notre Seigneur qu'un en 
Dieu. Plitt à Dieu qu'élevés all-dessus de 110US-mên1es, 
nous fussions placés sons lïnfluence dn n}ystère de cet 
ineffable amour, oil Ie Père nous attirerait à cette unité 
avec lui dans son Fils, qui est ]a perfection de r éter- 
nelle béatitude, OÙ ,'olonté, pensée, affection, tout 118 
sera plus qu'un, parce que nons ne serons plus qu'un par 
1a communication de sa nature divine! 
c L' enseignement ratboliqne, Ie sens Ie plus littéral 
des sainles Erritures et Ie m
'stère do sacreUlent, nons 
disent que Ie '''el'he élernel, qui est Dieu, ayant pris 
noire chair et s'y étant uni indissolublenlent, il est par- 
tout où est sa chair, et qu.en la recevant, nous Ie rece- 
\'ons, et, par lui, nons sommes unis à son Père. . .Ie sui
, 
ùit 
otl'e-Seignenr, ùaus Ie Pèl'è, ct VOllS t"'n l110i t Pl moi 
rn "OU8. ) 
c C'est là )a perfection après laquelle Inarcbe la créa- 
lion rationnelle, celie POUl' laquelle I'Eglise, qui a Jes 
pren1iers fruits de l'Esprit saint, se dé\'eJoppe..... ) 
A "ant de continuer cette analyse, nous croyons né.. 
cessaire de présenter quelques réflexions sur ce dis- 
conI's ('1). 


(t) 
ous a,'ons pfßsé que l'appréciation du sermon tin docteur 
17 



'>" 8 
.....\) 


On a Vll que Ie doctcur Puscy parle {Ic la pcrpétucl1e 
assistance et de la vertu ,rivifiante ùu CURIST No'rRE SEI- 
GNEUR se répandant continuelJement dans l'Eglise. II énu- 
mère avec les saints Pères les types antiques du pain 
évangélique, it en décrit les effets admirables, et spéciale- 
ment eette vie spirituel1e et perpétue11e qui découle de 
I'union avec Ie Christ que l' on reçoit dans eet admirable 
sacremenl. II rcmarqne ensuite que, quoique les ehoses 
saintes soient principalement destinées aux saints, sancia 
sanctis, néanmoins : La ptésence 1
éelle dll don divin 
en (ait p01tl
 Le juste une nOllr1
illl1
e angéliq lte, et POll1- 
Ie péc/zezl1- une nourriture de 1'édemption. Dans tout 
passage de l'Ecriture 'relatif à la doctrine de La 
sainte Euchal-istie, il y a au rnoins quelque indica- 
tion de La 1'érnission des péchés. Puis, il argumente de 
l'usage des participes : tll.òop.e"iJo'J, zÀwp.e"iJo"J, EZXV"iJOP.E"JO"iJ, que 
l' on trouve dans les par01es saintes de la eonsécration , 
pour pronver que dans l'Eucharislie Ie sang est aCluelle- 
ment répandu , et qu' aCluellement est rompu et tué Ie 
sacré corps du Sauveur. Sur quoi nous devons faire ob- 
server que les Grecs, eornme tout Ie monele Ie sait, sc 
servel1t des parlicipes pour ß1arquer tous les temps, et 
non-seulement Ie présent ct Ie passé, mais encore Ie future 
D'aillcurs, on l1'ignore pas que la langue originaJe elu 
Nouveau Testan1ent n'est pas la langue grecque classique, 
mais la langue hellénistique, laquclle ahonde d'hébraÏsn1cs. 


Pusey, (aite par un théologicn romain, donnerait plus de poitls et 
d'intérêt à notre Irayail. Aussi I'avons-nons cmpruntéc à un e
cel- 
lent article publié en iLalien p
:n' l'abbé de Luca dans les Annales 
des Sciences
 religieuses de Rome, livrailDon de juil1ct et ;tOtÎL 18j:;. 




" 9 
-:.> 


Or, Gésénins fait observer avec heaueoup de raison, dans 
sa Gl'unl1naire Izébraïqlle, qu .en hébreu les participes 
passifs marquent Ie participe latin en 7ldus (p. .91), d'Oll 
l'OIl voit qu'on peut traduire les paroles grecques eitées 
par les mots: effllnrlelldll S (c. est-à-dire 'Ill i er{lllldetllr)., 
dalldll1n, ß"allgelldllllz, etc. De l'usage du participe, Ie 
doeteur Pusey ne pent done pas conclure que Ie Christ 
souffre ou a souffert dans I'Encbaristie, lesdites e
pres.. 
sions devant se rapporter à sa p3
sion sur la croi
 (I). 
Cependant Ie docteur Pusey dit très-suffisamment que 
le Christ, lorsqu'il institua rEucbari
tie, s'of{rit par 
L'étel'llcl Esprit sans tache à Dietl, et que ce sang pre- 
CiCliX est encore 1'épalldu pOllr 1l0llS en conti1luation 
et P(O' application de funique oblation {aile line (ois 
Slir fa cl'oir, trallS1netlan à 110S ârnes, parce qll'il 
est Ie sallg dll Sallt'elll', la l'é,n!ssioll des péclzés avec 
tOllS les auires béllé{ices de fa Paçsioll. 
Iais qU3nd Ie 
docteur Pusey se plaint des théologiens eatholiques, qui 
limitent la rémission des péchés dans J'Eucharistie 3UX 
seuls péchés ,'éniels, it semble qu'il ne se fait pas de 
notre doctrine sur ce point une juste idée. C.est un dogme 
de foi que Ie principal effet de rEucharistie n'est pas la 
rémission des péchés, ear on doit rece, oil' ce sacrement 
en état de grâce; cependant, si que]qu'un Ie reçoit de 
bOllllP /òi en état de péché mortel, saint Thomas en- 


(I) Les paroles sacrées proférées par Ie Seigneur devant ser\ir 
non-seulement pour la dernière cène, m:lis encore pour tous leg 
siècles, nOD-seu1ement 3yant, mais enCOI e a
 rès la Pa55ion, on 
voit par queUe raison profonde Ie Seigneur n.a emp
o)é ni Ie pa
së, 
ni_l
 pn'
ent. ni Ie futur, mais Ie parlicip
. 




fj( J 



èigne, avec ù'atltl'è
 Ihèologi('n
, (tue, tlaJl
 cc ras , Qu 
re 'oit ordinairelnent la grâce sanctitiante. L'Eucharistie 
reluct les péchés véniels et préserve des péchés futut's ; 
tluant au sacritìce de la Inesse, it est oilert à Dieu pOUl' 
)es péchés et pour les peines dues au péché, etc., etc. 
(Cone. de Trente, sess. 22, can. :3). Par cette doctrine, 
on pcnl facilement expliqucr tous les textes de la saint
 
Ecriture , des antiques liturgies ct tles saints Pères , allé- 
gués par Ie rloctel1r Pusey, ct oÌl il cst question ùe la ré- 
mission des péchés com01e attachée à l'Eucharistie, sans 
supposeI', comnle Ie savant docteur semble Ie faire , que 
qui va de propos délibéT'é recevoir l'Euchal'istie en étal 
de péché mortel , reçoit la rélnission des péchés, doctrine 
condan1uée par saint Paul, qui nous dit : Judicium sibi 
manducat el bilJil (Cor., XI, 20). II parait done que Ie 
célèbre prédicateur confontlla fin du sacrifice avec la fin 
du sacrement. Le docteur Pusey fiuit par une exhorlation 
en fa\"eur de la fréquente conuuunion, réglée, Lien en- 
tendu ,par la prudence, et accompagnée de la charité 
fraternelle; pour com prendre toule ]a portée de ceUe 
exhortatioo, il faut savoir que les anglicans, les mi- 
nistres COlnme les laïques, ont l'habituoe de ne consacrer 
et de DC COOlffiunier qu'une fois par mois et même pIns 
rarement encore. 
'
oici les passages du òiscours qui ont fait naître les 
l'ét1exions qui précèdent : 
Dans la seconde partie de son sern1on, Ie docteur Pu- 
r,ry insiste heaucoup sur ce point capital, que (( parlout 
où iI cst qnestion dans rEcl'Îture de la doctrine de la 
sainte Eucharistie, il s' agit allssi de fa rénlission elfs 



261 


peches, et que 1a chair et Ie sang dn Christ donneront la 
vie, non-

ulelnent plrce l}u'ils sont la chair et Ie sang du 
Verhe inc;trné, qui est la vie, mais aussi parce qu'ils soot 
ceUe Inême chair et ce même sang qui ont rté donnés 
pour la vie du monde, et qui sont donnés à ceux pour 
lesquels its ont élé öfferts. S'avpuyant sur les paroles de 
s3int Chr,.sostome, Ie docteur Pusev établit ainsi la réalité 

 w 
<In sacl'ifice sanglant de la croix: Ie Toules les fois, dit ie 
docteul' Pusey, que Ie Christ pal"le de eet acte (Ia consé- 
cralion), il en parle eomme d'un acte présent : I Ceci est 
mon corps qui est donné pour vous. >> ( Ceci est 01011 
sang du Nouveau Testament, qui est \'crsé pour plu- 
sieul's, pour la rén1i
sion des péchés. )) 
 otre-Seigneur 
HC dit pas (qui sera donné, qui sera r'olnpu, qui sera 
vel'sé, n1ai
 (Iui est donné, qui est rompu, c}ui est \ersé, J 
ct ce contraste est relnarqllable, si on Ie rapproche des 
expressionro; dont il se sert quand il parle de ce dOll comme 
rutur. . Le pain que je donnerai est In3 chair, que jc don- 
nerai pour la vie du monde. )) Et saint Chr)'sostome fait 
ren1arquer qu'aucune des paroles dont s'est ser,-i Ie Christ 
ne peut s'appliquer à la croix, n1ais qu' eUes sont vraies 
de la sainte Eucharistie, car il est dit : I Pas un de se8 
os ne sel'a ronlpu; mais ce qu'il ne souffre pas sur la 
croix, ille sllbit POlll" toi dans toblalion, et il se sou- 
nlet à être ronlpu pour ren1plir tOllS les hOllunes. ) Par 
là, continue Ie docteur Pusey, il sClnblait nous en- 
seigner que Ie grand acte de la Passion con1mençait 
alors; Cou1nte l1rêtre, it s'est offert, lui sans tache, à 
Dieu, en vertu de son esprit éternel ; alors il sOest con.. 
::;acl'é lui-nlême a\ ant d' êlre crucifié et irnmoh) par des 



'>62 


mains criminelles... Et quand Notre-Seigneur a prononcé 
les paroles de ]a consécralion, il a voulu, sans doule, 
nous annoncer cette vérité, que son précieux sang, 
comme continuation et application de l' oblation unique 
qu'il a faile sur la croix, est versé mainlenant pour nous, 
afin de procurer à nos âmcs , avec ies aulres bienfails de 
sa Passion, la réln
siori des péchés... 


............................................ . 


(( Les liturgies de I'Eglise univcrselle s' accordent, ùans 
les prières, les bénédictions, etc., à reconnaitre que ]a 
sainte Eucharistie procure la rérnission des péchés. Saint 
Jacques et saint 
Iarc paraphrasent les paroles de la consé- 
cration de manière à développer ce sens, que non-seule- 
ment eUes s'appliquent au sacrifice sanglant de la croix, 
mais encore à la communication qui nous est faite aujour- 
d'hui de ce précieux sang : ( Ceci est mon corps qui est 
brisé pour vous et qui est donné pour la rémission des pé- 
chés. Ceci est mon sang du Nouveau Testament versé pour 
YOUS et pour plusieurs , pour ]a rémission des péchés. >> 
<< Toutes ]es liturgies regardent la rémission des péchés 
et la vie éternelle comnle les deux grands fruits de ce sa- 
creD1ent. .. 
Iêß1e la liturgie rOlllaine, qui est moins 
explicite sur ce point, dit dans ses prières : << que la 
communion peut nous pll1
i{ie1" de nos pécltés, J - 
<< peut no us laver de 110S (alltes, nOllS 1"emettl'C tOllies 
nos offenses. >> 
([ On regardera probablement comme une distinction 
trop 1'llffinée et trop restreinle de t)uclques théo]ogiens 
de celte communion, autorisés, en cela, par Ie langage 
du cOllcile de 'Irente, l' opiuioll émisc en opposition t\ 



G) ü '" 
_ ð 


dfauttes erl'eUl'S, qu'il n'y a que les péchés véniels de 
reo1is par la sainte Eucharistie, puisque s'en approcher 
en état de péché mortel, serait en soi-même un péché 
mortel. Car, bien que notre Eglise allssi exige all moins 
]a confession à Dieu (requires, at least, confession to 
God), et prononce son absolulign sur nous, avant que 
nous osions approcher de ces saints mystères, cepen- 
dant, quoique nous soyons par là assez affranchis de nos 
péchés pour aJler au devant de notre salut et non de notre 
conda01nation , pouvons-nous dire que nous en soyons 
assez purifiés pour qu'il ne reste rien à laver? que l'abso- 
lution, qui admet au sang qui purifie, est tout, que ce 
sang lui-même n'y ajoute rien? Ce qui fait, au contraire, 
la consolation dn pénitent , pour parler comme saint Ba- 
sile, quand il traite de la communion fréquente, c' est 
que . la continuel1e parlicipation à la vie devient comma 
une vie multiple. ) Aussi, la fréquente communion de ce 
corps qui a été immolé et de ce sang qui a été répandu 
l}our la rémission des péchés, est la rémission multiple 
de ces péchés sur lesquels pleure Ie IJénitent. De sorte 
que, lorsque l'aimable bonté de Dieu l'aùmet et l'admet 
encore à la participation de ce corps et de ce sang, les 
souillures que son âme a contractées sont de plus en plus 
lavées , sa culpabilité de plus en plus effacée, ses bles- 
sures de plus en IJIus guéries; ce sang d'expiation s'en- 
tremet de plus en plus enlre lui et ses péchés, et lui- 
mênle se trouve plus uni au Seigneur, qui est senl la 
justice, la sanctification et la rédenlption. 
( Si ce ùivin sacremellt a pour but propre et itllnlé
 
diat I'uniun avec CELUI qui a uni notrc hUDlallité à Dieu, 




(j.t 


IÏnfusion ell lIOllS de son esprit, de sa vie et de son im- 
ßlortalité, puisque ce mêinc sacren1cnt a CIl outre, pour 
résultat ulté.'ielu', la purification ùe nos péché3 et de 
llotrc corruption, ld réparation de nos ruines, queUe 
doit êl1'e La. IJC1'te de I' Églisc de ccs derniers jOlll'S, 
où les COllUl1Ullions SO
lt si peu r,.équenles? Comment 
pourrions-nous n(Jus étonner flue I' an10Ul' se soit J'C- 
{l'oidi, (/liC La corruption abonde, que, pour noire jell- 
nesse, commettre des rautes g...aves soit devenu la règle 
de conduite, tandis que lajuslice en est r exception; que la 
réguJarité ùes païens devienne un reproche à l' égard du 
relâchclllellt des clll'éticns, et que la vie religieuse soil 
si ral'e; qn' on en trouve si pen d' excmples, ct encore 
de si faibles cxeulples? Conlmcnt s'en étonner,lorsqu'on 
perd yoluntairement la force ùe ceUe vie? romJnent y 
l1Urail-ilLa l)léllitude de fa t'ie 1'eligieuse, là o1Ì lout 
Ie t
éSli/lat oblenu cst de jeûnel' pendant Ull ulois de 
uOire pain qllolidien? Lorsque, dans la plus grande 
partie dc l'Ég1ise, on ne fail que regarder l' entrée du 
ciel, sans y pénétrer, que raisons-nons? On dirait, hélas! 
que nOUb 3\ ons oub1ié, même dans nos pensées, celte 
cOllllnunion de tous les jours , qui lilt autrefois Ie IJl'i- 
vilége COlnnllln de tOllie I'Église, et qui. lorsque 
I'Église dfOrient se relâcha de son prcrnier amour, con- 
tinua dans celle d' uccident _ usage que ceux (les prc- 
luiers é\'ê
ues 3uglicans) dont nons tenons le service de 
fa COmnl11llion dans sa {01'111e actuelle, cspérèrent 
d'abord rétablir. Celie cOlllmunion de tOllS les jours 
ilnplique Ulle vie si difTércnte ùes lieux COHl1nUllS de 
notre ('ttistence u1"dillail'e , unc ,ie si aU-ficssu
 de ce 



26::) 


monde, COllJn1e étant liée à celui cJui a vaincu ce ulunde ; 
si augéliquc, puisqu' eUe nou
 fait vivre de celui qui est 
la nourrilure des angcs; eUe suppose une union si intime 
avec Dieu, que, Ie p1us souvent, nous ne saurions nous 
ilTIaginer COffilTIent nous pourrions êt1'e ainsi journelle- 
1ilent dans Ie ciel et en même temps ici-bas, dans les 
affaires COffill1UneS de )a vie jourl1alière, et eofin sancti- 
fier nos devoit's quolidieps, nos pensées, nos délasse- 
Inents, en y fai3anl descendrc Ie reOet de ce ciel de tous 
les jonrs; nous craindrions , je Ie suppose, qoe Ie don 
céleste flit lerni par r esprit terresh'e de notre humanité. 
Con1mr nos âmes, pendant tout Ie jour, briHeraient de la 
gloire de cette ineff
hlc présence dont nous nous serions 
approchés ct dont nous n 'approchons pas, parce que nos 
[tmes sonl obscurcies par les idées de la terre! II est itu- 
possib!e qu'il en soit aulremcnt; nons ne pOll\"Oi1S con- 
naÎtre Ie dOll de Dieu , si nOllS n'ctl profilons pas j nOlls 
devons, Ie p1us souvent, cesser de désirer ce que nons 
négligeons; nous perdons même Ie sens qui nous serait 
uécessaire pour Ie cOlnprendre. 
I Ce n'est point ici un blânle que j'adresse à d'autres, 
nles fl'ères, Dieu m'en préserve! c'est comnle raveu 
d'une faute COIDlllune, dont ceux-Ià sont moins coupables 
qui sont les moins indignes, el dont, si DOUS pouvons 
Ie reconnaître, Dieu peut nous apprendre à nons cor- 
fJger. ) 
011 voit par ces extraits quel est en substance ]e ser- 
mon du docleur Pusey, qui lui a fait interdire pour deux 
annécs Ja prédication dans l'Université d'Oxfonl. Ce ser- 
Blon a été ilnprimé dt\puis, et on lit dans ]a préfacè <1011t 



2(jb 


Ie docteur Pusey l'a fait précédel' : Je Cl'OlS que les 
élé'lncnts cle111clll
ent dans lCll1
S propl'es substances; 
d'où it suit clairement que, quoiqu'il admeue la présence 
réelle, il n'adnlet pas la transsubstantiation. Au sermon 
cst joint un appendice où se trouvent cités un grand 
nOlubrc de passages tirés des écrivains anglicans, pour 
Ulontrer que ces éCl'Ï\'ains ont eux-mêmes enseigné la 
préscnce réellc; Ie docteur Pusey reconnaît cependaut , 
dans la préface, que quelques - uns de ses auteurs, 
l\Ièdc, par exelnple, se contredisent parfois. Certes il n'y 
a à cela ricn d'étonnant, puisque la doctrine de I'É. 
glisc anglicanc touchant I'Eucharistie est contradic- 
toire, ]3 fjl'allde l'élol'matrice Elisabeth a)"ant désiré, 
conlnle Burnet l'avoue, réunir dans la Dlême com- 
11lunion tant ceux qui ne croyaient pas que ceux qui 
croyaiênt à la présence réellc. Que quelques-uns des 
passages rapportés dans l'appendice contiennenl des 
expressions très-fortes en faveur ùe la présence réelle , 
non-seulement du corps et du sang, mais du Christ 
comme Dieu et Ilonlme, nous Ie reconnaissons volontiers ; 
tels sont les textes cités de 
Ièdc et de Bramhall; Inais, 
!)arnlÌ ces texles, quelques aulres, ceux par e
emple de 
l'archevêque Laud et des évêques Forbes et Cosin, nient 
que Ie corps et Ie sang de Jésus-Christ soient corporelle- 
ll1ent òans I'Eucharistie. Brett dit qu'ils s'y trouvent en 
puissance et virtllcllenlent. Taylor, Pahner et d'autres 
Dient que Ie IJéchcul' reçoivc Ie corps ct Ie sang du Christ. 
La plus belle confession est cello de Grabe, d'après Icquel 
les théoLo!Jicns angLicans enseignent que, dans la 
sainlc Eucharistie, le corps et Ie sallY de JÉ5US.CUI\IST 



267 


sont offerts à Dieu SOllS les espèces, c' est-à-dÎ'1'e SOliS 
les apparences du vin, et deviennent 'llne représen- 
tation dlt sacrifice dll Christ fait une seule (ois sur 
la croix, 'l'eprésentation IJa1' laquelle Dieu pellt nOllS 
êt1'e 1'endu pro pice. 
Palmer, suivant ses instincts de haineux sophiste, 
assure que: La doct1'ine rOlnaine de La transsubstan- 
tiation est f01ldée ENTIÈRE
IE:NT SU1' Ie j'aisonnement 
humain tOllchant La nature des corps et SU1-' La pre.. 
tendue incompatibiLité avec d' aUl'l'es paroles de L' É- 
cl'ilu1'e, de cette doct1'ine SC'l'iptll1"ale entendue lilté- 
'l'alenlent, que l' Eucharistie est pain. et vine 11 a In 
cependant les théologiens catholiques, et doit connaître 
par conséquent les preuves tirées de I 'Écriture et la tra- 
dition perpétuelle de I'Église que ces théologiens produi- 
sent en faveur de la transsubstantiation (t). 
On a vu par quels progrès successifs les puseyistes sont 
arrivés au point où no us les voyons, et combien leurs 
doctrines présentes diffèrent de leurs doctrines d'il y a 
quelques années; il fant ajouter qu'on relnarque une pa- 
rcille diversité entre les sentiments actuels des melnbres 
de ceUe école: Palmer et Se,vell, par exemple, sont 
séparés par un grand interval1e de Ne,,.man et de Pusey. 
Quoi qu'il en soit, les lIns et les aut res rejettent jusqu'à 
présent l'infaillible autorité de I 'Église, et leur règle de 


(I) L'Église catholique enseigne tlairement ce (!ue rOll ùoit 
croire par rapport à I'Eucharistie; ll1ais une telle doctrine contient , 
commc celIe de la très-sainte Trinité, un grand mystère; I'Églisc 
anglicane enseigne à la fois Ie oui ct Ie non, el par conséquent au 
lieu d'un rnyslère cUe enseignc une contradiction. 



268 


foi se réduit, en dernière 3nal
 se, all jugement 7n'l ve, 
SOll'rCe illépuisable, aiusi qu'ils Ie disent cux-rnêmes, 
de divel'si/é {['opinions. Sur quoi la Revue d'Edim- 
bourfl (janvier 18-i3, page 397) fait ceHe remarque : 
Rien, e::rccplé la doctrine papisle de lïn{aillibilité 
de l'Eglise, ne pOlll'l'a jall1ais annuler ou ,
elllenlent 
lÌ1niter Ie droi du jllgelnenl pl'ivé; celte doctrine, 
ct celIe doctrine seule, est POUI' cela suflisante. 
D'apl'ès la ]{euue (l'EdintÚOllry , il semble que les pu- 
seyistes I'auratent cOlnp.'js. On iiI dans la liyraison d'ayril 
1843, page ä48 tie ce recueil : ( 
1. Isaac Ta
.lor a mon- 
I tré dans son puis"ant et savant ouvrage, que les pu- 
I seyistes rl'Oxford doivent on revenir aux principes du 
c protestantisnH', ou rousseI' beaucoup plus a\'anlleur 
I système; .si l'on en pClltjl
fJer pal' CC7'ta;lles dé111on.. 
I sLraliulls récelltes J its sonl pleinelnellt disposés å 
. prendre ce dernicr parti.) EI ail1eurs:<< Pour être con- 
( séquents, ils doivent conclure que Ie romanisme, bien 
I loin dfêtre une épolllantable corruption, n'est, comlne 
I I'Eglise du cinqnième siècle, qu'un développement 
I harmonieux. On s' acltclnine à cette conclusion. ) 
Nous espérons que-I'avenir ne démentira pas ces pré- 
visions de la Revue d' Édimbourg. 
'T oici la péroraison du discours du célèbre doctenr : 
L' orateur, s'adressant solennellement aux chanoines 
ùe la cathédrale et au
 autres docteurs qui étaient assis 
près de la chaire, leur reproche d'avoil' abandonné 
1 'us3ge de la comn1union d0I11inica1e et fait allusion à la 
négligence où est tombée, dans I' églisc cathédrale , celte 
saÌnle pratique, Citons ses paroles: 



':!b
. 


c .1t f'rois t1
 In011 (lcloil' de faÎrc oL..;el'\'(1i' <IUt"}.. tlans 
ce lien privilégié, ?lOllS aballdo1tllo1ls f/énél'a[enlell( cc 
qui nOllS teste, el ce que notre liturgie nous enjoint 
enCOl
C. n semble même que nons ayons appris à justifier 
ceUe omission. De 111ême que ceux qui nc connaissent 
pas les avanlages du service quotidien, pensent que 
des prières journalières doivent deyenir une forme dé- 
pour,'ue de toute yie, de mênle des personnes bien in- 
tentionnées exprinlpnt l'opiuion (et peut-être doivent-ellps 
l'exprioler jusqu'a ce qufcH
s aicnt f
it l'cxrériencc da 
contraire), non pas que no us avons besoin dfun plus grand 
respect envers Dieu, pOUI' parliciper dignement à la com- 
munion chaque seruainc, mais que la cOß1IDunion hedJo- 
madaire tend à diminuer et non à 31lgnlentcr ce respect. 
Et ainsi, dans ce lieu auquel Dieu a 3ccordé tant de privi- 
léges éclatants, où un si grand non)bre aspil'ent au Inême 
but, et ont d'autant plus besoin de zèle et de force di.. 

ine pour ne pas SUccoll1ber; où nous pou\'ons nous re- 
tireI' en nous-Inêmes, autaut que uous voulons, et où 
BOUS avous des prières quotitliennes pour préparer nos 
ânles, bien souvent DOUS ne profitons pas des priviléges 
llui de\ iennent comrnuns dans les é
Jises tie village. 
Nous tous auxquels i1 est expressément enjoinl de ( rece- 
voir la saintc coml11union ayec Ie (Jrêtre
 chaque t1imanche 
au moins, J DOUS la recevons mensuellement, et I' action 
de grâces pour l'Ascension de N01.'c-Seigneur reste 
muette chaque année dans noire livre de IJrières, parce 
qUè , tandis qu'iI s' est élevé au cicl, afin de recevoir des 
ùons pOtU' les homrnes, il n'y en a point ici-bas pour re- 
cevoir Ie DO:\ (]uïl nons a ohtenu, et dans Jequel il est 



270 


LUI-
rr1IE Ie don et Ie donatairc. n n' en a pas toujours été 
ainsi : il y a Inêule cent cinquante ans, cctte cathédrale 
était remarquée comme rune de cclles Oil, après la déso. 
lation de la grande révo1te, on célébl'ait enC07"e des COln.. 
?nuniolls lzebdolnadai1'es. 
( 
Iais cependant, quoiqu'il faille luiter contre cctte 
décadence, nou
 n'entreprendrons pas téméraircnlcnt 
l'æuvre d'une restauration. line s'agit pas ici de ruhri- 
ques à suivre, c'est une question de vie ou de nlort, de 
santé ou de maladie , de rapprochement de Dieu pour ou 
contre nous, de salot ou de condamnation. Dne rcstaura- 
tion véritable est l' æuvre de I'humi1ilé, qu'il ne faudrait 
pas tenter lors même que DOUS en aurions les moyens, 
et que nous pourrions, à yolonté, rétablir ce que nos an- 
cêtres ont perdu par lell1
 négligcnce, et ce qui nous est 
encore interdit par 110S péchés et les leurs. Vue véritable 
restauration 7"eligieuse doit être un don de Dieu, qu'il 
faut lui deluander dans l'humiliation, dans la prière, dans 
un esprit de mutuelle cbarité , avec une plus grande ré- 
gularité de vie et un usage plus assidu de ce que nous 
possédons. L'un doit servir à l'autre, II y a, dans notre 
état de chute, un éloignement rcspectueux d'une plus 
fréqnente communion, fOlldé sur des craintes réelIes , 
quoique non légitin1es. Nous deyrions tous ayoir la con.. 
viction que la conlmunion plus fréquente entraînerait un 
changelnent de vie, plus de concentl"ation en Dieu, une 
existence plus l'etirée, quelquefois un sentinlenl plus pro.. 
fond de sa présence, quelque chose de plus religieux dans 
nos actions ordinaires, un plus grand an10ur pour sa pas- 
sion que nous cé1ébrons, ct dont nons reproduirions 



271 


I'cxemp1c dans la règle, 1a discipline de notre 'Tie et l'ah.. 
négation de notre amour pour Dieu. El ces grâces, nOll.
 
1le le savons que ttOp bien, viennenllenten1ent. II vaut 
done lllieux, pour un temps, renoncer à ce qui devrait 
être l'objet de nos désirs, ou robtenir, qlland Ie permet.. 
t1
ont la bonté et la IJrovidence 'de Dieu, plutôt quc 
de manquer de charité par un empressemel1t prématuré , 
on de risqueI' de comprOlnettre l'ân1e d'un frère. Celui-Ià 
seul qui pent faire de la communion plus fréquente un 
biellfait, et qui a mis tant de vertus dans cette nourriture 
céleste , peut, si nous somlnes fidèles et si nous savons 
gardeI' Ie don que nons recevons, donneI' une teUe em.. 
cacité à nos rares communions, qu' eUes nous conduiront, 
à travers nos années d'épreuves, à la sainte l\lontagne et 
à la vision de LUI-MlhIE, dans r état bienheureux... Dé.. 
fions-nous de nous-mêmes et non des autres; que les ti. 
mides craignent leur propre lÏ1nidité, et les hardis un trop 
vir en1pressement; que chacun interprète avec charité les 
actions et les motifs des autres; que ceux qui s' efforcent 
de participer plus souvent à la nourriture céleste, hono- 
rent Ie respect et l'humilité qui s'abstiennent, et que ceux 
qui croient, par respect, devoir s'abstenir, ne censurent 
pas, comme 'llne innovation, Ie 1
etollr à l' ancienne clé- 
votion et à l' ancien amOll1". Rétab1issons, si no us Ie POll- 
vons, la communion fréquente à celtt? heure du jour où 
l'absence ne sera pas une cause de peine et d'anxiété, 
afin que, pleins de bonne opinion les nns pour les autres, 
nous puissions enselnbIc, raffermis par Ie n1êole pain, fa- 
vés dans Ie mênle sang, approcheI', dans l"unité de res. 
prit, ùans la paix et la sainteté d'une D1ême ,je, de ce 




7:! 


ItaUflucl iu{\ffaLlt\ hit, Bon pa
 t'OlllJnÛ luainh'\nnnl et all 
111ilieu ùes mystères, nlai
 face à face. llons verrons ton- 
jours Dieu, et nons scrons ren1plis de 
a bonté cl (1e sou 
an1our. 
( En attendant, ceux d'cnlI'e nous qui aspillent 
\ la 
pénitence doh ent sentir que nons SOIT1mes an-de
sous de 
la dcrnière des !lliséricordes de Dieu; que nous a\"ons 
déjh beauconp plus que nous ne méritons( car, après avoir 
rné,'j,õ l' onf
)... nons 
vons l'avant-
nût dn riel); que Ie 
V
in des enfants cst récllemcnt donné aux chiens ; que ce- 
lui qui {Jsl sans tache adlnet les pécheurs à sa table, et que 
]à nous trOlI\"crons consola1ion et force. Car, là où IL est, 
comlncnt n')' aurail-il pas vie, pardon, paix et joie? (Jnel 
autre désir aurions-nous, si nons pouvions espérer que 
}lOllS habitcl'ons en LUI el qu'il halJitera en nous, sinon 
avec toute la plénitude de ses grâces, au n10ins avec celles 
qui conviennent à notl'e état, la\'ant nos iniquités et 
guérissant nos infirnlilés, LVI, Ie pardon après Jequel 
nous soupirons; nous en I.ur, en QUI, si nous sonlmes 
trouvés en ce jour, notre pardon est à janlais scellé, notre 
pnritìcation à jamais accomplic, notre iniquité à jaluais 
reluise el notre péché à jao1ais pardonné! >> 
Ell publiant ce disconrs, nprès qu'il cut été condamné 
par la cour tlu \'ice-chancelier, ]e docteur Pusey Ie fit 
précéder dfun avant-propos, dans lequel it s'exprimait 
sur le dogllle de ]a présence réeHe d'une I11anière encore 
plus explicite, 011 , du Inoins, il y résume en peu de n10ts 
la doctrine que son sern10D a en pour but d
 défendre. 
:Nons Ie laissoHs pal'ler : 
<< L'Evangile dcvient, <lit-il, un élément de \ ie on nn 




73 


élélnenl ùe lllolt; it a élé blasphénlé þarlout où il a eté 
prêché. Ii a été blasphérné par les Juifs, par les païens 
et par tOtiS les hérétique!', à ß1esure (Ju'il
 
c levaient. 
J..es ariens faisaient des plaisanteries biasphéß1atoires ; its 
metlaicnt le
rs bJasphèmes en chansons pour l'usage dn 
peuple, et profanaienl la sainte eucharistic. Les impies et 
les blasphématenrs doi\'enl augmenter à la tin des temps; 
ce sera là un des témoignages de son approche, ot re- 
pendant, quoique ,'êtus de sacs, les dell.x té,uoillS doi- 
l'enl lui 1'1endre lénzoiflnage. A mesure que la \'érité est 
proclamée de toules parts, la folie du 11londe augmente , 
et les blasphèmes qu' on lui jeue ne sont que Ie gage de 
sa victoire. 
c te premier de\'oir d'un Ininistre de Jésus-Christ est 
{'HyerS ses enfants; c'est pour eux que cc sermon est pn- 
hlié ; c' est pour ('ux que je ) facconlpagne de res l'éflexion
, 
afin qn'iJs ne soient pas plus longtemps dans I'jnquirtud?, 
ff'latÎycn1eut à re qu'ils ont pu enlt\ndrû dire de TileS doc- 
trinp,
 
. Rico, (lUal1d je prfchai ce sel'fUOJ}, l1't/
tail plus loin 
de ma pensée que d'engager une polémique. J'avais con)- 
Inencé une série dïnslructions sur les consolations tJue 
}'Evangile offre au pénitent qui a la conscience ùe ses 
fantes, afin de répondre anI reprochr.s cJe sévérité qu' on 
oppose au développelnent d'nne partie de la vérité ca- 
tbolique. Dans cette série de sermons, Ie sujet de la 
sainte eucharislie s' est l1écessairement. pl'ésenté, tt je 
\'oulais montrcr les consolations qu' cUe donne au pénitent.. 
Ces consolations 
ont de deux sorte
 : 1("
 prcnjièl'es dé- 
coulent de ce (Jue la s3intc eucharistie C81 Ie corps et Ie 
i8 



274 


sang dn Seigneur, cl que c' est I'instrunlent de sa sainle 
présencc dans l'âlne; les secondes, de ce que, d'après les 
saintes ECI'itures, la réo1ission des péchés est attachée 
 
13 réception de l' eucharistic. 
c Dans Ie cours de cel enseignement, je ne songeai 
nu\lcment à soulevcl' une controverse; j'avais dès Ie dé- 
hut in,'ité n1CS 311djleurs à se teuir en garde contre l'es- 
prit de dispute; je n'étais préoccupé que des sainlcs 
Ecritures et des ouvragcs (Ie leurs plus profonds com- 
n1entateurs, Ies rères de I'Egliso; jc n1'eß'orçai de parlel' 
leur langue pIulôt que la Inienne sur cet ineffable sujet. 
c Cel'lain lI' adllél'cI' cnlièl'ernent aux f01'l11ulai res 
lie mon Eglise; ayant en pllISicUfS fois l' occasion de 
lu'cxpliquer là-dessus, et co sermon 111i-mên1e nlontrant 
Q 1 1C je crois que les élén1e1l1s conSC1'vent lelll' sub- 
stance natl/relie , je n'avais aucune crainte de yoir mal 
inlerpréter ß1CS pal'oles, quoique je n'aie pas cherché à 
définir Ie 1node du ßlystère par Icquel ces élémenls sont 
3ussi Ie corps et Ie sang de Jé
us-ChrisL 
c 
Ies vues étaient en quelque sorle passées au monle 
de l' évêque Andre,,-es ct de rarchcvêque Bramhall, que 
je regardc comme les types leg plus pUl'S de l'cnseigne.. 
Jl1ent théologique de notrc Eglise. C'est par eu
 , et, 
tout en croyant que les éléments consacrés deyiennent 
vraiment et véritablen1ent (truly and reedy), quoique 
spirituellen1ent et d'une manière ineffable, Ie corps elle 
sang de Jésns-Christ, que j'ai appris à détourner n1es pen- 
sées de ce qui regarùe Ja Inanière dont s'opère )e grand 
mystère, mais en I'adorant toutefois en tant que mystère. 
Je ne croyais done pouvoir parler, aye
 les Pères ct les 



27ö 


grands lhéologiens de nolrc Eglisc , des éJélncnts consa- 
crés, que conune étant, scIon les proprcs paroles (If 
Notre-Seigneur, après la consécration, son corps el son 
sang. >> 
Tout en s'appuyanl de témoignages qui prouvent Ie 
nlyslère de la transsubstantiation, tel qu"il est admis 
ùans l'Eg1ise catholique, Ie ùoclcur Pusey n' cst pas en- 
core arrivé à ce point. Embarrassé entre la foi de I'Eglise 
anglicane, qui enseignc la consubstantiat!on, et ]a doctrine 
catholique, il défend , d' une part, la présence réeIle, re- 
jetée aujourù'hui par un grand non1ure ò'anglicans, et, de 
l'autre, il leur cède sur la question de savoir comnlcnt 
s'opère cc nlyslère. Nous ne doutons pJS qu'il ne croie en 
la transsubstantiation ; mais, après avoil' In son discours, 
emprcint d'un sentio1cnt de piété inaccoutumé dans une 
chaíre réforn1ée, on dirait qu'il a voulu ménager les 
membres de son Eglise, qui n'auraient pas manqué de 
I'accuser de papìsll1e, s'il avåit franchement e'{primé son 
opinion. l\Iais ne semble-t-il pas faire pressentir qu' cUe 
lui échappera, lorsqu'jl dit en terminant ses explica- 
tions : 
( Que Dieu ait pilié de son Eglise!. . Et, puisque je ne 
puis fi1e faireentendre d'une autre n1anière, jC)l1'adres
erai 
ici aux jeunes gens qui ont jusqu'à ce jour reçu t.1e 1110i 
un enseignement pIns solennel du haut de la chaire, pour 
Jell}"' rappeler Ie mot d'ordre que je donnai aux an1is de lel 
vérité, dans Ie livre qui fut, comn1e l'aurore, l'avant-cou- 
reur dn 1'é'veil d'une vél'ité plus cont]Jlète; ce nlot 
d'ordre était : Dans Ie 1"epos ella cOllfia71ce sera 1}olre 
force. 




7f) 


(( 
OllS a\"ons en depui8 de rulles epreu\"es à subir, et 
Ie D1érite de la pénitence est une grande grâce que Dien 
semble vou1oir accorder à notre Eg1ise : la colère de 
l'homme n' opère pas la justice de Diell. 
c Quoiqu 9 il soit done très-doulourenx de voir la yérilé 
rejetée, combattue, foulée aux piells par un grand nombre, 
ceux qui raiment doivent être patients, puisque CELUI 
dont c'est la ,'érité Ie supporle patiemment. 
Iais sOJons 
bien persnadés que plus on la foulera aux pieds, plus elle 
pénétrera profondément dans la bOllne te1're des cæU1'S 
bon,r; et !tonl1êtes pour en sortir, à l'heure marquée, et 

p nlldtiplier au centuple (1). J . 
lrrivons an procès auquel ce sern10n a donné lieu. 
IJepni
 longtemps les fnnemis drs puseyistes épiaient 
"occasion de trapper au cæur leurs adversaires; C 9 fSI à 
O
forrl m{inlC qn'ils désiraient les atteindre et Jes atta(luer. 
QIIOÍqllP la bonne n10itié des Inenlbres de ceUr Uni\"ersih
 
Eoient puseyistes, eUe cOßlpte encore quelque& chauds 
partisan
 rles doctrines erronées tIne 1a llégligence des 
é\'rques a lai
sé introduirt
 dans J'Église d 9 Anglelerre; 
c'est à eux que fut confiée la mission de livreI' aSs3ut 811 
puseYl
me. 
l.e bruit s' était répandu dans rVnh'ersité que, d'un 
llloment à l'autre, quelqlfun des puseyistes seraii iOlmolé 
à leurs e
igencfs. On altendait done en silence eel éve- 
neOlent t lorsqu'un òes prédicateur
 de r église du Christ 
fnt somnlé de livreI' 
Oll sermon au ,ice-chancelier. Le 


<I> On pourra juger de I'intérêt qu'a excilé la controverse soule- 
vée par ce srrmon, quand on saura que six mois après sa publica- 
tion, it en a,'a;L été vendu plu'ò de tn"ntp-cjnq mille exemp1a
res. 




7i 


COup lie porta pa
, car, après exalueu, Ie discour
 fut 
ren\'oyé à sou auteur: lIn prélendit que ricn ne justiüaÍt 
.. 
les dénonciations dont il avait élé l'objet. 
'élait.ce pa& 
que Iton préférait immoler Ie docteur Pusey lui-nlê,lllc p1u- 
tôt qu'un de ses amis? 
Le tour du professeur d'hébreu ne tarda þas à arri- 
,er. Sa qualité de chanoine de l' église cathédrale du 
Christ l'appelait à monter en chaire, et, selon rusage, Ie 
nOlll de .. orateul' avait altiré une affluence cOllsidérable. 
II avait choisi , comme on sait , pour texte ces paroles: 
( Ceci est mon sang du Nouveau Testament, qui est ,crsé 
pour plusieurs pour la rémission des péchés. . (Saint 

Iatt. , chap. XXI, v. 28,) Les amis du prédicateur trou- 
vèrent Ie sermon emp.'eint dfune gran de modération. Son 
savant auditoit'e I' écouta dans Ie plus grantl recueilIe- 
mente Le silence Ie pIns profond régnait dans cette im- 
posante assemblée. On observa seulement que vers la fin 
du discours des nlurmures éclatèrent, lorsque Ie docteur 
Pusey, s'adressant aux chanoines et au1. docteurs de la 
calhédrale, leur reprocha leur indifférence et leur tiédeur; 
mais, à part cet incident, chacun parut satisfait du sel''' 
mon. Aussi apprit-on avec quelque surprise que Ie vice- 
chancelier avait fait demander ]e discours. Ce haut fone.. 
tionnaire n' agit pas de son propre mon vement, ll1ais 
ur 
la plainte du docleur Faussett, professenr de théologie et 
chanoine de l' ég1ise du Christ. Les statuts universitaires 
ne pern1ettaient pas au ,-ice-chancelier d'hésiter; il pria 
en con::;équence Ie docteur Pusey de lui cordier son IU3- 
ul1scrit. Le prédicateur demanda deux jours pour iUlnoter 

on Sel'010n, afin de facilit
r les rechercheg de S
'S jUfj(i:i. 



278 


II se relldit humb1en1ent à ]a prièrc ùc son supérieur, 
Iui el1voya son manuscrit, et altentlit avec confiance Ie 
résu1tat de cetle enquête. 
Le public ne tarda pas à apprelldre que Ie vice-chance- 
]jer avail choisi cinq docteurs pour l'assister dans Ie pro.. 
cès. Le docteur FausseH, denJandeur, était, ex officio, 
membre de ce tribuual. Les cinq assesseurs étaient : Ie 
doc leur Jenliins, Inaître du collége de BaHioI ; Ie docteur 
lIa,,'}Üns, prévôt d'Oriel; Ie docteur Syn10ns, du collége 
de \Vadham; Ie doctcur Jelf, chanoine de la calhédralc, 
ct Ie doctcur Ogilvie, professcur de théologie. 
.Nous aurions à nous arrêter ici pour expliquer la na- 
lure et les prérogatives de ce tribunal; mais la question 
cst tenement cOlnp1exe, que ce serait sortir du cadre que 
nous nous sommes tracé. A Oxford Inême, parmi les 
nlcmbres de I'Université, il est fort peu de personnes qui 
comprennent Ie mécanisme de ce rouage judiciaire. Tout 
Ie monde sait à Oxford qu'il existe une cour ùu vice-chan- 
celier, qui décide des causes controversées, mais, quant 
à ce qui regarde les opérations de cetle cour, ses for- 
mes, ses usages, ses lois, on ne trouverait pas un membre 
de I'Université sur vingt qui flu capable de donneI' sur 
tout cela la moilldre explication. Le livre des statuls uni- 
versitaires renfermc un long chapitre sur ce sujet, expo- 
sant 1a juridiction, la constitution, les formes de procé- 
dure de cette cour exccptionnelJe; mais ce livre, bien que 
possédé par chaque membre de I'Université, est ordi- 
nairement regardé COInn1e une l'eliql1e que, 1'0n cou- 
serve précieusement sallS y toucher jaluais. 
N ous nous bornerons donc à faire observer (Iue Ie tl'i- 



27D 


bunal du vice...chance1ier exerce une juridiction spiritueHe 
semblable à celIe des conI'S ùiocésaines. L'Université 
jouit de ce privilége, en vertu de plusieurs bulles pontifi- 
ca\es, et notamment de celIe du pape Boniface, qui con- 
firma, en 1301 , toutcs les chartes roya1es accordées à 
I'Université, et la nlit en dehors de la juridiction des ar- 
chevêques et évêqncs. Ces ,'iciHcs prérogatives ont été 
rcligieusement conser\'ées au 11lilieu des innovations de 
la réforme, avec cclle différence que les appels en ùer- 
Dier ressort, au lieu d'être portés devant la conI' de ROß1e, 
ùoivent être s0l101is au roi d'Angleterre. 
IJa compétencc du tribunal devant lequclle docteur 
l)usey allait être traduit, 11e pent être contestée; mais 
on ne saurait en dire autant de la légalité de la procé.. 
dure tout exceptionneHe suivie en ceHe circonstance, 
au mépris des lois civiles et ccclésiastiques, au Inépris 
du droit naturel. - L'accusateur et les juges étaient 
en présence; mais l'accusé était absent; on a refusé 
de l'entendre. Le docteur Pusey n'a pas été admis à se 
justifier. Le tribunal n'a pas même permis qu'un ami 
présentât sa défense. - C'est là une singulière ma.. 
nière ùe procéder contre un accusé ! CI'oirai t-oo qu' en 
dépit de ceLle violation du droit naturel et sacré de 
la défense, Ie tribunal d'Oxford ait trouvé parmi les 
feuilles protestantes, qui crient chaque. jour contre la dis
 
cipline despotique de l'Église calholique et qui invoqucnl 
sans cesse la liberté de conscience et d' examcn , croirait.. 
on que tons les jOUfl1aUX protestants de Londres aient 
approuvé cette procédul'C, en applaudissant à la con- 
duite du vice-chancelier et des docteurs qui forrnaient SOIl 



t)80 


tribunal. rrons les joul'uaux, les re\'ues, les magasins dè' 
f'Angletel'l'e, out traité )ongueluent de cette affail'e. Le 
riules et Ie Jlorning- Chronicle bont les seuls organes 
de la prc
se anglaise qui aient })l'otesté contre I'illégalité 
de ce procès. L' opinion publique s' en est vivenlent élßue. 
)1. Ev
al"t a appelé l'auention de la chambre des comnlU" 
nes sur la IU311ière"dont ceUe affaire avait été conduite; 
nlai
 sa voi
 a élé étoufféc paries cris : à I'ordre ! 4\insi 
en Angleterre t Uù Ie seutinlent de la libcrté indi,iduelle 
est si profondéluenl gra\'é dans tous les cæurs, Ie doc- 
teur Pusey est sacrifié sans pitié et sans moyens de ùé- 
rense à la jalousie de ses enncmis; ß1ais c' est qu'il y a 
derrière la question de liberté, une qucstion religieuse 
ùont la solution pourrait n'être pas favorable au protes- 
tantismc : illdè iræ. 
ReprenoHs I'cxposé des faits. Dès que Ie 
el'mou fut 
f1ntre les lualllS du vice-chancelier, celui-ci cOin oqua les 
si
 docteur
 de son choix. On se réunit plusieurs foið ; 
mais Ie do(
telll' Pusey, principal intéressé dans cette af- 
faire, ue \'o
'ait personne, ue recevait aucune conlluuni- 
cdtion, u' entendait ofTicÎelleulent parler de ..ien. Trois à 
quatre jour:; s' étaient écoulés, lorsque la rumeur publique 
annonça que Ie docteur Pusey a,'ait été acquiué. Le 
Times s'erupressa de relJl'ûduire 1a nouvelle; Inais Ie 
bruit était sans fondernenl: on ne tanla pas à apprendre 
qu'un jugement avait été prononcé qui conùamnait Ie 
profes
enr tlïlehrfiH et Ie frappait (j'interdif pour fJeux 
aß
. 
Ckt e.trauge jugement rC8ta pendaut quinzeJours en, e- 
loppe du plu
 p.'orond n1ystrrc, 1orsqu' cnhn une protesta- 




t\1 


lion du docteur Puse,' leva tous les òoutes. II e
t assez 
" 
curieux que la première pièce relative au procès, qui ail 
été COllnue du vublic, émane ùe rhomlue qui vient d'être 
condalnné. 
Dès q ue 
1. Pusey fut informé de la sentence qui Ie 
frappait, í't par laquelle il lui était interdit de mooter 
en chaire de òeux aus, il envoya au vice-chancelier 
nne protestation où il constatait que ses juges refusaient 
ùe spécifier les propositions sur lesqueUes ils Illoth aient 
leur arrêt. Le docteur Pusey y déclare qu'il a yainement 
insisté auprès d' eux pour savoir que1s étaiellt les passages 
de son discol1rs qui leur paraissaient en opposition avec 
les doctrines de rÉglise anglicane. Le salant professeur 
dil qu'il adhère à toul ce qui est enseigné par son Église, 
et it allribue sa condamnation, on aux opinions particu- 
lières de ses j uges, qui se sont mépris sur Ie sens et )a 
portée de ses paroles, ou à des motifs puisés cn dehors 
des fOl'lllulaires de I'Église. II ternlÍnc en déclarant que 
la sentence dont il est frappé esl contraire aux slatuts de 
rUni\"ersité, autant qu' eUe est injuste. C'est, en eifet, 
ulle sin
ulière manière de juger un accusé que de ne 
vouloir pas entendre les ex plications qu ït est prêt à 
clouuer sur les griefs articutés contre lui. 
. _Quelques jours après avoir rendu publique cclte pro- 
testation, Ie docteur Pusey publia un nouveau docuOlcnt 
qui HOUS a ré\'élé deux circonstances importantes à con- 

later. La première, c'est que l'éloquent prétlicateur ruf 
Ìnfonné par la personne chargée de lui faire couuaître Ie 
jllgement , que Ie fail de cette comnlunicatÍDo ') 
HI:
:)i bien 



282 


que Ie contcnu tics pièces qui lui étaiclll reulises, étant 
Sl1 1 ictclncnt con{idenliels, il 1ui était défcndu d' cn 
parler. La seconde, qui n' est pas 1l10ins curie use tIue la 
première, c' est que Ie vice-chance1ier semùlerait avoir 
été d'avis que Ie docteur l)uscy devait être entendu par 
ses jnges, car illui écrivit une Icltre où iJ disait : c Lc 
ùoclcl1r Pusey pClll déclarcl'
 Slll' rnon aulol'ilé, (Ju' 011 
a refusé de l'entcndre. ) 
II résulte de cc docnment que si Ie docteur Pusey 
ll'avait pas cru, pour son honneur personnel el celui de 
I'Univcrsité, devoir protester contrc une sentence de 
lons points cntachée d'illégalité, personne en Anglelel'rC, 
au sein même de I'Université, ne se serait douté du ju- 
gcment ..endn par la cour du vice-chancelier. Le l)octeur 
Pusey ne serait plus 111011té en chaire ; mais illui eût été 
défcnùu d'en faire connaître Ie motif. 
Nous avouons que si Ie sermon du docteur Pusey fen- 
ferme, de l'avis de ses juges, des propositions conlraires 
aux doctrines de I'Église anglicane, its ont en recours à 
un singulier expédient pour empêcher la propagation 
d'ul1 enseignement qui leur a paru dangereux. QueUes 
sont les propositions du docteur Pusey qui ont été con- 
dan1uécs? QueUes sontles parties de son scrmon qui ont 
élé approuvées? C' cst ce quc Ie tribunal s' cst bien garùé de 
nons apprendrc; et ccla, sans doute, afin que les menlbres 
de I'Université pussent se tenir en garde contre l'erreur. 
Cette conrluile est contraire à fusage canonique toujours 
observé par Ics conciles et par Ie chef suprênle de I'ÉgIise 
catholique, lors même que les propositions sont condam. 



'> 8 '" 
_ a 


nées in fJlobo. Ainsi agissent ceux qui se plaignenl de la 
prétendue tyrannie du Papc! 
Ne voil-on pas dans tonte cette affaire un véritable 
guet-apens dressé contre Ie docte théologien ùans I' espoir 
de nuire au puseyisme ? 
l\Iais des adversaires qui sont réduits à une tellc cxlré- 
mité sont mille fois vaincus, et nous ne voyons pas ce 
tlue la vérité pourrait craindre de -leurs menées. 
Tout en nons servant des mots procès et COncl(Hl1lla- 
lion, nous devons protester contre l'intention (IU'On 
pourrait nous prêter d'appliquer ici ces mots dans leur 
véritable acception, en admettant flue les poursuites 
contre Ie professeur d'hélJreu aient passé par toutes les 
phases dfune procédure régulière. Nous avons rapporté 
les circonstances de cette affaire avec assez de détails 
pour permettre au lecteur d'apprécier la valeur et la 
portée des formes légales auxquelles Ie tribunal inqui- 
siteur du vice-chancelier a en recours. Nous sommes 
loin d'accepter la sentence arbitraire de ces juges , qui 
ont rcfusé d'entendre l'accusé parce {IU'ils redoutaient 
sa science, comme une condamnation qui en réa1ité ail 
pn atteindre Ie docteur Pusey. Le savant thêologien est 
rcgardé aujourd'hui par ses collègues dans I'Univer- 
sité, ses frères dans Ie sacerdoce, la communauté angli- 
cane tout entière, comme aussi orthodoxe qu'il l'était 
avant la suspension prononcée contre lui. La sentence 
des six docteurs n'a produit d'autre effet en Angletcrrc 
(Iue de Caire l1aître chez les nos et de fortifier chez les 
autres Ie désir de voir réformer une institution où de 
pareils abus de pouvoir Deuvent se commettrc impuné.. 




?i ,} 


ment et sails 31'pel. Le COOl} dit'igé contre Ie docteur 
Pusey a porté cuntre rUniversité elle-même. Un appré- 
ciera plus facileOlent ce résultat après 3\'oÏl. lu les pièces 
que nOllS allol1s reprodull'e. II nons re
te à dire de que' 
statut uniyersitaire la prétendne cour du vice-chancelier 
sit e
t aUloriséc pour couvrir son itl'bitraire. Nous Vèl'l"OllS 

nsuile queUe conduite ont tenue les lnembres de I'Uni.. 
lersité. Voici d'abord la traduction du statut en question. 
Le chapitre XVI du onzièmc statut, qui s'applique 
tout enlier aux sefifiOUS de I'Université, s'exprime aiDsi , 
sOUs Ja rl1briquc f lie one1l8iunis et dissensionis Ula- 
teria in cOllcionibus e vitanda : 
c Si quelqu'un, prêchant dans I'Cnh'ersité on ses li- 
mites, avance des propositions qui varient on soient 
contraires à la doctrine on discipline de l"Église d' An.. 
gleterre, ainsi qu' eHc est établie p3r la loi; si Ie prédica.. 
teur se permet de dire (lue1que chose de défendu par 
l'autol'ité légale pour la circonstance on alltrement, et 
que Ie vice-chancelier sonpçonne lui-u1ên1e que ces pro- 
positions aient été a\rancées, ou que Ie prédicateur en soit 
accusé par toute autre personne qui fournira à l'appui de 
son opinion quelque preuve raisonllable de soupçon, Ie 
prédicateur, sur la demande du yice-chancelier ou de son 
délégué, livrera, sur la foi ùu serOlent, une copie vraie 
et littérale de son SeflTIOn; et dans Ie C3S où il alléguerait 
qu'iln' en a pas pris copie, it s' e
pliquera directement, 
après avoir prêté sennenl, sur les propositions dont it 
aura élé soupçouué ou accusé. 
c Ceci fait, 1e vice-chancelier, on son délégué, après 
iotvnir sourr.i
 I\
trai..p. à 1a conI' et exanliné soig-nf'n
empnt 



2M:) 


les mots et Ie sens des passagps en question; après avoil' 
aussi consulté si
 aulres personne3 qui doivent être des 
docteurs en théoJogie, parmi Jesquels ùevra se trouver 
le professeur royal de théologie, s'il a assisté au sermon, 
Ie vice-chancelier, disons-nous , pourl'a, à sa discrétion , 
s'il trouve Ie défendeur conpable, ou lui interdire la fa- 
cn1té de prêcher dans les limites de rUniversité, on Ie 
forcer à rétracter ce qu'il a avancé de condamnable. 
Iais, 
dans Ie cas où les paroles reprochées au prédicateur pa- 
raîtraient au vice-chance1ier avoir une tenùance à exciter 
des séditions dans I'Université ou que1qu'uu de sés col- 
léges, Ie ,'jce-chanc(
lier seol, après s' être consulté avec 
un docteul' en théologie pI'ésent 
\ la prédication, punira 
Ie coupable d'Ull emprisonnement, dOnne amende pécn- 
niaire, in} exigera une rétraclalion publiqne. Ces aCCllsa- 
tions éqnivaudl'onl à ("eHe rl'ayoir 11'onhlé Ie repos d
 
I'Université. ) 
te British-Critic, q nÎ nons funruit cet te citation, 
faÏl obser,'er avec raison qu' on ne pent sfattendre à troll" 
vcr dans un stallll particulier tooles les données néces- 

aires à sa mise en pratique (1). II est éyident aussi que 
tOllles les expressions de ce passage ne sauraienL êlre 
comprises et appréciées en dehors deb connaissances 
spéciales à la 111atièrc. Entre les premier" mots stalutum 
est, et les derniel
s; reus habeatu1', Ie I\
gislateur ne 
pouvait p1acer une enc
.clopédíe de droit canon et de 
'droit civil. Un statut ne détruit pas les 10is et les usages 
:préexistants, à moins qu'il ne particl1ra1i
e qne1qne chose 


{I) n,'il;sh.Criti(
, IiVl'(\i
on de juiUPt, The six Doctors, p. 230. 



286 


qui leur soit contra ire ; mais, dans celle circol1stancr 
comme dans toutes les aulres, les disposilions du stalut 
doivent être éclairées par les règles ùe la jurisprudence 
généralc, et en parliculier de la procédure eeclésiastique. 
Or, y a-t-il quelque part lIne société où un juge ail jan1ais 
élé investi d'Ull pouvoir qui ressemLle ùe près ou de loin 
à celui que s'est attribué conlre Ie docleur Pusey 
1. Ie 
, 
\'ice-chancelier? En prenant même à la lellre, et en 
dehors des notions générales ùu droit, Ie statut en ques- 
lion, Ie vice-chancelier n'a.t-il pas violé ses ùispositions? 
n'est-il pas dit que l'atTaire ùoit êlre soumise à 'llne COlll
? 
Non-seulement les mots et Ie sens doivent êlre soigneu- 
sement exan1Ïnés, mais si
 docleurs doivent allssi êlre 
consultés. Le D10t aussi est assez explicite et prouve que 
si les six ùocteurs sont appelés, ils Ie sont pour éclaircr 
Ja cour, auprès de laqueUe ils j[)terviennel1t cornnle ar- 
Litres. l\lais eeHc disposition in1p1ique la néeessité de 
porter l'affaÏ1'e devant un tribul1a\, et conséqucmn1el1t 
d'y procéder ò'après les règIes dc la jurisprudence. Une 
COlif, cluel que soit Ie sens qu' on attache à ce 1110t, nc 
l}eut jamais signifier Ie salon ou Ie cabinet du vice- 
chanee1ier, et rien d'ailleurs ne justiHe un buis-clos qui 
n'admet pas mên1e I'accusé d:lns }'enceinlc des déli- 
Léralions. 
Le British-C1
itic pèse et ùiscute chacun des tcrmes 
du statut que nous avons cilé; il explique 8CS disposi- 
tions, la porlée qu'on doit leur donneI' d' après Ie droit 
ron1ain, Ie droit canon et Ie droit civil. Ceue revuc dé- 
monlre que Ie docteur 'Vynter s'esl arrogé une autorilé 
supérieure à celie que les dispositions les plus al'bilrail'es 



287 


du dl"oit ecclésiasliquc ont jal11ais accordée à un tribunal. 
Certes, la royauté, avec toules ses prérogatives, n 'a pas 
Ie droit de faire et de défaire des juges. II n'existc pas 
en Angleterre de circonstances où un présiùent de tribu- 
nal puisse choisir les h0l11meS qui tloivent juger une cause 
avec lui. Or, cette 'omnipotence, Ie vice-chancelier 
dfOxford est Ie seul mortel sur la terre qui prélellde la 
posséder et qui l' exerce ! Pour ce qui regarùe la publicilé 
du procès, nons savons que, dans certaines circonstances, 
In causis cl
i111il1alibZls et iis qUfC ad refol"1nationenl 
rnOl'urn spectant, Ie vice-chancelier peut procéùer à 
huis-clos contre les accusés. On en conlprend les raisons. 
!\fais si, ùans ces cas particuliers, il est sage et prudent 
de ne pasinitier Ie public aux détails et aux révélations ùe 
la procédure, peut-il en être aiusi qllanù Ie crilne repro- 
ché à l'accusé a été conlmis publiquenlent, qu'il a occupé 
non-seulement tOllte l' Angleterre, toute la Grande- Bre- 
tagne, mais encore l'Europe ell'ul1ivers chrétien? Quanll 
les nlille organes de la presse ont répandu, ùans tontcs 
les parties du monde, Ie sermon condanlné, iI sernbIe 
que Ie plus simple bon sens indique et commande de 
renllre Ie châtiment public? 
Iais décidément Ie ùocteur 
'Vynter et ses amis n'aùn1cUent pas cette logique, et leur 
sécurilé est si grande, qu'ils n'ont pas même essayé, en 
réponse aux attaqucs dont ils sont ]' objet, de justifier 
leur conduile ! Après avoir discuté et exposé dans tout leur 
jour les dispositions dn stat ut dont s' est prévalu Ie vice.. 
cbancelicr, Ie British-C1'iLic ajoute : 
<< On prétend que Ie statut n'exigc pag la citation de 





x 


l'accusé elne force pas ses jnges à r entendre. Soit: Con.. 
suetlldo l'illcit /('genl. La pratique de I'Université en a 
tlécidê aulrement. En ,'oici les preulP:-. : 
c JIulnphrey Leech, chapelain de I'églisc tlu Christ, s'é- 
tait pgaré dans un sermon snr les conseils é\'angé1ifpJeS, 
prononcé Ie 27 juiu 1608. II rut Cilé el comparut dev:)nt 
Ie vice-chance1ier, qui avait reçu une copie de son sermoll. 
1\1. l.eech denlanda à ses juges (nons citons ses proprcH 
· paroles) " de I J J'océder c01l11'e l1l0i jU1"idiquclnellf et 
1)ar voie d'al'ticle
 a/in que je connaisse pl'éciséJnent 
l' e'J'reur ct la lallsselé de rues doctrines, et VOltS rece- 
lJrez 1nes répoJlses dans Ics formes /égales. Telle a IOll- 
jOlll'S élé la cOllllllne dans cclfe UlliVe1'sité el l' Egli,w) 
dc nicll. >> 
( Ceue prélention de l'accusé fut adulise par 
ps art.. 
,'ersaires ; maj
 Ie "ire. chance]icr fppondil,: c Tout If 
( sernlon est matn'ais, scandaleux , papistc, erJ'oné. Þ 
<< Tholuas I-lill, du collége de Hart-I-Iall, traita, dans un 

ermon prêché à I'église de Saintt1-
Iarje, Ie 24, nlai 1 f331, 
de matières prohibées. 11 fut 31uené devant Ie licc-rhan... 
relier. 
c ThoD1as Ford, du collége de 
iagdalen-Ilall, COllilUil 
la mêlne offense Ie 12 juiu 1631. Son sennon fut con- 
damné, et lui-nlême rut cité à conlparaître. 
. Le 30 jan,'ier 1637, Riehard I,-illiYc, ùe Lincoln, 
prêchait à Sainle-
1arie. Son 
ernlon rut demandé. 
Oll 
erreur lui fut. dénlontrée dès qu'il parut de\"ant scs juges, 
et il se rétracta. 
<< Le 6 avril 1638, Ga
p3rd 1\1a
 ne, de r église du 



2xO 


Christ, paa'ut Je\'aullc vice-chaucelier et autreð docteurs, 
afin de présenter sa defense sur certain
 passages d'un 
s
rmon. 
c En 1640, Ie 6 septembre, John Johnson, du coIlége 
de Sainte-l\13gdeleine, prêcha un sermon à Sainte-
Ial'ie , 
(Iui parut reprochable. n fut appelé devant les autorités 
et se soumit. 
(( Le même jour, Henri 'Vilkinson, de 
Iagdalen-Hall, 
commit la même faute. II fut cité; mais, refusant de re- 
connaître ses torts, il rut suspendu jusqu'à ce qu'il se 
rétractât. 
( 11 est à remarquer que les quatre derllières afIaires 
ont eu lieu après que Ie JiVI'C des statuts eut reçu la sanc- 
tion royale, de sorle qne ies dispositions in, oquées au- 
jounl'hui (levaient nécessairelnent être pré
entes à r esprit 
du vice-chancelier, quand it eut à poursuivrc ces affaires. 
Or, iI est e
pressélnent Dlentionné dans tons ces cas, que 
1'accusé conlparut ou) du moins) qu'iJ fut cité à con)pa- 
raÌtl'e. En fait, it est évident qu'en 1636, 1637, 1638 et 
'1640, on ne tenait guère à faire un procès sans qu
 
l'accusé fùt présent. Au moins Ie prédicateur devait-il 
être là , à l' ouvel'ture du procès, puisqll'j] de\"3it prêtel" 
serment en livrant son sermOll. t 
En opposition à ces précédents, on ne trou"e pa
 dan
 
les annales de Ia justice universitaire un senl exelnple OÙ 
les statuts aient reçu l'interprétation que Ie vice-chance- 
lier prétend leur donner aujourd'hui. 
Le procès du docteur Pusey une fois vidé, nous voyons 
intervenir en sa faveur Ie public univer
itail'e, qui dési.. 
rait savoir à quoi s' en tenir sur les chefs d'accusation et 
t 
t 



:1 \If ) 


Ie j
ßement. CeL inléret s'explique, et Ie droit <i'interven- 
tion ne saurait être dénié à des hommes qui voient con. 
damner une des illustrations de l'Eglise anglicane, un 
nlembre de leur corps, un de leurs collègues les plus véné- 
rés. Quelque disposé que rOll soit à s'inc1iner l'espectueu.. 
sement devant l'autorité de la justice et la sagesse de 
honlmes qui, en celte circonslance, ont rendu l'arrêt 
.. 
en question, il était cependant naturel que I'Université, 
ainsi frappée dans un des siens, se demalldât pourquoi. Or, 
personlle ne connaissait ce pourquoi, et c' est en vain que 
I' on cherche où se trouve, dans Ie long sermon du docteur 
Pusey, l'erreur contre laquellc oti t10it .se tenir en garde. 
DOllter qu'une on plusieurs erreurs s'y t!'ouvent jetées 
SO us quelques phrases cap tie uses, serait faire injure à ses 
juges; mais ceux-ci auraient bien dû signaler Ie danger â 
rUniversité, à I'Eglise et au public en général. C'est dans 
Ie désir de pouvoir prendre contre les prétendues errel1rs 
du docteur Pusey tonles les précautions désirables , que 
nous avons vu adresser d'humbles requêtes au vice-chan.. 
celier. La pièce suivante est une des premières qui lui 
aient été l'emises. II était difficile aUK signataires de 
s'exprimer avec plus de modestie et d'humilité. 
c 
Ionsieur Ie vice-chancelier, - Nous , soussignés . 
membres de la convocation et bacheliers en droit civil, 
demandons humblement la permission de nous adresser 
à vous touchant la sentence dernièrement prononcée 
contre Ie docteur Pusey. 
ous pensons que vous n'aurez 
pas d'objections à faire connaitre à l'Cniversité sur quoi 
l'cpose ce jngement, ann que nous sachions queUes sonl 
les tloctrine
 que ce jugcment a en pour but de siçnaler 



291 


comme mat sonnaules avec ou contraires à celtes de 
l'Eglise d f Angleterre, tcUes qu' elle:s sont publiql1ement 
adnIises. >> 
A cette prière, que répond Ie \ ice-chancelier ? - c 
Ies- 
sieurs, je respecte les motifs de volre conduite; luais, 
Inalgré Ie désir où je suis de satisf3.il
e dans tontes les 
circonstances à vos justes demandes, pOlU celte fois YOtlS 
Ine permettrez de fermer la bouche ; allez vous instruire 
ailleurs. ) Telle est la traduction libre de la lettre du 
vice-chanceliercn réponse aux Inenlhresde la convocation. 
Peu de jours après, <1e nouvelles instances étaient failes 
auprès de ce discret docteur'Vynter. Un bachelier en 
théologie du collége de Sainle.
lagdeleine Ini écrivait en 
ces termes: I 
. Je prcnds la liherlé , dans un profol1d sentiment de 
respect pour vous et la place que vous occupez 7 de vous 
adresser quelques mots relativrment à l'affaire du dorteur 
Pusey : 
( II Y a, clans cette affaire, un point qui illtéresse vive. 
InenL tout ecclésiastique qui peut êlre appelé à prêcher 
dans l'enceinte de rUnivcr5ité : c' est que nous n'avons 
aucun moyen de discerner ]JOllrqlloi les examinateurs du 
sernlon ont condamné Ie professeur d'hébreu. En adnIet.. 
tant qu'ils soient dans leur clroit, aucun pré
icateur np 
pourra à l'avenir se servir de leur décision COIUllIe d'un 
lIambeau pour éviter les écueils conlre lesquels il a 
échoué. On a toujol1rs pensé que Ie stalut du titre XVI, 
chapitre 2, avait pour objet de "eiHer aux intérêts de 
l' orthodoxie et de prévenir l'in\"asion d'un enscignement 
erroné dans la chaire (le rUniversité. 
Iais la rnélhode 



. 



H':! 


snivir dans rctte circonstance 
eluLle èU fairt. unique.. 
1l1ent Ie hrlllU'ln /ilhllen de celui qui a Ia puissance. Lp 
jugeluent l'enùu récen1ment u'instruit personne, car aucnn 
principe n'a été yengé, aucun Il'a été condanulé. 
ous 
-;a\"ons sculelnent qu'nn pl'éùicateul' a été accusé et sus- 
pcndu, ef ('ela, pour avoir enseigné une doctrine qui 
pourra être prêché denlain (Jails la n1ênle église, sans 
que I'orateur ait conscience t}u'il blesse l'orlhoùoxie. 
Certainement, teUe ne pouyait êlre l'intention de ceu:\. 
qui ont rédigé Ie statuI. Son titre seul : De lnaleriâ 
offeusioJìis evitandâ prouye Ie contraire, car cc serait 
accuser )a plus grossière ingénuité que de chercher conl- 
Jnent on doit éviter une raute quand il est défendu de 
découvl'ir en quoi consiste celte faute. 
<< Je fais observer que tout ecclésiastique dans I'Univer- 
sité est profondément intéressé dans la question, car 
chacun peut s'appliquer eet adage: lJ[ea l'es agillll' 
paries clÌm proxim'lls ardet; persollne ne saurait se 
tenir en garde contre ceux qui frappent dans l' olulJre... ) 
L'auteur de ces remontrances pose ensui(e ce dilelnlne 
au yice.chancelier : Ou les juges du docteur Pusey ont 
trouvé dans Ie sermon u
e cause pour Ie condan1ner, et 
alors ils en doivent l'explication au public, ou Ie sermon 
était orthodoxe ; mais alors que penser de leur contJuite? 
Le silence des juges ne pourrait se justifier que si les 
statuts leur en faisaient un commanden1ent. 
Iais COlnn1e 
aucune de leurs dispositions ne leur int
rdjt de parler, ils 
doivent compte dp leur conduite à rrniversilé et au 
c1ergé. 
fJrpuis )'appal'itioll <In l1ulLéro un Britis/t-C1'itic qui 



293 


contenait ceUe protestation, de nOl1\clles dèmarches ant 
été tenlées auprès du docteur 'Vynter, ßlaÎs sans plus de 
succès. Voe adresse signée par 230 Inembres de I'Uni- 
,"ersité qui n'habitent pas Ox ford el qui sont appelés 
1nembl
es non 1'ésiclents, )ui a été en\'oJée ; mais, pour 
ceUe fois, il a refusé de la recevoir, en répondant qu'elJe 
renfermait des insolences el qu' eUe tendait à faire violence 
au gouverneur de rUniversilé. Or, parmi les insolent
 
signatail'es de ceUe adresse, 
e trouvaient IJllisieur
 de, 
juriscon
nltes les pIns éminents de r An
teterre. Lf1 nli. 
nistl'e du CO)}llllerCe, 
L E. Gladstone, lord Dangannou, 
lord Courtenay, 1\1. Coleridge, de la conI' du bane de fa 
l'eine, et autres célébrités s' étaient associés à cette dé- 
111arche en apposant leur signature à la suppliqne adressre 
au yice-cbancelier. Celui-ci ne s' est pas lais
é intimider 
l)ar tons ces noms, el pour éviter de justifier son silence, 
il a refusé de recevoir Ie document, en trait ant ses si,.. 

nataireg d'insolents ! Cette pièce était ainsi conçue : 
. Nons, sonssignés, Dlembres non-résidents de Id 
convocation, demandol1s l'espectueusement la pern1ission 
de ,"ous exprimer nos regrets relativenlent à la manière 
dont on a procédé touchant Ie sermon du docteur Puse
 . 
Nons désapprouvons I'interprétation donnée au statut, 
interprétation qui, contrairement aux principes généraul 
de ]a justice, sournel une personne à un châtirnent sans 
lui fournir les moyens de se. (léfendre. Dans l'intérêt de 
I'Eglise et de I'Université, nous pensons que lorsqu'un 
sermon renferme des doctrines condamnables, les points 
sur lesquels portent les erreurs doivent êlre distinctemcnt 
étab1is, si la condamnation a pour ibut d
 éclairer I
-; 




Ç} t 


'3utr
s prédicat('nr
 on de lenir Ie puhlic en gal'de contre 
les doctrines que l' on croit erronées. . 
Le doctcur " )"ntcr, après avoir In cctte pièce, s'e
l 
1,åtó de la rClncltre sons en,'cloppc c1 de la faire jetcr à la 
posh' , en lléclarant qn ïl nc pOtl\ ail pas gardcl' rhe lui 
Ull dOCUluent si scditieu\. 
ous nons aUendiolls h une dé. 
termination plus sage: c.clÎt été Òl
 ponrsuiyrc les signa- 
tail' 
s de cc tlocuD1cnt qui chcrchaient à Caire ,'iolcnce à 
I'aulorit
. )Iaig il cût éte dit1irile dïnslruire l'afiàire au 
coin du feu, entre Ie diner ct une tasse lIe thé, ct ') IH'oba- 
blement, 
I. Ie vice-chal1celier a rcculé dc,"ant les c01bar.. 
ras d'une procédur 
 rl
gulièrc, qui I' elÌt Corcé à siéger 
au n1Ïlieu dfautrcs jugcs que les six doctenrs de son choix. 
Que conclure de cet enseulble de faits 
 
I e Brit ish- Critic, llans son \'ohunineu\. article. 
émct quelques opinions que nous acceplons ,"olontiers 
et dont nous ft."\l'ons Q1êmc )a conclusion de ce travail. 
Le senl n10
 cn t à son a,'is, de faire justice ùes pro- 
cédés ct de la condnite tin yicè-chancelicr, scrait que 
Ie ùoctcur ruse
 prH son tour pour prêcher à ),Cnirer- 
sité , absohnnent COl1l1UC S1 rien n.etait. Cela nous paraît 
un assez bon llloyen de faire é\"allouir Ie jugclnent si sin- 

ulièrement rendu contre lui. Le ,-ice-chancelier ct ses 
<:: 
ami
 apprendl'aient ainsi qu'el1 dépit de leurs faits 
t 
gestes, leur procédure et leuI' jugeluent ne sont qll \111 
l'ê, e, qu'iIs ll' ont ab
olnl1)ent rieo fait de sérieux ui 
(I'ob1igatoil'e ; qu' en réalité r affaire n' a eu ni instruction 
ni conclusion. Le doctenr Fuse\", aux '-eu\. de tout Il
 
.. 
lI1ondc, 
e trOtH c en eiTel dans la luèlue situation qu'a- 
, ant tnnll's ces tJ'a{'a

erit:,
. la It.i ne r a pas a Hciot, et 



29
 
il est aujourd'hui ce qu'iI était avant d'avoir prononcé son 
sermon: un hOlnme qui, par la profondcur de sa science, 
la 
upériorité de son talent, 1'éclat de ses verlus, la sin. 
cérité de ses opinions, doit {
tre regardé cornmc uue des 
lumières de I'Eglise anglicane , et un des homInes qui au- 
ront Ie plus contribué à rcnOUCl' dans son Eglisc la chaIn 
des traditions catholiques. 



CHAI)rTR1
 x. 



O]131.AI R1.. 


Le re,'erend )1. :\e"man. - Sa po:-.ition à Odord. - Sps prét1ica- 
ti()fls. - l..es trente-neuf 3rlicle
 du symbole auglican. - Lc 
.Iernier des traitég rour Ie temps présent, connu sous ]e numéJo 
I{uatre-vingt-dix, - Dc la polémiquc.soule\"ée par cc tra'"ail. - 
Ju
emeltt ò'un théolo3irl1 romain. - Rél)'actation .Ie M. New- 
man. - De (IUrll]l1cs lIlemhrcs de rrOiYf'rsité d'Oxtord , partis:\O,5 
dn pu
e)'isme. 


Le révél'eud John Ileury Ne,vrnan a contribué tout 
aussi puissatnment que Ie docteur Pusey à faire revivre 
dans l'Église anglicane les ,'ieilJes trat1itions et les pra- 
tiques calho1iques. Quoiqu'il n'ait pas eu rhollneur de 
donneI' son nom à l' école nouvelle, ses écrits el sa pa.. 
rote exercent sur les puseyisles une influence en tout 
ègale à cel1e du In3Ître. Pro fond pen
èur et Lrillaul écri- 
,ain. 
J. :x C'\fU3J1 
'e
t toujonrs fait renlarqncr p
n' 
a 




98 


science et SUI'tout par sa gl'ande franchise. 11 est auteur 
de pll1sieurs vohunes de sermons et de quelques ouvrages 
relatifs aUI sciences ecclésiastiques. 

1. 
e"man n'esl pas docteur; it s'esl contenté de 
prendre Ie titre nlotleste de bachclier en théologie. II n'est 
pas professeur à I'Ðniversité donl il est luembre. Sa po- 
sition à Oxford es celie de rel/OU} du collége d.Oriel, 
fOlldé par Edward II en 1326; il jouil aussi d'un des bë. 
néfiees dont dispose ce collége : cclui de curé de ré- 
glise de Sainte-
Iarie-Ia-Viel'ge. II a été nomnlé t. Sainte.. 

Iarie en 1828. C'esl dans Ie cours des sermons prêchés 
dans ceUe église qu fil a développé à la jeunesse studieuse 
de I'Université les doctrines calholiques, et qu'il a, en 
qnelque sorle, jeté Ie germe et activé Ie développemeut 
du parli religieux qui étend aujourd'hui ses ramifications 
dans toute Ia Grande-Bretagne. 
La parole silnple et puissante du curé de Sainte..l\larie 
acquit un si grand prestige, que les chefs des colléges, 
pOUI' la pluparl attachés aux anciennes traditions, es- 
sayèrenl de détourner les jeunes gens d'assister au
 ser- 
Juons prêchés à Sainte.
larie; mais Ie conflit qu'ils firent 
naitre tourna au triomphe de leur antagoniste. 
I. Ne\\'. 
loan n'cn eut que plus d'autlitrurs, et Ie nombre de scs 
admil'ateurs s'accrut. 

1. 
ewman est encore à la force de l'âge; SOil ex te.. 
ricur n'annonce guère que trente-huil a118. Ses manirres 
sont d'une gracieuse et ainlable sinlplicité ; il sait conci.. 
lieI' ù. affectlleuses pré\'enances :\\'er la résel'\ e c( la mu.. 
(Iestie qui hrillellt dal)
 tOtlS sc
 actes cl sa conversation. 

I. Newlnan pril a YCC Ie doctcut' Pusey, en 1836
 une part 




f
 


active dans l'affaire du docteur Hampden. C'est surtout 
depuis cette époque qu'i1 a été plus particulièrement 
regardé comnle un des chefs du parti religieux que 
I' on désigne qnelquefois parson nom: .I.'? eztJJnall' school. 

Iais, avant cette époque, dès i83!, ses articles dans Ie 
British Jnngazine et plus lard dans Ie British-Critic 
avaÍel1t soutevé d'ardentes polémiques sur les questions 
à' r ordre du jour. Les Tracts /0,. the Times, à la coHa- 
boration desquels )1. 
eWnlal1 prit une part si active, "iu- 
rent élargir, à lann de 183ã, l'arène du combat. La contro- 
,-erse gagnait chaque jour cn vivacité et en importance, 
lorsque, en 1841 , l'apparition dn traité 90 dont 
1. 
e". 
man s.est l'econnu rauteur, souleva tant de violences et 
de récriminations, que I'évêque d'üxford intervint dans]a 
Jutte et arrêta la pubJication de ces intéressauts traités. 
Ce tl
act quatre-vil1gt-dixième a acquis un si haut de- 
gré d'importance, que nous croyons devoir en faire Ie 
sujet d'un examen particulier. C' est comme Je ph"ot sur 
lequel a roulé depuis deux ans tOllte la contro\'erse entre 
l'église anglo-eatholique et les protestants, leurs ad,'er- 
saire
. 
Iais, pour dOl1ner plus d'intérêt à notre travail, 
nous avons ern devoir recourir à l'autorité d'ul1 savant 
théologien romain, pour juger Ja tentative si hardie de 

I. Ne,,"man. II DOUS a paru en mêlne temps utile de Inon. 
trer comment le mouvement qui se manifeste dans l'É- 
glise anglic3ne est jugé dans 1a capitale du Dlonde chré.. 
tien par des hommes aussi distingués par leurs vertus 
que par leurs lumières. C'est au jugen1ent du savant abbé 
de Luca que noussoullletlons les observations de 
I. lXe\\- 
ßlaJl sur certains passagc
 des trente-neuf articles (re- 



:500 


tnarks on certains passages in the thi1.ty nine arti- 
cles). 
ous uous bornons done à traduire ici un excellent 
article de rabbé de Luca qui a été pnblié en Italien. 
Le petit ouvrage dont nons donnons plus haut Ie litr
, 
fait partie des T1"aités POU1' les telnps présellts J et 
sans aucun doute it ll1él'ite I 'attention particulière de 
ceu}.. qui s'inlércf'
enl à la controverse soulevée par rap- 
parition ùe ces Traités (t). 
Tout Ie IHOJHJe sajt l(u'à la suite du schislue déplo- 
rable de l'Égl!se ang1icane, les ministres l1u culle, rc\'êtu
 
de fOIJCliolls ecclésiastiques, reçnrent du parlclnenl 
l' ordre forme1 de s' obliger, sous la foi du serment, à ré- 
gler leur conduite et Jenr cnseignement re1igienx sur 
une e5pèce de sYl11boie tie {oi en Irente-neuf articles .. 
décrété par ('elte assen1blée toutc laÏque (2). Penrlant 
]ongten1ps la plus graucle partie des prêtres anglica1!
 
r
écula loyalement eet ordre. 
Iais, dans la 
uile, quel- 
(Iues-uns conçurent des doules sur diffél'énts points de 
ce symbole ; et anjonrd'hni les choses en sont venues au 
point que, sinon la luajol'ité , du moins un nOlubre con- 
sidérable tie ll1inislres ang1icaus prolllel, de bouche, de 
croire et d'admettre la doctrine du syn1bole, mais, au 
fond dll cæur, la discute et la renie. La vérilé de ce fait 
se trouve attesléc d'une Inanière irrécusable par l'éyêque 


(1) .:lmwli delle scienze religiose. 
(2) On trouyera dans r Appendicc les trente-neuf artic1es qui 
torment Ie symbole 
wg1ican. - La publication de ce document, 
qui n'esl pas gencralement connu , nous a paru fort utile pour Caire 
3pprédel' Ia v
f.1eur du travail de M. 
cwman dans Ie dernier des 
tracts. 



:--i( , I 


proleslàlll de 
û)'\\"ich, qui, òan
 uue âSSe111bì
e l'ublitJue 
de la chalnhre des pairs d' Angtetcl're, ct ce n 'est pas pen 
dirc, déc1ara n'avoir jamais renconlré un seul ecclésias- 
tique (anglican) qui vonlûl accorder chacl1Jl des points d(a 
la profes
ion de foi qu'il jurait lors de son ordination, 
bien que Ie nombre Ùè ceux qu'il avait interrogés là-des- 
sns fût très-considérablt'. Aussi unc foule de perBonne
 
présentent-eUes to us les jours an parlelnent britannique 
de pressantes requêtes pour faire sup primer l'antique 
usage qui oblige à promettl'e ce que I'on ne tient pas, et 
à professer exlérieurelnent un ensemble de doglnes reli- 
gieux qui n'est p1us en haro1onie avec les besoins de l' é. 
poque aCluel!e. Quelques évêques anglicans ont Inanifesté 
Ie Inên1e désir : la décision se fait encore attendre. 

lais, sans nons occuper plus longlen1ps ÙU côté moral 
de cette controverse , et de la délicatesse de conscience 
de ces ministres anglicans qui jurent de croire au"\: 
trente-neuf articles tout en les trait.ant d'absurdes el de 
surannés, parlons d'une autre particularité qui 11' est pas 
moins importante. Ce sont ces mêmes anglicans qui 
crient de tous leurs poumons que leur Églisc hien.aimée 
court un grave danger; qu'elle est sur Ie Lord de l'abîme; 
qu'il y a au sein des universilés protestantes, ct partieu- 
]ièrement dans celie d'Oxford, des pertides, òes traitres 
qui, tout en signant les h'cnte..neuf articles de la réfornJe 
anglicane, voudraient en saper les fondements au profit 
du PapiS111e. II n'est p3S besoin de dire que ces plaintes 
amères s'adressent aux puseyistes d'Oxford. I Vons êtes 
bien noufl'is et bien paYt's , disent aux nouveaux lhéo!o- 
gieos les zélés rt en mëmc temps pal';nres minislres (!e 




2 


I' Ég1isc anglicane, pour enseigner les doctrines protes.. 
tantes, et tout au contraire ,'ous êtes en chen1in d' ensei.. 
gller les doctrines catholiques. C' est se moquer de ] 'Église 
l'econnue par l'État, dont VOllS Inangez Ie pain, pendant 
que vous en sapcz les bases. >> - V ous vous trolHpez , 
l'épondent les puseyisles, c nous ne nous écartons pas des 
forn1u]ail'es de I'Église établie par la ]oi : nons ne renions 
pas ses articles de foi. II est vrai que ]a rédaction de ccs 
articles ne nons paraît ni claire, ni logique : Inais nous 
croyons qu' on peut très-biell leur donneI' une signification 
logique, conforme à la grammaire et à la saine raison. 
NOllS acceptons ces articles et nous les enseignoDs. Nous 
acceptoDs la liturgic, et bien que nOlls la trol1vions itu.. 
parfaite, néanmoins elle ne nous parait renfermel' aucunc 
crreul' positive. (Juoiquc nous regarllions ces arlicles et 
ceUe liturgie comme incoInplets, nous pou\'ons cepen.. 
dant y souscrirc franchen1ent, puisqu'ils nc contiennenl 
rien tl'absolument conlraire à la ,'érité. En agissant ainsi, 
nous n'adhérons point à ce que nous l'cgardons comme 
un mensonge : et vous, nos adversaires, pou vez-yons en 
dire autant? De plus, bien que nous ne soyons pas d'ac- 
cord dans I'interprétation des articles, nous ne désirons 
pas vous imposer la nôtrc. Tant que vous les professerez, 
tant que vous les enseignerez, jouissez paisiblement de 
"OS gras bénéfices, portez vos chapeaux à pljs, pareils à 
des pelles à feu, et ne redoutez pas nos aUaques. . 
En eet état de choses, on peut compareI' l' æuvre 
qu'onl entreprise les puscyistes au vit travail inlposé aux 
Israélites par les Égyptiens, de fabriquer des briques 
sans paille. La plupart de leurs raisonnements sentent 



jT) 


Ie sophisme; its font des distinctions trop suLliles; leul's 
conclusions soul l11al fondées et se soutiennent difficile- 
menl. C' est un véritable crève-cæur de voir des hommes 
de tant de nert et de ,'igueur travailler dans .un moulin, 
les yeux bandés. Cependant nous trouvons ]eur manière 
de procéder plus honnête et plus loyale que celie de lenrs 
adversaires, zélés en paroles, infidèles dans l'aclion. 
Le révérend AI. Ne,,'nlan s'efforce d'écarter l'accusa- 
tion portée contre la nouvelle école d'Oxford, par les 
rigides et sévères anglicans; iI cherche à montrer que ces 
tJerlliers, au cODtraire, "ont droit au précipice. Les trente- 
neuf articles, teIs (]u'ils sont interprétés par les anglicans 
de la vieille roche, sembIeraient contenir des proposi- 
tions contraires à la foi catholiqlle. Interprélés d'après 
Jes puseyistes, Ie sens en devient assez élastique pour 
qu' on puisse les Inettre en harmonie avec les dogmes de 
l'Église primitive et de I'Église universelle. C'est là Ie 
point fondamental de la discussion, à laquelle nous, ca- 
tlloliques, devons prendre un yif intérêt. V oyons donc 
avec que]s arguments les puseyistes s'efl'orcent de conci- 
lier les dogmes anglicans avec ]a foi priu1itive et univer- 
selle de I'Ég1ise chrétienne, et par conséquent de I 'Ég1isc 
catholique. 
Les trente-neue articles, dit 1\1. Ne"man , ne Curent 
pas rédigés dans l'intention d'y exposer, d'une manière 

cientifique, un s)stème con1plet: ils fluent simplement 
une protestation contre certaines doctrines et certains 
usages pratiques qui avaient cours en Angleterre, et qui 
s'y tfoulent décrits et condamnés en gros. Partanl de ce 
principe, 1\1. Ne'1iman "a plus loin, et il alfirme que, dans 



;;{H 


Ies pa

age
 où It..s h'enle-ncuf al'Liclcs coutlanHlènt les 
(/oclril1es romaines, it n'est pas fait allusion aux dérrel
 
tin concile de Ti'eote sur les Inên1es objets, puisque ces 
décrets sont postél'iell1"S en òate aUI articles de I'Ég1ise 
anglicane; luais qu'on Y cOIH]amne seulen1f.nt tous leg 
abus alol's existants en Angleterre, abus qui fnrent depuis 
conda\uués avec une égale énergie par Ie concile de 
Trenle. 
Pour donneI' un exemple de cetle nouvelle manière 
d'interpréter les articles du symbole ang1ican, 1\1. Ne,vrnan 
cite, entre autres, l'artic1e XXII, où se tt'ouve conJamnée, 
ron1n1e invention hizarre et vainc, la òoctrine sur Ie pur- 
gatoire. Cel article, òit 
I. 
e'YInan, ne cOlldaoloe ni la 
doctrine de l'Jtglisc gl'ecquc 
ur Ie purgatoire, ni Ie 
tlécret du concile de Trenle, ni Ie dOglllC tel (IU'il était 
professé dans l'.Ég1ise primitive: il réprouve seulement la 
doctrine l'eçue à l'époque òe sa rédaction, ce qui esl toute 
autre chose. ...\ 1'appui , 
1. Nr,vman rapporte un passage 
dOnne Honlélie SU1- III prière, d'oÌl il fail ressortir la 
doctrine condamnée par les rédactcurs des trente-neut' 
articles: on y parle d'un purgatoire, dans lequclno/re 
élal sera changé, et olÌ la sentence de nieu sera 1'é- 
voquée. CeUe doctrine, 3joute )1. Ne,vnlan, est dil'ec.. 
teulcnt contraire au décret dn concile de Trente ; d'où iI 
concillt que ( I'Holnélie, et, par Ie mêlne IDotif, 1'31'- 
ticle xxu, ne parlenl pas du purgaloire tel qu'il a élé dé- 
fini à Trente. ) 
Ce mên1e article condanlllc les indulgences, c 'est-à- 
ttit'e les indulgences telles qll'elles étaient enlendnes au 
seiÛème siècle, ct non Jes jntl111getlce
 en grnél'al. On 



3{J:
 



 condalune 
enlcnìt)Hl I res indulgences irr'pl'udenles el 
tl'Op étenc.1ucs, obtenues au luoyen d'UD d
bonr
é pécn- 
niaife ponr satisfaire anx. peines du péché. J 
Cet article condamne aussi les adorateurs des images 
ct des reliques. Ici encore il ne s'agit pas de toule es- 
pèce òe ,'énél'ation à l' égard des images et reliques , 
mais Lien des usages pratiques des catholiques de l' épo- 
que, qui adlnettaient << des énormités reconnucs et pro- 
ltibées par Ie concile de Trente. J Toute espèce d'in\o- 
cation des saints n'y est pas non plus réprouvée, mais 
c celle-Ià seulement qui tient au culte de latrie; et la 
question de S3\'oir si r o't'a pro nobis tient à ce cnlte restp 
inrlécise. ) 
Quant au
 cinq sacrements rejetés par l'Eg1ise angli- 
cane, !\1. NeWluan s'efforce de prol1yer que l'articIc 
x, 
nie 
eulement qne ( ce 
oienl des sacrenlents dans Ie 
Inême sens que Ie haptême et la Cènp rln Seigneur. ) 
Car ils o'ont c alIcnn signe extérienr >> dÜ'ectement in- 
!:lilué par Dieu 011 1Jal" Ie CII't'ist. Et si un si
ne e
t
.. 
I'ieu!' établi par rÉg1ise pent constitner un 8arrrment, on 
dira qne ccs cinq cér{.n1onips sont aut ant de sacrCffiruls, 
sans pour cela eontredire l'article xxv. 
Non
 pourrions nous étendre davantage sur ce sujet en 
cÏfant re qui a rapport à la transsubstantiation, au sacri- 
fice de la l11esse, au mariage des elercs, à l'autorité de 
r évpque de Rome. Notre auteur s' efforce, sur chacull 
de ces points, de démontrer que les articles de l'Eglise 
3ng1icane ne sout pas si protestants qu' on I 'a eru jus- 
qu'à pr
sent, ce qn'i1 fait avec plns on nloins de 110n.. 
henr. 



o 



:;0(; 


La conc1nsion de l' Oll\Tage est très-rclnarquable. 
1'1. Newman s'y tJéfenù de ]a tache de ùéloyauté qu' on 
youdrait iInprilner à son caractère, parce qne Ie résullat 
de ses lravaux cst de donner au
 trente-neur articles une 
tenùance contrairc au protestantisme. II déclare ouvertc- 
Ulent (Iu'on lIC doil obéissancc ancune aux rédacteurs des 
articles, et que c'est au conlraire une obligation ,is-à-vis 
J'Église catholiquc de donner à ces articles une significa
 
tion anssi catholi'lue que possible. 11 insistc avec force Sill' 
rclle considéralion qu'ils furent autrefois rédigés dans Ie 
hut de réunil' en un scul corps lcs catholiques anglais et 
les protestants, et que s'il en eût été autrelnent, jaulais 
on nc les eÙt acceptés. II ternline par cette déclaration 
ha ..die : 
<< Ce qui ,'ient d'arri\,cr tJans Ie monele politique, pcut 
jeteI' du jour sur Ie point en question. Un ministre fran- 
çais, qui désirait la guerre, a conser\ é néanmoins J par 
raison d'État, dans les documents officiels un langage si 
lTIodéré, que son sllccesseur, ami de la paix, pent cepen.. 
(taut les accepter, sans pour eel a renoncer à ses convic- 
tions. Ell présence de ce résuItat, Ie monele s' est félicilé 
parce que Ie prelnier de ces ministres, qui avait agi avec 
dnplicilé, se trouvait pris dans ses propres filets. II n' est 
ni con,'enaLle, ni nécessaire de pousser plus loin la COln- 
paraison el d' en faire nne enlière application à nolre es- 
pèce; e'en est assez pour éclaircir noire pensée. Le sJrn- 
Lole de la foi protestante fut rédigé dans l'jntention de 
lle point éxclure les calho]iqucs: les catholiqu
s 3ujour- 
tl'hui ne seront point cxc1us. Ce trait de politique de la 
part <Irs r{{ormateurs sera noire protection. La sitnation 



::;07 


perple
c des protestants d'alors suhsistc tOlljOlll'S. Nons 
u 'aurions pu autrefois taxer leurs paroles d' erl'CUI'; qu'ils 
ne repoussent done pas aujourd'hui nolrc interprétation. J 
En nlêlne temps 
1. Newillan ne dé
ire pas que l' état 
re1igieux de l' Anglelerre change au lnoyen ùe I'agitation, 
de ]a tyrannie, on de l'intrigue. Ii ,'cut un chaugC111ent, 
lnais vo]ontaire et pacifique, provoqué par l'assentiolcnt 
de tous, et dont les 11loteurs soient la douleur et I'hl1n1i.. 
Jilé, non l'orgueil et Ie délire du triomphe. 
A peine ee petit trailé que nous venons d'analyser cut- 
iI vu Ie jour, qu'il suscita par tonte la Grande-Bretagne 
l' étonnement et Ie dédain chez ]es partisans ùes vieilles 
rancunes protestantes. Quatre professeurs des collégcs 
annexés à l'l1niversité d'Oxford voulurcnt protester so.. 
Icnnellement contrc ]a propension évidente des puscyistes 
aux doctrines catho1iql1cs. A eelle fin, ils adressèrent ä 
I'éditeur tIes Traités pour les tenl}Js 1J1'éscllts la I
ttre 
sni\'ante que nons tradnisons fidèlrrnent: 


({ A I'Editeul' des 'fraités pUUI' Ics tenlJ1s ])i'éscllts. 


Ií ()\fol'll, 8 mars t
,H. 


( 
IoNsIEuR, 


. Ayant lu avec attention Ie nUlnéro 90 des 1'raités 
pOllr les temps présellls, publiés par quelques menlbres 
ùe l'Université d'Oxford, el dont "ous êtes l'éditeur, 
nous en avons éprou vé une ilnpression si douloureuse, 
que nous regaròons comlne un devoir de ,"ous adressct' 
à cet égard de conrtes observations. Ce petit travail. porte 



::--,,4J t' 


lt1 titre de C()n.
idél'ations 
ur quelqucs passa[Jes des 
'f1'ente-J.Yeu{ Al'licles. Or, les statuts de I'Acadén1ie 
d'Oxford obligeant les pl'ofesseurs à se :.,ervir des Trentr- 

el1f Articles COlnn1e de texte dans leur enseignement 
théologique, nons avons confiance que les fonctions ren1- 
p'ies par nous dans nos col!éges respectifs ne permettront 
pas qu'on nous 3cfuse de présomption, si nous prenons 
la liberté de vous allresser cette leltre. 
c Le traité dont il s'agit t 3, snivant nOllS, une tendance 
très-dangerense, en ce qu'il donne à entendre que cer- 
taines errel1rs très-graves de I'Égtise de llome ne sont 
point condamnées par les articles de I'Ég1i
e anglicane; 
Pt, par fxcmple, que ces articles ne contiennent 3UrUnf' 
rondamnation des doctrines, 1 0 sur Ie purgatoire; 2 0 sur 
les indulgences; i) sur Ie cu1te et radoration des 
im3
e
 et reliques; 4 0 sur l'invocation des saints; Ö O sur 
la nless
, tclles qu'eUes sont enseignées avec une sonve- 
rainp alltorité par 1'Ég1ise de Ronle , mais seulement df' 
e
rtaines pratiques et opinions répntée
 absurdes par I
s 
.")alho1it]ne
 rOlllains in
trnits non o1oins que par nous- 
Jnrmps. En outre on) aOìrnle que la déclaration qui prp- 
rèdr les 
rlicles, en supposant qn' eUe soit de quelque au- 
torité, sanelionne 'celte manièrp de les interpréter, en Cp 
qu'on les en tend ainsi dans leur sens littéral et gralnma- 
tiral, rt fJU' 011 nc leur attribur aucune nouvelle significa- 
tion. II nons senlble en conséqueoce que ce traité tend à 
:.donril' plus qne ne Ie demande ]a charité, ct au préju- 
dice de la pure vérité (1c l'Évaugile, les très"graves diffé- 
rences qui séparent l'E
.dise de ROfi1e de la nôtre, et qn.il 
I'<,ut rhl'anler la confiance deg personncs )1('11 ycr- 



::JU
 J 


sées dans le cal'actère 
cJ'iptural des forrnu1aires òe foi 
IJfCScrits par I'Église anglicalle ct tic son enseigue- 
lllent. 
c 
ous ll'IJésÎtOllS pas à reconnaître la }iberté pour cha- 
cun d'interpréter les formulaires de notre Eglise, liberté 
revendiqnée et défendue par une foule de ses é\'êques les 
plus illstruils et de 
es plus éminents théologiens. 
fai:) Ie 
traité dont nous parlous soutient des opinions nouvelles 
et étranges sur la sphère mêrne dans laqueHe pent s'exer- 
eel' cette liberlé. En eifet, si nons conlprenons bien ce 
qu'a voulu dire l' écrivain, DOUS ne voyons pas queUes ga- 
ranties nous resteraient, dans Ie cas où ses opinions 
seraient généralement admises, contre I'invasion des 
doctrines et des pratiqnes Ie plus manifesteo1ent erro- 
nées de I'Église ùe Ronle que l' on poul'rait Iu'êcher 
du ha ut des chaires de nos académies et de nos églises. 
c 
ous osonsdonc VOllS prier de rétléchir sur l'inconve- 
nance qu'il y a à trailer de pareiUes questions dalJs un 
ouvrage anonyme, et \'ous exprinler notre espoir qu'il 
vous sera permis de rendre public Ie non1 de l'écrivain. 
En considérant combicn grave et solennel est Ie sujel de 
)a discussion, nons ne pouvon:s nous enlpêcher de croirc 
(Iue I'Église et l'Ulliversilé ont quelque droit de connaÎlre 
la personne, autre que l'imprimeul' et l' édilenr, qui ,ou- 
dra répondre des choses qui se lrouvent cOlltenues t.1ans 
Ie Traité. 
( .NOliS 
omnles, 
loJlsieur, elc. 


( T. T. CllURl'Oi'4, vice-présiden( et profe:oof,cur an 
colh
gc de Bra
enose. 



:ï10 


c H. B. 'VILSON, ùoyen des professeurs du col 
lêge de Saint-Jean. 
(( JEAN GRIFFITHS, professenr du cullégc \, ad.. 
ham. 
(A. 
. T AIT, doyen des professeul's till collégc 
ßalliol. J 


1\1. 
e" nlan ue s' eH'raya pas òe ce lllenaçaul défi, el sans 
délai íl adl'essa à un tie ses amis, Ie docteur Jelph, cha- 
noine anglican, une lettl'e dans laquellc nOll-seulement it 
se déclarû l'auteur dn Traité, mais en défend encore les 
doctrines avec autant de franchise que de courage. II cst 
vrai flue dans celte leUl'e it proteste, ouvcrlen1ent et à 
plusieurs reprises, ne point appronver l' cnseignement 
ACTUEL ùe rÉglise de l
ome, enscignelnent qu'oll doit 
faire résulter, scIon lui, nOll-seulement de ses décrets et 
de ses canons, mais encore de ses actes et des pratiques 
sanctionnées par e]le ; illaisse enfin échapper des paroles 
illjurieuses contre notre sainte et unique }:glise de Jésus- 
Christ, disant qu' elle cherche à substituer au pur Eyangile 
du Rédenlpteur un autre Eyangile tout humain et remp1i 
{l'usagcs condanlnables. II fant attribuer ces paroles 
anlères 
t I'habitude inyétél'ée de juger les praliques reJi- 
gieuses des catholiqnes, non d'3près les intentions droites 
a"ec lesquelles nous nous 
 soulnettons, non d 'après la 
juste fin Vf\fS laquellc nOlls les dirigcons; mais d'après les 
iuterprétations chirnériques et gratuires que sc plaÎt à 
inventer I'irnagination protestanle. 
Cependant, à côté de ces allégations fal1sscs, cl disons. 



:; t I 


Ie franchement, calOlnnieuscs, sc tl'ouve un avcu si beau, 
si sincère et si éloquent ùe la gran de ct traoquillc ascen- 
sion du catholicisnle dans tontes les parties tlu monde, et 
surtout en ..\ngleterre , que nons ne pouvons nons empê- 
cher dè Ie retraceI' ici. 
<< Et, en eifet, ditlc révél'entl Ne,vßlan dans sa leUre 
au docteur JeJph , il Y a en cc mOlIlPnt, dans notre églisc 
(anglicane), une extraorJinaire inlPlllsion qui porte les 
esprits re1igieux ,'ers quelque chose de plus profond et 
de plus "rai que ce qui suffisait au sièc1e passé. J'ai 80U- 
lellll et j e souticndrai toujours qu' on ne pent rendre 
raison de ce fait, en l'assimilant aux mouvements partiels 
des individus vel'S un but particulier. II y a déjà quelques 
années que ]es poëtes et les philosophes de cette époquc 
rendent ténloignage de cc phéno111ène. Ces grands 
hommes, qui ont tant illnstl'é noIre liuérature, sir \Yaltcr 
Scott, \V ordsworLh el Coleridge, chacun à sa manière et 
à quelql1c systèlne ecc\ésiaSli(lue qu'il apparlînt, atteslent 
néanlnoins tour à tour ce fait dout Alexandre I\nox , en 
lrlanòe, téIlloigne ù 'unc Inanièrc adn1irable; Irving en 
c
t une autre preuve. Le siècle tcnd vel'S je nc sais quel 
inconnu; e1, par extraordinaire, la seule coollnunion 
religieuse qui, dans Ie COUI'S de ces derllières années , se 
soit moutrée parnÜ nous (en .Angleterre) en possession 
òe eel inconuu, C'EST L'ÉGI,ISE DE R03IE. ELI.E SEDLE, rnal- 
gré ses erreurs et les inconvénients ùe son système pra- 
tique, a donné un libre ct régulier 
 dévcioppemelll au
 
sentiments intimes d'atloration, de n1)"sticislnc, de len- 
dressc, de ré\'érence, de dévotion, c1 à tant ù'autrc8, qui 
se pcu\'cul apVe1cl' plus spécialcIrlcnt caiho'i(PlC
,) 



31
 



olre cæul' ne peut s' empêcher de res
entir une illlinlc 
joie, en ,'oyant un houllne en butte l\ l'aveuglc Inalveil. 
lance ùes anglic3ns irrités avoir Ie noble courage de 
prononcel' à la face du monde un pareil aveu. Nous nous 
en félicitons, non-seulelnent dans Ie secret ùe notre cæUf, 
Dlais encore avec lui , parce lJue nous avons respoir, et 
eet espoir ne sera pas vain, ùe Ie ,'oir abordcl' au port du 
::;alut avec ses vénérablcs cOlllpagnons , lorsqu'il plaira au 
Seigneur de faire descendre sur leur intelligence les rayons 
de la lumièrc surnaturellc et de plus ßloandes clartés. 
Et puisque nous parlons de l'affaihlissement des pré- 
jugés anti-calho1iques ÇhCl les puseyistcs, voici un autre 
fait qui l1lérite bien d'être rapporté. II s' est élevé, iI y a 
tluclque telHpS, dans la ville de Brighton en Angleterrc, 
une contl'o'"erse entre ùeux prédicateul's protestants. L'un 
cst nn cetrain 
I. Adùi:,on, ,'icaire ÙU cUl'é protestant de 
Ja 1l0u\"cl1céglisc tie Saint.Pierrc en celle "HIe; il est zélé 
þal'lisall tics tloclrines ùe l' écolc puseJistc et en consé- 
tluel1cc adll1iraleul' ùe8 T1"ailés ]Jollr les lCJJlpS préSe1l1So 
II avail cOffilncDcé une sél'ie de confércnces rcligieuses, 
dans Ie but de dén10ntrer que l'f:glisc catholique rOlllaine 
n' est puint r Anteclu'ist (ainsi que Ie croient sotten1ellt les 
protestants entèlés); mais qu' eUe est au cuntraire I'Églisc 
légilime ll
 Jésus-Christ, dont I'Églisc angticane n'est 
(IU 'uue déi'ivatioll, purgée, à la vérité, des erreurs que rOB 
suppu
e toujuurs exi:ster danb I'Ég1ise de ROllle. Ses dis- 
tours firent betlucoup d'ioJþression, et Cè résultat engagea 
un autre Ininistre protestant, f\1. Sortain, à entreprelldre 
de sou tôté une buite de conferences, pour prouvcr Ie 
cuulriAiH', c'r
\ à.(\irc. 'IHC rI
gli
c ca\hQli'I"C (':j\ rAlItc. 




t:> 


chri
t. )lai
 lai
8ons-Ie aLo
 èr à S011 aise. Constaton
 
senlement qu'un prêtre orJonné, seton Ie rite de l'Église 
anglicane, a pu secouer Ie joug dll respect hUlnain au 
point de prendre du haut de sa chaire la òéfellse de 
I'Égtise catholique, que l'Egtise anglicane a condamnéc 
et luauùite comme blasphénlatrice et idolåtre. On ne 
peut douter que I'intelltion òu célèbre professeur Pusey 
De soit d'alnener, si ses forces ct celles de ses partisans 
sufn
ent à pareille æuvre, la réunion des deux Eglises 
rOlnaine et anglicanc. Parton t oì. se tron ve un ministre 
protestant, altaché à ]a nou\'elle école puseyiste , on voit 
briller les cierge8 sur les autels des églises; I' amen se 
chanle à la fin des prières avec accompagnelnent d' orgues; 
enfin l'OD donne, de l'autel, l'absolutioll au peuple avant 
qu'ilnc s'approche pour participer au festin de l'Eucha- 
ristie, suivant Ie rite accoulußlé. Ce soot là sans doute des 

ißlles qui annoncellt ùes ten1ps nou\'eaux, et qui aUestellt 
dans l' élile du clergé anglican LIne propension mer\'eil- 
Jeuse et tonte IJourelJe à rentrer dans runiyerselle et ca- 
tholique unité de la fañ1ille chrétienue. II seolble que Ie 
Seigneur se sou,'ienne de ses antiques miséricordes à 
1'égard de cette île , et que sous l'admirable direction de 
la Providence, it nous soit perOl!S d'attendre de grands 
événements. 
lV OVllS jà1JJ. nascil1u. ol'clo. 
Ici se tern1ine l'article de l'abbé de Luca sur Ie tl'aité 
qualre.,'ingt.dixième. 
lais depuis fIU'il a puLlié ccs 
lignes, Ie savant théologien, auteur de ce trailé, a douué 
uue nou\'clle vreu\'e ùe sa hardíc::)
e, ct surtout ùe sa 
I'
\l'rì.titc bUl1llc f'oj. 



:>I.t 


L Angleterre a été ténloin d'Ull 3cte tie réparation qui, 
ßlalgré son caractère isolé, indivitluel , présenle COllllllC 
lnl syn1ùole précurseur de la conduite que tiendra I'Eglise 
anglicane dans un avenir plus on 1l10ins rapproché de 
nous. L'autcur du dernier ttact a l'étracté par la voie des 
journaux lout ce (In'il a publié contrc I'Eglise de ROllle. 

I. Ne"lnan avail entcndu sans dontc les objections <<Iu' on 
nons 3 fl'écluemmcut adressées à nous - Jnên1CS quand 
nous avons parlé dll retour dc I'Angleterre au çatholi. 
cisnlC. Quc pent-on altcndre, nous a-t-on dil sou\"ent, 
d'honunes dont les ou,'ragcs fourmillent de propositions 
calomnicnscs et injuricuses pour le rcprésental1t de Jésus- 
Christ, les doctrines de I'Eglise, les pratiqnes qu'cHe 
prcscrit? Quand, par cxem pIe, ]' é\'êque d'Oxfon] a dit 
quc Ronlc ::n ail des réfornles à opérer 3\ ant qu'une 
réunion avee rEglise d' Ang}cterre de\'Înt possible, on 
s' cst demandé avec inquiélude dc quelIes réformcs Ie 
prélat voulait parler et comlnent I'Eglisc à qui Ie Sauveur 
du lllonde a pl'omis I Ïnfaillil>ilité pourrail jalnais transi- 
bcr sur la ,"érité. On a \"u ùans les propositions crronées 
des théulogicns anglicans et dans les prétentiollð de 
leurs é\'èques des obstacles qui dcyaient à jamais s'op- 
poser à la réalisation ùe douees espérances. l\lais nous 
craignons que, dans ces craintes, l' on ait tl'Op perdu de 
vue les variations que les opinions de ccs hommes én1i- 
ncnts out graclucllen1cnt sui vies dcpuis quelques années, 
,'ariations Jont chacune laissc en arrièrc qnel<luc 13111- 
heau d'erreur, l\ n1esure que 1a yérité se dé\"oile à eux. 
l)our not.re part, sails nons préoccuper des erreurs et des 
illusions que nourrit'scnl encore les puseyislcs, nons a\'OHb 



31ä 


constaté l'imolenSe progrès qu'ils out fait faire à l' église 
3ng1icane dans la voie d'Ull rapprochenlent. NOlls aYOHS 
dit qu'on leur devait l'anéantisselnent d'une Coule de pré- 
jugés absurdes; qu'ils avaient répudié plusieurs erreurs 
introduites dans leur Eglise par Ie protestanisme, et qu'ils 
travaillaient à réforn1er I' opinion sur les prétendus biell- 
fails qui ont sui vi I'apostasie de I' Angleterl'e. 
Il y avait évidemment dans ce changenlent soudain de 
dispositions et de sentiments de la part d'un établisseu1ent 
protestant, de justes motifs de joie et d' espéranCß, quand 
surtout il exprimait, par l'organe de ses membres les 
plus éminents, Ie désir de rentrer en communion avec 
J'Eglise dont il a\'ait été si longten1ps séparé. 
On cornprendra que, dans ces circonstances, nous atta- 
chions une grande importance à la dérnarche faite par 
1\1. Ne,vrnan. Sa position dans l'Eglise anglicane, SOil in- 
fluence dans l'Université d'üxford, donnent à la rétrac- 
tation qu'il a publiée un caractère d' une haute signification. 
1\1. Ne,vman a relevé dans ses oll\'rages et ses divers 
écrits toutes les propositions nla1sonllantes pour ùes 
oreilles calholiques. Dans un travail qui a pour titre: 
Ly,'a apostolica, il disait de l"Eglise romaine que 
c' était une Eglise perdue. Dans un ouvrage sur les 
3riens, il parlait de I' aposlasle papale. II avait déclaré, 
dans les Tracts (or the 1'imes, que ROJne est /zéréli- 
que; qu' eUe avail apostasié à l' époqlle du conciLe de 
Trenle; que La communion 1'01naine s' était liée à 
perpétuité à La cause de L'Antechrist; qu' cUe avail 
sllbstitllé Ie 1nensonge à La vérité de Dieu; ({u'on 
devait la fui,. connne llne pestilence, etc. , etc, Nous 



:)11; 


fèl'ons rClnal'l}uer que les écrils d' où ces vhrases soul e\:- 
traitcs ne datent pas de ces dernières années; leur publi- 
cation renlollte à 1
3::;, 183-1:, 1837. 
Iais , quoique les 
ouvrages plus récents de l'illustre lllen1bre de l'Université 
d'Oxford soient pul's de pareilles souillnres, l'auteur n'a 
pas cru devoir laisser subsister ces passages dan
 ses 
æuvres, et illcs répudie aujoul'd'hui COlume des déclama- 
liuns insensées. 
. Si vous Ine JClnandez, nOlls dit 1\1. Ne"'ll1an, com.. 
Inent UD simple individu pent se pel'mettl'e non-senle- 
Dlent de penseI', ß)ais de publicI' de parcilles choses sur 
une comulunion si ancienlle, si I'épandue , et qui a pro- 
duit tant de saints, je répondrai par Ie langage lIne je Ine 
tenais à llloi-Inê.ne ; je lne djsais: c Ce ne sont pas roes 
c propres paroles que je fais entendre; je ne fais que 
(( sui\'re Ie sentiment (consenslls) des théologiells de mOil 
( Église. Us onl toujOlH'S parlé cn tcrlnes e"-trêlnelucnt 
( violents contre ROlne, sans en excepter Inên1e les p]us 
I distingués ct les 1,Ius savants d' entre eux. Je désire 
c adopter leur système. Quand je répète ce qu'ils ont 
. dit eux-mêmes, je suis en toute sûrelé. Dans noIre po- 
(C sition, elnbrasser lenrs ,.ues est chose presque néces- 
. sau'e. J 
c J'ai anssi, continue 
I. l\'e"-filan, des raisons de 
craindre que ce langage puisse être en grande partie 
altl'ibllé à un caractère ardent et à l' cspérance de voir Ina 
cOllduile apvrou\-ée par dC8 personncs liue je respectc. 
Je désirai
 en Inème telllps reponsser l'accusation de 
l\omanisIne, ) 
I. Ne\\"lnan a soin de déclarer cnsuite 



:-, r; 


qn'on ne sanrait ò(
duirc de res 3\'eux fJn'il I'étrac(p 
qnïJ a écrit en défensc fIe la doctrine anglicane. 
L'humble confession du savant théologien d'O
ford 
cst assez éloquenle par ellc.même pour que nons DOUS 
dispensions d' en rele,-er la valeur. II a fallu bien du cou- 
rage et nn courage surhumain pour braver par un actc 
aussi solennel les flots dïnjures et d'accusations qui s' é- 
lè\'ent de toutes parts en Angletel're contre les chefs du 
puseyisme et en particulier contre "auteur des Bernal'. 
qlles Sll1' quelques 1Jassages des trenlc-neuf articles. 
Depuis cet acte public , 
I. Ne,,-n13n a été signalé par 
ses adversaires comme rejctant avec tous les puseyistes 
Ja méthode qui ayail seryi de règle de foi nux protestants. 
L'école d'Oxford a été accusée de reconnaitre l'autorilé de 
la tradition; ct ce n 'est pas ici une simple aJlégation, repo- 
saul sur des on dit, car on cite les sources Oil elle est 
puisée; on nons indique les onvrages et les pages 011 nons 
pOl1vons vérifier r rxactitude des citations. 
1. 
e,vman 
dit, dans un de ses onvrages (N ell'nlau' s ICCI ures, 
page 527) : ( La Bible et la tradition catholiql1e fornlent 
ensemble une règIe de foi. " Ce même théologien a écrit, 
à la paf.!e :5 {.3 dn même ouvrage : f La Bible n'rst qu.un 
t10cunlpnt d'appel ; Ie nlaÎtre qui a autorité d'instruire Ips 
r hrrtiens, c. est la tradition catholique. . 
La déclal'alion faite dans le Tract üO par 
1. 
e"'man, 
(lU'il n'existe point de raison pour que I'Église ang1icane, 
quanl à ce qui tOllche ses (Ol'l1lulail'és, regarde les dé.. 
crets du saint conci1e de Trente comme nn obstacle à la 
réunion des deux Églises, a été reproduite dans une fouIe 
fIe puhHcations falles {lans Ie 111l'ffiC bnl. Enf' cst acloptée 



;)tS 


pal' d'auh'es homnles dislingués du clergé anglican, qui 
en ont entrepris la défense. De ce non1bre sont 1\1. 'Yard, 
nn des hOlnmes les plus savants du collége de llalliol, à 
Oxford , 
I. Ie doctcur Pusey, 
1. Oakley, chanoine de 
la cathéùrale de LichficlJ, minisll'e ùoué ùe remarquablcs 
talents et d'une piélé non moins granùe, et plusieurs 
autres encore, dont ]es noms scront un jour célèbres 
d'une extrémilé de l'Europe à l'autre, pour avoir con- 
tribué à cette grande et belle æuvre de la rénnion de 
l' Angleterre à la saiute Église calholique, apostolique 
et romaine. 
Ainsi qu'on l'a vu par la protestation signée en faveur 
du docteur Pusey, à l' occasion ùe ]a suspension dont l' a 
frappé Ie ,'ice-chancelier, les puse)'istes comptent dans 
leurs rangs des bommes po1itiques én1inenls, tels que 
lord Dangannoll, lord Courteu3Y, 
1. Coleridge, JI. Glad- 
slone, ministre actuel du commerce, l'un des homn1es les 
plus distingués du parti conservateur. L'I
glise allglicane 
l)Ossède en :\1. Gladstone un chand défenseur de ses pré- 
rogatives. Tout Ie monde connaît ses savants écrits sur 
l' Éylise dans ses l'lappOl'ts avec l' État et les Pl'incipes 
de l' Église allglicane cOllsidérés dallS leurs l'1ésllltat
. 
Le président du bureau ùe COlllll1erce ne comprend ce- 
pendant point les intérêts de l'étaIJlissement anglican 
comn1e quelques-uns de ses collèglles, car illnarche à la 
tête d t1 parti pllseyisl C . 

t. Gladstone, aujourd'hui rcprésentant de Ne\Varli, est 
tils d'un riche négociant de Liverpool, parvenu, d'nne 
position obscure, à être un des plus opulents comn1erçants 
de )' Angleterre. II a fait partie dn cabinet de 1831 conln1e 



:;tn 


lorù de la trésol'erie, et subséqneillmenl en qualilé de 
sous-secrétaire au déparlement des colonies, 
Les puhlicistes anglais revenJiquent t\ juste litre dan
 
)1. Glaùstone une ùe leurs illustl'ations, ct nous ne 
au- 
rions dissimuler qu'il occupe nne place avantageuse, à la 
chamhre des comn1unes, parnìÏ les orateurs de seconcl 
orùre. 
Après la suppression ùe
 Tracts (oj' the Tiules, pa- 
rut un petit traité ayant pour titre: Un T1'aité de IJlus, 
par un laïque (One Tract 11101'e by a lag/nan), qui 
avait pour but d' exposer la ,'éritable situation de la non... 
yeUe école. Ce traité a été allribué à 
L Gladstone, qui 
en est généralemcnt regarùé conlme ('auteur. Cet écrit 
nous a fonrni des renseignements utiles; nous l'avon
 
cilé plnsieurs fois en parlant de I'Église anglicanc et des 
di\'isions qui existent entre ses D1en1bres. 




CHAPITRE XI. 


--- 


S0313IAIRE. 


Les doctrines de l'école ang1o-cathoJique. - Déclaration d'un 
membre de rUniversité d'Üxford au nom de ses coUègues. - 
AUlhenlidlé de cette pièce. - Aveux d'un ministre anglican. 
- Appel au gou\'ernement contre la suprématie de I'Église angli- 
cane cn lrlande et en Angleterre. - Dans l'Église anglicaue, 
l'Évanßile cède, de par la loi, devant les actes du parlfament, 


La fermentation religieuse à laquelle r Angleterre était 
en proie , ne tarda pas à fixer )'attention de l'Europe. La 
France et l' Allemagne se préoccupèrent vivement de Ja 
révolution morale qui s' opérait au-delà de la 
Ianche. On 
recherchait avec curiosité tous les récits où l' on pouvait 
puiser quelques renseignements sur les véritables ten- 
dances des lhéologiens anglicans. 
Plusieurs feuilles du continent, dans Ie désir de satis- 
!l 



322 


faire à cette curiosité, publièrent de prétendues corres- 
pondances, Ie plus souvent puisées dans des feuilles an- 
glaises hostiles aux disciples du docteur Pusey. Ces 
correspondances présentaient, Ie plus sou vent , sons un 
faux jour les faits qu'elles enregistraieot et sur lesquels 
elles se livraient à deg commentaires perfides. Les mem- 
bres de I'Universitr sentaient )a nécessité de dissiper les 
doules que des rapports contradictoires faisaient naitre 
de tontes parts, et, dans Ie but de fixer l'opinion atten- 
tive et la curiosité générale, un membre de I'Université 
adressa à un journal de Paris (1) une lettre dans laquelle 
it exposait les sentiments de l' école d'Üxford. Cette lettre 
est un document d'une trop grande importance dans 
I'histoire du puseyisme pour que nous ne la reprodui- 
sions pas en entier. ta voici (2) : 


. Oxford, Ie dimanche de la Passion, 1841. 


. AloNSIEVR, 
. La charité que vous avez .toujours montrée envers l'É- 
g1ise ang1icane me fait croire que yons ne refuserez pas 


(I) Ce journal est rUl1iven; c'est la seule feuille quolidienne 
qui jnsqu'à ce jour ait entrelcnu ses lecteurs a\'ec suite et exacti- 
tude de la siruation ùu catholicisme en Angleterre et du tra,'ail 
religieux de l'Église anglicane. II est vrai que cette question est 
naLurellement au 1l001lbre de celles ùont doive s'occuper ce journal, 
généra
ement regardé comme l'organe Ie plus fidèlc et Ie défeuseur 
Ie plus intrépidc qu'aient en Europe les catholiques. 
(2) CeLte leure ayanL été écrite en frallçais, telle que nous la 
publions, on n'a pas à craindre l'invoiontaire infidélité de Ia tra- 
duction. 



323 


de donner place dans votre journal catholique à la lettre 
d'un des enfants de cette Eglise aflligée qui a bu jusqu'à 
la lie cette coupe an1ère qui est maintenant Ie partage de 
toutes les églises du Christ. Les yeux de toute la chré- 
tienté sont en ce mon1ent tournés vel'S l' Angleterre, si long- 
temps séparée du reste de l'Europe catholique; partout 
s'est éle\'é un presscntiment que l'heure de la réunion est 
3rrivée, ct que ceUe He, jadissi ferlile en saints, va encore 
pousser de nouveaux fl'uils dignes dcs nlarlyrs qui ront 
arrosée de leur sang. El vraitne:lt ce pressenliment u'est 
pas sans raison, comme je vais vous Ie proD fer par Ie ré. 
cit de ce qui se passe en ce IJIOIllcnt à rUni\"cl'silé d'Ox- 
ford. Cc récit e3t tl'autant plus important, q'le cèlte Ulli- 
versité est vraiment Ie cætlr de l'Égtise ang1icane , dont 
les palpitations font lressaillit' les membres les plus reculés 
de ce grand corps. Le but unique que je me propose est 
de "ous donner une idée juste de la position où se trouve 
maintenant l'Église anglicane, aGn que les calholiques 
français puissent prendre part aux élnotions de nos âmes. 
Et je ne crois pas qu'il soit possible de vous en donner 
une idée approfondie autl'ement que par Ie moyen d'une 
exposition d'un petit traité qui a paru dernièrement. Je 
ne me flatte pas que vous allez approuver toutes les opi- 
nions que je vais vons exposer', ct je ne préten(ls pas les 
défendre ; je n' en suis que l'hislorien et non pas l' auteur. 
c Un de nos théologiens, jI. Ne,vman, a puhlié il y a pen 
de jours Ie numét'o 90 des trailés pOll]' ips temps pré- 
Bents, dans lequel il prétend dérnonlrer qne I'Eglise de 
Rome n'est tombée en aucune elTèur formelle au concile 
de Trente, que les invocations des saints ( par exemple 


. 



324 


r ora pro nobis), Ie purgatoire ella primauté du Saint- 
Siége de Rome ne sont nune
cnt contraires aux traditions 
cath01iques, ni même à nos formulaires autorisés; enfin, 
que Ie dogme de la transsuhstantiation ne doit pas être un 
obstacle à la réunion des Egliscs, parce que sur eet arti- 
cle il n'y a qu'une différence verbale. En rnême temps, 
il n'est qne pen satisfait de nos 59 articles, quoiqu'il son- 
ticnnc partont que la providence de Dietl a empêché les 
réfoflllatcurs d'J insérer ouverlelnenl les dogmes protes- 
tanls auxquels ils n'ét3ient que trop attachés. Bien que, 
se10n Illi , ces articles soient susceptibles dOnne intcrpré- 
tation catholique, cepcndant illcs regarde comrnc un 
fardeau que Dieu dans sa colère, pour les péchés de nos 
aneêtres, nous a imposé, comrne une chaine qu'il faut 
bien porter jusqu'à ce que nous soyons dig-nes d'en être 
délivrés. V ous sentirez, l\lonsienr, toute lïmportance de 
ces opinions, et d'autant plus que ce ne soot pas les opi- 
nions d'un théologien iso!é. Je puis vous assurer que tan- 
dis qu'une opposition s'élevait de la part des D}embres les 
plus âgés de l'Université (comme on pouvait bien s'y at- 
tendre, puisqu'ils ont \lécu sons Ie système du dix-hui- 
tième sièele), cette mème opposition me donna lieu d'ob- 
server que même les plus l110dérés ùu parti catholique , 
à Oxford, élaient prêts à soutenir I 'auteur du traité. 
c V ous voyez done, :\Ionsieur, que rhulnilité, la pre- 
mière condition de tonte réforme saine, ne no us manque 
pas; nous sommes pen satisfails de notre position; no us 
gén1Ïssons des péchés quc comnlirent nos ancêlres en se 
séparant ùu rnonùe ca\hoJiqlJe; nous éprou\Tons un désir 
brûlant de nous réunir à nos fl'ères; nons airnons d'Ul1 



325 


aillour sans feinte Ie Siége aposlolique, que nous recon- 
naissons êlre Ie c.hef de la Chrétienlé, et d'autant plus 
qne I'Église de ROlne est noIre mère, qui en\'oya de son 
sein Ie bienheureux saint Augustin nons apporter sa foi 
inébranlable. Nous reconnaissons encore que ce ne sont 
pas nos formulaires, ni même Ie concile de Trente, qui 
nous empêchent ùe nous y réunir. Après toutes ces 
concessions, vous pouvez bien me demander = Pourquoi 
donc ne venez-vous pas nous rejoindre? Qu'est-ce qui 
vous en empêcherait? Vos fornHI1aires? 
Jais, à ce que 
vous prétendez, vous ne les regardez pas d'un reiI trop 
favorable. Les nôtres? 
Iais, selon vous, i1s ne conliennent 
aucune erreur. 
Ia réponse à cette question va vous dé.. 
velopper encore plus clairement noire p05ition présente. 
Premièrement, j\lonsieur, tan<1is que )1. Ne,vman s'ex- 
prime ainsi neltement sur la pureté des formulaires au- 
torisés par l'Eg1ise de Rome, il distingue toujours entre 
Ie système du cODcile de Trenle, et un autre s)"stème 
qui existe dans celte Église. Tandis qu'il rend gråces à 
Dieu de ce qu'il a préservé Ie concile de tOIHe erreur for- 
mene en malière de foi, en même temps il soutient qu g en 
n1atière de pratique iI y a des corruptions dans l'Églisc 
contre lesquelles Ie concile même élè\'e la voix, mais 
qui néanmoins y existent encore, ct qui réclament haute- 
ment une réforme. Je pourrai, à qlielque époque future, 
VOllS donneI' un exlrait tiré ùes écrils de ce savant Ihéo- 
logien, qui vous meUra plus à même de vous former une 
idée précise de ses opinions. En attendant, je traduirai 
que!qnes-unes de scs expressions, qui serviront à éc1air.. 
cir ce quej'ai dit. D.un CÔlé, il avance que, mnlgré tOll(e
 



326 


les er7 1 eurs de son syslème pJ'utique, iL n'y a que l' E- 
glise de Borne qui ail dOllné fibre COU1'S aux élnolions 
d'adoration, de myslèl'e, dc tClldl'esse, dc révércllce, 
de dévOlion cl aux aUI1"CS sC1l1iIJlenls dc ce gen1'e qu' on 
peul appeleJ' si entièrcJncnl catholiques. Cel homme, 
d'ailleurs, n 'a pas beaucouv ("air d'un IJrotestant. 
Iais 
dans Ie même ouvrage, it dit que, malgré eet épanche- 
ment de cæur, cet amour calholique qu'on y trouve, it y 
a cependant un élérnent non catholique qui e
iste Cll ma- 
tière de pratique, un s)"slème tradilionnel qui t
nd à sub. 
stituer à I'Evangile du Christ un autre évangile qui De 
lui appartient pas. II soutient tonjours que la théorie de 
l'Église est pure; cepcndant, d' après certains li\'res de 
dévotion trop généralement répandus, d'après les récils de 
plusieurs vo)"ageurs éclairés et tout à fait aITranchis du 
protestantisme vulgaire, it craint qu'il n'y ait un système 
autorisé, qui CD matière de pratique, aulicu de pré sen- 
ter à l' âJne du lJéchcUT la sainte Trinité, Ie ciel et 
l'enter, y subslitue la sainte Viel'ge, Les saints et Ie 
pllrgatoi1"e. II est vrai que tout ceci ne forme pas une 
partie essentielle de la foi de l'Église; cependant il avoue 
que Ie système réc1ame si hautement une réforme, qu'il 
serait impossible à l'Eg1ise anglicane de se jeter encore 
entre les bras de celie de Rome. 
e En second lieu, nous avons un devoir sacré à remplir 
envers les membres de nOlre Eglise. Nous De pouvons 
pas encore nous résoudre à croire que cette chère An- 
gleterre est dans la position où se trouvent les héréti- 
ques qui se glorifient du nom de Calvin et de Luther. 
Eh! 
Ionsieur, l'ordre épiscopal ne vaudrait-il pas en- 



527 
core quelque chose? Un roi sacritége a birn pu enlever 
des autels de Cantorbéry les ossemcnts sacrés de saint 
Thomas; mais cro
'cz-vous qu'il ait eu Ie pouvoir d'en 
chasseI' cette grande âme qui du haut de son trône dans 
le ciel veille toujours sur ce siége qu'il a illustré par sa 
vie et consacré par son sang? ADieu ne plaise que la 
lignée auguste de L3nfranc et d 'Anselme soit à jamais 
terminée! Si nous ne l'a\'ons pas con
ervée, eUe n'est plus, 
car certes vous ne direz pas que c' est vous qui en avez 
gardé la succession. 
c 11 n'y a pas d'arcbevêque in pa1,tibus de Cantorbéry 
ou de Y orl{, comme il y en a de Camb)'sopo1is ou de Siga. 
Ou bien direz-vous qu.au nl0111ent où l'arche\"êque a 
cessé d'être en con-lmunion avec Rome, il a aussi cessé 
d' exister? 
Iais permettez-moi de Caire ici un peu de sco- 
Iastique, et dfemprunter les terme$ dont se fût ser\'i ré- 
cole, afin de donneI' plus de précision à nos idées. La 
papauté, selon nous, est plutôt la forme accidentelle 
que la forme e
sentielle de I'Égtise, c' est-å-dire eUe res- 
semble p]utôt à la chaleur qu'à la vie de rÉglise. L'ab- 
sence de la chaleur est une Inarque de malarlie; sans 
eIle, les membres sans vigueur se trainent tristement, 
les fonctions de la vie languissent; cependant )a vie peut 
y exisler encore. Ainsi l'union avec Ie pape est un résul- 
tat nécessaire de la santé parfaile d'llne Eglise; Ie retran- 
chement de cette union est une preuve que tout n'y va 
pas bien; c' est un symptôme de la présence de que1que 
nlaladie qui en ronge les entrailles; Ie sacerdoce y est 
souvent privé de quelqll"une de ses fonclions, et comnle, 
hé)as! ce n' est que trop cerlainement Je cas panni nous, 





8 


r épiscopat 
' est assnjetti anx puissances de ce mondè. 
Cependant la vie, c"cst-à-dire ressence de I'Église n"y est 
pas encore éteinte. 
ous avons donc encore un devoir en- 
vel's nos frères. II y a, en ce moment-ci, dans I'Eglise 
anglicane une roule de personnes qui balancent entre Ie 
protcstantisme et Ie catholicisme, et qui néanmoins re- 
pousscraient avec horreur l'idée même d'une réunion 
avec ROlne. Les préjngés protestants, qui ont pendant 
l'cspace ùe 300 ans infecté noire Église , y sont malheu- 
reusement trop profondément enracinés pour en être ex- 
tirpés sans beancoup de ménagenlent. Il raut done offrir 
à Dieu en sacrifice ce désir ardent qui nous dévore de 
l'evoir I'unité parfaite de l'Église du Christ. Il faut sup- 
porter encore Ie \'ide terrible que met dans nos cæurs 
risolemeut de notre Église, el rester h'anquilles jusqu'à 
ce qu'il plaise à Dieu de convertir les cæurs de nos con. 
frèrcs anglicans, surtout de nos saints pères, les é\'êques. 

ous SOlnOles destinés, fen suis persuadé, à ramener 
plusieurs des brebis errantes à la connaissance de la vé- 
rité. En eeret, Ie progrès des opinions catholiques en 
Angleterre, pendant les sept dernières années, est si in- 
concevable, que nulle espérance ne doit paraître extra- 
,-aganle. Tenons-nous donc en repos pour quelques an- 
nées , j usq u'å ce que (Dieu Ie veuille ainsi !) les oreilles 
des .Anglais soient aecoutumées à entendre prononcer 
a"ec révél'ence Ie nom de Rome; au bout de ce terme 
vous "errez bien Ie fruit de notre patience. 
c 
Iais de plus, l\lonsieur, j' ose Ie dire, nous avons en- 
core un devoir sacré à remplir envers Rome. Loin de 
DOUS soit ce protestanti
nle vulgaire qui ose ouvrit. sa 



32H 


bouche profane, et profél"er des calomnies eontre Ie siége 
de saint Pierre. Qui, si une fois on était parvenu à me 
persuader que I'Esprit de Dieu a quillé l'Église de Rome, 
je croirais en même temps que Ie christianisme va s'é- 
teindre dans tonte la terre. Cependant nous aulres, 
Anglais , ne pouvons ouvrir les yeux sans voir autour de 
nous un système qui, au nom du catholicisme romain, 
s'unil à nos schismatiques, paraît partout en Irlan
e et en 
Angleterre comme Ie principe de la sédition, et s'efforce 
par des supercheries et des représentations équivoques 
de détacher de nous les membres de notre Église. Par- 
donnez-moi si , avec la plus vive douleur, j'ose encore, 
aussi tendrenlent que cela rn' est possible, décou\'rir les 
plaies de ma mère et en gémir. II ßle semble qu' en An- 
gleterre les bons calholiques romains, eux-n1êmes, lie 
peu\"cnt êlre a\'euglés sur l'élat où se trOll\'e main tenant 
leur Église , du moins dans les ites Brilanniques. lis ne 
peuvent que regretter eel esprit de politiql1e mondaine 
qui unit les chefs de leur parLi à un ministère qui tolère 
toutes les religions également , parce qu'illes hait toutes 
également , qui ne protége les catholiques romains que 
parce qu'il les regarde comme une de ces sectes qui tra- 
vaillent à la destruction de I'Église anglicane. C'est pilié 
de voir que ]es catholiques rornains sont mis dans la même 
catégorie que les mélhodistes, les qnakers, les indépen- 
dants et même que les sociniens, et fJu.en même temps 
ils ne rougissent pas de se servir des 3'"antages que leur 
présenle eet arrangement impie. 
Iais tandis qu .une partie 
des catholiques romains en Angleterre détestent ce sys- 
tème funeste, je ne crois pas que les cathoJiques français 



5
O 


Ie regardent avec tonte \'horreur qu'il mérite. II raut 
avouer que ma surprise fut bien grande de trou\'er dans 
les ouvrages d'uß écrivain français, dont Ie nom ne doit 
jamais être prononcé par un calholiquc sans Ie plns grand 
respect, une comparaison entre Ie grand Agitateur eL 
saint Thomas de Cantorbery. 
Ia surprise ne Cut pas 
moindre de trou vel' un éloge du même personnage dans 
les ouvrages d'un auteur dont la voix a trouvé un écho 
dans les cæurs de plusieurs de ees Anglais qui tournent 
déjà un regard d'amour vel'S la religion de leurs pères. 
Béni soit à jamais ce]ui qui nous a appris à eonnaître et 
à aimcr la chère sainte Élisabcth ; béni soil celui qui nons 
a montré une image fidète de ees sièeles de foi, image 
d'autant plus ehère que cette foi si simple, cetle foi d'en- 
fant s' est envolée au eiel, et ne nous a laissé que la foi 
ùes pénitents, qui se frappent la poitrine et regrettellt les 
années qu'ils ont à jamais perdues. Si eet auteur eonnais- 
sait Ie systènle d'iniqui té qui désole 1'lrlande, certes, il 
n'en aurait pas loné Ie chef dans son Traité Slll
 Ie van- 
dalislne et Le catholicislne dans tart. Je ne nie pas 
que l' Ang1eterrc ait exercé une tyrannie affreuse contre 
I'lrlandc; mais, d'un autre côté, je suis bien sûr que si 
les auteurs dont j'ai parlé eussent eonsidéré la foule de 
mécréans, de sehismatiques et de séditieux à laquelle s.est 
allié un varti qui s'appelle eatho1ique rOffiain en Angle- 
terre, i1s eflaceraient Ie nom du démagogue qui en est Ie 
chef de leurs pages, si rem plies de pureté et de religion. 
Je Ie répète done, nous avons un devoir saeré à remplir 
envers l'Église de Rome : il faut la désabuser de eet 
aveuglenlcnt funeste qui la mène à se tier à un bras de 



351 


chair, à s'appu)"er sur un roseau qui va plier sous elle, 
et enfin lui percer la main. 
f Permettez-moi de \'OUS offrir en conc1usion une on 
deux rernarques. Permettez-moi de vans indiquer un 
moyen sûr de réunir l' Anglcterre à )'Église de Rome, 
mo
'en que fappelle irrésistible. Que les calholiques ro- 
mains en Angleterre travaillent à se réformer eux-mêmes ; 
qu'ils rompent les )jens de politi que mondaine qui les 
unissent à nos schismatiqnes; qu ïls cessent de favoriser 
la sédition et la trahison : ce ne sont pas les armes de 
l'Église; non, elle a vaincu Ie monde par les souffrances, 
par les jeûnes, par les prières. On nous apprend que deux 
ordres de moines viennent s' établir en Angleterre pour 
travailler à notre conversion. Eh bien! 
Ionsieur, qu'ils 
laissent à Dieu Ie soin de toucher nos coonrs; qu'ils s'ab. 
stiennent de ces efforts malheureux qui ont été faits 
contre la paix de nos troupeaux; qu'ils se gardent bien 
de tâcher de gagner les individliS. C'est un ou\'rage bien 
long, celui de ramasser une nation brio par brin, atome 
par atome. Je prétends leur montrer uo moyen de mois- 
sonner Ie rO)Taume en tier, et d'en enlasser les fruits dans 
. les greniers de I'Église. Qu'ils travaillent parmi les ca- 
thoJiques romains ; qu'ils nous présentent ce que nous 
D'avoDs pas parmi nous, l'image d'une Ëglise parfaite 
en discipline et en mæurs; qu' eUe soit chaste et beHe 
comme Ie doit être l'épouse divine de Jésus-Christ; qu'eHe 
chanle nuit et jour les Iouanges de son Sauveur, et que. 
même ses vêtements extérieurs soient éclatants, afin que 
Ie spectateur soit frappé d'admiration et se jetle à ses 
pieds, voyant c]airement en eUe la bien-aimée du Roi du 



35
 


ciel; qu'i1s ail1ent dans nos grandes viBes prêcher 
l'Évangile à cette popu
ace denli.païenne; qu'ils Inarchent 
nu.pieds; {Ju'ils se ceignent du sac; qu'ils portent la 
mortification écrite sur leur front; enfin, qu'il se trouve 
parmi eux un saint tel que Ie séraphin d' Assise, et Ie cæur 
de I' Anglelerre est déjà gagné. 
f Et ce grand cæor jadis si catholique, ce pduvre cæur 
si longtemps déchiré par la rigueur de sa propre vie 
épuisée en vains efforts pour cOlubler Ie vide affreux qui 
y règne, ne mérite-t-il pas quelques sacrifices de volre 
part, afin qu'il soit soulagé et guéri? 
c Oh ! f}u'il fut doux d'apprendre que nos frères catho- 
liques priaient pour nous. L'armée triomphante dans Ie 
ciel prie anssi pour nous. Elle a prié, j' en suis sûr, de- 
puis Ie commencen1ent de ces trois siècles de schismc et 
d'hérésie. Pourquoi les prières de saint Grégoire, de 
saint Augustin, de saint Thoß13S ne sont-eUes pas exan- 
cées? C' cst à cause de nos péchés, des péchés non.seule... 
ßlent de I' Anglelerre, mais aussi de Rome. .AlIons, raisons 
pénilence ensemble, et nous serons exaucés. Pendant ce 
saint temps où I 'Eg1ise se retire au fond de la solitude de 
son âme, suivant les pieds sanglants de son divin maître, 
poussé parfl' espl
it dans Ie dé sert, sachez que p1usieurs 
d'enlre nous tendent les mains nuitet jour vel'S Ie Seigneur, 
et lui demandent a\'ec sanglots de les réunir à leurs frères 
catholiques. Français! ne manquez pas de nous assister en 
ce saint exercice, el je suis persuadé qu'j} De se passera pas 
beaucoup de carêmes avant que nous chantioDs ensemble 
nos hymnes pascales dans ces accents sublimes dont s' est 

ervi pendant tant de sièclcs l' épouse divine du Christ. 



353 


Cette pièce est signée : 
. UN JEUNE }{EMBRE DE L 'UNIVERSITÉ D' OXFORD. . 


Des raisons que I'on devine aisénlent font que nous 
De pouvons donner ici Ie nom dn membre de l'Université 
d.Oxfùrd qui a écrit celie lettre. 
Iais nous pouvons en 
garantir la parfaite autbenticité. Nalls connaissons per- 
sonnellen1ent son auteur que nous avons en l'honneur de 
voir à Oxford en t842, et avec lequel nous nous sommes 
longuement entretenu des jugements divers portés sur 
celie letlre. 
Dès son apparition, des protestations nombreuses 
s'élevèrent. Du fond de l'AHemagne, un ministre anglican 
erut devoir écrire au journal français qui avait inséré 
cette pièce, pour en contester l"authenticité. II prétendit 
qu'elle n'avait pas été écrite par un Inembre de }'Uni\'er- 
sité, el que son auteur paraissait même ne pas appartenir 
à l'Eglise anglicane. Le jeune puseyiste répondit en gar- 
dant toujours l' anoliJme SOllS leque1 il s' était caché, sa 
position à Oxford ne )l1i permettallt pas de livreI' son nom 
au public. Plnsieurs feuilles catholiques de Londres émi- 
rent aussi des doutes sur la source de cet écrit. 
Iais taus 
ces doutes s'évanouissent aujourd'hui devant notre décla- 
ration formelle que ceUe 1eure est bien réellement écrite 
par un anglican, un membre de l'Uni versité, un jeune 
}lolnn1e que son expérience déjà mûre et sa science déjà 
profonrle appellent à occuper plus tard une place é01i- 
nente parn1i les calholiques enfanlS de l'Eglise anglicane. 
A vant de terminer, observons que la 1eure du rnemLre 
de rUniversité nous indique assez les causes qui retien- 



:)54 


nent encore, hélas! à la porte du hercail, !l01'S duquel 
it n'y a point de salllt, les chefs de cette antique et 
m31heureuse Eglise. Parmi ces causes, nous en relnar- 
quons trois principales: 1 0 La fausse persuasion où cer- 
tains livres de dévotion, cerlains récits ùe voyageurs ont 
Inis les théologiens dfOxford, qu' en matiè,'e de pratique, 
il y a au sein de l'Eglise romaine un systèlne traditioll- 
net et uutol'isé qui, au lieu de pl'ésellter à l' âlne du 
péchezn. la sainle 1'rinité, Ie ciel et l'enfer, y sub- 
stillie la saillte Viel'ge, les saints et Ie purgatoire. Le 
jour vicndra OÙ, sur ce point, rEglise anglicane lrtJuvera 
plus raisonnabte d'en croire I'Églisc romaine ellc-même, 
que des voyageurs lrompés par de vaines apparcnces, 
que des livres ou incomplets ou mal compris. Et com- 
ment parler du purgatoire, intermédiaire entre Ie ciel et 
l' enfer, sans parler du ciel et de r enfer ? comment parler 
des saints, sans parler de la sainte Trinilé, que les saints 
prient pour nous 1 comment parler de )a gloriellse Vierge 

Iarie, sans parler de la sainte Trinité, du PÈRE donl 

Iarie est la FiUe, du Fils dont l\larie est la 
Ière, du 
SAl
T-EsPRIT dont 'larie est l' épouse 1- 
2 0 Le second obstacle et Ie plus fort peut-être, croyons- 
nous, est dans Ie mouvement politique auquel un certain 
nombre de catholiques anglais, et 1'Irlande tout entière, 
sons la direction d'O'Connell, semblcnt s'associer. Ce 
n' est ici ni Ie temps ni Ie lieu de justifier I'lrlande et son 
illustre chef; qu'il nous 8utfise de dire qu'à nos yeux, ríen 
ne ressemble moins à I'anarchie, à la démagogie, à la 
sédition , que ces grands mouvements de tout un peuple 
qui respecte toujours les hornes légales, qui marche et 



35:S 


agit comnle un seu1 homme, obéissant à une senle voix: 

Iais quoi qu'il en soit de notre appréciation, de pareilles 
causes, variables et changeantes ùe leur nature, cesseront 
un jour avec les circonstances particulières qui les pro- 
duisent, et elles ne pellvent, ce nous semble, arrêler 
longtemps des hOlnmes accoutumés à juger des doctrines 
religieuses plutôt par leur propre fonds que par la con- 
duite que tiennent, dans l' ordre purement politique, une 
partie de ceux qui les professent. 
3 0 La troisième des raisons principales qui paraissent 
retenir encore les docteurs d'Oxford, est leur désir ardent 
de ramener avec cux I'Eglise allglicane tout enlière. 
Dieu, nous l' espérons fermenlent, bénira ce pieux ct 
saint désir; mais, en attendant que sa miséricorde Ie réa. 
lise, Dieu bénira également les efforts de ceux , prêtres, 
moines ou autres, qui, par la prière, Ie jeûne, la souf.. 
france, et aussi par la double prédication de l' action et 
de la parole, glanent péniblement, et une à une, des 
âmes dans Ie champ désolé, où d' autres recueilleront 
plus tard une si riche moisson. 
Nous ne voulons rien dire de ceUe distinction un pen 
subtile, entre la vie et la c/zaleu1' de l'Église, par la- 
queUe nos frères croient j ustifler leurs retards; peu 
instruits de leurs coutumes, du sens réel et de la portée 
qu'ils attachent à leurs formules, cø n' est point à nous 
à entamer avec eux une de ces pacifiques conlroverses 
par lesquelles des chrétiens de bonne foi cherchent mu- 
tuellement à s'éclairer. Nous ainlons bien mieux nous 
rendre à l'invitation qu'ils nous adressent de mêler nos 
prières à leurs prières. pour que la grâcc d' en haut 



33() 


achève l'æU\Te divine, déjà si visiLlenlclll et si nliracu.. 
1eusement con}mencée, de ce qu'ils appel1ent leur gnéri- 
son, de ce que nous appelons, nous, qu'ils nous permel- 
tent cette parole, leur résurreclion. 
Depuis longtemps la France pric avec ardenr, avec 
amour, pour sa noble sreur l'Angleterre; l'appel que 
reUe sæur fait à sa cbarité, par J'organe d'un de ses 
enfants les plus dévoués, sera entendu; la prière des 
deux nations lllontcra à la fois plus fervente, plus forte 
encore que jamais vel'S Ie trône du Christ; les anges et 
les apôtres gloricux des deux peuples r offrironl de COll- 
cert au Sauveur, et les jours de colère seront abrégés, 
et notre charité recevra aussi sa récompense, et, pour )a 
France com me ponr l' Angleterre, Ie jour de la miséricord e 
apparaitra. 
Que1ques mois 3près la publication de la lettre que nous 
donnons plus haut, un n1Ïnistre de I'Eglise ang1icane, 
professant les doctrines anglo-catholiques, faisait une 
profession de foi, qui trouye nalurellement sa place ici. 
Son auteur s' adrcssait à sir Robert Peel, ponr appeler 
son attention sur l' état religieux de r Angleterre ; iI écri- 
vait au moment Oil Ie resultat des élections de 18.f.t 
rendait imminente la chute du cabinet 
Ielbourne et l'ar- 
rivée des torics au pouvoir. Voici COlnment iI s'expri- 
mail: 


c.......................................... . 


II y a, nous dit-il, en Angleterre deux branches de 
l'Eg1ise calholique qne l'autol'ilé de I'Etat tient séparées: 
l'une cst la branche anglaise élahlie (ou, pOlll' pa1"/er 
corl'eClement, subjuguée pal' la loi), ella branche 1'0- 



3:>7 


maiue, perséculée par eUe. Et queUe autre cause pour... 
rions-nous assigner à cette séparation , si ce n' est I' op- 
pression et la tyrannie de fEtat, qui, depuis trois sièc1es, 
opprimant l'une cOlnme une esclave, et poursuivant 
l'autre comme nne ennemie, les tient séparées rune de 
l'autre et les empêche de se réunir à I' ombre du roc Ïln- 
mortel ? Nous la chercherions en ,'ain. Dans leur doc.. 
trine (comme bon nombre de leurs écrivains l'ont prou- 
vé), il n'existe absolument aucune òifférence: toutes deux 
eUes font profession ùe la nlême foi, administrent les 
mêmes sacrements, reconnaissent Ie même ,'icaire spi- 
rituel de celui qui est Ie Sauveur universel. Toutes deux, 
el1es proc1alnent les mêmes principes d'obéissance civile 
et de fidélité au souverain ; l'une même est fille de r autre. 
Cependant, en dépit de leurs saints et pacifiques prin- 
cipes, I'Etat les a traitées l'uue et l'autre avec une im- 
placable injustice, et, en dépit de leurs rapports et de 
leur ressemblance, il a employé, pour les persécuter, 
des moyens opposés. Tandis qu'à l'aide des tortures, 
des gibets et du glaive, tandis que, par les confisca- 
tions, les pillages et tout I' épouvantail d' ordonnances 
impitoyables et de lois barbares, iI a cherché à exter- 
miner la mère, il faisait peser sur la fille les chaines d'UD 
cruel es
]avage; on la poursuivait par des Jois dites 
d'impropriation, d' appropriation et de prel11Unil'e; 
par l'usurpation, rex.torsion et l'oppression. Le choix de 
ses chefs lui a été enlevé avec violence; ses tyrans sé- 
culiers 111i en ont donné qui lui élaient étrangers, et cela 
trop souvent, afin òe faciliter l'exécution des plus fu- 
nestes projets. Eu lui enlevant à peu près toute son in- 
i2 




38 


tluence protectrice, non-seulement on a dégradé sou 
caractère élevé, mais encore on a permis à l'impur levain 
du protestantisfile de souiller ses documents, de façon à 
corrompre gravement Ia doctrine el Ia discipline parmi 
ses membres. 
c F:t ceci est d'une éviùence pa1 pable pour la hrancbe 
irlandaise dans laquelle, en faisant entrer dans Ie clerge 
une foule de membres appartenaot à la faction orangiste, 
on a à peu près réduit I'Eglise anglicane au niveau d'une 
secte proleslante. 
c 
Iainlenant je regarde comme un devoir sacré pour 
l'Etat de cesser cene Oppo
ilion qu'il a faile à l'union des 
fiJèles : ce devoir lui est trace par Ie commandement 
exprès de notre Sau\'eur. Le Roi des rois, Ie Seigneur 
des seigneurs, a fait de l'unilé une obligation pour ceux 
qui voudraient marcher à sa suite; il a même fait de 
cetle unité une marque distinctive à Jaquelle on devrait 
les reconnaÎtre. Je vais done plus loin, et j'avance que, 
sous peine d'encourir les plus sévères châtiments, Ie 
courroux, les malédictions du Tont-Puissant en cas de 
désobéiss3nce, I'Etat doit aider cette union, au lieu de 

hercher à y mellre obstacle. 
c Un Elat, je Ie demande, peut-il se dire chrélien, 
alors qu'il usurpe les droits et les prÍ\-ileges du Vicaire 
du Christ, et ql1'il use de violence pour empêcher ses 
8ujets de se conformer à la loi de Dieu en se réunissant 
aulour du centre de l'unité qu'iI a désigné Iui-même? De 
quel droit I 'Etat fait-il céder I 'I
vangile éternel à des actes 
par1clnentaires? Je maintiens que Jes actes du parlement 
qui s'opposent à notre réunion avec Rome sont des crimes 



559 


de haute trahison envers Dieu, et qu'il faut sans retard 
les effacer du livre de nos loig. Je maintiens que ces actes 
rendent l'Etat antichrétien, affermissent la nation dans Ie 
schisme, et, au nom des âmes de tout nolre peuple, j'en 
demande Ie rappel ilnnléJiat...... 
c Celle réunion de I'Eglise anglicane au centre de 
l'unité pourrait facilement s'effectuer: que les ordon- 
nances odieuses qui empêchent les évêques ang1icans de 
penseI' à ce projet, soient abrogécs, et que les évêques 
des deux branches soient conviés à se réunjr pour conl- 
biner enselnble les mesures propres à amener à bonne fin 
cette glorieuse entrepl'ise, et j'ai la persuasion qu' on se- 
rait promptement d'accord sur les conditions qui permet- 
traient la réunion des Eglises de ce royaume sous l'au.. 
torité du Saint-Siége; je suis de plus moralement certain 
que, quoi que fasse l'Etat pour opprimer et tourmenter 
I'Eglise ang1icane, il ne sera pas longtemps en son pon- 
voir de la tenir éloignée des hras de notre 
Ière chérie et 
si longtemps perdue. 
Iais, si vous êtes disposé à diriger 
I'Etat vel'S I'accomplissement de ce droit sacré, une 
réunion peut être pron1ptement accomplie, et par eUe un 
grand et coupable schisme sera terminé, l'IrJande sera 
pacifiée el réunie (rUne manière efficace et permanente à 
l' Angleterre. 
" J'ai l'honneur d'être, etc. 
c FRANCIS DIEDRICH 'VACKERBATH (1). >> 


(I> Depuis l'apparition de eet écrit, son auteur a abjuré l'anßIi- 
canismc pour embrasser la foi catbolique. 



CHAPITRE XII. 


80M
IAIRE. 


De la fermentation causée par les progrês du puse).isme. - Accu- 
sation d'intolérance et de p3pisme porlée contre les docteurs 
d'Oxford. - Affaibl'ssemrnt d
s préjugés contre les cathoHques. 
- Conversions de plusieurs membrcs de I'Université d'Oxford et 
de quelques ministres anglicans. - M. Siblhorp justitie son abju- 
ration. - Sentiments de la nouvelle é(:ole. - L'Église anglicane 
jugée par un membre de I'Université d'Oxford. - Hommages ø' 
éclatants rendus à I'Église romaine. - Tentatives de réformes. 
- Nombreux extraits du British-Critic 
 organe des puseyistes.- 
Attitude de répiscopat 
ng1ican. - Son intervention, d'abord 
hostile, ,devient favorable aux réformateurs. 
 


Ainsi qu' on devait naturellement s'y attendre, la réac. 
tion vel'S les idées catholiques, d'abord accueillie avec 
incrédulité en Angleterre, même par les honlmes qui 
n'avaient pas un intérêt direct dans la question, produisit 
bientôt dans toutes les classes de la société une fermen- 
tation intellectuelle qui dissipa tous les doutes et appela 
la sérieuse attention des partis. II ne Cut plus permis ùe 
Dier ce merveilleux retour aux doctrines antiques au Ini- 



"I'".) 
i>il'_ 


lieu d'une société dont on croJ3it Ie catholicisme banni 
à tout jamais. 
Les partisans uu système de church and state s'alar- 
mèrent ùe la ruine de r élahlissement national, qu'ils 
crurellt Inenacé ; ils craignaient que clans sa chute iI 
n' en trainât la constitution; ils craignaient pour les pré- 
l'ogatives de ('aristocratie qui auraicnt pu disparaître avec 
celles ùe I 'Eglise; ils craigllaient enfin que la ll10narchie 
elle-même ne pût résister à cet ébranlelnent. 
Les partis radicaux, au point de vue politique , se se- 
raient volontiers réjouis de ccue situation: tout embarras 
pour I'aristocratie et l'Eglise nationa1e leur était une 
"ictoire. Mais les préjugés religieux I'emportprent sur les 
convictions politiques, et ils signalèrent. les dangers des 
principes d'Oxford. 
Les puseyistcs se trouvaient ainsi répudiés par tous les 
partis politiques et toutes Jes sectes religicuses. Les ca- 
tholiques eux-mêmes voyaient 3\'eC indifférence et froi- 
deur ce mouvement qui donnait de si belles espérances à 
I'EgIise; plusieurs eurent la témérité de révoquer en doute 
la pureté d'intention des disciples de Pusey, et i1s firent 
naître dans Ie corps calholique en Ang1eterre une sorte 
de méfiance qui a en les plus funestes conséquences. Ces 
difficultés, ces traverses n' arrêtèrent pas les puseyistes. 
I]s' s' occupèrent à réfuter les sottes récriminations dont 
ils étaient l'objet. 
On ]es accusait d'intolérance, de raviver des opinions 
que notre civilisation avait ]aissées bien loin derrière eUe. 
L' école d'Oxford se justifiait Ioyalement, et l' auteur ano.. 
nyme dll petit ouvl'age intitulé Olle tract 7nore, expli- 



3...3 


quait ce que 1'0n devait entendre par intolérance; it 
mOlltrait que les reproches adl'essés à l'Eglise ne sont 
souvent mérités que par I'Etat, et que ceUe confusion 
d'idées a fait accuser injustement I'Eglise catho1ique ro- 
maine d'une intolérance et de persécutions dont cite ne 
s'est jamais rendue coupable. Le même écrivain fail res- 
sortir Ie ridicule des frayeurs que fait nailre la prélention 
de I'Eglise romaine à une autorité suprême, quand on 
admet l'omnipotence des ukases du czar, et lÏnfaillibilité 
des actes du parlement d'Angleterre. 
Après avoir clairement exposé ce que I'on doit entendre 
par tolérance en matière religieuse, ranteur de One 
trçrct more s'exprime en ces termes: (N'est-ce pas un 
fait établi que les (nembres de I'Eglise catholique ( angli- 
cane) sont plus tolérants que les érasliens, les évangé- 
liques ou les dissi.dents? ..... Vne raison que 1'00 pourrait 
peut-être assigner à cette tolérance, c' est qu'ils ont Ie 
sentiment que la vérité qu'ils possèdent n'est pas leur 
propre découverte, qu'e1le n'est pas une acquisition de 
leur raison ou de leur volonté, ou de quelque faculté de 
l'intelligence en qui I' orgueil puisse se complaire ; mais 
ils savent qu'ils doivent posséder la vérité avec humi1ité 
et reconnaissance, comme tous les autres bien faits de fa 
Providence. te cath01ique sait qu'il serait tout aussi 
absurde de reprocher à un homme de ne pas participer 
à ce bien fait que de lui faire un crime de n'avoir ni santé, 
ni richesse. Tout ce que ron pent faire dans ces circon- 
stances, c'est d'offrir à celni qui souffre les moyens de 
soulagement dont on dispose, dfinsister cor<1ialement 
pour les lui faire accepter, el en cas ùe rerus, d'obstina.. 



:>44 


lion ùe sa part, il faut I'abandonner à lui-lnêrílC dans 
l'cspoir que Ie bien lui viendra de quelque autre 
source. J 
L'auteur de ce t1
acl parle ensuite du papisme dont on 
accuse les puseyistes: ( L'accusation de papisme porlée 
contre les é"crivains dfO).ford pent être comprise diver- 

cnJcnl. II est probab e qn'on entend rarelnent indiquer 
t.juc ccs personnes sout, en fait, des luembres déguisés 
de l'Eglise de Hoole, se préten dan t meolbres de I 'Eglise 
d'Anglelerre, quoique cependant celte supposition ne 
fûl guère rnoins extraorrlinaire que certaines machina- 
tions, que ron a allriLuées nagaère allx Jésuites en 11'- 
lande. 
(( Pour entrer en communion avec I'I1
gljse romaine, il 
faut faire un acte tout aussi distinct ct pal'licnlier que 
cclui par leqncl on devient n1en1bre d'une corporation 
laïque; ct personne lie peut, rigoureusenlent parlant, 
êlre appelé memhre de I'Eglise romaine, avant d'avoir 
été forn1elleo1ent adrllis dans cette Eglisc, pas plus qu' on 
ne peut êLre appelé membre du parlement avant que 
l' élection ait élé validée. L'accusation pent encore signi- 
fier que les doctrines d'OxforJ conduiront probablement 
les Inembres de I'Eglise anglicane à l'Eglise de Rome en 
leur faisant abandonner l'une pour l'autre. Un examen 
aLLenlif de ces opinions sufiìra pour an1ener une conclu- 
sion contraire. J 
Nous convenons avec l'anteur de ces considérations 
( et nons avons déjà en occasion de constater ce fait) que 
les hOßunes d'Oxford, loin de chercher à étendre les 
conquètes du catholicisme, travaillent au contraire à unir 




 ...... 
Dla 


p
r des liens plus forts que jamais les anglicans à leur 
Eglise. 
Iais il n' en est pas 1110ins vrai que les études de 
l'antiquité cathoJique ont eu pour résultat d'opérer de 
n01l1breuses con,'ersions parmi les enfanls de I'Eglisc 
anglicane, et dans les rangs même du clergé et des 
D1embres de I 'V niversité d'O
ford. Pour ne citeI' que celles 
qui ont proùl1it Ie plus d'éc1at, nous n1entionnerons les 
noms des Sibthorp, 'Vackel'hath, Renouf, Douglas, mi- 
nistres anglicans on men1bres de l'université d'Oxford, 
qui ont ernbrassé Ie catholicisme; et plus tard Ie révérend 
1\1. Bernard Smith, recteur de Leadenham; 1\1. Scott 

Inn'ay, du collége de C/u'islchul'ch; 
L Lockhart, et 
en fin Ie révérend Charles Seager, 
I. A., du collége de' 
'V orcester. Ce dernier étaitl' an1Ï in tin1e du docteur Pusey, 
it préparait les élèves qui suivaient Ie cours de ce pro- 
fessenr à subir leur exan1cn d'hébreu. Nous citons les 
honlmcs conn us dans l'Eg\ise ang1icane par leur science 
et leur "erlu; mais il en est un grand non1bre dfautres 
dont l'abjuration a produit sur la société anglaise une 
sensation tout aussi profonde et efficace que celie éprou- 
vée lorsqu'on vit ces n1inistres zélés se séparer de l'all- 
g1icanisme. 
De ces conversions, celie de 
1. Sibthorp, {ello'lv du 
collége de Sainte.
lagdeleine (Oxford), causa Ie plus de 
surprise. Pour salisfaire à la curiosité qne fit naître sa 
résolution, it publia deux brochures, òaus lesquelles, 
sous forme de leUres, it expose avec foi 
t éloquence les 
Inotifs de son abjuration. La franchise a,-ec la'1uelJe it 
raconte à ses am is les lultes de son intel1igence, a agilé 
bien des consciences, soulc\"é bien des doutes, et préparé 


., 



5
t6 


peut-êfre bien des con"ersions. Ses lettres jeltent quelque 
jour sur la situation prise par Ie parti anglo-catholique; il 
nous a paru imvortant de les analyser. On trouve dans ces 
lettres une appréciation flu traité de 1\1. Ne,vrnan sur les 
3\:) articles et l' ensenIble du systènle puseyiste. 
1\1. Sibthorp expose avec beauconp de netteté)a posi- 
tion de l' école d'Oxford; il nous dit le terrain sur lequel 
se placent ses disciples, et 
l démontre ensuite, par des 
3rguments capables d'rbranler les plus fernles convic.. 
lions, que ce terrain n' est pas tenable; que 81 RO
IÈ A. 
RAISON , I.ES PUSEYISTES NE VO:ST r AS ASSEZ LOIN" ET QUE 81 
ROl\IE A TORT, ILS SO:ST DÉJ
\ ALLÉS TROP LOIN. 
Le révérend 
I. Sihlhorp, après nous avoir présenté 
dans un adnlÍrable enchaînement les faits qui I'ont amené 
à reconnaître I'Eglise catholique et romaine comme la 
véritable Eglise de Jésus-Christ, réponrl dÞavance anI 
reproches que vont lui adresser les puseyistes dÞavoir 
abandonné l'anglicanisnle, au moment Oil cette Eglise 
tend à redevenir catholiql1e. 
<< Des homnles pieux, savants et estimables sons tons 
les rapports, nous dit 1\1. Sihthorp , se sont dans ces der. 
nières années p1acés sur un nOIH'eau terrain; its pré. 
tcndent que les doctrines de rEglise cath01ique, consi- 
dérées généralement comme niées par les protestants, 
sont adn1Ïses par 1't
tablissen1ent anglican en principe ou 
tacitement. Quant à la condamnation apparente qu'elle 
en fait dans ses trente-nenf articles, ceUe condalnnation 
ne porte, nons disent. ils, que sur certains abus qu' on 
avait à déplorer dans Ie scizièn1c siècle. Je dis que des 
personnes, tlont Ja piété et )a sincérité, pas plus que les 



547 


talents et Ie savoir, ne sauraient être révoqués en donte, 
maintiennent, et cela publiquement, que l'Eglise anglicane 
est vrailnent calholique, touchant les doctrines en ques- 
tion, et qu'en souscrivant aux trente-neuf articles, ron 
n'est p3S obligé de rejeter Ie purgatoire, la transsubstan- 
tiation, l'invocalion de la vierge l\Iarie et des saints, I' er.. 
ficacité du sacrifice de la messe telle que l'enseigne Ie 
concile de Trente; en d'autres termes, que ron pent êlre 
à ]a fois catholique dans Ie cæur avec Ie concile de Trente 
et ecclésiastique anglican par profession. C' est là une as- 
sertion bien surprenante, et, COffime on peut Ie supposer, 
I'Eglise étab1ie depnis Ber,vich sur T\ved jusqu'à l'autre 
extréu1ité de l'Angleterre, a dû en être saisie d'éton- 
nement. De l'Université d'Ûxford est partie nne voix 
qui est aHée troubleI' Ie métropolitain dans son palais de 
Lambeth et Ie plus humble curé des montagnes du pays 
de Galles. CeUe voix a pénétré jusqu'au milieu du senat 
britannique , et Ie Vatican I'a entendue. Que I'Eglise an- 
glicane soit dans ses doctrines essentieHelnent une avec 
Rome, ceUe assertion paraît une des découvertes les 
plus snrprenantes de ce siècle novateur. Tel est cepen- 
dant l'objet du célèbre traité qui porte Ie nO 90(t). ) 

1. Siblhorp avoue qu'après avoir soigneusement exa- 
miné les arguments sur lesque1s repose cette proposition 
hardie; qu'après avoir interrogé les autorités invoquées 
à son appui, il n' a pas eru, en sûreté de conscience, 
pouvoir plus longtemps rester membre d'un établissement 


(t) Some answer to the inquiry : why Gre you become a catho- 
lie? 



348 


que l' école ÙfOXfOl'Ù appelle la branchc ang1icanc de 
J'Eglise calholique. 
Conçoit-on en eifel qu'il"soil possible de concilier la 
doctrine du cOllcile de Trente sur ]e sacrifice de ]a messe, 
par exemple, avec l'enseignement de I'Eglise angIaise 
sur ce point particuIier, quand nous lisons dans Ie Irentc 
et unième des articles qui, ù'après quelques-uns de ses 
docteurs, constituent Ie symbole de ]a foi anglicane : 
c Le sacrifice des messes dans Jequcl on disait com- 
e munément que les prêtres ofIraient Ie Christ pour les 
e vivants et les morts afin d' obtenir la rémission de la 
e peine ou du péché, étaient des fables Llasphémaloires 
( et des impostures dangereuses. ) 
Croira-t-on facilement, se ùemánde 
I. Sibthorp que 
ce langage violent soit seulement dirigé contre un ahus 
touchant certaines m
sses particulières? En erfet , si les 
mots ont un sens, queUe est la rais'on mise en avant pour 
condamner Ie sacrifice de ]a messe? - C' est ( qu' on di- 
sait communément que Ie prêtre y offrait Ie Christ..... J 

Iais c'est là ce qui a toujours été dit et ce qu'enseigne 
encore l'EglÏse calholique; tout cathoIique instruit sait 
et croit que telle est la vraie doctrine sur Ia messe. 

1. Siblhorp cherche ensuite à démontrer que, mal- 
gré les interprétations de l'auteur du traité en question, 
l'Eglise anglicane a condamné et condamne ]a doctrine 
catholique; d'où i] concIut : 
( Sans insister davantage sur la logique du tract 90, 
je me bornerai à dire que I 'on peut bien pardonner celui 
qui ne croit pas pouvoir admettre son exactitude. II n'y 
aurai t pas lieu d" être surpris que ron pût, après de sé- 



31-{) 


rieuses réf1exions, arrive.. à celte conséquence: si Rome 
a raison, I'Eglise ang1icane a tort, et qu'aucun compro- 
mis n' est possible dans une conscience pure, pour ce qui 
regarde les doctrines de la première , rejetées par la se- 
conde. Quiconque réf1échit avec calme pensera, je crois, 
qu'il n'est pas impossible de rencontrer des consciences 
qui craignent de s'aventurer dans la via media. suggérée 
par Ie tract 90. Si d'autres prennent Ie parti opposé , je 
prierai Dietl d'accepter leur piété et de pardonner leur 
erreur. Quant à ceux qui, ne prenant aucnne de ces 
deux alternatives, regardenl les doctrines de l'Eglise 
catholique telles que les définit Ie concile de Trente, 
comme pouvant se concilier avec l'exercice du mi- 
nistère dans l'Eglise anglicane, j'admirerai leur savoir et 
leur piété , je croirai fermement à leur intégrité comme 
chrétiens et à la droiture de leur conscience, mais je 
n'en serai pas moins surpris de leur jugement. Car si 
Rome a raison, ces personnes ne vont pas assez loin, 
et si Rome a tort, eUes sonl déjà allées heaucoup trop 
Join. >> 
Cet écrit a produit en Angleterre une sensation pro.. 
ronde. On en a épuisé cinq éditions. La posítion sociale 
de l'auteur, sa réputation de sa voir , son titre de fetlo1v 
d'un des colléges de I'Université d'Oxford, étaient autant 
de circonstances qui devaient attireI' l'attention deshommes 
sérieux sur l'exposé des motifs de sa conversion. Aussi 
avolls-nous vu paraître, pen de jours après cette publication, 
un nornbre considérable de brochures: grands et petits, 
anglicans et dissidents ont brigué l'honneur de réfuter les 
arguments de 
I. Sibthorp. Parmi ces brochures, se dis- 



""v o 

é) 


tinguent celles de 
I
l. Pahner et Dods"orth, meinbres de 
I'Université d'üxford. La réputation de ces deux contro. 
versistes, l' esprit de leurs écrits , ont détel'miné 
1. Sib. 
thorp à développcr son premier exposé dans une seconde 
leltre, où il répond (rune manière parliculière aux objec- 
tions de ces deux célèbres antagonistcs. Dans ce second 
travail , 
I. Siblborp 3joute, en pariant des puseyistes : 
c Je répète ce que j'ai déjà dil et redit, c'est qne les 
écrivains des Tracts sont des hommes aussi consciencieu
 
que profondén1ent savants. J'ai personnellenlent pour 
eux la plus grande considératioll. Je vénère leur piélé , 
j'admire leur zèle et leur dévotion pour la cause qu'ils 
croient celie de Ia vérilé et de l'unité; Inais je do is avouer 
aussi que je les crois complétement dans l' erreur, quand 
ils s'efforcent de eoncilier les trente-neuf articles avec Ie 
C1'edo de l'Eg\ise calho1ique, leI que l'expose Ie concile 
de -Trenle. 
c J'ai eru ne pou\'oir fillir cet exposé sans parler dll 
ttact 90, car j'avais à montrer pourquoi j'avais quitté 
l'établissement anglican, enlendant par celte expression, 
non-seulement ce qu' on a désigné et ce qu' on désigne 
encore comme Dne section du proteslantisme, mais, ainsi 
que Ie représentent quelques-uDs de ses membres les plus 
én1inents, en tant qu'Eg1ise catholiquc d' Angleterre, ca- 
ractère que je ne puis pas lui reconnaitre... Qui, je Ie ré- 
pète, c' est nne n1erveilleuse ùécouverte que les doctrines 
de I'Egli3e calholique De sont .réellen1ent pas niées par 
l' établissen1ent anglican (1). ) 


(I) A Purther Ausu'er, etc-, in a second letter. 




t)t 


Les conversions que nous avons nlelltioDllées ont eu 
pour elfet indirect d' opérer Ull rapprochement entre les ca. 
tholiquesel les partisans des principes d'Oxford.Ceux-ci ont 
examiné de plus près les doctrines et les pratiques de I'Église 
à laquelle la providence dOl!nail de si éclatants tl'iomv hes , 
et ils comprirent bientôt que les catholiques constituaient 
la communauté avec laquelle ils avaient Ie plus de points 
de contact. L'abÎme immense qui les sépare des protes- 
tants dissidents, ne permit plus de les confondre avec 
eux SOliS une même dénomination. Le parti anglico-calho- 
1ique nc pon vait manquer d' étabJir lui-lnême cetle dis- 
tinction. AillSi à peine Ie calholicislne se Inontre-t-il et 
se met-iJ à l'æuvre, que les préjugés enracinés par trois 
siècles d' erreurs s' évanouissent, et que l'Eg1ise anglicane, 
pour prévenir sa chute, cherche à se rapprocher de lui, 
à en faire son dernier boulevard contre Ie torrent fu1'Ïeux 
devant lequel eUe avoue son impuissance. 
Pour donneI' nne idée exacte de la révolulion qui s' est 
faite dans les esprits, il suffirait de rappeler les temps 
où Ie crj de No popery! retentissait dans la chaire, Ie 
parlement et les places publiques, et de citer ensuite 
quelques vages de l' ou\'rage renlarquable qu'a lJublié 
E. Gladstone (lhe slale in its relations 'lVilh lhe 
church), et dans lequel il soutient que deux Eglises 
seulement doÏ\ent être tolérées : I'Eglise anglicane et 
l'Eg\ise CATHOLIQUE, attendu, dit eel auteur, que ces deux 
Eg1ises seules 011t conservé La sllccession ell{ corps épi- 
scopal depuis les apôl1
es. 
Ce changement s' est opéré, en partie, à la vue des 
institutions admirables dont Ie zèle et la cbarité catha- 



'R 
f 0) 
oé.).... 


liqne cou\'rent ùéjà I'Anglelel're; h la "ue òe I'étrange 
an1élioration introdnite dans les TllæUrS el les habitudes 
des classes ou,-rières qui soul rentrées dans l'unité; à la 
vue de la force Illorale qu'exercent ses lllinistl'es sur toutcs 
les classes de la société avec Ics/1uelles ils sout en conlact. 
En 1841, l'école anglo-calholique déclarait a\'oir lou- 
jours considéré con1nle f
usses et erronées, au double 
point de vue de I'histoire et de la théologie, les opinions 
que Ie public angIais entretenait sur les calholiql1es 1'0- 
mains. L'auteur du traité que nous cilons plus haut 
avouait aussi que les vices donlles réforlllaleurs du sei- 
zième siècle avaient ,'ouln purger l'Eglise, s'étaient, en 
dépit de leurs etforts, beaucoup plus profondément en- 
racinés dans la nature hunlaine depuis cette époque, et 
que l'Eglise anglicane avait à coolbattre dans son propre 
sein tIes erreul's aussi grossières que celles reprochées au 
catholicisme romaine II fait ensuite Ie tableau snivant de 
l' état de I'Eglise anglicane: 
<< II est 'Tai que les statues et les peintures ne sont pas 
plus longlemps un objet de l'évérence l'eligieuse; mais 
les mots qui sont aussi des inlages de la pensée et la re- 
présentation sensible des idées sont chez nous de vérita- 
bles idoles. La lettre morle de l'Écrilure reçoit les horn- 
mages aveugles qui étaient payés au bois et à la pierre. 
On murmure des prières sans que ]e sentiment intérieur 
y corresponde, lout juste comme rOD portait Ie scapu- 
)aire on Ie crucifix. La majorité des fidèles prêle 1'0- 
reille à la Ii lurgie sans en vénétrer ] 'intelligence et en 
apprécier les diverses parties; ils n'en conlprennenl pas 
plus Ie fond et la portée que les catholiques assistant à la 



3
5 


messe en latin. L'influence sacerdotale n Þintervient pins 
avec autorité dans les relations de la \'ie pl'ivée, et Ie mi- 
nistre se montre insouciant des fonctions de sa charge.... 
c S'il est une vérité évidente et palpable pour tous , 
c'est qu'un sentiment catholiC]ue s'est génér3lement ré. 
pandu en Angletel're , surtout parmi les jeunes gens; et 
cela peut-être parce qu'ils ont ell }' occasion d'être té- 
moins, sur Ie Continent, du n)ou,'ement calho1ique qui 
s'opère dans les arts, la littérature, les institutions pu- 
b1iques; ou encore, ce sentimen t a pu naître de r action 
intérieure de l'esprit du temps. Pen importe sa cause: 
Ie fait esllà, se ß)anifestant à nons SOllS mille formes di- 
verses; nous I'apercevons dans Ie goûl qu'inspire la liué- 
rature du Inoyen âge, le mérite des anciens peintres et 
des anciens compositeurs ; dans l'intérêt que r on prend à 
l'architecture religieuse; dans l'anxiété qll'éveil1ent les 
questions du gouvernement et de la discipline de J'Eglise, 
et, par-dessus tout, dans cette inquiétude qui fait soupirer 
après quelql1e chose qui ne soit ni I' ouvrage des mains 
de l'homme, ni Ie produit de son imagination; quelque 
chose qui conlprenne Ie souvenir du passé, la réalité du 
présent, les espérances !Ie I'a,'cnir; quelque chose qui 
He les intelligences: - une religion et non une philo- 
sophie; - quelque chose qui ou"re à "esprit ceUe arène 
de liberté qui ne saurait exister avec les restrictions du 
doute et de dangers continuels ; qui puisse présenter en... 
fin une barrière solide sur Jaquelle it soit p03sib1Q de s' ap... 
puyer et de se reposer quand on est fatigué et malade. Ce 
sentiment général porte naturellernent à jeter ses regards 
sur l'Eglise calbolique. On verra chez elle avec un pro- 
25 



3t;4 
fond intérêt ce miracle de perrrlanence et de puissance, se 
souteuant à travers les orages du temps, au milieu de 
royaumes, d'empires, et même de nations en ruines. On y 
tronvera Ie principe de succession, développé sinon com- 
plélement, en prenant Ie 1110t à la IcUre, au moins d'une Ina. 
nière beaucoup plus parfaite que l'histoire ne saurait nous 
Ie montrer partout aiUeurs; et présentant tontes les conlli- 
lions de légitimité, de droit et de propl'iété qui offrent dans 
Ie présent un point ùe confiuent entre Ie passé et Ie fntur.) 
Ce sentiment d'adnliration pour I'Eg1ise catholique, 
apostolique et romaine , cet homn1age éclatant rendu 
aux caraclères qui doivenl dislingl1er la véritable Église 
de Jésus-Christ au milieu des communions hérétiques , ne 
sont pas restés chez les puseyistes à I' état de pure spécu- 
lation. lIs ont youll1 étudier cette admirable institution qui 
échappe si merveilleusement à la t1estinée de toutes les 
æuvres hUffi:lines. Se plongeant dans I'étude des saints 
Pères, de I'histoire ecclésiastique, des antiques liturgies, 
ils sont amenés peu à peu à reconnaître, comme nous 
àvons en occasion de Ie constater, la vérité des doctrines 
de 1'Eglise catholique, et i1s avouent que les pratiqucs 
qu' elle prescrit sont légitio1es et saintes. 
Déjà i1s athnettcnt la Tradition, la visibiLité et I'u- 
nion de l'Eglise, la sllccession apostolique, l'indél1en- 
dance de t Eglise vis-à-vis de I'Etat; ils enseignent la 
doell'ine catholique de la justification; ils reconnaissent 
que les 
acrements s
nt des canaux de la grâce surnatu- 
relle; ils comm
nccnt à pratiquer la confession, les jeûnes, 
les retraites spÏ1'ituel1es ; ils professent la foi en la présence 
réelle et au sacrifice quotidien comme moyen d'appliquer 



555 


à râme les mérites de Jésns-Christ; ils prient pour les 
morts; ils célèbrenl les fêtes des saints; ils enseignent la 
comlTIunion des saints, dé
i..ant surtout, disent-ils, avoir 
part aux pl'ières que ces bienhcureux esprits offrent 
jOlt1" et nuil devalllie tròlle du Très-Haut (1); ils ont 
repris l'usage du signe de la croix; ils mettent sur l'autel 
des crucifix, des chanJeIiers, des fleurs; ils prêchent en 
surplis et non pIns en simple soutane; ils impriment ùes 
ßré\'iaires et l' Ordo 1'ecitallcli; iIs youdraient ilnprimer 
encore des jIissels; ils ont déjJ élabli une espèce de cou- 
yent ecclésiastique; iIs h3ïs
ent el détestent Ie protest an- 
tisme, les réfornlaleurs et Ia réforme. Bien plus, iIs dé- 
sirent Ie réLablissen1ent des corps monastiques et font des 
tentalives dans ce but. 
Vne circulaire a été. envoyée d'Üxford aux membres 
du clergé de l' établissement, afin de solliciter leur 
concoul's pour réorganiser les convents dfhommes et 
de fenlmes. Cette circlllaire a pour titre: ( Rétablis- 
sement des institutions monastiques et religieuses, 
d' apl"ès un plan adapté aux exigellces de l' Eglise 
CATHOLIQUE 1"éfornlée d'Angletel"l'e.) Les restrictions de 
ce plan sont beaucoup plus dans les Inots que dans les 
institutions mêmes qu'il a pour but de rappeler à la ,'ie. 
II était prudent et même indispensable de Dleltre en avant 
les exigences de l' Eglise réforrnée aHl1 de ne pas trop 
effrayer une population encore imbue de non1breux pré- 
jngés, et qui entendait, il y a pell d'années, crier de toutes 
les chaires: c Les COllvents sont des casel'nes de fainéants, 


(') Briti
J&.Critic, oCLobre t842. 



:>:-'6 


d'ignorants ct d' être
 abjects, I'épandant les ténèbres sur 
les pays qu ïls babitent et dévorant les nloyens d' exislence 
néccssaires à une foule de personnes utiles à la société.) 
Les théologiens qui ont rejeté pour leur Eglise la qualifi- 
cation de protestante, cl qui travaillent à Ini reconquérir 
Ie beau non1 de calholiquc dont ils revendiquent pour eUe 
1'honncur, se trouven( pour ainsi dire forcés, dans les 
circonstances ùélicates Oil iis soot placés, de voiler Ie 
bien qu'ils opèrent. II leur faut sou vent présenter les re- 
Inèdes que réclame rétat social de I'Angleterre sous une 
apparence qui invite à les accepter. 'Iais enfin, constatons 
Ie fait capital de cetle circulaire: la restauration des cou- 
vents est demandéc en Anglelerre par les hOlllmcs les plus 
célèbres de I' Eglise réformée , eUe qui caloll1nia jadis les 
institutions monastiqucs pour arriveI' plus facilement à les 
détruire, à les piller et à se repaîlre de leurs richesses! 
Ce crime, I' Angleterre parait I'avoir expié assez cruel1e- 
ment, puisque Dieu permcl aujourd'hui à la main sacri- 
lége qui démolit les cloiLres, de les relever, à la bouche 
qui s' onvrit pour les calomnier, d' en proclamer la réhabi- 
litation glorieuse. 
Quel admirable enseignement que de voir) 'f:glise an- 
glicane recourir aux institutions monastiques, après 
avoir, durant trois sièclcs, fait goûler à I' Angleterre les 
fruits amers de la réforme ! Le paupérisme, Ie fanatisme 
et Ie crime y oppressent la sociétp.; on y parle de l'accrois- 
sement de ]a population comme d'une calamité, ct les 
économistes y proposent pub1iquement des moyens de 
prévenir la procréation cJcs enfanls. 
ous y entendons 
des philcsophes instruire, au non1 de la philanthropie, 



357 


les malheureu
 ouvrier
 des 1110yens d'empêchei' leurs 
épouses ùe devenil' nlères! Ce sont là quelques-uns des 
trailS qui caracLérisent la soc;éLé anglaise, tiHe de la ré- 
formation. Qui oserait s' étonner en voyant aujourd'hui 
ce pays revenil' à la foi calholique, et lui emprunter, 
comme élément de réorganisation, les institutions adn1Ï- 
rabies qui neurirellt neuf cents ans dans son bein, bénies 
d'un peuple dont eUes furent la pro\"idenee ! 
Quelques pages du British-Critic permettront heau- 
coup mieux que toutes les conjectures, d;apprécier la 
véritable position prise par l'école d'Oxford ; nous allons 
traduire quelques passages des articles les plus avancés 
de cette revue, organe onìciel des Anglo-Calholiques. 
Dans un travail fort reluarquable sur Ie jugeulcnl 
privé, éludié comme moyen d'arriver à découvrir la vé- 
rité , lions lisons : 
c On ne saurait nier que nos adversaires se placenl 
sur un terrain favorable pour attaquer notre Eglise, eu 
s'attachant au fait de sa séparation du reste de la chré- 
tienté.... Que dire en effet pour expliquer Ie signe de 
prévarication qui s'altache à notre état d'isolenlent? Nous 
sonunes, en fait, on pent nous l'objectcr, séparés ùe tout 
Ie Inonde chrétien; IDais loin de reculer devant ccUc ob- 
jection, nous pouvons, dans un certain sens, nous glorifier 
de cette excommunication, 
i nons SOlnmes lelleulent 
purs que nous craignions de nous souiHer en nous met- 
tant en contact avec les autres Églises de la terre, celles 
du :Nord, de rEst ou du Midi... 
c L'Unilé visible semblerait être tout à la fois (d'après 
les paroles de saint Paul el ceHes de Notre-Seigneur) la 




1U 8 

t) 


preuve de la'Taie religion et Ie signe de I'adoption spiri- 
tueJle, et cependant, nons Anglais, nons méprisons les 
Grecs, nous haissons les ROß1ains (catholiques), nous 
tournons Ie dos aux dissidents ò'Ecosse, et à peine sou- 
rions-nons de loin aux protestants américains. Nous nOl1S 
jetons ayeuglément dans les bras de I'Etat, et nous ou- 
blions, dans eet étroit embrassenlent, que I'Eg1ise ét3.it 
destinée à être calhoJique; on encore, nous nous conten- 
tons d'appeler l'Église locale noIre église catho1ique, 
('omme si, en 1iß1ilanl à nous-Inêmes (noire) ce titre, nous 
ne perdious pas ipso facto tout droit à être regardés 
com me leis! 
c Dne circonslance angmcnle ]a force de cet argu- 
ment, c'est que saint Augustin semble, du moins au 
. ,.,. 
premIer aperçu, s en servlr perelnptoJremenl conlre nons 
dans sa conlroverse avec les Donatistes , (IUfil représente 
comme cond3mnés , simp
ement parce qu'ils sont séparés 
de l' Orúis terrarun1. Le point en discussion lui parait 
questio {aciLliJ11a, telleß1ent qu'il en appclte individuel- 
lement aux Donatistes, et qu'il abandonne ]a décision de 
la question à leur jugement privé. 
( La force de celte objection, avouons-Ie a"'ec sincé- 
}'ité, est profondémcnt sentie par un grand nombre de per- 
sonnes ; mais ß10ins la difficulté sera dissimulée, et mieux 
cela valu]ra, car il y aura chance alors qu'étant connue, 
on puisse avec Ie temps y porter remède. Un ß1al aussi 
grand que celui de notre isolclnent ne sauraif, nous en 
SOß1mes persuadés, subsister plus longtemps, car il ré- 
volte Ie sentiment et Ie sens comß1un des personnes re- 
ligieuses. 



5f)1} 


c Notre iso1ement fait la véritable force du rOlnanisme 
(catholicismc) contre nous, et si les hommes qui ont mis- 
sion pour cela ne prennent pas la qu
stion en séricuse 
considération, ils peuvent regarder com me certain que 
noIre EgIise éprouvera prochainement des pertes sérieuses 
et à jamais regrettables pour elle. 
f Si Ie jngement privé peut s'exercer sur quelques 
,points, c' est certainement sur les choses sensibles. En ce 
moment, nos oreilles sout faliguées d' entendre les injures 
lancécs par les membres (]e notre Eglise contre ses 
sæurs les Eglises des pays étrangers. Ce n'est pas que 
l'on signale avec gravité el avec tendresse ce que leurs 
pratiqucs ont de corrompu, comme de\'raient Ie faire ùes 
homInes pécheurs et ignorants, qui rcconnaîtraient que 
no us avons, nous aussi, de grandt's imperfections qu'on 
ne saurait avec justice reprocher à nos fl'ères au dehors. 

Iais, en 
érité, nous ne scnlLIons pas du tout di
posés à 
reconnaitre nos frères dans ces étrangers; nous les trai- 
tons, selon I'arrogante façon de John Bull, comme Fran- 
çais, Espagnols ou Autrichiens; nous oublions qu'ils sont 
chrétiens. Nous agissons COlllme si nous pouvions nous 
passer de frères; conlme si la condilion à laquelle nous 
sOlnmes chréliens n'était !Jas d'avoir des frères dans Ie 
monde entier; comme si nous ne cessions pas d' êtré cbré- 
tiens , du moment où DOUS cessons d'avoir des frères. Si 
nos regards se tournent ,-ers I'Orient, qu'y voyons-nous? 
Au lieu de nous rappeler qu'iI y a là des Eglises chréliennes, 
nous abandonnons aux Russes Ie soin de protéger les 
Greçs, aux Français celui des Romain.s, et nous DOUS 
conlentons d'élever à Jérusa]em une Eglise prolestante, 



360 


d'aider les Juifs à rebâtir leuI' temple; nous devenons le& 
augustes protecteul's des nestoriens , des monophysites et 
de tous les héréliques dont nons enlendons parler, ou en- 
core nous enlrOllS en ligue avec les musulmans contre Jes 
grecs et les rOlnains. 
( 11 est hOlls de doute tiue la puissance britannique 
n'est regardée comnle un pouvoir ecclésiastique dans au- 
cun des pays OÙ elte se présenle. Or, s'il en est ain8i t 
est-il possible que I'Eglise anglicane, si étroitement unie 
à cette puissance, exerce quelque part une influence ca- 
tholique? est-il possible qu'elle mérite Inême Ie nom de 
catholitllJe? dans quel sens, en eITel, serail-elle appelée 
calholique, à ßloins que ce ne so:t en tant qu'agissant 
1101'S de son territoire? Quand donc les chefs de I"Eglise 
anglabe out-ils fait une 
cule démarche sans la pernlission 
de la puissance tenlporclle? Pudel!t(cc oppl'obl'ia, mais 
it n'y a pas Dloyen de IC8 Dier. Si quelques personnes 
.- 
sont contrariées de cet aveu, et disent que nous meUons 
par là des 31'meS dans les ßlains de nos cnnenlis, cUes se 
montrent pIlls contrariées par la ,'érité du fait signalé que 
par nos propres aveux. Qu'ell
s cherchent à adoucir Ie 
mal, et nous leur promettons de cesser aussilôt nos 
plainles. 
c Le peuple ne jugera pas la situation mains grave, 
parce que nous nous abstiendrons de dire ce qu' elle est. 
Ceue situation cst vivement sentie; eUe fait un mal in- 
ca1culable à notre cause, et lui porte taus les jours un 
plus grand préjudice. En un mot, nolre isolement agit 
plus puissanlment que toule autre circonstance, pour 
faire perdre à I'anglicanislue son caract.ère d'Eglise ( to 



361 


11llcIzUl'ch us). En présence de cet isolement t nons ne 
saurions prétendre plus longtemps que no us SOlnmes ca- 
tholiques et apostoliques. .Notre isolement est done la 
principale difficu1té qui s' oppose à ce que des hommes 
sérieux acceptent I'Eglise angtaise COlnme Ie prophète 
de la vérilé promis au mOllde, et nous SOlnmes loin, 
comUle on Ie voil par ces ren1arques, d'affaiblir la por- 
tée de cette objection... ) 
Dans un autre passage dl1 même article, on lit : 
(( Nous ne pcnsons pas que l' on puisse conclure de 
l' enseignelnent de saint Augustin, que nous devons 
abantloHuer notre Eglise à cause de son protestantisme 
inciJentel, bien que ce caractère soit très-peu sali8f'aÍ- 
sante II est doux à notre cæur de voir se ll1anifester en 
ce mon1ent, dans son sein, des sYlnplõmes d'amélioration. 
Tout ce que nous désirerions, ce serait que Rome dOIl- 
nåt des signes de retour à un état meilleur, aussi sensibles 
que ceUI offerts par Ilolre pro pre cOffilnunion. 
( Ce sentiment, qu'it est indigne d'nne Eglise catholique 
d'être un simple élablissement, se développe lous lesjours 
chez nous. Être séparés du resle de la chrétienté, n' est 
pas un élat dont nous ayons à nous vanier! Nous seOl- 
hlons avoir embrassé l'idée qu'il est désirable de nous 
meUre en bonne intelligence avec les Eglises grecques 
et celles d'Orient, et quand tous nos efforts devraient 
tendre vers ce but, nous en\'oyons des évèques dans des 
contrées lointaines où ils doivent se DleHre en contact 
a\'ec les cODlmunions élrangères; cela au IUOluent où Ie 
vague eXlrême, I'indécision et la confusion de nos COD- 
uais
ances ecdésiastiques devront cel'tainement leur Caire 



362 


commettre des souises et des extravagances. II y aurait 
cependant de l'ingratitude à ne tenir aucun compte de ce 
qui se passe sons nos Jeux, et à ne pas reconnaÎlre dans 
ces 1110nvements une agitation. des cæurs qui nous rem- 
pHt d'espérance et un sentiment religieux tendant vers 
(jUelqlle chose de meilleur que ce que nous a\'ons. AIais 
sans nous arrêter plus longtelnps sur les manifestations 
pub1iques d'une ten dance catholique, rappelons-nou8 
tous que notre rentréc en comn1union avec les autres 
Eglises dépend en quelque sorte de chacun de nous. 
e Ceux qui désirent )'unité , qui prient afin de rappro.. 
cher l'IH'ure où nons y rcntrcrons, qui se conduisent en 
vrais chréticns vis-à- vis des Incmbrcs ùcs Eglises séparées 
de nous, qui se n10ntrcnt leurs am is, qui cherchent à les 
édifier, tOllS ceux-Jà peuvent êlre con
idérés comme tra- 
vaillant à renverser Ie luur de division qui nous sépare de 
nos frères, et comme rcnouant les vieux liens d'Ullité et 
de concorde par la puissance de la chariLé. La charité 
peut tout faire pour nous ; la charité est à la fois un es- 
prit de zèle et un esprit de paix ; par la charité, nOllS pro.. 
testerons contre les garanties de notre jugenlent privé 
quand il cOlldarnnera les autres; par la charilé, j) est en 
notre pouvoir, alors mêlne que tOllS Ies hOlnmes s'oppo- 
seraient à nous, de rentrer (]ans la communion des 
Eg1ises (t). . 
Les théologiens de ]' école puseyiste déplorent I'isole- 
ment de leur Église; ils cherchenl à relever son ortho.. 
doxie et pleurent sur Ie schisrne qui la sépare des autres 


(t) British-Critic, july 1841. 



563 


communions catholiques. Nons les entendons s'écrier: 
c Nos affections naturelles nous porleraient d'abord à 
nons unir à Rome: elle est notre sæur aînée dans ]a foi, 
et même notre mère; c'est à eUe que nons devons, par 
la grâce de Dieu , d'être ce que nons sommes aujour- 
d'hui. Dans notre enfance spirituelle, c' est Rome qui a 
,eillé sur nons; elle est I'Eg]ise dont nous avons été sé- 
parés avec tant de violence. Nous aimerions, si nons 
pouvions ordonner chaque chose selon notre bon p]aisir , 
à effacer Ie souvenir de notre ingratitude envers elle , afin 
de nous entendre ensuite sur les causes de notre mésin- 
telligence. NOlls renouerions alors les liens si chers qui 
nous unissaÎent à elle, dans les temps recnlés où les ß}is- 
sionnaires tIu très-s;Jint et du premier de ses Grégoires 
administraient les sacrés mystères à nos ancêtres les 
Saxons (1). ), 
II semble qu'après de pareilles déclarations, il ne reste 
plus anx théologiens d'Oxford qu'à abjurer les erreurs de 
leur Eglise et à se jeteI' dans ]es bras de ceUe mère dont 
ils louent la tendresse et dont i!s regrettent si )lmèrement 
d'être éloignés. II n'eD est cependant rien, on plutôt Ie 
moment n' est pas arrivé OÙ ]es conséquences des prio- 
cipes par eux admis deviendront la règle de leur con- 
duite. 
NOlls trouvons encore un remarquable aveu, à la fin 
d'Ull e-x.ceHent article inlitulé des Rites el cérémollies , 
dans leque] on passe en re-,'ue I' ouvrage du R. P. Gué- 


(I) Bishop J ewe(, British-Critic, page 2, anj the A l1glican Church in 
the Jlediterran,an, page 142. 



364 


ranger sur les institutions liturgiqucs ; Ie British-Cri- 
tic 5.e
prime aiusi: cc Et \Tainleut toul cæur calholique 
(dans rEglise anglicanc) doit soupirer pour une règlc 
plus forte, pour une action plus unie, non-sclllement en 

lngleterre, Inais par tOlile la ch,.étienlé. Du foud de 
nos cæurs, nous sommes d'accord avec l'auteur, dont 
nous avons reçu l' ouvrage, en ce qu'il dit contre l' esprit 
de naliollalité (en religion). 
ous ne pouyons sympa- 
thiser Ie Inoins du moude avec ie pal,ti gallican, en 
t3nt qufil s'oppose au parli ultran10ntain. Ces théories 
natiollales, y compris mêUle la théol'ie gallicane, qui 
sont pour la plupart les théories actuelles de tous les you- 
Vel'llelnents séculicl's dans la communion romaine, 
no us selnblent révéler un Erastianisme fort subtil et mon- 
trer une grande insouciance pour la plénitude et la liberté 
de )'Évangile. . 
Dans plusieurs circollstance
 tort graves, les puseyistes 
De craignent pas de se prononcer contre l'archevêque de 
Cantorbéry et de blân1er très-sévèrement sa conduite. 
C'est ainsi que Ie projet d'établir un évêché à 
Ialte inspire 
à un des disciples du docteur Pusey des rét1exioDs qui 
trou vent ici leur place, et qui méritent ùe fixer r attention 
sérieuse du primat d' Ao{;leterre et du gouvernement an- 
glais. 
Nous lisons sur ce sujet dans Ie British-Cl'ilic : 
..... ( Ce n' est pas sans crainte , avouons-Ie , que nOllS 
voyons un évêque anglican partir pour 
Ialte; nous ne 
saurions considércr avec caln1e les conséquences d'une 
pareille enlreprise. 
c D'abord , no us serion
 ail1i
é
 de \'oir un é\têque an- 



.. 6 .... 
...J : ) 


gtican allerà 
Ialte en qualité de protestant on de mission- 
naÏl'e, dans Ie but d'entrctenir ('t de répandre Ie mépris 
pour I'antiquité cathoJique et l'autorité ecclésiastique , on 
encore afin d' ébranler, dans l'alléf!eance que doivent à 
leurs pasteurs légitimes, les Inenlbres des Eglises de Ja 

Iéditerranée. Nous l1e pOl1vons supporter I'idée que ceUe 
nomination sera 1'inauguralion d'un système qui encou.. 
ragerait et perpétuerait dans ces contrées lointaines les 
pensées vulgaires et étroites, les habitudes irrévérencieuses 
qui heureusement déclinent tons les jours parmi nous, à 
mesnre que se répandent les vieux principes de I'Eg1ise... 
( On prétend qu'it a élé suggéré au gouvernement de 
donner à noire prélal de la 
Iéditerranée Ie titre d' évêqne 
de 
Ialte on de '''alette (i), quoiqu'en réalité il ne soit 
destiné ni à occuper un siége épiscopal òans cette He, ni 
à exercer aucune juridiction spirituelle sur Ie clergé on la 
population dn diocèse; mais qu'il va simplement gou- 
\'erner, sous l'autorité du métropo1itain de Cantorbéry, 
]es lllembres de notre Eg1ise ang1icane, qui résident dans 
la 
Iéùiterranée. 
c Si tel est, en réa1ité, l'arrangement projelé, on est 
naturellement porté à se demander pourquoi l'on donne- 
rait ainsi à notre prélat anglican I'apparence d
un intrus 
schisrnatique, s'iJ n'est pas envoyé comme tel? Pourquoi 
5e présenterait-il COlnme prétendant j un siége épiscopal , 
011 même à une partie d'un siége qui est déjà légitime- 
ment occupé et sur lequel nos prélats anglais n'ont pas 
et ne peuvent avoil' I'omhre d\lll droit? Et même, poli- 


(I) Yalelle est la résirlence du gouvernement. 



566 


tiquement parlant, pour prendre la question d'aussi bas 
que ,possilJle, cette mesure ne parait-elle pas complete- 
ment absurde ? L'évêque calholique romain tie 
'lalLe est 
accepté par l' Angleterre; il est traité, cOlnme haut fonc- 
tionnaire, avec to utes les marques de respect ùues à sa 
position, et il a, ex ol/icio, Ie droit de siéger òans Ie 
conseil tiu gouvernelnenL Se proposer d'accoròer les 
nlêmes honneurs à sa douhlure anglicane serait chose 
ridicule, et refuser à l' évêque anglican les honneurs ren- 
dues au diocésaill romain de l\Ialte, ce serait rendre la 
position du premier fort humiliante. . . . . . . . . . . 
(( Un évêque anglican résidant à l\lalte, mais qui, par 
son titre, ne réclamerait aucune aUlorité diocésaine sur 
rile, serait regardé comn1e un ecclésiastique élevé en 
dignité, et tout se passeraiL avec lui comme avec I'évêque 
calholique romain in partihlls de Larada , chanoine de 
1a cathédrale de 
Ialle. On éviterait aillsi toule collision 
avec l' évêque diocésain de rile louchant ses priviléges et 
ses prérogatives. 
c Espérons que notre Eglise ne commencera pas ses 
travaux dans la 
Iédilerranée en élevant autel contre 
autel; rnais que Ie futur évêque , en se rendant à rtlalte 
avec un titre qui Ie fera distinguer comme Ie représentant 
de la prélatul'e anglaise, saura prouver aux communions 
jalouses dont iI sera entouré, qu'il n' est envoyé ni pour 
Inettre Ie schisnle dans leur sein , ni pour usurper leurs 
siéges épiscopaux, ni pour s' en créer un à leur détri- 
ment I Que notre évêque se borne à exercer les fonctions 
épiscopales pour Ie bien des habitants anglais, qui, par 
suite des malheureuses divisions de l'Eglise , ne partagent 



56'7 


pas les priviléges religieux de populations au milieu ùes- 
quelles ils vivent. En suivant celte règle de condnite , les 
communions dont nons sommes séparés arriveront gra- 
duellemenl à reconnaitre que nous ne désirons pas leur 
ravir leurs enfants pour nous les attacheI', mais que notre 
ardent désir est de ne former qu'un avec elles, désÎl" 
que nous voudrions réaliser, non en réformant leurs 
propres constitutions d'après la nôtre , mais en les ínvi- 
tant à s'unir à no us dans l' reu vre de réformer I'Eglise ca- 
tho1ique d'après les principes de l'antiquité catholique (t).>> 
Le British-Critic a consacré, dans son numéro d'oc- 
tobre 18 i5, un article à l'appréciation dLl sermon du doc- 
teur Pusey, sur l'Eucharistie. L'auteur y étaùlit par de 
soli des arguments que Ie docteur Pusey n'a rien avancé 
que les Pères de l'Eglise n'aient <.lit avant lui à l'appui de 
la doctrine de la réelle présence du corps et du sang de 
Jésus-Christ dans l'Eucharistie. Après avoir monlré la 
parfaite identité de I' enseignement du docteur Pusey avec 
celui des Pères ùe la primitive Eglise, l'écrivain s'aùresse 
en ces termes au vice-chancelier et aux six docteufs qui 
ont crn devoir condao1ner Ie discours du savant profes.. 
seur d'hébreu : 
· Dans eet état de la question, nous demanderons aUK 
six docteurs si, par ]a condamnation qu'Ïls ont pronOll" 
cée, ils ont eu rintention de faire ce qui n'a jamais été 
fait, ce à quoi noire Eglise n'a jalnais songé, c'est-à..dire 
de déclarer toute l'Eglise primitive hétérodoxe et cou- 
pable d'avoir enseigné une fausse doctrine sur I'Eucha.. 


(t) Britiih-Critic. Tile anglican Church in Jlediterraneall. 



3ßR 


ristie. Si Ie sernlon dn docteur Pusey cst, comme nous Ie 
pensons, en parfaite concordance a\'ec renseignement 
des Pères; si sa lhéologie est celie des Pères, et si la 
1héologie des Pères cst celle de I'Eglise primi tive , la con- 
séquence du jugement rendu par le$ six docleurs, c'est 
qu'ils ont condamné l'Eglise.Comlnent, lorsquenotre Egtise 
admet les quatre prelniers conci1es, regarde les croyances 
, 
fixées à cette époque I'ccuIée comme Ie sYlubole néces- 

aire de la fùi chrétienne et les chante solenne1lement 
dans son rituel, cOlument, disons-nous, ont-its osé lui 
imprimer Ie cachet d'une condamnation? Sur la doctrine 
de I'Eucharistie, en particulier, notre Eglise a accepté 
la croyance des premiel's siècles comnle Eon étendard et 
80n guide. En présence de ces témoignages, Ie tribunal 
exceptionnel d'Oxford a-t-il la prétention de signaler rE- 
glise primitive comme erronée sur nne doctrine aussi 
vitale? Est-il possible à ses juges de poser ]a main sur 
leur eæur et de réciter ces paroles de )a convocation de 
i 571 : . Les préùicateurs auron t soin de ne rien ensei- 
c gner qui doive être religieuscment observé et cru par 
c Ie peuple, à moins que ces doctrines ne concordent 
c avec l' Ancien et ]e Nouveau Testament el ne soient 
. r écho de la véritahle doctrine des Pères catholiques 
c et des anciens é,rêques ? J Comment peuvent-ils t ainsi 
qu'jls sont tenus de Ie faire, rendre un parei1 tribut à 
l' enseignement des Pères, ]orsque, en même temps, ils 
les condamnent en masse, ainsi qu'ils 1'0nt fait par leur 
d . , dé .' ? 
ernlcre clslon;,.... 
c Nous passons, continue le British-Critic, à une 
autre classe d'autorités à laqnelle Ie docteur Pusey a fait 




69 
appe\ : les théologiens de nOlIte propre Itglise depuis la 
l'éforlne. 
( Pour ce qui regarde la doctrine de nos théologiens 
sur l'Eucharistie, il est un point important à signaler, 
c' est que chacun en particulier et tons en général décla- 
rent ( leur unanimité est remarquable ) que leurs différen- 
ces avec les catholiques l'omains portent seu\ement Sllr 
la manière de ]a présence, de 'Inodo pl'æsentiæ, et pas 
du tout sur Ja présence elJe-même. Le désaccord est sell- 
lenient SlU- Ie 'Inode de La présence, disent les évêques 
Bilson et'lontagu. Toute La controvel-se, dit I'évêque 
Andre\ves, 'I.ollLe SUI' Ie mode. L' évêque 
Ior(on dit que 
la question n' est pas 1'e/alive à la réelle ]J1'ésence, 
que Les protestants pl.0/eSSent allssi. Accordez-nous 
la tl
ansstlbslalltiation, dit l'arche\'êque Bramhall, et 
ce qui suitde cette manière d' expliquer la présence réene, 
et nous n'aurons sur ce point aucun différend avec eux. 
(les catholiques). 
<< L' évêque Ridle), en traitant ce même sujet, nous dit: 
. Dans Ie sacrement est Ie vérilable corps et Ie \.éritable. 
sang du Christ, celui qui est né de la vierge 
Jarie, qui 
est monté aux cieux, est assis à la droite de son père, et 
qui de Jà viendra pour juger les vivants et ]es morts. JI 
te Dieu nous préserve, s' écrie l' é\'êque Hilson, de nier 
que la chair et )e 'sang de Jéslls-Christ soient réel1eo1ent 
présents à la sainte table!" L'évêque Laud 11' est pas ß10ins 
explicile quand it dit : c L'Église d' Angleterre enseigne 
et croit à la réelle présence du Christ dans l'Eucharistie.>> 
Le British-Critic ana1)'se ainsi les témoignages qu'ap- 
portent les théologiens et les év
ques de I'Église anglicane 
2t 



:)70 


à l'appui de la croyance catholique sur la présence réelJe 
dans Ie 
acrenlent des autels. Toutes ces autorités, Ie 
docteur Pusey, en publiant son sermon, les a recueillies 
et livrées au public dans un appendice; c'est dans cel ap- 
pendicc que Ie British-Cl'liLic puise ses citations. On se 
demande, devant ces témoignages, comment Ie sermon 
du docteur Pusey a pu être condamné, lorsque ce théo- 
logien u'a rien dit qui déjà u'ait été avancé par les Pères 
de I 'Église anglicane. Cet extrait de la revue théologique 
de l'école d'O
ford démontre invinciblement que I'Église 
d' Angleterre a tonjours cru à la présence réelle , en même 
temps qu'elle a rejeté la doctrine de la transsubstantiatioD. 
Ceci explique comment Ie doctenr Pusey a dû accepter 
l'opinion de la consubstantiation, quoique tout sou ser- 
mon tende à justifier l' enseignement de I'Église catholique. 
L'auilude prise par les théologiens anglo-catho1iques 
éveilla la sollicitude de l' épiscopat. Depuis Ie jour où les 
a,'eux des professel1rs de l'Univcrsité d'Oxford ont été 
assez explicites pour faire naître dans Ie Inonde catholique 
des espérances qu'un aveniI' rapproché de nous verra 
peut-être se réaliser ; depuis surtout que I' enseignenlent 
de ces doctes lhéologiens a déterminé plusieurs homme
 
éminents à étudier et à cmbrasser la foi catholique, les 
esprits qui sui\'ent avec intérêl Ie travail de régénéra- 
tion qui s'opère dans l'Ég1ise ang1icane, se préoccupent 
vivement de sa\"oir queUe altitude prend l' épiscopat an- 
glican vis-à-vis de! réformateurs. Nous nous sommes ap- 
p\iqué à recueillir les faits propres à éclairer cette ques- 
tion ; et, si nous ne nous trompons, l'épiscopat ang1ican 
qui, dans Ie principe, s' était prononcé contre les pu- 



371 


seyistes, Sf' l'avise aujoul'd'bui, à la vue du prodigieul suc- 
cès oblenu par leur enseignenlent; il cl'aint d'être brisé 
dans son immobililé, sïl cherche à opposer au torrent 
unedigue; it enprend son parli, etserangesousl'élelldard 
levé par Ie docleur Pusey et 
I. Ne\vrnan. 
En effct, que pouvait l'épiscopal anglican au 111ilieu 
(\'un concours de circonstances qui, contre tontes ses 
pré\ isions, fai t, des homInes don t il signalait d' abord Ie 
zèle avec luéfiance, les plus fidèles champions de I'ortho- 
doxie? L'épiscopat passe de leur côté; il fait plus, il 
seluble aspirer à diriger Ie mouvemellt auquel it 11 'a pu 
résister. Nous disons donc que Ips é\'êques anglicans fa- 
vorisel1t aujourd'hui Ie ùéveloppeo1ent des doctrines ql1'ils 
ont d'abol'd combaUues. C'est ce qu'il nous sera facile de 
démontrer. Conslatons d'abord qu'à Ia convocation tenue 
à Oxford en 1841, les évêques d'Exeter, de Glasco\y, de 
Llaudatf, de Sou or , ont tous voté avec les puseyistes 
contl'e Ie docteur I-Iampden. 
Iais ceci u'est pas tout. L'é. 
vêque d'Oxforfl, qui tit suspendre la publication des 
Tracts, en déclarant ( ceUe publication dangereuse et 
propre à troub1er 1a paix de I'Eglise, J a rélraclé en- 
suile d'une manière solcnnellc son premier jugement. 
Ecoutons-Ie plutôt nous dire lui-01ême ce qu'il pense des 
puseyistes : 
( ....... Ces quatre deruières années ont été témoins 
du l'apide développelnent de principes que Ie monde a 
identifiés avec Oxford. Ccs principes ont, dans ce court 
espace de temps, pris racine non-sclliement dans notre 
voisinage et les di verses parties de l' Angleterre, mais its 
ont passé les rives de notre He, et nons les trouvons im- 



372 


plantés aujourd'hui, ùn nord 3U midi, de l' est à l'ouest , 
partout oìll'on rencontre des membres de I'Eglise angli.. 
cane. 
c... .,. 
Ialgré leurs fantes, les Traités pour Ie temps 
présent (T1'acls (01- the TÙnes) ont exercé, sons plusieurs 
rapports, un(
 heureuse influence. Leur erfet sur les per- 
sonnes qui ne sont pas en communion avec nous, les dis- 
sidents et les romalllstes (catho1iques), a été très-sensible. 
!\Iais c"esl Burtout au sein de notre Eglise qu'il est impos- 
sible de méconnaître leur bienfaisante action. Comment 
méconnaître]a renaissance dont nous sommes témoins , 
ce désir d'unité qui partont se manifeste? Le sentiment 
de notre schisme coupable se développe ; on soupire après 
cette ùiscipline que nons avons presque entièrement per- 
due; on veut que l' obéissance à l' autorité ecclésiastique 
soit plus prompte et plus parfaite; que les fêtes et les 
jeùnes de l'Eg1ise soient mieux observés; que les sacre- 
ments soient administrés avec plus de décence et de res- 
pect; que Ia dévotion et l'abnégation deviennent plus gé- 
nérales. En présence de ce mouvement , du progrès que 
ces idées ont fait depuis dix ans, il est impossible de ne 
pas reconnaître que les auteurs des T1
acls ont été les 
humbles instruments de la Providence, en secondant Ie 
développement de ce travail intellectue1. J 
Le prélat parle ensuite de la célébration des ofilces et 
des fêtes: 
( Deux services faits Ie dimanche dans les paroisses OÙ 
jusqu'ici on n.en a célébré qu'un seul, l'observation des 
fêtes ùn Carênle, de la Semaine-Saiule, ùes Qualrc-Temps 
cl des Rogations, peu\'ent nons aider à arriver peu à pen 



373 


à 3\'oir dans nos ég 1 ises un service quotidien. tes jeûnes 
de l'Eglise accoutumeront les fidèles à l'abnégation, et 
nous espérons que Ie luxe diminuera à mesure que nous 
verrons augmenter les aumônes du riche. ) 
Les extraits du British-C1
itic; que nous avons mis 
sons les yeux du lecteur, prouvent que les réformes 
désirées par Mgr d'Oxford, sont depuis longtemps deman- 
dées par les savants professeurs de cette Université, et 
que l' évêque adopte entièrement leurs vues. V oici en 
outre un aveu qui montre que les évêques anglicans ne 
se font pas illusion sur la profondeur de la plaie creusée 
par Ie protestantisme au sein de la société anglaise : 
c Croyez-moi, ce dont nous aYons Ie plus grand besoin, 
c' est la paix , afin que l'Eglise puisse se fortifier et pour- 
voir au besoin spirituel de populations qui se précipitent 
vers l'athéisme, (aule d'instl
uction religieuse. C'est à 
l' ombre de la paix que I'Eglise se préparera au dénoue- 
ment de la lutte terrible engagée entre Ie bien et Ie mal, 
dénouement vcrs lequel les événements nous poussent 
avee une prodigieuse I'3pidité (1). ) 
Ainsi done, 
Igr d'Oxford s'attend, dans un aveniI' pro- 
chain, à quelque grand changement dans la situation re- 
Jigieuse de l'Angleterre ; il en sent la nécessité, et cette 
conviction, qu'il partage avec les puseyistes, est aussi 
cel1e de plusieurs autres évêques. Uoe feuille protestante 
de Londres constate le fait en ces termes : 
H II sera consolant, nous dit le 
'Iornillg-Post, organe 


(I) Nous avons extrait ces passages d'un discours prononcé par 
l'é\'êque d'Oxford, Ie 23 juin t842, dans l'église de Sainte-
Iarie, en 
présence des membres de I'U niversité et d'un nombreux clcrgé. 




74 


de I'al'istocratie, pour tous les amis de I'Eglise, (Iui re- 
grettent Ie re1âchement de la ùiscipline ella perversion 
de I'Eglise d'Angleterre, d'apprendre que les évêques 
d'Edimbourg et de Glasco,v ont , dans leurs instructions 
au clcl'gé de leurs diocèses, adopté la ligne de conduite ùe 
I'évêqne d'Oxford. lis ont encouragé ceux de leurs ecclé- 
siastiqnes qui s'effo!cent de restal1rer la purete des pre. 
Iniers siècles, el ils leur ont fait, dans les termes les plus 
énergiques, un devoir de conlinuer Icurs efforts. 
f Depuis quelque temps, continue la même feuil1e , 
l'épiscopal écossais sent la nécessité de se conformer 
a"ec rigidité aux prescriptions de )a rubrique du livre 
de prières (book of common prayer), ainsi qu 'aux articles, 
homélies et canons de I'Eglise, presc.'iptions depuis si 
]ongtemps négligées, sinon entièrelnent abandonnées. " 
Ajoutons à la liste de ces prélats Ie nom de l'é- 
vêque de Salisbury. C' est en présence do priolat d' An- 
gleterre et de l' évêque de Lonùres qu'il a prononcé Ie 
discours remarqualJle dont nons regreUons de ne pouvoir 
reproduire que quelques phrases. Ce discours avait pour 
texte ces paroles de rEvangile selon saint Jean: c Afin 
<< que tOllS ne soient qu'un, comme vous, mon Père, êtes 
c en moi, et moi en vous : qu'ils soient de même en 
. nous, afin que Ie monde croie que vous m'avez en.. 
. voyé. . 
L'évêque d'Oxford nous a dit que I'Eglise anglicane, 
par défaut d'instruction, laissait Ie peuple marcher à l'a.. 
théisme; l' évêque de Salisbury reconnait de son côté 
l'impuissance de l'anglicanisme pour porter au loin les 
lumières de I'Evangile. 



37
 


c Je Ie décJare, quoique à regret, nous dit-il, nos mis 
sions n'ont aucun succès. QueUe en est la cause? - La 
manque d'unité. Comment peut-on espérer de convertir 
les nations infidèles lorsqu'on n'est pas dans l'unité par 
Jésus-Christ? A qui peut-on faire accepter les doctrines 
du chl'istianisme, lorsqu' on offre à tous les yeux Ie spec- 
tacle des divisions les plus profondes, du schisme et des 
hérésies? . 
Econtons encore: 
a Nous n'avons que des théories; la pratique, chez nous, 
est mOl
te ; la religion, pour nous, est nominale ! ).. _._ 
. Ah ! quand l'unité, qui doit donner la vie à toule I'Eglise 
du Christ, sera-t-eJJe rétablie? C' est là notre arllent dé- 
sIr..... . 
c Oui, l'unité est désirable, et eUe est aujonrd'hui ar- 
demment désirée : on peut même dire qu'elle l'est ayec 
excès ; car, d'uo côté , un grand nombre, par amour de 
l'unité , se rapprochent de Rome avec un empressement 
qui lle connaît pas de bornes. Sans doute, l' évêque de 
Rome est lc pl'emiel
 évêque du monde ; mais Rome a 
des ré{ormes à opére1
, sans lesquelles l'union est im- 
possible. . 
Ailleurs, l\Igr de Salisbury protes(e au nom de l'angli- 
canisme contre I
 dénomination d'Eglise établie par la 
loi qui lui est officiellement donnée : 
. 
Ialgré l'union, a-t..il dit, qui existe entre I'Eglise et 
J'Etat, ELLE N
EST PAS ÉTABLIE PAR LA LOI; elle remonte 
ayx apôtres..... Cette Eglise d'Angleterre a trop 'Técu sé- 
parée des latins, séparée des grecs, séparée du moude ; 

 
aujol1rd'hui elle est divisée dans son propre sein ; it fau- 



576 


. 
drait qu' eUe eût de l'unité dans ses doctrines, dans ses 
pratiques une discipline réelle, pour s' offrir elle-même 
comme l11odèle, pour de,'enir un centre d'unité ! J 
Recueillons ces précieux aveux, et ces explications plus 
précieuses encore! Constatons avec joie les immenses 
progrès faits par l'Eg\ise anglicane, dans la voie qui sem- 
Lie ùevoir anlener sa réunion avec Rome! Déjà cUe pro- 
clame Ie souverain pontife Ie p't'emie1' des évêques ; déjà 
elle se falniliarise avec ridée d'une réconciliation 
 Son 
isolement l'accable; eUe confesse qU'Ull schisme coupaLle 
a éhranlé ses fonuemcnts. Que (Jourrions-Ilous désirer de 
plus dans Ie court espace de temps qui marque son retour? 
Les événements dont nous son1mes témoins parIent avec 
assez d'éloquence pour intéresser Ie monde calholique 
en faveur de I'Angleterre ; les prières de l'Eglise opèreront 
bienlôt de nouveaux prodiges; ll1ais ce qui se passe dans 
Ie secret des cæurs est voilé à la curiosité inquièle du 
public. 
Nous aVOlls vu plus tard les évêques anglicans, à l' oc- 
casion de leur tourllée dio
ésaine, en f842, puLlier des 
lettres pastorales qui ont fail pendant plusieurs Illois Ie 
sujct de la polémique des jourllaux de Londres. Les uns 
accusaient l' épiscopat d' encourager des ten dances pa.. 
pistes; les autres défendaient les prérogatives de l'auto.. 
rité ecclésiastique , et voyaicnl avec bonheur les évêques 
suivre et seconder Ie mouven1ent régénérateur dont 
no us sommes témoins. CeUe polémique fnt à la fois fort 
piquante et fort instructive. Les lettres pastora1es les plus 
remarquables élaient ceUes de I'évêque d'Exeter, de 
l'évêque de Salisbury, de l'évêque dfOxford et de l"é- 



377 


vêque de Londres. Elies ont fourni aux organes des di- 
vers partis l'occasion d'exprimer leur opinion sur Ie mou.. 
yement catholique de l'Eglise ang1icane. Parmi ces 
articles il en est pll1sieurs qui n1éritent de fixer l'attention, 
ceux entre autres publi
s par Ie Times; aussi nOllS 
croyons devoir reproduire quelques..unes des réf1exions 
de ce journal. Le Times est, comn1e on Ie sait , la feuille 
la plus répandue du globe. Le Til1
es est un des organes 
du parti tory; il a été Iongtemps un des ennemis les plus 
passionnés et les plus violents des catholiques; mais ses 
préjugés religieux s' affaiblissent à mesure qu'il avance 
dans la voie libérale où il suit les menlbres les plus éclai.. 
rés de )'Eg1ise anglicane. Ces lignes du Times seront 
lues avec intérêt : 
c Nous nous réjouissons, dit Ie Times, à la vue du 
spectacle que nons offre I'Eglise d' Angleterre. Sa puis- 
sance se relève en même temps que s'accroît la confiance 
en son pouvoir. Quand nous disons pouvoir, nous ne par- 
Ions pas d'un pouvoir temporel ou polilique, mais de la 
puissance morale que doit exercer une Eglise. 
c De toutes parts l'Eglise témoigne de sa bonne volonté 
pour remplir dans toute leur étendue les devoirs spirituels 
qui lui sont confiés. Elle travaille partout avec un zèle et 
un succès qui, if y a peu d'années, eussent été tonrnés 
en ridicule, com me autant de tentatives impuissantes à 
satisfaire aux besoins des populations nombreuses qui 
manquent de moyen d'instruction et qui \"ivent sans re- 
ligion. Une vie to ute nouvelle se développe d3ns Ie sein 
de notre Eg1ise, qui rendra bientõt à son organisation 
intérieure toute l'jrnportancc <Iu' ellc a perùue.... Des 




78 


causes nOlnbreuses ont, par Ie passé, contribué à enll'a- 
ver dans son action I'Eglise d' Angleterre, de la manière la 
pIns pl'éjudiciable 
 son influence spirituelle et aux vrais 
intérèts du peuple. Nous ne résumerons pas toutes ces 
causes; mais nous dirons que la principaJe a été la direc- 
tion lâchc et ,-aine de son gou"ernement. Sa législatul'e 
est, depuis un siècle ..et demi, réduite au silence et à l'inac.. 
tion ; sa jurisprudence et ses cours ont été ayilies, sécula- 
risées, rendues inutiles et absolument inlpuissantes pour 
protéger .1'orc.1re, )a morale, la pureté des doctrines parmi 
Ie penple et Ie clergé. Ses é\'êques ont pour la plupart 
été nommés en ,'ue de leurs titres , de leurs opinions po- 
litiques, on de certaines qualilés plus convenables pour 
des temps d f inc.1ifférence que pour les circonstances diffi.. 
ciles Oil no us nous trouvons. Embarrassés de tous côtés par 
les empiéten1ents de l'Etat, jaloux de leurs prérogatives, 
les é\"êques étaient réduits au rôle de fonclionllaires, 
faisaot avec réserve certaines cérémonies indispensables, 
et e
erçant avec timidité les pouvoirs limités qui leur 
étaient confiés par actes de parlement dans )es matières 
de nature mixte. Ce que DOUS disons est si vrai, que les 
évêchés n'étaient plus regardés que comme des pensions 
de retraite dans l'Eglise, de vérifables sinécures, otiUlll, 
cum dignitate, pour se servir de i'expression employée 
par un êcrivain du Qualerly-Revie'lL' qui critiquait une 
publication d'un savant prelat- 
<< Les conséquences inévitables de cet état de choses 
sonl Caciles à apercevoir. L'Eglise se trouvait enchaînée 
par des règlements de discipline quidatent de deux siècles. 
Elle avait perdu la force nécessaire pour les mettre en 



:579 


pratique et la puissance de les n1odifier, tandis que tout 
autour d' elle, dans la société, prenait une physionomie 
nouvelle.... 
. 
ous avons vu, à diverses époques, surgir des hommes 
pleins de zèJe , d'activité, de dévouement, capables de 
remuer les cæurs, et désireux de travailJer à donner 
à J'Eg1ise ce dont elle avait Ie plus grand besoin. Ces 
hommes reconnaissaient en même temps son autorité et 
se laissaient guider par eUe. 
Iais , après de froides tenta- 
tives pour les décourager et les abattre, notre Eg1ise les 
a laissés se retirer de son sein et les a vus entrainer avec 
eux dans Ie schisme la moitié d'un peuple qui devrait I":i 
appartenir (t), se contentant, en présence de ces défec- 
tions, d' écrire des traités contre I' enlhousiasme. 
c Plus tard, des écoles de théologie se sont formées, 
dont les controverses ont longtemps jeté Ie trouble dans 
les esprits, et cependant aucune tentative n'a été felite 
pour que les questions en dispute fussent résolues par 
l'autorité compétente. Des changements se sont par suite 
introduits dans la discip1íne et les cérémonies, au point 
que Ie clergé vit aujourd'hui sous deux sortes de lois 
contradictoires : l'une écrite, I' autre traditionnelle. Cette 
dernière a reçu de la pratique force de Ioi, et pOU1
 cou- 
ronner tout cela et rendre la confusion pire, Ie parlement 
(composé de dissidents de toutes les sectes) s' est mêlé 
chaque année de l'administration temporelle, de la juris- 


(I) Le Time, Cait ici allusion à 'Yesley et autres chefs de sectes 
qui, en .se séparant de I'Église, ont établi des communions dissi- 
dentes. 



380 


prudence, de la discip1ine, de l'organisation épiscopale , 
en un mot, de toutes les affaires de I 'Eglise, à l' exception 
de ses doctrines. 
c }Iais tous ces maux ont heureusement atteint leur 
maximum, et l' élat qui les a produits disparatt rapidement. 
Les hommes auxquels revient Ie mérite d'avoir éveillé 
l' esprit de réaction qui se manifeste non-seulement parmi 
les laiques et Ie clergé inférieur, mais encore dans une 
sphère plus élevée, ont, quoi qu' on en dise, rendu un ser- 
vice réel à I'Eglise et à la nation. De tous les fruits de 
ceUe réaction qu'il nous a été permis d'apprécier, les 
plus remarquables et ceux qui auront les conséquences 
les plus importantes, sont les lettres pastora1es que nos 
évêques ont pub1iées cette année. II est impossible de les 
lire sans voir que no tre Eglise commence à reprendre 
son gouvernement; que l'épiscopat est déjà quelque chose 
de plus qu'un vain nom..... J · 
Le Times termine l'article auquel nous empruntons 
ccs citations, en exprimant Ie désir de voir l'.Eglise angli- 
cane devenir un jour dans Ie moJltde une puissance mora- 
]isatrice. Ce qui s'est accompli dans son sein, les dißìcul- 
tés qu' elle a déjà surmontées, les excel1entes dispositions 
de ses membres sont, de l'avis dn Times, autant de ga- 
ran ties qui font espéret" que l'A.ngleterre De s'arrêtera pas 
dans la voie OÙ nous la voyons engagée. C'est aussi l'opi- 
nion et Ie væu Ie plus ardent des calholiques, qui se ré- 
jouissent de voir une Eglise, Iongtemps séparée de l'unité 
calholique, revenir à des doctrines et à des pratiques qui 
préparent sa rentrée dans l'Eglise universellc. 



CHAPITRE XIII. 


SO
ljIAIRE. 


Accroissement de rinfluence des puseyistes. - Luttes au sein de 
I'Université. - Lpur triomphe sur Ie parti évangélique. - Affaire 
du docteur Hampden. - De l'intérêt excité par Ie progrès des 
doctrines d'Oxford. - L'opinion publique s'émeut. - Lea advcr- 
saires du parli anglo-catholique. - Leur tactique. - Polémique 
des feuilles protestantes. 


Tandis que Ie pub1ic anglais se préoccupait de sa"oir 
queUe était en réalité la force numérique et I'influence des 
puse)'istes, une cil'constance se présenta qui vint révéler 
leur puissance. La Providence fournit à la nouvelle école 
I 'occasion de compter les siens, afin, sans doute, de rani- 
mer Ie courage de ces hOll1mes pieux, abreuvés jusque-Ià 
de tant de dégoÛlS dans l'accomplissement de leur labo- 
rieuse tâche. Ce rut, à notre a,'is, un événement d'une 



382 


gl'ande importance, que celui qui PCt'Dlit d 1 apprécier la 
force numérique du parti d'Oxforù au sein même de rUni- 
versité, et no us croyons être agréable au lecteur en Ie 
Jeur racontant avec quelques détails. 
Le 7 juin 1812, la \'ille d'Oxford présentait uue ph)"- 
sionomie des plus animées. Les Inelubres ùe I'Université, 
évêques, lords, menlbres du parlement, y arrivaient en 
toule hâle. Doe as
emblée générale y était convoqnée 
pour décider une question qui depuis plusieurs années 
s'agitait dans son sein. Antérieurement à t836, Ie ré- 
vérenù IIampden a\'ait publié un ouvrage intitulé 
Ba111]Jlon lecllll 1 es, dans Icquel se trouvaient émises 
plusieurs opinions hétérodoxes sur la doctrine ùe la tri- 
Dité et des sacrements. Ces discours, sur les erreurs des- 
quels on a\'ail d'abord fermé les yeux, avaient été pro- 
uoncés de
ant les étudiants de l'Uni\'ersité, et avaient 
\'alu au profe
seur de nOßILreuses faveurs. 
Iais, en 1836, 
Ie Jocteur IIanlpden se trouve suhitenlent arrêté dans sa 
carrière privilégiée, au InOOlent où la reine, sous l'in- 
fluence du ministère, venait de lui contier la chaire de 
Regius IJro{essor de théologie. L'Université s'énleut de 
cette promotion; elle ,.eut de son côlé faire acte d'auto- 
rité, et nous la yoyons adopter, dans une réunion solen- 
neUe, un statut qui censure Ie ùocteur IIanlpden, et ùé. 
cide que son COllI'S sera suspendu jusqu'à ce qu'il fasse, 
bonâ fide, rétractation de ses erreurs. Le docteur IIamp- 
den, forcé de gardeI' Ie silence, a publié depuis cette 
époque plusieurs ou\'rages; il a rnêlne livré au public 
\Ine seconde édilion de ses Banl,}Jlon lectures, mais 
sans donner Ie Dloindre signe de repentir. 



383 


Les membres de l'Université, qui a\aient appeté I'ana_ 
thème sur Ie docteur Hampden, fornlaient à Oxford Ie 
parti hostile à ['administration 
Ielbourne, au ministère 
,,-big; et , si l' on en croit certaines chroniques, la poli.. 
tique aurait ell tout autant d'influence sur leur conduite , 
que Ie désir de conserver pure et intacte la doctrine de 
I'Eg1ise. Quoi qu'il en soit, les am is du docteur Hampden 
épiaient Ie n10lnent de prendre leur revanche, et its ont 
attendu six ans. Ce n'est qu'en 1842 qu'ils ont cru Ie 
moment opportun pour relever le professeur HampJen de 
la censure qui pesait sur lui. 
Lesdoctrines puseyistes a,'aient fait depuis quelques au- 
nées des progrès alarmants aux yeux d' une partie de I 'Eglise 
anglicane; plusieurs évêques a vaient pris la parole pour 
prémunir Ie clergé et les fiJèles contre leur danger. Iden- 
tifier la cause du docteur IIanlpden à celie des ennemis du 
puseyisnle parul devoir assurer Ie triomphe de la première. 
Ainsi raisonnaient les amis du docleur Hampden. Nous les 
vîmes cependant procéder avec tinlidité et avec ruse; 
c' esl par surprise qu'ils cherchèrent à atteindre leur but. 
Le 12 mai, iIs proposèrent à I'Université un statut qui 
créait un nouveau bureau d'exao1en. Ce statut renfcrnlait 
Jes germes de plusieurs changelnents iU1portants; et par 
suite de cOllsidérations dans lesquelles nous n'a\'ons pas 
à entreI' ici, il fut convenu qu'il serait voté dans son 
ensemble, qu'it serait adopté ou refusé en bloc, sans 
qu' on eût à en discuter les clauses particu1ières. Le sta- 
tut , dans ses dispositions, présentait assez d'avantages 
pour réunir la majorité des suffrages; il rut en effet 
adopté. 
Iais un des articles de ce statut désigne les 



58:\ 


dignitaires qui sont appelés à e"tan1iner les étudianls 
en théologie, et parnli eux se trouve Ie professeur au- 
quel est confiée la chaire occupée en ce moment par Ie 
docteur Hampden. De là les amis de ce dernier con- 
cluaient que Ie docteur Hampden, appelé à examiner les 
étudiants en théologie, à leur accorder on à leur refuser 
leurs grades universitaires, pourrait désormais prof'ðsser; 
que l'Université, en adoptant Ie statut qui venait de lui 
être présenté, avait tacítement rescindé son jugement de 
1836; et aussitôt Ie parli hostile aux puseyistes d'annon- 
cer avec satisfaction ce résultat. On se rend facilement 
compte de l'irnpression que dut produire cette nouvelle 
parmi les membres de rUniversité qui avaient appuyé la 
condamnalion du docleur IIampden. Des meetings sont 
convoqués dans tous les colléges, des pétitions sont adres- 
sées au chancelier; on pro teste contre l'interprétalion 
pharisaïque que les amis du professeur donnent à la clause 
(lu statut par laquelle ils justifient leur prétention. De son 
côté, le docteur Hampden veut assurer Ie succès de la 
tentative faite en sa favenr, et il cherche, dans ce but, à 
envelopper dans sa disgrâce tout Ie parli hostile au
 pu- 
seJ'istes. Le professeur remonte en chaire, et se pose 
comme nne \'iclime des l1'uctarians; il attaque avec 
plus de violence que de raison les rloctenrs de la nouvelle 
école daus un discours sur les trente-neuf articles, où 
il cherche surtout à combattre Ie faDIeux traité connu 
sous Ie numéro quatre-vingt-dix. 
Ce rliscours eut pour effet ùe fon1enter l'agitation. Les 
puselistes ,'oulurent SOlllneUre de nouveau la queslion 
à l'Université ; OD en appela à uue assemblée générale; 



383 


tous ses memhres fluent convoql1és. Oxford se divisa en 
deux camps bien distincts : celui des puse)'istes el celui des 
hampdenisles. Ces dcrniers signalèrent leurs adversaires 
à I'indignation publi4ue en les accnsant de papisrne; its 
cherchèrent à les accablcr, en provoquant contre eux Ie cri 
sinistre : A bas les papistes ! 
Jais en dépit de leurs efforts, 
Ie moment solennel OÙ rUniversité devait prononcer était 
arrivé; ses luembres passèrent au scrutin, et 336 voi { 
contre 219 se prononcèrent pour les papistes! Le docteur 
lIanlpden ne put pas reprenòre sa chaire; la censure pro- 
nOllcée contre lui est encore en pleine vigueur. 
Chacun peut apprécier l' effet moral produit par ce 
vote. Non-seulenlent il constatait la force numérique des 
puseyistes, ß1ais illes posait COlonle les gardiens vigilants 
de l'orthodoxie de I'Eglise anglieane. C' est avec raison 
que Ie journal Ie plus influent de I' Angleterre s' écriait , 
en rendant compte de cette lutte : . Qn'il était impossi- 
ble de fournir aux partisans des T'l'acts l'occasion d'un 
trioßJphe plus éclatant. Car qu' on ne dise pas, ajoutait-il, 
que certains ßIeInures de IlJniversilé ont pu voter a \'ee les 
puse)'istes sans partager leurs opinions; non, Ie docteur 
IIampden a pris soin de nous assurer lui-même que ses 
antagonistes sonl les puse)'istes et les puse)'iSleS seuls. >> 
I
a nouvel1e école d'üxford se trouve done en majorité 
dans l'Université ; c' est eUe qui élève la ,'oix pour signaler 
les erreurs dont 011 cherche à entacher la doctrine de 
l'Eglise! 
Ce triomphe du parti anglo-eatholiquc ne fit qu'enve- 
nime}' )a polénlique soule\'ée par son enseignemcnt, 
poJémique à laquelle la presse anglaise prcnail, depuis 


.:)... 
.ë:> 



. 


:>86 


is!lO surtout, une part très-active. Les articles des feui\les 
quotidiennes constatent la préoccupation générale où la 
question religieuse lient Ie pnb1ic anglais; à ce titre, 
il est assez curieux d' enrebistrer ses éloges el ses récri.. 
minations. 
Tous les journaux et feuilles périol1iques se sout, au 
commencement de la lulte, prononcés pour ou contre les 
théologiens d'Oxford. 
Vue lettre publiée par the Globe demandait que la 
législature nationale fùt appclée à trancheI' les difficullés 
que soulevaient les questions agitées par les professeurs 
d'Oxford. CeUe lellre fut le signal d'un véritable déluge 
d f épîtres et d' articles, dans lesquels, sous Ie luasque de 
l'anonyme, les écrivains ont censuré avec sévérité et 
amertume l'aUitude silencieuse on timide des évêques 
anglicans. 
Le lJlol'nilig-Chrollicle, qui soutenait la cause dite des 
évangéliques contre les honlmes énlinents d'Oxford , aux.. 
quels il s'est rallié depu
s , répondait à son confrère Ie 
.lJ or1Zing-Post, en déclarant que les attaquesdont ce del"- 
nier se l'endait coupable contre Ie cIergé évangétique , 
monlraient clairenlenll' esprit Inonùain dans lequella nou- 
veHe secte avail pris llaissance et qui la caractérisait. Le 
ltlornillg-Chrollicle allait jusqu'à accuser les puseyistes 
d'avoir souil1é leur caractère de manière à no laisser au- 
cun espoil' de réhabilitatioll. Seloll ceUe feuille, leurs 
principes sont erronés et leur piété est superstitieuse. 
L 9 ardcur du Chronicle pour la défense de I'Eglise 
hasse, appelée Lou) church, lui faisait accuser Ie TÌlnes 
de Inanquel' de tact dans tout ce qui regarde Ie sens 



387 


moral, parce qu'il a\ ail e
anliné et traité froideillent 
la question. Le Chronicle concluait enfin (rUne leltl'e 
que Ie dOCleur 'Viselnan avail adressée à 
1. Ne"'lnan, 
tln'it n'y avait aucune différence entre l'enseignen1ent 
dfOxford ct celui du Vatican, parce que Ie docteur'Vise.. 
man regardait Ie mou\'ement d'Oxford comme c une lutte 
de nobles esprits qui cherchent à briser les chaines qui 
les ont lié:; pendant de longues années, . et que (( cet 
émillent papiste, continuait Ie 111ol'uing-Chronicle , re- 
mcrcic la Providence du mou vement vers les idées et les 
sentiments catholiques qui s'est manifcsté chez les théo- 
logiens dfOxford. J 
Le Sun, feuille radicale, attaquait Ie Slandal'd, jour- 
nal tory, parce qlle celui-ci prétenùait que, parmi les 
plus hautes autorités de l'Eglise, rarchevêque de Cantor- 
béry ayait en raison d'intervenil" pour inlposer silence aux 
rédacteurs des Tracts {or tile Til1
es. Le Sun s' efforçait 
de démontrer que l'intervention de l' épiscopal serait inl- 
puissante pour calmer l'inquiétude qufavaient éveillée 
les puseyistes; que l'Eglise d' Allgletel're, teUe qu' elle 
est administrée aujourd'hui, ne répond pas à l'état ac- 
tuel de la société, ct coo1bien les doctrines qu' eUe en.. 
seigne sont peu propres à rClnplir les espérances et à 
donner satisfJctioo au't: senlilnents nature)s de l'homn1e. 
Les article3 de la presse òe Londl'es se h'ouvaient 
cOll1nlentés et reproduils pal' les journaux de loutes les 
couleurs sur les divers points de l'elupÎl'e. Plusicurs 
feuilles irlandaises, eu reprofiuisant la leltre d'un jellne 
Hlelnbl'e de t U nivel'sité d' Oxford, I' on t saluée comme 
un premier gage (lfesvél'ancr, qu(' ce déhat aurait unp 



588 


heureuse issue. Le Limel'ic/î Chroulcle assurait ses lee- 
Icurs que l'opinion des anlis les plus clairvoyants de 
I'Eglisc (\'Angleterre était que ces di,'isions intestines en- 
Iraîncraicnt la destruction de l'anglicanisme, et pour leul' 
faire croire que ce monlcnt est plus ayancé qu'i)s ne Ie 
pf'nsaient, it ajoutait, quoique ceUe nouvelle se démenlit 
par el1e.111ênlc , que Ie docteur 'Visenlan el les premiers 
thl;ologiens catholiqucs de l' Anglelerre étaient l'éunis à 
Londres, tenant un conci]e où ils débattaient la question 
de savoir 8'11s prendraient parti pour les pu
eyistes, el 
s',ls entreraÌent cn conlmunion avec eux. 
Les principes rCDlis en honneur par Ie docteur Pusey 
trouvèrent de l'écho jusqu'en Amérique. Le nom de 
lJroteslanl, disait Ie .J.VClV r01'!i Freeman's Joul'llal, 
paraît lomber en ùiscrédit. A )' exenlple des théologiens 
d'Oxford, ]es ministres de la haute Eglise revendiquent 
chez nous Ie titre de calholiques. 
Le réyérend docteur 
Iiley de Dublin fit, dans one 
adressc publiée par Ie Dublin Evening Post, un appel 
à tous les protestants des Iles-ßritanniques pour les pré- 
,'enir conlre les savants professeurs dont les doctrines 
rencontrèrent òès Ie début tant de sympathies. 
Pendant que la presse se livrait à ceHe polémique, la 
chaire nc res{ait pas Il1Uette. Londres compte déjà plu- 
sieufs églises OÙ de picux ministres propagenl )es idées 
de renaissance catholique et sonl éeoutés avec faveur. 
Le Brighton HeraLd annonçait, il y a deux années, que, 
dans Ulle ùes ,'ill
s du nlidi de l' Augletcrrc, sur seize ee- 
clé
iasli4ucs (Iui )' résit1aient, trcize élaienl puscJistes, et 
cc jOLl'Lwl ajoutail qU'UIH
 lllajorilé V1us ou n
oins grande 



389 


était assurée aux pnseyisles dans un grand Hombre d'au- 
Ires loca1ités. Dans quelques villes, la ehaire est devenue 
l'éeho de savantes eontroverses, soulevées par les Tracts 
et Ie British-Critic. Ainsi, nous avons mentionné ail- 
leurs qu'un des minish'es anglieans de Preston s'efforçait 
de démontl'er que l'Eglise de Ron1e n'est pas l' Anteehrist, 
tandis qU'Ull n1Ïnistre dissident de celie vil1e conviait Ie 
public à "euir entendre dans sa chapelle la l'éfutation de 
ces serl11ons; c'était Ja Bible en mains ct par Ie témoignage 
des Pères qu'il prétendait établir que rEglise romaine 
est évidenln1ent l' Anteehrist. 
lais ßlalgré les fougueuses 
déclan1ations du ministre dissident, son antagoniste n'en 
sui ,"it pas moins les conséquences des doctrines qu'il 
enseignait, et déjà, disait Ie Preston-Chronicle, des 
eierges allumés brûlent sur nos autels; les prières et 
l'office sonl chantés avec accompagnement d'orgues, et 
les âmes conviées au banquet sacré reçoivent l'absolution 
avant d'approcher des sacrelnents. 
On juge facilement par ee qui précède, de la gravité et 
de la portée du débat engagé en Angleterre sur des qnes- 
tions qui nous trouvent en France si indifférents. Après 
eet aperçu général des opinions diverses qui se heurtent 
et s' entre-choquent sur Ie terrain de eette lutte, entre la 
vérité et I'erreur, nous eiterons un article du Sun qui 
mérite de fixer l'attention , et qui montre l' orage amon- 
eelé sur l'Eglise anglicane, par Ie relâchenlent qui s' est 
glissé dans son sein et les désordres auxquels elle a été 
en proie dans Ie dernier sièele. 
( Le docteur Posey, dit Ie Sun, a soulevé une question 
d'une haute iInportance, à savoir : Si J'Église ù' Anglc- 



300 


terre, teHe qu' el1e est gouvernée et administrée, répond 
à l'état actuel de la société, et jusqu'à quei point ses 
doctrines peuvent satisfaire les sentinlents naturels de 
I'homme, on rempJir ses espérances '? Ces deux questions 
ont élé résolues négativen1ent, et les puseyistes propos 
sent en conséquence de grandes réformes à opérer dans 
I'EgJise. Leurs ennenlÎs admeltent que ce sont des 
- 
homines iutègres, qu'ils ont ù'honnêles intentions, qu'ils 
mènent une vie simp1e, que leur conduitc est exem- 
plaire, qn'ils ont ùes connaiss311ces et du savoir. :\Iais ce 
serait calomnier leur caractèro, compl'omeUre les pro.. 
grès (IU'ils ont déjà fdits et trompeI' l'auente du public, 
que de supposer que l' ordre qn'ils ont reçu de gar{]er Ie 
silence pût, quoique émané de l'arche\'êque de Cantor- 
béry, ]es empêchel' de répondre aux questions qu'ils ont 
soule\'ées, et que leurs recherches pour arriveI' à la vé- 
l'ité puissent être arrêtées par r ordre du doc
eur IIo,vJey, 
prélat à la \'érité très-aimable t n13is fort insignitìant. 
Qu' on ne pense pas que Ie décret ù'un 3rche,.êque ait la 
puissance d.arrêler les investigalions qui se poursuivent 
dans I'Eglise d'Anglcterre. Un archevêque n'a pas Ie 
droit d'interdire la discussion, et sa tentative ne fera 
qu'ajouler aux sujets de dispute qui existent déjà (1). 
c Nous ne doutons nullclnent qu
 les arche\'êques, 
les é\'êques et Ie clergé inféricur ne se trouvassent eXlrê- 
mement beureux de détl'uire Ie puseyisme à quelque pril. 


(t) Cel article élait publié peu de temps après que, sur l'invita- 
tion du primat et de l'évêque d'Üxford, la publ
cali()n des TrJct, 
for the Times était arrêtée. 



59i 


que ce fût; jugez de leur satisfaction s'il ne leur en 
cOlÌtait que l' ordonnance d'un arche,"êque ! 
c Nous ne doutons pas que les souliens de I'Eg1ise, les 
défenseurs des ta
es qu' el1e impose, les dénonciateurs 
de 
I3ynoolh, ceux qui solticitent l'extension de I'Église, 
les a\'ocats de la suprélnatie et de l'intolérance du c1ergé, 
nous ne doutons pas que tOllte celte cohol'te de saints 
personnages, ne pense qne l'Eg1ise d'Angleterre aurait les 
plusgraudes obligations à l'archevêque Ho,vtey,s'il pouvait, 
sans autre forma!ité, tarir ce qu'ils appclIent une source 
empoisonnée, et guérir la plaie qui atleste au monde sa 
diITormité et sa misère; rnais Ie docteur Howley n'a pas 
cette puissance. Le pub
ic s' est ('mparé de la question; 
les journaux ont pris partie Si Ie docteur Pusey garde Ie 
si1ence; si 
1. Newnlan ccsse d' écrire et de prêcher; si 
Ie doctcl1r Sewel reste tranquille; si Ie docteur Hook 
préfère la sin1plicilé du mélhodislne aux cajoleries d'uD 
quasi-papisme, d'autres hommes se lèveront dans Ie 
sein de I'Eglise qui aideront Ie public à découvrir les 
fa utes et les "ices d'une institution corrompue et en déca- 
dence. 
f Nous pensons que les puseJistes ont parfaitement 
raison dans Ja solution qu'ils OHt donnée des problèmes 
qu'ils avaient à résoudre : l'EgIise d'Angleterre ne répond 
ni aux besoins de la société, ni 3t1X espérances, ni aux 
sentiments naturels de I'holume. )) 
Si quelques organes dans la pl'esse rendent honunage 
3UX généreuses intentions des hOlÐD1es d'Üxford, ils 
son 1 de la part de leurs antagonistes l'objet d'attaques 
chaqnc jour plus ,-iolentes. C'est au milieu de ces 



39'" 


déchi,'enlents, et pour procurer, sans doule, une agréa- 
LIe divcrsion aux esprits qui s' en aftligent, que l' ang1i- 
canislne seluhle méJiter de vasles projets de conquêtcs. 
l\lais DOUS doutons qu'il parvienne à détourner par là 
]' orage (luÎ gronde dans son sein; ses efforts sel'ont ilU- 
puissants à élever dans l'lnde, en AI11érique', dans I' Aus- 
ll'asic, dans la Terre-Saintc et au sein Inêlnc de l'Europe 
continentale, ainsi qu'iI l'a entl'cpris, l'édi[icc dont it He 
pent pré\'enir Ja rnine en Angleterre. 

Iajs si nous SOUHlles cahues spectateurs de toules ces 
tcnlati\'cs, it n'en cst pas de nlêluc de nos rrères égarés. 
Ce sout les protestants de la France et de l'Allenlagne qui 
s'inquiètent el s'alarn1ent des en\'ahissen1ent
 de I'an- 
glicanisme; ils y voient . ux PLA:S QUI 'IENACE ),,\ RÉ- 
}"OR'IE (t). ) Certains articles de la Gazelle ul1ivel'selle 
de Lcipsik et de ]a Gazette évangeliqlle de Berlin, ont 
trahi l'énlo1Îon prodllitc C
 A1!clllagne p31' les rapports 
qu'on a tenté d'établir entre I'Eg1ise de Prusse et celIe 
d'Auglcterl'c. 11 est done é\'ident que les tentatives faites 
pour opércr un rapprocht'ment enfre Ie Inthérauisme et 
l'anglicanisme, ont en pour résuhat d'exciter In jalousie, 
l'aninlosité des communions protestantes, et de constater 
l1nc fois de plus la profonde anarchie qui dévore les 
Egliscs dites réformées. 
A I'épúque ùu voyage du roi de Prusse en Aogleterre , 
no us ,'înlcs, d'une part, Ie clergé protestant de l' An elnagne 
protester contre I'orthodo'tie de I'arcbevêque de Cantor... 


(I) Le Semeur, journal pl'OlC
lant. 



3D;) 


béry; tandis que, ùe l'autre, Ie clergé de l'Eg1ise anglicane 
ré\"oqnait en doute I'orthodoxie du pape de Berlin. 
Vue question préoccupa un instant Ie 1110nde religieux 
de la Grande-Brelagne. Ce n' ét:lÎt ni plus ni lTIoins que de 
savoir si Ie prince de Galles pourrait Jégalement et consti- 
tutionnellement monter sUI'le trône , ct hériter de Ia tiare 
3nglicane, après avoir été tenu sur les fonts baptisnlaux 
par un parrain qui professe un culte dissident! 
Le cJergé de Londres ren1Ìt à l'archevêque de Cantor- 
bél'Y une protestation contre Ie baptême célébré avec tant 
d'éclat à \Vindsor. Dans cette pièce, Ie prim at de I'Eglise 
d'Henri VIII est supplié d'intervenir et de se prononcer 
contre une innovation qui porterait alteinte à la pureté 
de l'ang1icanisnle. 
L'exelnple du clergé métropolitain trOU\"3 des iInita- 
teurs. L' évêqne de 'Yinchester fut invité par les ecclé.. 
siasliqllcs les plus élninents de son diocèse à transnlettre 
à l'archevêque de Cantorbéry un mémoirc où Ie roi de 
Prusse est dédaigneuselnent 3 ppelé dissentel'. Or, dans 
l'opinion de ces théologiens, Ie dissentel', n' élant pas en 
communion a\'ec I'Eg1ise anglicane, De saurait initier 
convenablement à la foi de cette Eglise celui qui est des- 
liné à en devenir Ie chef. Nous ne savons ce que l'émi. 
nent prélat a répondu à cette objection. Dans I'Eglisc 
apostolique romaine, un protestant ne serait pas admis 
comme parrain d'Ull enfant catho1iquc, ct Ie prêtre qui 
baptise exige du père spirituel de l'enrJul une profession 
de foi orlhodoxe. 
Le clergé anglican se trouve done dans l'alternati\"e 
tradnlcttl'c l'orlhot.1oxie du nlonarquc luthél'ien, ou de 



394. 


nier qu'il ait pu canoniqnemen1 tenir sur les fonts hap- 
tisn}aux Ie prince òe Galles. II est fâcheux vraiment 
que les casuistes de 1'3nglicanisme n'aient pas songé à 
pré\"enir l' événement; Inais dans r état acluel des choses, 
ils paraissent déterminés à soutenir que Ie prince de 
(;alles nc pent pas être regardé comme un véritable an- 
g1ican et qu'ipso [acto il est déchu de tOllS ses droits 
au trône des royaumes protestants d'Angleterre, d'E.. 
cosse et d'lrlande. C'cst ainsi que Ie clergé ù'Angleterre 
sut gré au monarque prussien d'être yenu honorer de sa 
présence la cérénlonie du baptênle rOJal! CeUe question 
si inopinénte
lt soulevée au Inoment où ron nous parlait 
ùe rapprochements entre les Eglises proteslantes d'Alle- 
ßlagne el ù'Angleterre, parut scandaleuse à quelques- 
uns tJes journaux qui out Ie plus fêlé sa 
lajeslé prus- 
sienne; ils sïndignèrent de la témél'ilé cléricale, et décla- 
rèrent que les puse)'iSleS seuts a\'aient pu signer les pro- 
testations contre la \'alidilé dn baplême de "Tindsor. La 
question pourrait bien, dans If opinion du Gloúe de Lon.. 
dres, enfanter une ré\'olution ! 
( Si les ]Jllseyistcs, nons disait ceUe feuille, continuent 
à 3ugnlenter dans I'Eglise, dans la proportion où its se 
sout mu1tipliés depnis cinq ans, nous regardons comme 
très-probaLle, qu'ils parviendronl à acquérir assez d'ìn.. 
fluence dans la législature pour ioterrompre l'ordre régll e 
lier de la succession au trône, à l'époque ulIle prince de 
Galles sera appelé à y monter; et cela }Jarce qu'il a eu 
pour parrain Ie chef de ] 'Eglise I uthérienue ! " 
C' est ainsi que les ennemis du D1011YCment catholique 
ont cherché, en rapprochant du non1 de puseyistes I'idéc 



39B 


d'une révolution , à rendre ûdieux ces hommes qui, par 
la prière, l' étude et la pratique des plus belles vertus, 
s' efforcent de ramener leurs frères dans la voie de 1'01'- 
thodoxie. C'est ainsi qu'un grand nombre de journaux 
travailJent en Angleterre avec une incroyable activité à 
prémunir Ie public contre les savants lhéologiens d'Ox- 
ford. On leur aUribue dp.s propos qu'ils n'ont jamais te- 
nus, des paroles qu'ils }1' ont pas écrites, des pratiques 
qu'ils réprouvent, des 3ctes auxquels ils sont étrangers. 
Les uns les font plus papistes que Ie pape, plus catho- 
liques que l'Église ronlaine, dans l' espoir qu'il restera 
toujours quelque chose de ces exagérations. Telle est en 
particulier la taclique suivie par un journal d'Oxford, 
animé d'un esprit systématiquement hostile à tout progrès 
vel'S les idées calholiqnes. Que ne ferait-on pas dire à un 
auteur, en groupant arbitrairement les mots que r on trouve 
dans ses li\'res? Le Chronicle, à l'aide de quelques ex- 
pres
ions çà et là elnpruntées aux ou\'rages qu'il cite et 
combinées par ses rédacteurs avec un certain art, prétend 
expliquer à son publie protestant ce que c'est que Ie pu- 
se).isme. 
ous connaissons Ie but de ce travail, et nous 
avons eru, en donnant ce pelit échantillon de I'habileté 
du Chronicle d'Oxford , de\"oir prévenir Ie lecteur conlre 
les citations tronqllées et inexactes qui nous arrivent 
par les jouroaux lJ' ol1tre-
lanche. II nous serait fort 
agréable de trouver fidèle l'exposition du Chronicle, 
mais nous devons à la yérité de dire que les puseyistcs 
ne sont pas encore aussi parfaits catholiques que ce jour- 
nal Ie vrétend. 
· En ql10i consiste 1e pnseyisme? se demande l' Ox- 



396 


IOl'd-Cltronicle. - II consiste, l'épond celte feuille, à 
dire anathènlc all principe du proteslanlisnle (1) ; à aban- 
donner de plus en plus les fondenlents de la réforme an- 
glicane (2); à déplorel' la séparalion d'avec l'Église ro- 
maine (5); à regarder Rome comme notre mère, et à dire 
qu'elle nous a enfanlés à Jésus-Christ (4). II consiste à 
représenter l'Église d' Angleterre com me une esclave 
- 
condamnée aux fers et à un honteux travail; à dire que 
son enseignement se borne à bégayer des formules équi- 
vogues (5); à dépeindre, au contraire, I'Ég1ise de Rome 
comme donnant un 1ibre cours à tous les sentiments re- 
ligieux de foi, de respect, d'amour et de dévotion (6), et 
comnle possédant par ses sublimes bienfaits les droits les 
plus sacrés à notre vénération et à notre recoDlJais- 
sanee (7). II consiste à dire que nos 59 articles sont ]a 
production d'un siècle étranger au catholicisme (8) ; que 
noire liturgic est la condamnation de notre Église (9) , 
tandis que Ie rituel de Rome est un tl'ésor précieux (10), 
et son missel un riche et sacré nlonulnenl ùes temps apo- 
stoliques (i 1). II consiste à déclarer que l'Ecriture n' est 


(I) Let.tre de M. Palmer à Gothly. 
(2) British-Critic, juillet 18
t. 
(5) Traités d'Oxford. 
(4) Leltre de M. Palmer. 
r;) Trailés d'Üxford. 
(6) Leltre de 1\1. Newman au docteur Jelf. 
(7) Traité tl'Oxford. 
(8) Ibid. 
(9) Frond', Remains. 
(to) Trailés t!'Oxford. 
(I t) Ibid. 



597 
pas )'unique règle de )a foi (1); nlais qne les révélations 
divines nous sont aussi proposées par la tradition orale 
dont l"Eglise est dépositaire (2), et que la Bible, sans 
explications ni commcntaires aux ignorants, n'est pas 
propre ordinairement à les dil'iger dans l'affaire de leur 
salut (3). II consistc à affirmer que dans la cène Ie Christ 
est présent sous la forme du pain et du viu (4); qu'il est 
alors personnellement et cOI'porelIement avec no us (5), 
et que Ie clergé a reçu Ie mystérieux et sublime pouvoir 
de changer Ie pain et Ie vin en corps ct en sang du 
Christ (6). II consiste eniìn à défendre comme légitime 
)a prière pour les ß10rts (7); à établir une dilTérence 
entre un péché véniel et un n10rtel (8); à affirmer qu' on 
peut admettre l' existence d'un purgatoire, honorer les 
reliques, in voquer les saints, reconnaitre sept sa ere.. 
ments, et qu'on peut ensuite en tonte conscience son- 
serire aux 59 article:; de I'Eglise d' Angleterre (9). ) 
Il n' est pas un acte des ministres anglicans en 
faveur des principes c3tholiques, qui n' excite la co.. 
lère et ne redouble la fureur des protestants, leurs 
advel'saires. Les efforts de ces derniers pour e111raver 
les progrès d'un mouvelnent dont ils redoutent les con- 


(I) Trailés d'Oxford. 
(2) Sermons de Linwood. 
(3) Ibid. 
(4) Ibid. 
(5) Doclrine de l'Église en Angletel're SUI' la sainte Eucbarisûe. 
(6) Ibid. 
(7) Trailés d'Oxford. 
(8) Traités d'OxJ'orù et Sermun; de Linwoo:l. 
(9) Ibid. 



398 


séquences sout à peine croyables. 
Iais leurs crainte
 
servent à rauimer Ie courage tIe ceUI qui luttent pour la 
,érité. Des ouvrages intitulés : Catéchislne de l'ldolâ- 
tl'ie ,'onluine, [' Angleter1'C SOilS Le joug IJapal, It! a- 
1
iolâlrie, l' 
'glise cl' Angletcrre indépcndanle dans 
lOllS les siècles de l' EgLise rOlnaille J et autres publi- 
cations selublables, inolu.lent les villes, les can1pagnes , 
et se déhilenl à pl'i
 coûtant. ùlais tous ces livrcs, sons 
un titre hostile an catholicisnle, sont surtout ùirigés contre 
Ie parti puissant qui, sous Ie non1 <.Ie puseyiste, repré- 
sentc aujourd'hui l'Eglise anglicane. Le combat n' est plus 
entre les protestants et les cathoJiques; Inais il cst ell- 
gagé entre les premiers el les anglicans; ceux-ci sont 
accusés de schisme, et des appels passionnés sont faits 
au peuple contre leurs doctrines. Voici un des panlphlets 
les plus curienx de ceUe Juue, qui nons soit tOlnbé entl'e 
les mains. NOllS Ie traduisons et le reproduisollS tìdèle- 
ßlent : 


c 
IE
lnRES DE L'EGLISE! 


c Nous appelons votre sérieuse attention sur un A VEU 
fait récemn1ent toucbant Ie but RÉEL que se propose Ie 
parti schismatique qui a depuis quelque temps agité et 
divisé d'une manière si lamentable rEglise nationale. Ce 
manifesle se trouve ùans Ie Brilish-Cl
itic, nO 59 , 
p. 4ã. Le voici : 
c Nous DEVO
S NOUS SÉPARER DE PLUS EN PLUS DES PRIN- 
CIPES, SI ON PEUT LES APPELER TELS, DE LA RÉFOR
IA- 
TION A
GLAISE!!! " 



599 


c Que celui qui lit comprenne.- C' est en vain que les 
fUels 80nt tendus à la "ue des oiseaux. ) 
Vient ensuite cet avis : 
. On peut se procurer cent exenlplaires de ceUe pièce 
pour un shelling, chez tous les libraires de Londrcs ou 
des provinces. On recommande de la faire circuler avec 
zèle, dans Ie but de ser,-ir la cause de la vérité el de dé- 
fendre notre pnOTESTANTIS
IE NATIONAL conlre les 
tentatives de trahison , des agitalellrs ecclésiastiqlles, 
qui n' ont pas houte de manger Ie pain d'uue EGLISE 
PROTEST ANTE , alors qu'ils travaillent à sa ruine. 
c QUE DIEU DA
S SA MISÉRICORDE CO:iSERVE LA VRAIE RE- 
LIGI0
 PROTEST ANTE PAR':UI NOUS! . 
Ce petit document nous a paru offrir assez d'iutérêt 
pour êtrt repl'Odllit; mais quclquc violentes que soient 
les passions qu'il constate, ces tentati\'es demeurent im- 
puissantes, et la bonne cause gagne du terrain. Le pu- 
se)'isme sort victorieux des combats qu.on lui livre, et 
l' éeIatant témoignage rendu à la vérité par 
I. Ne" man, 
loin de soulever dans la jeune Eglise des D1urnlures dés- 
approbateurs, a rencontré nue sympathie générate. On 
annonce que son exemple trouvera bienlôt des Ì1nitateurs. 
Le elergé anglican commence done à fdire amende hono- 
rable envers Rome; les évêques "iendront ensnite, en 
attendant Ie jour marqué par les décrels providentiels où 
I'Angleterre, comme nation, demanòera, par I'organe de 
son parlement et de son souver3in , à rentrer dans l'unité 
de I'Eglise de Jésus-Christ. 
Les membres de I 'Eglise ang1icane évangélique font 
chorus avec les dissidents de toutes les seetes hostiles 



-100 


à rétaòlissernelll natiollal, VOlll' annoncer Ie h'iomvhe 
du papisme et prodiguel' l'injure aux hon1n1es qui fa,'o. 
risent Ie retour à la foi primitive. Un de leurs jonrnaux 
s 'est écrié en p al'lant des puseJistes : ( Que I'Eglise 
()' Angletcrre se débarrasse de ces hypocrites! Le plus tôt 
sera Ie Inieux. ) La Inêmc feuiHe ajoutait : 
c l\Iais, hélas! hélas! leur nOínbre se n1ultiplie d'une 
n13nière incalculable. Un ecclésiastique dont la parole fait 
autorité DOUS assure que la moitié de I'Eglise est déjà 
puseyiste. Un autre nous apprend que cinq cents ministres 
puseyistes el quatre évêqllcS professant leurs opinions 
étaient l1aguère présents à une consécration solennelle. 
D'autre part, un écrivain dislingué affirme que l'arrreuse 
Izérésie est embrassée par 12,000 minislres de I'Eglise 
d'Angleterre... On sait aussi que les journaux de France 
et du continent qui défendent Ie papisme, reconnaissent 
onvertement les puseyistes comme des frères, et qu'ils 
expriment la fCl'me conviction de voir, dans un espace 
de temps plus ou moins court, I'Eglise d' Ang1eterre tout 
enlière retourner dans les bras de Ron1e! . 
Après ces révélations des feuilles hostiles aux parti- 
sans des doctrines d'Oxford, \'oici quelques aveux du 
Tinles, qui sont précieux à recneillir. Le finles défend 
les puseyistes. 
I On devrait bien considérer, dit ceUe fel1il1r, s'il est 
prudent et s'H y a chance de bon résultat, de laisser à un 
parlernent composé de personnes apparlenant à toules les 
dénominations re1igieuses, Ie soin de faire des lois sur 
les questions (}ui affectent d'une manièl'e vitale les intéréts 
spiritucls de I'Eglisc. On devrait au moins consulter sur 




Ol 


ccs mesures I'Eglise clle.n1êlue, représrnlée dans r ordre 
de sa hiérarchie.... 
. Ce dont I'Eglise a Ie plus grand besoin , c' est de dis- 
cipline, et, pour r ohtenir, elle doit avoir non-senlement 
des juges compétents, mais des cours dignes de conliance, 
un bon système de lois pratiques, un ordre étahli et un 
gouvernement exécutif. EUe doit secouer La protection 
sons laquelle la tiennent des influences séculières, et se 
purifier de tout ce que Ie pouvoir civil lui a légué ùe vi- 
cieux, de mondain, d'insolellt, d'insubordonné et de cor- 
rompu. L'Etat a enlevé à I'Eg1ise sa discipline, et il est 
nécessaire que I'Etat renùe à I'Eglise ses pou\'oirs; sans 
eela, parler de réforme, ne serait qu'une moquerie. . 
Le parti protestant puritain ne dissimule pas les 
craintes qne lui iospirent les progrès que fait parmi les 
Inembres du clergé anglican l'enseignement des pu- 
seyistes. II n' est pas de bruit ridicule que les feuilles anti- 
puseyistes n'enregistrent avec soin pour s'en faire une 
arme contre leurs adversaires, ou un épouvantail à l'aide 
duquel elles cherchent à effrayer les masses encore im- 
hues de tant de préjugés contre la foi des catholiql1es. 
'T oici quelques extraits de journaux qui égaieront Ie 
lecteur, tout en lui faisant apprécier cette situation: 
( Un journal d'Edimboul'g, dit nne feuille de Londres, 
publie un article alal'n1ant que DOUS cro
'ons de,'oir re- 
produire : 
c It est question d'une leure dans laquelle l,ouis-Phi- 
lippe recommanderait à notre reine de reconnaitre Ie 
pape comme chef de I'Eglise. La raison de ce conseil ex- 
traordinaire est la pah.. universelle qui règne dans Ie 
2G 



402 


nl0lHle. Ainsi qu'on peut Ie supposcr, celte lettre a prodl1it 
au palais une sensation lrès-grande. On dit de plus que Ie 
pape doit venir en Anglelerre pour consacrer en personne 
)a cathédrale que l'on bâtit en ce moment près de 'Vest- 
minster. ) 
Ces nouvelles d'un voyage du pape en Angleterre et de 
l'inlervention de Louis- Philippe comme négociateur 
entre Rome et Ie gòuvernement anglais, furent données 
par Ie JVitnesses d' Edi1nbo1l1'g. Nous trouvons dans un 
autre journal d'Ecosse un article qui protesle contre les 
pnseyisles, accusés de préparer par leurs doctrines Ie 
grand événement d'une réunion rcligieuse. 
( Le pasteur d'Arbroth, dit Ie Dundee JVaJ'dcr', a 
scandalisé , il Y a quelque temps, ses paroissiens par un 
sernlon puseyiste. II a prétendu qu'on avait tort d'appeler 
pClpistes les catholiqucs romains, et qu'on ne devait pas se 
servir envers cux de cette épithète injurieuse. Le révérend 
prédicateur a dit aussi que, si ce n'était pour les doctrines 
des catholiques sur ]a suprénlatie du pape, Ie célibat des 
prêtres, Ie purgatoire, et quelques autres points, i1 n'hé- 
siterait pas un instant à embrasser la foi de l'Eglise 1'0- 
D1aine. Lcs chances de salut, a-t-il ajouté, 1ne pa- 
'l'laissent aujoll1"d'lzui beaUCOllJ1 plus grandes dans la 
conununion 1'onlaine qu' all sein de i' Eglise anglicane, 
et j' espère voir Ie jour où il nous sera permis de rentrer 
dans la véritable Eglise catholique, notre saiute mère. ) 
Kous dirons, en terminant ce chapitre, quelques mots 
d'une brochure qui parut à Londres à la fin de 1842, et 
qui souleva dans Ie clergé métropolitain une polémiquc 
dont nons n'avons pas Ie dernier mot. Cet écrit n'avait 



403 


ricn moins pour objet que d'inviter Ie clergé de I' Angle- 
terre à quitter I'hahit sécu1ier pour reprendre la soutane. 
Son auteur, qui appartient à r école puseyiste, rcpresen- 
tait Ie clergé anglican comme luttant dcpuis plusieurs an- 
nées pour rcconquérir les priviléges de son ministère ct 
rétablir des pratiques laissées dans I'ollbli. Les anciennes 
traditions de l'Eglise ù'Angleterre étaient invoquées à I'ap- 
pui de l' opinion que Ie clergé doit porter un costume qui 
Ie distinguc des laiques. 
On conlprendra facilemenl qu'une résistance presque 
générale se soit élevée contre cette proposi lion. La plupart 
des révérends ont trouvé qu'i's feraient triste figure avec 
un bonnet carré sur la tête et leurs épouses sous Ie bras; 
plusieurs ont donné à entendre que s'ils se soumettaient 
à une pareille mesnre , on chercherait bientõt à substi- 
tuer Ie bréviaire à leurs femmes, et qu' on les obligerait 
au célibat. On pense à Londres que I'é\"êque métropoli- 
tain est favorable à I'objet de la brochure, et qu'i! se pro- 
pose de donneI' en tenìpS opportun force de loi aUK pro- 
positions agitées. 
. Le clergé des viBes, dit l' écrit en question, porterait 
la soutane et une robe par-de5sus; celui des campagnes 
pourrait se borneI' à porter la soutane. La robe serait 
d'ailleurs portée ou non, selon Ie froid ou la chaleur de 
ratn10sphère. En hiveI', les soutanes seraient en drap ; en 
été, eUes pourraient être ùe cachelnire noir, de soie ou 
toute autre éloffe légère. Les inventions, pOllr satisfaire à 
to us les besoins, sout si non1ureuses, qu'on ne manql1era 
jamais d'étoffes forles et légères, fraîches et chaudcs, de 



tOt 


mallièl'e à satisfail'e , suivant les saisons, aux exigences 
de chacun. ) 
Le soixante-quatorzième canon de l'gglise anglicane 
est invoqué par ranteur, com me recommandant au clergé 
la d
cence et la convenance de son costume. Ce canon 
ordonne aUI évêques de ne jamais quitter les vêtements 
de leur charge; il fail aussi une loi aux doyens, chefs des 
colléges, archidiacres el autres ,fonctionnaires ecclésias- 
tiques de porter la robe. L'habit clérical et Ie bonnet 
carré so
t, d 9 après Ie même statut , prescrits à tous les 
membres dn clergé, non-seulement dans les occasions 80- 
lellnelles, mais tontes les fois qu'ils sortent. 
On voit, par ces quelques dispositions du canon soixantf'- 
quatorzièn1e, com bien Ie clergé anglican a dévié des règles 
t.1ui Ini étaient primitivemenl tracées. L'habil séculier 
ql1'il porte aujourd.hui a favorisé Ie relåchen1ent et Ie dé. 
règlement de sa conduite; et c. est pour sévir contre un 
mal que les annales judiciaires de I' Ang]eterre nous 
montrenl croissant chaque année, que les puseyistes pro- 
posent I'adoptioll d'un costume clérical, qui déjà com- 
mence à être porté par un assez grand nombre de mi- 
nistres. 



CHAPITRE XI". 


SO:\1:U,,\IRE. 


Le docteur '\'iseman et les puselistes. - Opinion de ce savant 
prélat sur Ie mouvement de I'Ég1ise anglicane et la possibilité 
de sa réunion avec Rome. - Des conséquences politiques et 
sociales qu'aurait pour l' Angleterre un retour à l'unité catho.. 
Iique. 


La publication de 1a leure du révérend }1. 'Vacker- 
bath; que nOllS avons reproduite dans un précédent 
chapitre, fut un aliment jeté à la curiosité publique. Les 
catho1iques l' accueil1irent comme un gage des espérances 
qu'avait fait naître la réaction re1igieuse. 
Sur ces entrefaites, lord Shre,vsbury s'adressa à 

Igr 'Viseman, vicaire apostoJique, coadjuteur du district 
de Birmingham ( dans lequel se trouve I'Unh"ersité d'Ox- 



106 


ford), pour connaitre ses opinions sur ce mouvement. Le 
savant évêque de 
lellipotan1os s' empressa de répondre à 
eet appe1. Le docteur ,riseman avait dès Ie principe 
prêté une attention sérieuse aux travaux des théologiens 
d'Oxford. It avait, dans plusienrs numéros du Dublin 
Revielv, signalé les contradictions des puseyistes, tout 
en concevant de grandes espérances de ce mouvement. 
Cette appréciation d.un prélat calholique, aussí bien placé 
que Ie docteur \Viseman ponr observer les faits, en ap- 
précier la portée, fut recherchée el lue avec empres- 
sement sur tout Ie continent. NOllS traduisons ici celte 
letlre (1), qui présente comme Ie résumé et ]a conclusion 
de notre travail. 
Après quelques considérations préliminaires, Ie savant 
prélat s' exprime ainsi : 
f Le manque d'union est ]e vice de notre état actue1. 
Quand tou8 les éléments de la force et de ]a dignilé na- 
tionale tendeut vel'S un seul et même but, et entraînent 
sur une même 1igne Ie peuple et ses chefs; quand Ie 
clergé, la noblesse et les classes industrielles de tout rang 
agissent sous l'influence des Inêmes règles de conduite, 
se jugent mutueHement par les mêmes principes, voient 
d'uu même point de vue leurs prérogatives et leurs droits 
respectifs, comprennent égalen1ent, et d'après une no- 
tion commune à tous, I'inlportance et la nécessité des sa- 
crifices mutuels; en un mOl, quand tous travaillent sons 
la même loi et pour la même fin, alors]a majesté et la 
puissance d'une nation brillent dans toute leur splendeur. 
(t) A Letter on Catholic Unity, adressed to the right hone the 
Earl of Shrewsbury. 



407 


l\lais nous, où en sommes-nous? Chaque classe vit isoléc, 
appelant la prospérité des autres sa ruine, leur avantage 
sa perte. L' esprit d' antagonisme et de dissolution s' est 
emparé des diverseß parties de ce grand empire: au lieu 
d'harmonie, nous avons les cris de la discorde ; en place 
d'union, des conf1its d'intérêt. Entre l'aristocr?tie et les 
classes pauvres existe, depuis longtemps, une réserve et 
une froideur inconnue dans les temps anciens, je veux 
dire dans les temps cathoJiques, et les frénésies du char- 
tisme et du sociaJisme s' efforcent d'y substiluer l'inimitié 
et la baine. Le clergé de I'Eg1ise établie est loin de possé- 
del' auprès ùu peuv1e la considération et l'influence né- 
cessaires pour conlenir les vassions de la multitude, lui 
commander la patience dans la ùétresse, et la guider vel'S 
des circonstances plus heureuses. Dans les gran des vines, 
des masses immenses se sont soustraites à ]a so1Jicitude 
du clergé, ayant ou abandonné toute religion, ou em- 
brassé la dissidence. Parmi les adhérents des sectes di- 
verses, les hommes de l' établisselnellt, bißll loin d'être 
traités avec respect, comme ministres reconnus de Dien, 
ne sont qu'un objet de mépris et souvent de haine; et 
ceux-ci, de leur cõté, considèrent naturellement les chefs 
des congrégations dissidentes comme des intrus, et leurs 
disciples comme d'aveugles schismatiques; entre eux se 
tiennent nos frères, refusant de reconnaître les préten.. 
tions des uns et des autres, mais unis par Ie Saint-Siége 
dang une même foi et une même communion avec la 
grande Église catholique. 
( De plus, si nous cxaminons les élélnents de la pru- 
Sl)él'ité len1porelle ùu pays, là aussi nous rcll'ouvons di.. 



\ 


408 


VISIon d' olJinion. Les intérêts agricoles et manufacturiers 
sont en état de ri valité. Ce que l' on fait pour l'un, l'autre 
Ie regarde avec jalousie et crainte comme une mesure qui 
lui est hostile. Au Heu de deux puissances agissant en- 
semble sur Ie même point du levier, on dirait deux bassins 
suspend us aux extrémités opposées du fléau, et contre- 
balancés avec tant d'exactitude, que run ne pent s'é. 
Ic,'er sans que I'autre ne s'abaisse ; Ie moindre poids jelé 
òans celui-ci semble un poids enlevé à celui-]à, et l'un ne 
, peut se mou\'oir en un sens qu'aussitôt son rival ne se 
meu \'e ùans la direction opposée. De temps à autre so 
manifeste un contlit semblable entre la pl'opriété :territo- 
riale et la propriété finaocière, au oloindre soupçon fl'une 
charge imposée :\ celle-ci. :Qu'ai-je besoin d'ajouter que 
cet esprit de désunion éclate {rune manière plus déplo- 
rable encore entre les pIns grandes portions de notre em- 
I_ire; I'injustice et la dureté de l' Angleterre nous ont 
aliéné lesaffcclions de I'lrlande; et pll1sieurs de nos colo- 
nies onl montré ùes signes non équivoques de leur pré- 
caire aUachement à la mère-patrie. 
( On dira peut-être que malgré toutes nos divisions 
nous avons prospéré et prospérons encore. Ainsi prospéra 
aussi la répnblique romaine, en dépit des querelles entre 
les patriciens et les plébéiens d'abord, puis entre les 
Romains '
l les alliés. 
[ais vint la fin, et eUe vint si er- 
froyahlc, que les plus sages et les plus hommes de bien 
crurent I'unité du gouvernement, bien qu'achetée à un 
prix terrible, préférablc aux maux enfin engendrés par la 
désunion. Nous ne somnles pas encore, grâce à DieD, 
arri\'és à ceHe crise; luais il cst évident qu'une pcnséc 



40U 


de désordre comnlence à travailler bien des cæurs. N' e
t.. 
it done pas temps de chercher remède à une situation qui 
chaque jour laisse voir en ses conséquences une réalité 
plus fatale? On peut dire encore: si dans cet état de dés- 
union et de nlutuel éloignement nous avons prospéré 
jusqu'à ces dernières années, queUe n' eût pas été notre 
prospérilé si nous eussions tous été d'accord ! si Ie résul- 
tat de nos forces divisées a été si grand, quel n'eût pas 
été celui de nos forces réunies! 
. On est en général porté à se défier d'un I'emèdc 
vanté comme une panacée universeUe. Néanmoins, si 
toute la maladie u'a qu'un principe et tous les symptômes 
qu'un caractère, sûrement on ne nous traitera pas de 
visionnaire pour ne proposer qu'un remède. Et si les con- 
sidérations les plus hautes et les plus nobles démontrent 
la nécessité de ce remède; si , outre son utilité reconnue, 
il se recommande à nous par une excellence propre et 
indépendante de nos besoins; si enfin chaque jour nous 
eo fait mieux apprécier ì'importance, la justice et la vé- 
rité, sûrement alors nous ne saurions hésiter à réf1échir 
du moins à la possibi1ité d' en faire usage. II n'y a point 
d'infiuence qui puisse, aussi aisément que la religion, ar- 
riveI' jusqu'aux causes secrètes du mal, et les neutraliser 
aussi ell1cacement; il n'y a donc rieo qui puisse, aussi 
sûrement que l'unité religieuse, pénétrer jl1squ'aux prin- 
cipes de nos divisions, et les guérir en réunissant les par.. 
ties séparées. Elle exerce une action égalc sur les discus- 
sions du noble et du plébéien, et sur les q ucrelles du 
prêtre et du laique, sur les haines de province à province 
Cl sur les ijiffércllùs d'holU01C à hOlluue ; ct (Iuand cUe 



4-10 


aura absorbé ce qui est Inauvais, eUe y substituera bientôt 
ce qui est bon et salutairc. L'unité religieuse, enlacée 
avec les affections qui nous unissent, et comme êtres so" 
cjaux et conlme membres d'un même élat, l'unité reli- 
giel1se 'I l'humanité et Ie patriotisme formeraient ceUe 
triple corde dont it est dit qll'il est difficile de la rompre 
(Eccles., chap. 4, 12). 
. Votre Seigneurie cODlprendra qu'en rccomlnandant 
l'unité religiense comme un grand bienfait I110ral et so- 
cial, n10n intention n' est point de Iaisser dans l'oll1bre les 
motifs plus grands et plus nobles de nous efforcer d'y at- 
teindre, qui découlent de ]a religion mêlne , c' est-à-dire 
de l'unité absolue de la vérité, et de ce principe évident 
que toutes les ovinions diverses sont, à l' exception d'nne 
senle, erronées, et que par conséquent c' est notre devoir 
à tous d'écarter ces opinions, ou plutôt de les fondre 
toutes dans cene qui est une et vraie. l\Iais comme mal. 
heureusement il ne Dlanque pas de gens qui exau1inent 
ces graves questions SOllS Ie point de vue de l'lllilité 
mondaine, plutôt qn'à la pure et sinlplc JUlllière de l'évi- 
dence relígieuse, iJ n'était peut-êtl'e pas inutile de démon- 
lrer D1êlne à ces homInes que de grands avantages publics 
seraient Ie résultat du rétablissement de J'unité religieuse. 
Quant à ceux qui, par des motifs plus élevés déplorent 
)a funeste séparation de I 'ancienne Eglise d' Angleterre , 
leur coopération 110US est assuréc sans qu'ils aient besoin 
des réflexions auxquelles je viens de me livrer. 
c l\Iais l'idée de l' Allgleterre redevenue une en religion 
est inconlpatible a,'ec sa persistance dans son état pré- 
sent d'iso!ement ecclésiastiquc ct rcligicux, sous Ie nom 



41.. 


d'Ég1ise nationale (dans Ie sellS restreint et odieux du 
mot), c' est-à-dire séparée de la con1ll1union religieuse du 
reste du monde. Calholiques, nous devons nécessaire- 
llleut déplorcr cette séparation comme une profonde 
- plaie morale et con1me un schisme dont rien ne peut jus- 
tifier la continuation. Parmi les D1embres de I 'Eglise an- 
glicane, pJusieurs, partiellement d'accord avec nous, COIl- 
sidèrent la séparation SOllS Ie même point de vue et rap- 
peHent un fléau funeste, tout en excusant leur position 
individuelle dans Ie schisme comme un malheur inévi- 
table. Aussi presque tOllS sommes-nous d'accord en ceci, 
qu'on ne saurait trop se hâter de meltre un terme à la 
douloureuse position de l'Eglise anglicane, et que nous 
pouvons compter sur une coopération empressée, ca- 
pable et pleine de zèle, dans tous les efforts que nous pour- 
rons tenter pour la replacer dans sa position légitime, 
dans l'unité catholique a'iee Ie Saint-Siége et les ég1ises 
de son obétlience, en d'autres termes, en communion avec 
l'Eglise universelle. Est-ce là une idée de visionnaire? 
N'est-ce rien, sinon l' e
pression de ll1es ardents désirs.? 
Ce sera, je Ie sais, la pensée de plusieurs i et sije ne con- 
sultais que l'interêt de mon repos, peut-être ne me hasar- 
derais-je pas à publier ces lignes. 
Iais je veux , daDs la 
simplicité de mOll crenr, m'attacher à l'espérancc que 
font naître en mOll âme tant de flatteuses apparences. 
( A une autre époque, nous voyons un grand 
évêque, l'aigle de 
Ieaux, regarder comme un devoir 
d' Jntamer avec Leibnitz une discussion sérieuse sur 13 
possibilité de réHnir l' Allemagne à l'Eglise romaine. Et 
cependant rien alors qui pût encourager ou pron1ettre 10 



41
 


succès , sinon l
 désir des princes et Ie zèle éclail'é, il est 
vl'ai, mais solitaire de 
Iolanus; de la part de I'Eglise 
séparée elle..même, ni prières al'dentes, ni sentiment de 
ses besoins; et de la part des docteurs de cette Eglise, 
})oillt de soupil's pour l'unité, lli de vénération pour 
l'Eglise-
lère. Or, si cette condescendance de Bossuet, 
si renonlmé par son immense pénétration et sa prudence 
- 
consommée, n'a point été considérée conlme une faute, 
il semble qu'on ne devrait point déverser uo blâme sévère 
sur un homme si fort au-dessous de lui à tous égards, pal'ce 
(IO'il attache quelque importance aux rapprochements sue.. 
cessifs de beaucoup de personnes qui aspirent au même 
but, et parce qu'il ne rejeue pas toutd'abord et absolument 
leurs \'æux aujourd'hui clairen1ent exprimés de voir leur 
Eglise rendue à la cOlunlunion catholique. De plus, Bos- 
suet était un évêque étranger, n'ayant en Allemagne ni 
intérêt ni responsabilité; et cependant, au lieu de repous- 
ser les avances du parti opposé, il erut de son devoir 
d' accorder une attention sérieuse à la moindre proposi- 
tion pour Ie rétablissement de l'unité, de l'accueillir 
avec zèle et bonté, et de consacrer ses talents à la fécon.. 
der et à lui Caire porter des fruits. On ne saurait done 
accuser d'un zèle inconsidéré celui qui, ayant Ull intérêt 
profond et éternel en ce royaume, étant chargé d'une 
responsabilité personnelle et sérieuse dans la contrée 
même qui fornle Ie centre du nouveau mouvement, croit 
devoir donner quelque attention à des déclarations du 
D)ême genre, bien plus frappantes et bien plus positives, 
et consacrer ses faihles talents à la recherche des meil- 
leurs moyens de répondre au désir qu'cHes C1priment. 



41;'; 
J'ose done offrir à la pieuse considération de Volre Sei. 
gneurie quelques points qui n1e paraissenl dignes d'une 
sérieuse attention. Toutefois ce ne sont que des esquisses 
et des aperçus de ce qui peut-être deviendra avant pelt 
Ie sujet d'une exposition plus finie et plus détaillée. 
c II pent paraître nécessaire que j'explique ici, à ceux. 
qui, com me vous, ont depuis quelque temps vécu hors 
de I' Angleterre, les raisons qui font que je vois, ou, 
3insi qu'il plaira à d'aulres de s'exprimer, que j'imagillc 
,oil' un rapprochement non pas seulement vel'S quelques 
points particnliers tie la doctrine et des praliques du 
catholicismc, Inais encore vers rUllité catlzolique. 11 
est sou\'ent difficile de donner la forme spécifique de l'ar- 
gUlllentation à une preuve qui est Ie résultat d'une 
grande conlhinaison d'inductions diverses, dont la force 
convergente opère la conviction. Néanmoins, il me sen1ble 
inlpossible de lire les ouvrages des théologiens d'Oxford, 
et particulièrelnent d'en sui\'re renchainelnent chrono- 
logique, sans découvrir dans les doctrines et les senti- 
ments affectueux qu'ils professent un rapprochement 
journalier vers nolre sainte Eglise. Peu à pen, en effet, 
ils se sont pris à aimer nos saints et nos papes; nos rites, 
nos cérémonies , nos offices el nos rubriques même leur 
inspirent un respect que plusieurs d'entre nons, héJas! ne 
paraissent pas éprouver au même degré ; nos institutions 
roonastiques, nos établissements d'éducation et de cha.. 
l'ìti sont devenus les objets préférés de leurs études. 
Enûn, tout ce qui eoncerne notre religion excite profon.. 
dénlent leur attention elleur intérêt. L'on dira, je Ie sais, 
qu'après lout eel intérêt n'est pas désilltél'essé; qu'ils 



41.1 


veulent prendre chez nOllS tout ce qui pent donner de la 
consistance à leur Eglise, mais ql1'iJs n' ont ni )a pensée, 
ni Ie désir de faire un pas de plus et de s'unir à nous. Or, 
ce soupçon, jc Ie crois injuste et sans base réelle: it ne 
peut reposer qne sur I'ignorance du caractère et des sen- 
timents réels de ces écrivains. Leur admit'ation de nos 
institutions et de nos pratiques, et leurs regrets d' en êlre 
privés, émanent évidemment ùe la haute estilne qu'ils 
éprouvent pour tout ce qui est catholique; et supposeI' 
qu'ils aiment les diverses parties dfun système, et qu'ils 
vculent se les approprier, tont en ayant l'intention d' en 
rejetcr Ie principe, seul point d'appui qui soulienne ccs 
parties diverses, supposer enfin que leur dessein arrêté 
est de repousser Ie système lui-même, après l'avoir dé- 
membré et exploité à leur profit, c' cst les accuser de 
duplicité sans qu'ils nous en aient donné Ie droit, c'est à 
DIes yeux une contradiction révoltante. l\fais ce n'est 
pas lout: lisez, 
Iilord, Ie passage suivant, publié il y a 
deux ans : 
<< L'Église anglaise , autrefois la gloire de la chrétienté, 
celte Eglise Oil Bède enscigna 7 et qui produisit Boniface, 
cst aujourù'hui solitaire au milieu des nations. Conlme 
elle a sOllffert SOllS Ie coup des passions humaines ! 
comme on l' a resserrée dans ses mers, cette reine des 
îles, qui jadis avait dans ses domaines un continent et 
ses évêques pour hôtes el visiteurs! 11ais à quoi bon ce 
retour vel'S Ie passé? ce qui a été fait est, dit-on, 1natière 
historique, ce qui veut dire que nous pouvons avoir à 
cet égarù notre opinion parliculière. Le résultat est assez 
clair: la chrétienté a élé bouleversée; et de ce boulever.. 



iUS 


sement nous avons souffert non moins que les autres 
nations. Rome, )a Grèce, I'Angleterre ont souirert; mais 
Îci nous ne voulons parler que de nous..mêmes. Eh bien, 
done, nons avons perdu la syn1pathie du monde: ceux 
qui nous en ont privé se soot crus obligés de faire tout leur 
possible pour en réparer la perle. Le pouvoir civil, qui 
nous a séparés du resle de la chrétienté, a tout fait pour 
nous réconcilier avec notre dégradatioll. II a n1aintenu, il 
est ,'rai, notre esclavage comme un des principes fonda- 
menlaux de la constitution; mais il n'a rien négligé pour 
nous enlpêcher de sentiI' nos chaines. Si I'Eglise devait 
exister en Angleterre, c' élait comme la loi des 
Ièdes et des 
Perses; eUe ne devait existe(que pour l'Angleterre seule. 
Si on lui permettait de vivre en ce pays, c'élait comme 
prisonnière. ßlais ceci une fois admis, on lui accord a la 
plus honorable captivité : rien ne lui fut refusé, sinon la 
lIberté. On fit pleuvoir sur eHe pouvoir, richesses, in- 
fluence, honneur et considération : on vonlait lui créer un 
enivrenlent de to us les instants: c' était Rasselas dans la 
Vallée heureuse, ou Ie Croisé dans les jardins d'Armide. 
A quoi n'avait-on pas pourvu? - Cependaot il est dit de 
notre premier père, placé dans des circonstances beau- 
coup plus heureuses : Quant à Adam, il ne trouva point 
un aide sembi able à lui. -Aliquid desideravere oculi. 
- Et ce besoin, la docilité des bètes et la beauté des 
oiseaux ne pouvaient Ie satisfaire : quelque chose lui 
manquait dans Ie Paradis même. Ainsi notre pau'Te Eglise 
d' Angleterre, qui certes n' est pas ùans Ie Paradis, a senti, 
en dépit des princes et des autres enfants des honJmes, Ie 
mal affreux d'être seule: eUe a vu qu'elle élail panni les 



41ß 


étrangers. lIommes politiques, avocals et guerricrs I'ont 
entourée d'attentions et d'hommages; des créatures ap- 
privoisées ou sau vages ont tenu leur conseil antou!' d' cUe; 
et malgré ccla cUe l1'a trouvé personnc à qui parler Ie 
langage de la confiance, personnc qu' elle pût consulter 
ct aimer. Aussi I'État, si nous en jugeons par ses actes, 
a pensé que c' était bien déraisonnable à eUe de ne pas 
trouver qu'un lion et une Jicorne fussent des objets 
dignes de tontes les affections. " (British Critic, 1839, 
p. 282. ) 
. Je pourrais signaler à V otreSeigneurie un autre article 
sur la catholicilé de I'Eglise anglaise, publié dans la Inên1e 
Revue, article dont 
I. Ne,yman est, je crois, l'auteur re- 
connu. Ce u'est pas qne fen pusse citer aucun passage 
donné, avec une satisfaction entière; mais personne ne Ie 
lira, je pense, sans acquérir la conviction que Ja position 
isolée de l'Eglise anglaise et sa séparalion dlJ reste lIu 
monde ne soient une cause de regrets profonds, et que 
)a moindre probabilité que Ie lllal pourrait être extirpé, 
suffirait pour qu'on n'épargnål ni traval1
 ni peines afin 
d' en assurer la guérison. 
. 
Iais voici un autre ulotif à l'appui de mes espérances: 
dans les lÎ\'res de ces écrivains, on lit clairement exprimr 
un sentiment général de mécontentement conlre Ie sys- 
tème de I'Eglise 3uglicane. Ce n'est pas un blâme jeté sur 
tel on tel article, ni une erreur condamnée en telle ou telle 
pratique: ici 1 'absence de la pensée catholique, elIà quel- 
que superßuité protestante. l\fais c'est un dégoût absolu 
du tout, c'esll'accablement du bûcheron chargé de ra- 
mée; iI ne se p1aint en particu1ier d'aucune des branches 



4t7 


qui CO)l1pOsent son faròeau: c' est Ie fai" colicr qui Ie fa- 
tigue et l'accaLle. La dépendance de I'Eglise ,"is-à-vis de 
rEtat, qui Ia tyrannise et l'opprime; Ie clergé, sans une 
part convenable dans Ie choix des évêques ; les évêques 
ùépouillés de l'autorité nécessaire pour gonverner réeUe... 
ment; l'impui:ssance de l'Eglisc à faire usage des censures 
spirituelles 
 l'abolition de toute autorité canonique dans 
la hiérarchje ; l' esprit protestant des articles en général 
et leur insupportable opposition avec la vérité catho1ique 
en certains points; la discipline énervée, les sacrements 
et les rites liturgiques tombés dans l' ouLli; I' ex tinction 
ùes vocations monastiques et Ie mépris des observances 
de la vie ascétique ; l'absence de crainte, de Inystère, de 
lendresse, de respect, de dévolion et de tous ces senti- 
n1ents qu'on peut appeJer plus spécialement catholiques; 
enfin Ie sentiment pénible de leur solitude et de leur sé- 
paration, voilà une partie des griefs contre lesquels nons 
lisons des plaintes à tontes les pages de leurs IÏ\Tes, et 
dont Ie redressement entraînerait un changement si com.. 
plet dans la condition essentielle de l'Eglise anglicane, 
qu'il est impossihle que ces écrivains ne ,'oient pas qu'elle 
se trouverait alors placée dans ]a sphère de l'altraction 
irrésistible de rnnité, ct qu'avant pen rien ne pourrait 
l'empêcherdes'unir au cenh'e dans un étroitembrassen1ent. 
Si nous ,'oulons une décJaration expresse qu'ils pré- 
voient ce grand événement comme une conséquence 
nécessail'e de la purification qu'ils invoquent, nons ]a 
trouvons, je pense, dans ce passage, par lequel 
I. 'Yard 
conclut sa seconde brochure: 
. Ceux qui ont une opinion prononcéc sur la corruption 
27 



4tS 


et la tlégradalion tle notre Eglise, (luelque d0111elu
 qu'ils 
puissent causer aux autres en en faisant raveu, quelquc 
dúulenr qu'ils éprouvent cux-mên1es au bourdonnement 
des louanges qu' on lui prodigue, el au milieu desquelles 
les mots pll1
e et apostolique résonnent si claircnlent et 
si distinctement; ceux-Ià du moins ont une gran de conso.. 
lation dont les autres ne peuvent jouir avec la mênle 
plénitude, dans leur amour et leur sympathie pOll1
 
ceux qui sont dehors. Plus nous déplorons l'état des 
choses , plus nous confessons humblement que Ie sceau 
du royaullle tle Jésus..Christ, qui ne peut jamais êlre en.. 
tièrement effacé d'aucune portion de son héritage, est 
obscurci, et qu'il n' en resle plus qu'llue trace légère au 
front de I'Église anglaise, plus aussi nous sommes dispo... 
sés à accordel' une indulgence plus étendue à ceux qui 
n' ont pas su l'y discerner. Quand on voit une sainteté 
apparente fleúrir en dehors de I'Eglise ou dans I'Eglise, 
parmi cenx qui ont perdu l' esprit de l'Eglise, il n'y 
a que deux solutions possibles au disciple de I'Eglise, sa- 
voir: que la sainteté n' est qu' extérieure, ou que I'Eglise 
n'est pas ce qu'eHe devrait être. Puissions-nous, dans les 
cas où une sainteté semblable se manífesterait, non pas en 
paroles, mais dans toute la suite d'une vie de verlu et de 
sacrifice, avoir toujours Ie bonheur de chóisir la dernière 
alternative! Puissions-nous considérer ces fruits de grâce, 
si abondants parmi les protestants, comn1e une accusa- 
tion portée contre no us , pour n'avoir jusqu'ici offert 
qu'un tableau si imparfait d'une vie vraiment évangélique ! 
Puissions-nous, calholiques de I'Eg1ise anglaise, embras.. 
sel' avec anlour les elenlplcs de piété , de pureté et de 



419 


renoncelnent, de quelque part qu'ils nous soient présen- 
tés! Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons donneI' à l'édi- 
flce de 1Il0tre Eglise une for[ne vraiment catholique ( je 
veux ùile, accon1111odée à lOllS les hommes, queUe que 
soil la diversité de leurs goûts et de leurs caractères), 
veillant 8crupuleusement sur Ie dépôt de la vérité, et gar- 
dant pré
ieusemcnt l'esprit de charité. C'est ainsi qu'après 
3voir réuni dans son sein tOllS cellX qui, parmi DOUS, sont 
vrais serviteurs de Dieu , noire Eglise peut espérer que 
son int1uence réagira à l'avantage de ses sæurs, dans les 
í\utl'es (Jnlrées, après une séparation si longue et si fa- 
tale. Et enfin, quand par une puissance naturelle, et 
con1n1e spontanée d'attraction, elle sera rentrée en com- 
munion active avec Ie reste de la chrétienté, alors , si 
Dieu Ie pern1et, I'ÉgJise catholique-unie continuera en- 
core, avec une fermeté courageuse , sa guerre d'agres- 
sion contre Ie monde (p. 90-91). . 
(( De plus, V olre Seigneurie a ouï parler sans doute des 
prières à dire Ie jezuli 1nalin pOlll
 l'Unité, qui ont 
paru à Oxford, et pour lesquelles on a fait choix des 
psaumes et des versets déjà choisis pour Ie petit recueil 
de prières publié à Londres, if y a deux ans. De même, 
]e Rév. 
I. F. 'Vackerbath a rédigé et fait imprin1er à 
Lichfield, en latin et en Anglais, une autre Prièl'e pOll1
 
fUnité de la Sainte Eglise. Enfin la belle lettre d'un 
jeune membre de l'Université d'O
ford, qui parut iI y a 
quelque temps dans r Univers, décJarait au nom de pIu- 
sieurs, que eel ardent et profond désir faisait l' objet de 
leurs prières et de leurs jeûnes durant la saison la plus 
solenllelle de l'année. Voila quelques-unes des manifesta ' 



i.20 


lions lJubliqucs, qui altestent de 13 part tl'holnmes in- 
f1nents dans I'Eglise d'Angletcrre, une disposition sincèrc 
à re\'enir à I'Unité catholique. Or, je n'ai pas besoin de 
"OtiS demander avec quels sentiments nous devons les 
accnell1ir, sinon ceux de la sympa\hie et de la charité, si- 
non avec les offres tl'une cordiale coopération? Quoi ! 
tandis que de semblables regrets sont exprimés autour 
de no us, resterons-nous froidement assis, an Heu de DOUS 
lever en criant à nos frères désolés: Ayez bon espoir! 
Assis dans les splendeurs de la lunlière, pourl'ions-nous 
les voir cssayallt de s'ouyrir, en tâtonnant, un chemin 
"ers nOllS, à travers la nuit qui les entoure, trébuchant 
fallte d'une main amie qui les soutienne, ou s'écartant 
tIu sentier, faute d'une voix qui les dirige, et rester tran- 
quilles , ct demeurer muets, prenant un cruel plaisir au 
spectacle (]e leurs pénibles efforts, ou, de temps en 
temps peut.être, insultant à leur détresse, cn laissant ar.. 
river jusqu'à eux l'insolence d'UD ricanement à demi 
étouffé ? ADieu ne plaise ! Mais si l' on ne devait se trom- 
per; si, lle fût-ce que pour pa)'er tribut à rhunlanÌté, 1'0n 
(levait absolument faire un faux pas, la chute serait plus 
douce, tombant SOllS I'inspiration de deux des vertus 
théologales, que tombant sur Ie stérile et glacial terrain 
de la prudence humaine. Si done j'ai été trop hardi dans 
rues espérances, et trop charitable dans mes procédés, 
eh bien! je ll1e résigne à subir les sourires que n1a sim- 
plicité fera naître, et sur la terre et dans Ie ciel. Là haul 
du moins ils n'expriment jamais Ie dédain. 
c Que les sentiments eX}Jrimés en fa"eur du relour de 
l'Eg1ise 311g1ic3ne à l'l1nité se répandent de plus en plus 



421 


et acqnièrent chaque jour une nou,elle force, personne 
n'en doutera, parn1Ï ceux qui ont les moyens d'en juger. 
Ces sentiments trouvent un écho silencieux dans les SJOl" 
pathies de bien des cæurs; et ceux qui les embrassent 
con1me une opinion chérie ne tardent pas à communi- 
quer leurs prop res pensées à ceux de leurs an1is sur les- 
quels ils peuvent avoir de l'inßnence; et ainsi, it s' es t 
formé sur les affaires religieuses une opinion beaucoup 
plus générale qu' eUe ne Ie paraît au premier coup d' æil. 
II ne manque pas de preuves (mais la discrétion ne per- 
ß1et pas d 'en publier Ie détai1) que des paroisses entières 
ont l'eçu Ie levain et qu'il y fermente; tandis que dOautres 
que 1'0n est bien loin de soupçonner assurément, Sell1- 
blent l'avoir reçu par des voies plus secrèles et plus 1l1YS- 
térieuses. 
. r-fel étant l'état ùes choses, on se demaude naturelle- 
Inent quels sont les devoirs qui en découlent. Et d'abord, 
(}uant à ceux qui, en général, sont Ie moins habitués à 
considérer les choses sous un point de vue religieux ; que( 
est Ie devoir politique des chefs de l'État ? II semble qu'il 
y ait là à peine )' objet d'une question. Tout adhércnt 
sincère des principes anglicans ne peut que reconnaître 
qu"it devrait y avoir, autant que possible, union entre les 
chrétiens ; et que l'Eglise est dans un état violent, quand 
ses enfants sont divisés et séparés entre eux. 
. II n'est personne qui ne doive regretter que ces eil'- 
constallces aient jamais conduit à un semblable état de 
division, personne qui ne doive désirer que Ie temps 
vienne enfin où, ces circonstances a
oanl cessé, 011 puisse 
changer la condition des choses, et rétablir l'unité reli- 



422 


gieuse des anciens tenlps. V oici, sous un point de vue 
pratique, comment la question se présente. - Tant que 
l'Eglise étabJie a gardé Ie silence sur ce sujet, tant qu'au- 
cune voix ne 
'est éleyée pour déc1arer qu'il était temps 
tIt essayer un retour à I'uuité religieusc, l'holnn1e d'Etat 
n'avait point à s'occuper de fa question. Personne alors 
ne se plaignait de ]a nature des lois du pa)'s sur cette 
. 
111atière, personne, excepté nous; et nos plaintes étaient 
trop insignifiantes pour attirer l'attention. 
Iais quand la 
question s'élève dans I'Eglise elle-mêlne; quand elle ex- 
cite l'intérêt des plus vertueux de ses membres et de 
personnages considérahles ; quand elle commence à émou- 
,'oir et à ébranler les peuples; quand on s"aperçoit (et ce 
sera bientôt Ie cas) que l'autorité eccJésiastique est im- 
puissante à calmer l'agitation qu' elle fait llaître, alors 
l'homme polilique doit prendre un partie II faut qu'il ad- 
n1ette 00 que Jésus-Christ a fondé des Eglises isolées , 
qu'il a défendu tonte communion active entre ce qu'il 
appelle lui-même les branches d'un même arbre et les 
membres d'un même corps, et que I'Etat , étant supérieur 
à I'Eglise, pent à volonté fouler aux pieds ses æuvres el 
anéantir ses décisions; ou bien il doit examiner si son 
devoir envers Dieu et envers la société, qu'il considère 
comme rEg1ise de Dieu, ne lui impose point l' ob1igation 
solennel1e de décharger sa conscience dn crime de placer 
des obstacles au devant ùe la société qui aspire à l'union 
entre I'Eg1ise nationale et I'EgHse catholique. Car, dans 
l'hypothèse où cette union pourrait se conclure, si ce n'é- 
taient les obstacles que l'homme d'Etat peut, mais ue veut 
pas écarter, la responsahilité de cette faute retomberait 



423 


sur lui. Or, it est certain, par exen1ple, qu'aussi long.. 
temps qu' existera la loi odieuse du pl'æmunire, tonte 
relation amicale est impossible entre ceux que I 'Etat re- 
connaît comme évêques ct le siége apostolique de Rome. 
Et pourtant ce n' est que par Rome seulement que l' on 
peut espérer de revenir à l'unité. 
c 
Iais on me dira sans doute que ces lois et statuts, 
ù'un caractère purement politique, n'ont pour objet que 
des intérêts ternporels, en d'autres ternles, qu'iJs ont été 
rendus en partie avant ]a réformation, pour prévenir ou 
arrêter les ernpiétements des papes sur les droits de ]a 
couronne et de la nation, et que c' est un devoir de con- 
server avec un soin jaloux cette sauvegarde constitu- 
tionnelle. Accordons cel argument. Que s'ensuit-il? lout 
au plus qu'il faut conserver de ces lois tout ce que les 
desseins poliliques supposés des papes peuvent en rendre 
nécessaire, et rien de plus. 
fais si ces lois ont un double 
caractère , comme cela est évident; si, d'une part, eUes 
ont pour objet l'influence temporelle du Saint-Siége, et , 
de l'autre, les droits spirituels de la chaire apostoIique 
de Pierre, la législature nationale peut , dans sa prudente 
prévoyance, conserver leur force à celles òe ces lois qui 
s' appliquent au pren1ier de ces objets; mais rien ne peut 
autoriser la continuation des statuts qui se rapportent an 
second. Et encore I'Etat n'a-t-il pas Ie droit de se consti.. 
tuer juge en ce point; car, s'il reconnaît I'existence d'une 
Eglise, il doit lui reconnaître Ie droit de décider ce qui 
est essentiel à ses intérêts spirituels. Or, si, de tous côtés, 
on con,'ient que l'union entre toutes les Eglises chre- 
tienncs, dans Ie cas oil cl1e serait possible, est la chose 



,\2í 


la plus òésirable, pour ne rico dire de plus, Ie devoir 
évident de l'Etat est de laisser à I'Eglise une liberté sans 
lilllite dans ses efforts pour etfeetuer I 'union, tandis que 
Ie Illagistrat ,'eillera aux dangers politiques , réels ou ÏIna- 
ginaires, ne quid detrimenti respublica capiat. Que 
1'on puisse ne point confondrc ccs tleux points, et qu'une 
comillunion active puiEse exister avec les Egliscs étran- 
gères, sans Ie mointlrc danger pour )e pouvoir civil, Ia 
l
"rallce et r Allenlagne sont Ih q IIi Ie proll\'ent. On ne 
s'apcrçoit pas ùans ces deux pals qu'unc parfaite unité 
religieuse expose au plus léger péril ou les droits consti. 
tutionnels du peuple, on les prél'oga\ives souveraines dn 
JllOnarqnc. l\Iais si Ie parlement alléguait que ce furent, 
non pas des raisons politiques, mais des motifs religieu\. 
(lui firent interdire tonIc comnnu1ÏeatÎon entre son Eglise 
ct les chefs ùe la nôtl'c , alors il faut hardirllent poser eeHe 
gran de qucslion : Le parlcmenl a-t-il aucun droit, saur 
celui de la force aveugle et fIe la t)"rannie, de résoudre 
UHe question de eette ÏInport3nce et òe prononcer sans 
apl'el que I'Eglise de ee paJs Dr devra jamais être en 
communion avec l'Eglise ulliverselle, orú;s telTQl'llm? 
Que si Ie pou,'oir civil est eompélenl pour décider sur ce 
point, c' est lui , et non I'Eglise , qui est Ie juge ecclésias- 
tique suprênle : que I'Eglise, en ee cas, prenne garde à 
sa position. Si l'Etat n'a point ceUe autorité, ill'usurpe 
done de facto; et alors que l'Eglise ,'eille à ses droits. 
c Que} est done Ie devoir de ceux qui ont entrepris la 
cause de cette Eglise? et d'abord quelles sont leurs in- 
tentions ? 
J. Ne"'nlan a écrit ces mots: ( Si elle (Rome) 
se réforme.... alors il sera tlu devoir de notre Eglisc 



i2
) 


d'entrer cn conllnunion avec les Eg1ises continentales, 
quoi que puissent dire nos hOlnmes d'Etat, et quoi que 
puisse faire Ie pouvoir civil. J (British-Critic, janv. 
1840, p. 8.) Quant à la condition que posent les premiers 
mots de celte proposition, permeUez-Illoi de la tradnire 
ainsi : QuantI Ie temps sera venn oia nous nons croirons 
obligés,. 
, el peut..être montrerai-je plus tard que tel en 
cst Ie vrai sens. En tout cas, nous ]isons en ce passage 
)3 déternlination clairement énoncée de ne point se laisser 
effrayer par les décrets et les mesures gouvernementales, 
et d'embrasser la communion catholique aussitõt que les 
difIìcnltés 1'cligieuses du moment, rée\les on apparentes, 
auronl élé surn1ontées. Or, que} est Ie devoir dr ceux 
qui professent haUlement de sen1blables intentions? Quant 
à n1oi, il nle senlble que: 
c 1 0 Envel's l'Eglise de Jésus-Christ, leur premier et 
plus saint devoir est de faire cesser Ie déplorable schisme 
actuel; qu'ils ne se laissent point décourager par Ie mau- 
vais succès des précédentes tentatives, ni par les difficul- 
tés actuelles , ni par les dangers à venir, mais qu'ils com- 
mencent résolument et qu'ils persévèrent avec énergie 
dans les rnesures qui tendent directement à l' æuvre de la 
réunion religieuse ; qu'on ne dise pas que Ie temps n'est 
pas venu encore, Inais qu' on s' effol'ce de hàter les mo- 
ments, et de seconder la Providence pO
lr abréger les 
jours d' épreuve. 
c 2 0 Envers Ie peuple. - Leurs prédécesseurs dans Ie 
Ininistère ont fait beaucoup pour trompeI' Ie peu!-,Ie de ce 
pays au sujct de ]a I'eligiou, parficulièreo1enl touchant 
Ie \"fèJÏ caractère tIc I'Eglisc l'olnainc ct la nature dc ses 



426 


différends avec l' Eglise anglicane. De là one Coule de 
préjugés qui se sont opposés et s'opposent encore à toute 
réconciliation. C' est donc Ie devoir de ceux qui exercent 
aujourd'hui Ie Dlême ministère, de réparer Ie mal et de 
ramener les peuples par tous les moyens en leur pouvoir 
à des idées plus charitables, plus justes et plus vraies. 
· 50 Envers l'Etat. - Tirer une Jigne distincte de de- 
Inarcation entre les droits de l'Elat et ceux de l'Eglise ; 
demander hardiment à l'autorité civile Ie rappel de toule 
Joi qui gène la vraie liberlé reJigieuse, c'est-à-dire la fa.. 
culté de jOUil' de tous les priviléges du système chrétien; 
l'unité, la charité universelle cl la communion calho- 
lique, dont ]a nation est privée aujourd'hui par les dispo- 
sitions oppressives et tyranniques d'une loi rendue dans 
un siècle de persécution. - Que si cette démarche n' ob. 
ticnt aucun résu1tat, qui dira alors qu'il De reste pas à 
rClllplir un devoir plus rigoureux? II y a des temps (et 
l' on peut en écrirc]a prophétie aussi bien que l'histoire) 
où les hOlnD1cs sonl obligés de dire aux puissances de la 
terre : << Est-il juste, devant Dicu , de \'ous obéir plutôt 
qu'å Dieu? prononcez vous-mêmes (art. 4, 19); ) où ils 
ont à distingucr avec lInc attention plus qu'ordinail'e les 
choses de César d'avcc les choses de Dieu, el à se montrer 
ja]oux de n'attribuer jamais à ]'un ce qui appartient à 
l'autre. Le sceptre et 13 tiare peuvent n' être pas toujours 
d'accord, ct l'on pent choisir entre les deux, non pour 
déposséùl 1 f Ie premier d' aucun de ses droits légitimes, 
mais ponr veiller à la défense de l'autre contre tout em- 
piéten1ent. Or, Ie D1ci1leur moyen d'éviter ccs diffici1es 
circonstancrs, clcst d'être prêt à les affroillcr. 



427 


( 4 0 Envers l'Eglise ang1icane.- S'ils l'aiment, comme 
ils Ie disent, ils ne ùoivent point cesser de faire tous leurs 
efforts pour la rendre teUe qu'i1s ]a désirent. C'est pour 
enx un deyoir de presser leurs supérieurs avec importu- 
nité et résolution, les conjurant de mettre la main à 
l' æuvre on de laisser agir les autres. Science, conseils, 
prudence, ils devront tout employer pour influencer en 
ce sens ]es cæurs de leurs frères, et, dans leurs efforts, it 
ne doit y avoir ni délai ni faiblesse. 
c Permettez-moi de revenir sur un sujet que j'ai déjà 
touché en passant , et dont it fant nécessairement tenir 
compte en exalninant les devoirs que nous impose, à nous 
catholiques anglais, la situation présente. Je veux parler 
des violentes accusations contre Rome, telle qu' eUe est de 
nos jours, que nous trouvons si sou vent répétées dans les 
écrivains d'Oxford; et, pour ne point multiplier les 
exemples, je me contente de rappeler ici ]a dernière ci- 
tation que j'ai faite (dans la troisième partie de cette 
leltre, UlliVel
S du 27 octobre) du British-Critic, elles 
paroles qui précèdent celles que j'ai rapportées : Tan! 
qu'eLle (RonJe) se1
a ce qu'elle est dans la pratique, 
['union est impossible ent1
e eUe et l'A1lgleterl
e; mais 
si cUe se 1'éforme... -. Ceci, au premier abord , semble 
la mort de toute espérance, non-seulement pour Ie pre- 
sent, mais jusqu'à un certain point pour I'avenir même. 
Cependant, que V olre Seigneurie ,'euiHe bien se rappeler 
que j'attribuais un sens plus doux à ces mots. Je vais jus- 
tifier mon interprétation. 
c Ce désir répété si souyent que Rome puisse être autrc 
que ce qu' elle est peut s'accon}plir en ditférentes llH1niè- 



1.28 


res, et quoique exprimé en un sens, on y pent l'épondre 
en un autre. - Dne comparaison me fera comprendre. 
Les taches observées sur un objet peuvent quelquefois 
en être enlevées simplement en essnyant Ie milieu au 
travers duqnel on Ie regarde , et qni projette sur lui ses 
propres défauts. Ainsi Rome pent être bien ditférente de 
ce qn'elle apparaît aux yeux d 9 un observateur même sin- 
cère qui la l'egarde dans des représentations fausses, on 
qui la juge d 9 après des descriptions trop fortement colo- 
rées en certains points, on enfin sons l'impression d'une 
erreur encore plus légère. Un tableau pent nons paraitre 
sombre et désagréable, non à cause de la disposition des 
cou1eurs, mais parce fJu'il ne reçoit qu'nne lumière insuf.. 
fisante. Ainsi, bien des choses nous paraissent tristes et 
repoussantes, non qu' eUes Ie soient en effet, mais parce 
qu' on ne les a point exposées à la pure ]umière d'une ex- 
plication raisonnable. Enfin, Ie défaut pent venir entière.. 
ment de la position du spectateur. Un lIomme, aussi 
pieux qn'instruit, me faisait observer, l'autre jour, que 
nos dévotions envers les saints penvent se compareI' à 
ces magnifiques tableaux peints aux fenêtres de nos 
vieilles églises. Vues de dehors, ces représentations 
n'offrent qu'une surface grisâtre et un assemblage bizarre 
de ]ignes informes; mais ,'ues de l'intérieur de l'église, 
ce sont des figures pleines de grâce et de n1ajesté, toutes 
brillantes de ]a pure et riche lumière dn cieI. 
Je ne me 
sens done ni effrayé ni découragé en voyant avec queUe 
force on insiste si souvent sur cette condition de rélorme ; 
car je sais qu g elle a son origine dans la manière d'envi- 
sager les choses, beanconp plus que dans les choscs eUes. 



t2!1 


Dlêmes; ct V oh'e Seigneurie el Dloi-lnême avons connu 
bon nonlbre de personnes qui noul'J'issaient les plus vio... 
lents préjugés contl'e Rome, et qui les ont vus se dissiper 
dans Rome et par Rome. 
c 
Iais je poul'fais revellir sur ce point. Quant à pré- 
sent, je veux traiter de nos devoirs, et c'est dans cette vue 
que j'ai touché ce sujet. Faut-i1 done accueillir eeux qui 
viennent à nous dans leurs plaintes contre les pratiques 
de dévotion pern1ises ou tolérées, dans les pays catho... 
liques, même contre celles que nous ne serions pas per.. 
sonnellement disposés à conseiller au pauvre et à I'igno- 
rant? Je pose eette question, parce que, d'après tout ce 
qui a été écrit, je serais porté à conclure que 1'00 vou- 
drait nous voir plus disposés que nous ne Ie sommes à blâ... 
mer nos fl'ères du continent. Je puis même, sans amour- 
propre, dire que j'ai été particu1ièl'en1ent exposé à la 
censure sur ce sujet, et Ie regret D1'a été exprimé, ct 
publiquement et d'uoe manière confidentielle, de ce que 
j'aie eru devoir, par exemple , essayer de défendre et de 
justifier certaines e
pressions on phrases usitées dans les 
dévotions populaires. A ceei je réponds qu' en justifiant 
ees expressions, je file suis borné à établir que, que]que 
fortes qu'elles paraissent, eUes sont susceptibles d'un sens 
pieux, orthodoxe et vraiment catholique. Je n'ai jamais, 
que je sache, dit un mot de ]a propriété ou de la conve- 
nance de ces expressions, particuJièrement quant à 
l'impression qu'elles peuvent faire sur les autres, et eeci 
n'est point une inconséquence. Je puis soutenir que 1'011 
n' est point idolâtre, parce que I' on accomplit certains 



450 


actes de piété devant une image, et désirel' en 111êllle 
temps que l'on s'é1bstienne de ces actes en des circon.. 
stances données, comlne quand il pent s' ensuivre que}- 
que lualcotendu. Et pour les expressions, ceux qui 
adoptent ouvertement Ie principe que, dans l'interprétation 
de leurs articles, ils sont obligés ù'abord de les expliquer 
en un SellS couforn1e à la doctrine calholique, puis de 
torturer les mots jusqu'à la violence pOUI' en faire ressortir 
cette cOllfonnité, ceux-là ne peuvellt nons refuser Ie droit 
de mcltre nos formulaires Je dévotiOll en harmonic avec 
110S f01'luulaires de croyancc, et ù'expliquer, par exeolple, 
les exVressions d'une encyclique du pape par les décisions 
du Saint-Siége. : 
(( Sur cc principe, je réponds qu'on ne peut s'altendre 
à ce que nous condamnions des pratiques (j'entends des 
pratiques autorisées) que no us croyons parfaitement com- 
patibles avec la saine doctrine. Tout au plus devons.. 
nous les expliquer, rOlnparer entre elIes les diverses 
parties du système, insister sur l'interprétation la plus 
favorable, et jnger du sens qu'on leur donne par les actes 
elies sentiments. Or je suis certain, et tout catholique doit 
l'êlre également, que parmi les pratiques clairement ap- 
prouvées ou pern1ises par I'Eglise, ill1'en est pas une senlc 
qui ne puisse être ainsi expliquée en un sens orthodoxe. 
Dans les cas parliculiers de dévotions abusi ves et super.. 
stitieuses, comme en tout ce qui résulte de la faiblesse ou 
de la dépravation bumaine, lllontrons-nous prêts à recon.. 
naître que nous avons des n10tifs de douleur-et de houle ; 
mais que ce ne Soil point dans un esprit de récrimination. 



431 


La con11llunion des saints sur la terre doit être une com- 
munion de chagrin, d'hulnilité et de componction, aussi 
bien que de joie et d'aHégl'esse. Portons mutuellement Ie 
fardeau les uns des aulres, rnais sans Inesurer avec un 
jaloux orgueil combien peut peser celui de nos frères. 
c Quand nou:) rerusons de prononcer conlre Ronle une 
condamnation mêlne partielle, ce n'est pas que nons 
croyions que l'enceinte de la cité sacrée soit à l'abri des 
tentations humaines, à l'abri du péché ou du crime. 
Nons avons, VotreSeigneurie et n10i, trop souvententendu 
les nobles orateurs romains tonneI' du haut de la chaire 
contre les vices de la société ou des individus, pour que 
nons puissions entretenir une illusion semblable. 
Iais 
pourquoi nons ferions-nous les accusateurs et les juges 
d'une 111ère si chère à nos cæurs, et qui a tant de droits à 
notre gratitude? Ah! pI nlôt, laissant à Dieu Ie soin de 
juger les méchants qui ]a déshonorent, pourquoi ne pas 
reporter nos pensées vel'S les 110mbreux exemples d'abné- 
gation , dð zèIe, de charité, de haute piété, qui, nulle 
part) ne brillent d'un éclat plus pur? Selon Inoi, chacun 
doit prononcer contre soi-mème une condamnation sé- 
vère , et n'avoir pour autrui que charité et affection. Ca. 
\holiques anglais , pleurons notre lenteur à accomplir les 
æuvres du devoir, notre froideur à embrasser les inspira- 
tions du zèle. Prêtl'es anglais, déplorons l' absence de ton 
et d'esprit ecclésiastique qui, sur Ie continent, donnent 
au ministère sacerdotal une régularité si belle, et dirigent 
toutes les habitudes et les actions les plus ordinaires du 
prêtre. - Quant à nos frères séparés, qu'ils jugent eux- 
mêmes les maux de leur situation dans l'Église et l'État. 



h;)2 


Nous ne vonlons point inlervcnir ..laos cc jugen1ent.- 

lais aussi qu'ils s'abstiennent, et qu'ils nous pernlcUent 
de nous abstenir de la tåche présomptueuse de juger et de 
censurer I'Égtise apostolique. Quand la divine Pro\'idence 
nous aura tous réunis, il sera temps alors de confondre 
nos larmes et nos douleurs; nous aurons plus (}f une occa- 
sion de verser des pleurs. On se dira les seCl'ets domes- 
tiques qui causeront un senlÏInent général de peine, ct 
des faiblesses peut-être seront révélées, qui engendreront 
une sympathie catholique. Quand, après une quereJle, 
des frères et des sænrs se donnent mulueUen1el1t Ie baiser 
de paix et de réconciliation , chacun cherche à s'attribucr 
Ie plus de tort possible et à décharger les 3utres de tou t 
blâme. Au moins serons-nous heureux alors d' oublier 
avec nos querelles la cause de nos divisions. 
. Je viens d'indiquer indirectement ce qui me semble 

lre notre devoir: offrir avec joie et simplicité tonte ex- 
- plication en noire pouvoir, et signaler les points où nos 
vraies doctrines sont mal c'omprises, ceux où on les con- 
fond avec ce qui n' est que simplenlent permis, ct ceux 
Oil elles peuvent êtrc sujettes à abuse Pour Ie bien géné- 
ral de la cause, on ne saurait en \'enir trop tõt, par écrit 
on par conférences personnelles, à des termes clairs et 
précis sur toutes ces matières. Je sais qu'aujourd'hui des 
hommes sérieux et graves sont tombés en une pénible 
llléprise par rapport à ce nouveau mouvement, et je ne 
doute pas qne des relations plus directes el plus amicales, 
conduiles dans ce but, De délrllisissent bientôt leur er- 
reur. J' avais d f abord l'intention d' éclairer ma pensée 
par quelques exemples; mais je m'aperçois que ce serait 



,,-- 
'..

þ 


H}' éloigner dn sujel tIe celte lettre, el n1'.engager dans tine 
discussion cOlllpliquée, qu'it n' est pas encore tenlps d'a- 
border. 
. Un second devoir nons est encore suggéré par les ré- 
llexions précédentes: cell1i de travailler à notre perfec- 
tion, et, s'H est nécessaire , à noire réformation. Cette 
simple allusion doit suffit'e, je pense, Je laisse donc à 
rl'autres, mieux qualifiés que moi , à désigner les points 
particuliers qui doivcnt attireI' notre attention. Que 
chacun se juge, par comparaison, avec les ll10dèles que 
no us offrent des temps plus heureux, et it aura assez à 
faire, s'il travaille à en retraceI' Ie tableau dans sa vie. 
Toujours est-il certain que, pour inspirer à nos compa- 
triotes I'amour de notre religion, il faut la leur présenter 
ici, puisque 
e n'est qu' en ce pa)'s que Ie grand nOlnbre 
la peut voir, embellie de tous ses charmes divins , majes- 
tueuse dans Ie temple, fervcnte à rautel, pure et subliIne 
dans la chaire, maìtresse des mæurs et de la discipline 
au sénlinaire, chrétienne et pieuse à I' école, austère et 
mortifiée dans Ie c1oître, érlifiante dans les confréries; 
chez Ie noble, généreuse et zélée, exemplaire chez 
I'homme du monde, résignée et humble chez Ie pauvre, 
libérale dans l' opulence, contente et régulière dans la dé. 
tresse; chez Ie jeune homme, chaste et aimable, véné- 
rable et sainte chez Ie vieillard ; partout, relevant les ins- 
titutions catholiques, semant sous ses pas Ie contente- 
ment et la paix, bénissant et bénie pour Ie bonheur, 
pour les consolations qu"elle répand autour t.l'elle. Or, 
en ceci, il y a assurément à faire pour tous, pour Ie 
prêtre et pour Ie Jaique, pour Ie riche et pour Ie pauvre. 
28 



434 


I De plus, ce n'est point être présomptueu
 que d'in- 
culquer à ceux qui travaillent à ravancement de celte 
æuvre grande et glorieuse, que la violence, bien que parée 
ùu manteau du zèle, n'aura point part aux bénédictions 
promises à la douceur et à la charité. Des paroles dures, 
]e sarcasme et I'amertume ne sauraient, ni convaincre 
les esprits, ni gagneI' les cæurs. D'un autre côté, la con- 
fiance en la sincérité des autres, et en la purelé de leurs 
motifs, l'espérance au succès de nos efforts, quoique 
souvent trompée, la patience au milieu des désappointe- 
ments répétés, une charité et une douceur qu'aucun 
mauvais accueil ne saurait rebnter, un zèle qui ne perd 
rien de sa chaleur, nlalgré l'indifférence de ceux avec qui 
it traite; enfin, l'esprit de Jésus-Christ et de son Eglise 
ne manqueront pas, tõt on tard, de vaincre les obstacles 
qui, aujourd'hui, selnblent insurmontables, et d' obtenir 
les succès qui paraissent les plus désespérés. 
(( Y a-t-it ùans l'état présent des choses plus qu'aux épo- 
ques antérieures , et surtout plus qu'au temps des arche- 
vêques Laud on 'Vake, des raisons d'espérer que l'OIl 
amènera à bien la grande entreprise de la rénnion de 
l' Angleterre à l'Eglise catholique? Selon Inoi, il y en a 
beaucoup. 
( i 0 Jusqu'à ce jour les esprits étaient tournés cont,"e et 
non pas vel'S la vérité catholique. On s' éloignait graduelle- 
mentde l'EgIise de J .-C. plutôt qu'on nes'approchait d' elle. 
Le dégoût de la règle était à son croissant et non sur son 
déclin. Le not de la réfornlation s'avançait furieux au 
lieu de reeuler p3.isihlement pour rendre à l'Eglisè les 
ri\'ages envahis. - Ceul qui essayaient en ce sens 



435 


quelques tentatives n'a,'aient point l'appui de l'opinion 
publique; la force de la nation, au lieu d"être avec eux, 
était contre eux. Al1jourd'hui les choses ont grandement 
changé. La licence religieuse a parcouru toules ses 
phases, et I'on commence à chercher une lumière fixe 
et un havre StIr. Pendant un temps on trouva du charme 
à la nudité et à la solitude du culte. Ce temps est passé. 
On sent Ie besoin de trouver dans la religion encourage- 
ment et direction, une source de consolation aussi bien 
qu'une règle de nos devoirs, Ie baume du cæur et l'ai- 
guillon de la conscience. Bien des âmcs envient ces ten. 
dresses spirituelles, cette douce contemplation, que 
I'Eglise catholique seule peut inspirer. II leur faut ses 
consolations journalières, ses souvenirs de tous les mo- 
, ments pour désattrister Ie sentier pénible de la vie. 
e 2 0 A d'autres époques, la protection accablante de 
I'Etat comprimait et étouffait, au lieu de la seconder, l' é- 
nergie de l' Ég\ise établie. On avait peine à comprendre 
alors que I'Eglise pût agir indévendan1ment du pouvoir 
civil. On regardait I'Etat comme rami et l'alIié Ie plus 
sûr de I'Eglise. Tous deux semblaient unis par des liens 
indissolubles. Aujourd'hui celte amitié est refroidie; une 
séparation ou un divorce se pourraient aisément faire, 
comme dans Ie cas, par exemple, où les hommes politiques 
s'o.pposeraient aux mesures nécessaires, au bien-être 
re1igieux du pays. 
e 3 0 )Jais, pour en "enir à un point plus intimement lié 
à la question, il me semble que les avances aujourd'hui 
faites sont moins entachées qu'à toute autre époque anté- 
rieure, de considérations ll1ondaines, de l' esprit de 



,.3(; 


ularché, on, pour me servir d'une expression plus douce, 
d'une trop grande ardenI' à s'assurer lIes conditions avan- 
tagenses. I)'un côté, on ne peut plus, par la promrsse 
d'un adouci
seIl1ent à la persécution des calholiques ell 
re pays, essayer d' obtenir de I'Eglise romaine des con- 
cessions pen d'accord avec sa dignité, et de l'autre, 
I'Eglisc anglicane nc se trouye point en un état de vio- 
lente oppression remporelle, qui puisse engageI' ses 
membres h chercher, sous Ie prétexLe d'unité religieuse, 
lfappui d'une alliance politique avec r étranger contre ses 
ennemis dOll1estiques. Les besoins de I'Eglise anglaise, 
bt'soins si profondéluent sentis par les partisans de l'unité, 
sont d'une nature tonte spirituelle: c'est surtout Ie besoin 
de cetle unité et des consolations ùont eUe est Ie principe. 
_\insi suis-je intimemenl convaincu que]' on déploiera au- 
jourd'hui plus de zèle ct d'ardeur qu'on ne I'avait jamais 
fait pour en obtenir Ie Lienfait. 
( 4 0 Je crois trouver nne autre garautie contre les an.. 
ciennes chances de mauvais succès dans la forme mên1e 
que Ie désir de l'unité a re\'ètue. C'est dans un esprit 
ù'humilité et de confession que les amis de l'unité expri- 
ment leurs læux. lis De denlandent point à traiter cette 
affaire comme offrant (les avantages égaux aux deux 
paI'tis. lis ont la conscience que leur position est déplo- 
l'ahle, qu'ils ont fait des pertes imn1enses, qui seraient 
réparées par nous; que, dans Ie fait même de leur sépa- 
ration, il y a de fortes apparences contre eux, et que Ie 
rétablissenH
nt de l'ullion avec Ie Saint-Siégc redonnera 
une \'igueur et nne énergie nou \"ellcs à une existence 
maladive et langl1issante. De tel
 hon1n1es doivent êlre 



437 


di
posé
 à ne reculer devant aUCUlJ ùes sacrifices de sen.. 
timent
 personnels qui peuvenl être nécessaires pour 
assurer Ie succès de leur sainle entreprise. Et ici enco.'c 
je suis obligé de m'abstenir de pt'oduire des preuves ct 
des exemples qu'il n' est pas encore ten1pS de publier. 
c 50 II est nne autre circonstance qui me paraît promeUl'e 
ùavantage encore: Votre Seigneurie la trouvera dans Ie 
plan du tnémorable trailé, nO 90, plan convenu et con- 
certé avec 
I
I. \Vard et Oalday, et avec Ie docteur 
Pusey lui-même : je veux parler de la méthode adoptée 
ùe mettre, par voie d' explications, leurs doctrines en 
harmonie avec les nôtres. Un prêtre étranger a signalé à 
llotre attention un document précieux: c' est une Réponse 
ele Bossllet au Pape. Ayant été consulté sur Ie Ineilleur 
moyen de réconcilier au Saint.Siége les adhérents de la 
confession d'Augsbourg, Ie savant évêque fait observer 
que ]a Providence ayant permis que beaucoup de vérités 
catholiques fussent conservées dans cette confession, 
j) fallait profiter de cette heúreuse circonstance, et de- 
nlander, non pas des rétl'actations, mais des explica- 
tions qui fissent concorder cette confession avec les 
doctrines catholiques. Eh bien! la voie a été préparée à 
l'adoption de ceUe nléthode, quand on a démontré que 
les articles les plus difficiles sont susceptibles d'une in. 
terprétation qui leur ôte tout caractère de contradiction 
avec les décrets du Concile de Trente. On peut suivre la 
même méthode en d'autres points; et ainsi I'OD épargne- 
l'ait aux individus de graves inquiétudes, et à I'Eglise de 
grandes diftìcultés. 
((.Ie youdrais ne rien dire, en eet e
sai, des diniculte
 



438 


(Iui peuvent, qui doivent même s' opposer à l' exécution 
de cette grande æuvre ; mais si je les omets, j'ai lieu de 
craindre que l' on ne me traite de visionnaire, d' enthou- 
siaste qui ferme les yeux pour ne pas voir l'inanité de ces 
rêveries. - L'ennemi de tout bien ne laissera point se 
terminer nos divisions et nos querelles sans tenter de 
nombreux et puissants efforts pour les prolonger en- 
core. Nos passions" et nos vices feront souvent échouer 
nos tentatives. II n'y a pas de doute que des considéra- 
tions d'intérêt, d'un caractère plus mondain, ne traver- 
seront nos efforts; quelques personnes aussi intervien- 
dront avec des vues moins élevées et moins pures , ct Ie 
grand contradicteur de toute æuvre bonne et sainte, Ie 
rnonde, avec sa froideur et son indifférence, av
c ses 
railleries et ses sarcaSInes, ses nlaximes mauvaises et 
son faux amour de la liberté, avec son borreur de toute 
contrainte nouveHe et sa baine de toute vertu austère, 
soulèvera contre nous un parti puissant et une armée 
d' ennemis. Ajoutez encore que nous aurons aussi à com.. 
battre des obstacles d'nne nature plus sérieuse: scrupules 
sincères contre certaines pratiques', répugnance à renon- 
cer à certaines formes, questions comp1iquées touchant 
les arrangements hiérarchiques, touchant les saints or- 
dres et la discipline cléricale, et une foule d'autres, 
inutiles à pré\'oir ici parce qu'elles se montreront 3ssez 
tôl d' e1les-mêmes. !\Iais en voilà assez pour prouver que 
ce n'est point avec les )"eux d'un enthousiaste que je re... 
garde l'avenir. - La route est triste et désolée. La terre 
promise est au-delà du désert, désert d"âpres montagnes 
el de plaines sablollneuses, les unes et les autres égale.. 



459 


ment ðifficiles à franchiI' pour des raisons différentes, 
exigeant ceUes..ci nne pénible et infatigable persévérance, 
celles-Ià nne énergie à tonte épreuve. Là sont des ser- 
pents de feu et les rusés séducteurs, les prophètes de 
malédictions et les géants armés; les solitudes arides et 
les sources amères; là nous attendent les désappointe- 
ments, les murmures, les défections: plus d'une fois 
peut-être les tables seronl jelées à terre et brisées, et ré- 
crites encore. Enfin, rOD peut mourir au sommet du Nébo, 
déjà embrassant du regard, mais sans espoir de la pos- 
séder jamais, la terre de promission où conlent Ie lait 
et Ie mie1. Grâce à Dieu , la manne ne nons fera point 
défaut, ni l'espoir et la confiance au Dieu Seigneur d'{- 
sraël. NOlls porterous avec nos frères Ie poids du travail 
et de la fatigue; nous combaltrons, nous prierons avec 
I'Eglise de Dieu , et nous laisserons entre ses mains bé- 
nies Ie succès et la récompense. Notre voie, après tout, 
ue saurait être plus laborieuse, plus difficile que celie des 
apôtres, qui nous ont devancé t ni notre sentier plus 
épineux que celui du Seigneur. 01" Ie disciple n' est pas 
meiHeur que Ie n1aÎtre. 
( Que Ie retour de ce pays, c' est-à-dire de I 'Eglise éta- 
blie, à I'unité catholique, nlÎt fin à Ja dissidence rei i- 
gieuse et aux discordes intérieures ,je nc saurais en don- 
tel'. La population serait formée à des mæurs plus pures 
par deux puissants l11oyens: dans les campagnes, par 
lïnfluence du clergé paroissial; dans les viBes et les 
districts manufacturiers, par les ordres monastiques. 
L' expérience a aujourJ'hui lnontré que les habitants des 
campagnes sont prêts à rcce\'oir sans murn1ure et D1ême 



4iO 


. 


avec vlaisi.. les cnscignernenls calholiqucs proposés par 
les théologiens ù'Oxford, et nlême plus encore, pourvu 
qu'jls leur soienl présentés par Ie canal régulier des ins- 
tructions paroissiales. Ajoulez la splendeur et la majesté 
du riluel catholique, la variété sublilne des différents 
services, les offices si touchants propl'cs aux diverses 
saisons òe l'année, cetle sanctification de tous les ins- 
tauts de la ,'ie domestique, et ces établissenlents sans 
nOßlbre consacrés à la charité, et ceUe ùissiòence tom- 
berait bienlôt réduile en poudre sous l'action paisible du 
call1olicisme; et ses r.'3gments ne tarderaient pas a se 
réunir aulonr du principe tout-puissant d'att1'action uui- 
verselle. Puis, envoyez des homines d'une vie austère et 
de manières ain1ables, ceints de la corde ùfun saint 
François, on portant sur la poitrine Ie scean de ]a pas- 
sion du Christ, et dans leurs traits les signcs de la 0101'- 
lifiealion (com me les disciples du ,'énéral>le Paul de la 
Croix), des hommes donl Ie vêtement ne se ùistingue de 
celui des pauvres qui les entourent, ni par ]a beauté du 
Lissu, ni par one pauvreté atfeclée , mais dont Ie costume 
est à la fois rnajeslueux et humble: pieds et têtes nues , 
tenant à la main l'emblème de la 1'édemption, qu'ils prê- 
chent Ie jugement, la mort, )es châtiments rutnrs, la 
pénitence, ]a justice et la chasteté, et on ]es écoutera 
a"ec craintc et respect; ct nous verrons des prodiges de 
réfo1'rne, ct une foi pure engendrera des ßlæurs plus 
pUl'es; etla conversion du cæur entraÎnera la conversion 
de I' esprit. 
f 
Iajs il est lenlps de conclure, el d' offrir à V otre Sei- 
gueurie rues sincè..es excuses pour la longueur de celie 



i it 


Ictlrc, el pour l'inlperfccLion des renseignen1cnls qu'ellc 
contient. La contiance me reste title personDe, quelquc 
éloigné qu' on puisse êlre ùe partager roes opinions, ne 
refusera de s'unir à moi dans l'otTrande journalière de 
fervenles supplications au Dietl de paix, pour qu'il daigne 
diriger nos sentiments et nos actes yers l'accomplisse- 
menl de ce grand et noble but. Intére8sons I'Eg1ise en... 
tière en notre faveur. Le gage Ie plus certain que nons 
puissions avoir que Dieu veut accorder une grâce, c'est 
qu'il inspire à son Epouse de lui en faire la demande. Le 
sccptre d' or sera tendll vel'S elle, au moment Oil elle 
avancera, priant pour sa vie et celie de son peuple. 
· J'ai l'honneur d'être, etc. 


( NICOLAS, évêque de 
Iel1ipotanlos. 


f Collége de Sainte-)Iarie, fête de saint 1Ialthieu, is it. J 


FIN. 



 




APPENDICE. 


. 


, 
EXTRA-IT DES ACTES DU PÂRLE
IEXT PASSES EN ANGLE- 
TERRE CONTRE LES CATHOLIQUES, DE j
48 A 1791. 


Voici un extrait très-court et fort abrégé des lois de persécntions 
décrétées cODtre les catholiques, et qui font partie du Statute book. 


liS48. 


Tout ecclésiastique, curé ou autre ministre, refusant 
de se servir du livre ordinaire de prières et autres rites 
et cérélnonies à l'usage de I'Église anglicane, on l"eCOlt- 
rant à tout autre l1lode de prières, on parlant contre 
ledit livre de prières, et étant convaincu trois fois de 
cela, souffrira la peine de rincarcération à vie. 




iJ 


liStll. 


Tout Ie llionde se rendra dans les églises où Ie livre 
ordinaire de prières sera en usage, S011S peine d'être 
puni par les censnres de I'Église. 'route personne écou- 
tant on assistant à des prières faites d'une Inanière Oll 
(lans une forme quelconque , à l'adn1inistration des sa- 
crenlents, à la no
ination de lninistres, ou pratique 
de rites quelconques, autres que ceux exposés dans 
ledit livre de prières, souffrira la peine de l'incarcéra- 
tion à yie. 


tö
8. 


LA REI
E EST DÉCLARËE CHEF SUPRt::\IE DE L'ÉGLISE, 
et toutes personnes remplissant des dignités et places 
ecclésiastiques ou civiles, qui refuseront de prêter Ie 
serment c1e snprétnatie, sont décIarées incapables de 
conserver ou d'exercer aucune de ces places <lurant 
leur vie. Toute personne soutenant la juridiction spi- 
rituelle ou ecclésiastique de prince, pré1at, étranßer 
que I qu'il soit, etc., sera proscrit, comme cela se pra- 
tiquait autrefois dans ce rOIaume, avec tous ses com- 
plices; elJe perdra en outre ses biens, et subira LA 
PEINE DE LA MORT et autres peines et confiscations, 
COlnnu:
 dans les cas tIe haute trahison. 


t. 
6:S. 


, 


Quiconque refusera de prêter à la reine Ie senuent 
de 
llpl'élnatie) encuurra ponr ]e premier refns, Ie dan- 



44
) 


(jer, les aluendes, les peines et confiscations ordonnées 
et préyues par Ie statut de provisions et prællll.l1zlre (I) 
passé dans la scizième année tIu règne de Richard II. 
Refuser nne seconde fois Ie sennent est rl
claré tca- 
hison. 


ItS81. 


Ce statut décrète que c'est se rendre cOl1paLlc de 
trahison, que d'attirer quelque personne que ce soit 
de la relision étaLlie à la religion ron1aine. rroute per- 
sonne qui aurait aidé à cela, sera punie C0111n1e pour Ie 
crin1e de non-révélation de trahison. 
Quiconque dira au assistera à la Inesse , de propos 
délibéré, paiera une alnende de 200 lnarcs et subir..t 
douze BlOis d' enlprisonneJuent. 
....route personne, âgée de plus de seize ans, et qui ne 
se rendl"a pas à l' église ou au lieu ordinaire des prières, 
paiera une amende de 20 Ji v. sterJ. par mois; et 
si eUe s'absente encore, elle donnera une garantie de 
200 liv. sterl. au mains pour répondre de sa bonne 
conduite; eUe restera ainsi liée jusqu'à ce qn' eUe se 
soit conforn1ée et qu' elle soit venue à l'église. 
Quiconque entretiendra un précepteur et ne se ren- 


, (I) Les difl'érents staluls de præmunire ont été faits sons prétexte 
d'opposer une digue 3U pou\'oir pontifical en Angletet're. C'esl à 
l'époque de la réformation t]u'on leur dmIßa la plus grande extension, 
car alors LOu1e liaison avec Rome rut interl'ompue et des peines 
plus sévères portéescontre ceu\: qui interviendraient aux dispositions 
òe ces sta1ut5. II serail trop long d'énumérer ici toutes les peines 
infligées pour les ditIérents cas; 011 les lrouvera au livre IV J cha- 
pitre 8, de Blackstone. 



446 


dra pas à rég1ise établie, subil'a une amende de 10 Jiv. 
sterl. par mois. 
Faute de faire tous les paielnents ci-dessus, iI y aura 
emprisonnement. 


I 
8ä. 


Tout jésuite, sélninariste et autres prêtres restant en 
Angleterre ou entrant dans Ie royaulne, seront, qua.. 
rante jours après Ia présente , déclarés traîtres; ils se- 
ront châtiés, perdront leurs biens, etc., COlnme dans les 
cas de haute trahison. 
Sera coupable. de félonie, quiconque recevra ou pro- 
tégera de teUes personnes; renvoi d'argent ou de se- 
cours à de teUes personnes hors d'Angleterre, sera 
puni des peines de pl'ælHllu,ire, ou, en d'autres terllleS, 
de la déportation et de Ía perte de ses propriétés. 
De nombreuses exécutions de prêtres eurent lieu en 
vertu de cet acte, et près d'un siècle après, en 1640, 
lorsque l'Angleterre et l'Écosse étaient en annes pour 
défendre leur liberté de conscience, Rush\vorth raconte 
(c. IV ,305), COlnn1e un événelnent ordinaire,que Ie 30 juiu, 
un nOlnmé l\lorgan fut pendu et écartelé à Tyburn, 
pour avoil' reçu les saints ordres dans l'église catholi- 
que, et pour être venu d'outre-lner en Angleterre au 
Inépris de cet acte. 


11>8'1. 


Les deux tiers des terres et autres biens de toute 
personne refusant d'aller à l'église appartiendront à Ja 
relOC. 



447 


t 1S93. 


Tout réfractaire, c'est-à-dire toute personne refusant 
de se conformer à la nouvelle croyance de I'État, don- 
nera son nom au curé de la paroisse, qui Ie certifiera 
aux juges de paix, afÌn de Ie poursuivre. Tout prêtre 
refusant de se reconnaître comine tel, sera Iois en 
prIson. 
Toute personne, âgée de plus de seize ans, qui re- 
fusera d'aller à l' église, ou attaquera par ses discours 
l'autorité ecclésiastique de la reine, ou persuadera à 
d'autres de ne pas aller à l' église, ou se rendra à tout 
autre lieu d'assemblée religieuse, sera mise en prison 
pour y rester, sans qu'elle puisse fournir caution, jus- 
qu'à ce qu'elle se soit conformée à l'église et qu'elle ait 
entendu Ie service divin tel qu'il est établi par la loi. 
Toute personne, eontrevenant à eet acte, et ne se 
présentant pas dans l'espace de trois Inois pourse confor- 
mer à l'église, doit faire abjuration et sortir du royaume. 
Refus d'obéir est déclaré félonie, sans qu'il yait excep- 
tion pour Ie clergé. 
Quiconque gardera dans sa maison quelqu'un qui 
refuse d'aller à l'église, paiera une amende de 10 liv. 
sterl. par Inois pour chacune des personnes ainsi gar- 
dées. 
Les terres et autres propriétés des personnes forcées 
de sortir du royaume par suite de cet acte, seront con- 
fisquées au profit du chef de l'Éßlise et de l'État: - Ie 
souveraUl. 




-lR 


f GOiS. 


Les luarguilliers des paroisses doÎ\'ent rédiger des 
lisles nouvelles des per50nnes qui refusent d'assister 
au service divin et de leurs enfants au-dessus de neuf 
ans. Les Inagistrats feront Hne proclaination, afin que 
tous les délinquants se li\'rent au chériff. - Amende de 
20 live sterl. (500 francs) pat' Blois par personne et les 
<lenx tiers de leurs biens seront saisis pour Ie roi. 
Chaque évêque exalnillera les personnes de son dio- 
('èse SOLIS senuent, et quiconque refllsera de répondre 
sous senne lit, sera nlis en prison, sans pouvoir donner' 
caution. 


. 


ollte personne, âgée de plus de dix-huit ans, qui 
refusera de prêtcr Ie serment de snpréluatie, encourra 
les peines de prænlunire; nul actc d'accusation contre 
de teUes personnes ne sera annl1lé pour défaut de 
f Ol'Jues. 
(
ui('onque r(
concilicra une personne avec rl
glise 
(Ie HOlnc, sera jUGée et punic COlnlne coupaLle de hatHC 
trahi:-,on. 
Le chériff ou autre offìcier public pourra pénétrer 
de force dans tonte rnaison Oil se trouveront des réfrac- 
taires papi
tes. 


1009. 


'route personne, âgée de plus de dix-huit ans, prp- 
tera Ie sernlent de suprélnatie. - Quiconque refnsera 
de Ie faire, sera envoyé en prison jusqu'à l' époque des 
assises, sans pouyoir fournir caution; et si, à cette épo- 



4-t9 


(Iue, Ie sertnent e::;t de nouveau refu,é, Ja personne en- 
courra Ie danger et les peines du præ1Jlunire, à l'excep.. 
tion des felTImeS mariées, qui seront envoyées en prison 
seulement, pour )? rester sous caution jusqu'à ce qu' elles 
prêtent Iedit serment et se conforment, on jusqu'à ce 
que Ie mari paie au roi 10 Jiv. sterl. par Inois, on lui 
donne Ie tiers de tous ses biens. 
(L' exécution de ces Iois infernales était si rigide, qu' en 
J 62G, lord Scroop fut accusé de connivence avec les 
non ..confonnistes, parce qu'il n'a,'ait convaincu que 
seize cent soixante-di"<: catholiques dans la partie Est 
du district d'Y ork.) 


t670. 


'fons les juges de paix, constables, etc., sont autorisé:. 
à enfoneer les portes de tout lieu où sera tenuc une as- 
semblée quelconque d\lne nature religieuse, d'une Ina- 
nière autre que celle pl'escrite par Ia liturgie et les 
pratiques de l'Église d' Angleterre. - ..\mende , 20 live 
sterl. contre Ie prédicateur pour la prelnlère contra.. 
"\'ention; 40 Iiv. sterl. pour la seconde. - Alnentle de 

o live slerl. contre tout individu qui pefJncttra de telles 
asselnblées dans 
a luaisoH. 


1688. 


I
a déclaration contre Ie papislne sera en\'o
?ée à tou
 
les papistes, qui, s'ils 1a rejettent, seront condalnnés à 
]a contìscation et punis COlnlne papistes con\'ertis non.. 
confornlistes, confol'lnélnent aux lois portées depnis 
1 5 46, c'est-à.dire que les peines seront Ie bannÌsselnenl 
29 



4DO 


ou r emprisonnen1ent à vie, Ja perte des biens, et, dans 
quelques cas, la perte de la vie. 


1100. 


Une récolnpensede 100 live sterl.(2,50o fr.) est ac- 
cordée pour l'arrestation d'un évêque ou d'Ull prêu'c 
papiste, ainsi que pour Ie poursuivre à raison de ce 
qu'il aurait dit la In esse ou exercé quelqu'une de ses 
fonctions. 


1736 ET 17ä7. 


A cette époque fl1rent décrétées les lois portant que 
tout indiviclu refusant de prêter le sennent de supré- 
Inatie, de recevoir Ie sacrenlent légal, etc., était inca- 
pable d'invoquer la protection de ]a loi on de l'équité, 
l ' A d e d ' A " 
( etre tutenI' e ses eluant8, etre nomme executeur 
testdillentaire, adu1inistrateur, de fPcueillir un legs ou 
un don, Ce délinquant devait payer la SOlnlne de 500 
liv. sterl. (12,500 fr.). 


-- 



4öl 


ACTE FIXA
T LA SUCCESSIOY A LA COUROXXE 
(bill des droits - tUSS). 


Cllap. ...Y.. - Tout roi ou reine de ce royaun1e qui 
viendra ou succédera tlorénavant à la couronne itupé- 
riale, fera, souscrira et prononcera à haute yoix, dans 
Ie pren1ierjour de rassemblée du premier par1ement qui 
suivra son couronnen1ent, assis sur son trône, dans la 
chambre des pail's, en présence des lords et des COlTImU- 
nes asselTIblés,ou bien, lors de son couronnelnent, devant 
la personne ou les personnes qui recevront de lui ou 
d'elle Ie serlnent de couronneluent, au InOlnent où il 
on elle prononcera ce sennenl (qui sera fait Ie pre- 
mier ), la déclaration mentionnée dans Ie statut fait 
dans la trentièlue année du règne du roi Charles II, inti- 
tulé : .An act for tlte 11l.0re effectual preserving the king's 
persoll and govenuJtent, by disabling papist j;'OI11 ,çitting 
in eith.er /tousë of parlionzcnt. l\lais s'il arrive que Ie roi 
on la reine n'
it pas atteint l'âge de douze ans, lorsqu'il 
ou eUe montera sur Ie trune, alors iIs feront, souscri- 
ront et prononceront à haute voix ladite déclaration à 
leur couronnement, ou Ie premier jour de l'assemblée 
du prelTIier parletnent qui sui,'ra l'époque où ils anront 
atteint râge de vingt ans. 
V oici cette fameuse déclaration : 
cc J e A. B. professe, af6rme et déclare solennelIe- 
Inent et sincèretnent, en présence de Dieu, croire que, 
dans Ie sacrement de la cOlumunion, iJ n'y a point de 
transsubstantiation des élétnents du pain et du vin en corps 
et en sang de Jésus-Christ, au lTIODlent de leur consé- 
cration, ou après cette cOllsécration pdr une personne 
quelconque; que rinvocation on I'adoration de la ,'ierge 
l\larie on de tout autre 
aint , et Ie sacrifice de la luesse, 



.I'.!.:) 

"Id_ 


n,
]
 (Jl1'il
 sont maintenant praliqués dans l'.Église de 
HOHlt'., tloiveut être regardés COJnlnC des 3ctes super- 
stitieux ct ido]atres. Je professe aussi, affirJne et déclare 
solennf'llelnent que jc fais cctte déclaration dans Ie sen
 
plcin et cntier des ouvrages qui In'ont été Ius, tels quïls 
sont G(.
néralelnent interprétés par I'Éß'lise protestante, 
sans suhterfuGe, équivuque ou réserve mentale quel- 
conq l1C, et sans 11 'être fail donnel' à cet effet des dis- 
penses préalables par Ie pape ou par toute autre auto- 
l'ité on per50nne quelconque, sans aucun espoir d'ob- 
tenir une semblable dispense, d'être ou de pouvoir être 
acquitté devant Dieu ou devant un homme, 011 délié 
dc cette déclaration, bien que Ie pape on toute autre 
personne Oll autorité In'en délie ou l'annule ou la dé- 
clare de nul effet dès Ie COllunencelnent. II 
I
e chapitre III du Inêu1e acte porte que les sern1ents 
ei-après 
eront prêtés par toutes les personnes qui peu- 
vent êlre tenues par la loi de pr
ter les sennents de 
fidélité ou de suprélnatie : 
It jc A. ll, fait prolnessc sincère et sure d'être Hdèle 
et de ßarder lo)'ale allégeance à Leurs l\lajeslés Ie roi 
Guillaume et la reine l\larie. " Ayec l'aide de Dieu. 
t Jc 
\. B. jure que j'abhorre de tout lnon cæur, que 
j'ahjure <<:'t je deteste, conune inlpie et hCl'étique, cetle 
thèse et cette doctrine cundanlnabJe, que les princes 
e..'rcOllllllUnie." ou dépossédes par Ie pape ou toute autrfÞ 
autol'ité du siége ele l
ollte, peuvent etre déposés O
t 111;5 
tÌ nlort par leurs sujets OlL pal' touie autre personne quel- 
. ., ., 
('Ionque, et Je reconnalS qu ancun prInce etranger, 
al1cune personne , pr
]at, État on potentat, n'a ni ne 
doit avoir aucune j luidiction, ponvoir, 6npériorité. 
})rééminence ou autorité ecclésiastique ou spirituelle 
dans C
 royaume. J Aver l'aide dp Dieu. 



,,135 


JolES TRE
TE-SECF ARTICLES DE L,tGLlSE .ASGLU:.\l\E 
OU A(
TE DE CONFOR:\JITÉ. 


Les doctrinesjadis pl1bliées de rautorité d'Édoua..d VI 
fournirent les bases du nouveau sYlnboie. On y tit plu- 
sieurs changeulents et corrections; et trentc-nett! arti- 
cles, dont il se con1pose actuellenlent, reçurent les si- 
gnatures des membres des deuX' chalnbres, Ie 22 jan.. 
vier 1562. Cet ouvrage ilnportant fut achcvé dans quel- 
ques jours, et, à ce qu'il paraît, sans heaucoup de dis- 
cussions. l\Iais ce qui suivit est un exelnple mémorable 
de l'inconséquence dans laquelle les hOlnlnes sont 80U- 
vent entraînés par Ie changement de situation. Aucun 
des membres ne pouvait avoir oublié les persécutions 
du dernier règne : plusieurs avaient souffert et r em- 
prisonnement et r exil, à cause de leur dissidence de 
l'É g lise alor; établie. Actuellement, comme s'iIs eus- 
sent hérité de cette infaillibilité qu'ils avaient condanl- 
uée, iis refllsèrent aux autres cette liherté d' élection 
religieuse qu'ils avaient prise eux-n1êmes. Au lieu de 
considérer silnplelnent les trente-neuf articles cornlne 
les doctrines distinctives de I'É g li5e nouvellenlent éla- 
blie par la loi , ils travaillèrent à les iusinuer fortenlent 
dans la conscience des autres. l\Iettre en doute ce qu'ils 
regardaient comme la ,.érité , était un criu1e; et si leur
 
efforts avaient entièrelnent réussi, to us les dissidents 
de la nouvelle croyance eussent été passibJcs de ]a pé- 
nalité d'hérésie. On proposa que (si que)qu'un prê- 
chait, declarail, écriyait on c1isait f(uelfJl1e chose en 



4õ4 


àérogation, haine ou mépris dudit livre (celui des ar- 
ticles) ou d'aucune doctrine y contenue, et en était Ié- 
galement convaincu devant l' ordinaire, il serait traité 
COlnme hérétique et serait condamné à l'amende de 
cent Juarcs pour la première fois, quatre cents pour Ia 
seconde, et, pour la troisièn1e, à la perte de ses biens 
meubles et inuueuLles et à r elnprisonnement perpé- 
tuel. ) Cela fut adopté par la chalnbre haute, mais en 
laissant 1a peine en blanc, afìn qu' on la remplît eu- 
suite. On dernanda subséquemment d'y ajouter l1ne 
autre clause, que, c si quelque personne niait directe- 
tIleDt ou indirectement, publiquement on en particu- 
lier, par écrit ou parole, run des articles de doctrine 
publiés dans ce livre, qu'il en ft'tt légalement convaincu 
devant l'ordinaire, et qu'il y persist
t obstinément, if 
serait condamné à . . . . . . ) 
On regarda nne telle loi COIDlue inutile en ce qui 
concernait les catholiques (puisqu'à tout moment on 
pouvait les envoyer à l' écbafaud, au moyen de l'acte 
de suprématie), et imprudente relativement aux dis- 
ciples du théologien de Genève, que la reine cherchait 
plutôt à s'attacher par son indulgence, qu'à exasperer 
})ar sa sévérité. 
L'adoption des trente-neuf articles mit Ie dernier 
sceau à la réformation en AnGleterre. .Vne nouvelle 
. Église s'établit sur les ruines de l'ancienne; et l'objpt 
de ces lignes est de faire connattre au lecteur jusqu'à 
quel point les deux É g 1ises s'accordent et jusqu'où elles 
diffèrent dans leur croyance. Ce rapprochement a été 
fait par Ie doctenr Lingard dans son HistoiJ.e d'Angle- 
ten'e. 



45
 


)0 Toutes deux enseignent qu'il n'y a qu'un Dieu; 
que dans l'unité de Dieu se trouvent trois personnes, 
Ie Père, Ie Fils et Ie Saint-Esprit; que Ie Fils prit lui.. 
même la nature de l'homnle; qu'il s"offrit en sacrifice 
pour Ie péché de l'homlne, origineI et actue1; et que 
,., I ' } A é 
ce nest qu en son nonl que lomlne pent etre sauv . 
2 0 Elles adlnettent également trois symboles ordi- 
nairement appelés :' sYlnbole des apôtres, symhole de 
Nicée, symbole d'Athanase. 
3 Q Elles révèrent égalelnent les saintes Écritures 
comme la véritabIe parole de Dieu. Mais ici elles com- 
mencent à différer. 1 0 La nouvelle Église déclara apo- 
cryphes plusieurs livres des Écritures juives, tandis 
que l'ancienne Église les adlnettait comine canoniques. 
2 0 L'ancienne maintient que toute doctrine enseignée par 
Ie Christ et les apôtres avait été rapportée dans les Écri. 
tures; la nouvelle disait que ]naintes choses , teUes que 
Ie baptême des enfants, l'ohligation d' observer Ie di- 
manche au lieu du sabbàt , etc. , avaient été enseignées 
par Ie Christ ou les arôtres) et que, cependant, eIles 
n' étaient pas rapportées dans les Écritures comme con- 
nues seulement par Ia tradition. 
4 0 Toutes deux s 'accordent à dire . que fÉglise a 
Ie droit de déterminer les rites et ]es cérémonies et a au- 
torité dans les discussions sur la foi. ) l\iais les articles 
semblent annuler cette autorité par des restrictions. 
L'Église ne pent décider que ce qui est contenn dans 
les Écritures, ne pent pas s'assemhler en concile sans 
l'ordre ou la volonté des princes; et quand elle est ainsi 
assemblée, eUe pent errer, et a actneHenlcnt erré. L'an- 
cienne Église n'accorde point cette autorite aux princes, 



1;)6 


ct sOlltient que Ie Christ, selon ses prolnes
es dans l'É- 
criture , "ciJle sur son Église asselublée en concile gé.. 
néral, et ne souffre pas qu'elle tonlbe dans aucune er- 
reur cssentielle, soit de croyance, soit de discipline. 
5- rroutes deux demandent egalement de la vocation 
ct une mission dans leurs ministres, et confÌent le gou. 
"erneluent de l'Égljse aux évêques, COlnme à l'ordre Ie 
pI us éIevé dans la hiél'archie. l\Iais l'ancienne Eglise, 
quoiqu' eUe n'adluette aucune autorité eccIésiastiq ue 
clans Ie prince, COlunle prince, reconnaît dans l'évêque 
de ROlne, COn1111e successeur de saint Pierre, une préé- 
)uinence d'ordre ct de juridiction sur l'Église univer- 
selle. La nouvelle Éßlise refuse à l'évêque de Itoule 
toute juridiction dan
 Ie royau1I1e, et considère Ie sou- 
,-erain counne suprême, mêlne dans Ie gouvernelnent 
ccclésiastique. 
6 0 rroute
 deux ellseigllent que la grâce du pécheur 
ne peut s'acquérir ou se Inériter par aueun effort natu- 
reI, et qu' clle lui cst accordée an nonl des Inérites du 
Christ. l\lais, en ceci, eUes diffèrent ou peut-être seln.. 
hlent différer, en cc que rune adlnet la grâce par Ia foi 
seuleulent, et l'autre, avec la foi, exige encore l'espé- 
ranee et la chari té. 
7 0 'foutes deux enseignent que les sacren1ents sont 
des signes cfficaces de fp'âce par lesquels Dieu opère 
iuvisibleluent en nous; 111ais les sept sacrements des 
catholi(jues sont réduits à deux par le
 articles, sa voir : 
Ie haptêlue et l'eucharistie. 
8 0 Les points ]es plus iUlportants sur lesquels eUes 
diffèrent, concernent l'eucharistie. Les réfonnés d'An.. 
gleterre enseiunent (Jut:' dans Ie sacrCJuent c Ie corps de 



4
7 


Jésus-Christ cst donné, pris Ull consol11mé d'une 111a- 
nière seulement spirituelle et céleste. Les catholiques, 
d'une manière réelle, quoique spilituelle et sacramen- 
teJIe. J Les preluiers déclarent que la doctrine de la 
transsubstantiation ne peut se prouver par les paroles 
de l'Ecriture; les derniers, qu'elle dérive nécessaire.. 
Inent des paroles de l'Écriture. Les premiel's, que la 
communion se doit administrer aux laïques sous les 
deux espèces, selon rinstitution et I' ordre du Christ; 
les al1tres, que la communion sous ]es deux: espèces ne 
dérive pas de cette institution et n'est pas prescrite par 
Ie commandement du Christ. 
9 0 Les articles déclarent que la n1esse est une inven- 
tion de blasphème, par Ie motif qu'on ne peut offrir 
d'autre sacrifice pour Ie péché que celui qui fut offert 
sur la croix: selon les catholiques, la lnesse est un sa- 
crifice vraiment propitiatoire, con1n1élnoratif de celui. 
qui fut offert sur la croix. 
10 0 Les articles condamnent, lnais en tern1es géné- 
raux et sans aucune explication, ]es doctrines, 1 0 du 
purgatoire; 2 0 des indulgences; 3 0 de la vénération et 
adoration des reliques et images; 4 0 de l'invocation des 
saints. Les catholiques enseignent, 1 0 que les âmes des 
hOlnmes qui sortent de la vie et qui ne sont ni assez 
criminelles pour mériter.Ie châtiment "de l'enfer, ni assez 
pures pour être admises là OÙ ne peut entl'er aucune 
souillure , sont immédiatement, après la mort, placées 
 
dans un lieu de purification; 2 0 que les pardons de la 
punition telnporelle du péché, nonullés indulgences, 
sont profitables et doivent être adillis; 30 qu'il est légi- 
tilne de téluoigner de la. véoération ou un respVCl infé- 




58 


rieur aux restes des saintes personnes et aUJ images du 
Christ et de ses saints; 4 0 qn'il est aussi très-Iégal de 
demander aux saints de joindre leurs prières aux nô- 
tres n pour attirer sur nons les bienfaits de Dieu, au 
nom de son Fils Jésus-Christ, notre unique Sauveur et 
Uédempteur. " (Cone. Trid., sess. XXV) (I). 


(t) Le lccteu.r a vu dans Ie cbapitre X, par qu
l ingénieux 
système Ie révérend 1\1. Newman cherche 3ujourd'bui à concilier 
I'acte de conformité avec lcs doctriucs de l'Ég\isc calholique. 


FIN DE L'APPENDICE. 



, 
TABLE DES MATIERES. 


.... 


, 
. . . . 


. . 


. . . 


. . 


. . 


. Page v 
XI 


. 


PntFlcE . . . 
I
TRODUCTION 


. . 


. . 


. . . 


. . . 


CHAPITRE I. 


... 


SOMMAIRE. 


Coup d'æil sur la situation générale du Royaume-Uni. . Page I 
Anarchie religieuse, politique et sociale . ... J 6 
Dépravation et misère du peuple · · · · ) 7 
Crise de 1842 . . . . . .. ..... Jig 
La cbarité officielle . . . · . · . · . · . .. ) 24 
Les workhouses . . . . · . . J 25 
Les socialistes . . . . . . . . . . . . J 28 
Les chartistes . . .. . . J 30 
Les rebeccaistes .. . . . . t 30 
Opinion de Cobbett sur les conséqucnces de la réCormc.. ) 26 
La constitution de l' Angleterre esL l'æuvre du catholicisme 
et non celie des réformatenfS . . . . . . . . ]) 33 




60 


CUAPITRE II. 


SO)UUIRE. 


I...'émancipation des catholiques de la Grande-Bretagnc 
en 18
g · . . . . . . . . . . . . . . Page 35 
Luttes au sein du parlement . . . . . . . . . ) 36 
Influence de l'agitation irlandaise . . . . . . . . >> 38 
Réveil de la foi l"eligieuse. - Ses progrès . . . .. . ) 3g 
Accroissement considérable des calholiques . ) -14 
Établissemcnt de nouveaux vicariats apostoliques . . . . 45 
Le nombre des évêques est augmenlé . · . . . . >> 46 
Sollicilude de ces nouveaux pasleurs. · · · · I 47 
Association de prières pour la conversion de I' Angleterre.. >>48 
Les væux de l'association commencent à être exaucés. .. ) 50 


CHAPITRE III. 


SO
nfÅlRE. 


Progrès de la (oi . . . . . . . . . . . . 
AClivité des catholiques . . . . . . . . . 
Leur nombre et leur influence ... 
Églises, chapelles et couvents récemment conslruits . . 
Généreux sacrifices. de5 families riches . .. · . 
Renaissance de l'art chrétien . . . . . . . 
Les lravaux du célèbrc architecte 'V. Pugin, encouragés 
par Ie Souverain-Pontife . . . . . . . . . . 
Les lrappistes du Leicestershire . . . . . . . . 
Statistique re1igieuse des huit vicariats 
postoJiques . . 
Le nombre de leurs missionnaires, de leurs monuments 
religieux, de leurs collé(;es et élablissements de charité. . 
L'Ordre des Passionnistcs et I'Ordrc fondé par Ie docteur 


· Paß. 53 
) 54 
· · ) 54 
>> 55 
) H5 
>> 82 


) 82 
) 74 
) 89 


) DO 


Hosmini . . . . . . 


........ . 


J OJ 



4Gt 


CII.\PITRE IV. 


SO
ut\IRR. 


Propaganda catholique . . . . . . . Page 99 
Inslitut de la Grande-ßretagne ..... . J 100 
Ses développements, son action en Ang]eterre et clans 
to utes les possessions britanniques . . . . . . . 105 
Le pape reconnait l'institut et I'encourage . . . . . ) 110 
Bref de sa sainteté Grégoire XVI à lord Shrêwsbury . . . 110 
Les journaux, revues et publications catholiques . . . ) 113 
Influence politique des catboliques dans Ie parlement et Ie 


pays. . . . . . . . . . . . . . . . .: J 123 


Premiers effets de l'action régénératrice du catbolicisme 
sur les masses . . . . . . . . . . . . . ) 1 
5 
Projet d'envoyer un ambassadeur anglais près la conr de 
Rome et de renouer avec Ie Saint-Siége les relations 
diplomatiques. . . . . . . . . . . ) 126 


CII .\PITRE V. 


SO)IMAIRE. 


De la part faite aux r3tholiquc..'t dans l'instruction publiqu
. Page 1 
g 
Les Cniversités. - Les colléges . . . . ) 130 
L'enseignement primaire et secondaire . . . . . . , 133 
Liberté du cler
é catholique et des Ordres religieu\. . _ J 135 
Tentative faite pour créer un monopole au profit de .I'É- 
glise anglicane. ............ 140 
Résistances au sein ùu parlemenl . . . J 145 
Coalition de tous les intérêts menacés . . J 149 
Exercice du droit de pétition. . . . . . . . . .. 154 
Le5 calholiqucs défenseurs de la Jiberté d'enseignement. . J 162 



462 


CHAPITUE YI. 


S01IMAIRE. 


Terreurs causées par les progrès du catholicisme . Page 165 
ltéveil du fanatisme protestant. . . . . . . . . t 166 
Agitafion anti-papiste. . . . . . . .. . ) 169 
La reine est accusée d'être favorable aux catholiques . . . 174 
Les enrants de I'Ég1ise sont calomniés sur la place publi- 
que, dans Ie parlement, dans la presse. ... 1 HI 
Le calme se rétablit . . . . . . . . . . . . t 18g 
lleelings des associations protestantes de Londres . . ) 190 
Position des catholiques vis-i-vis des anglicans et de I'lr- 
lande. . . . . . . , . . .. ..... 196 


CHAPITHE '11. 


SOMM.\lRE. 


Rénovation sociale par la tenlpérance . . . . . . Page 201 
La roi catho1ique féconde les tentatives stériles des asso- ) 205 
ciations protest antes . . . . . . . . . . . J 205 
Les catholiques et les protestants se prêtent mutuel appuì.. J 218 
Croisade du révérend père T. 
IaÙle" . . . . . . J 206 
Les prodiges du teetotalisme en Irlande et en Angleterre. t 208 
Éloges et encouragements donnés au capucin irlandais par 
1 'évêque anglican de Norwich et l'aristocratie protes- 
tante . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 
Le père 
[athew recoit les téoroignages de la satisfaction 
du souverain pontife . . . . . . . . . . . >> 
21 


CHAPITRE '.111. 


SO)IUAIRE. 


De l'Église anglicane et tIe sea divisions intestines . . Page 
23 



463 


Le parli évangélique .......... Page 
2 4 
Le parti de I'Église et de l'État (Church and State). . ) 225 
Le parti anglo-catholique ou puseyiste . . . . . . ) 226 
Naissance et développement du puseyisme . . . . . ) 229 
Des circonstances qui ont favorisé Ie mouvement d'Oxford.. J 230 
Les anglicans du dix-septième siècle . . . . . . . ) 240 
Réfutation du reproche d'innovation adressé aux p useyis tes. J239 


CHAPITRE IX 


SOIIM:\.IRE. 


Le docteur Pusey. . . . . . . . . . . . 
Détails biographiques . . . . . . 
Son influence à I'U niversité d'Oxford . . . . 
Comment son nom a été choisi pour désigner Ie parti anglo- 
catholique . . . . . . . . . . . 
Son dernier sermon . . . . . . . . . . . . 
Croyance de I'Ég1ise anglicane sur Ie ùogme de la pré3ence 


. Page 2
5 
. ) 246 
J 247 


J 248 
>> 2
1 


réelle . . . . . . . . . . . . . 


) 
54 
J 260 


De )a communion chez les anglicans de nos jours 
Le docteur Pusey exhorte les anglicans à revenir à la 
pr3tiflue de la communion fréquente . . . . . . ) 211 
Explications données par Ie célèbre professeur relatÎ\ ement 
à sa croyance sur Ie dogme ùe la présence réelle; il 
admet la consubstantiation . . .. . . >> 274 
Curieux procès intenté au docteur Pusey . . . . . >> 27 6 
La Cour du vice-chanceJier de l'Université . . . . . J 27 8 
Prétendue condamnation du professeur d'hébreu . . . ) 280 
Legislation universitaire. . . . . . . ) 2
 f. 
Protestations des puseyistes · . · · . · . . . >> 290 


CHAPITRE X. 


S01!HAIRE. 


Le révérend John-Henri Newman . . . . . . . Page 297 



,.1.6 t 


ta position (lite ("6 tltéolo
ioll occupc à Oxfor,j . 
Les trente-neuf arlicles du symbole anglican . 
Le dernier des traités pour Ie temps présent . . 
De la polémique soulevée par ce travail . . . . 
Jugement d'un théologien romain . 
Rétractation de M. Newman . . . 
De quelques membres de I'Université d'Oxford, partisans 
du pusc)'isme ............ 


. . Page 
98 
. Þ 300 
. . ) 303 
. . ) 30 7 
· · 299 
) 314 


) 318 


CHAPITRE Xl. 


SO'Uf.URF.. 


Les doctrines de i'École anglo-c3lhoJique . . . . . Page 321 
Déc1aration d'un membre de I'Université d'Oxford 3U nom 
de ses col1ègues. . . . . . . . . .. . 322 
Authenticité de cette déc1aration . . . . . . . . . 333 
A veux d 7 un ministre 
mglican . . . . . . . . . ) 336 
Appel au gouvernement contre la suprématie de I'ÉgIisc 
3Dg1icanc . . . . . . . . . . . . . .. ) 338 
Dans l'Eglise établie, l'Évangii e ('
de, de par la loi, de- 
vant les actes du parlement . . . . . . . . . ) 338 


CIL\PITH F XII. 


SOM)f.\lRE. 


De la fernlentatìon causée par les progrès du puse)'isme. . Page 3.f I 
AtTaiblissement des préjugés conlre les catholiques . . >> 34:
 
Conversions de ptusieurs membres de rUniversilé d'Oxford 
et de quelqucs ministres anglicans ..... ) 345 
M. Sihthorp justifie son abjuration . . . . . . .. ) 345 
Sentiments de la nouvelle École. . . . . . . . . . 3f11 
Hommagcs éclatanls rendus à l'Église romaine. . . . J 352 
Tentatin
i de réformes . . . . . . . . . . . .Ð 3;-)4 



" 6 .... 
. t) 



omLr eu\ cxtraÏ[s tin ßritish-Crilic . Pa
. :t;)î 

\llitudc de I'épiscopat anglican . )) :170 
SOil interventiou d':d,wrd ho
tiL
 dc\'it'llt fav(H'ahlt
 allx ré- 
fOl'mateul's . )) 37 I 


CIIAPITRE XIII. 


smHI.\ (fiE. 


Accrois
emcnt de l'lulluencè des puseyistcs . Pag. 3
 I 
Luttes au sein de rUniversité . . I) 3g2 
Triomphe (]es puseyistcs sur Ie parli évangéliqu
. .)) 385 
Affaire du doctcur lIampllen . )) 38
 
De l'inlél'èt excité par Ie progrès des doctrines d'Oxford .. ) 386 
L'opiniou publique s'émeul . . I) 38{) 
Les ad\'ersaires du parli anglo-cathoJique . J 3
2 
Tactiflue ùu parti hoslile aux puseyistes . Rg i- 
Pol
mique dcs fcuilles protcstantes . )) 396 


CIL-\PITHE XI'-. 


S<UHL\ mE. 


Le doctcur 'Viseman el les puseyi
lPs . . Pag, 
o;) 
Opinion de ce savant pl'é!at sur Ie mou\'crncnt de l'Églisf' 
anglicanc ct la l'ossilJililé de sa réunion avec Horne . >> 410 
Des consé(IUenCes Vo1iliqurs cl 
nciales qu'anrail ponr 
l'Angle cl're un reLOur à 1'11nité C3lho1Ïf)11P, ) íoj'- i3

 


.-\PPE
nICF . 


.\b
'é
é des adc:, du p ,dement p Issés (:":ilrt' 1l';Ì calÌloE- 
(lues tll'()!JÏs l'anué(\ Iji
 jIlS((U';l l'anll\
,\ } jRo . P
I
. i í:
 
;j0 



1,fiU 


Uu(
I(IUCS pal'lÎt';; de i'acte {h
Ull la :,ucct'ssiou a 
l'oune li' Anglc
crrc . 
Lrs Irrnlr-n(
uf articles tlu s)'lHho11
 auglican. 


I
I
 hE 1.\ T\BJ.F I>Ef\ "\Tli':nES. 


la l:OU- 
.P3g.15l 
. >> 15
 





.
-,
 . - ..'. ,,' ..... ,......__ I( 1. 
'

 :...r 
... 

.. - 
 . \ ." ,i .." -.' J: 
", '
."' ..1
 
 .
. ....
 I. 
it "-"
I 
 '.. 
'.'


.: . 
;
-':.
 ,,' 
I

"..(
- 
"
f:, ""t
.. , 
,
 -' t' "..._...... . 

 .
. 

,
 .' -(.. ;;- 

. 'ft' """\ 


. -
{ 
.':" 
 "'1\ . ..':-
ui'.: '" 


:
.... \.. ... 
 ,, 
 !' 
" \ .
 1.
' 
" ...," '. 1 .. 

 '\.'. -'
, 
" . . 
'
I 
 '
1, .. ,. 

.
...
 
 


,
 oc: - "
""'... - ...,. 
., I- ..
 I 
.. \ ".- 
\.....\
, ;.. 
, 
 
"\ ... ' 'Þ - _-.. '.-
,:, 
..,.., "'
 
.. ..... 
'....... \. ......,. 
.J' 
...' . ...... 
Ó\9 , -.""
 r . 'ì }' 
 
'l 
-:'-_ .u. 
 . 

... 
;.' ..\. \ tþ-'t' ,. :. 
". 
 ,.:,: \. 
 .. ,
_.. - \. .. 
 ...... 
t " ......Þ. I ". 0'. .. .' 
".. If
" 

- OJ
.:. 
 ( "\
'4 
I \ ., -".., 

..,.. 
.
.. '
.' ''''" 'I" 
,,
.. 
. '
.
.-. ';;'.!"
þ. .. . . 
 ',,, 
W."" '"" 
 ,., 
 ... .. l\ _ ...1 
....
.\ 
 
 
'
'.. ", -=. . _p>"
 

4Io..-s 1 ... "\, 
 w', II 
' " 

 - . -.. .:..
 C
.. .... 
.....,. 
' .".' :...
.. 
 

 
· .
 - ,\ eo 
.
 . '
 I. .. .
'.,,. '_ 
;.' -_ . .... .. 'I' 
 
 
 _' 
.... ._" 
'. ..... I .. """

... . ., . 
 
! '. l 
..... ..
 . ,
" t . ..

: 
.. ......_ . .. . '\. 0, "....., ''e'' ., ."'" . 
( Of 1 ,
I Of ," . 
. .
 
"C _. . .
. 
. .. 
 -' "'- ,. 
 ... b-- ... 1" f . \
..... 
 

 - . . . " ..
. ( " - 
- 
 'W" I _ -:. .L
 (" 

. 
, ."...'
 . . .
 !-I\-, '''It'' ..'.. 
J .. .... ..... -... 
.. ',.c
.' ''4
 .. . .. 
 .,
 
"\.. 
.. _.:' -,' ,.
 
, Go .. .. -:-,
 
 - .J 
.-t '. f" 
 _. ..)> .,," or . 1. .. ' 
, :i_ . -1- J . t. 
. . 

 . "._ " . 
.
. .. ,.. 
 \SIj\ 
 _. .,.,.,t, . : 
\... .. 
... '.'
 .. ,J \ 
 
.." ": r.. 
 
'f'". '
. Of $;.. 
'
.'-':' "'. . "., '.; - 
i . ""1 
 ' 
.. r . ...."'_. It"";-- .,..
_.... .., .". , 
..

 *- . _.. ", 
,# .
 
 ,.. , ? -...'
 .. .:..
. 
\. 
. ': 
. ,....
, ... -, 
'.". to." ." 
"'I . .. 
 l ." \. 
'''' 
, -- .. ..... ..... tIt...... ,., .\. 
.. ' .. . . ." 1 
' , . . I 10 , ..... . '-..' 1: 
 J .t

 -- - -; .. 
..I. .,. '3 .'--.. . .,,,. ".-a{.: .... or . 
, . . 
 ,. ...) ,. f....... It- . . · .... , : ',-. ,.. 
 '\ ': ... ., 'II1II 
-, 
. ... ;;..'
"":
 !I(i ..,. -.'" 
.... 
 
 ,-
 -' .' ";' "-
<<- .' . '"', .'" 

 ;; 
.... .
.. ' ... 4'...... 
. ," . '1." 
. r !. . ,. . _ . ....._ .. .. . :- . ,.. C-.. :..
-. , .... 
 .'
" 
." OE . .. " ., .. . er'""": .. ... 
.. . \ .... .. 
 . '\ ... "'- . . . 
 , . - .1..\ I ). 
 ..:00.' 1 
 
, " , o. " '1:1. 
.:""'--
 ..,'.. . " 
.
. ". _ .. .... ,,':: 
'l:4' , 
, 


 'í
 . ',. .. .
 -r
.J... :. I;
 - 
,. 
:' . J. "( '\ ' , ', r'* . ,

 ., . .. o
_ :, ...;;: , .. 
 
· 
 . " 
 \.. ,.- -'.;0. - .
 I't ..: 
... -, 
 . ' 

- 
 . \...... -..",..,....., Ò" 4 _ " . 
'
'. · '-p.. .- ...,..,.. ..... ,...:r..tt JO i> i' --:
. 
', ""'II 

' .$' - \... . . ' . !
 {I-." 
-....-. -. ",.
 It .' .

-. '., 1 
 !.- 
- . ".
, " ... , ..... ....-. -' 
v, , -'.,..' ..,
 
'..
',
 't.' .:I j ..... ____ ..
. ... , - '''. 
' - ') 
 

 . _eo ' 
..
 ",..
. u'\ 
"
 
 ' . , Ii'.. :"
,..,' ,.' .....'_._ .... 
,.
..
 lit! - 
 1,,,(,';..;... '.."-.
 
 !":\. " .". 

 ...-.:", ( ",. ....
. tì · " . ,'.'
r '.""
.
')!- 
,...\..;...
,,: 
 .......f.;'
'. :ï. 
\t i 
.: ...."",,. 
. .. .".' <<
.. ......: ' .)..... . '., 'l'l.... 4 

" \( ". -.. ., .'-'..":' -' .",.-
.. ,.;. .. .......:;i 
'; ,,'4.. 
:
't;.."I1. 
'I .. 
'. ;,
' "'" .. ',
" 
.. "". _. .... .. 
 
. . À.
 I. _,. 
. ... 
.) ;\0.. '\:;00'"" - T. . f,' . 6\"
 
..
.":..
 I '" '...... t i 
 .. . " .... 
.. . ,-,
.. ..",.... .... '.:.1'. ....
. ...... 
......- .. ...... _' -
-o. ..., -- ........"9;., 1.f:J 

 Fif'I'\\I." . 
.... 
.& 
.i 
 ".It. -" 
"_4 II. 
 ':""'
'
" ,

 
I )':t,: 

. 
 \ ()"-...
.
 
-t, (
 ,." 
.!"-: ,.{
" ')
 
 '1 
 "'" 

.
i\.,....
' : 

... ,
 I 
' .. 
 "" _ _ '".::a.. 
'\._ ..,c.. '-- 'till" .- 0,.." 'II loW.. --'.\' ,. 
,.. . h - . 
.. j..-" ..,;). 
\ .', 
-. .
. . to 
 ."
':.' 

 i'" . ,_: ,. 
 9 
 ',' 4
" ...\
...-. ... .

, 1t' þ.....
 · ..- ' 
. '. ' þ 'I., . ,f .
.
. 
 '
. . 
. 

, #, '" ,M 
". 
 
:.
 . ' .... 

;... , ..:, 
.
}....' ,..' , .....\ 
...p- .!' . . \. ' 
'! 

- . 11!11 -
- 1.... -... . ,;
 .....-

_! It "...
- ..... I!-.. ",.-.... ,. 
...: ,.
 "; jet "
'...t'.". 
 '.. .....""".
 - #
 
_: ... I. 
,,-to. ..-"
 ... 
'c-' ... . 1 . -.! 
 C. 
,.<<. · .\". . 
 
-&
, 
.. '
-6. . c:- ,. _ :-,. ..r.'Þt .,\. I'.. . ....
 
,. it' ",. · \
 ,'. # \.1.. . 
 " _\.... 
.L . po ( ... .' 
..... . #.. ,,':

... , ... .. 
-. 
 . '. "..... -'.(.f/. ... 
. !
I.. -t
., 
1 
'*
-. ......- 
, ,ã.. '\.:') .
..' 
 
 ..., 
 . 
 
"''' .
.' iih ." 't-'_. "- ;
 
I/i tþ. 
 I. 
"" . "., .. ......
 .-.ij,f

",;->. 
.. 01 
, ..... .', ...... ,.. . " ) 
. ,i. \.. 
 
 t)
, \: ' 
' t r " '), :',4 \; "' e
 ' .
 . 

. 
} 

. -;., If. '.. 
 ': 
of, 
.._.
....,... .....-..
'-- 
 ! 'l

..J\ 
 
, :' 
>> 
 
 t-' ð . .
 
 
.. · .. "\" , '.. -'" _ 
 

. ..
' ... -f' A, 
 . -.: . 
 
'. '10:.. '
. _ 1... 
. ....
- t," , · .'
 
 
, ,

 '" ... 

 -. ,
. 

..,- . ..... - ...,
 :
 ..... '').. , 
 
 I ' \ '. 
 . ' .,.


 
. 

 


 ,..S"'
.&$... ,'-e. ..... I.. 
 -' 
 . 
,..."..... .......
--.... 
...... '- . -_ t..;'...., '...... 
. .... "p .-.. 
",-. . .. -, - . . - l ".r " A"",... 
 
, ,. .
 . 
 _ ''''' .. 
 _ "'
. ..... ....__
. , 
. 
.
r 
 

'_'__ 
. ,.\ 
: 1IiIIi:. , 
 -'" . < 
-. ........
 .'1
 ". ":''"'" , . 
 
" 
 '

....., -. ,"'\.o.f ":' .. 
 '. 
;'...."..' 4Ii.
..... .....;.. 
. . \........ . ...
. . , 
'. ..., .' 
- .;., _. .. ..
 .... I - 
... _"\ . ..' ..., 

 ..... ":!Ì. .... .Ir
"'" 
.'.':I.. 'I,.
":. .., 
.xtL
. r- .. .4 
'. 
, t ....:1f .. .. 1:'1: 
, .
 
. ... 
.. "'. .... ':.", \o.....
! 
..
 _.-.' 
 '" '.
 
· .r "
..
 " o"
" -


 . 
 oØ , .
. 
. ' "-, t 
. 
.. ''':- .. '-.' '.1 '" " 
(.._ t ..þ. - -... 
'.:
 .. _ ......; .., .).. 
.;' 
...., "wi\. -:.'..,... .;. _ ..
( . .. . ' '. ... to ,..




,." ;. 
.\
. ....... ,-.. . fa-.. r .. 

.. "
 . r '4:' 
_ '
2
:a..
. \ '. 
 
,.--
 l

 ' 1:.I.þ .\ { 
,.. _ ..
.. .... ""..... '"" \.''" 
· A '
. .:' - þ- . ," . \ 
.., i--. 
,
 ' ;
. .ft '
. :.- \. .. .., ..'" '. ".. '\'
. " 


", , 
'.. 'r 
. ,. ,,' 

 . " 
" 

' ' . . .
. ':' 
-' - . - ,;.; .., , 
'
.'. , 
 . - "' 10 
." II ,," . 
_. 
"', -.. . 
.... .,.. . "'%>
 '
... 
..:, i:"'.... 
 . 
" .... !" . oj.. , 
. I, 
 ....,:' .., 
. 0 1\ ,.. 



 -- 
-
 
'" ,
.. 

,

 
, J 

 . 
\. .. 
... , oI1'l t1h 

 


" 
...
 '.. 
.." 
; 



. .. 


.' 


i
o. 
a . 
'... 
. 
 


\ 


 . 
."Y' , 


... - . 


....'". 
. 
" 
:I ., 
'" 



 ,. 
.. . 
..
 ... 
'#
.. 
, 
:, ' :Þ,.
. 
 
, ,
 
of '. '* - .
 ''?>" 
. ,II.. " 


..' -;, -)1 't ," 
. ..... .. 
-1.i
._
.
 


...\ 
.... 
.... 


0( " 
<

 

 
. "t". 

 . 



. . 


. 4". . 


'" 


-'1 
 
...(....... 



r 
.. 


CII 
... .. . 
.
 . " 
-,at, · 
.- -"'......
...
 
.,.. , - 


" 


, '.{ :. 
.. ;-... ..... \.Ja 
...Y 
 

.
" " 
... 


oJ .... 


....". 


'" 


.. -
 
..
\ 



'ï 


...... 


t 
" 
\" 


" 


. . 
: '-... \ ..., 
.. ... .- 
';'to '... 
!
. -' 


.
 


;,. ," 
.....6. J. 
t., 
....
 
I


, 


. 
 


". 
- .*-'" 
; '-0',4 

 ... 


..... 

 



 


'
".I,\ 
.. .,)\ 

 
J" ""', '. . 
.. a= .
 
"'- 
 ,.. 
 
. ... \,.' ...
. .... , 
!I
 .. ,. ' .\ 
- -.. 
 
..' . '. ..., 
,,;:\ j-!t. , 
, , 

'. 
 ... 
 I 

 I ... 


.,. 


.. 

 


'. ..." 


,'.
 
...
 
. , 


-
 


;' ..t 
.. 



 


, ..;;. 
, 


. 
,.' , 



 


.' 




, 


, . 


.
 
:.. .r 




.. 


 
..ro,,! ,. 
'...." , 
i- ,.,., J 
À . ,l.... I ..... 
'I ..' 
, 


........ 


'J'. 


'.... 


,,- 
".. .' 
......
 

, 


. ..-: 
.' 


. l 
3,' 

 


. . 
 


"-::.. 



r ..",.;.. · ,. '. . 

. ..!i- ,,2... - '!...,.... ,tt. ...... 
 
";, - \' 
.
 
"',
, 
.-.. . "'l:( - 
 ' .,".:- .
. 
 9 
\. '.

 '.. 
"" ..i . &.,./ 

 .:.. ..
. t. 

 - ....... 
,
t 
- ... , ".<'I,i:::'. .....
." ...... : 
. , 
.. 
-
 .. \ .. f'.. '.. ...... .. -... .
 j" ..... , ,,
C I'
.'. 

- \ 
 . .,.-<. 

.L " ., ç 
".-,. I.,: '
.k,j - ,.... ...., 
'\ -
 ,"'&." ,..., , . ..
. ....
 -" '-.". ,. '. . .' 
 .. 
· 
 :: . '\...
 
.. t. .. 
-. .!"""....(...
 f. r... '
i: '.. '\, . ,,' . . ",' 
.(4 -, "1' 
a : "J
.'. -j...;... 
.':.,r. '. "'\
'''
 "..: - .
.. 
;i. \. 
 ,.', '-. 
'( .,... 

" ':, -:-

 
;. \' '''. ''y"' _ --; 
 

 .h 
.. .
. 
...... 
 '. 
 
. .,. .- . . "'''Þ' 
. 
.......... .,,'!. a.. . ("'1 J.,,
 f}. . i ;. -:. -- ...,. 
. .- , !- 
 . ìf;-. 10:' - 
 .,4!
(." .... 11
'f' ,,
"'" ."....:z), 
! 
.
 ..; \ ..,'.... 'I
-
r
 .ç "."" . .. .... U''::'" .

,.- a..., 
. . 
', , . .. " , . .. 
 
. '
'.& 
 .,. 
." , . _ a. . _
. _ '. 
 . ' - < - .....,,:. J,," . , - _.... .
_' 
 
þ - 
 - (. -- - .. t'. 
 , .. .
.... 
 

!. , '. ,,\ ,. '" 
....... .. -
 -...
. ',..... ""'
";",II ,,'
 
. 
· ...-..,,:-.... '- ' 
 .


-
 
 I ,......\ · ,.....',-.. ,.r.",:"w 'ð 
"".t-: ,-.:. '1 

 o,.J
 1 
 
 !.
 
 . ,) " 'JIo. ,
 " ,,
.. " "......, 

 
 , ,. 
., '\.
, . '*4- "/-, ,-' f . ., .
 - , < ,. 
:..'Y' 
.- .
:;;'.'f. .... 
 ill' 
\ 
1 
 
"'-, 
 
 t\. l' ..... -f!, J-t'.- :.. .,1#., '. '>;
..,.. , .. 1,... ' 

....". ,. - .. -. . -..
 .,
 \'!l '. ,
",!' .-.Jt,...... '-, C ,.,# "'-
'I '" 
:.
 
 .>
 - .:'\
 1'. ., 
 if. p. 
 .. ." 1.,,;...... .,þ' 
'
 ..... . .j.1- ... -Ill. 
'- \. ' ".
 . . .. · . .'- ,. 
 . . ,..... -, 
 
 . t ., J . j
 -; . t ...- , 
,...
.
 \ ". ,.
,
..... ...,. .. .." . 1,...... ') ,._ 
I ' .. . -
;-.. ........ 
-I
!'..4$. · 
....._. II- . Î'
 -..
....,;
. 
, .. ....
t:;
-. ''?t... t r . .:.....
 . W; 
 ...'
 to.... ........ , , _.:: . " '... -. . 
'.\ "It("[f: 
.. ,
 
.. 1t\ .: "". .- '. ". 
:: 
 .......It> ' r. e 
; 
'-- f... '4( -. , .... 
- ."
'_ :'té '"" " .

'. .
 ..'t ,. 
- 
..... . \,.. ''-" þ'-;"" ,-""'t
':;
-'{' ... .. 
:,
. ti
,. .' . 
..


 . '
i-j. 
 . 1".
 

. :.
.
 ....! '_. 
t. 
Ìt.;"',-
 .. . ':$;.\" ...., .....
_.. -r('
 ;\.
 ',,:, \.
..., - . 
'-. -"'! ,. "-"',i, ",:'I" . ",

 "'..- ..,r.oO ..., 
, _'.':Ii '.- 
X.,. .ç ttì
t.. 'I" 
"'. ... 
· -:' .,:'\, ':
':i ..
. '. 
. 

 \,;, ':"'. ' .
;. -li
- 
.. ..,... ,
.... ... .
_...,,:.- . .-. ."-............ - .... 

".:t -... ..... "":........,....._. ",.
 . - :.
. -,. ""' 0 -' 
.. 
.c.,.,'t,.=_ '...0' i.. 
 ,*' . . .. " .
! 
. __. -.,,'1' 01,.,.... _.'. 
o

.__:" #:
. '" )r
 ... . 
 - ....
 . 
.. /f-''- 't. 'T ,
', -. 
 
 '" rt.... 
,i'"'t ..- j."
f.. ...... ' ''7''': ,- -'... ,,<<..
 ,
., 
 ,......'.. 
 . 
.... \ _, -4 
-...! .
 
 ,\ 
 : -,.; 
.. .
 . - J!. 
"r . .....
 ,f. t 
 ;...: .:-':.
.. I{ \.!. ..-/ . ..
 '
_h 
 .. ... .: , - . '
 .: " 
..to 
,of!!' . , ."=0 . ..... " " , 
 , " _ _ _ , 
_! _ _ _ . 
 _ _ _ _
 \ _ 
.:_ . 
 . 

. ... .
- I. ..._,.
..... 
 ::...:.. e.!" . . t&'.-
 · ., .... ..... 
.. .4. .. __ .... 'f. _ - 
 
.. 
.. 

. .:
 , -,.; 

'r ,,' '. -
"1 r' - So. ... '; .:;-' 
.,
 .. 
_" 
 ' .'è
 " ,,
:, J,.:.:.
. ......;. 
 ::'
. .:
: .,}" .,...oe;'. . ........' _";;,þ. 
, .. -. ; .' Ii - .
. !
 · ..:

-, .. :... b } 
 -,r'"'! 
- -
' .
.,. - ........ 
. if!' .... '
GJ.. 
 '. ,

.:.. "-.. .
'; ,-, Jt. - L 
 ,.
 
. "... 
 .
 -
 0 "

 . ,. :. 
.. .. .' -, -
 J...... . 
 
"
I: -.,;::.. .,1:"...... E' 
 
 ... ''-.- 
-11" .... 
. .\.
' .' 
;_, 
.. ' ,. .1....' i.. .
.. .
,. ..'" . 

 .., ( 
't? _
. #: . 
....

,
." .. ,

:- 
 
 
.,,"';\ , .-"'" 
.. ,-\....
 ....
 I 
... - - 
, .. ,"f:cr' . ,So...... \. ..- '. io
' ':i.i - '
.- ). . f. 
.-. .
- , .,
 ,;- - 
.-Itl.'" .. 
 .. - ,,
- ",,, 
.
 4. t' 
'â '... """'t'i.>', '. 
.. .' ..t.-i..,.. .. 

 ., "". --. ." .,.\
 'I.. 
. 
-. .... S' .. '- '-I- . ",,'... 
 \ .
 
 -.. 
 
. . 
.. . . , ..:.. ...:.
..... . 
, ')I' . -'. 1 'lob "'-' r. . ..- ... , ' "...)ow ..., 

 ".... ....\,
 

... )01,:.. > 
'a .9 J ' ':-
... -
. .:t,. .' . . . 
 
. a'..., . ,

 
, , .. i'
 't/' ( - - -... 
 ,.'0.: f, 1,; ..' t '" ... 'i' '
" t -,' 
.......: 
 "'..- 
. .


 . ::; 
,.:- 
 
 . 

- -..
 ..."'J 
. 

' 
',

, ':t. . 
';;' i - ...;

 - 
..' 
 .... " ..f....\;. 
 \ 
 
 
...
, j - ,. : '> 'i," -\,!. " --;._ .' f. . 
ip':', ..
 
\,t
-
'. 
. ,"
 , ... 'i,t:'". r-" 
. 
_ '/. , 
, "', _ ,.it
 . ,....,':;':
...
 

 
 ,',
 _'" ",
-- '
i.. 
..

 

' .. ,
f 

. 1.' f." - 
 ..:-:e
 .,. '1};' 
 
 ( 

. ..
_"!.-. 
. "-("\, · '

.... \-

 .......'"".. .' , .<.. .' :. 1', 1.:.\,.....j. -", -..i-.'.... 
.. "_
.'; 
'. , , 
 'If' 
- - .. J . -:-c:'::= .... ..,.,a 
J1:......... '! 
 ,.",. I ..... 
- .. 0 'r_" 

 ...... 
, --,..... '

 '"'>
 _ 
 -<f
. 

_.., ....t.;
 
 
 t, . 'to 
'''' .,,- :: .. .''''. ..... ",'.. 
-. -iff. t L .... .
 . . _.. __ 
 . r: 
,.i" ,,
OS;!'>
, . _ ,. 
 - 
!...;.. -.. .
'" t":. . ',. 
 ...... _. 'f- iF ._
" 
'. 
 
 "- 
,!. _')..,;:\ ........;.:,f.tì_1å _ _,.
... -""', _" 4 '. "" ,. e 
 ,_ 

_ ,_'!. 
5 ... .-.i...........-
 
.,- 
 -. 
 -.... .. C _ 
 4 .
 ... -... 


 .' -h".'
 . 'ì 
 ' 
.ç ... ( -at" .
." ..<Ir;,. r....':.. -... 
 
, >!i .. .:1. ' ,'-..,
. 
:' .. .. ,...
. , . '.... _ .'1 
1. ., ',.. 
 ..
:?'. 
.. 

. ........ "
". -'IoJ
 '''
Y'" 1......# , -f-:! - '
 J 
}O

 .....'. ,... ,- - \ _-". ".. )0 
 ,e . ( 
 . r',
, 

 -
 J.. .....: ., ". .....i'.' -J ....... 
f:" 
 . .... "- C . 
,.
" \ 
...., ,''-:
 .p
 ... I i,;::. ,'.,..... . 
,..'.... ," . 
,- 
.... ...,. - -..J.... ..\ ,q ,
., ."oS). 
."" 
..'"'" .... , 
,'.
 
. - 
 t1.

 :-- - 
 

 
 . ..rtt. ..., '
;"'!
"J"'''

 't(. \'" ,....,. " ",,_' 
". 
.
({. _ 
. "I
 .....
.. 
;.
 
 't:\.i,,'i(t...' 
,..

 .. ..,
. " 
,.- 
,:. 

"'., ....".,/(. .'" ...,::,-...:1>.. ( . ," ' · ;..:......1) 
.. .

. -"" ' , 
)'" ..... 
;.-:.t
 "J 
_ 
'
 . I,!!"J"'-:'" "'\ _...... ,
-.: 
 - _
 
 "''''c
 -\ i . ,: 

.
 .. .1\ 

., ....)0.."'.. 
 .... 
 ì)-
 . ..... 
....C ".
 ,\. ""'';i''''Y', 
"'- · . 
 . '-', J:'i.':' .:.. '.Ii......,. 
.' ).. . "\... 
 
 -. J r,

o". 
';" .' V;;.;- :-..,. Lø:. 
-::... I'.,...' ( oF. _.. ) ;. . . _ 
 _ 

 , 
. C':"'" 
'ÿ :..'J....
...It-4t
_ .o\} 's ....
 .... ''/'. \''w
r.--
... - , ...

.

 .
... . "\ > . 
. 'I 
 . 
..' .. to", 
 ..... (

 -.r"..... 
 
_ . . , 

 rç
.. -.'IfF '4_.' ..... c..
 'ttl ...,-., .. ,:_ .-!..I .-4. .,
 . ,\,!: 
 ,. 
J. 

.. ... ..to::. .,... 1 +' 
 "...... ..þ' '\..' 1...J
. ......, i' A , L 
. -..Q 
 '
"" .. ,- 
. -..,,:
.. ;- 

- .. .. "';r
-
- 
. -- ' I,.
 
. 
 i....,
..
 c. 
. 

. --, .. -'
 (iÍf
 
 
 _ {f "'
,.,- ,.., 
,,
 \ ...., 
:..w..
 .....t
.. ..".::, {
, _
 .....,:,. :.>
'..
 ...

 t.. 
 - ...._

".!') 1. '
-'- ;

 '\"'\
 :'. 
"

"''''. tat 
 ,;\.:
"'.." ..
." f..; '. . ,';:'
..'ê-. r. r lli't-:-'...", .. 
--. rc:.
. _, ; ':--. 
!f''''' ".
 \" 
 -4.1!!f' . ff"';':" ...
. ..,.:

. 
 \. 
(""",: ',. ........' ")
.. "II ..' )t;.. J f:' 
t .....,.. -: __
,,

 ..:. '" "
i... 
 .. .,.. · , ... ..
:.. 
_ "
', JI'4
 ..
'':.. k . .
.. . 
 ... .. 
.:.... 
 
 
 

. <<: . ,." . 
 """. I .... - d;:". $.
 I. "'.... <Y, · 
.. L 
 .... . -
,. .
 . lit. "f
 II l....,j \. -;..
. 't . I;
. .', 
 . 
. ."
\. "'"" .

 ...'.:
. 
." 
,:- .I.",!J.
 
'\::_ '-.tiio
' .,"'!.".....
 -.. .,..
 }-' "}.....:;{ '" 
. --:.4i\. ,. '- .', r-. : 
 .....:-", -''''
 
_ c 

.. _'\ -.r '..r ... .I... 
.... 
....", 
. .,' .
 ......
.,.,- "''''", I
 " .,r.;... 'ro.. '
.". 
'Yi


41.:._-,:;-. " .- "'" ,
 ,- -
'."''''''; -;.; 
: 
#' 
.. 

..:" ç7lt"... 
'. 
,
- ............. ..,,
 . .:..
. -".- j. '
'" ,(to, · "". 
 " '. .
., .... ,
\. 
.. ,. '....l
 .' ",
t. ... '" . .
:.:: '., 
 :c'=i
'" 0#)" 
 
 
"-f ,,- 

. -ij .;.'....
 
. ,c
'S
;-.' '.....". ..I.' 
 . þ...."'"':'J '\.. . .I' ,-':'" - lr 
 .. ,'t. 
. 
;.' 
 
.,' ....: ,0 . t. ' 
 ,
'. .::,. <;. 
 "...... ,
..'<11 -. 
 
. \I.i:f'" r.. 
'_ . .'1 -.,' ,_A':> )
 ..,,,=,, } -=
':'G ........ . 

..- ,.....\
 .. et .""..... 
'. 
.... 
")
( ;! .,. .......

...
.
..t.
.. "äJ:
' "ti'= '
1 í.f- 
....
,.
 !. ....... ,... 

 . ..... 
· ''it t; · . r '..
.",\.. -:.I.,
' - f
! .,.". .-- .
 
\ 1 ... ..
 .-t.. '. '.-
 
.. "'-' 
.... 
 
" , .....'.
.i '
.....
4.. ., ;';:';ol.""}, '! ',1 
 ".,.(
_.. ...."...
\"4,.
..,
 
::'
 . '\ 
.. I 

,
 .."S):-,.::= t.. -; _ '

. '...,. ..
'; . . ..,.,
 
t ""i- ;. ., 
 ,." ,. '..
., ",-"'. 
'." "'
..
 ."
 -"l;.... . ." ;'1' I .. þ.. - 
. 
 . ."', . ... r- ",. - . .., """" . 
.. ............ ""'\,. '" .. '" 
 \....
 -
 .. "..,:;. ...:i -\ ...
 .,.I ".
 ,..:
"..; . 
 
.
. .. ;.,,,,, ,. 
J ... a.' t> 
. 
 ,",,
-., ...,).
.
.... ...
 -- \ì
4
""""""''''\
 ......
, 
 · ..'\ ":';;'
". 
'.-.t' ,,
'.";; 
-
 --, "A.f-' · '-i.
 '.,.' 
 . 
....-,. 

 t' . 4-1;- ....
. 't,,
 ÍI '
 
. ".:, 'It' ,'
...
. 
 ,

 .....J., 
.1_.. 
f;
, 

... \"
:'>.:. 
 ,;- f 
t 
 \. 

 . - et1" ...... 
""'d.--: - ..- "
-t' 
. 
,..; .A
.. ..... "",,( '"'.
- "..,
 
 ..... e ' ..' 
,
 .." 'e' 'f 
t- ,...... .' - 1'1' .... . ._',,,, 
 
 .'.' '... .r'j '"' .' 
"'. ..
 .:Þ;-. .


.
\t-..... 
" ,-'f 
"_.'\

 ,,
 , ,
\...,. 
it.'..4
...}.
 '" ..... 

!. 

. .. - 1 .. 'r....", ..,.,... -. 
 i' - ...,,' "C'.],.' , '.. - 
 .... .. 
.þ ...,.
t';.'-'-,..,
 ....-J'_" ,,' 
'J.._.. .:.
.
.. "-: 

 .J." ...
 ''\,_ 
,",.. . 
. 
. U ; 
'tiì...-JrJ/f


, . 1,;., 
 I 
 ....
 · 
.: _ "..,... 
. -:. t 0".. tI
 .....
, . ( 
,.'
 \. 
'# _ "'-c,. :......
.
. '.'þ: 

t.. .. 
"!ìt 
.. " _i'j
, '" ". . 
 -. 
.f...' . I., "\ 
... 
 
 .II 
 ....' I '"':= ... ..
..... J\
' ... _ :: _.... -., 


.' 



- 



 


. 



 -1'" '. 
< 
;.- 

 
-, 

 '{ r: 
. " 


..... J. 


':1 
?-. 
J_ -... 

 

 


"'; 


,"II 



 


.( 



. 



 


"'" 

 


, 


:, 


l '. 


.. 


J 


,. 



 


..4 


- 


... 

 


"" 


i
 


 .. 

 
...-:t. 4'..; t 
S 
't;
f
*' J, 4 
l:i':;

'
 
#. . 
.;
;.. 
ro! .;..: 
<!
:;
it 
. "II, 
:;i


lr.
r" 
......r.;
r;'t.'..
' 
 
:,;..r,'
 It 
';.,
 

,.. 
4 .
:



)
::

. .. 
... ( .,. , ' .. ", . .:t'.
 
, 

 . lti , 
t
 ;
' 
..:' 
..
:....!...:... "
 
, :.,,::

,..,: ..,.. 1- 

.;

. 


. ';,'

 ::4 
.. .
...':...
 ..:
'1
\"" ' 
. .
.
. ,,':\''':'''i


' 
...' ...'t,'.-l" 
:.s., 

.',\ .
,;
;,,-:


' ...
 
::

\''''
.. 
1;..' .".... 
11...;,..,14:, 

 "'i.

. 
"'.


::.
 ..;:

 
;'<
'I 
:.


t
' ,.\
 . 
(,,: 
..:.\
,....",! ... \, ..... lilt- 
,..".'>;" . '...".\.
.... 

,,:J\

'

' 
\
 .-. 
.
.è-'-! -...;
... 
 

..
,
 
..' .. I'!i 
í,. \..,
... a
 
ok:''"'" 
 
t'. ,
" \
 
;i.
;-i-'.
. 


.,4' 



'. 
.... 

.
..;.1 


... 
;..:.':;;" .
,' ;1
' 
.
;.
w. . .1.'a i!\
 


 ";. , .

 
. 

 :,.:..;.
..

:'.iI 

::
)

:.
.
:-.. 
 ,, 
 

 ''"I...
 ,tl..i \
...., 
.... .

 '
L\ :


 
..\,,
V'+
;" ....", 
. ....". 91.; 
..
. 'tI "
 
.;\\


,


t' .:.
\' 
.,...l:..........

l..... 
'oi. 
,,, ....' \: ."..

: 
4'
" 
.
..,
.
Iot... .
\:- 
t \;
.
:.
{

.; 
-:",,... ".. ..\I11.,,"".
..'h"
 
";.. .,,:..
 .(\.,....
 
". 'to".' 

:-- 
..,
" 



 
,
\ 

; 
..
 ....
":' 


. ,,, 
. ... 
,I.,t.' 
:tt
 
.... 

.
 
,
r,.. 
') 

. 


..' 
.. ". 
. 


." 


 


!'ow ," 




;I
.. "*
. 
.' ..
,.
..:.... 
 
"... t\
.,
....' . 
, 

:


-.. 
",

..,. ",,"t:
,.t ow 
.::..


 
,;!':!'" }/,:. 


t:P &.
 
...... "..... 
;
 1 


 
...... 
- .
 
.
t 


,f. 


.. 



 


'.. 

- 



\: 



. ..
 
tit . 
.... " 

 


. A:;;:: 
...
.,
 
., 


. 
'!-..,.' 
..... . 


.,.